jeudi, décembre 17, 2009

Revue de presse du jeudi 17 décembre 2009


Séguin et les suppressions de postes – État d’esprit – La revue de presse -



Séguin tacle Sarkozy
La rentrée 2010 se fera avec encore moins de fonctionnaires. A l’issue d’une réunion du Comité Technique Paritaire du 16 décembre, Christian Chevalier, secrétaire général du Se-Unsa, a donné au Café Pédagogique, des indications sur les moyens humains de la rentrée 2010. Dans le premier degré, la disparition de 9 182 emplois de stagiaires représentent 2 300 équivalents temps pleins (ETP) en moins alors qu'il y a 1 650 postes à répartir et 5 000 élèves supplémentaires. Dans le second degré ce sont 6 733 stagiaires qui disparaissent soit 3 366 ETP pour 17 000 élèves supplémentaires. "Remplacements plus difficiles, classes surchargées, baisse de l’offre d’éducation sont au menu" prédit le Se-Unsa.
Cette information arrive dans un contexte particulier . Celui d’une déclaration de Philippe Séguin, le premier président de la Cour des comptes. Celui ci ne mâche pas ses mots. Pour lui, la politique du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, impulsée par Nicolas Sarkozy, est "dictée par des considérations budgétaires de court terme". Elle résulte d'une "démarche purement quantitative". "Incapable d'analyser les besoins et de programmer ses effectifs en conséquence", l'Etat, ajoute Philippe Séguin, a mis en œuvre une méthode qui "récompense les mauvais élèves, ceux qui, du fond de la classe, résistent aux efforts de productivité".
L'enjeu est important puisque sur une vie, précise la Cour des comptes, un fonctionnaire coûte à l'Etat 3,5 millions d'euros. En 2007, les dépenses de personnel, pensions comprises, ont représenté près de 300 milliards d'euros, absorbant la moitié des dépenses nettes du budget. Pour réaliser sa politique, le gouvernement s'est appuyé sur le choc démographique marqué par des départs en retraite massifs.La règle générale a été de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux. Mais, souligne la Cour des comptes, cette conjoncture est en train de changer. Depuis 2008, le choc démographique s’atténue. A partir de 2013, il n’existera plus. Il faudra alors trouver autre chose pour espérer assainir les comptes publics.
Il faut même rappeler que depuis 2000 on assiste même à un “mini baby boom” et donc à une augmentation des effectifs en primaire….

Enseignants « J’ai vraiment la rage… »
Dans L’Humanité, on trouvera des reportages et témoignages de professeurs en colère. Notamment au lycée Claude Monnet dans le 13ème arrondissement de Paris. La tonalité générale de ces témoignages se partage entre deux sentiments : la colère et la lassitude. La colère car les attaques se répètent à plusieurs niveaux contre les enseignants et la lassitude car ceux-ci se rendent compte que leurs actions n’aboutissent pas. La lassitude se double souvent d’amertume et même de cynisme comme l’avait très bien résumé un article remarquable de Luc Cédelle dans le Monde, il y a quelques jours (le 24-11-09) .
Cette analyse se trouve confirmée par une enquête dans Médiapart. Partant du débat sur la formation «si technique que même les personnes qui sont dedans s'y perdent», comme le dit un instituteur stagiaire, sourd une inquiétude bien plus profonde sur l'avenir de l'école. «Quand un gouvernement remet en question toute la recherche en sciences de l'éducation depuis 60 ans, la pédagogie différenciée, la carte scolaire..., tu te dis, ce n'est pas possible, ils veulent tuer l'enseignement public ouvert à tous», s'interroge le même enseignant. «Le problème, c'est la vision que le gouvernement a de l'enseignement: le prof parle, les élèves écoutent.». Et le directeur de l'IUFM d'Aix-Marseille, Jacques Ginestié de conclure : On est en train de mettre à bas l'idée même d'une éducation de qualité.».
Le climat est au pessimisme…

La revue de presse
La revue de presse et son rédacteur vont prendre un repos bien mérité à partir de demain pour repartir à la rentrée. Cette chronique, rappelons le, est le fruit d’un travail militant. Chaque jour, depuis sept ans, je consacre entre une heure trente et trois heures (selon arrivage) à cette revue de presse. Si je donne ces indications , ce n’est pas pour recevoir des compliments et des remerciements (quoique…) mais pour montrer les limites de cet exercice. Il y a des jours avec et des jours sans…. Sur un plan “journalistique” la revue de presse est un exercice particulier. Il ne s‘agit pas de donner son avis sur tout ni d’être exhaustif. Le “chapô” (oui, c’est comme ça qu’on l’écrit) n’est là que pour indiquer ce que le lecteur assidu de la presse que je suis a estimé de son point de vue devoir être signalé. Des articles peuvent échapper à la vigilance de cet exercice quotidien, des themes présents dans l’actualité peuvent être négligés dans l’éditorial (mais figurent dans le recensement des articles). C’est souvent le résultat d’un choix editorial, c’est quelquefois le résultat d’une negligence ou d’un oubli. N’hésitez pas alors à me l’indiquer. Un petit mot fait toujours plaisir.


Bon courage pour les derniers jours et…. Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 17/12/09 (certains articles payants)


La masterisation, un vrai casse tête (Blog de V.Soulé)
La réforme de la formation des enseignants, encore appelée "masterisation", aura réussi une chose : refaire l'unité syndicale contre elle. Enseignants, universitaires, parents d'élèves, étudiants, lycéens... vont manifester aujourd'hui pour réclamer son retrait ou au moins une sérieuse refonte. Pourtant Luc Chatel et Valérie Pécresse entendent conclure au plus vite, si possible avant Noel.
Lire la suite de l’article


«Chatel, si tu savais, ta réforme où on s'la met !»
Motivés, mais peu nombreux, des lycéens parisiens ont tenté de bloquer leurs établissements jeudi, pour protester contre la réforme du ministre de l'Education Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 17/12/09



Il menace de couper le «zizi» d'un élève : l'instit relaxé
La cour d'appel de Dijon n'a pas suivi les réquisitions de l'avocat général qui réclamait une amende contre Jean-Paul Laligant, condamné en première instance à 500 euros d'amende.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 17/12/09



Fonctionnaires : la gestion Sarkozy épinglée par la Cour des comptes
Le premier président de la Cour des comptes n'y va pas par quatre chemins. La politique du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, impulsée par Nicolas Sarkozy, est "dictée par des considérations budgétaires de court terme". Elle résulte d'une "démarche purement quantitative". "Incapable d'analyser les besoins et de programmer ses effectifs en conséquence", l'Etat, ajoute Philippe Séguin, a mis en œuvre une méthode qui "récompense les mauvais élèves, ceux qui, du fond de la classe, résistent aux efforts de productivité".
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 17/12/09



Enseignants « J’ai vraiment la rage… »
Les enseignants se sont mobilisés, hier, contre les réformes de la formation et du lycée. Reportage et paroles de professeurs en colère, au lycée Claude-Monnet, dans le treizième arrondissement de Paris .
Lire la suite de l’article


Manifs dans toute la france
Des manifestations et rassemblements de professeurs, parents d’élèves et lycéens ont été organisés hier dans toute la France pour protester contre la réforme controversée de la formation des enseignants. Des défilés ont eu lieu dans plusieurs grandes villes de province comme Lille, Marseille, Toulouse, Rennes, ou Montpellier, réunissant quelques centaines de personnes. Paris, environ 3 000 personnes, selon l’Unef, ont rallié Jussieu et la Sorbonne en fin d’après-midi. Les syndicats fustigent une « réforme régressive » qui va, selon eux, « à l’encontre d’une démocratisation de l’accès aux métiers de l’enseignement » et s’oppose « à l’amélioration de la qualité de la formation ».
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 17/12/09



Quand le chef révolutionne la cantine
Ce cuisinier ne voit pas des collégiens, mais des clients. Et il préfère servir du lapin au chocolat que des steaks mal décongelés. Quand la bonne bouffe s’invite à l’école…
Lire la suite de l’article

Rien vu...


Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 17/12/09



Martin Hirsch : « Définir une politique des associations »
Alors que se tient jeudi 17 décembre à Paris la deuxième Conférence de la vie associative (CVA), le haut-commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse Martin Hirsch détaille différentes mesures pour redéployer la place et la reconnaissance du travail associatif. Parmi elles, la création d’un Haut Conseil à la vie associative
Lire la suite de l’article


La prise en charge des mineurs étrangers isolés est problématique
Un colloque organisé jeudi 17 décembre à Lille, par deux départements et France terre d’asile, sera l’occasion d’alerter sur la situation des jeunes errants isolés
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 17/12/09



ras de fer autour de la future formation des enseignants
Syndicats d'enseignants, d'étudiants, et associations familiales ont manifesté hier contre le projet du gouvernement, qui prévoit de recruter les futurs enseignants à bac + 5.
Lire la suite de l’article


De moins en moins de candidats aux concours
Le nombre de candidats aux concours de recrutement dans le second degré public a baissé de près d'un tiers entre 2005 et 2009.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 17/12/09



Ne pas remplacer les fonctionnaires partant à la retraite «récompense les mauvais élèves»
le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite serait un cadeau pour le fond de la classe. C'est l'analyse livrée mercredi par le premier président de la Cour des Comptes, Philippe Séguin. Selon lui, cette règle, actuellement appliquée par l'Etat, «récompense les mauvais élèves», ceux qui «résistent aux efforts de productivité».
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Rue89 du 17/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 17/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 17/12/09



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 17/12/09


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 17/12/09


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 17/12/09


Rentrée "salée" en 2010
Faire toujours plus avec encore moins, c'est ce que le Se-Unsa annonce pour la rentrée 2010. Sortant de la réunion du Comité Technique Paritaire du 16 décembre, Christian Chevalier, secrétaire général du Se-Unsa, donne des indications sur les moyens humains de la rentrée 2010. Dans le premier degré, la disparition de 9 182 emplois de stagiaires représentent 2 300 équivalents temps pleins (ETP) en moins alors qu'il y a 1 650 postes à répartir et 5 000 élèves supplémentaires. Dans le second degré ce sont 6 733 stagiaires qui disparaissent soit 3 366 ETP pour 17 000 élèves supplémentaires. "Remplacements plus difficiles, classes surchargées, baisse de l’offre d’éducation sont au menu" prédit le Se-Unsa.
Lire la suite de l’article


Découverte scientifique : Les profs sont vaccinables (comme tout le monde)
"Le ministère de l’Éducation nationale proposera début janvier, aux personnels des écoles et des établissements scolaires publics et privés sous contrat, quel que soit leur statut, de se faire vacciner contre le virus de la grippe A H1/N1". Alors que médecins et infirmières sont réquisitionnés depuis des semaines pour vacciner les élèves dans les établissements, le ministère annonce qu'ils reviendront "dans certains établissements scolaires" vacciner les profs dans le cadre d'une "nouvelle campagne de vaccination". Cela "quel que soit leur statut". C'est dommage. J'aurais aimé voir des centres de vaccination différents pour agrégés, certifiés, PE, contractuels, etc
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 17/12/09


Mobilisation dans l'éducation contre les entorses à l'école républicaine
Etudiants et formateurs des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) défilent aujourd'hui dans plusieurs villes contre la réforme de la formation des enseignants. Mais sous le slogan «parce qu'enseigner est un métier qui s'apprend», cette journée regroupe bien plus que les défenseurs des IUFM: l'intersyndicale va des fédérations enseignantes (FSU, Unsa-Education, Sgen-Cfdt et Fep-Cfdt dans l'enseignement privé) aux étudiants de l'Unef, en passant par les parents de la FCPE et les lycéens de l'UNL et de la Fidl.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article
----------------------------------------------
ÉducPros du 17/12/09


Les écoles de commerce peinent à affirmer leur identité selon une étude de Precepta
Les business schools devraient être les mieux placées pour innover en matière d’image. Pourtant, selon une enquête publiée en décembre 2009 par le cabinet Precepta, la majorité des écoles de commerce feraient preuve d’un surprenant conformisme lorsqu’elles communiquent. Peu d’innovation ou de positionnements originaux… c’est la conclusion à laquelle arrive cette étude sur les stratégies identitaires des ESC françaises intitulée « Investir sur l’identité pour réussir sa différenciation ».
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 17/12/09



Masterisation: les présidents d'université demandent des "modifications"
La Conférence des présidents d'université (CPU) a demandé jeudi au gouvernement d'apporter des "modifications" d'ici lundi à son projet de réforme de la formation des enseignants ou "masterisation", selon une position adoptée en séance plénière à l'unanimité moins une abstention.
Lire la suite de l’article


Un collégien agresse son professeur avec une chaise
Une enseignante de français du collège de Saint-André-de-Cubzac (Gironde) a été agressée mercredi matin par l'un de ses élèves, âgé de 14 ans, qui l'a frappée à la tête avec une chaise, a-t-on appris auprès des gendarmes.
Lire la suite de l’article


L'Ile-de-France débloque 20 millions d'euros pour la résidence universitaire d'Antony
Le conseil régional d'Ile-de-France a voté jeudi une autorisation de programme de 20 millions d'euros en faveur de la résidence universitaire d'Antony (Hauts-de-Seine), a annoncé dans un communiqué le maire de Clamart, Philippe Kaltenbach (PS), qui s'est félicité de la mesure.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

mercredi, décembre 16, 2009

Revue de presse du mercredi 16 décembre 2009


Enseigner était un métier qui s’apprenait… - Loi Debré - Établissements publics locaux de coopération éducative -



Enseigner était un métier qui s’apprenait…
La journée d’actions contre la réforme de la formation des enseignants a été relativement peu suivie. Quelques milliers de manifestants à Paris, plusieurs centaines en province, ont défilé à l’appel de syndicats (Sgen, Fep, Fsu, Snes, Snuipp, Se-unsa, Cgt), d'une association de parents (Fcpe), de lycéens (Unl et Fidl) et d'étudiants (Unef). Les manifestants demandaient "une évolution du contenu des épreuves des concours…, de revenir sur la place des épreuves d’admissibilité…., la mise en place de dispositifs d’accompagnement financier renforcés et pérennes pour les étudiants".
"C'est un tour de chauffe. Contrairement à ce que le gouvernement espérait, on reparle de cette réforme. Si nous n'avons pas de réponse, il y aura d'autres actions en janvier", a déclaré Jean-Baptiste Prévost, président de l'Unef à l’issue de la manifestation parisienne. "Il est important de dire aujourd'hui au gouvernement que le système qu'il met en place va mener à la catastrophe. Le manque de pédagogie est en contradiction profonde avec la réforme du lycée", a rajouté Thierry Cadart du SGEN-CFDT.
Luc Chatel s'est dit bien déterminé à ne rien lâcher, ou presque, sur la réforme de la formation des enseignants. "Nous voulons tenir le cap d'une réforme qui va améliorer la formation de nos enseignants. En même temps la discussion, la négociation est toujours ouverte", a-t-il déclaré.
Mais sur quoi ? Puisque dans le même temps, il affirme "Nous travaillons à la finalisation de la maquette des différents concours",. Et il ajoute ensuite avoir discuté depuis six mois avec la communauté éducative sur les autres aspects de la réforme, et avoir "reçu les différents acteurs pour intégrer les différentes remarques des uns et des autres".
"Nous sommes à la fin de ces discussions, les textes seront publiés dans les meilleurs délais", a-t-il dit, estimant, dans un bel exercice de xylolalie, avoir trouvé "un bon compromis sur ce texte".

Cinquantenaire de la loi Debré
Il y a bientôt cinquante ans (le 31 décembre 1959),” était votée la “loi Debré qui inscrivait dans les textes la «liberté de l’enseignement», et proposait à toutes les écoles privées qui le souhaitaient de passer avec l’État un «contrat d’association», moyennant quoi leurs «dépenses de fonctionnement» seraient prises en charge «dans les mêmes conditions que l’enseignement public».
Depuis, la guerre scolaire n’a pas repris avec toutefois l’épisode de 1983 où le président Mitterand a été contraint de retirer la loi Savary qui prévoyait «l’insertion du secteur privé au sein du service public d’enseignement». Mais des zones de conflit existent toujours et sont ravivées régulièrement, comme le montrait très bien il y a quelques jours un reportage du Monde dans un petit village de Haute Garonne . Aujourd’hui, la question de la formation des enseignants et du rôle des universités catholiques, l’implantation de l’école alsacienne à Argenteuil, la carte scolaire, la loi Carle sont autant de motifs de réouvertures de conflits potentiels.
La Croix, à l’occasion de ce cinquantenaire consacre un dossier à ce sujet. Le journal catholique publie aussi un sondage qui montre que la moitié des parents (47% des parents d’élèves) souhaiterait scolariser ses enfants dans le privé, dont ils ont, semble t-il, une image très positive. 84 % des Français interrogés (et 88 % des parents d’enfants scolarisés) estiment en effet que la liberté donnée aux parents par la loi Debré de pouvoir choisir entre l’enseignement public et l’enseignement privé pour scolariser leurs enfants est une « bonne chose » (lire le sondage). Ils sont cependant un peu plus nombreux à l’affirmer parmi les sympathisants de droite (93 %) que parmi les sympathisants de gauche (79 %), mais la différence est faible. Quelles sont les qualités mises en avant par les personnes interrogées ? On citera l’importance accordée à la dimension éducative, au suivi personnalisé des élèves, à l’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants…
Ce qui, en creux, interroge aussi les limites du service public d’éducation.

