samedi, octobre 06, 2012

Revue de presse du samedi 6 octobre 2012

.

Concertation : remise de la copie – Évaluation formative – Peillon et l’économie - Pas de récréation pour la Cour -





Concertation : remise de la copie
La refondation sera pédagogique ou ne sera pas » Cette affirmation se trouve à la page 31 du rapport remis vendredi 5 octobre à Vincent Peillon par le comité de pilotage de la concertation (la sociologue Nathalie Mons, la journaliste Marie-Françoise Colombani, l'administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), Christian Forestier, et le président de la région Centre, François Bonneau). Dans la foulée, le rapport, d’une cinquantaine de pages a été présenté à la presse le même jour. Il y aura ensuite une présentation “officielle” avec une intervention de François Hollande, le 9 octobre dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Le 11, Vincent Peillon devrait faire connaître ce qu’il retient du rapport lors d’une séance exceptionnelle du Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE). Ces propositions sont faites à l’issue de trois mois de débats. Les 600 personnes qui ont participé aux réunions nationales ou régionales ont exploré quatre grands thèmes -« la réussite scolaire pour tous », « les élèves au cœur de la refondation », « un système éducatif plus juste et efficace » et des « personnels formés et reconnus ». Aux discussions se sont ajoutées les 8 000 contributions d’internautes déposées sur le site « refondonslecole.gouv.fr ».
Que retenir de ce rapport en dehors de la phrase de la page 31 ? On y trouve d’abord un “diagnostic partagé selon l’expression de Nathalie Mons avec la très grande partie des intervenants. Dans la première partie du rapport, on trouve donc des analyses déjà bien connues, sur l'accroissement des inégalités sociales et territoriales. On y évoque aussi le peu de "secondes chances" qui sont offertes aux élèves. “Nous assistons à un décrochage croissant entre notre école et une société française en pleine mutation [...] qui empêche notre institution de rentrer dans l'ère de la modernité", peut-on lire aussi dans le rapport. Le texte reprend ensuite la présentation en grands thèmes des ateliers pour structurer ses propositions. Beaucoup de journaux insistent dans leurs compte-rendus sur les propositions concernant les rythmes scolaires et retiennent surtout le retour à la semaine de 4,5 jours. La suppression du samedi matin est considérée comme acquise: "la demi-journée supplémentaire serait le mercredi, avec possibilité de dérogations au niveau des communes". Le rapport fait aussi des propositions sur le rythme quotidien : "En primaire, le nombre d'heures de cours ne doit pas excéder 5h par jour. La journée doit obligatoirement prévoir une pause méridienne d'1h30 minimum. Au collège, le nombre d'heures de cours par jour doit être limité à 5h en 6e et en 5e, puis à 6h en 4e et en 3e", proposent les rapporteurs. "En primaire et durant les deux premières années du collège, tous les enfants doivent être accueillis au moins jusqu'à 16h30, voire 17h". Et ils ajoutent "Au-delà des horaires d'enseignement, la journée doit comprendre d'une part une aide au travail personnel et d'autre part des activités culturelles, artistiques et sportives". Sur le rythme annuel, le comité propose "d'allonger d'une à deux semaines la durée de l'année scolaire", voire de revenir sur le zonage de certaines petites vacances ou de toutes les vacances, "pour respecter l'alternance sept semaines de cours / deux semaines de vacances".
Même si la question des rythmes semble l’obsession des journalistes (et de Vincent Peillon), heureusement le rapport ne parle pas que de cela. On y évoque aussi les contenus enseignés et la pédagogie. Pour le comité, il est évident qu'il faut "rester dans la logique du socle" , même si cette question a fait l'objet de très longs débats, "dans un climat constructif", et malgré "quelques oppositions bien connues et irréductibles". On assiste même à un glissement sémantique intéressant pour ne pas trop redire le mot socle : on y parle (p.36) de “programme obligatoire de culture et de compétences communes”. Cette logique implique un "changement de paradigme" en matière de pédagogie et d'évaluation des élèves. “tout autant que d’apprendre, l’objectif est d’apprendre à apprendre. Si les disciplines doivent bien rester la colonne verticale des apprentissages, elles doivent aussi, au sein de l’École, entrer en communication” (p.25) et le rapport évoque des projets pluri-disciplinaires comme un moyen de donner plus de sens aux apprentissages. Les rapporteurs défendent donc l’“’intérêt de l’approche par compétences, qui ne saurait être exclusive ni utilitariste, mais qui donne sens aux apprentissages en liant savoir et action, savoir et résolution de problèmes. ”. Sur la pédagogie, outre la phrase citée plus haut, on y constate que “l’école est restée dans l’ensemble fidèle à une pédagogie frontale traditionnelle : un maître face à un groupe d’élèves suivant le programme au même rythme. Pourtant, les résultats de ces expériences, les exemples étrangers comme les enseignements de la recherche nous montrent que d’autres pédagogies – les petits groupes, le tutorat, les projets – sont plus efficaces, en particulier, face à la difficulté scolaire. ”. Sur l’évaluation, toutefois, le rapport ne préconise pas la suppression des notes, il demande "qu'on réfléchisse à comment on note", et plaide pour une école “bienveillante”.
Le rapport de la concertation ne préconise pas une structure unique, école-collège (la fameuse “école du socle”, mais un renforcement de la liaison, avec des échanges entre enseignants. Les professeurs du collège pourraient enseigner à l'école élémentaire et réciproquement. Il pense aussi que les maîtres de CM1 et de CM2 pourraient se spécialiser un peu, partager leurs classes, l'un se chargeant des enseignements scientifiques, l'autre des enseignements littéraires. En 6ème-5ème, des regroupements disciplinaires pourraient se faire pour rendre le passage d’un niveau à l’autre plus facile.
Le rapport préconise aussi de “remplacer progressivement le redoublement, coûteux et inefficace, par d’autres modes de remédiation assurant une progression plus homogène des classes. ”. Pour que l'orientation ne soit plus subie mais choisie, il faut que les parents aient le dernier mot sur le redoublement et sur l'orientation de leurs enfants. A propos de l’orientation le rapport propose de créer "parallèlement à la seconde professionnelle spécialisée, une seconde professionnelle de détermination qui permettra aux élèves de découvrir plusieurs spécialités avant d'arrêter leur projet d'orientation.". Les rapporteurs évoquent aussi un impératif : la lutte contre le décrochage. On propose la création d'un référent dans les établissements les plus touchés par le phénomène : il "serait responsable de la prévention, des signalement d’élèves qui sortent du système notamment auprès des missions locales, des relations avec les parents de ces élèves, et de l'aide au retour des décrocheurs dans l'établissement". En outre, "il faudrait faire passer de 16 ans à 18 ans l'obligation de ne laisser aucun jeune sans solution". Il y a aussi des propositions de réforme de l’éducation prioritaire avec des financements progressifs (et non plus des seuils) en fonction de la population accueillie. Toujours dans ce domaine, il faut signaler la reprise de la proposition pour le primaire de “plus de maîtres que de classes”. Le rapport insiste d’ailleurs beaucoup sur la nécessité de rééquilibrer les moyens en direction du Primaire.
Les quatre rapporteurs, la chercheuse Nathalie Mons, l'ancien recteur Christian Forestier, la journaliste Marie-Françoise Colombani et le président de la région centre François Bonneau, proposent évidemment bien d’autres idées sur tous les sujets abordés lors de cette concertation. On notera toutefois que certains aspects pourtant essentiels sont peu traités dans le rapport comme par exemple le lycée ou encore le baccalauréat. La formation est traitée mais on peut trouver très mesurées les propositions qui y sont faites. On peut de toutes façons se faire une opinion par soi même en lisant ce rapport téléchargeable sur le site “refondonslecole.gouv.fr” .

