vendredi, juillet 01, 2005

Revue de presse du 1er juillet 2005

Dernière chronique avant la rentrée. Mais, l’actualité de l’école ne s’arrête pas avec le mois de juillet. La préparation de la loi de finances 2006 continue avec les menaces sur les postes dans l’Éducation nationale et plus particulièrement sur les mis à disposition. Le 7 juillet, se tient le CSE où vont être présentées les principales mesures de la loi Fillon-Robien. Conclusion : l faut rester vigilant malgré l’été.
Comme on m’a posé souvent la question, je profite de cette dernière revue de presse, pour expliquer comment je la fabrique.
Je la tiens maintenant depuis un peu plus de deux ans (je l’ai commencé en mai 2003) et j’ai maintenant acquis quelques petits « trucs ». J’ai donc un document modèle sous Word avec quelques codes HTML et les titres des journaux. Sur mon navigateur, tous les journaux sont en favoris et cela va très vite pour copier le titre , l’adresse web et quelques lignes (en général le chapô). Mais je vous rassure, je lis plus attentivement les articles de fond, les points de vue et les éditoriaux, pour en faire des montages plus précis.
Quelques commandes html plus loin pour mettre en évidence les italiques et les sauts à la ligne, cela fait à peu près 40 minutes que je travaille sur les quotidiens. On en arrive alors à la deuxième étape : la mise en ligne. Je poste le message
sur mon blog et celui ci me génère un message e-mail qui me servira dans la troisième étape. Je poste ensuite, bien sûr, mon texte sur le site du CRAP- Cahiers Pédagogiques qui publie la revue de presse depuis un an.
Troisième étape : l’envoi de courriers électroniques à partir du message évoqué plus haut. Je l’envoie à plusieurs listes et à quelques amis et notamment à François Jarraud du « Café pédagogique » , pour qui je pense que c’est utile dans son propre travail. Voilà, en tout et sans problèmes techniques, cette revue de presse me prend à peu près entre une heure et une heure et demie selon les jours. Il y en a où on a plus ou moins envie , mais les témoignages envoyés régulièrement me motivent et m’engagent à poursuivre ce qui est devenu une petite routine bien agréable et surtout utile (pour moi). Je suis de toutes façons un dévoreur de l’actualité !
Je salue donc tous mes lecteurs et je souhaite à tous de bonnes vacances. A bientôt en pleine forme… !

Bonnes Vacances...
----------------------------------------------
Libération du 01/07/05



De la fac au CAP, c'est tendance
C'est pour la plupart d'entre eux un «saut dans l'inconnu». Cette année, 48 jeunes en filière restauration et service et 12 en pâtisserie ont décidé de renouer avec ces métiers réputés difficiles et peu attractifs. Alors même qu'ils ont tous plus de 20 ans, ont au moins le bac, voire des diplômes universitaires, ils se sont engagés à passer un CAP en une année. Une formation accélérée, pour éviter «le chômage». «Ces jeunes qui ont galéré deux ou trois ans en fac arrivent chez nous vraiment motivés, explique Bruno Guesdon, directeur adjoint de l'école Grégoire-Ferrandi à Paris. Ils savent que dans le secteur de la cuisine il y a de beaux emplois à prendre.»
Mais pour saisir cette deuxième chance, l'école a dû organiser des filières séparées, avec une pédagogie particulière. «On ne peut pas mettre dans la même classe des gosses de 15-16 ans et des jeunes adultes qui sont passés par la fac», poursuit le directeur de l'école. Ils passent leur CAP en un an au lieu de deux, sont dispensés des cours de français ou de maths. Mais passent cinq jours par semaine devant les fourneaux, en salle ou à réaliser des pâtisseries. Et trouvent généralement du travail très facilement. Un tiers de diplômés part travailler, un autre tiers décide de poursuivre la formation par un BTS ou une formation en management en apprentissage. Le dernier tiers intègre l'Ecole supérieure de cuisine française, une structure propre à l'établissement, qui vise à former les grands chefs de demain.
Lire la suite de l’article


Instantanés d'adeptes de MSN
La messagerie en temps réel renforce les réseaux ados, familiaux, professionnels...
Arnold, 14 ans, Collégien en 4e
«J'ai 134 contacts dans ma liste et je les connais tous. Il y a mes copains du bahut, ceux des vacances et tous les autres. Dès que je rencontre quelqu'un, je lui demande son MSN pour tchater. Parfois, je parle avec 40 buddies (1) en même temps, comme le vendredi soir où il y a beaucoup de connectés. Avant, j'en faisais cinq-six heures par jour, je zappais les devoirs ou on les faisait à plusieurs sur MSN. Mes parents me l'ont supprimé pendant deux mois, ça a été dur au début mais, après, on finit par s'en passer. Il m'arrive aussi de téléphoner en même temps, ça n'empêche pas de discuter même si ça peut devenir confus. Pour dire des trucs aux filles, c'est plus facile qu'en face, on peut mieux se lâcher et aussi utiliser des "emoticônes" (2) pour faire passer un message, dire qu'on l'aime bien ...
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 01/07/05