Établissements publics locaux de coopération éducative
Une petite information pêchée dans 20 minutes.fr donne à réfléchir sur une des possibles évolutions de l’école dans les années à venir.
La municipalité de Lyon souhaite créer à titre expérimental à la rentrée 2010 quatre établissements publics locaux de coopération éducative (EPLCE). Chacun regrouperait quatorze classes, soit deux écoles, et serait piloté par l'Education nationale et la commune, dont les compétences en matière scolaire seraient clairement accrues. « Il y a urgence à mettre en cohérence au sein de l'école le travail des enseignants, des agents communaux et des intervenants extérieurs, estime l'adjoint aux Affaires scolaires, Yves Fournel (Gaec). Nous avons proposé des pistes de travail qui sont à l'étude au ministère.». La mairie prévoit dans le cadre de ce projet d'alléger la journée scolaire, d'allonger la pause déjeuner et de rouvrir les écoles volontaires le mercredi matin. Le temps libre avant, après la classe et pendant la pause de midi serait consacré aux activités périscolaires. Une réorganisation qui, on le voit, donnerait des compétences beaucoup plus grandes aux collectivités locales et notamment dans le domaine pédagogique. Et qui annonce peut-être aussi un désengagement de l’État. Le débat jacobins/girondins risque de se réveiller…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 16/12/09 (certains articles payants)


Rien vu...


---------------------------------------------
Le Figaro du 16/12/09


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 16/12/09



Le bac des élites, par Sandrine Blanchard
Les bulletins scolaires du premier trimestre sont arrivés. Que les élèves soient à l'école primaire ou au collège, le regard des parents se dirige instinctivement vers les résultats de leur progéniture en mathématiques. "Sois bon en maths, mon enfant." Depuis des décennies, cette petite phrase est inlassablement répétée dans de nombreuses familles.
Lire la suite de l’article


L'enseignement privé séduirait une famille sur deux en France
D'après un sondage CSA pour l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre (APEL) et le quotidien La Croix, 55 % des Français (47 % de parents d'élèves interrogés) souhaiteraient scolariser leurs enfants dans le privé, soit une famille sur deux. Ce désir est partagé par 74 % des sympathisants de droite et 44 % des sympathisants de gauche.
Lire la suite de l’article


L'université Paris-XIII-Villetaneuse, victime d'intrusions et de violences répétées
Il gèle à Villetaneuse et la violence jette un froid. Surtout lorsqu'elle s'abat en plein cours, dans un amphithéâtre d'université. Lundi 14 décembre, il est un peu plus de 15 heures lorsque trois individus s'introduisent dans un amphi de Paris-XIII-Villetaneuse et commencent à chahuter. Un étudiant demande le calme. Invectives. Bagarres. Le bras que lève le jeune homme pour se protéger le visage est lacéré de plusieurs coups de couteau. L'étudiant en droit a été opéré mardi. Et, dans les couloirs, l'émotion qui a saisi une partie des 20 000 étudiants de cette université de Seine-Saint-Denis n'est pas retombée. Les pétitions courent.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 16/12/09 (un jour de retard)



Gérard Aschieri « Il faut une véritable remise à plat »
Pour le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri, les syndicats devront lier réformes de la formation, du lycée et suppressions de postes, pour peser face au gouvernement.
Lire la suite de l’article


Formation des maîtres : les dangers de la réforme
Rejetée par l’ensemble de la communauté éducative,
la « masterisation » du recrutement des profs est au cœur
de la mobilisation enseignante prévue aujourd’hui.
Lire la suite de l’article


Fins de carrière difficiles pour
les enseignants
Selon une enquête publiée la semaine dernière, les profs âgés réclament un aménagement de leur temps de travail.
Lire la suite de l’article


Des sciences sociales réduites à peau de chagrin
PAR LAURENCE DE COCK, PROFESSEURE D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ET GUILLAUME MAZEAU, MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN HISTOIRE , POUR LE CVUH.

Que vise la suppression de l’histoire-géographie en terminale S ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 16/12/09



Touché par arme à feu devant son lycée
Un adolescent a été blessé par arme à feu, hier à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), alors qu’il se trouvait en pause devant son lycée. L’incident est survenu vers 15 h 30, près du parc Montaleau, l’endroit où les élèves se rassemblent pour fumer des cigarettes pendant les récréations. L’agresseur présumé, un jeune majeur domicilié dans une cité sensible de Champigny, est arrivé en voiture, accompagné de quatre autres personnes.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 16/12/09



Les Français veulent un enseignement libre et accessible à tous
Aujourd’hui, la moitié des parents souhaiterait scolariser ses enfants dans le privé, dont ils ont une image très positive, même s’ils ne le trouvent pas encore accessible à tous, en particulier au niveau financier. Tels sont les résultats de notre sondage exclusif CSA/Apel/"La Croix"
Lire la suite de l’article


Cinquante ans après la loi Debré, la guerre scolaire s'est apaisée
Si les querelles passionnelles se sont tues, des zones de tensions subsistent entre défenseurs de l’école laïque et de l’enseignement « libre », qui obligent les uns et les autres à se remettre en cause
Lire la suite de l’article


Compromis en vue sur le « forfait communal » des écoles privées
L’Assemblée nationale examine lundi 28 septembre un texte visant à régler le différend qui oppose certains élus locaux à l’enseignement catholique au sujet du « forfait communal »
Lire la suite de l’article


La loi Debré
Les rapports entre l’État et les établissements privés sont toujours régis par la loi n° 59-1557 (dite loi Debré) du 31 décembre 1959.
Lire la suite de l’article


Sondage CSA/Apel/"La Croix" sur l'enseignement
Aujourd’hui, la moitié des parents souhaiterait scolariser ses enfants dans le privé, dont ils ont une image très positive, même s’ils ne le trouvent pas encore accessible à tous, en particulier au niveau financier. Tels sont les résultats de notre sondage exclusif CSA/Apel/"La Croix"
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 16/12/09



La création d'entreprises possible à partir de 16 ans
François Fillon a marqué mercredi la 500.000e création d'entreprise en 2009 en confirmant l'instauration en France d'une pré-majorité à 16 ans pour permettre aux jeunes qui le souhaitent de créer leur société.
Le Premier ministre s'est réjoui de ce record principalement dû au succès de l'auto-entreprise - près de 300.000 créées depuis l'instauration du statut il y a un an -, "un véritable outil anti-crise" dont il a souhaité qu'il ne soit pas "dévoyé".
Lire la suite de l’article


Bras de fer autour de la future formation des enseignants
Syndicats d'enseignants, d'étudiants, et associations familiales ont manifesté hier contre le projet du gouvernement, qui prévoit de recruter les futurs enseignants à bac + 5.
Lire la suite de l’article


La réforme de la formation des enseignants n'a pas mobilisé contre elle
La journée nationale contre la réforme de la formation des enseignants, lancée pourtant à l'appel de seize organisations, a très peu mobilisé mardi y compris à Paris, le ministre de l'Education Luc Chatel assurant qu'il allait en publier les textes "dans les meilleurs délais".
Lire la suite de l’article


De moins en moins de candidats aux concours
Le nombre de candidats aux concours de recrutement dans le second degré public a baissé de près d'un tiers entre 2005 et 2009.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 16/12/09



La ville de Lyon candidate pour une réorganisation de l'école
Et si à l'avenir, dans les écoles, les petits Lyonnais pouvaient étudier, bénéficier de soutien scolaire et se divertir ? C'est en tout cas l'objectif de la municipalité qui, selon nos informations, souhaite créer à titre expérimental à la rentrée 2010 quatre établissements publics locaux de coopération éducative (EPLCE). Chacun regrouperait quatorze classes, soit deux écoles, et serait piloté par l'Education nationale et la commune, dont les compétences en matière scolaire seraient clairement accrues. « Il y a urgence à mettre en cohérence au sein de l'école le travail des enseignants, des agents communaux et des intervenants extérieurs, estime l'adjoint aux Affaires scolaires, Yves Fournel (Gaec). Nous avons proposé des pistes de travail qui sont à l'étude au ministère. »
Lire la suite de l’article


Les IUFM mollement défendus
Des manifestants un peu à la rue. La journée nationale contre la réforme de la formation des enseignants, lancée pourtant à l'appel de seize organisations, a très peu mobilisé hier. A Paris, ils n'étaient que 3 000 à défiler, d'après le syndicat FSU (600 personnes selon la police). Et dans les autres grandes villes françaises, ils étaient rarement plus de 400. A Marseille, on n'a même dénombré qu'une cinquantaine de manifestants. « C'est un tour de chauffe », a estimé Jean-Baptiste Prévost, président de l'Unef, qui était à l'origine de la journée, alors que le secrétaire général de l'Unsa-Education, Patrick Gonthier, s'est dit « décontenancé » par le peu de monde.
Lire la suite de l’article


Nadine Morano, «elle a un problème avec la jeunesse»
La secrétaire d'Etat à la Famille a dit vouloir du jeune musulman «qu'il ne parle pas verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers».....
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 16/12/09



A Montréal, le voile fait partie de l'uniforme scolaire
L'école publique Marguerite-De Lajemmerais fait partie des quelques établissements de Montréal qui imposent le port de l'uniforme à ses élèves, une mesure en vigueur depuis septembre 2006. Originalité de cette école, les élèves portant le hijab - voile islamique - peuvent aussi se le procurer chez le fournisseur de l'établissement. Une initiative inédite, qui soulève la question de l'intégration des religions à l'école au Canada.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 16/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 16/12/09



