mercredi, mars 31, 2010

Revue de presse du mercredi 31 mars 2010


Vocation ou métier ? – Programmes de SES rejetés – évaluation des enseignants -




Vocation ou métier ?
Le Figaro rend compte d’une enquête sur les étudiants qui présentent les concours de l’enseignement. Cette enquête ne se trouve pas encore, à ma connaissance sur le site du ministère. mais on peut aussi lire celle-ci qui porte sur les profs déjà en poste et qui aborde les mêmes questions.
Que dit cette enquête sur les candidats au concours ? Elle constate que la motivation principale des candidats est toujours et avant tout liée à l'attrait pour une discipline qu'ils aiment. Telle est la première raison pour laquelle 59 % des candidats se présentent en anglais, ou 57 % en lettres. Le fait de «transmettre des savoirs et des connaissances» vient en deuxième choix pour un candidat sur trois, de façon plus forte encore pour les scientifiques. Ils conçoivent avant tout leur métier comme celui d'un «transmetteur», même si une minorité évoque aussi un rôle «d'éducateur», voire, dans de très rares cas, de «travailleur social».
S’ils réfutent l’idée d’un métier choisi au hasard, seuls 17% utilisent le terme de “vocation” qui, avec tous ses implicites, conduit à une impasse. Pour faire pièce aux propositions de Luc Chatel, il s’agit donc bien d’un “métier” qu’on choisit et qu’on doit apprendre et ce n’est pas principalement une question d’attractivité financière Six candidats sur dix jugent d’ailleurs le salaire peu attractif et leur choix, affirment-ils, est plus lié à une «adhésion à un système de valeurs plutôt qu'à la sécurité de l'emploi».
Et ces valeurs donnent de l’optimisme puisque plus de 60 % estiment que la réussite de tous les élèves est un objectif qui peut être atteint, mais, pour 84 %, dans une école transformée…

Programme de SES rejeté par le CSE
Le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) s'est réuni, mercredi 31 mars, au ministère de l'éducation, à Paris, pour discuter des programmes de lycée qui seront appliqués à la rentrée prochaine. Le Monde nous informe que ceux de Méthodes et pratiques scientifiques (enseignement d'exploration pour la seconde), de mathématiques (première et terminales ES et S), de physique-chimie (seconde), d'éducation physique et sportive (seconde), et de langues vivantes 1-2-3 (seconde) ont tous été adoptés à la majorité. En revanche, le programme de sciences économiques et sociale (SES) pour la classe de seconde, malgré les amendements, a été rejeté par 42 voix contre, 12 abstentions et 7 voix pour. Le refus s’appuie notamment sur le fait que le programme est jugé trop lourd pour le temps imparti et en plus que certaines notions (famille notamment) ne figurent pas dans le programme. Rappelons toutefois que le CSE n’a qu’un vote consultatif et que le ministre peut passer outre l’avis de cette instance.
Pendant le vote du CSE, une manifestation de professeurs de SES se déroulait aux abords du ministère et a rencontré également une délégation de députés.

Évaluation des enseignants
Lors d'une réunion hier avec les syndicats sur le thème des carrières, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a annoncé l'ouverture du chantier de l'évaluation des profs du premier et du second degré. Puisque le ministère s’est doté récemment d’une directrice des Ressources Humaines, c’est celle ci qui a précisé que «Ce grand chantier s'étalera en 2010 et 2011». Et Josette Théophile a expliqué qu’il s’agira de voir «quels critères objectifs, transparents et partagés mettre en place pour que l'appréciation professionnelle soit le reflet de l'investissement des enseignants».
Introduire une rémunération au mérite ? Un chantier bien complexe et qui, dans un contexte de forte déception par rapport à la revalorisation, risque de provoquer la mobilisation.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 31/03/10 (certains articles payants)


Rien vu...


---------------------------------------------
Le Figaro du 31/03/10


Une génération d'enseignants plus pragmatique
Seulement 17% des candidats aux concours sont animés par une «vocation».
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 31/03/10



Lycée : blocage sur les programmes de SES en seconde
Le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) s'est réuni, mercredi 31 mars, au ministère de l'éducation, à Paris, pour discuter des programmes de lycée qui seront appliqués à la rentrée prochaine.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel veut un bac techno renforcé en culture générale
Après les réformes du lycée général et du lycée professionnel, le ministre s'attaque au lycée technologique. Le projet de réforme est soumis, jeudi 1er avril, à l'avis du Conseil supérieur de l'éducation.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 31/03/10 (un jour de retard)



Les Hauts-de-Seine 
ont oublié la jeunesse
Budget en baisse, dispositifs annulés… Le président du groupe UMP au conseil général 
des Hauts-de-Seine a totalement oublié les Assises de la jeunesse, lancées à grand bruit.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 31/03/10



Mitterrand débloque 100 millions par an pour la lecture
Pour favoriser la lecture de la «génération des écrans», le ministre veut mettre 100 millions d'euros sur la table chaque année.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 31/03/10



Ces enfants « enlevés » à l'un de leurs parents
À la suite d’un divorce, des parents se retrouvent brutalement privés de leurs enfants. Enquête au Japon
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 31/03/10



Chatel va ouvrir le chantier de l'évaluation des enseignants
Lors d'une réunion hier avec les syndicats sur le thème des carrières, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, après avoir détaillé ses décisions sur l'augmentation des salaires des enseignants en début de carrière, a annoncé l'ouverture du chantier de l'évaluation des profs du premier et du second degré. « Ce grand chantier s'étalera en 2010 et 2011 », a précisé Josette Théophile, directrice générale des ressources humaines au ministère. Il faudra voir « quels critères objectifs, transparents et partagés mettre en place pour que l'appréciation professionnelle soit le reflet de l'investissement des enseignants », a-t-elle expliqué. Le ministère a refusé la demande des syndicats d'un plan pluriannuel de revalorisation de l'ensemble des personnels, mais n'a pas fermé la question d'une éventuelle revalorisation des enseignants ayant entre huit et dix ans d'ancienneté, la reportant cependant au-delà de 2010-2011, sous condition de poursuivre les économies. Il a confirmé la création prochaine d'un « grade fonctionnel », dès que la discussion en cours dans la fonction publique aura abouti.
Lire la suite de l’article


Tir d'arme à feu dans un lycée strasbourgeois: pas de blessés
Un homme armé et cagoulé a fait irruption mercredi matin dans une classe d'un lycée strasbourgeois et il a tiré vers le plafond, sans faire de blessé, avec vraisemblablement un pistolet d'alarme, a-t-on appris auprès de deux témoins, une enseignante et la mère d'un élève.
Lire la suite de l’article


L'islam à l'école et la formation des imams au centre d'un colloque européen
L'islam d'Europe peut prétendre aux mêmes droits que les autres cultes, mais il doit améliorer la formation de ses cadres et s'adapter aux pays qui l'accueillent, ont estimé cette semaine des responsables musulmans lors d'un colloque à Strasbourg.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 31/03/10



Quatre interpellations après l'agression au hachoir d'un lycéen à Drancy
Les agresseurs avaient pris la fuite dans un premier temps...
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Rue89 du 31/03/10



Etats généraux de la violence à l'école : on fait les paris ?
Par Nestor Romero, ancien enseignant

A croire les faits rapportés par les moyens d'information la violence en milieu scolaire ne ferait que croître. Pourtant les chiffres publiés par le ministère ainsi que les travaux des spécialistes décrivent plutôt une certaine stabilité mais également « des formes nouvelles et inquiétantes ».[…] Je prends ici le pari que l'animateur principal de ces Etats généraux tentera de faire passer quelques-unes de ses idées comme il tente de le faire depuis des années par son action auprès des enseignants, par ses recherches et ses interventions dans les médias. Mais je prends aussi le pari que les plus pertinentes d'entre elles ne seront pas retenues par le ministre.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 31/03/10