Évaluation formative
La copie vient d’être remise et c’est maintenant le temps des premières réactions qui ont presque des allures de remarques sur le bulletin. On ne se refait pas… Du côté syndical, l’UNSA note de bonnes bases à confirmer et à consolider ”. Le Sgen-CFDT ne s’est pas encore exprimé. Le SNES non plus mais il répond par avance au rapport dans un bilan de la concertation. . Parmi les personnalités qui ont déjà réagi à la publication du rapport, il y a Philippe Meirieu qui est interviewé par le Point . Pour lui, “la méthode est intelligente, quoique pas tout à fait inédite. J'aurais aimé qu'on entende plus les acteurs de terrain, ceux qui chaque jour font l'école. On a, comme d'habitude, invité les 5 000 permanents de l'Éducation nationale, tous des gens très qualifiés, mais assez éloignés des élèves. Tout cela ne saurait exonérer le gouvernement d'une perspective. Or, pour l'instant, je ne vois pas de projet fort pour l'école.”.
Du côté des journalistes, on est encore essentiellement dans le temps du compte-rendu. Beaucoup attendent sûrement le discours de François Hollande, mardi 9 octobre et les choix de V. Peillon, jeudi 11 octobre. Mais certains éditorialisent déjà sur ce calendrier. On retiendra la phrase de conclusion de Maryline Baumard dans un article dont le titre est à lui seul un éditorialIdées nombreuses et variées recherchent ministre courageux pour les appliquer ”. La journaliste conclut “Elles [les idées] sont nombreuses, intéressantes et leur richesse vient du fait qu’elles se placent sur plusieurs registres. Il ne reste qu’une question : qu’en fera le ministre ? S’il les prend toutes, il a, en kit, l’architecture d’une école nouvelle. S’il choisit la facilité, en n'y piochant que celles qui lui permettront de durer, la concertation nationale n’aura servi à rien, et ce rapport s’empilera sur bien d'autres. Et dans ce pays imaginatif, le courage politique est un ingrédient plus rare que les idées !”.
On peut en effet s’interroger sur ce qui va se passer après ce rapport et la manière dont les idées issues du rapport vont ressortir après toutes les différentes étapes qui vont suivre : les consultations avec les syndicats, le choix du ministre, l'arbitrage présidentiel, le passage devant le parlement. Autant d'occasions de dénaturer un projet qui est déjà prudent sur bien des points. Car contrairement à M.Baumard et pour donner moi aussi mon évaluation (formative et “bienveillante”), je trouve que le rapport manque un peu d’audace. Car les rapporteurs avaient toute latitude pour aller assez loin étant donné le passage par les différents “tamis” ensuite. Il y a aussi des lacunes comme nous le disions plus haut. On confirme la réforme du lycée sans en faire le bilan et on ne dit rien ou presque du bac. Alors que l’on sait à quel point le système éducatif est piloté par l’aval et que l’examen terminal détermine la pédagogie en amont. Étonnamment, la formation me semble peu traitée alors que c'est un enjeu majeur. On a l'impression que, sur ce dernier point, dans le marquage de territoire entre l'enseignement supérieur et l’éducation nationale, c'est le premier qui a gagné...
En fait le rapport hésite constamment entre un rapport “bilan de la concertation” et un rapport plus prospectif qui va plus loin. Peut-être a t-on manqué de temps pour la rédaction. On peut aussi se demander si les propositions très inégales selon les ateliers ne sont pas le reflet de l’organisation très hétérogènes de ceux-ci et de la qualité des différents rapports d’ateliers. Quoi qu’il en soit, il importe aussi de faire connaître ce rapport et l’usage qui va en être fait. Pour l’instant, on peut constater qu’à part la question des rythmes, cela n’a pas vraiment fait l’objet d’une reprise conséquente par les médias que ce soit la presse écrite ou les journaux télévisés.