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 16/12/09


Les Français plébiscitent l'enseignement privé
Selon un sondage CSA, une famille sur deux souhaiterait scolariser ses enfants dans le privé. Pour 84% de personnes interrogées, le privé assure un enseignement de qualité.
Lire la suite de l’article


Un adolescent se fait tirer dessus devant son lycée
Le jeune homme de 16 ans a été légèrement blessé au genou par un tir de fusil à Sucy-en-Brie dans le Val-de-Marne.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 16/12/09


Le casse-tête de la masterisation
La réforme du recrutement des enseignants au niveau master soulève un tollé chez le corps enseignant qui se mobilise ce mardi à 17h. Quels sont les enjeux autour de ce projet? Pourquoi est-il si décrié? On fait le point.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 16/12/09


Quelques milliers de manifestants pour une autre formation des enseignants
Derrière une banderole "Non à la démolition de la formation", ils étaient quelques milliers à défiler à Paris contre la réforme de la formation des enseignants.
Lire la suite de l’article


La crise et la fracture scolaire
Éditorial de François Jarraud

Malgré la crise, la fracture numérique se réduit, observe une récente enquête du Credoc sur "la diffusion des TIC dans la société française". Mais plus elle se referme, plus le fossé scolaire semble s'ouvrir.
Lire la suite de l’article


Clionautes : Luc m'a tué…
C'est un débat pour savoir quelle position l'association devait prendre sur la réforme du lycée qui a fini par faire exploser les Clionautes, une association qui regroupe quelques dizaines de membres mais qui relie environ un millier de professeurs d'histoire-géographie. Las des conflits de personne et déçus par le conservatisme pédagogique de certains membres, la présidente, Caroline Jouneau-Sion, et une partie du bureau ont démissionné.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 16/12/09


Dans les Landes, six lycéens dans la «routine» des gardes à vue
Six lycéens des Landes – dont quatre mineurs – ont été placés en garde à vue par les gendarmes, le 11 décembre, pour avoir tenté de murer l'entrée de leur lycée en guise de protestation contre la réforme des lycées. Ils ont été remis en liberté, dans la journée, avec en poche des convocations à comparaître devant la justice. La privation de liberté imposée à ces adolescents revêt cependant une portée symbolique, dans une période où la garde à vue «à la française» est contestée par un mouvement de refus qui implique un nombre grandissant d'avocats et de magistrats.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 16/12/09


Masterisation : une réforme à quel prix ?
Deux études, rendues publiques fin octobre, mettent en évidence l’ampleur du malaise enseignant et la nécessaire revalorisation de ce métier. Le constat aurait de quoi démotiver plus d’un candidat aux concours de l’enseignement à l’heure où la réforme de la masterisation entre dans sa seconde année de contestation.

Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 16/12/09



Formation des enseignants: quelques milliers de personnes défilent à Paris
Quelques milliers d'enseignants, d'étudiants et de parents d'élèves - 3.000 selon le syndicat d'enseignants FSU - ont commencé à manifester à Paris peu après 17H00 contre la réforme de la formation des enseignants, a constaté un journaliste de l'AFP.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel entend "tenir le cap" sur la formation des enseignants
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a déclaré qu'il entendait "tenir le cap" sur la réforme de la formation des enseignants, contre laquelle était organisée mardi une journée de mobilisation.
Lire la suite de l’article


Une famille sur deux voudrait scolariser ses enfants dans le privé (sondage)
Une famille sur deux souhaiterait que ses enfants fréquentent l'enseignement privé, qui scolarise un enfant sur cinq, indique un sondage réalisé par l'institut CSA pour l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre (Apel) et le quotidien La Croix.
Lire la suite de l’article


Fin de la vente d'alcool aux mineurs: la distribution mise sur la pédagogie
La distribution mise sur l'information et la pédagogie afin d'expliquer pourquoi elle n'a plus le droit de vendre de l'alcool aux mineurs de plus de seize ans, et pour sensibiliser les Français à une consommation raisonnable, a expliqué le secteur mercredi.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

mardi, décembre 15, 2009

Revue de presse du mardi 15 décembre 2009


Mobilisation pour une réelle formation des enseignants - Ressources humaines - L’école et l’identité nationale -



Mobilisation pour une réelle formation des enseignants
Aujourd’hui était –en principe- une journée de mobilisation inter-syndicale contre la “réforme” (la casse ?) de la formation des enseignants. La manifestation parisienne qui a amené un faible nombre de participants dans un froid glacial (brrr…) de Jussieu à la Sorbonne (avec quelques détours) a montré que si les états-majors avaient réussi à se mettre d’accord sur un « plus petit commun dénominateur », il n’y avait pas eu de réelle mobilisation. Seuls des lycéens et des étudiants ont permis de réchauffer l’ambiance plutôt morose.
Pourtant les enjeux sont essentiels et concerne à terme l’avenir même de l’école. Mais sur cette question la mobilisation collective d’aujourd’hui était particulière car les dissensions existent au sein du monde enseignant et de leurs représentations syndicales.Véronique Soulé résume très bien cette situation complexe sur son blog et montre que plusieurs problèmes se superposent et opposent les enseignants.
Mais ce qui fait l’unanimité cependant c’est aussi l’incohérence qui apparaît dans la politique éducative. Comme le rappelait Maryline Baumard dans un des meilleurs articles sur le sujet , il existe une forte contradiction entre ce qui se fait au lycée, autour de l’accompagnement, du tutorat, de projets multidisciplinaires et la formation des enseignants qui redevient purement académique. L'éducation nationale reconnaît le savoir disciplinaire, mais pas la compétence professionnelle. Jacques Ginestié, directeur de l’IUFM d’Aix Marseille, le confirme dans un entretien accordé à Médiapart : “Le gouvernement a créé quelque chose d’encore plus aberrant que les IUFM. Les étudiants de master 2 devront courir quatre lièvres à la fois: préparer des concours de l’enseignement hypersélectifs, mener une recherche débouchant sur un mémoire, préparer un master disciplinaire qui, explicitement, ne prépare pas aux concours de l’enseignement et se former professionnellement au cours en faisant des stages. ” et il ajoute “on va confier l’enseignement à des fonctionnaires qui découvriront le métier en même temps que leurs élèves.
Est-il possible de faire évoluer le projet ? "Nous allons présenter le 21 décembre, au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser), la maquette, le cadrage de ces nouveaux diplômes", a déclaré Mme Pécresse sur France Inter. "Le Cneser, c'est le lieu de la concertation avec les partenaires syndicaux et les représentants du monde universitaire, nous allons avoir ce dialogue et nous pourrons encore éventuellement améliorer des choses qui pourraient être améliorées", mais "la négociation ne veut pas dire le consensus", a encore dit Mme Pécresse.
Au delà de cela, il importe que cette question devienne celle de tous les enseignants mais aussi des parents et des élèves. La formation des enseignants ce devrait être l’affaire de tous !


Ressources humaines
Dans son interview au Journal du Dimanche, Luc Chatel déclarait "Le ministère a complètement abandonné sa mission de gestion des ressources humaines, depuis des années…. L’Etat recrute ses enseignants mais ensuite les abandonne devant les élèves sans les accompagner, les écouter, leur proposer des perspectives". Et il ajoutait : "Je vais mettre sur la table la question de la revalorisation des salaires des enseignants mais aussi reposer la question de la gestion des ressources humaines". On sait que la “revalorisation” salariale est en fait très limitée alors le ministre communique surtout sur d’autres chantiers...
Le Figaro nous présente Josette Théophile, nommée le 30 septembre dernier à la direction des ressources humaines de l’éducation nationale. Cette ancienne DRH de la RATP a plusieurs chantiers devant elle, dont certains peuvent inquiéter.
En janvier, on abordera avec les syndicats des sujets relativement “calmes” : Droit individuel à la formation, mobilité, seconde carrière… Mais d’après Le Figaro, des sujets complexes attendent Josette Théophile : et notamment ce qu'en langage «ressources humaines» on appelle l'«appréciation professionnelle». En termes clairs cela renvoie à la fameuse - et très controversée - progression au mérite promise par Nicolas Sarkozy. «Nous avons devant nous un travail de clarification, explique la DRH. Pour l'instant, l'appréciation est très centrée sur ce qui se passe dans la classe. Mais les enseignants qui passent beaucoup de temps sur le projet d'établissement attendent une prise en compte de leur implication.»


