jeudi, novembre 30, 2006

Revue de presse du jeudi 30 novembre 2006

Revenons sur la grammaire avec l’éditorial d’Antoine de Gaudemar dans Libération> ce jeudi « Retour aux valeurs sûres, restauration de modèles plus traditionnels, on voit bien l'opération politique à l'oeuvre rue de Grenelle : ces remises à plat successives sont la manière propre à Gilles de Robien d'attaquer le «mammouth», par le biais des programmes qu'il s'est promis de passer au crible (on doute qu'il ait le temps d'aller au bout de son projet), et d'instrumentaliser politiquement un vrai débat. En cela, cette stratégie ne manque pas d'habileté. Elle rencontre le soutien de nombreux parents d'élèves, toujours démunis face aux innovations pédagogiques (qui leur font perdre leurs repères), et va dans le sens du poil d'une démocratie d'opinion réceptive aux arguments démagogiques. ».
Le lien avec les parents est un aspect important des débats actuels sur l’école. Tout se passe comme si l’École avait un devoir de continuité et de permanence : les parents et les enseignants sont d’anciens élèves (avec leurs représentations mythifiées de l’enseignement d’autrefois) et l’école étant vécue comme un lien entre l’avenir et le passé, il ne faudrait pas qu’il y ait rupture.
Et de Gaudemar de remarquer très justement « De fait, le ministre semble avoir touché un point sensible : il n'est que de voir comment les discussions passionnées sur ces questions ­ l'apprentissage de la lecture, de l'orthographe, de la grammaire ou du calcul dépassent les clivages habituels gauche- droite ou parents-enseignants, pour s'en convaincre. »
Le problème serait donc qu’il y a en France 62 millions (ou presque) d’experts de l’école….
A ce compte là, l’école ne peut évoluer que très lentement et souvent en faisant trois pas en avant et deux pas en arrière…

Voilà une nouvelle qui va énerverLubin (un prof blogueur)
Un rapport parlementaire propose que les élèves reçoivent une éducation au vin. Afin de mieux défendre le vin français, les députés de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur la viticulture recommandent d'informer, dès l'école, sur les "effets bénéfiques du vin dans le cadre d'une consommation appropriée". Des programmes d'éducation pour la santé devraient être mis en place, indique un rapport à paraître mercredi 6 décembre.
Les députés UMP et auteurs du rapport , affirment que "l'éducation du goût doit faire partie de l'éducation générale".
Ca sent le lobbying… Quoi qu’il en soit, on peut craindre un téléscopage avec l’éducation à la sécurité routière qui fait partie des très nombreuses tâches assumées par l’école… Il y avait un vieux slogan qui disait « Boire ou conduire, il faut choisir »…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 30/00/06


La grammaire, nouvel attribut pour Robien
A peine la polémique sur la lecture retombée, Gilles de Robien enchaîne avec la grammaire, avant de s'attaquer bientôt au calcul mental. Marginalisé au sein de son parti, l'UDF, le ministre entend bien marquer son ère à la tête de l'Education. Pour cela, il s'emploie à séduire les parents en les rassurant sur la baisse, réelle ou supposée, du niveau scolaire, et parodie Ségolène Royal, promettant un «ordre juste» qui passerait, lui, par la grammaire.
Lire la suite de l’article


Retour
Par Antoine de GAUDEMAR

Faut-il dire «leçon de grammaire» ou «séquence d'observation réfléchie de la langue» ? Cette question un peu saugrenue cache peut-être une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes. Déclenchée par le même ministre, en l'occurrence Gilles de Robien, qui avait déjà provoqué il y a peu un hourvari avec ses déclarations sur l'apprentissage de la lecture. On peut reconnaître au ministre de l'Education nationale de la suite dans les idées.[…]
Lire la suite de l’article


Une réforme est-elle nécessaire ?
Oui
Dominique Desmarchelier, linguiste et coauteur du rapport avec l'académicien Erik Orsenna
«Ce rapport n'est pas fait pour plaire aux parents par pure démagogie. Avant d'être directeur d'un département de linguistique, j'ai été instituteur.[…]
Non
Viviane Youx, présidente de l'Afef (Association française des enseignants de français)
«Sur la grammaire aujourd'hui, comme sur la lecture hier, le discours du ministre cède à la démagogie ambiante. Il suffit d'interroger nos entourages : tout le monde a un fils ou un neveu prétendument détruit par la pédagogie moderne. Il y a consensus sur le fait que c'était mieux avant. Dans ce rapport, je trouve des choses avec lesquelles je suis plus ou moins d'accord. Ce ne sont pas les préconisations d'Alain Bentolila qui m'inquiètent. C'est l'utilisation qu'en fera le ministre. Je crains, par exemple, que Gilles de Robien se contente de proclamer le retour de la leçon de grammaire.
Lire la suite de l’article


Des cours plus simples et plus ludiques
Le rapport de 32 pages pointe les limites des dernières réformes, trop techniques.
Lire la suite de l’article


En Brie, l'école de Bled en péril
A Mouroux, village proche de Coulommiers (Seine-et-Marne), un comité de défense bataille contre la destruction de l'école où Edouard Bled commença sa carrière.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/00/06


Rien vu...


-------------------------------------------
L’Humanité du 30/00/06 (un jour de retard)



Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien du 30/00/06 ( payant)



Les sciences à l'école, « un plaisir fou »
E LUNDI après-midi, la classe de Françoise Liska se transforme en laboratoire. Tous les élèves de CE 2 ont enfilé une blouse blanche. Sur les tables, chaque petit groupe dispose d'une bouteille coupée en deux, d'un verre mesureur et d'un chronomètre.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 30/00/06



Les jeunes, des électeurs très convoités
Le vote des jeunes sera déterminant pour l'élection présidentielle. Les candidats cherchent à convaincre cet électorat des 18-25 ans réputé très volatil
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 30/00/06




Les frais d'inscriptions à Lyon-III bientôt annulés?
La légalité des frais d'inscriptions de Lyon-III contestés devant la justice. Hier, le recteur de Lyon, Alain Morvan, et l'Unef ont demandé au tribunal administratif de Lyon d'annuler la délibération du conseil d'administration de l'université du 27 juin 2006, fixant les droits d'inscriptions supplémentaires. Des frais jugés « illégaux » par les requérants, qui évaluent à 70 e la somme demandée à la rentrée dernière aux étudiants en plus de leur frais d'inscription de base
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 30/00/06



Les grandes écoles coachent des lycéens
Des étudiants des grandes écoles vont remotiver les jeunes de quartiers défavorisés
Lire la suite de l’article


Frais d’inscription en question à Lyon-III
Satisfaction de l’Unef ? Lyon-III pourrait bien se voir refuser les deux rallonges financières demandées aux étudiants en début d’année.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 30/00/06



Vendée, Peur du rapt : les syndicats veulent relativiser
Les écoles de Vendée sont invitées à « renforcer la surveillance ». Des représentants syndicats rappellent que « l'école reste un lieu sûr pour les enfants ».
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 30/00/06



Un rapport parlementaire propose que les élèves reçoivent une éducation au vin
fin de mieux défendre le vin français, les députés de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur la viticulture recommandent d'informer, dès l'école, sur les "effets bénéfiques du vin dans le cadre d'une consommation appropriée". Des programmes d'éducation pour la santé devraient être mis en place, indique un rapport à paraître mercredi 6 décembre.
Les députés UMP et auteurs du rapport, Philippe-Armand Martin et Gérard Voisin, souhaitent "redonner son rang au vin français". Ils estiment que "l'apprentissage d'une bonne hygiène de vie commence dès l'enfance et l'école primaire" et affirment que "l'éducation du goût doit faire partie de l'éducation générale".
Lire la suite de l’article


Les jeunes se sentent plus victimes de "stigmatisations" que "d'injustices", selon l'Insee
Selon une étude d'Olivier Galland, chercheur associé au CNRS, publiée jeudi 30 novembre, les jeunes se plaignent davantage de vexations, moqueries ou insultes que d'injustices ou de privations de droits. Dans les sources de conflit relationnel, ils invoquent plus souvent des motifs liés à l'apparence que ceux ayant trait à leur situation économique et sociale.
Lire la suite de l’article