Peillon et l’économie
Même si l’actualité éducative est marquée par la remise de ce rapport, la semaine a vu aussi se succéder plusieurs informations importantes pour notre domaine. C’est le cas de l’interview donnée par le ministre de l’Éducation Nationale au journal économique les Échos. Même s’il s’exprime aussi sur les rythmes ou le recrutement des enseignants, il y est donc d’abord interrogé sur les rapports entre l’école et l’économie. “L'éducation nationale doit assumer pleinement son rôle qui n'est pas seulement de former des citoyens mais aussi de préparer les jeunes à un emploi. Les deux sont liés. Or, en orientant mal, nous poussons les jeunes dans des difficultés qui produisent échecs et exclusions, nous fabriquons des décrocheurs. ” affirme t-il. Vincent Peillon veut donc que “les entreprises se mobilisent davantage” pour que “les jeunes soient mieux informés des débouchés”. Il va même plus loin en affirmant que “le stage de troisième est insuffisant. Il faut créer des véritables parcours d'information et d'orientation, pour faire découvrir l'entreprise et les métiers dès la sixième et cela jusqu'à l'université.
Cette interview se situe dans un certain contexte puisque le journal Les Échos publie aussi les propositions du Medef dans le cadre de la concertation Pour cette organisation, le développement de “l'esprit d'entreprendre” doit faire partie des missions de l'école. L'organisation patronale formule des propositions, notamment le développement des mini-entreprises, activité qui regrouperait quelques élèves autour d'un enseignement qui simule la création d'entreprise. Le Medef prône aussi le développement de l’alternance et la découverte très tôt du monde de l’entreprise et l’autonomie des établissements scolaires.
Les syndicats sont très critiques sur ces propositions du Medef mais aussi sur celles du ministre. Le SNES-FSU, tout comme le SE-UNSA, mettent ainsi en garde contre la découverte de l'entreprise dès la sixième, jugée “ prématurée”. Thierry Cadart (SGEN-CFDT) souhaite que le contact avec l'entreprise dès la sixième “‘soit inscrit dans un vrai parcours d'orientation”, mais aussi que “l'apprentissage du dialogue social dans les entreprises” fasse partie du socle commun de connaissances et de compétences.

Pas de récréation pour la Cour
Dans un référé publié mercredi 3 octobre , la Cour des comptes rappelle combien le système scolaire français est inégalitaire. La Cour a étudié la façon dont le ministère attribue les moyens (les enseignants, et donc les heures de cours) aux académies et aux établissements, afin de voir dans quelle mesure cette répartition corrige les inégalités. Ses premières observations, qui avaient fuité en avril dans le Monde, concluaient à un système passablement injuste. Pour les magistrats, le problème vient d’un mode d’allocation des moyens largement dépassé.
"La Cour observe une absence de corrélation entre les difficultés scolaires constatées sur le terrain et les moyens d'enseignement alloués par le ministère", voire "parfois des situations paradoxales, dans la mesure où des établissements confrontés à un échec scolaire important peuvent être moins bien dotés que des établissements qui ont des taux de réussite plus élevés", souligne le document. En d’autres termes, un établissement de ZEP de Créteil coûterait moins cher à l'Etat qu'un établissement classique à Paris !
Pour réduire les inégalités en donnant davantage aux plus faibles, la cour prône une petite révolution. Elle propose d’abandonner le système actuel et de répartir désormais les moyens en fonction “des besoins scolaires des élèves”, c’est-à-dire à partir des évaluations nationales et des résultats aux examens. Elle demande aussi de travailler sur une plus petite échelle que l’académie.
Vincent Peillon rappelle dans un courrier adressé aux magistrats de la rue Cambon que la révision de l'attribution des moyens aux zones d'éducation prioritaires est une de ses priorités. "La persistance d'écarts de performance scolaire est indéniable et leur réduction est au coeur de la politique éducative qu'il m'appartient de conduire". Il concède que le modèle actuel d'allocation de moyens "doit effectivement faire l'objet d'ajustements"."Pour autant, allouer les moyens scolaires en fonction de la performance observée des élèves ne me semble pas pertinent car cela signifierait une relation mécanique et linéaire ente amélioration des moyens et performance scolaire", objecte M. Peillon.
Pour prendre la mesure des inégalités et boucler avec le constat fait dans le rapport de la concertation, il faut rappeler que la dernière enquête Pisa de l’Organisation pour la coopération et le développement en Europe (OCDE), la France est “l’un des pays où l’écart de résultats entre les élèves de statuts sociaux favorisés et défavorisés est le plus important” - elle est classée 26e sur 30 pays en 2009.
Si ce constat est vraiment “partagé” par tous, on espère alors que la refondation ne sera pas un “filet d’eau tiède” et permettra un changement réel du système éducatif. Attendons les arbitrages et le vote de la représentation nationale en espérant qu’il y aura du courage politique à tous les étages.
Quant aux effets sur l’École, réponse à la fin du quinquennat ?

Bonne Lecture...

----------------------------------------------

Libération.fr du 05/10/12(certains articles payants)


Erasmus passe son année, mais après ?
L’alerte lancée par un député européen a eu l’effet d’une bombe dans le milieu étudiant : faute de moyens, le programme Erasmus pourrait bien se retrouver à court d’argent, alors qu’il vient de fêter son 25e anniversaire.
Lire la suite de l’article

Vers un retour à la semaine de 4,5 jours à l'école primaire ?
C'est en tout cas ce que préconise la commission sur la refondation de l'école, ainsi qu'un raccourcissement de la journée de classe.
Lire la suite de l’article

Ecole : la Cour des comptes voit des ombres au tableau
A une semaine de la présentation du projet de Vincent Peillon, les magistrats pointent un système qui creuse les inégalités.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : Fourneyron pour une longue pause déjeuner
La ministre des Sports estime que si une semaine de cinq jours était de nouveau mise en place, davantage d'activités pourraient être proposées aux élèves à la mi-journée.
Lire la suite de l’article

«Il faudrait que je revoie un peu mes maths»
Au collège Charles Péguy, dans le XIXe arrondissement de Paris, quatre classes de 5e et 4e n’ont pas de professeur de mathématiques. Des parents exaspérés ont décidé de donner cours devant l'école.
Lire la suite de l’article

La rectrice de Poitiers préfère se retirer
En désaccord avec Peillon, Martine Daoust démissionne. Plusieurs de ses pairs vont être remplacés.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------

Le Figaro du 05/10/12 (certains articles payants)
École : vers la fin de la semaine de 4 jours
Le rapport de la concertation proscrit aussi le redoublement et prône «l'évaluation positive».
Lire la suite de l’article

École: le casse-tête du livret de compétences
La simplification de cet outil est accueillie avec soulagement par parents et enseignants.
Lire la suite de l’article

Erasmus menacé de disparition
Lancé en 1987, le programme ne bénéficie actuellement plus de suffisamment d'argent pour financer ses étudiants.
Lire la suite de l’article

