mercredi, juin 06, 2012

Revue de presse du mercredi 6 juin 2012

.



Patience et impatience – Génération sacrifiée – du plomb dans l’aide - Woodstock -


Patience et impatience
Le cyclisme sur piste, vous connaissez ? On y voit des coureurs juchés sur leurs vélos qui font presque du sur-place avant de démarrer et de lancer leurs attaques.
La situation dans l’éducation nationale est un peu comparable. Comment Écouter et avancer vite écrivions nous dans une précédente chronique (en référence à un article duMonde ). Véronique Soulé dans un article de Libération reprend cette analyse : “coincé entre des législatives clés, qui vont décider de la marge de manœuvre du gouvernement, et des arbitrages, notamment financiers, qui n’ont pas encore été faits, le nouveau ministre doit slalomer, en répondant aux attentes mais sans rien annoncer de bien concret”. Et la journaliste de Libération ajoute : “Pour ne pas promettre de choses que l’on ne pourra pas tenir, mieux vaut éviter les annonces et plutôt parler dans le vague. Vincent Peillon s’y est employé.
Mais certains s’impatientent. Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes-FSU, le principal syndicat des enseignants en collège et en lycée est interviewée par Libération. “ Nos collègues attendent maintenant des changements de fond et radicaux. Dès la rentrée, ils veulent aussi des gestes. Mais là, nous observons un certain retard.” affirme t-elle. La représentante des enseignants des lycées et collèges précise : “ Laisser le secondaire dans une situation difficile en aidant seulement le primaire, ce serait reculer pour mieux sauter”. Le contentieux porte aussi sur les stagiaires alors qu’on vient d’apprendre que le conseil d’État annulait les décrets sur la formation et demandait de revenir à la situation d’avant 2010. “ Le ministère voudrait leur accorder une décharge de 3 heures par semaine [sur 18 heures de cours pour les certifiés] pour leur permettre de se former. […]Nous, nous demandons au moins 6 heures de décharge. Mais on serait prêt à l’accepter si on nous assure qu’il s’agit d’une première étape. ” affirme Frédérique Rollet.
On le voit, c’est l’heure des grandes manœuvres et de la construction des rapports de force en montrant ses muscles sur quelques revendications. Mais les enjeux ne sont pas seulement ceux qu’évoque la co-secrétaire du SNES, ils sont aussi ceux des réformes plus profondes comme celle du socle commun, du statut et du temps de service des enseignants ou bien encore de l’autonomie des établissements.
En tout cas, si l’on veut jouer le jeu de la concertation et du “grand débat” et prendre en compte les contraintes budgétaires, les enseignants devront faire preuve de patience…

Génération sacrifiée
Revenons à cet arrêt du conseil d’État daté du 1er juin 2012. Dans ce texte au vocabulaire juridique difficilement compréhensible pour qui n’a jamais fait de droit, on constate que la haute juridiction a tout simplement retoqué la “réforme” de la formation instaurée en 2010 On avait supprimé l'année de stage en alternance dans les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) pour des raisons essentiellement comptables d’ailleurs (une économie de 16000 postes). Le Conseil d'Etat, sollicité par les syndicats d’enseignants et la FCPE, a en fait pointé un vice de procédure. Ou plutôt, en langage juridique, "l'incompétence du ministre de l'éducation nationale", Luc Chatel, qui avait signé, seul, les arrêtés du 12 mai 2010, en se passant de la signature de son homologue à l'enseignement supérieur, qui était alors Valérie Pécresse. Or les IUFM relevaient de sa compétence. Théoriquement, à partir du 31 juillet 2012 - date à laquelle prend effet l'arrêt de la Cour d'Etat du 1erjuin -, les enseignants stagiaires lauréats des concours de l'enseignement basculeraient sous le régime de formation antérieur, celui de 2006. Ils auraient, en toute logique, droit à un quasi-mi-temps: dix heures en classe, huit heures de formation. Depuis 2010, ils étaient contraints d'effectuer un temps complet - soit dix-huit heures de "service".
Mais cela va t-il changer quelque chose à la situation des stagiaires l’an prochain ? En partie seulement. Car en effet, il n’est pas possible de revenir à la situation antérieure avec seulement un demi-service. Les postes n’existent plus. On est à l’os… Du coup, comme l’indique le Monde le ministère s'apprête à signer - et donc à cautionner - les textes d'une réforme qu'il combat ! “A titre provisoire", se presse-t-il de rappeler: "Le cahier des charges n'entrera en vigueur que pour l'année 2012-2013. La situation sera différente à la rentrée 2013, car la réforme de la formation des maîtres aura été engagée." . Décision paradoxale mais dictée par la situation extrêmement tendue au niveau des postes. Le dispositif prévu est donc de décharger les enseignants stagiaires de seulement trois heures. En attendant mieux. Avec le sentiment que les stagiaires de ces deux dernières années sont bien une génération sacrifiée…