Enseignante diffamée sur Facebook : stage de citoyenneté pour quatre collégiens
Le parquet de Bonneville, en Haute-Savoie, a décidé de faire suivre un stage de citoyenneté à quatre élèves d'un collège privé. Ceux-ci avaient diffamé une enseignante sur Facebook, réseau social sur internet.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 31/03/10



Coups de feu dans un lycée
Selon Les Dernières nouvelles d'Alsace, un homme a fait irruption dans le lycée Jean-Monnet de Strasbourg, et a tiré en direction d'un professeur. Aucun blessé n'est à déplorer, mais la question de l'insécurité au sein des établissements scolaires est de nouveau posée.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 31/03/10


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 31/03/10


Un homme ouvre le feu dans un lycée de Strasbourg
Un homme armé et cagoulé a fait irruption mercredi matin dans un lycée strasbourgeois. Il n'y a aucun blessé.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 31/03/10


Comment rétablir la semaine de 9 demi-journées ?
Comment rétablir la semaine de 4 jours et demi au primaire ? On se souvient que Xavier Darcos, en application d'une décision de Nicolas Sarkozy, avait "libéré" le samedi matin, instituant de fait la semaine de 4 jours à l'école primaire. Familles, enseignants, municipalités s'y sont adaptés. Deux ans plus tard, revirement de l'Etat. Luc Chatel, dans sa circulaire de rentrée, appelle à rétablir la semaine de 9 demi journées, donnant raison à ceux qui militent pour le respect des rythmes biologiques de l'enfant.
Lire la suite de l’article


Quand les lycées expérimentent…
Comment motiver et aider des élèves confrontés à de premiers résultats insatisfaisants et à des enseignements qu’ils jugent inintéressants ? Le lycée Jean Jaurès d’Argenteuil a à faire face à cette situation. Il a établi ses propres solutions. Trois de ces actions sont aujourd’hui labellisées au niveau académique, l’une portant sur des enseignements de découverte, la deuxième sur l’accompagnement personnalisé, la troisième sur un essai de rupture dans le temps scolaire.
Lire la suite de l’article


Chatel va réformer l'évaluation des enseignants
D'après l'AFP, qui cite la nouvelle DRH du ministère, Josette Théophile, le ministre de l'éducation devrait ouvrir une négociation "dans les prochains jours". Le sujet est d'autant plus brûlant que la revalorisation est jugée peu satisfaisante. Il l'est aussi par les nombreuses critiques portées sur le système français d'évaluation actuel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 31/03/10


Le cauchemar de Jules Ferry par André Ouzoulias
André OUZOULIAS est formateur à l'Université de Cergy-Pontoise. Il décrypte pour nous de manière efficace et éclairante la réforme de la formation des enseignants. Son analyse doit être largement diffusée pour être entendue par ceux pour qui elle est le plus porteuse de sens : les (futurs) parents d'élèves.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 31/03/10


Réforme du lycée : du "mieux" dans le programme de SES pour Michel Abhervé
Michel Abhervé revient sur son blog sur le futur programme de SES (sciences économiques et sociales) en seconde, qui avait soulevé une vaste protestation des enseignants de cette discipline.
Lire la suite de l’article


Isabelle Bréda (ORME – CRDP Aix-Marseille) : “Les ‘digital natives’ n’ont pas le gène pour s’informer à l’heure du numérique”
La 15e édition des Rencontres du multimédia éducatif et culturel organisées par l’ORME (Observatoire des ressources multimédias en éducation) se tiendra les 31 mars et 1er avril 2010, à Marseille. Conférences et ateliers aborderont le thème « S’informer à l’heure du numérique : une question d’experts ? » Isabelle Breda, co-organisatrice de cette manifestation, revient pour EducPros sur les enjeux de la formation des jeunes aux médias numériques.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 31/03/10



Allocations supprimées si absentéisme: L'UNAF et FO elles aussi contre
L'Unaf (Union nationale des associations familiales) et le syndicat Force ouvrière (FO) ont à leur tour dénoncé mercredi par communiqué le souhait de Nicolas Sarkozy de voir suspendre les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire.
Lire la suite de l’article


Tir d'arme à feu dans un lycée strasbourgeois: pas de blessés
Un homme armé et cagoulé a fait irruption mercredi matin dans une classe d'un lycée strasbourgeois et il a tiré vers le plafond, sans faire de blessé, avec une arme qui pourrait être factice, a-t-on appris auprès de deux témoins, une enseignante et la mère d'un élève.
Lire la suite de l’article


Augmentation des salaires des enseignants: "scandaleuse aumône"
Le Parti communiste a qualifié mardi de "scandaleuse aumône" l'augmentation des enseignants débutants annoncée par le ministre de l'Education nationale Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


Deux députés UMP veulent un moratoire sur les fermetures de postes dans les écoles rurales
Deux députés UMP, Christian Menard (Finistère) et Yannick Favennec (Mayenne) ont demandé mardi à François Fillon d'observer "un moratoire" sur les fermetures de postes dans les écoles rurales.
Lire la suite de l’article


L'Unef en baisse, mais en tête des élections aux Crous
L'Unef, malgré une baisse de son score, arrive en tête des organisations étudiantes à l'issue des élections aux Crous, un scrutin par ailleurs marqué par une hausse du score des listes associatives et un revers du Mét, selon les résultats définitifs publiés mercredi.
Lire la suite de l’article


Lyon: une école occupée pour protester contre l'expulsion d'un sans-papier
Plusieurs dizaines de parents d'élèves occupaient mardi soir une école maternelle lyonnaise, où certains s'apprêtaient à passer la nuit, pour protester contre l'expulsion d'un Angolais père de quatre enfants, a constaté une journaliste de l'AFP.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

mardi, mars 30, 2010

Revue de presse du mardi 30 mars 2010


Promesses non tenues – École numérique – Raccourcir les vacances ? – Le cauchemar de Jules Ferry -



revalorisation : promesses non tenues
Les annonces de Luc Chatel sur la “revalorisation” d’une partie des enseignants (les plus jeunes) suscite des réactions de la part des syndicats enseignants. La tonalité générale est celle de la déception. Le Snes a calculé que sur une carrière la revalorisation Chatel représenta 30 euros par mois.. Tous les syndicats vont donc proposer « de véritables négociations et demander un effort supplémentaire», comme le résume Thierry Cadart du SGEN-CFDT. Le SNES rappelle d’ailleurs qu’il n’y a jamais eu sur ce dossier de réelles négociations avec le Ministère dans la mesure où toutes les réunions n’ont été que des réunions de présentation des projets. Ces annonces ont aussi exacerbé l'opposition des syndicats à la politique de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. «On nous disait qu'il permettrait de mettre du beurre dans les épinards. Pour ceux qui en subissent tous les jours les conséquences, sans revalorisation à la clef, le goût est particulièrement amer», regrette Christian Chevalier du SE-UNSA. Et il ajoute : "Il y a fort à parier qu’à niveau de recrutement identique, de nombreux étudiants préfèreront se tourner vers l’emploi privé, nettement mieux rémunéré à diplôme égal. La question de la réduction des viviers de recrutements, induite par la mastérisation, se pose donc avec acuité". Et avec des conditions d’entrée dans le métier déplorables, cela risque de décourager encore plus ceux qui voudraient exercer ce qui est pourtant un beau métier…

