mardi, juin 26, 2012

Revue de presse du mardi 26 juin 2012

.


- Lettre et circulaire – Plan d’urgence (suite) – traitements pas trop mauvais – It’s a joke -


Lettre à tous les personnels de l’Éducation Nationale
Au moment où nous est confiée une mission qui nous honore et nous engage, nous souhaitons vous préciser l'esprit dans lequel nous voulons, sous l'autorité du Président de la République et du Premier ministre, travailler à la refondation de notre École. ”. C’est ainsi que débute la lettre à tous les personnels de l’éducation nationale cosignée par Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale, et George Pau-Langevin, ministre déléguée, chargée de la réussite éducative. Et la lettre se poursuit ainsi “Nous connaissons les difficultés auxquelles vous êtes confrontés au quotidien et le poids de vos responsabilités. Mais nous savons aussi la force de votre dévouement, la passion et la vocation qui vous animent pour instruire, éduquer, servir une certaine idée de la France, de la République et de l'humanité. Ensemble, nous avons rendez-vous avec notre pays : parce que son histoire n'est pas n'importe laquelle, ses attentes sont grandes à l'égard de son École. Nous devons les honorer.”. Le texte affirme ensuite quelques grand principes : “Il n'y a pas de fatalité de l'échec scolaire. Tous les enfants peuvent réussir. L'École doit être au service de la promotion de tous et de l'épanouissement de chacun. ”, et plus loin “L'École de la République est une École de l'exigence et de l'ambition qui doit permettre à chaque élève de trouver et de prendre le chemin de sa réussite. C'est un lieu d'enseignement laïque, d'émancipation et d'intégration de tous les enfants. C'est notre maison commune, vecteur de promotion et de justice sociale, lieu de transmission des valeurs de la République, des valeurs fortes que l'on doit enseigner, réfléchir, discuter, pratiquer.
La lettre annonce également la tenue d’une “vaste concertation” qui devra aboutir à un “projet de loi portant refondation de l'École qui sera présenté au Parlement à l'automne.”. Lors d’une conférence de presse ce mardi matin le ministre a précisé “Il y aura un très grand débat pour que les Français choisissent l'école moderne de la République. Cela devrait commencer début juillet ”, a-t-il seulement précisé, évoquant “plusieurs centaines de participants”, comme les parents d'élèves, les entreprises, les associations....
On peut lire ensuite dans cette lettre le détail des mesures prises dès la rentrée 2012, ce qui constitue, de fait, une nouvelle “circulaire de rentrée” remplaçant la précédente élaborée par l’équipe de Luc Chatel. Cette partie de la circulaire, tient en 18 points. Il est rappelé que l'école primaire "est notre première priorité". Et que cela passera par "une importance particulière sur l'accueil des enfants les plus jeunes, en considérant que les moins de 3 ans doivent pouvoir être scolarisés". Le collège dont on rappelle qu’il est "unique", "fera l'objet d'un travail de réflexion dans le cadre de la concertation". Le socle commun de connaissances et de compétences est réaffirmé mais sera revu "dans sa conception et ses composantes". Tout comme le livret personnel de compétences, qualifié d' "inutilement complexe". La “circulaire” évoque aussi rapidement les lycées mais simplement pour indiquer la poursuite de la réforme. On indique également que le dispositif “Éclair” sera revu tout comme la carte scolaire. Pour finir ce tour non-exhaustif on reviendra sur le début de cette “circulaire” où l’on évoque la pédagogie qui “doit être attentive aux travaux de la recherche. Elle doit évoluer et favoriser l'épanouissement de l'élève, son activité, sa motivation et sa pleine implication dans les apprentissages. Le travail en équipe doit être encouragé et nous demandons à l'encadrement pédagogique d'accompagner les écoles dans cette ambition.
En tout cas, le ton et le contenu de la lettre changent radicalement de la "Lettre aux éducateurs" adressée par Nicolas Sarkozy à la communauté éducative en septembre 2007. Et se rapproche plus de la Lettre aux instituteurs écrite par Jules Ferry en 1883. Claude Lelièvre, sur son blog, fait le rapprochement et évoque aussi Ferdinand Buisson, le principal collaborateur de Ferry, dont Vincent Peillon est un grand connaisseur. On ne résiste pas au plaisir partagé avec notre ami historien de citer non pas la lettre de Ferry mais son discours au Congrès pédagogique des inspecteurs primaires du 2 avril 1880 :
“ Nous voulons des éducateurs ! Est-ce là être trop ambitieux ? Non. Et je n’en veux pour preuve que la direction actuelle de la pédagogie, que les méthodes nouvelles qui ont pris tant de développement, ces méthodes qui consistent, non plus à dicter comme un arrêt la règle à l’enfant, mais à la lui faire trouver ; qui se proposent avant tout d’exciter la spontanéité de l’enfant, pour en diriger le développement normal au lieu de l’emprisonner dans des règles toutes faites auxquelles il n’entend rien, au lieu de l’enfermer dans des formules dont il ne retire que de l’ennui, et qui n’aboutissent qu’à jeter dans ces petites têtes des idées vagues et pesantes, et comme une sorte de crépuscule intellectuel. .Ces méthodes qui sont celles de Froebel et de Pestalozzi, ne sont praticables qu’à une condition : à savoir que le maître, le professeur, entre en communication intime et constante avec l’élève ”. Mais dans une lettre adressée en 1887 au directeur de la « Revue de l’enseignement secondaire et supérieur » et que signale aussi Claude Lelièvre, Jules Ferry identifie très bien les enjeux et aussi les résistances : “A des méthodes nouvelles, il faut des maîtres nouveaux. Pourquoi ne pas le dire ? C’est la résistance du corps enseignant de l’enseignement secondaire qui a, jusque là, compromis la réforme