du plomb dans l’aide…
80% des 18 600 professeurs des écoles interrogés dans un sondage par internet initié par le SNUipp sont insatisfaits des dispositifs d'aide personnalisée . Rappelons que cette mesure initiée par Xavier Darcos en 2009 accompagnait la suppression du samedi matin. Son principe : deux heures hebdomadaires de soutien scolaire pour les élèves en difficulté, réalisées avant ou après les cours, voire lors de la pause midi. Parmi les effets négatifs pour les élèves, 80 % des enseignants citent l'allongement de la journée et 66 % la fatigue.
Les réserves des professeurs des écoles étaient déjà connues. Certains d’entre eux, les «désobéisseurs», avaient même refusé d’appliquer ce dispositif. Le sondage vient apporter un argument de plus. "L'enquête montre très clairement les limites du dispositif. Il en ressort que l'aide personnalisée a vécu, tant ses défauts sont criants", a résumé le secrétaire général du Snuipp, Sébastien Sihr (interviewé aussi par le NouvelObs). "A l'heure où le ministre ouvre une concertation, cette enquête va compter pour que l'aide à la difficulté scolaire soit totalement repensée. Elle devra être assurée à l'avenir sur le temps commun à tous les élèves et, pour cela, nous comptons sur la promesse de François Hollande d'avoir 'plus de maîtres que de classes'", a-t-il ajouté. . Sans oublier le renforcement des Rased, dont de nombreux postes ont été supprimés lors du précédent quinquennat.
Plus de maîtres que de classes, c’est une idée qui fait son chemin. On la retrouve dans les propos d’ Eric Charbonnier, expert éducation à l'OCDE, interrogé par 20minutes.fr. Pour lui, il faut “ mettre davantage d'enseignants dans les écoles qui rencontrent le plus de difficultés. Il faut aussi y affecter les enseignants les plus expérimentés, en les payant mieux, pour qu'ils y restent longtemps. ”. Il préconise aussi une pédagogie différenciée et le travail en groupes “mais il doit être intégré dans la journée de l'élève et ne pas s'y ajouter afin de ne pas alourdir l'agenda scolaire. Cela permettrait aussi de ne pas stigmatiser les élèves qui auraient besoin d'aide. L'idéal serait de diviser la classe en deux groupes, afin qu'ils travaillent différemment. Lorsque les uns approfondiraient leurs connaissances, les autres pourraient revenir sur leurs difficultés.