Plan pour l’école numérique
L’actualité du jour étant limitée, cela nous permet de revenir sur deux articles parus dans le JDD hier. Le journal revient sur l’usage des outils numériques dans l’école française. Selon un classement de la Commission européenne de 2006, la France se situe à la 24e place mondiale pour l’utilisation des "tice" (technologies de l’information et de la communication à l’école). Dans le primaire, 8 élèves sur 100 disposent d’ordinateurs (contre 16 sur 100 en Grande-Bretagne), et dans le secondaire le ratio est de 14 ordinateurs pour 100 élèves (contre 33 pour 100 outre-Manche). Par ailleurs, en France, 6 % des classes sont équipées d’un TNI (tableau numérique interactif), en Grande-Bretagne 78 % des classes en sont pourvues.
Le JDD.fr rappelle que Luc Chatel devrait annoncer très prochainement un plan pour l’école numérique et en profite pour présenter quelques exemples d’usages. On s’intéresse au collège de Sèvres (92) . Dans cet établissement de près de mille élèves, tous les enseignants ont un Notebook en prêt, ce qui a nécessité un investissement de plus de 20.000 euros. Plusieurs cours sont dispensés sur des TNI (tableaux numériques interactifs) Quinze ordinateurs portables appelés "classe nomade" sont en accès libre au centre de documentation pour les élèves. On y utilise aussi l’Ipod pour apprendre les langues étrangères. On peut à la fois écouter plus attentivement mais également s’enregistrer pour noter les progrès et permettre le contrôle par l’enseignant. Pour le principal du collège “les Tice facilitent l’évolution des pratiques enseignantes, constate Franck Dubois, professeur de technologie. Le professeur ne se cantonne plus au rôle de transmetteur de savoirs, il est plus actif et rend les élèves plus dynamiques.”. Certains enseignants semblent toutefois plus critiques sur d’autres usages comme le cahier de textes numérique, qui permet aux professeurs, aux élèves et aux parents d’accéder, grâce à un code d’utilisateur, aux emplois du temps, au contenu des cours, aux notes et au relevé d’absences des élèves en temps réel. Pour une professeur interrogée :"Nous avons l’impression d’être soumis à un contrôle permanent.
Pour finaliser son plan, Luc Chatel devrait se fonder sur le rapport du député Jean-Michel Fourgous (UMP), intitulé "Réussir l’école numérique", qui lui a été remis le mois dernier. Ce plaidoyer pour l’intégration des ENT dans l’enseignement propose 70 mesures, parmi lesquelles la généralisation des tableaux numériques, la connexion haut débit pour toutes les écoles, la création d’une agence nationale pour l’accompagnement au développement du numérique dans l’éducation et la formation des enseignants durant des universités d’été.

Raccourcir les vacances ?
Dans L’Express, c’est au tour de Georges Fotinos, ex-inspecteur général, auteur de Aménager le temps scolaire (avec François Testu), de s’exprimer sur l’ouverture d’un chantier sur les rythmes scolaires.
Pour lui “Il faudrait entièrement repenser le calendrier scolaire. Travailler moins longtemps dans la journée, se consacrer aux apprentissages fondamentaux le matin, et privilégier les pratiques culturelles et sportives l'après midi. Pour cela, il faudrait allonger l'année scolaire et raccourcir les vacances d'été: en France, les enfants de primaire travaillent 144 jours théoriquement (quatre jours pendant 36 semaines), 140 jours en réalité. ”. Or, rappelle t-il, la moyenne européenne est de 185 jours. Le volume de travail est donc l'un des plus importants d'Europe. Pour dépasser ce paradoxe, il faudrait récupérer ce temps sur la durée des vacances d'été, que l'on pourrait raccourcir de deux semaines.
Les conséquences et les enjeux d’une telle disposition sont nombreux. Enjeux économiques sur l’organisation des vacances. Enjeux pédagogiques sur les dates d’examens, les périodes de cours, le rythme annuel… Georges Fotinos, y voit aussi la nécessité de passer à une annualisation du temps de travail des enseignants. Autant de sujets qui fâchent…

le cauchemar de Jules Ferry
Signalons enfin que l'ami André Ouzoulias vient de commettre un article sur le site du SNUipp sur la formation des enseignants qui est une très bonne synthèse de la situation qu’on peut conseiller à tous de lire. Pour lui, ce qui se met en place est un formidable retour en arrière. Où on abandonne toute position réflexive : “les débutants pourront trouver des réponses à des questions qu'ils se poseront durant leur première année d’expérience. Ils les chercheront auprès de leur tuteur, de leurs collègues en poste, à travers des lectures, au sein de forums pédagogiques du web ou dans les rares formations organisées par l'employeur qui subsisteront. Mais assurément, ils n'auront aucune réponse aux questions qu'ils ne se poseront pas, celles qu’on est conduit à formuler quand on peut « lever le nez du guidon » et interroger des pratiques qui semblent pourtant aller de soi mais peuvent se révéler inefficaces ou nuisibles à moyen ou long termes. Les enseignants débutants ne disposeront d’aucun lieu institutionnel pour échanger avec leurs pairs et entreprendre, avec eux et d’autres formateurs que leur tuteur, une réflexion sur les pratiques
Pourquoi un tel renoncement ? Hormis la volonté de faire des économies, selon Ouzoulias, il n’y a même pas de logique : "En fait, le gouvernement renonce tout à la fois à l’idéal républicain des maitres-pédagogues longtemps incarné par les Écoles normales et au modèle européen des « praticiens réflexifs ». Mais ce n’est pas pour adopter un modèle alternatif. En vérité, il n’a en tête aucun modèle de formation".
Il insiste aussi sur les conséquences à long terme d’un tel abandon : “Quand l'école se réveillera de ce cauchemar, toute une culture professionnelle aura été irrémédiablement saccagée. Il faut bien mesurer qu’à cet instant, même une réforme de cette « réforme » — par exemple au lendemain d'une alternance politique — ne pourra pas remettre les compteurs à zéro. On repartira en dessous de zéro : les cultures pédagogiques ne s’improvisent pas, les gestes professionnels ne peuvent guère s’archiver, quand des savoir-faire sont congédiés, leur mémoire disparait dans les sables.
Que faire ? Comme il est, comme moi même, d'un naturel optimiste (il vaut mieux pour faire ce métier) André Ouzoulias pense que rien n'est joué et constate que la mobilisation commence à prendre et espère que, malgré les dissensions syndicales antérieures, le printemps 2010 va "être décisif"...

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 30/03/10 (certains articles payants)


Les profs grincheux sur la question des salaires
Les syndicats dénoncent des augmentations limitées à peu d’enseignants.
Lire la suite de l’article


Charles de Gaulle à Muret dénonce la «violence du rectorat» et résiste à la réforme
Très, très fâchés et sans mots doux aucuns, les enseignants du Lycée Charles de Gaulle à Muret, réunis hier lundi 29 mars au soir, signent et adressent à leur ministre Luc Châtel une lettre ouverte dénonçant la «violence exercée» par le rectorat «pour le compte du gouvernement»
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/03/10


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 30/03/10



La moitié des enfants d'immigrés ont moins de 30 ans
En France, le visage de l'immigration est jeune. 3,1 millions de personnes âgées de 18 à 50 ans, nées dans l'Hexagone et ayant au moins un parent immigré, vivent actuellement en France sur quelque 5 millions d'immigrés. La moitié de ces enfants d'immigrés, révèle l'enquête "Trajectoires et origines" (TeO) de l'Insee et de l'INED, sont âgés de moins de 30 ans. Ils représentent 17 % des 18-20 ans résidants en France. Au-delà de la quarantaine, leur part est deux fois plus faible
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 30/03/10 (un jour de retard)



Bocquet veut que la lutte fasse école
Le député appelle les maires à une journée nationale d’action pour défendre l’éducation.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 30/03/10



Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 30/03/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 30/03/10



Salaires des enseignants : les syndicats dénoncent des promesses non tenues
C'est la « soupe à la grimace » qui est au menu ce matin de la rencontre entre le ministre de l'Education nationale et les syndicats sur la revalorisation des salaires. Car ces derniers, toutes tendances confondues, ont été particulièrement déçus par les annonces faites dimanche soir par Luc Chatel de l'augmentation des salaires d'un peu moins d'un enseignant sur quatre en début de carrière.
Lire la suite de l’article


Suspension des allocations familiales : net durcissement en vue
Le gouvernement veut autoriser le préfet à suspendre les prestations familiales en cas d'absentéisme scolaire, une compétence dévolue aux conseils généraux aujourd'hui, mais jamais exercée. La loi va changer.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 30/03/10