Impasse de l'université
C’est la rentrée à l'université, synonyme d'ascension sociale pour beaucoup d'étudiants. Mauvais calcul, hélas. Pour 40 % d'entre eux, ils n'obtiendront pas leur DEUG, le diplôme de deuxième année, comme ceux des rentrées 2005, 2004, 2003... A la différence des années précédentes, cependant, le gouvernement semble vouloir sortir de cette impasse, mais à pas lents.
Jacobinisme oblige, l'enseignement supérieur a été dessiné comme un jardin à la française. Le bac général était censé mener aux grandes écoles et à la fac. Le bac technologique conduire aux IUT (instituts universitaires de technologie) et aux BTS (brevets de technicien supérieur). Tandis que le bac professionnel était destiné aux futurs ouvriers et employés, même si cela n'a jamais été dit.
[…] Au fil des années, cette vision dirigiste, colbertiste, de l'éducation, s'est révélée de plus en plus inadaptée à la " massification " de l'enseignement supérieur, qui conduit 40 % d'une classe d'âge à l'université contre 15 % il y a vingt ans. Des filières sélectives, comme les IUT et les BTS, se sont multipliées, qui ont fait refluer vers l'université, où il n'y a pas de sélection, nombre de lycéens qui n'avaient rien à y faire.[…]
Comment expliquer à des parents qui, souvent, n'ont pas fait d'études supérieures que l'université est, pour trop d'étudiants, un miroir aux alouettes ? Et à tous qu'un BTS vaut mieux qu'un parcours incertain à la fac ? La démocratisation de l'enseignement supérieur - la vraie - est pourtant à ce prix.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 30/00/06


Les bienfaits du vin vantés à l'école?
Une mission d'information de l'Assemblée propose une éducation "aux effets bénéfiques" du vin dès l'école.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 30/00/06


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 30/00/06



Temps de travail des enseignants : intersyndicale mécontente de Robien
L'intersyndicale des enseignants du second degré s'est dite "mécontente" mercredi soir après avoir été reçue par le ministre de l'Education Gilles de Robien qui veut dans un décret inviter des professeurs à travailler plus en réduisant leurs "décharges horaires".
Lire la suite de l’article


Délinquance: l'Assemblée renforce la lutte contre l'absentéisme à l'école
L'Assemblée nationale a approuvé mercredi un article du projet de loi Sarkozy sur la délinquance, renforçant le rôle du maire dans la lutte contre l'absentéisme scolaire et précisant que les établissements scolaires et universitaires "participent à la prévention de la délinquance".
Lire la suite de l’article


Fronde de syndicats contre le projet de réforme de la formation des profs
Cinq syndicats enseignants (Snuipp-FSU, Sgen-CFDT, Snes-FSU, Unsen-CGT et Snesup) ont critiqué jeudi le projet d'arrêté réformant la formation des enseignants, se disant tantôt déçus, tantôt inquiets, seule l'Unsa-Education y étant "favorable".
Lire la suite de l’article


80 % des étudiants étrangers contents de leurs études en France (enquête)
Quatre-vingt pour cent des étudiants étrangers se déclarent "satisfaits ou très satisfaits" de leurs études en France, selon une enquête menée par deux sociologues de l'université Paris VIII pour l'Observatoire de la vie étudiante (OVE), a annoncé jeudi le président de l'OVE.
Lire la suite de l’article


Lancement d'un référendum dans 50 universités sur l'orientation
La Confédération étudiante, syndicat actif lors de la lutte contre le CPE, a annoncé jeudi le lancement dans 50 universités (sur 84) d'un référendum sur l'orientation et les préoccupations des étudiants sur leur avenir, "six mois après le CPE, six mois avant la présidentielle".
Lire la suite de l’article


Des chefs d'entreprise dans les établissements pour vanter l'entreprenariat
Le ministre de l'Education Gilles de Robien a lancé jeudi dans un collège ZEP de Paris l'opération "100.000 entrepreneurs" pour rapprocher l'école de l'entreprise et donner envie aux adolescents de devenir de futurs chefs d'entreprise.
Lire la suite de l’article


"Coup de gueule" de l'Académie de médecine contre les eaux sucrées et les prémix
Dans un rapport sur la place de l'eau minérale dans l'alimentation, l'Académie nationale de médecine s'inquiète du développement des eaux sucrées et lance un véritable "coup de gueule" contre les "prémix", ces boissons fortement sucrées et alcoolisées.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

mercredi, novembre 29, 2006

Revue de presse du mercredi 29 novembre 2006

Selon le rapport de mission sur l’enseignement de la grammaire d’Alain Bentolila (sur le site du Ministère), remis aujourd’hui même à Gilles de Robien "l'enseignement de la grammaire, à l'exemple de celui de la lecture, doit se fonder sur une progression rigoureuse allant du plus simple au plus complexe et du plus fréquent au plus rare".
Ces recommandations seront prises en compte pour une réforme de cet enseignement qui entrera en vigueur à la rentrée 2006/2007 et entraînerait une modification des manuels scolaires.
Mais encore une fois, il y a un écart entre le rapport et le discours du Ministre qui est lui beaucoup plus politique et idéologique. Libération résume sa position en affirmant queG. De Robien voudrait, selon ses conseillers, chasser définitivement le jargon linguistique des années 70 qui traîne encore dans les pages des manuels, et perturbe surtout les parents. Avec, au passage, un message politique bien à droite sur ces bonnes vieilles méthodes qui ont toujours du bon.
Le Monde le montre bien avec une citation de Gilles de Robien dans le Parisien . “Il suffit de lire un manuel de français pour s'apercevoir que ce que l'on demande aux élèves, notamment en primaire, est inutilement jargonnant et complexe... en tout cas incompréhensible. Si l'on veut vraiment noyer les élèves, continuons ainsi !". Pour lui,"comme la lecture ou l'écriture, la grammaire fait partie des savoirs de base. Elle structure l'esprit, donne une logique". "Mais même si certains la jugent rébarbative, c'est une étape obligée, comme le solfège pour la musique. C'est comme cela que l'on suscitera chez les enfants les plaisirs de la langue et la capacité de produire des phrases. Je ne suis pas un nostalgique de l'école d'autrefois, mais il y a des recettes de bon sens éternelles qu'on a peut-être un peu oubliées ces derniers temps."
Plus surprenant, quand on connaît son passé on trouve le même discours chez Jacques Julliard dans le Nouvel Obs . Après s’être réjoui qu’on ose enfin dire qu’une “bande de linguistes en folie” ait semé “la plus inutile des révolutions” dans la grammaire, il poursuit par cette diatribe : « Imposé par les IUFM (Instituts universitaires de Formation des Maîtres), qui sont les bastions du pédagogisme et du formalisme, relayé par le corps de l’Inspection, qui en est le corps disciplinaire, la nouvelle doxa a envahi l’enseignement français, créant un fossé générationnel entre enfants et parents, dégoûtant les élèves de leur propre langue. […] Il faut souhaiter que ce rapport courageux soit suivi d’effets. Ce sera long et dur. Comme tout lobby, le lobby pédagogiste n’a qu’un objet : persévérer dans l’être. Mais les désastres mentaux provoqués par le scientisme naïf sont tels que la grammaire n’est pas seulement un jeu d’enfant. C’est aujourd’hui une cause nationale ». On dirait du Brighelli ou du “Sauver les lettres”

Les enseignants sont plutôt perplexes face à cette nouvelle opération idéologico-médiatique. Une linguiste interrogée par le Nouvel Obs relativise Ne surestimons pas la grammaire. Même tonalité chez un enseignant de français en Seine-Saint-Denis, (cité par Le Monde) "la grammaire, on en fait tout le temps et elle représente un objectif énorme, surtout en banlieue". Il rappelle que "les programmes actuels disent que la grammaire ne doit pas être détachée des textes. On part donc des objets littéraires comme prétexte pour aller vers des éléments précis en grammaire". Les syndicats d'enseignants comme le SGEN-CFDT, le SE-UNSA et le SNUipp-FSU ont, de leur côté, souhaité, "une évaluation de ce qui se fait actuellement en grammaire", ils demandent enfin au ministre de "ne pas répéter les errements du débat sur la lecture".
Une phrase simple pour terminer : Le débat (sujet) est (verbe) bien mal engagé (complément/attribut ?)