Woodstock
Les propos du ministre Peillon au congrès de la PEEP où il affirmait vouloir “faire évoluer la notation ” et estimait que l'évaluation scolaire était source de trop de “souffrance” à l’école font du bruit. “l faut faire évoluer la notation pour qu'elle ne soit pas perçue comme une sanction ” affirmait le ministre en invitant à un “changement de pédagogie”destiné à placer le “bien-être des élèves” au cœur du projet scolaire.
Un article de Natacha Polony dans Le Figaro , pour une fois tout en retenue, évoque le sujet et replace les déclarations de Vincent Peillon dans le contexte. On sent quand même l’agacement derrière la posture journalistique et encore plus dans un autre article sur “les limites de l'évaluation des compétences à l'école”.
Mais la plus virulente vient de l’ancienne ministre Rama Yade. Dans une déclaration à l’AFP, elle estime que “Supprimer la notation, remettre en cause les évaluations, c’est le retour de Woodstock dans l'éducation nationale ”. Tout cela relève d’une “idéologie post-soixante-huitarde qui consiste à donner tous les pouvoirs aux élèves, à dire que l’enfant est roi, à estimer qu’il ne faut pas lui demander d’efforts, que le mérite ne compte pas... ”. Et elle ajoute :“On a aujourd’hui la génération la plus diplômée mais la moins cultivée ”. Elle en donne la preuve en faisant des confusions et en oubliant quelques faits historiques… Nous allons essayer de le montrer.
Qu'apprendre demande un effort, tout le monde le dit. Philippe Meirieu le premier . Dans le discours de Rama Yade mais qu’on retrouve partagé par bon nombre de personnes, la confusion vient du fait qu'on assimile "effort" et "souffrance". Si apprendre demande un effort, on peut aussi apprendre sans souffrance excessive et même avec plaisir ! Quant à la fable selon laquelle "l'enfant est roi" et qu' "on donne tous les pouvoirs aux élèves", elle vient de deux amalgames. Le premier est celui sur la formule "mettre l'élève au centre" dans la loi d'orientation de 89. Il faut d'abord rappeler que l'élève n'est pas "l'enfant". Si on parle de l'élève c'est parce qu'on place bien la relation d'apprentissage au coeur de l'école et que celle ci est toujours initiée par l'enseignant. Le deuxième amalgame vient du succès dans les années 70 des pédagogies non-directives. “Libres enfants de Summerhill" a été un grand succès de librairie et a durablement imprimé l'image de la "pédagogie" dans l'opinion publique... Or, ce n'est qu'un courant de la pédagogie très minoritaire. Les "pédagogies nouvelles" (au passage, ça fait 150 ans qu'elles le sont...) sont pour l'essentiel directives. En d'autres termes, elles supposent un projet de l'adulte sur l'enfant et la mise en place très rigoureuse de dispositifs pour permettre l'apprentissage. Freinet, d’une certaine manière, était super-directif !!!
Tout cela on le dit depuis longtemps, mais il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. C'est le cas des anti-pédagos (je réserve le terme de "républicains" à d'autres combats) Et il est toujours plus facile de se fabriquer ses propres ennemis avec ce type de mythe et de légendes que d'affronter le réel en face et de débattre rigoureusement...
Qu’on me permette aussi pour traiter ce sujet, de sortir de mon rôle de chroniqueur de presse, pour faire référence à mes autres activités. En effet à propos de l'esprit de 68, je raconte souvent cette histoire à l'IUFM quand je fais des interventions sur l'évaluation: "savez vous quand a été décidé la suppression des notes ?" Invariablement la salle me répond : "en 68 ! ". "C'est vrai, mais quel mois ?", tout le monde rigole jusqu'au moment où je leur apprends que c'est en mars 68 que cela a été proposé au Colloque d'Amiens (L’historien Claude lelièvre en fait une très bonne analyse sur son blog) . Dans ce colloque se sont réunis de dangereux gauchistes puisqu'il s'agissait de proviseurs et d'inspecteurs d'académie et généraux . Ils avaient à leur tête le pire gauchiste qui soit : Alain Peyrefitte... A côté Cohn-Bendit, c'était de la gnognote...! Que proposent-ils en mars 68 ces dangereux gauchistes ? Le colloque propose de supprimer les notes chiffrées pour “lutter contre un système élitiste”. Diable, l’esprit de 68 est à l’œuvre ! La circulaire du 6 janvier 1969 qui suit ce colloque, est signée par un autre gauchiste échevelé (!) Edgar Faur. Dans le texte, il indique que "les études docimologiques dont l'origine est antérieure à 1930 et qui se sont multipliés dans les 20 dernières années ne laissent aucun doute sur le caractère illusoire d'un tel raffinement dans la précision de la note et du classement obtenu " et plus loin le texte ajoute "la notation chiffrée peut être abandonnée sans regrets". C'est le 9 juillet 1971 (circulaire 71-228) que les notes sur 20 sont à nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème, terminale). C'est le texte qui est toujours en vigueur depuis...
C’était mon petit pavé…dans la boue de Woodstock

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 06/06/12(certains articles payants)


Pour Rama Yade, le gouvernement veut «le retour de Woodstock» dans l'éducation
Le gouvernement veut «le retour de Woodstock» dans l'éducation, a estimé mercredi Rama Yade, la vice-présidente du Parti radical, candidate aux législatives dans les Hauts-de-Seine, en fustigeant le «laxisme éducatif» des socialistes.
Lire la suite de l’article


École de Lourde, comme une piqûre de rappel
Lourde en Haute-Garonne, c'est un village, une mairie et une école loin dans la basse montagne entre Saint-Béat et la frontière espagnole. Le “Collectif pour sauver l'École de Lourde” préférerait croire qu'il n'y sera pas oublié.
Lire la suite de l’article