Chatel veut attaquer l'illettrisme à la racine
C'est une réalité alarmante : en France 3,1 millions de personnes sont en situation d'illettrisme, soit 9 % des 18-65 ans. Pour lutter contre ce fléau « qui n'est pas une fatalité », le ministre de l'Education, Luc Chatel, a présenté, hier, son plan de prévention de l'illettrisme. Celui-ci vise à attaquer le mal à la racine, en agissant dès la petite enfance. Le ministre souhaite ainsi « conforter la maternelle comme véritable école ». Constatant que certains élèves sortent de l'école élémentaire « en maîtrisant 150 mots et d'autres 700 », le ministre souhaite renforcer l'apprentissage méthodique du vocabulaire et stimuler la mémoire des enfants en insistant sur l'apprentissage par coeur de chansons et de textes.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 30/03/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 30/03/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 30/03/10



Révolution numérique en vue à l'école
En matière d’usage des outils numériques, la réputation de mauvaise élève de l’école française n’est pas usurpée. Selon un classement de la Commission européenne de 2006, la France se situe à la 24e place mondiale pour l’utilisation des "tice" (technologies de l’information et de la communication à l’école). Dans le primaire, 8 élèves sur 100 disposent d’ordinateurs (contre 16 sur 100 en Grande-Bretagne), et dans le secondaire le ratio est de 14 ordinateurs pour 100 élèves (contre 33 pour 100 outre-Manche). Par ailleurs, en France, 6 % des classes sont équipées d’un TNI (tableau numérique interactif), en Grande-Bretagne 78 % des classes en sont pourvues.
Lire la suite de l’article


Quand l'iPod décomplexe les élèves
Au collège de Sèvres (Hauts-de-Seine), on utilise au maximum les technologies. Avec enthousiasme ou méfiance, c'est selon.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 30/03/10


Les syndicats pour une réflexion sur l'absentéisme
En réponse au projet de suspension des allocations familiales en cas d'abstentésime par le préfet, syndicats et associations des familles appellent à trouver "les véritables raisons" de l'absentéisme scolaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 30/03/10


"Buzz" et "tuning" ça donne quoi en français?
Il faudra désormais dire "ramdam" au lieu de "buzz" et "bolidage" en lieu et place de tuning. C'est la décision prise par le jury d'un concours sur la francisation de mots anglais lancé sur la toile.
Lire la suite de l’article


"Il faut raccourcir les vacances d'été"
Alors que Luc Chatel vient d'annoncer l'ouverture d'un chantier sur les rythmes scolaires, la semaine de quatre jours est remise en question. Explications avec Georges Fotinos, ex-inspecteur général, auteur de Aménager le temps scolaire (avec François Testu).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 30/03/10


Revalorisation : Pour les syndicats le compte n'y est pas
Sgen, Se-Unsa et Snes donnent rendez-vous au ministre mardi 30 mars pour manifester leur mécontentement. Le Snes a calculé que sur une carrière la revalorisation Chatel représenta 30 euros par mois. "Ces annonces n’ouvrent aucune perspective de revalorisation d’ensemble des personnels d’enseignement d’éducation et d’orientation du second degré", note le Snes. "Elles ne donnent pas de détail sur le montant précis des mesures et font craindre que ces mesures soient en retrait, suites aux arbitrages budgétaires de l’Elysée, par rapport à celles déjà rendues publiques."
Lire la suite de l’article


Formation : Le cauchemar
"En fait, le gouvernement renonce tout à la fois à l’idéal républicain des maitres-pédagogues longtemps incarné par les Écoles normales et au modèle européen des « praticiens réflexifs ». Mais ce n’est pas pour adopter un modèle alternatif. En vérité, il n’a en tête aucun modèle de formation". Dans un beau texte, documenté et accessible, André Ouzoulias, formateur en IUFM, fait le point sur la réforme de la formation des enseignants et ses perspectives. "Avec ce dispositif sans équivalent dans l’UE et dans les pays de l’OCDE, le pouvoir actuel a tout bêtement tiré un trait sur les dépenses de formation des maitres. Tout simplement parce qu’il désengage l’État autant qu’il le peut de l’investissement éducatif", conclue-t-il.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 30/03/10


Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 30/03/10


Rénovation des bacs STI et STL : des profs dénoncent un souci d’économies
Les motivations affichées par le ministre de l’Education nationale pour rénover les séries STI et STL ne suffisent pas à convaincre l’ensemble des enseignants des filières technologiques Ils étaient une soixantaine à manifester leur désaccord devant le ministère le 24 mars 2010.
Lire la suite de l’article


Les labels et accréditations dans le supérieur : décryptage à l'ère de l'évaluation
Les établissements d'enseignement supérieur sont entrés dans l'ère de l'évaluation. Labels et accréditations leur garantissent une meilleure visibilité et deviennent de plus en plus incontournables. Educpros vous propose une série de trois dossiers : les labels et accréditations délivrés par l'Etat, les labels et accréditations accordés par des organismes internationaux, les labels et accréditations des organisations professionnelles.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 30/03/10



Retraits sur salaire: première étape d'un recours en justice au lycée Chérioux
Des professeurs du lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine qui avaient cessé les cours après l'agression d'un élève ont accompli la première étape d'un recours en justice pour contester des retraits sur salaire et faire valoir leur droit de retrait, a appris l'AFP mardi.
Lire la suite de l’article


Discriminations: 40% des victimes sont d'origine immigrée (étude)
Environ 40% des personnes qui déclarent avoir été victimes d'une discrimination sont immigrées ou enfants d'immigrés, issues principalement des "minorités visibles", selon l'enquête "Trajectoires et Origines" de l'Ined et de l'Insee publiée mardi.
Lire la suite de l’article


Revalorisation annoncée des salaires des enseignants - les syndidats veulent plus
Un peu moins du quart des enseignants, 20.000 débutants et 170.000 enseignants déjà en fonction, vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010, a annoncé dimanche à l'AFP le ministre de l'Education, Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


Un lycéen blessé par arme blanche devant son établissement à Drancy
Un lycéen a été blessé lundi matin à la jambe et au bras par trois personnes armées de couteau, devant son établissement à Drancy (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source policière.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

lundi, mars 29, 2010

Revue de presse du lundi 29 mars 2010


“Revalo” ou augmentation ? – LRU deux ans après – Père fouettard – Micro-lycées – Message de service



“Revalo” ou augmentation ?
Début d’une grosse opération de communication autour de la "revalo” des profs.
Luc Chatel a annoncé les grandes lignes d’une revalorisation des traitements des enseignants dans l'émission Le Grand Jury RTL-Le Figaro, où il était invité dimanche 28 mars. Elle se matérialisera par 157 euros net supplémentaires en bas de la feuille de paye des professeurs des écoles et des certifiés qui entrent dans le métier le 1er septembre prochain. Pour les agrégés, le gain sera de 259 euros. Les augmentations toucheront aussi tous ceux qui ont moins de sept ans d’ancienneté. Ces revalorisations représentent un coût total de «196 millions d’euros, soit exactement la moitié des économies réalisées par le non-renouvellement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite», a précisé le ministre de l’Education
Est-ce la revalorisation attendue ou une simple augmentation ? En termes de choix, c’est en fait l'option la plus basse qui a été retenue par le gouvernement et elle ne touche donc qu’un enseignant sur quatre (soit un peu moins de 200 000 enseignants)....si vous avez déjà dépassé le 7ème échelon vous pouvez continuer à espérer... et pour les plus jeunes, le coup de pouce annoncé reste très modeste.
L’accent est mis sur les jeunes car l'augmentation des débuts de carrière a été un des arguments pour "vendre" la mastérisation qui entre en vigueur en septembre. Il s’agit aussi d’attirer plus de jeunes vers les carrières enseignantes. En dehors du fait que cela peut être lu comme une volonté de diviser les profs, quand on voit la forte baisse des inscriptions aux concours d'enseignement, on peut vraiment douter de l'efficacité de ce genre de promesses pour une véritable attractivité du métier . Échanger un salaire légèrement revalorisé contre une entrée dans le métier dégradée, ça ressemble pas mal à la logique du "salaire de la peur"...
Quelles sont les réactions des syndicats ? Gilles Moindrot du SNUipp exprime sa déception : «On espère que le dossier n’est pas bouclé, (…) que davantage d’enseignants seront concernés». « C’est sans surprise, c’est l’hypothèse basse», a également constaté Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-CFDT, en regrettant «qu’il n’y ait pas eu de vraie négociation».