L’école et l’identité nationale
Le Monde de l’éducation (supplément mensuel du quotidien) consacre son dossier au thème de l’identité nationale. Mais cette notion n’existe pas dans les programmes d'histoire-géographie, comme dans ceux d'instruction civique et morale (en primaire), d'éducation civique (au collège), ou d'éducation civique juridique et sociale (ECJS, au lycée), le terme d'identité nationale n'apparaît nulle part de façon littérale. Comme le dit le titre d’un des articles de ce dossier : “ A l’école, on parle de la nation, pas de l’identité
Mais qu’elle participe au débat sur l'identité nationale ou qu'elle le snobe, l'école est forcément directement interpellée. un autre article montre bien que l’histoire, qu’elle le veuille ou non, transmet des mythes et un “récit national”. Mais celui ci évolue avec les années 70 et les suivantes où l’histoire doit intégrer dans ce récit des pages nouvelles et douloureuses : la Shoah, l’esclavage, la colonisation.
Laissons le dernier mot à Faïza, un élève de 3ème du quartier de la Goutte d’Or à Paris interviewé dans un autre article. Pour lui être français, : “c'est se sentir égal aux autres, ne pas juger différemment un Français et un Arabe". "Liberté, Egalité, Fraternité, c'est ça "être français"

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 15/12/09 (certains articles payants)


La masterisation, un vrai casse tête (Blog de V.Soulé)
La réforme de la formation des enseignants, encore appelée "masterisation", aura réussi une chose : refaire l'unité syndicale contre elle. Enseignants, universitaires, parents d'élèves, étudiants, lycéens... vont manifester aujourd'hui pour réclamer son retrait ou au moins une sérieuse refonte. Pourtant Luc Chatel et Valérie Pécresse entendent conclure au plus vite, si possible avant Noel.
Lire la suite de l’article


Bulletin d’alerte pour la formation des enseignants
Le projet de «mastérisation», défendu par Luc Chatel et Valérie Pécresse, fait l’unanimité contre lui, ressoudant des syndicats hier divisés. Mobilisation aujourd’hui.
Lire la suite de l’article


L’université explore les pôles
Nicolas Sarkozy a annoncé hier la création de dix sites d’excellence, financés à hauteur de 10 milliards d’euros grâce au grand emprunt.
Lire la suite de l’article


Utilitarisme
Par PAUL QUINIO

Retenir l’enseignement supérieur et la recherche, comme l’a fait hier Nicolas Sarkozy, au premier rang des cinq priorités dévolues au futur grand emprunt relève du bon sens. Personne ne peut contester l’enjeu majeur que constitue, dans la compétition internationale, un système universitaire et de recherche performant. Et personne ne peut nier, près de vingt ans après le plan Université 2000 de Lionel Jospin, qu’il devenait urgent de se pencher à nouveau sur l’avenir de nos campus, le sort de leurs enseignants, chercheurs et étudiants. Non qu’il faille hurler avec les loups sur la faiblesse de l’université française : elle a comme nulle autre institution de ce pays survécu à un changement radical de sa mission, en l’occurrence la démocratisation. Mais lui rendre cet hommage ne signifie pas que tout va pour le mieux sur tous les campus de France. Certaines des modalités présentées hier sont discutables.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 15/12/09


Quand l'Éducation nationale gère ses ressources humaines
Josette Théophile, nommée par Luc Chatel et Valérie Pécresse, va ouvrir quelques chantiers.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 15/12/09



Le médiateur et "le mammouth"
Ce mardi 15 décembre, jour de mobilisation dans l'éducation nationale marque aussi le dixième anniversaire du médiateur. Un poste privilégié, s'il en est, pour observer les récriminations des Français sur l'école. Leur école. Entre juillet et octobre, ses boîtes aux lettres débordent. Un courrier digne d'un ministre ! Missives ou courriels, Mme la médiatrice de l'éducation nationale réceptionne à cette époque les plaintes d'une bonne partie des 7 000 mécontents qui l'appellent au secours chaque année. Cela fait tout juste dix ans que "le mammouth ", selon l'expression de Claude Allègre, dispose de son médiateur, et même, depuis cet été, de sa médiatrice. A 59 ans, après avoir enseigné le français, travaillé au Commissariat du plan et dirigé l'Union nationale des allocations familiales (UNAF), Monique Sassier a été nommée à ce poste en juillet.
Lire la suite de l’article


Sur dix plaintes, quatre proviennent d'enseignants, six de parents
Sept ans durant, Jacky Simon a inventé le métier et travaillé à ce que la médiation ne soit pas seulement un guichet de réclamations, mais fasse évoluer le système.
Lire la suite de l’article


Journée de mobilisation contre la réforme de la formation des enseignants
La réforme controversée de la formation des enseignants va être une nouvelle fois, mardi 15 décembre, la cible d'une journée nationale de mobilisation intersyndicale, à laquelle pourraient se joindre des lycéens, pour protester contre la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


"Quand on habite en France, on est forcément français ?"
Lorsque le professeur d'histoire-géographie a écrit "identité nationale" au tableau, Laure n'a pu réprimer un "C'est quoi, ça ?". Surprise passée, la jeune fille et ses copains de 3e ont tout de même brossé, à petites touches, le portrait de l'"Homo gallicus". Un portrait contrasté, en clair-obscur.
Lire la suite de l’article


A l'école, on parle de la nation, pas de l'identité
On a beau chercher dans les programmes d'histoire-géographie, comme dans ceux d'instruction civique et morale (en primaire), d'éducation civique (au collège), ou d'éducation civique juridique et sociale (ECJS, au lycée), le terme d'identité nationale n'apparaît nulle part de façon littérale. Ce qui ne signifie pas pour autant que cette notion ne transparaît pas en différents points des programmes, lorsqu'ils abordent la question nationale.
Lire la suite de l’article


Quand l'histoire raconte des histoires
L'école, ciment de la nation ? Qu'elle participe au débat sur l'identité nationale ou qu'elle le snobe, l'école est forcément directement interpellée. "Concernée", comme l'a dit récemment le ministre de l'éducation, Luc Chatel . Parce que l'école et la nation entretiennent à la fois un lien étroit et une liaison tumultueuse.
Lire la suite de l’article


Enfants d'immigrés, l'école leur a appris à aimer les valeurs de la République
magyd Cherfi, ex-chanteur du groupe Zebda, parolier, écrivain.
Karima Delli, députée européenne, membre des collectifs Jeudi noir et Sauvons les riches.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 15/12/09



Formation des maîtres, les dangers de la réforme
Rejetée par l’ensemble de la communauté éducative, la « masterisation » du recrutement des profs est au coeur de la mobilisation enseignante prévue aujourd’hui.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 15/12/09



Cours d’autorité pour les profs
Les enseignants peuvent suivre des cours pour mieux gérer leurs classes et faire face à des élèves turbulents ou violents. Nous avons assisté à la première session, en présence de profs volontaires.
Lire la suite de l’article


Un DVD de conseils pratiques
Que repondre quand un élève vous traite de bouffon ? Comment réussir à capter l'attention d'une classe remuante ? Autant de questions que se posent les jeunes profs, et auxquelles se propose de répondre le DVD « Tenue de classe », distribué en cette rentrée à tous les professeurs débutants de l'académie. « Il existe une quantité de techniques simples qui permettent d'éviter les tâtonnements des débuts et qu'on n'apprend pas lors de notre formation, purement académique », explique Sébastien Clerc*, 33 ans, professeur depuis 2000 en lycée professionnel au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), et qui est à l'origine du DVD réalisé en juin dernier. Exemple, pour éviter de mettre des heures de colle à rallonge : « l'encadré de la mort qui tue », comme le surnomme les élèves, qui consiste à écrire dans un coin du tableau le nom des perturbateurs. « Si le nom n'est pas effacé à la fin de l'heure de cours, l'élève aura sa sanction », précise le prof. Pour compléter le DVD, les 1 500 néotitulaires de l'académie vont suivre une journée obligatoire de formation sur la tenue de classe en octobre, suivie de deux journées facultatives pendant l'année. * Auteur de « Au secours ! Sauvons notre école » (Oh ! Editions), paru en septembre 2008.
Lire la suite de l’article


Un proviseur agressé à Montbéliard
Le proviseur d'un lycée de Montbéliard, dans le Doubs, a été agressé lundi devant l'entrée de son établissement, bloquée par des lycéens venus manifester pour le retrait de la réforme de l'Éducation nationale. Selon, le rectorat et la police, le proviseur du lycée Viette de Montbéliard, Jean-Jacques Levy, âgé de 59 ans, a reçu une pierre dans le dos et s'est fait bousculer devant son établissement.
Lire la suite de l’article


BNP Paribas va envoyer les collégiens en voyage
La banque, premier employeur privé du 93, va consacrer 3 M€ sur deux ans pour ces voyages scolaires, dans le cadre d’un partenariat avec le conseil général.
Lire la suite de l’article


Sarkozy veut délocaliser Normale sup
Le chef de l’Etat a annoncé hier que la prestigieuse école de Cachan, installée dans le Val-de-Marne depuis cinquante-deux ans, pourrait déménager à Saclay (Essonne).
Lire la suite de l’article


L’Ecole alsacienne veut s’installer à Argenteuil
Après de longs débats au conseil municipal, les élus ont donné leur feu vert pour accueillir la prestigieuse Ecole alsacienne qui envisage d’ouvrir une antenne sur la ville.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 15/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 15/12/09



Grandes gagnantes, les universités vont devoir convaincre
La manne du grand emprunt sera ciblée sur quelques groupements d'établissements, sélectionnés après un appel à projets. Un pas de plus dans le rapprochement entre établissements et dans le développement de la culture de la performance.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 15/12/09