Peillon en mode pianissimo
Très attendu, le ministre de l’Education multiplie les contacts, sans trop s’avancer.
Lire la suite de l’article


«Nos collègues veulent des gestes dès la rentrée»
Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes-FSU, le principal syndicat des enseignants en collège et en lycée
Lire la suite de l’article


Zéro pointé pour l'aide personnalisée aux élèves
L’aide personnalisée aux élèves en difficulté n’a pas convaincu les enseignants chargés de la mettre en oeuvre. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire. Les réserves des professeurs des écoles étaient déjà connues. Certains d’entre eux, se faisant appeler les «désobéisseurs», avaient même refusé d’appliquer la mesure, initiée par Xavier Darcos en 2009. Son principe : deux heures hebdomadaires de soutien scolaire pour les élèves en difficulté, réalisées avant ou après les cours, voire lors de la pause midi.
Lire la suite de l’article


Fuite à l'examen d'éducateur spécialisé : les étudiants devront replancher
Les 1 100 postulants franciliens au diplôme d’éducateur spécialisé vont devoir repasser une épreuve. Une partie des étudiants avait déjà connaissance du sujet.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 06/06/12 (certains articles payants)


Autonomie des facs : Pécresse craint un retour en arrière
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de 2007 à 2011, Valérie Pécresse a mis en place l'autonomie des universités en donnant du pouvoir aux présidents de facs devenus de véritables chefs d'entreprise.
Lire la suite de l’article


École : les notes à nouveau contestées
Vincent Peillon, le ministre de l'Éducation, s'est déclaré favorable à une «évolution de la notation» devant le congrès de la Peep.
Lire la suite de l’article


Les limites de l'évaluation des compétences à l'école
Pour la plupart des parents d'élèves, le «livret personnel de compétences» est un objet pédagogique non identifié. C'est pourtant ce document qui doit, à terme, remplacer le bulletin de notes.
Lire la suite de l’article


Les profs hostiles au soutien scolaire personnalisé
Selon un sondage réalisé par le principal syndicat du primaire, 80 % des enseignants sont insatisfaits de ce dispositif de soutien mis en place en 2008 par Xavier Darcos.
Lire la suite de l’article


Yade:"Woodstock à l'Éducation nationale"
"C'est le retour de Woodstock dans l'Éducation nationale." Interrogée ce matin dans l'émission Les 4 Vérités de France 2, la vice présidente du Parti radical s'est exprimée contre le "laxisme" de la gauche en matière d'éducation, en le comparant au festival musical hippie de la fin des années 60. 

Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 06/06/12



Le Conseil d'Etat retoque la réforme de la mastérisation
C'est un rebondissement inattendu dans la saga "mastérisation". Alors que le nouveau ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, n'a pas caché vouloir engager, parmi ses chantiers prioritaires, une réforme de la formation des enseignants, le Conseil d'Etat vient de le prendre de vitesse.
Lire la suite de l’article


Les instituteurs déçus par le suivi personnalisé pour les élèves en difficulté
Les professeurs des écoles maternelles et élémentaires sont à 80 % insatisfaits de l'aide personnalisée créée en 2009 pour les élèves en difficulté, notamment car elle est fatigante pour les élèves, selon une enquête du Snuipp-FSU, principal syndicat du primaire, diffusée mardi. Huit enseignants sur dix jugent que "l'efficacité" du dispositif phare du quinquennat précédent pour lutter contre l'échec scolaire en primaire n'est pas satisfaisante : 63 % "peu ou pas", 17 % "pas du tout".
Lire la suite de l’article


Une nouvelle égalité pour l'accès à l'enseignement supérieur par le collectif Nouvelle Égalité
La tendance est lourde et connue de longue date : les moyens publics consacrés à l'enseignement supérieur ont un effet profondément anti-redistributif et profitent en priorité aux étudiants les plus favorisés. Un état de fait que les dernières initiatives gouvernementales n'ont en rien contribué à rééquilibrer.
Lire la suite de l’article