Plan d’urgence pour le secondaire
Le secondaire, et ses résistances, parlons en…
Même si Vincent Peillon avait dit vouloir mettre l'accent sur le primaire, il annonce cependant ce mardi la création de postes dans le second degré. Il s'agit de postes d'assistants d'éducation (2000), d'"assistants chargé de la prévention et de la sécurité" (500). 
Il y aurait aussi 355 recrutements dont 280 professeurs dans le secondaire dès la rentrée. Il s'agit du recrutement de 75 conseillers principaux d'éducation, ainsi que de 280 professeurs supplémentaires, dont 70 d'anglais, 60 de lettres, 90 de mathématiques et 60 d'éducation physique et sportive (EPS), a précisé le ministre de l'Education nationale, lors de sa première conférence de presse à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). On évoque une solution pour un recrutement rapide : "On peut proposer à des personnes qui se sont présentées à l'agrégation, sous réserve que le jury l'autorise, d'être nommées certifiées", explique-t-on dans l'entourage du ministre. Autrement dit, les meilleurs "recalés" de l'agrégation pourraient se voir délivrer un Capes.
Par ailleurs, une décharge de service de trois heures hebdomadaires sera accordée aux enseignants débutants -soit 15 heures d'enseignement au lieu de 18 heures -, afin de leur accorder une journée de formation par semaine. Cela coûte l'équivalent de 1 500 postes. Interrogé sur une information du Monde, qui évoque 6.000 créations de postes dans le secondaire à la rentrée, le ministre a répondu : “ On est dans un ordre de grandeur qui n'est pas absurde, mais ce n'est pas arbitré”. “ Si nous pouvons faire 6.000, nous essayerons de le faire”, a-t-il ajouté.
Ces re-créations de postes sont les bienvenues d’autant plus qu'une hausse des effectifs est prévue. Rien qu'à la rentrée, plus de 21 000 élèves supplémentaires sont attendus au collège - effet du "boom démographique" du début des années 2000.
Mais les syndicats, même s’ils se réjouissent de ces mesures, s’inquiètent de la crise du recrutement. Car il ne suffit pas de vouloir re-créer des postes, encore faut-il avoir des candidats ! Ce sera un des enjeux majeurs de la réforme de la formation des enseignants.