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 29/11/06


Robien sort son manuel de grammaire
Le ministre de l'Education présente une réforme destinée à «rétablir des cours de grammaire» à part entière. Une remise à l'honneur de l'enseignement d'autrefois.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 29/11/06


Charpak : ''Je cherche des milliardaires prêts à investir'' dans l'école
Le programme «La main à la pâte» connaît un franc succès dix ans après sa création.
[…] L'idée est d'utiliser le moment où, encore tout jeune, l'enfant est émerveillé par tout ce qui l'entoure. Comme le chercheur scientifique, l'instituteur part d'une question des enfants choisie à l'intérieur du programme scolaire puis il leur fait réaliser une expérience conçue pour donner la réponse à la question posée. Il les incite alors à revenir aux idées initiales et à éliminer les hypothèses erronées. Il ne s'agit pas de recettes toutes faites à ingurgiter mais d'une méthode active par laquelle les enfants recherchent la vérité eux-mêmes.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 28/11/06 (un jour de retard)



La « vérité » sur le temps de travail des enseignants
Secrétaire général du SNES, Bernard Boisseau juge « démagogiques » les propos de Ségolène Royal. Mobilisation prévue demain.[…]
une enquête du ministère montre qu’ils travaillent en moyenne environ 40 heures par semaine. Même si nous trouvons les propos de Ségolène Royal démagogiques, nous sommes d’accord sur la nécessité d’un meilleur soutien des élèves. Pour l’améliorer, il faut l’inscrire dans le cadre du service actuel des enseignants, mais aussi faire appel à d’autres types de personnel : des surveillants, dont c’était d’ailleurs la fonction, avant que leurs postes ne soient supprimés par dizaines de milliers...
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien du 29/11/06 ( payant)



« Redonner toute sa place à la grammaire » GILLES DE ROBIEN, ministre de l'Education nationale
LE LINGUISTE Alain Bentolila remettra ce matin au ministre son rapport très attendu sur la grammaire. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, Gilles de Robien assure que sa réforme passera par le retour des cours de grammaire en bonne et due forme, avec...
Lire la suite de l’article


Les profs de français plutôt inquiets
« QU'ON s'intéresse à la grammaire ne peut pas déplaire aux professeurs de lettres. « C'est le fondement de notre discipline, comme l'orthographe, assure Viviane Youx, présidente de l'Afef, Association française des enseignants de français.
Lire la suite de l’article


Des préservatifs dans la moitié des lycées
LA MOITIÉ des lycées, soit un million de jeunes, ont déjà mis en place des distributeurs de préservatifs dans le cadre de la prévention contre le sida. Pour le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, cela ne va pas assez vite
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 29/11/06




Le double nom n’est pas populaire
Les parents ont depuis 2 ans la possibilité de choisir le nom qu’ils transmettent à leur enfant. Mais la tradition du nom du père résiste
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
20 minutes du 29/11/06


Un rapport prône plus de simplicité et de vrais cours de grammaire en classe
Le linguiste estime qu'il faudrait en moyenne de deux heures à deux heures trente de cours de grammaire par semaine pour atteindre un niveau "raisonnable" à l'école et au collège.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 29/11/06



Revenir au b.a.-ba de la grammaire
Gilles de Robien présente une réforme de l'enseignement de la grammaire, plus simple et plus ludique
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Ouest-France du 29/11/06



Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 30/11/06



Après la lecture, Gilles de Robien s'attaque à l'enseignement de la grammaire
Après la réforme houleuse de la lecture, le ministre de l'éducation, Gilles de Robien, s'attaque à la grammaire en voulant la simplifier et la transformer en discipline à part entière à l'école, alors que sur le terrain, des enseignants et syndicats estiment que c'est déjà le cas.
Lire la suite de l’article


Chili : Michelle Bachelet et la révolte des "pingouins"
On les a surnommés les "pingouins" par référence à leurs uniformes bleu marine et à leurs chemisiers blancs de collégiens. Ils ont 17 ans. Ils ont grandi en démocratie. Pour eux, la dictature militaire (1973-1990) et le général Augusto Pinochet, c'est du passé. Pourtant, ils accusent : "Peu importe que ce soit une femme. Nous ne croyons pas dans les politiciens. Nous n'attendons rien de Michelle Bachelet." Le ton intolérant de Maria Jesus Sanhueza et de Max Mellado contraste avec leurs sourires d'adolescents. Ils sont les principaux dirigeants de la révolte étudiante qui a ébranlé Michelle Bachelet, quelques mois seulement après l'arrivée au pouvoir de la première femme élue présidente du Chili.
Que reprochent-ils à ce gouvernement socialiste ? Tout bonnement de recourir à des méthodes "dictatoriales" : "2 500 collégiens ont été interpellés en mai, 100 ont été expulsés de leur collège", dénonce Maria Jesus, qui a été mise à la porte de son école à cause de son militantisme.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 29/11/06



Robien veut réhabiliter les cours de grammaire
"Des cours de grammaire, c'est utile, on a un peu oublié cela", estime le ministre de l'Education alors qu'un rapport sur le sujet doit lui être remis aujourd'hui.
Lire la suite de l’article


Sauvons la grammaire ! 

par Jacques Julliard

ENFIN ! Il fallait bien qu’éclate une fois en pleine lumière le grand divorce qui, depuis plus de trente ans, oppose les Français à l’enseignement officiel de la grammaire.Il fallait bien qu’à la fin, on s’attaque à l’improbable galimatias qui, au pays de Molière et de Descartes, nous en tient lieu depuis qu’une bande de linguistes en folie et de cuistres de collège ont semé la plus inutile des révolutions dans le petit monde bien ordonné sujet-verbe-complément. Les inventeurs sont avant tout des nommeurs, dit Nietzsche, et l’on ne voit pas très bien en quoi la substitution des "déterminants" à l’article, de "groupes propositionnels obligatoires ou non" au classique complément circonstanciel, etc. ajoute à la connaissance de la langue.
En outre, ces nomenclatures, variant d’un linguiste à l’autre, d’un manuel à l’autre, introduisent le désordre dans les esprits et le désespoir dans les familles. […]
Lire la suite de l’article


"Ne surestimons pas la grammaire"
par Anne-Marie Houdebine-Gravaud,
professeur de linguistique et de sémiologie à la Sorbonne.

J'ai été professeur de français au lycée, j'enseigne à l'université. J'ai compris que ce qui compte dans la construction d'une phrase, c'est le sens qu'on lui donne. Apprendre "SVO" (sujet-verbe- objet direct ou indirect) n'apporte pas cette valeur essentielle qui est d'apprendre à penser. Il faut s'éloigner de l'enseignement de la grammaire au sens de méta-langage : on apprend à parler avant tout en parlant, en pratiquant la langue. D'abord l'oral, puis l'écrit. Bien entendu, un peu d'analyse sur la construction et la structure de la phrase est nécessaire, mais pas indispensable. Ce qui importe plutôt, c'est la compréhension de la fonction que possède le langage.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
L’Express.fr du 29/11/06


Quel enseignement pour la grammaire?
Alain Bentolila, linguiste passionné, homme de terrain, veut mettre les mots au service de l'intelligence. Il rend aujourd'hui au ministre de l'Education un rapport sur l'enseignement de la grammaire
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 29/11/06



Un rapport prône plus de simplicité et de vrais cours de grammaire en classe
Le linguiste Alain Bentolila a remis mercredi au ministre de l'Education Gilles de Robien son rapport sur la grammaire dans lequel il souhaite un retour des vrais cours de grammaire en classe, mais avec une méthode progressive et des termes plus simples pour élèves et parents.
Lire la suite de l’article


Réforme grammaire: réactions syndicales
Le rapport du linguiste Alain Bentolila remis mercredi au ministre de l'Education Gilles de Robien prônant le retour des cours de grammaire à part entière avec moins de jargon, a été qualifiée de démarche "régressive" au Sgen-CFDT et à l'inverse de "positive" au Se-Unsa.
"Une fois de plus, au nom des +recettes de bon sens éternelles+ le ministre de l'Education nationale s'engage résolument dans une démarche régressive en matière de politique éducative", s'est indigné le Sgen-CFDT dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