École: le casse-tête du livret de compétences
La simplification de cet outil est accueillie avec soulagement par parents et enseignants.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : les difficultés de la réforme
Une enquête réalisée par la Ville d'Issy-les-Moulineaux confirme que les points clés de la réforme défendue par Vincent Peillon sont loin de faire l'unanimité.
Lire la suite de l’article

Appel à candidatures : 
table ronde sur l’école
L’avenir de l’école vous préoccupe ? Fidèle lectrice, Parisienne ou provinciale, si vous êtes maman, mariée, divorcée ou remariée, travaillez ou pas, avec des enfants en primaire, au collège ou au lycée, votre témoignage et votre réflexion nous intéressent. Venez échanger avec une personnalité politique de premier plan, à l’occasion d’une table ronde exceptionnelle qu’organise Madame Figaro le jeudi 18 octobre, de 8 h 30 à 10 h 30, pour parution d'un article courant novembre.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 05/10/12

La "boîte à idées" sur la refondation de l'école attend sa déclinaison politique
Après trois mois de débats impliquant 800 personnalités, 300 heures d'ateliers et 120 réunions publiques, la concertation sur la "refondation de l'école" a accouché, vendredi 5 octobre, d'un rapport peu volumineux mais ambitieux. Dix orientations sont données, qui veulent poser les fondements d'une école "juste" et "bienveillante", celle du XXIe siècle.
Lire la suite de l’article

Idées nombreuses et variées recherchent ministre courageux pour les appliquer
Le comité de pilotage de la concertation sur la "Refondation de l’école" propose au ministre de l’éducation, Vincent Peillon une longue liste de mesures qui doivent servir de matière première à la construction de l'école du XXIe siècle.
Lire la suite de l’article

Raccourcir les vacances d’été… ou pas
Des journées moins lourdes, une semaine de quatre jours et demi qui inclut le mercredi matin travaillé et une année scolaire allongée de deux semaines. Voilà ce que le Comité de pilotage de la Concertation sur la « refondation de l’école » propose au ministre de l’éducation Vincent Peillon. Les quatre responsables (la sociologue Nathalie Mons, le directeur du CNAM Christian forestier, le président de la région Centre François Bonnaud et l'écrivain Marie-Françoise Colombani) viennent ce vendredi de rendre public le rapport final qui est la synthèse de la concertation ouverte le 5 juillet et clôturée le 29 septembre. Les rythmes scolaires occupent une place importante dans les 47 pages du travail.
Lire la suite de l’article

Sciences Po défend sa gestion face à une Cour des comptes critique
L'Institut d'études politiques de Paris défend sa gestion et son coût pour l'Etat, s'estimant plus compétitif que les universités ou classes préparatoires, face aux critiques d'un rapport provisoire de la Cour des comptes, révèle mercredi 4 octobre Le Nouvel Observateur. Contactée par l'AFP, Sciences Po n'a pas souhaité faire de commentaires.
Lire la suite de l’article

La Cour des comptes critique l'attribution des moyens aux établissements scolaires
Les inégalités dans la réussite scolaire ne sont pas assez prises en compte dans l'attribution des heures d'enseignement aux établissements scolaires, a regretté, mercredi 3 octobre, la Cour des comptes, qui souhaite une prise en compte des résultats aux évaluations et aux examens.
Lire la suite de l’article

Recruter 43 500 enseignants en 2013 : les raisons d'y croire comme d'en douter
Possible... Ou pas ? Après l'annonce d'un budget en augmentation pour l'école en 2013 avec 43 500 recrutements, se pose la question de la faisabilité. Trouvera-t-on tous ces nouveaux enseignants ? Petite revue des arguments. Cinq pour douter, cinq pour croire le challenge possible.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon continuera-t-il à donner moins à ceux qui ont moins ?
La lettre est signée de la main de Vincent Peillon, le ministre de l’éducation. Elle s’adresse au premier président de la Cour des Comptes, Didier Migaud. En trois pages, le ministre de l’éducation explique comment il compte distribuer plus équitablement les moyens que la Nation réserve à son école, afin qu'elle cesse d'être une des plus inégalitaires de l’OCDE.
Lire la suite de l’article

Un établissement catholique sur cinq rencontre des difficultés de trésorerie
Certes, cette rentrée 2012 des écoles privées a été plus « paisible » que la précédente. Elle marque, comme l’a indiqué le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre, lors d’une conférence de presse de rentrée, mardi 2 octobre, la fin d’une « application aveugle de la RGPP [révision générale des politiques publiques] ».
Lire la suite de l’article

A Issy-les-Moulineaux les parents veulent 5 jours de classe en primaire et 4 en maternelle
A partir de l’entrée en école élémentaire, les enfants auraient classe le mercredi matin. En maternelle, non. L’année scolaire durerait jusqu’à la mi juillet pour tout le monde et les journées ne compteraient plus que 5 heures de classe…
Lire la suite de l’article

Le budget de l’éducation nationale pour les nuls
Mais comment fait-on, au ministère de l'éducation nationale, pour annoncer 43 500 recrutements d'enseignants quand Bercy ne budgète "que" 8 281 postes ? Magie, magie...
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 05/10/12
« Ici, les élèves sont trop livrés à eux-mêmes... »
Touchés par plusieurs agressions violentes, les enseignants du lycée professionnel Théophile-Gautier, à Paris, ont manifesté hier dans l’espoir d’obtenir enfin des moyens humains.
Lire la suite de l’article

Budget 2013: retour des postes à l’Education nationale
Priorité affichée du gouvernement Hollande, l’éducation demeure logiquement le premier poste budgétaire de l’Etat, mis à part le remboursement de la dette. Avec 43.000 recrutements à la clé, dont dix mille nouveaux postes.
Lire la suite de l’article

Pour la FCPE, il faut rénover la pédagogie
La fédération de parents d’élèves a 
détaillé hier ses principales revendications.
Lire la suite de l’article

Le rap est un véritable outil éducatif au service des jeunes Par Ounane Aïssa, éducateur, rappeur.
Voilà maintenant quatre ans que j’anime des ateliers d’écriture auprès d’adolescents et de jeunes majeurs en prévention spécialisée. J’utilise le rap comme un véritable outil éducatif au service d’un public en voie de marginalisation, capable de produire de l’émancipation du haut de ses réalités.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 05/10/12
Les lycéens ne veulent pas plus de 6 heures de cours par jour
Les rythmes scolaires doivent aussi être revus dans le secondaire. C'est en tout cas le souhait de l'UNL, le principal syndicat lycéen, qui dénonce ce vendredi «des journées à rallonge».
Lire la suite de l’article