La physique appliquée au tournoi de Roland-Garros
Comment réviser la physique en regardant Rolland-Garros ? Retour sur un article qui avait eu beaucoup de succès l'année dernière à la même époque...
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon face aux fédérations d’enseignants : le calendrier à l’épreuve de la réalité
La voici enfin venue, la première audience officielle des fédérations d’enseignants reçues, ce lundi 4 juin, par le nouveau locataire de la rue de Grenelle, Vincent Peillon, et la ministre déléguée à la réussite éducative, George-Pau Langevin. A leurs côtés, le directeur de cabinet du ministre de l'éducation, Pierre-Yves Duwoye, le « conseiller spécial », Jean-Paul Delahaye, ou encore le « conseiller concertation », Bruno Julliard. Et face à eux, d’abord les représentants de la FSU – de 8 h 30 à 10 h 30. Puis ceux de l’UNSA-Education – de 11 heures à 13 heures. Deux audiences longues, portant moins sur le fond des dossiers que sur le calendrier et la méthode, témoignent les représentants des syndicats d’enseignants. « C’est une première prise de contact », rappelle Bruno Julliard. « La grande concertation débutera, elle, après les élections législatives ». Elle devrait durer tout le mois de juillet, et probablement reprendre en septembre, confient les représentants des organisations syndicales, que nous avons interrogés à leur sortie du ministère.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 06/06/12



Lutte contre l'échec scolaire: zéro pointé pour Sarkozy
Les professeurs des écoles maternelles et élémentaires sont à 80% insatisfaits de l'aide personnalisée créée en 2009 pour les élèves en difficultés, notamment car elle est fatigante pour les élèves, selon une enquête du Snuipp-FSU, principal syndicat du primaire, diffusée ce mardi.
Lire la suite de l’article


Où iront les 1 000 profs promis ?
La concertation sur le « plan d’urgence » promis pour la rentrée scolaire 2012 doit commencer aujourd’hui entre les syndicats et le ministère de l’Éducation nationale.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 06/06/12



Educateur spécialisé : 1100 étudiants vont devoir repasser l'épreuve
Les 1100 étudiants franciliens qui, le 23 mai, planchaient à la Maison des examens d’Arcueil (Val-de-Marne) lors d’une épreuve comptant pour le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé vont devoir la repasser. Le Service interacadémique des examens et concours (Siec), l’autre nom de la Maison des examens, a, en effet, décidé de l’annuler et de la reporter au 18 juin.
Lire la suite de l’article


« C’est ça ton bureau, maman ? »
Quand on lui demande ce que fait sa maman dans la vie, Antonin esquisse une délicieuse grimace, lève les yeux au ciel et lâche un « pfffff » du fond du cœur qui semble signifier : « oh la la, c’est compliqué ». Même sa maman, Charlotte, n’est jamais totalement parvenue à lui expliquer ce que signifiait « chargée de projet produits ».Cet après-midi, le voile va enfin être levé sur cet énigmatique intitulé : le groupe Casino, où travaille cette salariée du Val-de-Marne, fait partie des 400 entreprises signataires de la charte de la parentalité en entreprise invitées à organiser, aujourd’hui, un Family Day.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 06/06/12



Echec scolaire : L'aide personnalisée ne serait pas efficace
Les professeurs des écoles maternelles et primaires sont à 80% insatisfaits de l'aide personnalisée. Ils lui reprochent notamment d'être fatigante pour les élèves, selon une enquête du Snuipp-FSU, diffusée ce mardi.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 06/06/12



Facebook veut ouvrir son réseau social aux moins de 13 ans
Facebook travaille sur une nouvelle technologie qui permettrait aux enfants de moins de 13 ans d'utiliser le réseau social en ligne, sous l'oeil vigilant de leurs parents.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 06/06/12



Formation des enseignants : le Conseil d'Etat « annule » la réforme
Dernier rebondissement dans le feuilleton de la réforme de la formation des enseignants, dite de la « mastérisation ». Et peut-être aussi, après la publication dans l'entre-deux-tours du très contesté décret sur l'évaluation des enseignants, dernière épine laissée dans le pied du nouveau gouvernement par l'ancien. Le Conseil d'Etat, saisi par des organisations syndicales ainsi que les parents d'élèves de la FCPE a annulé des dispositions essentielles de cette réforme concoctée par Xavier Darcos et mise en oeuvre par Luc Chatel, qui a fait passer le niveau de diplôme exigé pour devenir enseignant à bac + 5 et a supprimé l'année de stage en alternance dans les IUFM.
Lire la suite de l’article