Traitements pas trop mauvais
Pour ceux qui écoutent la radio le matin et plus précisément France Inter, la chronique du journaliste économique, Dominique Seux, du journal Les Échos (repris sur ce journal) a du faire avaler la biscotte de travers à plusieurs.
Dominique Seux commence ainsi : “Le proviseur d’un lycée parmi les 200 plus gros de France - plus de 2.000 jeunes, environ 250 enseignants -, m’a envoyé une clé USB sur laquelle il y a un fichier Excel. Et sur ce fichier, figurent tous les salaires versés en 2011 à chacun de ses professeurs, à l’euro près, au centime près.”. Pourquoi fait-il cela ? Parce que, nous dit le journaliste, il en assez “d’avoir entendu toute l’année les plaintes de ses enseignants sur leurs revenus ”. Que retenir de ce document présenté comme “secret” ? (alors qu’en fait les grilles indiciaires sont lisibles par tous) : “En 2011, dans ce lycée-type, le salaire a atteint 2.800 euros nets par mois en moyenne. ” Et le chroniqueur rappelle qu’un Français sur deux du secteur privé gagne moins de 1.700 euros nets par mois même s’il convient qu’à diplôme égal il est “bien en dessous de la moyenne des cadres du privé ”. Et il poursuit : “Sur l’ensemble des enseignants de ce lycée, une vingtaine gagne moins de 2.000 euros par mois, le gros des troupes à plus ou moins 3.000 euros. Mais une trentaine dépasse 3.500 euros nets, une quinzaine 4.000. Certains mois, une dizaine dépasse 5.000. Un a gagné 9.400 euros nets en décembre ! L’ancienneté explique cette dispersion puisque les revenus progressent avec les années d’enseignement. Mais il y a aussi les heures supplémentaires. Et aussi, pour quelques-uns, les khôlles, ces oraux spécifiques aux classes prépas. ”. Le chroniqueur insiste enfin sur la profonde disparité qui existe au sein de l’éducation nationale, à la fois entre enseignants du secondaire mais surtout avec les enseignants du primaire.
Cette chronique a suscité une avalanche de réactions notamment sur le blog des Échos mais aussi sur le plan syndical . On peut d’abord s’interroger sur la provenance de ces chiffres : comment un proviseur peut-il avoir à connaître ces informations ? Par ailleurs, même si je ne parle pas salaires tout le temps avec mes collègues, je me demande comment on arrive à ces proportions . 
N'oublions pas aussi que, même si une minorité en sollicite, les heures supplémentaires dans le contexte de suppression de postes sont plus imposées aux enseignants du secondaire que choisies par eux. On peut rappeler aussi que la grille indiciaire (fondement des traitements dans la fonction publique) des professeurs des ecoles (Premier degré) et des professeurs certifies est absolument la meme. La différence de rémunération porte sur des indemnités (prof principal, indemnité de suivi et d’orientation,…) et sur les heures supplémentaires en effet.
Même si cette chronique – dans la mesure où ces chiffres seraient représentatifs - peut éventuellement inviter les enseignants à un peu plus de retenue dans leur déploration, elle peut avoir surtout un usage politique. En effet, cela intervient alors que certaines voix syndicales s’élèvent pour réclamer une “revalorisation” et rappellent que le salaire moyen des enseignants français, selon l’OCDE, a reculéde 13 % tandis qu’il augmentait en moyenne de 15 % dans les pays de l’OCDE et de 9 % dans l’Union européenne. On sait aussi que l’enjeu des re-créations de postes passe par l’attractivité du métier pour les jeunes enseignants. Même si, ce n’est, certes, pas qu’une question de salaires mais aussi de projet et de conditions de travail.