Bas-Rhin : un collège teste la suppression des notes
La disparition des notes redonne le sourire aux élèves. C'est en tout cas ce que semblent indiquer les enseignants du collège Edouard-Schuré de Barr (Bas-Rhin), où les notes ont été supprimées cette année pour toutes les classes de 6e et une classe de 5e.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires: vers un retour à la semaine de 4,5 jours
Et si les enfants retournaient à l'école le mercredi matin, de manière à pouvoir raccourcir les autres journées de la semaine ? C'est ce qu'ont suggéré vendredi les rapporteurs de la concertation sur la refondation de l'école, qui prônent le retour à une semaine de 4 jours et demi dans les écoles primaires. Le rapport laisse la porte ouverte au samedi matin, qui pourrait être choisi localement.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires: Peillon renoncerait à toucher aux vacances d'été
Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon envisage de ne pas modifier le calendrier des vacances d'été si la question devait bloquer les autres aspects de la délicate réforme des rythmes scolaires. C'est ce qu'il explique dans un entretien au journal «Les Echos» publié sur son site mardi soir.«Si la question des vacances d'été doit bloquer toutes les autres avancées, je proposerai au Premier ministre de ne pas y toucher», assure M. Peillon.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

La Croix du 05/10/12
Le livret de compétences simplifié au primaire et au collège
Le livret personnel de compétences des élèves que doivent remplir les enseignants à l’école primaire et au collège va être simplifié dès cette année.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Les échos (certains articles payants) du 05/10/12
Le rapport de la concertation sur la refondation de l'école
Après trois mois de débats, la concertation sur la refondation de l'école a remis le 5 octobre son rapport à Vincent Peillon. Elle prône le retour à une semaine de 4,5 jours en primaire, incluant le mercredi matin, et un raccourcissement de la journée de classe : 5 heures en primaire, en sixième et en cinquième, et pas plus de 6 heures en troisième et en quatrième.
Lire la suite de l’article

Réforme de l'école : les premières pistes
Le rapport issu de la grande concertation sur l'école a été remis hier à Vincent Peillon. Il fixe des premières pistes : journées moins chargées, implication accrue des parents, ouverture à la culture économique, sociale et professionnelle dès la sixième.
Lire la suite de l’article

Bic et Intel lancent ensemble une tablette pour les écoles
Les deux groupes ont présenté, hier à Paris, une solution éducative numérique qui sera commercialisée à partir de l'an prochain.
Lire la suite de l’article

Réforme de l'école : ce qui risque de coincer
Trois mois jour pour jour après son lancement en grande pompe à la Sorbonne par le ministre de l'Education nationale et le Premier ministre, la concertation sur l'école s'achève aujourd'hui avec la remise d'un rapport à Vincent Peillon. Le chef de l'Etat, François Hollande, qui avait fait de ce grand débat une promesse de campagne, en tirera les conclusions mardi. Et Vincent Peillon rendra ses premiers arbitrages dans la foulée, jeudi.
Lire la suite de l’article

Des idées pour rapprocher école et entreprise par Dominique Seux
Dans une interview aux "Echos", Vincent Peillon parle d’économie - d’économie sans s -, il s’exprime sur les relations entre l’Education nationale et le monde économique. Et il tient un langage direct y compris en vidéo. Que dit-il ? Que le rôle de l’enseignement n’est pas seulement de former des citoyens, mais de préparer à l’emploi ; qu’il faut revoir le système d’orientation ; qu’il faut réhabiliter l’image de l’entreprise chez les jeunes et faire en sorte qu’ils connaissent mieux l’entreprise.
Lire la suite de l’article

« Il faut faire découvrir l'entreprise et les métiers dès la classe de sixième »
Le ministre de l'Education nationale veut que «les entreprises se mobilisent davantage» pour que «les jeunes soient mieux informés des débouchés ». Sur la réforme des rythmes scolaires, « si la question des vacances d'été doit bloquer les autres avancées », Vincent Peillon se dit prêt à «ne pas y toucher». Interview.
Lire la suite de l’article

Rapprocher école et entreprise : les réserves des syndicats
Les propos de Vincent Peillon visant à rapprocher école et entreprise sont bien accueillis par le patronat qui multiplie les propositions dans ce sens. Les syndicats d'enseignants sont prudents, jugeant « prématurée » la découverte du monde du travail dès la sixième.
Lire la suite de l’article

Rapprocher l'école et l'entreprise : les propositions du Medef
Le développement de l'esprit d'entreprise doit faire partie des missions de l'école, estime le Medef. L'organisation patronale formule des propositions, notamment le développement des mini-entreprises, activité qui regroupe quelques élèves autour d'un enseignement qui simule la création d'entreprise.
Lire la suite de l’article

Education : Peillon annonce 43.000 recrutements dont 8.781 créations de postes
Les créations nettes d'emplois pour 2013 s'élèvent à 8.281 postes d'enseignants, auxquels s'ajoutent 500 postes prévus pour les non enseignants.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

20 minutes du 05/10/12
La Cour des comptes critique l'attribution des moyens aux établissements scolaires
Les inégalités dans la réussite scolaire ne sont pas assez prises en compte dans l'attribution des heures d'enseignement aux établissements scolaires, a regretté mercredi la Cour des comptes, souhaitant une prise en compte des résultats aux évaluations et aux examens.
Lire la suite de l’article

École: Bientôt des semaines plus longues et des journées plus courtes
Le rapport rendu à l'issue des concertations le préconise, ainsi que l'allongement de l'année scolaire...
Lire la suite de l’article

La concertation sur l'école prône la semaine de 4,5 jours avec le mercredi
La concertation sur la refondation de l'école prône le retour à une semaine de 4,5 jours en primaire, incluant le mercredi matin, et un raccourcissement de la journée de classe, ont annoncé les rapporteurs vendredi lors d'une conférence de presse.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Rue89 du 05/10/12
La mixité à l’école, « c’est des enfants qui mangent du porc, d’autres non »
Notre article « A cause de la carte scolaire, ils songent à l’école privée » a suscité de nombreux commentaires autour de la question de la mixité sociale, largement abordée dans le papier. Nous avons sélectionné deux témoignages.
Lire la suite de l’article