Robien prié de mettre en oeuvre la loi Fillon
La loi Fillon sera appliquée dans son intégralité. Le discours du premier ministre tranche avec celui de son ministre de l'Education nationale qui, à son arrivée Rue de Grenelle, avait affirmé vouloir privilégier la concertation avec le milieu éducatif avant de prendre toute décision. En ligne de mire : le remplacement obligatoire des enseignants absents pour une courte durée, prévu par la loi d'orientation.[…]
Enfin, le Parlement a voté une loi sur l'école qui prévoit «des effectifs supplémentaires pour des tâches nouvelles», a rappelé Dominique de Villepin, et il «serait irresponsable de ne pas donner au ministère de l'Education les moyens nécessaires pour remplir ces tâches». Pour récupérer un certain nombre d'heures d'enseignement, le premier ministre a proposé une nouvelle mesure. Alors que quelque 110 000 enseignants bénéficient aujourd'hui de «décharges» statutaires les autorisant à travailler une heure de moins par semaine, notamment lorsqu'ils enseignent dans des classes de niveau différent en première et en terminale ou en classes préparatoires – dans le jargon scolaire, ces décharges sont qualifiées d'«heures de première chaire» –, Dominique de Villepin propose de racheter une heure par semaine aux enseignants concernés, au tarif de 40 euros et sur la base du volontariat. Une rémunération plus élevée que celle pratiquée habituellement. «Ça fait 160 euros par mois. C'est donc une augmentation de leur pouvoir d'achat en compensation de cette charge supplémentaire pour ceux qui l'accepteraient», a déclaré le premier ministre.
Lire la suite de l’article


Le bizutage du professeur tourne au vandalisme
C'est l'«exance» de trop qui fait déborder l'éprouvette. Tradition des grandes écoles datant du début du XXe siècle, cette fête «exutoire» de fin de scolarité donne chaque année l'occasion à une quinzaine d'élèves-ingénieurs des Arts et Métiers (Ensam) de Châlons-en-Champagne, d'investir le quartier des profs. Si des débordements sont souvent constatés (caricatures, déplacement de matériel...), cette année, l'«exance» a carrément dérapé.
Dans la nuit du 1er au 2 juin, des élèves se seraient livrés à un règlement de compte envers Pierre Giraud, 54 ans, professeur de physique quantique à l'Ensam depuis trente ans. Ils ont actionné un extincteur sous la porte de son bureau et à travers la serrure, après le départ de l'enseignant-chercheur, vers 2 heures du matin. […]
Le lendemain matin, à son arrivée à l'école, il trouve un bureau «tout blanc du sol au plafond, enduit de poudre collante et corrosive». Outre l'ordinateur et l'imprimante, ce sont les dossiers, le matériel de recherche et de mesure, les archives et donc plusieurs mois de travail passé et à venir qui sont «définitivement anéantis». Un préjudice estimé à un peu plus de 200 000 € par l'enseignant,
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 01/07/05


Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien du 01/07/05


Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 01/07/05


Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 01/07/05


Guide écolo pour jeunes vacanciers
« P’tit Ecolo » est une tête blonde parfaite qui a tout compris en matière de respect de l’environnement. Personnage de planche à dessin, il illustre un mini-guide présenté aujourd’hui à Narbonne (Aude) par Nelly Olin, ministre de l’Ecologie et du Développement durable. Destiné aux enfants de moins de 12 ans bientôt en grandes vacances, il vise à les sensibiliser aux enjeux de l’écologie en expliquant les gestes qui permettent d’agir pour la protection de la nature.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 01/07/05


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 01/07/05


Les cinq arbitrages du premier ministre
[…]Gilles de Robien, le successeur de François Fillon à l'éducation, avait souhaité prendre son temps pour mettre en oeuvre la loi sur l'école. Le premier ministre a balayé ses hésitations : "Toutes les dispositions seront mises en place, en particulier celles portant sur le remplacement des professeurs."[…]
Lire la suite de l’article


Le gouvernement propose à une partie des professeurs de travailler davantage
[…]Alors que les orientations budgétaires pour 2006 ne prévoient pas de créations d'emplois pour la mise en oeuvre de la loi sur l'école, M. de Villepin a également assuré qu'il serait "irresponsable de ne pas donner au ministère de l'éducation les moyens nécessaires". L'ancien titulaire de ce portefeuille, François Fillon, avait chiffré à deux milliards d'euros supplémentaires par an les besoins pour sa loi qui prévoit, notamment, d'offrir un soutien scolaire aux élèves en difficulté, de renforcer l'enseignement des langues, d'accroître le nombre d'infirmiers.
A défaut de créer des emplois, le premier ministre a proposé, lors de sa conférence de presse, de racheter des heures d'enseignement aux professeurs bénéficiant de "décharges statutaires" . Quelque 110 000 professeurs du seconde degré bénéficient actuellement d'environ une heure d'enseignement en moins par semaine. Il s'agit, pour près de 100 000 d'entre eux, de professeurs de lycées enseignant au moins six heures en première ou en terminale. Des décharges horaires qualifiées "d'heures de première chaire" .
Au total, ces heures correspondent à 6 000 emplois équivalents temps plein. Le premier ministre propose donc de racheter aux volontaires ces heures au tarif de 40 euros soit 160 euros par mois. "C'est une augmentation du pouvoir d'achat -des enseignants- , de leur rémunération", a insisté M. de Villepin. Le gouvernement espère récupérer, par "cette mesure incitative" , environ un millier d'équivalent temps plein. Ces 40 euros seraient supérieurs de 25 % au tarif des heures supplémentaires.
Lire la suite de l’article


La loi sur la recherche débattue à la fin de l'année
Le nouveau ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche, François Goulard, s'est saisi, au côté de Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, du dossier de la loi d'orientation et de programmation de la recherche, laissé en souffrance par le précédent gouvernement. Il fait le point de l'avancement de ce texte, annonce les orientations budgétaires de 2006 et esquisse ses priorités.
Lire la suite de l’article

--------------------------------------------
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.