Les enseignants attendus dans la rue
Les manifestations sont annoncées dans plusieurs villes de province, comme Caen, Lille, Marseille, Montpellier, Nancy ou Toulouse...
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 15/12/09



Ces lycées parisiens qui interdisent leur internat aux filles
Les portes de l'internat du lycée Henry IV sont closes pour la gent féminine. Cette pratique, qui peut sembler d'un autre âge, est très présente à Paris, dans les internats destinés aux élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Le collectif Ouvrons les portes a jeté un pavé dans la mare début octobre en saisissant la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde).
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 15/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 15/12/09



PS: Maître "un métier difficile"
Le Parti socialiste a dénoncé mardi dans un communiqué la réforme de la formation des maîtres qui profile "une baisse de la qualité de l'enseignement". Réduire la formation à "quelques stages et à quelques stages et à quelques modules optionnels" est "un message de mépris qui est envoyé au monde enseignant, dont la spécificité du travail est ainsi ignorée". Sans oublier que "ce sont les élèves qui feraient les frais". "Une réforme est nécessaire, mais elle doit aboutir à améliorer la préparation des enseignants, pas à la réduire pour des raisons d'économies budgétaires", rappelle le PS. Il appelle le gouvernement à "revoir totalement sa réforme" et "écouter les enseignants".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 15/12/09


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 15/12/09


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 15/12/09


Journée de mobilisation aujourd'hui
Mardi 15 décembre, syndicats (Sge, Fsu, Snes, Snuipp, Se-unsa, Cgt), parents (Fcpe), lycéens (Unl et Fidl) et étudiants (Unef) appellent à une journée d'actions contre le projet de texte sur la formation des enseignants.
Lire la suite de l’article


Admissibilité, admission : inadmissible ?
Editorial de Marcel Brun

En ce jour de mobilisation autour de l’idée qu’enseigner « est un métier qui s’apprend », on connaît un peu mieux le dernier projet de contenu des épreuves de concours.
Lire la suite de l’article


Différencier les filières sans établir de hiérarchie : le HCE juge la réforme du lycée
Le 10 décembre, le Haut Conseil de l'Education a remis des "observations" sur la réforme du lycée. Parmi les idées avancées , la définition de compétences propres aux filières du lycée et une charge en règle contre les SES. Bruno Racine s'en explique.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 15/12/09


Mobilisation dans l'éducation contre les entorses à l'école républicaine
Etudiants et formateurs des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) défilent aujourd'hui dans plusieurs villes contre la réforme de la formation des enseignants. Mais sous le slogan «parce que enseigner est un métier qui s'apprend», cette journée regroupe bien plus que les défenseurs des IUFM: l'intersyndicale va des fédérations enseignantes (FSU, Unsa-Education, Sgen-Cfdt et Fep-Cfdt dans l'enseignement privé) aux étudiants de l'Unef, en passant par les parents de la FCPE et les lycéens de l'UNL et de la Fidl.
Lire la suite de l’article


Jacques Ginestié : «Des enseignants qui découvriront le métier en même temps que leurs élèves»
Les textes réglementaires de la réforme de la formation des enseignants seront finalement présentés au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche 19 décembre 2009, quelques jours après ceux de la réforme du lycée. Près d’un an de «consultations», pour choisir au final «la pire des solutions» selon Jacques Ginestié, directeur de l’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) d’Aix-Marseille. La réforme prévoit le recrutement des professeurs au niveau master 2 (bac plus cinq) et de confier la formation aux universités via des masters.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 15/12/09


Grand emprunt : 19 milliards d'euros pour l'enseignement supérieur et la recherche
Lors de la conférence de presse sur le grand emprunt, Nicolas Sarkozy a notamment précisé que sur les 11 milliards d’euros consacrés à l’enseignement supérieur et la formation, 8 milliards serviraient à faire émerger une dizaine de campus d’excellence. Huit milliards d’euros iront également à la recherche.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 15/12/09



Deux organisations de chercheurs critiquent le grand emprunt
Le collectif Sauvons la Recherche et le premier syndicat de chercheurs, le SNCS-FSU, ont critiqué mardi les orientations du grand emprunt annoncé lundi par Nicolas Sarkozy, dont les 35 milliards d'euros sont majoritairement consacrés à l'enseignement supérieur et à la recherche.
Lire la suite de l’article


Le grand emprunt va "creuser les inégalités" entre universités (syndicat)
Le grand emprunt, dont le président Nicolas Sarkozy a détaillé mardi les priorités, risque "de creuser les inégalités" entre universités et va les mettre en "concurrence", a estimé lundi le syndicat national de l'enseignement supérieur Snesup dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


Les masters enseignants soumis le 21 décembre au monde universitaire
Le "cadrage" des nouveaux masters que devront passer les futurs enseignants sera présenté lundi 21 décembre au Cneser, l'instance représentative et consultative du monde universitaire, a annoncé mardi la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.



La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

lundi, décembre 14, 2009

Revue de presse du lundi 14 décembre 2009


Etrennes et prise de dette - Lycées : changer le logiciel – Chatel, le ministre et les resources humaines – formation des enseignants : journée d’action-




Étrennes et prise de dette
C’est aujourd’hui que Nicolas Sarkozy annonçait les derniers arbitrages concernant le "grand emprunt" . Celui ci représentera 35 milliards d'euros au total. Mais l'Etat n'aura en réalité qu'à emprunter 22 milliards d'euros. Soit le bas de la fourchette évoquée par le chef de l'Etat. La différence - 13 milliards d'euros - provient des sommes remboursées par les banques à l'Etat.
La première des dépenses du grand emprunt sera consacrée aux Universités et à la formation. Cela représentera 11 milliards d'euros, dont 8 milliards serviront à "faire émerger 5 à 10 campus d'excellence ayant les moyens, la taille critique et les liens avec les entreprises qui leur permettront de rivaliser avec les meilleurs universités mondiales". Il se place là dans la droite ligne de la commission Juppé-Rocard, qui avait émis l’idée de répartir 10 milliards entre cinq et dix groupements d’établissements supérieurs et de recherche. Le seul moyen de « gagner le combat de la compétitivité », br/> selon le président. Un système de dotation permettra aussi aux universités de disposer de ressources stables qu’elles pourront gérer et faire fructifier. L'Etat investira aussi 500 millions d'euros dans la rénovation des centres de formation, le développement de l'apprentissage et la création d'internats d'excellence.
A propos d’internat d’excellence que N.Sarkozy veut développer, on pourra lire une reportage dans Le Figaro magazine sur les pensionnats.. En parallèle avec une description de la vie dans la Maison d'éducation de la Légion d'honneur, on trouve aussi un reportage sur l'internat d'excellence de Sourdun, en Seine-et-Marne.

Lycées : changer le logiciel !
Il nous faut évoquer un “point de vue” paru dans Le Monde.fr sur la réforme du lycée et signé par 3 candidats “Europe Écologie” aux régionales. Aux côtés de Marie-Christine Blandin et de Cécile Duflot, figure un habitué de cette chronique consacrée à l’éducation puisqu’il s’agit du pedagogue Philippe Meirieu, aujourd’hui tête de liste pour la region Rhône-Alpes.
Leur propos est, comme le dit le titre, de commenter la “réforme” du lycée et de revendiquer une autre vision de l’éducation. “Et voilà qu'arrive aujourd'hui une nouvelle "réforme" écrivent-ils. Elle s'inscrit dans un contexte général de réduction drastique des moyens en personnels, de recours aux statuts précaires, de suppression des budgets pédagogiques nationaux. Elle est concomitante d'une désastreuse disparition de toute véritable formation pédagogique des enseignants.
Tout en constatant la faiblesse des ambitions du projet gouvernemental et ses risques de dérives, ils revendiquent plus d’ouverture des lycées et plus de démocratie pour les lycéens et plus de pédagogie dans les pratiques des enseignants. Ils souhaitent aussi un véritable droit à la formation tout au long de la vie. Evidemment, ils n’oublient pas le rôle des régions car pour ces candidats aux régionales, “ l'éducation nationale et les régions doivent travailler de concert pour faire des lycées de véritables lieux d'apprentissage tout au long de la vie.

Chatel, le lycée et les resources humaines
Dans une interview parue dans le JDD dimanche, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a déclaré que l'histoire et la géographie sortaient «renforcées» de la réforme du lycée général. «Elles se retrouvent au coeur du tronc commun de première. Désormais, les élèves de première auront tous quatre heures hebdomadaires et le même programme pour une culture commune partagée», a rappelé Luc Chatel. Pour le ministre, «il faut sortir de l'hypocrisie» car, selon lui, «la filière S n'est plus une filière scientifique» mais «en gros, elle concentre les meilleurs élèves». «Les filières ES et L ne peuvent pas demeurer des sous-filières de la S», poursuit-il, en soulignant encore: «je n'ai pas non plus entendu beaucoup d'historiens et d'intellectuels s'indigner de l'absence de l'histoire-géographie en terminale dans les lycées technologiques».

