dimanche, novembre 03, 2013

ESPÉ et formation des enseignants : mon bilan d’étape



"Si l’on se préoccupait de l’achèvement des choses on n’entreprendrait jamais rien." François 1er


Même s’il est difficile de porter un jugement global à partir d’informations éparses et d’un vécu propre à l’ESPÉ où je travaille (ESPÉ-Paris), je me lance dans un bilan d’étape après près de 3 mois (on a commencé fin août) de fonctionnement de la formation des enseignants.
Je rappelle que j’ai une triple “casquette” :
  • je suis professeur (agrégé) de Sciences économiques et sociales en lycée (de banlieue) depuis 32 ans.
  •  Je suis en “temps partagé” depuis 8 ans , c’est à dire que je dois 192h années à la structure qui m’emploie (j’ai deux feuilles de paie !). Autrefois l’IUFM et aujourd’hui l’ESPÉ. J’ai coutume de dire que ce statut est bien un choix pédagogique et même politique (question de légitimité de mon discours…). J’y assure des formations disciplinaires (SES) mais aussi transversales : réflexion sur l’évaluation et les compétences, gestion de classe, autrefois économie et sociologie de l’école, évaluation des systèmes éducatifs…
  • Je suis aussi président (à mes moments perdus…)  d’un mouvement pédagogique : le CRAP-Cahiers Pédagogiques. A ce titre, j’ai participé à la concertation pour la refondation à l’été 2012 et précisément dans l’atelier 4 consacré à la formation. Nous avons rassemblé nos propositions dans unebrochure que vous pouvez toujours trouver sur notre site.
Je tiens aussi à rajouter (même si ce n’est pas le sujet de ce texte) que je ne suis pas forcément certain de conserver un poste à l’ESPÉ l’an prochain dans la formation pour plein de raisons (statutaires, organisationnelles, institutionnelles et personnelles). Mais je ne pense pas que cela soit un élément explicatif majeur de mon analyse.
Je rappelle aussi que ce n’est pas le premier billet que je consacre à ce sujet et vous pouvez les retrouver ici ou sur mon blog et divers médias (France Info et France Culture notamment) . Et que ma position est toujours la même : critique certes, mais pour faire avancer les choses, pas pour les bloquer…


Construire des formations, c’est pas de la tarte…
Le premier constat que je voudrais faire tient à la difficulté à construire aujourd’hui les contenus des cours pour les différents destinataires de ces formations. Pour le dire de manière un peu abrupte : les maquettes ont été construites avec des intitulés mais pas toujours en réfléchissant de manière approfondie au contenu des séances.
Encore une fois, au risque de me répéter, je suis sûr qu’il y a des endroits où ça s’est bien mieux passé mais pour ma part je repérerais quelques difficultés qui ont gêné ce travail.

  •  Le flou persistant sur les épreuves de concours qui n’a été levé – et encore pas complètement – que depuis des rencontres avec les présidents de Jury et la publication de sujets “zéro”
  •  l’incertitude également sur la structure de l’ESPÉ et les querelles de territoire qui en ont résulté : qui fait quoi ? Comment ? Dans quelles structures ? Avec quels intervenants ? La question du “modèle économique” de cette formation et de sa gouvernance n’est d’ailleurs toujours pas tranchée.
  •   La difficulté à discerner avec précision ce qui relève du “transversal” et du disciplinaire. Ce n’est toujours pas réglé quand on voit les problèmes posés par la mise en place de la culture commune.
  •  La même question se pose sur la distinction (artificielle selon moi) de la didactique et du pédagogique. Et de savoir qui fait quoi dans ce domaine et sous quelle forme.
  •  Le poids des habitudes. Sans vouloir critiquer plus que de raison, les personnes qui ont présidé à la construction des maquettes actuelles, il faut dire bien souvent que c’était une solution de facilité (compréhensible ?) dans un système assez rigide que d’essayer de plaquer des cours déjà existants (et avec les personnes qui vont avec) plutôt que de tout vouloir ré-inventer.
  •   La multiplicité des statuts dans cette période transitoire. CAD2, FSTG, M1, M2 en stage, EAP, contractuels… on s’y perd...!
  • Les problèmes de périmètre géographique : Par exemple, depuis une dizaine d’années, la formation des SES (la matière que j’enseigne) était inter-académique pour des raisons d’économie d’échelle. Dès avant la construction des ESPÉ, le rattachement des IUFM aux universités (plus encore que la seule masterisation) a mis à mal cette logique et a conduit à des logiques de repli académique qui à mon sens conduisent dans notre région bien particulière à du gaspillage de ressources humaines. Je pense que cette situation n’est pas propre à ma discipline et qu’elle handicape sérieusement des synergies souhaitables et à l’heure où il faut faire des économies (eh oui, je suis aussi contribuable…) elle n’est pas très rationnelle lorsqu’elle se heurte encore à des questions de territoire...
  •  L’urgence, enfin, qui nous a conduit comme dans beaucoup d’autres ESPÉ à “bricoler” des solutions supposées transitoires (mais on sait que dans l’E.N. le transitoire a tendance à durer…) et qui nous a contraint à peu nous voir autour d’une table et à travailler chacun dans son coin pris par nos autres impératifs de fin d’année précédente. Je ne suis pas sûr que dans l’état d’épuisement et de désabusement qui règne en ce moment il y ait beaucoup d’énergie pour s’y remettre à la fin de l’année.