Un classement mondial des « jeunes » universités
Classer les universités âgées de moins de 50 ans : à première vue, l'idée paraîtra saugrenue. C'est pourtant l'expérience que tente le QS, un organisme britannique spécialisé dans les études sur l'enseignement supérieur. A bien y réfléchir, la démarche permet pourtant de repérer ces « nouveaux lieux » de la connaissance dans le monde -ceux où l'on investit massivement sur l'enseignement supérieur et la recherche. Et c'est clairement l'Asie qui domine, avec six universités dans les dix premières, Hong Kong (photo) raflant même les deux premières places. La Chine a, par exemple, doublé son budget de recherche scientifique entre 2009 et 2011, alors que l'Europe, engluée dans la crise, se serre la ceinture. « Les nouvelles institutions à dominante scientifique ont été créées pour doper la croissance dans des économies en plein essor telles que Hong Kong, la Corée et Singapour », note Ben Sowter, directeur de QS Intelligence Unit. En Europe, l'Allemagne et l'Espagne ont chacune trois jeunes universités parmi les cinquante. Dauphine est l'unique représentante française du palmarès.br/>Lire la suite de l’article


Vers une évolution de la notation des élèves
Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a affirmé vouloir « faire évoluer la notation » des élèves, estimant que l'évaluation scolaire était source de trop de « souffrance » à l'école.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 06/06/12



«Il faut davantage d'enseignants dans les écoles les plus en difficulté»
Eric Charbonnier, expert éducation à l'OCDE, avance des réponses à l'échec scolaire...
Lire la suite de l’article


Aide personnalisée: Le tableau noir de la lutte contre l'échec scolaire
L'efficacité de l'aide personnalisée est remise en cause...
Lire la suite de l’article


Le gouvernement veut «le retour de Woodstock» dans l'éducation, estime Rama Yade
Le gouvernement veut «le retour de Woodstock» dans l'éducation, a estimé ce mercredi Rama Yade, la vice-présidente du Parti radical, candidate aux législatives dans les Hauts-de-Seine, en fustigeant le «laxisme éducatif» des socialistes.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 06/06/12



Ma vie (merdique) d’EVS à l’Education nationale
Commencer tes études par un contrat d’insertion, c’est un peu comme faire la vaisselle à ton propre mariage. OK, j’abuse, mais pas tant que ça. Avant d’obtenir mon diplôme, je postule tranquillement pour des petits boulots, gardes d’enfants, etc. C’est comme ça que j’ai été EVS, employée de vie scolaire pour l’Education nationale.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 06/06/12



Jean-Jacques Goldman refuse qu’une école porte le nom de son père
Le conseil municipal de Trémuson (Côtes-d’Armor) avait décidé de donner le nom de son école au père de Jean-Jacques Goldman, qui a été mineur dans la commune. Mais le chanteur refuse.
Lire la suite de l’article


École : l'aide personnalisée critiquée
Les professeurs tirent le bilan des deux heures hebdomadaires pour les écoliers en difficulté, instaurées en 2008. Trois questions à Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat SnuIPP-FSU, auteur de l'enquête.
Lire la suite de l’article


Leurs premiers « exams » dans la prison neuve
Dans le tourbillon du déménagement de la maison d'arrêt de Nantes, détenus et surveillants n'ont pas arrêté l'école. À peine installés, ils passent leurs examens comme les autres élèves.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 06/06/12



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 06/06/12


Bilan décevant du soutien à l'école primaire
Interview de Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp (syndicat du primaire affilié à la FSU)
Lire la suite de l’article


Québec : "L’éducation gratuite est la base de notre contrat social"
Pour le sociologue québécois Paul Sabourin, le mouvement social en cours est un "refus de la marchandisation de notre société".
Lire la suite de l’article


A quoi sert le bac ?
650.000 lycéens vont passer le bac Une cérémonie stressante et coûteuse pour "garantir" l’égalité républicaine, en réalité l'argent et le capital social n'ont jamais tant pesé dans l'accès aux meilleures études
Lire la suite de l’article


Pourquoi Facebook doit rester interdit aux moins de 13 ans
Mark Zuckerberg songerait à ouvrir Facebook aux moins de 13 ans, parce que cela pourrait "les aider dans leur éducation". Une possibilité contre laquelle s'insurge notre contributeur Jacques Henno, spécialiste du web et de l'usage des données privées en ligne.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 06/06/12