Autre volet de son entretien au JDD la question des personnels. "Le ministère a complètement abandonné sa mission de gestion des ressources humaines, depuis des années…. L’Etat recrute ses enseignants mais ensuite les abandonne devant les élèves sans les accompagner, les écouter, leur proposer des perspectives". C’est le ministre lui même qui le dit. "Je vais mettre sur la table la question de la revalorisation des salaires des enseignants mais aussi reposer la question de la gestion des ressources humaines".
Naïvement, je croyais que la formation des personnels était un élément important de la gestion des ressources humaines…

Formation des enseignants : non à la casse !
Mardi 15 décembre se tient une journée d’actions pour repousser la réforme de la formation des enseignants. Cette journée est à l’appel des syndicats (Sge, Fsu, Snes, Snuipp, Se-unsa, Cgt), des parents (Fcpe), des lycéens (Unl et Fidl) et des étudiants (Unef) Il y a trois reproches principaux qui sont faits à la circulaire qui organise les nouveaux masters d'enseignement. D’abord, la dimension pédagogique est réduite à quasiment rien. Ensuite le calendrier des concours pénalise les étudiants et nuit à la formation car il oblige à mener sur une année avec trop de contraintes et au détriment, entre autres de l’observation. Enfin les IUFM sont de fait éliminés alors qu'ils représentent un capital de savoir-faire et de personnels dédiés à la formation.
A Paris une manifestation est prévue à 17 heures de Jussieu vers la Sorbonne. Dans 50 départements des manifestations ou rassemblements ont lieu en fonction du préavis de grève qui a été déposé.
Lorsqu’on écoutait aujourd’hui les comptes-rendus de la conférence de presse, on pouvait entendre qu’une partie importante du grand emprunt était consacrée à l’enseignement supérieur et à la formation. Mais qu’on ne se méprenne pas. Il ne s’agit pas de la formation des enseignants. Là, on fait des economies….

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 14/12/09 (certains articles payants)


Sarkozy: «Nous voulons les meilleures universités du monde»
Enseignement supérieur et formation, recherche, industrie et PME, numérique, développement durable: le chef de l'Etat a détaillé ce matin les orientations du grand emprunt, qu'il a chiffré à 35 milliards d'euros de financements publics. Les principales annonces.
Lire la suite de l’article


Mastérisation : la contestation repart
La réforme de la formation et du recrutement des enseignants (dite mastérisation) continue de soulever de vives protestations. Une journée d'action est organisée demain.
Lire la suite de l’article


7 Français sur 10 désapprouvent la suppression de l'histoire en terminale S
La mesure, prévue dans le cadre de la réforme du lycée, est en revanche approuvée par 22% des personnes interrogées, selon un sondage Ifop-L'Humanité.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 14/12/09


Des proviseurs coachés pour gérer les situations de crise
Pour apprendre à gérer d'éventuels cas de violences collectives dans leurs établissements situés dans des zones sensibles, des proviseurs et des personnels d'encadrement ont participé à un exercice de simulation.
Lire la suite de l’article


Vive le pensionnat !
Faut-il y voir l'influence des aventures de Harry Potter ou le signe d'un besoin d'autorité ? L'internat est en tout cas à la mode. Dans le secteur privé, qui a accueilli 6 500 pensionnaires de plus dans le secondaire depuis 2006, comme dans le public, où l'Etat vient d'ériger le pensionnat comme un outil de réussite scolaire au sein de son plan espoir banlieues. Pour mieux comprendre cet engouement, « Le Figaro Magazine » s'est rendu dans deux établissements que tout semble opposer : la Maison d'éducation de la Légion d'honneur, à Saint-Denis, et l'internat d'excellence de Sourdun, en Seine-et-Marne.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 14/12/09



Edito du Monde
Entorses

Signe de vitalité ou symptôme de malaise, il ne se passe pas une saison sans que le monde de l'éducation s'enflamme. Au printemps, les universitaires partaient en guerre, pendant des semaines, contre la réforme de l'enseignement supérieur. Cet automne, ce sont tous les historiens de France et de Navarre qui font chorus pour dénoncer la suppression de l'enseignement obligatoire de l'histoire en classe de terminale scientifique.
Lire la suite de l’article


Le "langage du cœur", arme anti-conflits
Au bureau, Eric se voit reprocher son comportement par sa collègue. Le ton monte, il s'emporte, sa collègue aussi. Déjà tendues, les relations se sont envenimées un peu plus. Cette scène va être répétée sous forme de jeu de rôle, lors d'un stage de deux jours de formation à la "communication non violente" (CNV). D'horizons différents, dix hommes et quatre femmes, dont certains en cours de reconversion professionnelle, sont venus pour apprendre à mieux gérer les conflits au travail, dans le couple ou en famille.
Lire la suite de l’article


Une alternative aux réprimandes dans les cours d'école
Les demandes de formation à la communication non violente (CNV) sont de plus en plus nombreuses dans les établissements scolaires. Au lycée Edmond-Michelet, à Arpajon, elles ont commencé en 2008 avec des journées de sensibilisation pour les délégués de classe et une conférence destinée aux parents autour des questions : "Comment dialoguer dans le respect ?" et "C'est quoi enseigner ? C'est quoi apprendre ?", explique la formatrice, Eliane Régis.
Lire la suite de l’article


Grand emprunt : les choix de M. Sarkozy
Nicolas Sarkozy dévoile, lundi en fin de matinée, ses décisions sur le grand emprunt. Le chef de l'Etat a choisi de suivre, pour l'essentiel, les recommandations de la commission Juppé-Rocard sur le "grand emprunt". Il a choisi, aussi, de donner aux marchés, aux agences de notation et à la commission européenne des signes de sa volonté de redresser les finances publiques françaises.
Lire la suite de l’article


M. Sarkozy tranche pour un emprunt à 22 milliards d'euros
Attendu sur sa politique de sortie de crise, Nicolas Sarkozy a choisi un exercice qu'il n'affectionne guère – une conférence de presse, la deuxième de son quinquennat – pour en dévoiler les grandes lignes et rendre publics ses arbitrages sur l'emprunt et le financement des priorités d'avenir. Comme les dernières semaines le laissaient présager, le chef de l'Etat a choisi de suivre, pour l'essentiel, les recommandations de la commission Juppé-Rocard, dont il a salué le travail, et de donner aux marchés, aux agences de notation et à la Commission européenne des signes de sa volonté de redresser les finances publiques.
Lire la suite de l’article


Au collège et au lycée, la cantine laisse les élèves sur leur faim
Cantines, peut mieux faire. Si dans le primaire, 70 % des élèves considèrent que les repas sont bons, ils ne sont plus, en revanche, que 52 % à le penser dans le secondaire. Plus inquiétant, plus de la moitié des collégiens et lycéens (52,5 %) déclarent avoir encore faim en sortant du restaurant scolaire ! Tels sont les résultats les plus étonnants d'une enquête menée par l'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), publiée début décembre. 1 400 élèves ont été interrogés entre les mois de janvier et mars dans 44 établissements (17 écoles, 15 collèges et 12 lycées).
Lire la suite de l’article


Les socialistes s'émeuvent de la garde à vue de lycéens
es trois députés socialistes des Landes, dont Henri Emmanuelli, dénoncent, lundi 14 décembre dans un communiqué, le placement en garde à vue de six lycéens qui ont tenté de murer l'entrée de leur lycée.
Lire la suite de l’article


Miremont, son église, ses écoles, sa guerre scolaire
Pas sûr que le petit village de Miremont et ses 2 000 habitants célèbrent le cinquantième anniversaire de la loi Debré. Sur ces terres de Haute-Garonne, l'école privée Saint-Joseph est bien plus qu'une institution : c'est une partie de l'histoire locale. En l'absence d'école publique, c'est le maire qui a demandé sa création en 1900. Et c'est l'artisan maçon du village qui s'y est attelé. Juchée au sommet d'une petite colline, elle domine l'église... et l'école publique.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel ne croit pas "à la hiérarchie entre les matières"
Le ministre de l'éducation, Luc Chatel, estime, dans un entretien au Journal du Dimanche, que l'histoire et la géographie sortent renforcées de la réforme du lycée, qui prévoit leur suppression du programme de Terminale S et se heurte aux protestations d'enseignants et d'historiens. Le ministre rejette en outre les critiques sur l'évolution de la formation des enseignants, un des principaux points de friction avec les syndicats.
Lire la suite de l’article


Lycées : changer le logiciel ! par Cécile Duflot, Marie-Christine Blandin, Philippe Meirieu
Une "réforme" des lycées va être mise en œuvre par le ministère. Mais il y a un autre rendez-vous pour les lycées à l'occasion des prochaines élections régionales. Si les Français donnent aux listes d'Europe Ecologie les moyens d'agir vraiment, dans chaque région, on pourra alors engager une véritable mutation : sortir, enfin, du modèle cloisonné, individualiste, concurrentiel et marchand de la formation initiale et continue pour construire des lycées éco-responsables et éco-citoyens. Des lycées de la solidarité et de l'exigence. Des lycées pour l'avenir.
Lire la suite de l’article