la LRU deux ans après
Deux ans et demi après le vote de la LRU (Loi sur les libertés et responsabilités des universités) et toute la mobilisation qui en a suivi. Libération propose une enquête en forme de bilan . Le 1er janvier 2012, toutes les universités françaises auront acquis leur autonomie. Comment le supérieur vit-il ce changement ? Les opposants ont-ils désarmé ? Lionel Collet, président de la Conférence des présidents d’université explique à Libération que la LRU a apporté de l’autonomie aux universités “ Mais avoir de nouvelles compétences coûte cher. Avec la LRU, nos budgets ont triplé. Il faut des personnels extrêmement compétents dans la gestion que nous n’avions pas toujours. Nous souhaitons que ce transfert de charges ne se fasse pas à moyens humains constants. ”. Du côté des chercheurs, les critiques sont plus vives. Stéphane Tassel, secrétaire général du Snesup, dans une interview , rappelle pourquoi il reste hostile à la loi relative aux libertés et responsabilités des universités. Il dénonce notamment les “pouvoirs exorbitants” des présidents d’université qui peut entrainer des dérives : précarité, entraves aux libertés scientifiques,…

Père Fouettard
Le blog de Véronique Soulé, journaliste de Libération nous permet de revenir sur le discours de Nicolas Sarkozy mercredi dernier. Tous les commentateurs ont considéré que cette allocution était un retour aux “fondamentaux” de Sarkozy et un message à son électorat de droite. Beaucoup de postures sécuritaires et de coups de mentons dans ce discours... Et le domaine de l’éducation n’échappe pas à cette dérive.
Trop longtemps on a toléré que la violence pénètre à l’école, que l’agresseur soit traité avec plus d’égard que la victime,que le mérite ne soit plus récompensé. Eh bien, je m’y engage, il n’y aura plus aucune concession, a affirmé le président . "Trop longtemps nous avons supporté les atteintes à la laïcité, (...), l’irresponsabilité de certains parents qui ne s’occupent pas de l’éducation de leurs enfants.Ce n’est plus supportable.” et il a précisé : "L'absentéisme scolaire est un fléau, a-t-il poursuivi. La responsabilité des parents doit être engagée, les conséquences sur les allocations familiales doivent être effectives. Les jeunes qui ne peuvent pas suivre une scolarité dans un établissement scolaire seront placés dans des établissements spécialisés où ils ne perturberont plus la vie des autres".
Véronique Soulé note que cela augure mal des futurs Etats généraux de la sécurité à l'Ecole, les 7 et 8 avril prochains. Luc Chatel a ainsi nommé à la tête du conseil scientifique Eric Debarbieux, un chercheur respecté qui n'a rien d'un Père Fouettard, plutôt rangé du côté des pédagogues. Comment se positionner alors face au discours présidentiel ?
En ce qui concerne l’absentéisme, on se place sur le registre de la culpabilisation des familles et de l’exclusion des élèves. Luc Chatel a annoncé dimanche au Grand jury RTL-le Figaro-LCI, que le gouvernement envisage de confier aux préfets la responsabilité de suspendre les allocations familiales aux parents d'enfants qui pratiquent l'absentéisme scolaire.
Face à cette escalade sécuritaire (et inefficace nous rappelle La Croix qui consacre un dossier entier à l’absentéisme), on peut reprendre le titre d’un communiqué de la FCPE : “il faut en finir avec les violences politiques !

Que cent micro-lycées s’épanouissent !
Comment pervertir une belle idée ?
Nicolas Sarkozy prévenait, toujours ce mercredi 24 mars, que "les jeunes qui ne peuvent pas suivre une scolarité normale seront placés dans des établissements adaptés où ils ne perturberont plus la vie des autres". La circulaire de rentrée, qui a été publiée le 18 mars, mettait , quant à elle, l'accent sur l'importance de la lutte contre le "décrochage" scolaire, c'est-à-dire l'abandon des études en cours de route, qui n'est pas forcément le résultat de conflits. Le Monde consacre un article aux micro-lycées car la circulaire présente ces structures innovantes (fédérées au sein de la Fespi comme une "solution très appropriée pour les élèves" décrocheurs "en mesure de reprendre des études générales". "A terme, l'objectif visé est d'en compter au moins un par académie", est-il précisé dans ce texte qui organise la rentrée. On ne peut qu’applaudir cette volonté de diffuser le savoir-faire accumulé par ces structures et leurs enseignants à condition que cela soit le résultat de projets d’équipes et non de directives venues d’en haut.
Et on peut aussi s’alarmer avec la Fespi du danger de la confusion lié à la "concomitance" entre cette circulaire et la phrase de M. Sarkozy dans laquelle ils voient une volonté d'exclusion. Comme le résume très bien Luc Cédelle, nos amis, militants de "l'éducabilité pour tous" en ont été scandalisés, et ne veulent pas que leurs expériences servent d'illustration au propos présidentiel.

Message de service
Le Monde change de formule et ces modifications vont avoir des conséquences sur la revue de presse. En dehors de l’apparition d’une nouvelle rubrique intitulée ”contre-enquête” et qui va essayer d’aller au delà des discours et des statistiques opaques, il y a surtout un changement d’équilibre entre le gratuit et le payant. La plupart des articles mis en ligne sur LeMonde.fr deviendront en effet payants et accessibles uniquement à ceux qui accepteront de souscrire à un abonnement. C’est une évolution importante qui risque d’être suivie par d’autres journaux

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 29/03/10 (certains articles payants)


Les jeunes profs seront mieux payés
Un peu moins du quart des enseignants, 20.000 débutants et 170.000 enseignants déjà en fonction, vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010.
Lire la suite de l’article


Big bang
Loi LRU, «plan campus» pour rénover l’immobilier, «grand emprunt» pour la recherche et pour la création de 5 à 10 «campus d’excellence», sans parler des regroupements encouragées au sein des Pres (les pôles de recherche et d’enseignement supérieur) : rarement l’université aura connu autant de réformes qui se succèdent et se superposent. Les présidents enchaînent les réunions pour préparer des projets et participer à des concours où ils pourraient décrocher des fonds supplémentaires. C’est aussi la confusion et la communauté universitaire s’interroge: quel paysage -vastes ensembles unifiés ou universités confédérées?- émergera de ce grand chambardement. VS.
Lire la suite de l’article


Les travaux pratiques dela loi LRU
Le 1er janvier 2012, toutes les universités françaises auront acquis leur autonomie. Comment le supérieur vit-il ce changement ? Les opposants ont-ils désarmé? Enquête.
Lire la suite de l’article


«De la souplesse»
Lionel Collet, président de la Conférence des présidents d’université.
Lire la suite de l’article


«Des entraves aux libertés scientifiques»
Stéphane Tassel, secrétaire général du Snesup.
Lire la suite de l’article


Etats-Unis: les facs prises la main dans la Bourse
Les universités, qui gèrent leurs budgets, ont enregistré des pertes records.
Lire la suite de l’article


Absentéisme scolaire: et si le préfet suspendait les allocs?
Le gouvernement envisage de confier aux préfets la responsabilité de suspendre les allocations familiales aux parents d'enfants qui pratiquent l'absentéisme scolaire, a déclaré le ministre de l'Education, Luc Chatel, dimanche au Grand jury RTL-le Figaro-LCI.
Lire la suite de l’article


