jeudi, avril 26, 2018

JM Blanquer : « je pense, donc... tu suis ! »



Le ministre de l’Éducation publie, ce jeudi au Bulletin Officiel, quatre circulaires et signe un guide très précis (130 pages) à destination des professeurs des écoles sur l'enseignement de la lecture. Il va même jusqu'à indiquer le format des cahiers à utiliser ! 
Il s'en explique dans une interview au Parisien où il déclare notamment (c'est le titre de l'article) : « la liberté pédagogique n'a jamais été l'anarchisme ».
Avant une réflexion plus globale sur le bilan d'un an de ministère Blanquer, voici quelques remarques à chaud...

Finalement, il y a pire que les experts, il y a les "sachants" : ceux qui savent mieux que tout le monde et qui vous disent comment faire... 
Jean-Michel Blanquer en est un magnifique exemple. Il pense que parce qu'il a lu quelques ouvrages et s'est fait deux ou trois convictions qu'il en sait plus que l'intelligence collective des enseignants. Il y a aussi, de fait, une méconnaissance de ce qui se passe réellement dans les classes. 

C'est un technocrate. Et un technocrate dans une société bureaucratique est obsédé par la conformité des procédures. Au lieu d'indiquer le cap et les finalités, ce qui est en effet du ressort du politique, il fabrique des règlements et enjoint de se conformer à des modalités qu'il a décidé seul.  
Il y a là dedans une sorte de “fantasme Jules Ferry” auquel il n'est pas le seul à succomber rue de Grenelle : penser que par une sorte de discours performatif, ce que l'on dit ou écrit va retomber impeccablement jusqu'à la moindre salle de classe. 

« L'École de la Confiance » ce n'est pas pour tout le monde... En tout cas pas pour les enseignants !
Car cela témoigne avant tout d'un manque de confiance à l'égard des professeurs qui sont rabaissés au rang d'exécutants (alors qu'ils ont un statut de cadre).
On est dans l'injonction au lieu d'être dans le dialogue et la négocation. Comme le disait un syndicaliste pour résumer la posture d' E.Macron dans d'autres dossiers « Je pense donc... tu suis ! » Cette formule s'applique parfaitement à notre ministre. 

On notera enfin que cette stratégie du ministre relève de la démagogie et du “populisme éducatif”. On joue clairement la carte des parents (et des grands parents...) en ravivant de vieilles recettes datant d'une école nostalgique et fantasmée. 
Et on fabrique du clivage en ressortant les vieilles lunes de la méthode globale au lieu de s'appuyer sur du consensus et les pratiques réelles des enseignants qui se sentent niés dans leur identité professionnelle et y voient une méconnaissance de leur métier.

Philippe Watrelot

-----------------------
Licence Creative Commons
Chronique éducation de Philippe Watrelot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.


Aucun commentaire:

 
Licence Creative Commons
Chronique éducation de Philippe Watrelot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://philippe-watrelot.blogspot.fr.