Comment Mathias, prof, a été viré de l’Education nationale
En 2002, Mathias décroche son Capes ; en 2012, il est licencié pour « insuffisance professionnelle ». Retour sur une carrière qui a viré au cauchemar.
Lire la suite de l’article

Prof en difficulté : « Si c’est le bordel dans votre classe, c’est votre faute »
Je suis enseignante dans un lycée professionnel à Paris. Il y a quelques jours, j’ai fondu en larmes devant mes élèves. Ils sortaient d’un cours de sport complètement surexcités, j’ai craqué.
Lire la suite de l’article

Etats-Unis : cherche mâles noirs pour former petits Blacks
Comment inciter les hommes noirs américains à entrer dans le professorat ? La question taraude aussi bien le gouvernement que la communauté black, car les garçons ont besoin de « role models » pour réussir à l’école. Faudrait-il les payer plus que les femmes ?
Lire la suite de l’article

Sarkozy parti, les programmes d’histoire restent sous l’influence du pouvoir
On croyait la chose entendue : après les oukases, les coups de force, les annonces à répétition de l’époque Sarkozy, le dialogue, le respect des partenaires devaient reprendre leurs droits en matière éducative, notamment dans le cadre de la consultation nationale en vue d’une hypothétique « refondation » de l’école.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Ouest-France du 05/10/12
École. La semaine de 4 jours c’est fini !
La semaine 4 jours semble avoir vécu. Si François Hollande ne fixera les orientations du projet sur l’école que mardi, les conclusions du rapport intitulé « Refondons l’école », présenté hier par Christian Forestier, ne laissent guère de doute. Le retour à la semaine de 4,5 jours est acquis.
Lire la suite de l’article

L'école est appelée à revoir ses rythmes
« L'école française peine à entrer dans le XXIe siècle », constate le rapport intitulé « Refondons l'école », présenté hier par Christian Forestier, ancien recteur. C'est le prélude au discours sur l'éducation de François Hollande, mardi.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------

Le Journal du Dimanche du 05/10/12
Vers quatre jours et demi d'école par semaine
La concertation sur la refondation de l'école prône le retour à une semaine de 4,5 jours en primaire incluant le mercredi matin, et un raccourcissement de la journée de classe permettant de faire les devoirs à l'école, ont annoncé les rapporteurs vendredi.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------

Le Nouvel Obs Permanent du 05/10/12
Un pas de plus vers la semaine à 4,5 jours en primaire
Un rapporteur de la concertation sur la refondation de l'école souligne la nécessité de prévoir un accueil jusqu'à une heure avancée de l'après-midi.
Lire la suite de l’article

Pour refonder l'école de la République, nous devons décentraliser les pouvoirs Par Matthieu Orphelin Vice-pdt de la région Pays de Loire (EELV)
Oui, je suis convaincu que la lutte contre le décrochage doit trouver des réponses dans les établissements de nos territoires, et que les collectivités doivent apporter leur appui à l’État pour y parvenir. La territorialisation, la décentralisation, ce n’est pas renoncer à l’équité, bien au contraire.
Lire la suite de l’article

Pour lutter contre l'illettrisme, valorisons les métiers de la petite enfance Par Françoise Rouillon, Orthophoniste
LE PLUS. Un groupe d'experts a rendu un rapport sur l'état de l'illettrisme en Europe. Constat : 20% des jeunes ne maîtrisent pas l'écrit. Notre contributrice, orthophoniste, attire l'attention sur les pré-requis nécessaires à l'apprentissage de la lecture. Apprendre à lire, cela se prépare dès le plus jeune âge.
Lire la suite de l’article

J'aurais voulu être un(e) artiste par Laurence Juin
C’est l’heure de me préparer, ça va bientôt commencer. Ne pas être en retard, ici le retard est impardonnable. Le public n’attendra pas ou pire ! Entrera dissipé. Je choisis mon costume. Quelle scène jouer aujourd’hui ? Cette robe ? Non le décolleté n’est pas approprié au texte. Des couleurs sombres, passe-partout ? Non, il faut égayer, rendre vivant le texte ! La jupe ne sera ni trop courte à perturber le public ni trop longue à l’endormir. Avec le costume viendront la coiffure, le maquillage. Là encore savant dosage.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------

L’Express.fr du 05/10/12
Une « élève difficile » à intégrer
Il y a quelques jours, Michelle, une collègue de CE1, a reçu la visite de notre chère inspectrice. Ca s’est relativement mal passé. Michelle angoissait pas mal à l’idée de cette visite : elle a dans sa classe une petite fille nommée Kadiatou qui pose de gros problèmes. L’année dernière déjà, la demoiselle a pratiquement foutu en l’air la classe de CP de Gisèle, laquelle a passé ses récrés à pleurer en salle des maîtres, histoire de relâcher la pression.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires: la concertation Peillon propose 5 heures de cours par jour maximum
Le rapport final de la grande concertation pour la refondation de l'école propose une réforme de l'organisation du temps scolaire en primaire, au collège et au lycée.
Lire la suite de l’article

Echirolles: "L'éducation à la citoyenneté est un processus long"
Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a proposé que "tous les élèves" mènent une réflexion autour du drame d'Echirolles. Qu'en pensent les acteurs de terrain? La réponse de Laurent Fillion, professeur d'Histoire-géographie et éducation civique.
Lire la suite de l’article

Recteurs en colère: "la haute fonction publique doit rester à l'écart du pouvoir politique"
Deux rectrices qui démissionnent avec fracas, un recteur limogé qui écrit à tous les personnels de son académie pour charger l'équipe au pouvoir : "choquant", juge le recteur de Versailles Alain Boissinot.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Le Café Pédagogique du 05/10/12
La concertation veut « changer l’Ecole au quotidien »
Christian Forestier, Nathalie Mons, Marie-Françoise Colombani et François Bonneau, responsables de la concertation nationale pour la refondation de l’Ecole, ont remis le 5 octobre en fin d’après-midi leur rapport. Plus qu’un catalogue de recommandations, c’est une réorientation ou plutôt un aggiornamento de l’Ecole française qui se fixe comme objectif « une Ecole plus juste et plus bienveillante ». Le chantier est d’importance. Comment le mettre en œuvre ? François Hollande devrait lui-même y répondre mardi 9 octobre.
Lire la suite de l’article