Robien : une concertation pour aménager des bureaux pour les professeurs
Gilles de Robien, ministre de l'Education nationale, a annoncé mercredi le lancement d'une "concertation" avec les régions et les départements pour aménager des bureaux pour les professeurs de façon qu'ils aient un "lieu pour se poser".
Lire la suite de l’article


Temps de travail des profs : l'intersyndicale reçue rue de Grenelle
Les enseignants pourraient bientôt être invités à travailler plus à cause d'un projet de décret qui veut réduire les "décharges horaires" dont bénéficient certains, une réforme qui fait bondir les syndicats du second degré reçus mercredi soir rue de Grenelle.
Lire la suite de l’article


Rambouillet : une soixantaine de croix gammées dessinées sur un collège
Une soixantaine de croix gammées de six centimètres sur dix ont été dessinées dans la nuit de lundi à mardi sur la façade d'un collège publique à Rambouillet (Yvelines), a-t-on appris auprès de la police et de l'inspecteur de l'académie des Yvelines.
Lire la suite de l’article


Strasbourg: titre de séjour pour un professeur malien menacé d'expulsion
Un professeur de nationalité malienne qui avait été invité à quitter la France en août dernier a obtenu de la préfecture du Bas-Rhin un titre de séjour salarié, a-t-on appris mercredi auprès de son école.

Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

mardi, novembre 28, 2006

Revue de presse du mardi 28 novembre 2006

«Signa est obsolète» (La Croix).
En fait, la publication d'un palmarès de la violence scolaire dans la presse (le magazine Le Point il y a quelques mois) a mis fin à l'utilisation du logiciel chargé du recensement national
Chaque année, le ministère publiait un état statistique anonyme (sans citer les établissements) de la violence scolaire. On se rappelle le choc provoqué par la publication du palmarès… Depuis lors, la plupart des chefs d’établissement ne transmettent plus au ministère les fiches de signalement administratives et il n’y a donc plus de statistiques sur la violence scolaire.

Dans 20 minutes, on évoque l’étude “Génération 98 publiée hier par le CEREQ (Centre d’Étude et de Recherche sur les Qualifications . Les chiffres de cette étude devraient être connus de tous les membres du système éducatif.
86 % des jeunes qui ont fini leurs études en 1998 travaillent. Pour les non-diplômés, le chiffre tombe à 72 %. 50 % des jeunes ne quittent pas leur emploi par choix.
1460 euros La moitié des jeunes qui n'ont pas changé d'employeur gagne plus, les autres moins. Ce salaire médian tombe à 1320 e pour les jeunes «mobiles» (qui ont changé d’entreprise au moins une fois). 8 % des jeunes ont vu leur salaire et statut baisser depuis 1998.
18 % C'est la part de jeunes devenus cadres.
Si la vie n'est pas rose pour les diplômés, elle est franchement grise pour les autres. Sans surprise, ceux qui terminent leurs études sans ou avec peu de qualifications sont plus affectés par le chômage, note le Cereq. Rappelons qu’il y a 190 000 jeunes qui quittent chaque année le système éducatif sans diplôme.
On pourra compléter la lecture de cette étude par une autre enquête dont Le Monde rend compte. Pour la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère de l'emploi, la motivation, la personnalité et la présentation sont les trois premiers critères d'embauche en CDI (contrat à durée indéterminée) mis en avant par les employeurs, quels que soient le type de poste et le secteur d'activité. Mais cette sélection se fait “à diplôme égal”, ce qui signifie que ceux qui ne possèdent pas les diplômes requis ne passent pas la première sélection.
Bienvenue à tous les jeunes dans le XXIe siècle…

Le ministre de l'Education Gilles de Robien a remis lundi au Haut conseil de l'Education (HCE) un projet d'arrêté réformant la formation des enseignants.
Globalement le ministre a repris les recommandations du rapport de ce Haut Conseil . Parmi les principales mesures : la suppression du mémoire professionnel, l’instauration du stage en entreprise, l’alternance, la création d’une deuxième année post-diplôme. Mais celle qui risque de focaliser l’essentiel des réactions c’est la généralisation de la bivalence (enseigner deux matières au lieu d'une) qui s’attaque à l’identité professionnelle des enseignants largement construite, dans le secondaire, sur la référence disciplinaire. Le texte sera soumis au CSE (Conseil supérieur de l’Éducation) le 18 décembre prochain.
Le ministre peut ne pas tenir compte de l’avis de cet organisme consultatif comme il l’a déjà fait à plusieurs reprises

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 28/11/06


Pas encore le bac, déjà inscrit à la fac
Préinscription dès janvier ? Les syndicats dénoncent une sélection masquée.
Lire la suite de l’article


L'Unef en guerre pour l'accès libre au master
Le principal syndicat étudiant lance une campagne contre la sélection à l'entrée de l'ex-maîtrise.
Lire la suite de l’article


La gauche au piège de l'école
Par Alain Bénézet professeur de sciences économiques et sociales.

Exiger des enseignants «35 heures de présence» ne ferait qu'aggraver les inégalités et les échecs scolaires.[…] « 35 heures de présence» serait une négation des spécificités de l'enseignement : préparation des cours, correction des devoirs, énergie dépensée devant la classe (qui peut croire sincèrement qu'une heure de cours, même dans une classe idéale, est l'équivalent d'une heure de travail dans un bureau ?), etc.
«35 heures de présence» signifierait ainsi une transformation du métier d'enseignant en moniteur-animateur : il ne serait plus possible de concevoir de véritables cours, les contrôles se limiteraient à des QCM...
«35 heures de présence» signifierait surtout, non pas une école à deux vitesses ­ c'est largement le cas depuis deux ou trois décennies ­ mais une rupture historique dans l'école de la République : d'une part des établissements pour les enfants de la bourgeoisie, qui pourront librement sélectionner leurs élèves ­ la carte scolaire aura été supprimée ou «aménagée» ­, dans lesquels les professeurs continueront à enseigner, et d'autre part le parcage des enfants de milieux populaire ou immigré, encadrés par des moniteurs-animateurs. Pourquoi faudrait-il instruire ces jeunes qui sont destinés à occuper des emplois ­ s'ils en trouvent ! ­ non qualifiés ?
Lire la suite de l’article


«Ségolène Royal incarne la sortie du mitterrandisme»
Marcel Gauchet, philosophe et historien des idées, explique la percée de la candidate PS par sa capacité à saisir la crise d'autorité qui travaille la société française
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 28/11/06


Le manque de sommeil inhiberait la mémoire
La privation de sommeil ralentit la « pousse » de nouveaux neurones dans l'hippocampe du rat, impliqué dans la mémoire.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 27/11/06 (un jour de retard)



Les proviseurs sifflent la fin de la récré
Les chefs d’établissement ont manifesté, hier, pour réclamer des moyens à la hauteur de leur mission pédagogique.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 28/11/06 ( payant)



Temps de travail : les enseignants ripostent
ÇA GROGNE dans les collèges et les lycées ! Après le carton plein de la manifestation des chefs d'établissement, hier à Paris, c'est au tour des enseignants du second degré de monter au créneau. Si les proviseurs se plaignent d'en faire trop, les profs,...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 28/11/06



Les violences scolaires ne sont plus recensées
La publication d'un palmarès de la violence scolaire dans la presse a mis fin à l'utilisation du logiciel chargé du recensement national
Lire la suite de l’article

Les enquêtes révèlent l'ampleur de la violence ordinaire
Selon le dernier bilan de Signa pour l’année scolaire 2005-2006, 82 000 faits ont été signalés dans 8.000 collèges et lycées. Les actes les plus fréquemment signalés sont les violences physiques sans arme (30 %), suivies des insultes et menaces graves (26 %). La moitié des incidents sont déclarés par 10 % des établissements ; ce qui signifie que la violence se concentre sur certains territoires. Créé en 1993, le label « établissement sensible » concerne environ 160 collèges et lycées.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 28/11/06