Sarkozy en Père Fouettard
Les élèves perturbateurs, c'est à la schlague qu'il faut les remettre au pas. Quant aux parents démissionnaires, on va leur supprimer les allocs ! Après la gifle des régionales, Nicolas Sarkozy s'est saisi du thème de la violence scolaire comme un noyé s'accroche à une embarcation. Avec l'espoir que cela le sauvera et lui ramènera les faveurs de l'électorat.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 29/03/10


Chatel promet d'augmenter les salaires des jeunes profs
Le ministre de l'Education a annoncé dimanche une revalorisation salariale pour environ un quart des professeurs, ainsi que des mesures de gestion de carrière.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 29/03/10



Hausse du salaire des enseignants : "l'argent ne résout pas tout"
En écho aux annonces du ministre de l'éducation nationale sur la revalorisation des salaires des jeunes enseignants, Luc Chatel, des internautes commentent cette augmentation et racontent pourquoi ils ont choisi de devenir professeur, ou pourquoi ils ont renoncé.
Lire la suite de l’article


Salaire des profs : les syndicats dénoncent un "jeu de dupes"
Les syndicats de l'enseignement ont réservé un accueil mitigé aux annonces du ministre de l'éducation, Luc Chatel, sur la revalorisation salariale des professeurs. Le plan présenté par le ministre prévoit qu'un peu moins du quart des enseignants, soit 20 000 débutants et 170 000 professeurs déjà en fonctions, puissent bénéficier d'une hausse de leur salaire à partir du 1er septembre 2010.
Lire la suite de l’article


Chaque académie aura un lycée pour les "décrocheurs"
Nicolas Sarkozy prévenait, mercredi 24 mars, que "les jeunes qui ne peuvent pas suivre une scolarité normale seront placés dans des établissements adaptés où ils ne perturberont plus la vie des autres". La circulaire de rentrée, qui a été publiée le 18 mars, met, quant à elle, l'accent sur l'importance de la lutte contre le "décrochage" scolaire, c'est-à-dire l'abandon des études en cours de route, qui n'est pas forcément le résultat de conflits.
Lire la suite de l’article


Au "ML94", ils renouent avec l'école
Elle s'appelle Océane, elle a 22 ans, un gai sourire, et n'a jamais été une "perturbatrice", sinon de sa propre vie scolaire. Aujourd'hui élève en 1re ES (économique et social) au "ML94", le microlycée de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), elle profite d'une pause pour raconter son parcours. Ici, la pause s'appelle "la référence" : un moment fixe dans l'emploi du temps, où chaque élève fait le point avec un membre de l'équipe qui est son référent.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel augmente le salaire des jeunes enseignants
Je souhaite faire de la revalorisation du métier d'enseignant l'une des priorités de mon quinquennat, parce qu'elle est le corollaire de la rénovation de l'école et de la refondation de notre éducation", avait promis Nicolas Sarkozy, le 4 septembre 2007, dans sa lettre aux éducateurs. Deux ans et demi plus tard, la revalorisation arrive. Elle se matérialisera par 157 euros net supplémentaires en bas de la feuille de paye des professeurs des écoles et des certifiés qui commencent le 1er septembre. Pour les agrégés, le gain sera de 259 euros. Ces augmentations seront ramenées à un bonus de 55 euros dès que les premiers échelons sont franchis.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 29/03/10 (un jour de retard)



La semaine de quatre jours bientôt au piquet ?
Dans une circulaire sur la rentrée 2010, le ministère de l’Éducation prône le retour à une semaine d’école de quatre jours et demi, comprenant le mercredi matin. Les raisons d’un revirement surprise.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 29/03/10



Un prof sur quatre va être augmenté
Un peu moins du quart des enseignants, 20.000 débutants et 170.000 enseignants déjà en fonction, vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010, a déclaré dimanche à l'AFP le ministre de l'Education Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 29/03/10



Des parents désemparés face à l’absentéisme scolaire
Lors de son allocution après les élections régionales mercredi 24 mars, Nicolas Sarkozy a promis de lutter contre l’absentéisme scolaire en réclamant des « sanctions effectives ». Des parents témoignent de leurs difficultés
Lire la suite de l’article


Jean-Louis Auduc:«Démunis plutôt que démissionnaires»
Jean-Louis Auduc, spécialiste des rapports école-famille, appelle à un meilleur soutien aux parents
Lire la suite de l’article


Grande-Bretagne: Des parents condamnés pour la conduite de leurs enfants
Environ 1 600 parents sont condamnés à suivre des cours parentaux chaque année en Grande-Bretagne, voire à payer des amendes à cause de la conduite de leurs enfants
Lire la suite de l’article


Massira Baradji: Couper les allocations familiales, "une mesurette populiste"
"Couper les allocations familiales constitue une mesurette populiste, qui n’a rien de pédagogique et n’aide pas à comprendre les raisons qui conduisent un élève à sécher les cours. Pendant qu’on sanctionne, on ne se demande pas si le cadre scolaire, avec ses classes surchargées et son manque d’encadrants, est adapté aux besoins des jeunes. L’absentéisme peut, certes, avoir parfois pour cause une éducation défaillante ou de mauvaises fréquentations.
Lire la suite de l’article


Absentéisme et décrochage, en chiffres
On peut parler d’absentéisme lorsqu’un élève ne se rend pas en cours sans justification valable au moins quatre journées et demie par mois. Environ 275 000 jeunes sont concernés chaque année par ce phénomène. En 2008, le taux d’absentéisme atteignait 2,4 % en collège. Il était de 4,4 % en lycée et d’environ 10 % dans les lycées professionnels.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 29/03/10



Salaires des enseignants : les syndicats dénoncent des promesses non tenues
Déçus par les annonces de Luc Chatel sur la revalorisation des salaires des enseignants, les syndicats demandent des négociations sur l'ensemble de la carrière.
Lire la suite de l’article


Carla Bruni lance un programme d'échanges France/USA entre écoles d'art
L'épouse du chef de l'Etat français Carla Bruni-Sarkozy, à la tête d'une fondation qui porte son nom, a lancé lundi à New York un programme d'échanges entre écoles d'art françaises et américaines, financé par des fonds privés.
Lire la suite de l’article


Des enseignants déçus par les augmentations de salaires annoncées par Chatel
Les revalorisations salariales d'une partie des enseignants annoncées par le ministre de l'Education déçoivent une profession qui dit souffrir d'une dégradation des conditions de travail et d'un manque de considération de la société.
Lire la suite de l’article


Chatel met l'accent sur la prévention de l'illettrisme, dès la maternelle
Le ministre de l'Education Luc Chatel a mis l'accent sur la prévention de l'illettrisme dès la maternelle, lors de la présentation de mesures de lutte contre cette "réalité qui n'est pas une fatalité", lundi au Salon du Livre.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 29/03/10



Un lycéen blessé à l'arme blanche à la sortie de son lycée
Un lycéen a été blessé ce lundi matin à la jambe et au bras par trois personnes armées de couteau, devant son établissement à Drancy en Seine-Saint-Denis, selon une source policière.
Lire la suite de l’article


La revalorisation salariale annoncée par Luc Chatel ne convainc pas les enseignants
Cette mesure avait été promise par Nicolas Sarkozy...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 29/03/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 29/03/10



Les « serious games » forment en jouant
Ces « jeux sérieux » arrivent en force sur Internet. C'est le créneau de la société nantaiseSuccubus Interactive.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 29/03/10



Révolution numérique en vue à l'école
Cahiers de textes numériques, haut débit... Pour combler le retard de la France, Luc Chatel va dévoiler son plan avant la fin du mois d'avril.
Lire la suite de l’article


Quand l'iPod décomplexe les élèves
Au collège de Sèvres (Hauts-de-Seine), on utilise au maximum les technologies. Avec enthousiasme ou méfiance, c'est selon.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 29/03/10


Les allocations familiales aux mains des préfets ?
Le gouvernement réfléchit à confier aux préfets la responsabilité de suspendre les allocations familiales aux parents d'enfants qui pratiquent l'absentéisme scolaire.
Lire la suite de l’article