It’s a joke…
Cette semaine vient de paraître une étude sur le niveau de langue étrangère dans 14 pays européens. La France s’y classe 13ème et avant-dernière, avec 14 % d’élèves de bon niveau (moyenne européenne : 42 %). Cette étude fait suite à une étude nationale publiée par la DEPP il y a quelques semaines et qui indiquait que le niveau en langue à la fin du collège avait chuté entre 2004 et 2010, surtout à l’oral (40,4 % de maîtrise contre 51,3 %).Le blogueur de l’Express, Lucien Marboeuf professeur des écoles de son état, en profite pour revenir sur l’initiation aux langues étrangères à l’école primaire. Il titre son billet “L’anglais à l’école : good joke !” et pour le dire autrement, selon lui, “l’anglais à l’école primaire est une vaste supercherie. ”. Il rappelle que cela tien d’abord à la sempiternelle question du volume horaire des enseignements. En CE2, CM1 ou CM2 il faut faire entre 1 h 30 et 2 heures d’anglais par semaine de 24 heures. Dans les textes, parce que dans la vraie vie, on fait anglais quand on a fini le français, les maths, l’histoire, la géo, les sciences (encore que), et même le sport, le dessin, la musique. Mais pour lui, malgré leur bonne volonté, “la raison majeure reste celle de l’incompétence des enseignants. Bien sûr, une solution aurait été de fournir aux classes de primaire des « intervenants en langue ». […] Le problème, c’est que ça coûte de l’argent : on a donc supprimé ces postes-là, il n’y a aujourd’hui quasiment plus d’intervenants en primaire. ”. Et ne lui parlez pas de l’“habilitation” qui selon lui, relève aussi de la supercherie. Et il conclut : “Résumons-nous : une minorité d’élèves a la chance d’avoir un instit qui, pour des raisons personnelles (cursus professionnel, études, vie perso), a un bon niveau d’anglais ; les autres élèves, moins chanceux, ont un instit comme moi, qui a suivi une « formation » de piètre qualité et obtenu une habilitation fantoche mais essaie de se débrouiller avec son niveau d’anglais qui est somme toute celui du français moyen.De toute façon, à quoi bon ? Un prof d’anglais de collège sur deux vous le dira : vu l’hétérogénéité du niveau des élèves arrivant en 6ème, le plus simple est de reprendre depuis le début. Mais tout cela n’est pas bien grave, le plus important est de pouvoir dire que les enfants français apprennent l’anglais depuis l’âge de 6 ans, sir.

Take care et Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 26/06/12(certains articles payants)


Ingénieurs : du travail, quand je veux
Plein emploi dès la fin des études pour ces formations qui ne connaissent pas la crise.
Lire la suite de l’article


Des parcours jonchés de voyages
Les étudiants français bougent de plus en plus dans le cadre de leurs études. Mais cela a un coût et tous ne sont pas égaux devant la mobilité.
Lire la suite de l’article


Master ès catastrophes
Une formation supérieure forme des professionnels du bâtiment spécialistes de la reconstruction d’urgence.
Lire la suite de l’article


Humanitaire: faut pas rêver
Le secteur attire de nombreux jeunes prêts à s’engager pour une grande cause. Mais les places sont rares et très techniques.
Lire la suite de l’article


Terminale S : polémique et lueur d’histoire
En supprimant la discipline de la section scientifique, Luc Chatel avait choqué. Elle va réapparaître l’an prochain, mais l’épisode souligne l’élitisme de la filière, et les passions autour de cette matière.
Lire la suite de l’article


Hollande : ses premiers pas dans la cour des petits
Mille postes en plus dans le primaire, trois heures de décharge pour les profs débutants… Vincent Peillon donne des gages aux enseignants, avant d’entamer son grand chantier.
Lire la suite de l’article


La colle de la réforme de l’école
Peillon tente de tourner une page en parlant équité et en consultant.
Lire la suite de l’article


Refondation
En twitto assidu et matutinal, Bernard Pivot contait hier en 140 signes l’anecdote suivante, qui s’est déroulée, nul doute, dans une classe de primaire : «Donnez-moi un mot qui pour vous, est un mot savant, demanda le professeur. - Illettré, répondit l’élève.»
Lire la suite de l’article


«Le vrai défi du primaire, c’est de faire réussir toute la classe»
A la tête du Centre Alain-Savary, qui se penche sur les pratiques éducatives, Patrick Picard analyse les enjeux d’une réforme de l’école
Lire la suite de l’article


Postes supplémentaires dans les écoles : les académies les mieux dotées
Le ministère de l'Education nationale a communiqué la répartition des 1 000 nouveaux postes prévus à l'école primaire à la rentrée. Les académies de Versailles et Créteil se taillent la part du lion.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 26/06/12 (certains articles payants)