Les jeunes doivent trimer pour s'insérer
A défaut de solution, les syndicats et le gouvernement auront des chiffres à se mettre sous la dent lors de la Conférence sur l'emploi et les revenus prévue le 14 décembre prochain. Après le Conseil de l'emploi, des revenus et la cohésion sociale (Cerc), c'est au tour du Centre d'étude et de recherche sur les qualifications (Cereq) de passer au crible l'emploi en France. Son étude, « Génération 98 », publiée hier, analyse l'insertion de 16 000 jeunes en 2005, soit sept ans après leur arrivée sur le marché du travail. Avec un constat inquiétant : elle relève du parcours du combattant.
Lire la suite de l’article


Galère 100% garantie pour les non-diplômés
Si la vie n'est pas rose pour les diplômés, elle est franchement grise pour les autres. Sans surprise, ceux qui terminent leurs études sans ou avec peu de qualifications sont plus affectés par le chômage, note le Cereq.
Lire la suite de l’article

Louis Chauvel : «Ils doivent accepter des postes sous-qualifiés»
Louis Chauvel, professeur à Sciences-Po et auteur de Classes moyennes à la dérive.
Lire la suite de l’article


Les jeux dangereux des enfants et des adolescents se développent
Les jeux dangereux se développent chez les enfants et les adolescents, avertit un colloque sur la prévention des conduites à risque, puisque, selon certaines estimations, un collégien sur huit a participé à "un jeu d'asphyxie" et autant à "un jeu d'agression".
Le thème des jeux dangereux et des pratiques violentes a été le premier abordé mardi à la "Rencontre de l'Education nationale pour la santé" à la Sorbonne, consacrée à la "prévention des conduites à risque chez les élèves et les étudiants".
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro du 13/11/06


Un garçon de 12 ans poursuivi pour 55 délits
Un mineur de 12 ans, poursuivi pour 55 délits commis en deux ans, essentiellement des vols, a été condamné à des sanctions éducatives par le tribunal des enfants d'Avignon, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


Gilles de Robien veut rétablir des cours de grammaire à part entière
Après la réforme houleuse de la lecture, le ministre de l'Education Gilles de Robien s'attaque à la grammaire en voulant la simplifier et la transformer en discipline à part entière à l'école, alors que sur le terrain des enseignants et syndicats estiment que c'est déjà le cas.
"Des cours de grammaire, c'est utile, on a un peu oublié cela", a estimé mardi le ministre de l'Education, souhaitant "probablement rétablir des cours de grammaire" à part entière à l'école et au collège dès la rentrée prochaine.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 28/11/06



Contre l'absentéisme au lycée, le code-barres
Reportage. Les élèves qui sèchent sont identifiés avec un crayon à lecture optique. Et leurs parents prévenus par l'envoi d'un message sur leur portable.
Lire la suite de l’article


Contre le sida, le préservatif à 20 centimes
Ils seront disponibles dans les points de vente de presse et de tabac, les lycées, les pharmacies...
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 29/11/06



Le témoignage d'un "hooligan pur", violent pour le plaisir
Stéphane (son prénom a été modifié), 28 ans, présente très bien. Pantalon en jean, veste sombre sur chemise blanche, il revient de son travail de commercial dans une agence de voyages. Diplômé à un niveau bac + 2, en couple, le jeune homme dit aller régulièrement au théâtre, au cinéma et au Parc des Princes. Pas de crâne rasé, une tenue classique, des paroles cordiales : les soirs de match du PSG, il se déplace de la façon la plus discrète possible. Sauf que cet homme appartient, depuis treize ans, à la mouvance des "indépendants", les plus violents des supporteurs de la tribune Boulogne.
Lire la suite de l’article


Motivation, personnalité et présentation sont les trois critères d'embauche en CDI
La motivation, la personnalité et la présentation sont les trois premiers critères d'embauche en CDI (contrat à durée indéterminée) mis en avant par les employeurs, quels que soient le type de poste et le secteur d'activité, indique l'enquête Offre d'emploi et recrutement (OFER), la première du genre, publiée mardi 28 novembre par la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère de l'emploi.[…]
Lire la suite de l’article


Une PME parisienne condamnée pour recours abusif aux stagiaires
L'ancien dirigeant de Challenge Qualité, une PME parisienne spécialisée dans l'audit et la gestion de l'accueil téléphonique, a été condamné par le tribunal de grande instance de Paris à six mois de prison avec sursis. La société, elle, a été condamnée à une amende de 3 500 euros ainsi qu'à un montant total de 25 000 euros de dommages et intérêts pour l'emploi abusif de stagiaires.
Le jugement, rendu le 29 septembre mais diffusé le 27 novembre par le collectif Génération précaire, a retenu la qualification d'"emplois dissimulés (qui) ont causé un préjudice avéré à l'ordre public et à chacun des stagiaires qui ont été privés des droits attachés à l'exercice d'un emploi salarié."
Lire la suite de l’article


Travailler dès 13 ans ?, par Frédéric Lemaître
Faut-il, sous certaines conditions, autoriser le travail des adolescents dès 13 ans ? Le débat rebondit en Allemagne avec une offre d'emploi peu banale : la société TNT Post cherche à recruter des facteurs pour distribuer des catalogues et des prospectus. Age minimum requis : 13 ans. Durée du travail : une à deux heures par jour. Rémunération quotidienne, selon la direction : entre 10 et 15 euros. Autorisation des parents nécessaire.
Dès la publication de l'annonce, les syndicats se sont insurgés : "Les bornes ont été franchies. C'est un scandale de monter un réseau de distribution en faisant travailler les enfants", a déclaré le vice-président du syndicat des services, Ver.di.
Au niveau mondial, le phénomène a les dimensions d'un fléau.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs permanent du 28/11/06


"Un trouble massif à l'ordre social"
Par Guillaume,
membre de l'association "Génération précaire"
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express Quotidien du 28/11/06


Quel enseignement pour la grammaire?
Alain Bentolila, linguiste passionné, homme de terrain, veut mettre les mots au service de l'intelligence. Le 29 novembre, il rend au ministre de l'Education un rapport sur l'enseignement de la grammaire
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 28/11/06



Robien: un arrêté réformant la formation des enseignants remis au HCE
Le ministre de l'Education Gilles de Robien a remis lundi au Haut conseil de l'Education (HCE) un projet d'arrêté réformant la formation des enseignants, qui sera davantage tournée vers l'alternance entre expériences théorique et pratique.
"J'ai tenu compte des demandes formulées par les jeunes professeurs lorsque je suis allé à leur rencontre, des observations faites sur un plan européen et des recommandations du Haut Conseil de l'Education, dont je salue la qualité du travail", a déclaré lundi Gilles de Robien lors d'une conférence de presse détaillant cette réforme.
Lire la suite de l’article


Les jeux dangereux des enfants et des adolescents se développent
Les jeux dangereux se développent chez les enfants et les adolescents, avertit un colloque sur la prévention des conduites à risque, puisque, selon certaines estimations, un collégien sur huit a participé à "un jeu d'asphyxie" et autant à "un jeu d'agression". Le thème des jeux dangereux et des pratiques violentes a été le premier abordé mardi à la "Rencontre de l'Education nationale pour la santé" à la Sorbonne, consacrée à la "prévention des conduites à risque chez les élèves et les étudiants".
Lire la suite de l’article


Robien énonce quatre priorités pour la santé des élèves, dont les addictions
Le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, a énoncé mardi quatre priorités pour la santé des élèves et étudiants : la lutte contre les addictions, l'alimentation, l'éducation à la sexualité et les premiers secours, à l'ouverture d'une conférence à Paris
Lire la suite de l’article


Gilles de Robien veut rétablir des cours de grammaire à part entière
Le ministre de l'Education Gilles de Robien a indiqué mardi sur RMC qu'il souhaitait "rétablir" des cours de grammaire à part entière à la veille de la remise du rapport du linguiste Alain Bentolila sur cette question.
Lire la suite de l’article


Les professeurs travaillent en moyenne 39 à 45 heures par semaine (Snes)
Le Snes-FSU, principal syndicat des enseignants du secondaire, a critiqué lundi le projet de décret qui devrait modifier leurs "obligations de service" et les propos récents de Ségolène Royal en rappelant que les professeurs travaillent en moyenne entre 39 et 45 heures par semaine.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

lundi, novembre 27, 2006

Revue de presse du lundi 27 novembre 2006

«Ohé, ohé, de Robien, un peu moins de cirque et plus de pain !»
«Proviseur, principal, adjoint. Chef d'orchestre : oui ! Homme orchestre, non !»
Voilà quelques un des slogans (rapportés par 20 minutes que l’on pouvait entendre dans la manifestation des chefs d’établissements . C'est un rassemblement relativement inédit puisqu’ils (et elles) n’avaient pas arpenté les rues de Paris depuis plus de dix ans (1994 précisément). La manif’ a rassemblé 3 100 chefs d'établissements selon la police, 5 000 selon les organisateurs à l'appel du syndicat SNPDEN-Unsa. Cela repséenterait près d’un tiers de la profession Ce qu’ils disent est simple : trop de tâches à assumer avec de moins en moins de moyens. Ce que Libération résume joliment avec ce titre “Les proviseurs ont trop de devoirs”. On trouvera des témoignages de leur vécu dans plusieurs journaux : Libération déjà cité , ou bien encore Le Parisien . Tous insistent sur l’accumulation de responsabilités mais aussi sur le temps de travail. Une principale de collège à Dordogne déclare au Parisien qu’elle travaille douze heures par jour avec le sentiment de n’avoir “jamais vraiment commencé sa journée.