Qui décide ? Qui pilote ? Les éternels problèmes de territoire...
Je rajouterai à cela une question plus polémique et qui renvoie au premier point de la liste. Qui décide vraiment ? Quelle est la marge d’autonomie de chacun ? En principe les universités sont autonomes. Mais on peut dire, sans trop exagérer, que la construction des masters MEEF aboutit, de fait, à une standardisation (souhaitable selon moi) des formations proposées et qui pouvaient être très diverses selon les académies. On peut s’en réjouir, c’est mon cas. Même si je déplore par ailleurs que dans ce qui s’est joué au niveau des deux ministères (MEN et MESR) ce soit celui de l’enseignement supérieur, mieux structuré et habitué à ces logiques de lobbying qui ait gagné. On notera aussi que les situations financières de bon nombre d’universités mettent aussi à mal leur supposée autonomie.
Devant cette évolution, qu’a fait le ministre ? Il a cherché à contrebalancer ce pouvoir excessif des universités en redonnant du pouvoir aux inspecteurs. La réunion inédite le 17 mai 2013 de tous les IA-IPR à la mutualité, après celle des IEN (Primaire) le 8 février de la même année avait pour but de réaffirmer le poids de l’“État-employeur” dans la formation des enseignants. Alors que la logique qui a prévalu dans les négociations (MEN/MESR) était simple “Tout ce qui est avant le bac, c’est vous (le MEN) ; tout ce qui est après c’est nous (le MESR)”. C’est simpliste mais pas très loin de la vérité…
On a donc redonné du pouvoir aux inspecteurs. Ils ont, de fait, un poids non négligeable dans la détermination des contenus de la formation et encore plus dans la partie formation en établissement (choix des tuteurs, des “berceaux”, initiative des réunions de coordinations…). Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?
Parce que je suis très vieux ( !), j’ai quelquefois tendance à dire qu’en supprimant les IUFM, on a certes “créé” les ESPÉ mais aussi restauré quelque chose qui ressemble pas mal aux CPR (système antérieur aux IUFM) où les IPR avaient la haute main sur l’ensemble de la formation. Et dans le premier degré, on est pas loin des écoles normales tant l’univers du primaire semble étranger aux universitaires et laisse donc beaucoup de marge aux ex-IUFM. Les IPR ont l’avantage de connaître le terrain et de savoir ce que c’est qu’un élève qui apprend (ou qui n’apprend pas) et de connaître les pratiques réelles de classe. J’ai pu constater personnellement le rôle positif qu’ils ont pu jouer dans certaines négociations difficiles avec des universitaires dont la logique était plus éloignée de la préparation au métier.
Mais, sans remettre en cause les personnes qui ont certes leur marge de manœuvre personnelle mais qui sont aussi le produit de la structure et des contraintes dans lesquelles elles agissent, on peut dire qu’il y a des risques dans cette évolution. D’abord parce la relation inspecteurs/enseignants est trop souvent marquée par le clientélisme et donc aussi par le conformisme. Cela pose alors la question du critère de recrutement des formateurs (dans les classes et dans les ESPÉ) et accessoirement celle de leur formation.
Et puis, parce que je suis un vieux militant pédagogique, c’est aussi parce que cette structuration conduit à renforcer les cloisonnements disciplinaires. Les IA-IPR sont recrutés sur une base académique et même si leurs fonctions ont évolué, ils restent structurés sur une base essentiellement disciplinaire où on retrouve les enjeux de territoire que nous évoquions plus haut. Comment former des enseignants qui coopèrent et travaillent  entre disciplines et entre niveaux dans un tel cloisonnement ? Comment requestionner les contenus dans la logique du socle commun et des compétences et construire une logique curriculaire indispensable dans un système qui reste malgré tout figé ?