Augmentation des salaires pour un enseignant sur quatre
"157 euros nets par mois pour les professeurs des écoles et les professeurs certifiés", 259 euros pour les agrégés, et 660 euros pour les enseignants déjà en fonction, a annoncé le ministre de l'Education.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 29/03/10


"Il faut raccourcir les vacances d'été"
Alors que Luc Chatel vient d'annoncer l'ouverture d'un chantier sur les rythmes scolaires, la semaine de quatre jours est remise en question. Explications avec Georges Fotinos, ex-inspecteur général, auteur de Aménager le temps scolaire (avec François Testu).
Lire la suite de l’article


L'évolution du rythme scolaire dans le primaire
Les horaires des écoliers ont beaucoup changé depuis le XIXe siècle.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 29/03/10


Luc Chatel annonce la revalorisation des salaires des enseignants débutants
Toute augmentation est-elle forcément une revalorisation ? C'est la question qui est déjà posée alors que Luc Chatel vient de promettre, pour la rentrée 2010, une augmentation pour les enseignants débutants.
Lire la suite de l’article


Comment une revalorisation peut-elle refroidir l'atmosphère ?
Après des années de relations très tendues entre les syndicats et le ministère, l'annonce ministérielle d'une revalorisation salariale aurait du être accueillie avec chaleur par les syndicats. Ce n'est pas le cas et il faut s'interroger sur ce paradoxe.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 29/03/10


Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 29/03/10


Rénovation des bacs STI et STL : des profs dénoncent un souci d’économies
Les motivations affichées par le ministre de l’Education nationale pour rénover les séries STI et STL ne suffisent pas à convaincre l’ensemble des enseignants des filières technologiques Ils étaient une soixantaine à manifester leur désaccord devant le ministère le 24 mars 2010.
Lire la suite de l’article


Mastérisation : aurait-on pu s’y prendre autrement ? Le billet d'Emmanuel Davidenkoff
La communauté enseignante et universitaire aurait-elle dû s'occuper de réformer la formation des enseignants avant que le ministère s’en empare ? La question est posée sur le blog d'Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de l'Etudiant, qui se rappelle des propos de Philippe Meirieu, ancien directeur d'IUFM, dans un billet intitulé La voix de Philippe Meirieu
Lire la suite de l’article


Bernard Dubreuil nommé directeur adjoint du cabinet du ministre de l'Education nationale Luc Chatel
Comme nous l'annoncions dès la semaine dernière, Bernard Dubreuil, recteur de l'académie de Lille, a été nommé directeur adjoint du cabinet du ministre de l'Education nationale, Luc Chatel. Il prend la suite de Tanneguy Larzul à cette fonction, tandis que Marie-Jeanne Philippe lui a succédé au rectorat de l'académie de Lille.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 29/03/10



L'Unef, en baisse, en tête des élections aux Crous
L'Unef, malgré une baisse de son score, arrive en tête des organisations étudiantes à l'issue des élections aux Crous, un scrutin par ailleurs marqué par une hausse du score des listes associatives et un revers du Mét, selon les résultats partiels donnés par le Cnous lundi.
Lire la suite de l’article


Revalorisation annoncée des salaires des enseignants - les syndidats veulent plus
Un peu moins du quart des enseignants, 20.000 débutants et 170.000 enseignants déjà en fonction, vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010, a annoncé dimanche à l'AFP le ministre de l'Education, Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


Absentéisme scolaire: les préfets pourraient suspendre les allocations
Le gouvernement envisage de confier aux préfets la responsabilité de suspendre les allocations familiales aux parents d'enfants qui pratiquent l'absentéisme scolaire, a déclaré le ministre de l'Education, Luc Chatel, dimanche au Grand jury RTL-le Figaro-LCI.
Lire la suite de l’article


Toufike Mohamed, nouveau président de la Fidl
Toufike Mohamed, 18 ans, a été élu dimanche président de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl), au deuxième jour d'un congrès qui s'est tenu à Lyon, a constaté un journaliste de l'AFP.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel: revalorisation de salaires pour 1 enseignant sur 4 en septembre
Un peu moins du quart des enseignants, 20.000 débutants et 170.000 enseignants déjà en fonction, vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010, a déclaré dimanche à l'AFP le ministre de l'Education Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

jeudi, mars 25, 2010

SES en 2nde : correction de copie



Ce blog est essentiellement un commentaire de l’actualité éducative et n’est pas un "blog de professeur" au sens habituel c’est-à-dire centré sur une discipline d’enseignement. Mais, quelquefois l’actualité vous permet de combiner les deux...
La matière que j’enseigne, les sciences économiques et sociales, se retrouve une nouvelle fois dans l’actualité avec de nombreux articles dans la presse. Après un premier projet de programme qui a été fortement critiqué et que j’ai évoqué ici-même dans une précédente chronique, le ministère vient en effet de transmettre aux représentants de la communauté éducative siégeant au conseil supérieur de l’éducation un nouveau projet de programme. Le CSE doit se réunir le 1er avril et jusque là le texte peut encore connaître des amendements.

Je vous propose ma lecture et mes commentaires. La première partie est assez technique et ne concerne que mes collègues les plus pointilleux. Les autres peuvent aller directement à la deuxième partie qui propose un commentaire plus général et qui je l’espère peut intéresser au delà du seul cercle restreint des profs de SES…


Lecture commentée et détaillée du nouveau projet

A propos de ce programme on peut dire qu'il y a eu un vrai travail d'amendement. Ce qui prouve a posteriori l'intérêt d'une mobilisation à plusieurs niveaux et la nécessité de dénoncer la manière dont ce programme avait été conçu et ses erreurs didactiques et pédagogiques.

Si on joue au jeu des sept erreurs entre les deux versions, on note plusieurs différences.


Dans le préambule, on a un nouveau paragraphe qui annule la note de fin du précédent programme qui indiquait "“on traitera au moins les dix premières questions". Ici on insiste sur la liberté pédagogique et on précise que les enseignants "traiteront obligatoirement la première question de chacun des cinq thème et au moins huit questions sur les dix proposées."

Commentaires : Ce qui est un net progrès et répond à une des critiques qui considérait que du fait de cet ordre imposé, la partie sociologique du programme était marginalisée.


A la fin du programme, sont remis les "savoir-faire applicables à des données quantitatives" (qui existaient déjà dans le programme actuel).

Commentaires : C'est pas encore une approche en termes de compétences... et on rate le coche de faire le lien avec les compétences du socle commun


Dans l'économie générale du programme on passe de 4 chapitres composés de 3 items chacun à cinq chapitres de 2 items chacun. Les trois premiers chapitres restent les mêmes. Le dernier disparaît au profit de deux chapitres nouveaux : "Formation et emploi" et "Individus et cultures".

Commentaires : réintroduction du “chômage”, le thème emblématique qui avait créé le buzz et généré de nombreux articles de la presse au lendemain d'un déclaration de Sarkozy devant un panel de français où il affirmait que "le chômage allait baisser". Cela dit, je continue à penser que la question sur le chômage telle qu'elle est posée est biaisée et très complexe pour des élèves de seconde. Si on veut bien la traiter, il y a un très grand nombre de pré-requis.


Les items qui disparaissent : “Consommer ou épargner", "comment les entreprises adaptent-elles leur organisation à leur environnement ?", "Prix qui montent, prix qui baissent: comment expliquer les variations de prix ?", l'item “le diplôme un passeport pour l'emploi" change de chapitre.

Commentaires : les critiques sur la difficulté de certains items ont, semble t-il, été entendues. “consomme ou épargner" en particulier qui me semblait complètement déconnecté des préoccupations des élèves et biaisé sur le plan théorique.


Les notions qui disparaissent : outre celles rattachées aux items qui ont été supprimées , il faut noter que dans le premier item du premier chapitre “"Ménages et consommation"”, une notion disparaît c'est “élasticité" . Dans le chapitre III “"prix d'équilibre"” devient "Prix" tout simplement.