Revenons sur l’enseignement de la grammaire.
Le sujet avait déjà été évoqué dans Le Monde, jeudi dernier et on risque d’en reparler encore lors de la publication du rapport (qui a déjà largement “fuité”) mercredi prochain. Cette fois ci, c’est Le Figaro (dans son édition de Samedi) qui titre Les Programmes de grammaire au pilori. Cet article est accompagné d’un dossier où le journal s’en donne à cœur joie pour dénoncer des exercices trop souvent abscons et le jargon pédagogique qualifié de “pédagol. Cette question du “jargon” est souvent utilisée pour disqualifier la pédagogie. Comme si celle ci ne devait-être qu’une question de “bon sens” et qu’on lui déniait le statut de savoir…
Les pédagogues doivent bien sûr se questionner sur cette question du vocabulaire utilisé car elle renvoie aussi à la question du rapport avec les parents et la société en général.
S’il faut se défier du langage volontairement abscons destiné à créer un écran et asseoir du pouvoir, on ne peut refuser dans le même temps le langage technique inhérent à toute profession et qui permet de travailler ensemble et d’avancer dans la réflexion et la pratique. Quand le journaliste du Figaro raille les “compétences” ou la distinction entre évaluation “formative” et “sommative”, il nie le fait que ce sont des termes qui renvoient à des concepts très précis et qui doivent donc être nommés précisément.
On ne reproche pas leur “jargon” ou plutôt leur vocabulaire technique aux médecins ou aux garagistes…


Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 27/11/06


Les proviseurs ont trop de devoirs (édition de samedi)
Submergés, les chefs d'établissement scolaire défilent ce week-end à Paris.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 27/11/06


Les programmes de grammaire au pilori
Le linguiste Alain Bentolila remettra mercredi à Gilles de Robien le rapport que ce dernier lui avait demandé sur la grammaire. Le ministre de l'Éducation souhaiterait supprimer les termes trop jargonnan
Lire la suite de l’article


Des exercices trop souvent abscons
Dans son analyse, Alain Bentolila recommande de commencer par apprendre l'analyse grammaticale avant d'analyser la cohérence des textes.
Lire la suite de l’article


Petit précis de pédagogie
Les textes de l'Education nationale foisonnent de termes obscurs et abscons. Florilèges.
Lire la suite de l’article


Profs-Parents : l'école d'hier et de demain
SONDAGE : 73% des personnes interrogées par l'institut TNS/Sofres pensent que la grammaire est moins bien enseignée qu'avant (document PDF).
Lire la suite de l’article



Testez votre niveau de grammaire

QUIZZ : Êtes-vous un cancre ou un crac ? Majuscules, accord, accents ou traits d’union : évaluez vos connaissances grâce au site de la société Reverso...
Lire la suite de l’article


Des proviseurs accablés par leur charge de travail
Plusieurs milliers de chefs d'établissement ont manifesté hier à Paris. Une première depuis douze ans.
Lire la suite de l’article


Villiers invite les jeunes à ''solder Mai 68''
Le candidat à l'Élysée s'en est pris aux sondeurs qu'il accuse d'être « souvent stipendiés ».
Lire la suite de l’article


L'affaire Redeker et la blessure de la liberté, par Alain Finkielkraut
La France était le pays de Voltaire écrasant l'Infâme. Elle n'était heureusement pas que cela, mais elle était cela aussi. Ces dernières semaines, je me suis anxieusement demandé si la France ne devenait pas le pays où l'Infâme pouvait écraser Voltaire, comme si de rien n'était ou, du moins, avec des circonstances très, très atténuantes.[…]
Moins d'un an après l'affaire des caricatures, on n'a rien trouvé de mieux, de tous côtés, que de lui faire grief d'être caricatural. Il est donc temps et plus que temps de libérer le oui à Redeker du mais qui l'entrave, qui l'étouffe et qui finalement le bâillonne. Si nous ne voulons pas laisser s'instaurer dans l'espace public le règne de l'autocensure, notre soutien doit être inconditionnel. Il n'y a pas de mais qui tienne, car ce mais conduirait demain à expurger les librairies et les bibliothèques d'oeuvres aussi islamiquement incorrectes que Jusqu'au bout de la foi de Naipaul ou Tristes Tropiques de Levi-Strauss.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 25/11/06 (un jour de retard)



Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien du 27/11/06 ( payant)



Les proviseurs se font entendre
PRÈS D'UN TIERS d'une profession dans la rue, qui pourrait en dire autant ? Hier, les chefs d'établissements du second degré étaient plus de 4 000 à défiler dans les rues ensoleillées du Quartier latin pour faire entendre leur ras-le-bol.
Lire la suite de l’article


« Il nous faudrait un vrai pôle administratif »
Gérard Stassinet, proviseur du collège-lycée Berlioz à Vincennes (Val-de-Marne) se sent « écrasé par une charge de travail insupportable : jusqu'à 70 heures certaines semaines ». « Il y a seize ans, quand j'ai commencé ce métier, trier le courrier...
Lire la suite de l’article


« Je passe mon temps à faire du social et de l'éducatif »
Annie Krempf, principale du collège Montaigne à Perigueux (Dordogne), travaille douze heures par jour. Et pourtant, elle en part tous les soirs avec le sentiment de n'avoir « jamais vraiment commencé » sa journée.
Lire la suite de l’article


« Les parents contestent tout »
Geneviève Martin, principale du collège Villeneuve à Fréjus (Var), passe son temps à changer de secrétaires. « En trois ans, j'ai vu passer 22 contractuelles. Une fois formées, elles partent au bout de six mois. »
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 27/11/06



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 27/11/06



La société fait débat dans les lycées
L'Université de tous les savoirs (UTLS) vient de lancer une nouvelle activité en direction des lycées franciliens. Soutenue par le ministère de l'Education, l'UTLS organise pendant l'année, au sein d'une vingtaine d'établissements, une série de conférences-débats animées par des spécialistes reconnus. Elle s'appuie sur un budget de 10 000 e, et espère obtenir une subvention de la région à hauteur de 80 000 e.
Au lycée Hélène-Boucher (20e), la conférence inaugurale a rassemblé cent soixante lycéens vendredi dernier. Dans une salle archicomble, Odon Vallet, docteur ès sciences des religions, a discouru sur le thème des « religions, coexistence pacifique ou affrontement ? », choisi par l'équipe pédagogique après consultation des élèves.
Lire la suite de l’article


Les dirlos se plaignent d'en faire trop
«Ohé, ohé, de Robien, un peu moins de cirque et plus de pain !» C'est dans une ambiance festive, rythmée par les mélodies d'une fanfare, que 3 100 chefs d'établissements selon la police, 5 000 selon les organisateurs, ont défilé hier dans les rues de Paris à l'appel du syndicat SNPDEN-Unsa. «Proviseur, principal, adjoint. Chef d'orchestre : oui ! Homme orchestre, non !», pouvait-on lire sur leurs banderoles. En somme, surchargés de travail, ces hommes et femmes se disent incapables de remplir correctement leurs fonctions
Lire la suite de l’article