6 octobre : Le Café organise le Forum de la Démocratisation de l'Ecole
Alors que 150 000 jeunes, issus des familles populaires, sortent chaque année du système éducatif avec un niveau de qualification jugé insuffisant, comment assurer la réussite de tous ? Pour y réfléchir, le Café pédagogique organise le samedi 6 octobre, à Paris, au CNAM, Le Forum de la démocratisation de l'Ecole. Le Forum fera se rencontrer vos propositions, les pratiques d'enseignants reconnues au Forum des enseignants innovants, les analyses des experts ( J. Bernardin, G. Longhi, Y. Reuter, Y. Rochex), les expériences des politiques locales (H. Zoughebi). George Pau-Langevin, ministre de la réussite éducative, et Nathalie Mons, membre du comité de pilotage de la concertation sur l’école, clôtureront le Forum.
Lire la suite de l’article

Enseignants innovants : La démocratisation s’invente au quotidien
Depuis onze ans, le Café Pédagogique raconte mois après mois l’innovation pédagogique, celle qui nait dans les classes à l’initiative des enseignants.
Lire la suite de l’article

Jean-Yves Rochex : « Réouvrir le chantier de la culture scolaire »
Co-auteur avec Jacques Crinon, de «La construction des inégalités scolaires», Jean-Yves Rochex attend du nouveau gouvernement la rupture avec la mise en concurrence des établissements. Il appelle à la mise en place d’une véritable politique prioritaire qui s’accompagnerait d’une réflexion sur la pédagogie d’une véritable démocratisation scolaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Touteduc (accès payant) du 05/10/12
Refondation de l'Ecole : les constats et les préconisations de la concertation
"Il n'y a pas de plaisir à mal faire son métier." Cette formule d'un enseignant dans le cours des débats de la concertation pour la refondation de l'Ecole a frappé Marie-Françoise Colombani, membre du comité de pilotage. Elle en sort avec le sentiment que la situation est "encore plus catastrophique qu'on ne le [lui] avait dit", mais aussi que les personnels ont envie de réagir.
Lire la suite de l’article

Refondation de l'Ecole : la formation des enseignants
La formation continue doit être obligatoire pour les enseignants. C'est l'un des points saillants du "rapport de la concertation" pour la refondation de l'Ecole, qui considère que leur formation initiale doit envisager simultanément les aspects disciplinaires et les domaines professionnels, pédagogie mais aussi quelques connaissances en matière de psychologie de l'enfant, de physiologie, de sociologie, et ce "dès la licence". Le rapport demande qu'on s'attache "à ce que le concours, où qu'il se situe, permette d'identifier, au-delà de la mesure des compétences disciplinaires, la motivation, les qualités nécessaires au métier ainsi que les premiers éléments d'une professionnalisation".
Lire la suite de l’article

Refondation de l'Ecole : Rester dans la logique du socle
Pour le comité de pilotage de la concertation sur la refondation de l'école, il est évident qu'il faut "rester dans la logique du socle", même si cette question a fait l'objet de très longs débats, "dans un climat constructif", et malgré "quelques oppositions bien connues et irréductibles". Il est également évident pour le comité que cette logique implique un "changement de paradigme" en matière de pédagogie et d'évaluation des élèves. S'il ne préconise pas la suppression des notes, il demande "qu'on réfléchisse à comment on note", et si on ne peut pas réduire le stress correspondant. Il pense également qu'on peut "réduire, voire éliminer progressivement le redoublement" en trouvant des alternatives.
Lire la suite de l’article

Refondation de l'Ecole : François Hollande assistera à la remise du rapport de la concertation
Le rapport de la concertation préalable à une refondation de l'école a été remis ce 5 octobre à Vincent Peillon, et présenté dans l'après-midi à la presse. Il sera présenté à l'ensemble des participants mardi 9, en présence du président de la République. Pour la sociologue Nathalie Mons, membre du comité de pilotage, ce temps de concertation a constitué "une expérience humaine et démocratique exceptionnelle", qui a permis d'établir "un diagnostic partagé", où se retrouvent des données déjà bien connues, sur l'accroissement des inégalités par exemple, mais d'autres qui l'étaient moins, sur les inégalités territoriales, sur les difficultés des populations issues de l'immigration, sur le peu de "secondes chances" qui sont offertes aux élèves, sur le décalage croissant entre l'Ecole et la société, qu'il s'agisse des formes du travail ou du rapport à la mondialisation. Mais surtout, la concertation a pointé des politiques trop souvent menées à court terme, sans consensus.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Éducavox du 05/10/12
Education et nouvelles donnes
Depuis quelques mois et en proximité d’échéances politiques, ressurgit en France, de manière pressante, l’ancienne question du changement de paradigme en éducation scolaire. Des voix s’élèvent à nouveau pour marquer l’importance d‘accorder notre conception de l’éducation aux « nouvelles donnes », et pour appeler, à l’instar d’un Claparède en son temps, à une nouvelle "révolution copernicienne" (1905), afin de répondre à nouveaux frais à la question contemporaine simple : quelle est la réponse des appareils culturels à l’ampleur et à la radicalité du bouleversement en cours ? Nous avons apprécié cette question comme prioritaire, toutes affaires cessantes : acceptons de faire de l‘attention aux nouvelles donnes « la seule », le pivot principal de tout ce qui en découle.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Médiapart (accès payant) du 05/10/12
43.000 enseignants à recruter: l'usine à gaz de Vincent Peillon
Pour parvenir à recruter 43 000 enseignants dès 2013, près de trois fois plus que l’an dernier, le ministère de l’éducation nationale met en place un deuxième concours en juin ouvert aux étudiants de première année de master. Avant leur admission définitive en juin 2014, ces 22 000 étudiants enseigneront avec le statut de contractuels.
Lire la suite de l’article

Rapport pour la refondation de l'école
Le comité de pilotage de la concertation sur l'école vient de rendre son rapport au ministre.
Lire la suite de l’article

Des «humanités scientifiques»? par Claude Lelièvre
Sur quoi fonder la place des sciences en pleine concertation sur « la refondation » de l’Ecole : sur leur utilité “ pratique” ou sur leur valeur “ éducative ” ? Mais alors, à quelle(s) condition(s) ?