Les “ex-IUFM” (dont je suis, mais je me soigne…) voient cela d’un mauvais œil car ils le ressentent comme une marginalisation ou du moins une remise en question de leur autonomie. Les discussions sont vives aujourd’hui car elles se font sur le mode de la crainte et de la défense des acquis. Les débats récents sur la gouvernance et les statuts des ESPÉ en sont un des phénomènes les plus marquants. Il est difficile de construire quelque chose de nouveau quand on a le sentiment qu’on va y perdre. Sentiment renforcé encore quand on sait que la plupart des intervenants à l’“ex-iUFM” sont à temps plein et n’ont pas de « point de chute » en établissement (et “chute” peut être prise et vécue dans les deux sens du mot…).
Étant en temps partagé et satisfait par la conjonction  de mes deux métiers (même si c’est pas facile au quotidien), ce n’est pas mon cas.


Un “choc de culture”
Il y a un vrai “choc de culture”. L’enjeu des ESPÉ c’est de considérer qu’au lieu de tirer chacun la couverture à soi, il s’agit d’agir dans le même sens pour le “bien commun”. Faire travailler ensemble des universitaires, des “ex-iUFM”, des formateurs-tuteurs dans les classes, des personnels de la formation continue et pourquoi pas (demain ?) des militants des mouvements pédagogiques, ce n’est pas de la tarte ! Et dans le même temps, il y a une certaine urgence puisqu’il s’agit de ne pas rater la formation des futurs enseignants. Beaucoup de formateurs sont au bord de la rupture voire du “burn-out” . On est dans un bon nombre de cas dans ce que les psychologues du travail appellent le “travail empêché”. 
J’ai écrit dans des billets précédents que je ne pensais pas que la structure universitaire telle qu’elle est aujourd’hui était la meilleure structure pour favoriser cette intégration. Les luttes de pouvoir, les cloisonnements, le clientélisme sont malheureusement inscrits dans l’ADN universitaire français. On ne peut pas dire non plus que la réflexion pédagogique soit au cœur de l’enseignement universitaire. Comment penser les difficultés d’apprentissage lorsqu’on est au sommet d’un système qui vous a fait réussir ?
L’argument souvent mis en avant par les défenseurs de ce choix universitaire de la nécessité de la recherche pour permettre l’innovation et l’évolution du métier me semble très discutable. Car il suffit de voir comment celle ci est le plus souvent structurée selon les principes évoqués plus haut pour se rendre compte qu’elle est malheureusement le plus souvent (pas toujours, j’en conviens !) déconnectée d’une véritable recherche-action qui serait pourtant nécessaire. Elle est aussi peu apte à infuser faute de lien avec l’enseignement (il y a toutefois quelques revues comme les Cahiers Pédagogiques qui essaient de faire ce travail de vulgarisation mais elles sont peu aidées…)