Manifestation des chefs d'établissement, Robien "conscient des difficultés"
Les organisateurs de la manifestation nationale des chefs d'établissement du secondaire, qui ont défilé par milliers dimanche à Paris, ont souligné son "succès", le ministre de l'Education Gilles de Robien se disant "conscient des difficultés" de leur métier.
[…]De son côté, le ministre a rappelé que les chefs d'établissement avaient déjà obtenu quelques avancées: "revalorisation des carrières", "échelons franchis plus rapidement", et "primes en fonction de la taille de l'établissement qu'ils dirigent". Mais "il y a encore des marges de manœuvre", a estimé M. Robien.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro du 13/11/06



Manifestation des chefs d'établissement, Robien "conscient des difficultés"
La manifestation a rassemblé sans incident 5.000 proviseurs de lycées, principaux de collèges et leurs adjoints, selon le syndicat organisateur SNPDEN-Unsa (75% aux élections), et 3.100 personnes selon la préfecture de police de Paris, sur 13.000 chefs d'établissement de l'enseignement secondaire au total en France.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 27/11/06



Une « fac » musulmane ouvre à Lille
Les étudiants du premier établissement supérieur musulman de France - et d'Europe - étaient accueillis samedi.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 28/11/06



Les proviseurs demandent "une meilleure reconnaissance"
Plusieurs milliers de proviseurs et de principaux de collège venus de toute la France ont manifesté, dimanche 26 novembre, à Paris pour réclamer une meilleure reconnaissance de leur métier et des moyens supplémentaires pour exercer leur mission dans des conditions normales.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs permanent du 27/11/06


Des codes barres pour
lutter contre l'absentéisme
Un lycée de Nîmes a mis en place lundi un système de codes barres attribués à chaque élève.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express Quotidien du 27/11/06


"Un mari violent n'est jamais un bon père"
Germaine Watine, vice-présidente de la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), fait le point sur la lutte contre les violences infligées aux femmes par leur conjoint en France. "Le tabou se lève", mais il reste beaucoup à faire. Elle dénonce notamment l'inaction de la justice, "qui frise parfois la complicité" avec les maris violents, et explique le choix de la FNSF de lancer une campagne choc pour montrer combien les enfants, eux aussi, sont les victimes de la violence conjugale
Lire la suite de l’article


Le "9-3" contre le mariage forcé
Forum, spectacles... Le département de la Seine-Saint-Denis, très concerné, se mobilise pour informer et aider les victimes
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 27/11/06



"Parole", un documentaire sur une école différente depuis trente ans
A contre-courant de la réaction pédagogique prônant le retour des "bonnes vieilles méthodes" à l'école, le passionnant documentaire "Parole, l'héritage Dolto" montre une école différente, la Neuville, vivier des pédagogies les plus innovantes depuis 33 ans.[…] Le documentariste et enseignant de cinéma Vincent Blanchet y a promené sa caméra numérique pendant deux ans, filmant 750 heures de la vie de cette école, dont il nous livre la quintessence dans "Parole, l'héritage Dolto", sorti le 24 novembre en DVD et qui sera projeté dans une salle parisienne à partir de mercredi.
"Parole" (1H37), tout est dit dans le titre. Le réalisateur filme principalement ces moments où, à la Neuville, les enfants prennent la parole, selon des rituels bien codés, pour prendre démocratiquement les décisions regardant la communauté --peut-on accepter tel nouvel arrivant? Tel élève peut-il être promu "ceinture verte"? Faut-il un arbre à Noël?-- et mettre des mots sur les moments conflictuels ou heureux de la semaine.
Lire la suite de l’article


Français au programme à l'école primaire à Zurich: Robien "se félicite"
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien "se félicite" dans un communiqué diffusé dimanche "d'apprendre que la langue française reste inscrite au programme de l'école primaire dans le canton de Zurich" (Suisse), où un référendum était organisé sur le sujet dimanche.
Un texte proposant d'enseigner une seule langue étrangère à l'école primaire, soit l'anglais, a été refusé par les Zurichois, selon les résultats de 134 communes sur 171.
Lire la suite de l’article


Des salariés plus diplômés, moins payés que leurs aînés et en plein désarroi
Le niveau de qualification à l'entrée sur le marché du travail a considérablement augmenté en France, mais son lien avec l'emploi et le montant du salaire s'est distendu, suscitant le désarroi de nombreux salariés, observent économistes, syndicats et sociologues.
Lire la suite de l’article


Lecture: procédure disciplinaire abandonnée contre un inspecteur
Le ministère de l'Education nationale a abandonné la procédure disciplinaire intentée à l'encontre d'un inspecteur qui avait pris position contre le discours du ministre sur l'apprentissage de la lecture, a-t-on appris vendredi de source syndicale.
Lire la suite de l’article


Robien reçoit les syndicats mercredi sur les décharges horaires des profs
L'intersyndicale des enseignants du second degré sera reçue mercredi par le ministre de l'Education Gilles de Robien sur un projet de décret qui devrait modifier leurs "obligations de service", un projet "inacceptable" ont rappelé ces syndicats vendredi dans un communiqué.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

vendredi, novembre 24, 2006

Revue de presse du vendredi 24 novembre 2006

« Si tu continues, tu vas finir à La Verrière... » Dans les salles de profs des collèges et lycées de France, cette boutade est connue de tous. La Verrière, tout le corps enseignant le sait, c'est la maison de repos des profs pour ne pas dire l’hôpital psychiatrique des profs. Le Figaro s’est rendu dans ce lieu dont le nom, en dehors de la boutade, sert de symbole et de repoussoir des difficultés des enseignants . Ce qu’on y lit est intéressant, à l’heure où on parle de la charge de travail des enseignants, pour comprendre les difficultés de ce métier où on se met beaucoup en “je”.
Alors la dépression, maladie professionnelle de l’enseignant ?
Le psychiatre, chef de l'établissement. déclare à juste titren que « Les enseignants ne sont pas plus exposés que d'autres professions aux souffrances psychiques, mais ils font un métier qu'on ne peut pas exercer quand on est mal. Un prof ne pas soigner sa dépression face à 40 élèves turbulents. »
Autre lieu commun, le corporatisme. Pour le même spécialiste, la première souffrance des enseignants, c'est de ne plus être entendus dans notre société. « Ils sont devenus inaudibles. S'ils évoquent la dégradation de leurs conditions de travail, on sourit et on leur parle de leurs vacances, de leurs horaires. En fait, en les jugeant corporatistes, on ne voit plus que certains souffrent...». Pour dire les choses autrement, il y a des métiers bien plus pénibles et il serait indécent pour les enseignants de se plaindre sans cesse. Mais, ce serait tout aussi idiot au nom d’une culpabilisation sociale mal vécue, de nier les difficultés de ce métier.

Une information inquiétante reprise par plusieurs de vos quotidiens aujourd’hui. Sniffer, se piquer ou fumer n’a jamais été aussi bon marché en Europe. . C’est ce que révèle le rapport 2006 de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies . En cinq ans, la baisse est ainsi évaluée , après correction du taux d'inflation, à 19% pour le cannabis, 22% pour la cocaïne, 45% pour l'héroïne et 47% pour l'ecstasy…

On imagine les conséquences que cette baisse du prix peut avoir auprès des jeunes qui sont une des cibles privilégiées des trafiquants.
Le rapport indique que 10 à 23 % de a mortalité globale chez les adultes âgés de 15 à 49 ans peut être attribuée à la consommation d’opiacés.

Autre expression du mal-être : les automutilations. Le pédopsychiatre Maurice Corcos, alerte dans Libération sur le nombre croissant d’auto-mutilations.Il place sous ce terme générique les écorchures, les coups, les morsures, les brûlures, le fait de s'arracher les ongles ou les cheveux, mais sont aussi l'anorexie ou la boulimie, et l'ensemble des conduites toxicomaniaques. Ils constatent que contrairement à leurs aînés qui expriment verbalement une anxiété,un désarroi, maintenant, les ados aujourd’hui utilisent leur corps. « Il n'est jamais bon que des passages à l'acte exercés contre soi remplacent une expression verbale. D'autant qu'ils vont de pair avec l'augmentation des suicides chez les jeunes.” ajoute t-il.