Les notes dans le collimateur de l'Éducation nationale
Bruno Julliard, conseiller de Vincent Peillon, a parlé jeudi d'une « bataille culturelle » à mener dans ce domaine.
Lire la suite de l’article


Une pédagogie expérimentale dope un lycée lorrain
Dans le cadre d'un appel à projet de la Fondation nationale des sciences politiques, le lycée Félix Mayer de Creutzwald (Moselle ) remet en cause le cours traditionnel pour donner du sens à l'apprentissage et placer les élèves en situation d'autonomie.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 26/06/12



La lettre de Peillon aux personnels de l'éducation nationale
Le Bulletin officiel de l'éducation nationale n°26 du 26 juin 2012 a oublié d'avoir l'air administratif. Le ministre Vincent Peillon et sa ministre déléguée George Pau-Langevin ont choisi ce cadre très officiel pour adresser une "Lettre à tous les personnels de l'éducation nationale". Une version 2012 de la "Lettre aux éducateurs" adressée par Nicolas Sarkozy à la communauté éducative en septembre 2007.
Lire la suite de l’article


A Corbeil-Essonnes, la médiation entre collégiens fait ses preuves
Situé en zone d'éducation prioritaire (ZEP), le collège Louise-Michel de Corbeil-Essonnes (Essonne) a accueilli 403 élèves lors de cette année scolaire. Il fait partie du dispositif " Eclair " - écoles, collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite - label attribué aux établissements les plus en difficultés d'une académie. S'y côtoient les adolescents des quartiers Ermitage et Montconseil, et ceux de Pressoir Prompt. D'un côté, des barres d'immeubles, où vivent des familles souvent issues de catégories socioprofessionnelles défavorisées. De l'autre, des pavillons, où les existences sont plus aisées.
Lire la suite de l’article


24 candidats à Sciences-po Paris
Pas moins de vingt-quatre personnes, dont six femmes, sont candidates à la succession de Richard Descoings, l'ancien directeur de l'institut d'études politiques de Paris décédé le 3 avril à New York d'une crise cardiaque. Parmi elles, seuls onze candidats ont accepté que leurs noms soient rendus publics.
Lire la suite de l’article


Un prof et un élève écopent de prison avec sursis pour une fraude au baccalauréat en juin 2011
Un professeur et un lycéen d'un établissement privé de Lille ont été condamnés mardi 26 juin à respectivement six et deux mois de prison avec sursis pour fraude au baccalauréat en juin 2011, l'enseignant ayant donné le corrigé de l'épreuve à l'élève.
Lire la suite de l’article


Comment lutter contre le décrochage, maladie de l'école ?
George Pau-Langevin les connaît, "ces jeunes qui traversent le système scolaire sans trouver de solution et qui un jour s'en vont". C'est d'eux dont la ministre déléguée à la réussite éducative est venue parler, vendredi 22 juin, à la Fondation Jean-Jaurès, à Paris. Cette fondation à l'ancrage socialiste assumé avait réuni une trentaine d'acteurs de l'éducation pour échanger sur ces décrocheurs dont on ignore beaucoup. Leur nombre reste inconnu, comme les solutions pour les rescolariser.
Lire la suite de l’article


Les adolescents européens encore loin d'être multilingues
Moins d'un adolescent européen sur deux maîtrise bien une langue étrangère même si le multilinguisme est désormais jugé indispensable par une grande majorité des Européens, selon deux études publiées jeudi 21 juin par la Commission européenne. Au total, 42 % d'entre eux déclarent être compétents dans leur première langue étrangère et seulement 25 % dans la deuxième langue.
Lire la suite de l’article


Un faux candidat au bac démasqué à Rouen
Un élève soupçonné de s'être présenté à la place d'un de ses camarades lors de l'épreuve de mathématiques du baccalauréat dans un lycée de Rouen a été démasqué jeudi 21 juin par un surveillant, a-t-on appris de source proche de l'enquête.
Lire la suite de l’article


Le collégien de Rennes est mort samedi matin
Le collégien de 13 ans blessé vendredi dans son établissement scolaire de Rennes lors d'une altercation avec un autre élève dans la cour de récréation, est mort samedi matin, a-t-on appris auprès du parquet. Le procureur de Rennes a confirmé que l'agresseur présumé de l'élève avait bien "serré le cou" de la victime et précisé qu'une autopsie devait avoir lieu samedi pour identifier les causes de la mort. "Tous les témoins entendus insistent sur la brièveté de la scène", a-t-il ajouté.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 26/06/12