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 06/06/12


Primaire : Le Snuipp demande la suppression de l'aide personnalisée en 2013
S'appuyant sur une enquête réalisée auprès de près de 20 000 enseignants du primaire, le Snuipp, premier syndicat du primaire, demande la suppression en 2013 de l'aide personnalisée jugée inefficace par 80% des enseignants.
Lire la suite de l’article


Le Conseil d'Etat programme la mort de la masterisation
Par un arrêt rendu le 1er juin, le Conseil d'Etat fixe au 31 juillet 2012 la date limite de validité des arrêtés de mise en place de la masterisation. Il oblige V. Peillon à réglementer.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 06/06/12


George Pau-Langevin: "avoir un regard particulier sur les enfants pour qui la réussite n’est pas au rendez-vous"
Vincent Peillon "souhaite que je sois associée à l’essentiel de ce qui se fait dans ce ministère à commencer par la réforme des rythmes scolaires (...) Il m’a demandé de m’appesantir davantage sur les questions d’orientation et les dispositifs prioritaires." Interrogée par France-Antilles sur la conception qu'elle se fait de sa fonction de ministre déléguée, George Pau-Langevin ajoute qu'en matière de réussite éducative, on a "un certain nombre de dispositifs. Il faut faire le bilan de ce qui a été fait, voir ce qui marche et ce qui ne marche pas…"
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 06/06/12


Une école pour toit
Les occupations d’écoles par des parents d’élèves et des enseignants pour exiger le respect de la loi se multiplient à Lyon.

Lire la suite de l’article


Rentrée scolaire : le changement, ce sera pour 2013… ou 2014
Les organisations syndicales étaient reçues lundi pour la première fois par le nouveau locataire de la rue de Grenelle, pour évoquer les mesures d’urgence de cette rentrée 2012, entièrement préparée par la droite. Sur beaucoup de sujets, elles devront s’armer de patience.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 06/06/12



Rien vu...


----------------------------------------------
Huffington Post du 06/06/12



Pauvres enfants par Caroline Eliacheff
Non, ce n'est pas parce que Valérie Trierweiler s'indigne du faible traitement médiatique octroyé, selon elle, au rapport de l'Unicef sur la pauvreté des enfants dans les pays riches que j'en parle. Sinon pour dire que c'est bien par les médias que j'en ai eu connaissance et grâce à internet que j'ai pu le lire in extenso. Or, il est loin de se résumer à la position de la France qui certes, n'est pas brillante puisqu'elle arrive en 14ème position des 35 pays étudiés avec, selon les indicateurs des taux allant de 8 à 10% d'enfants pauvres ; les deux extrêmes étant l'Islande, sous les 5% et la Roumanie à plus de 70%.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 06/06/12


Premier baromètre sur les réseaux sociaux dans le supérieur : l’âge de la maturité ?
Dévoilé à Paris fin mai 2012, le premier baromètre sur les stratégies d’innovation des établissements supérieurs en matière de réseaux sociaux co-réalisé par l'ARCES et l'agence C'est un signe, est riche d’enseignements. Si la présence des établissements d'enseignement supérieur sur les réseaux sociaux est aujourd'hui indéniable, moins d'un quart ont budgété des ressources spécifiques en 2012 pour soutenir leur développement. Revue de détail des résultats, à l'occasion du colloque de l'ARCES, les 7 et 8 juin 2012 à Lyon. 

Lire la suite de l’article


Formation des enseignants : le Conseil d’Etat fait table rase des arrêtés sur la mastérisation
La date d’application de la décision prise fin novembre 2011 par le Conseil d’Etat au sujet de la formation des enseignants est tombée. Le 31 juillet 2012, une partie du dispositif prévu par Luc Chatel dans le cadre de la « masterisation », unanimement décriée depuis sera annulée.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 06/06/12



Refondation de l'école: des discussions en juillet mais aussi en septembre (syndicats)
Les discussions sur la loi d'orientation et de programmation pour une "refondation" de l'école auront lieu en juillet, comme prévu initialement, mais aussi en septembre en raison de l'ampleur des chantiers, ont indiqué mercredi des syndicats après une ren­contre au ministère.
Lire la suite de l’article


Aide personnalisée en primaire : les enseignants contre, la Peep pour
Selon une enquête du syndicat Snuipp-FSU, les enseignants du primaire sont 80 % à critiquer l'efficacité de l'aide personnalisée. La Peep demande le main­tien du dispositif.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.