Commentaires : les critiques avaient été fortes aussi sur la notion d'élasticité jugée trop difficile pour des élèves de Seconde et considérée par certains comme emblématique d'une évolution vers une économie formalisée (ie: mathématisée). Pour ma part, je ne pense pas que cette notion soit difficile en soi. Il faut d’ailleurs noter qu’elle réapparait dans les "savoir-faire applicables à des données quantitatives"


Les notions qui apparaissent : Une notion apparait en revanche dans l'item “un diplôme..." c'est celle d' "emploi ! Dans l'item "Qui produit des richesses?" (intitulé préalablement “Qui produit quoi?”) on voit apparaitre la notion de valeur ajoutée. Dans l'item “comment produire et combien produire ?” c'est la notion de “progrès technique” qui fait son entrée. Enfin, la notion de "pouvoir d'achat" est présente dans l'item "Comment les revenus et les prix..."

Commentaires : les notions qui apparaissent sont des notions bien connues des profs de SES puisqu'elles figurent toutes dans l'ancien (actuel) programme. Cela fait d'ailleurs ressembler de plus en plus ce projet à l'actuel programme de SES, la famille en moins, le marché et la culture en plus.


• Des indications modifiées : Là il faut chausser ses lunettes et rentrer dans le détail. Dans l’item “Comment se forment les prix sur un marché” (anciennement “Comment se détermine le prix d’équilibre sur un marché”), la rédaction change. L’ancienne version demandait de partir “de l’étude d’un marché concret”. La nouvelle indique “On montrera comment dans un modèle simple de marché se fixe et s’ajuste le prix en fonction des variations de l’offre et de la demande.”

Commentaires : cette modification n’est pas si anodine que cela. Avec un peu d’ironie, on pourrait dire que si l’on passe de l’appel à un marché concret à un modèle, c’est parce qu’il n’existe pas de marché qui fonctionne réellement et “purement” selon la loi de l’offre et de la demande (sauf peut être le marché au cadran, et encore…)


Commentaire général

Sur la méthode d'élaboration de ce "nouveau projet”.

A ma connaissance, le groupe d'experts n'a pas été réuni à nouveau Il s'agit d'un amendement fait par le président du groupe d'experts en lien avec le cabinet et en tenant compte des critiques exprimées. Peut-être que d'autres personnes sont intervenues mais de manière officieuse. En tout cas, les principales critiques ont semble t-il été entendues.

Mais des questions restent en suspens.

Celle de la lourdeur de ce programme et de son adaptation aux élèves de Seconde. Cette critique est toujours délicate à formuler.

Sur la lourdeur, il est (trop) facile de répondre qu'elle dépend de la manière dont les enseignants conçoivent leurs cours et que celle ci tient à leur défaut de vouloir toujours trop en dire et en faire. Quoi qu'il en soit, pour un certain nombre de question, les pré-requis sont nombreux et méritent qu'on y passe du temps.

Sur l'adaptation aux élèves de seconde, là aussi la critique est sujette à débat. Si on pose cela, on vous rétorque que c'est vous qui manquez d'ambition pour vos élèves et qu'il est tout à fait possible de faire passer des notions complexes avec du talent didactique et en s'appuyant une méthode rigoureuse. Débat sans fin.

Pour ma part, j'estime que le programme reste très lourd pour une heure et demie par semaine et que des parties du programmes restent assez délicates (pas impossibles, délicates...) à faire passer.

Plus généralement, si j'apprécie, comme je l'avais déjà dit dans ma précédente note, que le programme soit présenté sous forme de questions et que celles-ci, globalement, ont du sens, je constate aussi que ce programme officialise un changement de paradigme.

Jusque là le programme de seconde restait la dernière survivance de ce qui était le paradigme initial des SES : une construction par "objets problèmes" : on convoque les différentes sciences sociales pour analyser un objet complexe (la famille, l'entreprise, la consommation,...) sous ses différentes dimensions. Ici, ce qui semble prédominer c'est un nouveau paradigme basé sur une approche didactique qu'on pourrait résumer par cette formule "penser en économiste, penser en sociologue". On part des champs disciplinaires et de questions épistémologiques pour forger les concepts. Changement important même si il faut souligner que c'est déjà un changement à l'oeuvre dans les programmes actuels de Première et de Terminale ES.

Alors que le programme de Seconde, se veut un enseignement d'exploration, cela augure du renforcement de cette approche dans les futurs programmes du cycle terminal. Cela pose malgré tout la question du sens et de l'identité de notre enseignement. Mais il faut aussi rester prudent face aux dénonciations et aux appels à cette identité. D’abord parce qu’il faut distinguer la lettre du programme et la manière dont il sera interprété (par les enseignants, par les manuels scolaires, etc.) Ensuite parce qu’en matière d’éducation, il faut toujours être méfiant et distinguer les discours (souvent figés) et les pratiques. Ce changement de paradigme que nous constatons (et que nous déplorons) est en fait déjà largement à l'œuvre dans les pratiques et les programmes actuels.

Pour reprendre des arguments de mon précédent billet, la critique que je formule reste donc une critique pédagogique de cette séparation des savoirs. Je ne nie pas (et même plus je revendique) que j’’enseigne de l’économie, de la sociologie, de la science politique, de la psychologie sociale (Milgram c’est du lourd…). Mais pour quel usage ? Dans ma démarche qui est celle d’un professeur du secondaire, je m'appuie sur les disciplines que j'enseigne pour donner aux élèves des outils de compréhension du monde, de la société, etc. (je n'"enseigne pas la société"...) Mais la question qui se pose est celle de la motivation des élèves et du sens des apprentissages. Et je pense en effet qu'il vaut mieux partir (je dis bien partir, pas y rester...) d'une "question vive" et donc forcément complexe et mobilisant plusieurs approches pour ensuite construire des savoirs. C'est en cela que je suis contre une approche en termes de "fondamentaux" et c'est parce que je pense que les objectifs du lycée sont aussi ceux de la formation du citoyen que je suis très méfiant sur la tendance actuelle (très en vogue dans les cercles ministériels) de vouloir "universitariser le lycée".


Pour conclure, je voudrais revenir sur deux autres points qui ne sont pas directement traités par le programme mais qui me semblent essentiels. C'est d'abord la question des heures d'enseignement. C'est ensuite la question de savoir qui enseigne ce programme.

Une heure et demie par semaine... Pour un programme qui, je l'ai dit reste très lourd, même si on donne plus de souplesse dans son application. D'autant plus que les indications complémentaires font allusion (pas assez à mon goût, et c'est une erreur stratégique de ce nouveau programme dans le contexte des négociations dans chaque lycée) à des activités (jeux, travaux basés sur des calculs ou des études de cas) et que cela demande du temps et des effectifs réduits pour pouvoir fonctionner. La question est véritablement une question pédagogique !

Qui enseigne ? A ma connaissance, le cabinet du ministre ne veut pas revenir sur ce qui leur apparaît comme une flexibilité de gestion mais aussi un principe "idéologique" : les programmes de SES et de PFEG seront enseignés indifféremment par les profs de SES et les profs d'économie-gestion. Cela risque de rester un point de blocage important au niveau des principes même si je ne suis pas sûr que cela soit aussi évident dans les lycées en fonction des situations propres à chaque établissement puisque l’autonomie conduit aussi à des négociations locales.

D’autres questions restent encore sans réponse : l’évaluation (le bruit court que les enseignements d’exploration ne seraient pas notés), la place dans l'orientation de cet enseignement d'exploration, le lien avec le programme de Première, la place de la série ES avec un risque de dépérissement de cette série,...)… Les questions sont nombreuses et n’ont pas toutes de réponses.


Ce nouveau programme est malgré tout une avancée et on peut espérer qu’il augure enfin d’une attitude plus sereine vis-à-vis de cet enseignement qui ne mérite pas toutes les caricatures et les procès d’intention qu’on a pu faire à son encontre. Pour qu’il trouve enfin la place qu’il mérite dans un lycée rénové et au service de la réussite de tous les élèves.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.