Les occasions ratées et les opportunités
Ce que je défendais (et défend toujours) c’était une place de concours qui ne soit pas, comme on en a pris la malheureuse habitude avec ce gouvernement, un compromis boiteux. Mettre le concours en fin de M1 était la pire des solutions puisqu’elle combinait les inconvénients du bachotage en première année. Celui-ci est inévitable quelque soit la nature des épreuves et peut même conduire à une dénaturation de la réflexion pédagogique au profit d’une “messe” servie à ceux qui veulent l’entendre. Car, même si ce n’est pas le sujet, il faut aussi s’interroger sur les compétences en matière pédagogique et didactique des membres des jurys de concours et la manière dont ceux ci sont composés. Mais c’est une autre histoire… (qui peut toutefois faire capoter une partie de la réforme…)
Le concours en M1 installe également durablement la formation à l’université puisqu’il y a continuité avec le M2, nous l’avons vu. Mais il y a, de fait, construction d’une énorme usine à gaz (plus ou moins selon la taille et la complexité des académies, j’en conviens).  Les ESPÉ ne sont alors que des “agences” chargées de (tenter de) rassembler des énergies disparates. Une structure autonome avec une gouvernance plus simple aurait été à mon sens plus efficace. Avec une vraie réflexion voire une remise en question de la formation et de la pédagogie des formateurs actuels. A condition aussi d’y intégrer plus la dimension universitaire qui a manqué aux IUFM (le “U” a été un peu oublié) et de renforcer la recherche en son sein.

Ce n’est pas le choix qui a été fait. Il faut faire avec. On notera toutefois que le ministre ne cesse de dire que la situation est transitoire et devra donc être aménagée voire revue. On notera au passage qu’on entend beaucoup moins Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur (et son cabinet) sur ce même thème. Même si un groupe de suivi des ESPÉ a été nommé avec à sa tête Daniel Filâtre (qui a été le principal artisan –voire le seul – de leur création).

On peut se dire aussi que dans cette affaire, il s’agit d’un coup de billard à plusieurs bandes. On rétablit une formation bien malmenée par la droite, on crée une structure nouvelle pour faire taire les critiques (souvent excessives) sur les IUFM, on en profite pour homogénéiser des formations universitaires qui partaient dans tous les sens, et on oblige les universitaires à parler un peu plus de pédagogie (ce qui n’est pas une mince affaire même si j’en connais beaucoup qui ne rentrent pas dans cette critique). Ce qui peut à terme faire bouger les choses…
ESPÉrons…



Bonnes fées et mauvaises fées
Mais le problème, c’est que cette évolution là se situe sur le moyen terme. Et que l’immédiat c’est la formation des étudiants et des futurs enseignants qui se fait dans le flou et la précipitation alors que c’est l’avenir de l’école qui se prépare. L’urgence nous fait souvent oublier l’essentiel et s’accommode mal des visions stratégiques. D’autant plus que le temps du politique n’a rien à voir avec le temps de l’École…
Des délais très courts, une fatigue accumulée (4 “réformes” en cinq ans), des injonctions contradictoires, des moyens pas toujours au rendez vous alors que les effectifs sont en progression, des “vieux réflexes” qu’il faut combattre, des enjeux de territoires, des rapports de forces…  Beaucoup de mauvaises fées se sont penchées sur le berceau des ESPÉ.
Restent quelques bonnes fées : le sens du service public qui fait que malgré tout on fait tourner la machine, des convictions fortes sur ce qui fait (enfin) consensus “enseigner est un métier qui s’apprend”, l’“optimisme de l’action” qui l’emporte encore sur le “pessimisme de l’analyse” et encore un peu d’enthousiasme…
Mais celui-ci n’est pas en quantité illimitée…

Nothing has ever been achieved by the person who says, It can't be done.”
Eleanor Roosevelt

Il faut conjuguer le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté
Romain Rolland (repris par Antonio Gramsci)



Philippe Watrelot




Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 3.0 non transposé.

1 commentaire:

Michel Guillou a dit…

Que dire, Philippe ?

Comment peux-tu à la fois montrer tant de lucidité à propos de tous ces grippages dont tu dénonces si bien la persistance et oublier d'évoquer ce qui reste à mon avis, à l'exception notable de quelques formateurs et de formations, çà ou là, le principal défaut -- c'est un euphémisme -- de la formation des maîtres et des formateurs qui la mettent en œuvre : le manque considérable de culture numérique qui contribue, et pour longtemps, à éloigner un peu plus l'enseignement de la société et des jeunes ?

Juste mon avis.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.