L'Etat s'apprête à contractualiser avec des établissements privés du supérieur
Ce sont quelque cinquante-huit établissements privés d'enseignement supérieur qui sont en passe de contractualiser avec le ministère. La liste comprend des poids lourds du secteur : les cinq instituts catholiques de Paris, Lille, Angers, Lyon et Toulouse avec leurs 35 000 étudiants, ainsi que les réputées Essec, Edhec ou Esca. L'ensemble de ces écoles représente quelque 60 000 étudiants, soit 3 % de l'ensemble des effectifs du supérieur.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 14/12/09



Histoire - Géo. Point de vue
« Nous sommes là aussi 
pour développer l’esprit critique des élèves » Étienne Augris, professeur d’histoire, depuis 2003. 
Il enseigne au Lycée Claude-Gellée à Épinal (Vosges).
Lire la suite de l’article


Les élèves restent attachés
à « l’histoire-géo »
Inutile, dangereuse… À l’évidence, la mesure prônée par Luc Chatel ne fait pas recette auprès des futurs bacheliers. Témoignages.
Lire la suite de l’article


Histoire Géo. « On nous prépare un lycée light »
L’association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG) a lancé le 29 novembre une pétition pour le maintien d’un enseignement d’histoire et de géographie en terminale S. Hubert Tison, co-secrétaire général de l’APGH, revient sur l’attachement des 21 000 signataires à ces matières.
Lire la suite de l’article


Sondage : 
le plébiscite des Français pour l’histoire
Selon une enquête Ifop-l’Humanité, 69 % des Français désapprouvent la suppression de l’enseignement obligatoire de l’histoire-géographie en terminale scientifique. Ce rejet unanime, qui réunit sympathisants de gauche et de droite, pourrait bien déstabiliser l’ensemble de la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


Histoire - Géo. Le CSE approuve, pas les syndicats
Le Conseil supérieur 
de l’éducation (CSE), instance consultative regroupant enseignants, lycéens 
et parents, a approuvé jeudi 
la réforme du lycée. Des quatre grands textes, trois ont dégagé une majorité  : l’autonomie des établissements, l’orientation et la classe de seconde. Celui sur les premières et terminales était plus partagé  : 22 pour, 
22 contre, 13 abstentions 
et 7 refus de vote. Hier, 
huit syndicats enseignants 
ont invité le ministre 
à « renoncer à son projet 
et à reprendre les discussions 
sur de nouvelles bases ».
Lire la suite de l’article


EDITORIAL PAR PATRICK APEL-MULLER
Une logique de malfaiteur

Le fatras dans lequel les idéologues sarkozystes essaient de noyer l’histoire de notre pays n’a pas égaré l’opinion. 69 % des personnes interrogées dans notre sondage Ifop sont en désaccord avec la suppression de la discipline en terminale S. 22 % seulement soutiennent la décision que veut imposer le gouvernement, moins que les 30 % d’inconditionnels qui soutiennent habituellement le président. Ce projet donne la mesure de la réforme des lycées concoctée par Luc Chatel ; elle en devient l’incarnation.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 14/12/09



Maintenant, on rembourse les préservatifs aux lycéens
Elle s'appelle la Prev’Box et se présente comme une de ces trousses en fer qui garnissent les cartables des ados. A l’intérieur, des préservatifs (pour les filles ou les garçons) et un gel lubrifiant, des bouchons antibruit pour les concerts, un éthylotest, une carte mémo recensant tous les sites Web utiles en cas d’urgence, ainsi qu’un quiz ludique sur la santé. Ce kit, présenté officiellement aujourd’hui, sera distribué à tous les lycéens qui souscriront à la nouvelle couverture médicale proposée par la LMDE, la Mutuelle des étudiants.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 14/12/09



Les grands axes de l'intervention de Nicolas Sarkozy
«Les meilleures universités du monde». Telle est l’ambition de Nicolas Sarkozy. En affichant pour elles un budget de 8 milliards d’euros, sur une enveloppe de 11 milliards consacrée à la formation et à l’enseignement supérieur, le président entend faire un bond en avant pour redorer leur image. Mais seuls certains sites bénéficieront de la manne. Le chef de l’État a ainsi encouragé l’émergence d’« une dizaine de campus d’excellence avec les moyens, la taille critique, les liens avec les entreprises qui leur permettront de rivaliser avec les meilleures universités mondiales». Il se place là dans la droite ligne de la commission Juppé-Rocard, qui avait émis l’idée de répartir 10 milliards entre cinq et dix groupements d’établissements supérieurs et de recherche. Le seul moyen de « gagner le combat de la compétitivité », selon le président.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 14/12/09



Grand Emprunt : Sarkozy fixe cinq priorités
L'enseignement supérieur et la formation, la recherche; l'industrie et les PME , le numérique et le développement durable bénéficieront des 35 milliards du Grand Emprunt.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 14/12/09



Les cinq «priorités d'avenir» du grand emprunt
A quoi vont servir ces 35 milliards d'euros?
Lire la suite de l’article


Chatel: L'histoire et la géographie «renforcées» par la réforme du lycée
Le ministre veut mettre un terme à l'hypocrisie qui règne autour de la filière scientifique...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 14/12/09



Histoire-géo : ne pas se tromper de combat
Par Nestor Romero |

Pour tout dire, il m'importe peu que soit supprimée l'histoire-géo en « terminale S ». D'autant plus que j'ai cru remarquer quelque gêne chez certains défenseurs des « humanités », quelque chose comme le soupçon, soudain, après une première réaction impulsive, de s'être trompé de combat.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 14/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 14/12/09



Chatel: "Je ne crois pas à la hiérarchie entre les matières"
Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, revient sur la polémique autour de l’enseignement optionnel de l’histoire-géographie en terminale S. Il annonce un droit individuel à la formation pour les enseignants et envisage une augmentation de la prime pour ceux travaillant dans les quartiers difficiles.
Lire la suite de l’article


Le fichier qui inquiète les parents
Des parents ont déposé plainte cette semaine, inquiets de l’utilisation possible de cette base de données
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 14/12/09


Sarkozy confirme le montant de 35 mds d'euros et dévoile ses priorités
Les cinq secteurs retenus sont : l'enseignement supérieur, la santé et les biotechnologies, l'industrie, le développement durable et l'économie numérique. Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé la tenue en janvier d'une conférence sur les déficits publics.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 14/12/09


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 14/12/09


Chatel promet la revalorisation, mais…

Lire la suite de l’article


Lycée : Le détail des votes et modifications du CSE
Comment ont voté les organisations de l'Ecole au CSE ? Quelles modifications ont été apportées aux projets de décrets et arrêtés sur le lycée ?
Lire la suite de l’article


Mardi 15 : Journée importante pour l'avenir de l'Ecole
Cette fois-ci ils sont tous d'accord : syndicats (Sge, Fsu, Snes, Snuipp, Se-unsa, Cgt), parents (Fcpe), lycéens (Unl et Fidl) et étudiants (Unef) pour appeler à repousser la réforme de la formation des maîtres construite par V Pécresse et L Chatel. Que penser de cette réforme et en quoi concernent-elles enseignants et parents ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 14/12/09


Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 14/12/09


Laurent Wauquiez : « Un jeune sur 5 devra être formé en alternance en 2015 »
Laurent Wauquiez, le secrétaire d’état chargé de l’emploi, a reçu des mains d’Henri Proglio, le nouveau PDG d’EDF, le rapport sur l’alternance qui lui avait été commandé en avril 2009 par le président de la République. L’occasion de faire le point sur la stratégie gouvernementale pour promouvoir et développer l’alternance, une stratégie qui s'appuie beaucoup sur les entreprises, mais qui semble oublier les centres de formation.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 14/12/09



Grand emprunt: l'Unef demande à Sarkozy de "revoir sa copie"
La première organisation étudiante, l'Unef, a demandé lundi au président Nicolas Sarkozy de "revoir sa copie" sur le grand emprunt, estimant que les priorités retenues allaient "accroître les inégalités entre universités".
Lire la suite de l’article


L'Ecole alsacienne envisage une implantation à Argenteuil (Val-d'Oise)
L'élitiste Ecole alsacienne, installée dans le VIè arrondissement de Paris, étudie la possibilité d'implanter une seconde école à Argenteuil (Val-d'Oise), a-t-on appris lundi auprès du maire de la ville et du directeur de l'école, confirmant une information de Libération.
Lire la suite de l’article


Le grand emprunt va "ouvrir un nouvel âge d'or pour la recherche" (Pécresse)
Le grand emprunt va "ouvrir un nouvel âge d'or pour la recherche" et aura "des répercussions au décuple sur le dynamisme de la France", a déclaré lundi la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée: sept établissements bloqués ou perturbés dans le Nord
Sept lycées étaient partiellement ou totalement bloqués lundi dans le département du Nord par des élèves qui protestent contre le projet de réforme du lycée, a-t-on appris auprès du rectorat de Lille.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.