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Slate.fr du 05/10/12
Violence des jeunes: pourquoi sont-ils aussi méchants?
ne violence «stupide et barbare» ou encore «gratuite», une «sauvagerie inouïe», le même lexique ressort dans les médias à l’occasion de chaque fait divers violent impliquant 1/ des jeunes 2/ une violence extrême non crapuleuse, c’est-à-dire qui échappe aux explications qui mettent en avant des motivations matérielles, financières.
Lire la suite de l’article

Romney le gauchiste de l’éducation
L’idée la plus à gauche de la soirée à propos de l’éducation a été lancée… par le candidat républicain!
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

Huffington Post du 05/10/12
La concertation sur l'école prône la semaine de 4,5 jours avec le mercredi
La concertation sur la refondation de l'école prône le retour à une semaine de 4,5 jours en primaire, incluant le mercredi matin, et un raccourcissement de la journée de classe, ont annoncé les rapporteurs vendredi 5 octobre lors d'une conférence de presse.
Lire la suite de l’article

Étude - Hypothèses, déduction, probabilité: les bébés apprendraient de la même manière que les scientifiques
Regardez-le bien la prochaine fois qu'il fera joujou. C'est un cartésien en puissance. Publiée dans la prestigieuse revue Science, la synthèse d'une série d'études montre que les bébés ont la science innée.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon : "S'il le faut, on ne touchera pas aux vacances d'été"
INTERVIEW - Le ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon a annoncé dans un entretien au journal Les Échos publié sur son site mardi soir qu'il pourrait finalement ne pas modifier le calendrier des vacances d'été. Le ministre, qui avait évoqué l'éventualité de réduire d'une ou de deux semaines les grandes vacances, ne voudrait en effet pas que cette proposition empêche le reste des réformes de se faire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------

ÉducPros du 05/10/12
Formation des enseignants : ce qu’il faut retenir du rapport sur la refondation de l’école
Le rapport sur la refondation de l'école a été rendu public vendredi 5 octobre 2012. Sur la formation des enseignants, les propositions restent très générales.
Lire la suite de l’article

RSciences po : de nouvelles tensions entre le ministère et la direction
Nouvelle péripétie dans le processus de succession de Richard Descoings à la tête de Sciences po Paris. La fuite dans le Nouvel Observateur de la réponse de l'IEP parisien à la Cour des comptes aurait provoqué la colère du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------

VousNousIls du 05/10/12
Recruter 43 000 profs en 2013 : est-ce vraiment utile ?
Vincent Peillon, ministre de l'Education natio­nale, a annoncé ven­dredi le recru­te­ment de plus de 43 000 professeurs en 2013. Tandis que les syndicats enseignants jugent cette décision indispensable pour refonder l'école, à droite on dénonce une gabegie.
Lire la suite de l’article

Formation des enseignants : nous voulons créer des écoles professionnelles, avec recrutement à bac +3
Le GRFDE, composé d'enseignants-chercheurs, de formateurs et de militants pédagogiques, vient de rédiger des propositions pour reconstruire la formation des enseignants. Entretien avec André Ouzoulias, professeur agrégé honoraire de philosophie (Université de Cergy-Pontoise), formateur d'enseignants et membre du GRFDE.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !

1 commentaire:

Michel Delord a dit…

Bonjour

J'ai **quelques droits** :-) sur le concept de "refondation de l'école" puisque j'ai fait partie des signataires-fondateurs de la pétition de 2006 intitulée justement « Appel pour la refondation de l'école » http://www.refondation-ecole.info/appel-pour-la-refondation-de-lecole.html

La position défendue dans cet appel, même si on n'en partage pas l'orientation, avait l'avantage de la consistance. Elle employait le mot « refondation » qui voulait signifier une rupture avec l'état existant et cet emploi était cohérent avec notre diagnostic de dégradation continue du niveau de connaissance des élèves sortant du primaire depuis un trentaine d'années.
Par contre la position dominante - aussi bien à gauche qu'à droite - et en particulier celle du gouvernement actuel est, si elle considère que l’instruction est la fonction centrale de l'école primaire, particulièrement incohérente puisqu'il y a encore quatre ou cinq ans, ils parlaient de « niveau qui monte » en critiquant durement les positions appelées « déclinistes » que je défendais,
Mais alors, s'il n'y a pas de déclin, pourquoi faut-il « refonder » ?

On pourrait dire que le gouvernement actuel a repris cette formulation par démagogie puisqu'une partie de l'opinion publique a une certaine sympathie pour le diagnostic « déclinatoire ».
Mais il y a une autre explication à cette apparente incohérence - non incompatible avec la part démagogique - : les défenseurs de la « nouvelle refondation de l'école » considèrent que la fonction essentielle de l'école n'est pas l'instruction mais l'éducation : peu importe que les élèves ne sachent pas faire une division - c'est dépassé!! - pourvu qu'ils aient eu des leçons de morales et que l'on considère que le front principal à l'école est celui de la lutte contre les violences scolaires, sujets beaucoup plus faciles à traiter médiatiquement que la nécessité de savoir faire une division à la main[1].

Je n'ai pas été invité à la concertation et la contribution que j'ai envoyée n'a pas été publiée.
Et voici donc le début d'un série de chroniques intitulées « Refondons l'école » :
Refondation I : « Comment pouvoir bien tenir son crayon ? » (ou la question du mobilier scolaire)
http://michel.delord.free.fr/refondons1.pdf
Refondation I - bis : « Police, polissons et instruction » (ou Instruction / Contrôle social)
http://michel.delord.free.fr/refondons.html#REFONDONS_I_bis

Bonne lecture
Michel Delord, professeur de mathématiques retraité
CA de la Société Mathématique de France (2002-2008), Paris
Conseil Scientifique de la Nonpartisan Education Review, NYC

[1] Pour ceux qui sont intéressés par les raisons qui militent pour la nécessité de savoir faire les divisions à la main : http://michel.delord.free.fr/lille-29092006.pdf

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.