A la relecture, tout cela fait une tonalité très “dépressive” à cette chronique d’une fin de novembre pluvieuse. J’ai cherché vainement une info plus futile pour finir sur une note gaie mais je n’ai pas trouvé. Allez, bon week-end quand même !

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 24/11/06


«Au lieu d'exprimer un désarroi, les ados utilisent leur corps»
Maurice Corcos, pédopsychiatre, face au nombre croissant d'automutilations
Lire la suite de l’article


La loi sur la délinquance «oppose les gens les uns aux autres»
Les maires craignent que le texte de Sarkozy ne complique leur quotidien.
Lire la suite de l’article


«Nous souhaitons transformer Wikipedia en organisation durable»
Fin octobre, Florence Nibart-Devouard est devenu présidente de la fondation Wikimedia, qui gère Wikipedia, l’encyclopédie collaborative en ligne née en 2001. Elle revient sur la situation actuelle de Wikipedia et les chantiers à venir.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 24/11/06


À La Verrière, les profs soignent leur déprime
Ici, vingt psychiatres, des kinés, des ergothérapeutes sont au chevet d'un millier d'enseignants épuisés par leur métier. Le but ? Les aider à remonter un jour sur une estrade.
Lire la suite de l’article


Le volontariat international séduit les jeunes
Les entreprises prêtes à accueillir des volontaires internationaux en entreprise sont encore trop peu nombreuses.
Lire la suite de l’article


La souffrance méconnue des trisomiques
La prise en charge doit mieux tenir compte du fait que les patients ne parviennent pas à exprimer leur douleur, physique ou mentale.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 23/11/06 (un jour de retard)



Une ordonnance, et une sévère...
Le gouvernement autorisé à légiférer par ordonnance sur le volet « santé mentale » du projet Sarkozy.
Lire la suite de l’article


« La résistance est incontestable »
Des rassemblements ont eu lieu, hier, devant toutes les préfectures du pays à l’appel du Réseau Éducation sans frontières. Entretien avec Richard Moyon
Lire la suite de l’article


Un « département pilote » pour les expulsions
Lors d’une conférence de presse régionale, les responsables des RESF ont dénoncé la chasse à l’homme dans le Tarn-et-Garonne.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 24/11/06 ( payant)



« La grammaire est trop négligée à l'école »
Dans un rapport remis mercredi prochain au ministre de l'Education, Alain Bentolila, professeur d'université et linguiste, propose de remettre la grammaire au coeur des programmes.
Lire la suite de l’article


De nouvelles prépas vont s'ouvrir aux banlieues
LES CLASSES PREPARATOIRES de deux établissements réputés, les lycées Saint-Louis de Paris et Kléber de Strasbourg, ouvriront leurs portes dès l'année prochaine aux meilleurs élèves des banlieues. Le ministre de l'Education, Gilles de Robien, en visite...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 24/11/06



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 24/11/06



«Ils feraient mieux d'interdire les journaux télévisés, c'est souvent pire que les jeux vidéos»
Le tollé est à la hauteur de la volonté affichée par Bernard Depierre, Lionnel Luca et Jacques Remiller, qui demandent l'interdiction «totale pure et simple» des jeux vidéos «très violents incitant directement à des actes de barbarie». Ils comptent défendre leur proposition sous forme d'un amendement au projet de loi sur la délinquance, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale.
Cet amendement, transmis à l'AFP, prévoit d'interdire «sur le territoire national d'éditer et de diffuser par vente, par location ou par le net» les jeux «contenant une incitation directe à des violences sexuelles, à des sévices corporels, à des actes de barbarie et au meurtre».
Lire la suite de l’article


Beaucoup de tomes pour tous les mômes
Depuis mercredi, c'est à nouveau la grande fête de la lecture pour les enfants, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), et ce jusqu'à lundi. Comme d'habitude, l'offre est pléthorique et la foule impressionnante. Montreuil reste bel et bien le paradis des enfants curieux. Ce week-end, les classes et les centres aérés céderont la place aux familles qui s'armeront de courage pour affronter les 267 exposants prêts à tout pour émerveiller leur jeune public
Lire la suite de l’article


Coke, cannabis, ecstasy... toujours plus de drogues, toujours moins chères
Sniffer, se piquer ou fumer n’a jamais été aussi bon marché en Europe. C’est ce que révèle le rapport 2006 de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies publié jeudi 23 novembre. Sur les cinq dernières années, les prix moyens (corrigés en fonction de l’inflation) de l’ecstasy ont chuté de 47%, ceux de l’héroïne brune de 45%, ceux de la cocaïne de 22% tandis que la résine de cannabis se vend à 81% de son ancienne valeur.
Lire la suite de l’article


Des chaires financées par les entreprises à Dauphine
C'est une première dans nos universités. L'université Paris-IX Dauphine va créer quatre chaires de recherche et d'enseignement entièrement financées par des entreprises.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro du 13/11/06



Les drogues dures restent "une inquiétude majeure" en Europe
La consommation de cocaïne poursuit sa progression en Europe tandis que celle d'héroïne et de drogues injectées reste "une menace permanente pour la santé publique", souligne l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans son rapport annuel présenté jeudi.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 24/11/06



Le FJT est devenu le foyer des jeunes précaires
Les foyers de jeunes travailleurs fêtent leurs 50 ans à Rennes. Avec Joël Billet, directeur à Alençon, regard sur la génération 2006.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 25/11/06



Peu à peu, le projet de loi "délinquance" est devenu un fourre-tout
Le projet de loi sur la prévention de la délinquance en discussion à l'Assemblée nationale inclut nombre de dispositions dont la place ne se justifierait pas nécessairement dans un texte portant cet intitulé. Les députés ont ainsi adopté en priorité, jeudi 23 novembre, l'amendement du gouvernement assouplissant les règles du permis à points, avant même qu'ait commencé l'examen de l'article 1er.
Lire la suite de l’article


Délinquance : chiffrage non partisan,
par Alain Bauer

Une tribune intitulée "Délinquance : des questions sans réponse" (Le Monde du 21 novembre) s'étonne "que le projet, souvent évoqué, d'un observatoire indépendant de la délinquance ne soit toujours pas inscrit à l'ordre du jour" de l'agenda politique. Une absence d'information, un manque d'intérêt ou une ignorance réelle, sans doute involontaire, ont dû empêcher les auteurs d'être informés de l'existence, depuis trois ans, dudit observatoire, dirigé par un conseil indépendant.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs permanent du 24/11/06


Coup d'envoi ce vendredi
du projet NeuroSpin
Le plus grand complexe au monde entièrement dédié à l'exploration du cerveau et des processus cognitifs, basé à Saclay, ouvre ses portes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express Quotidien du 24/11/06


Des drogues moins chères que jamais
Toujours plus de drogues en Europe, des drogues moins chères et de nouvelles substances en circulation... Voici les dernières tendances mises en lumière par le rapport annuel de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 24/11/06



Ouverture de l'Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie
Le nouvel Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie (IHEST) destiné à diffuser "une culture de la recherche et de l'innovation dans la société", ouvrira ses formations le 29 novembre, a annoncé jeudi le ministre délégué à la Recherche, François Goulard.
Lire la suite de l’article


Construction: "recherche salariés désespérement"
Alors que le bâtiment et les travaux publics connaissent une forte progression en 2006 (+5,1%), avec de bonnes perspectives pour 2007, ce secteur de la construction peine à recruter la main-d'oeuvre dont il a besoin, au risque de devoir limiter son activité.
Lire la suite de l’article


Les étudiants sages-femmes ont de nouveau manifesté à Paris et en province
Environ 800 étudiants sages-femmes, selon les organisateurs, 400 selon la police, ont à nouveau manifesté jeudi après-midi à Paris, de Montparnasse aux ministères de l'enseignement supérieur et de la santé, pour demander l'intégration de leur cursus à l'université.
Lire la suite de l’article


Robien crée un "parcours de réussite" pour lycéens en ZUS visant les prépas
Le ministre de l'Education, Gilles de Robien, a annoncé jeudi, dans une "démarche d'égalité des chances", la création d'un "parcours de réussite" pour les lycéens scolarisés en zone urbaine sensible (ZUS) voulant intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.