Flou sur l’emploi public
D’après le Figaro, le gouvernement s’apprêterait à diminuer 
les effectifs dans la fonction publique de l’ordre de 2,5 %.
Lire la suite de l’article


Le Sénat au chevet des professeurs
Le rapport de la mission d’information sur le « métier d’enseignant » fait le constat d’une crise profonde. Il propose de « redonner sens à l’école » et de refonder la formation des maîtres.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 26/06/12



Ils ont choisi de vivre sans école
« Papa, je peux regarder les squelettes? » A 6 ans, Ewan est passionné d’anatomie, et il adore regarder des images du corps humain sur Internet. Comme sa sœur Maëlle, âgée de 8 ans, le petit blondinet aux lunettes n’a jamais mis les pieds à l’école. Un choix tout à fait légal que ses parents, Christabel et Olivier Claudin-Taponnot, ont fait très rapidement pour « respecter le rythme d’apprentissage » de leurs enfants, mais qui leur apporte aujourd’hui de nombreux ennuis. La famille doit en effet aujourd’hui quitter sa charmante maison de Faucogney-et-la-Mer, nichée au milieu de la superbe région des Mille Etangs, dans la Haute-Saône, pour se rendre à la convocation du tribunal pour mineurs de Vesoul. Motif : ils auraient refusé l’inspection de l’Education nationale.
Lire la suite de l’article


Baccalauréat : enquête sur un soupçon de fuite d'un sujet
Le ministère de l'Education nationale veut vérifier des soupçons de fuite d'un sujet de Sciences du baccalauréat L et ES. Cette fuite supposée a été relevée par la chaîne I-Télé qui explique avoir repéré jeudi sur le site jeuxvideo.
Lire la suite de l’article


Bac : un élève en garde à vue après s'être fait passer pour un autre
Démasqué en pleine épreuve de mathématiques. Dans un lycée de Rouen, un élève fortement soupçonné de s'être présenté à l'épreuve de mathématiques à la place d'un de ses camarades, n'a pas réussi à duper l'équipe de surveillance ce jeudi. Dès le début de l'épreuve, à 8 heures, dans le lycée privé du Sacré-Coeur, le surveillant s'est interrogé sur cet élève qu'il n'avait pas vu lors des épreuves précédentes.
Lire la suite de l’article


« J’ai dit à l’élève Bartolone : Vous devriez viser plus haut »
Aujourd’hui conseillère municipale PS, Marie-Thérèse fut la professeur de français de Claude Bartolone alors au collège. C’est elle qui l’a convaincu d’aller au lycée alors qu’il voulait passer un CAP.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
France Soir du 26/06/12


Formation : Des tablettes numériques pour mieux apprendre
Tableau noir ou blanc, salle de cours, classeurs, notes manuscrites, ouvrages et documents... L'arsenal traditionnel de la formation – et notamment de la formation continue – est en train de prendre un sacré coup de vieux ! A qui la faute ? Aux tablettes digitales et au M-Learning.
Lire la suite de l’article


Bac 2012 : Zizanie à Valenciennes après une erreur de sujet
Une centaine de candidats au bac, dans un lycée de Valenciennes, s'était vue distribuer, lundi, par erreur le sujet de l'épreuve de littérature, sur laquelle il devaient plancher dans l'après-midi. Pour éviter tout éventuelle fuite, ils ont été retenus au sein de l'établissement.
Lire la suite de l’article


Éducation : 60.000 postes supplémentaires, pas 60.000 fonctionnaires
Les 60.000 postes supplémentaires dans l'éducation nationale d'ici cinq ans promis par Hollande ne seront pas tous des postes de fonctionnaires. Le gouvernement Ayrault renoncerait-il à l'une des promesses-phares du candidat socialiste ?
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 26/06/12



Vincent Peillon annonce plus de moyens pour le primaire et le collège
Le ministre de l'éducation Vincent Peillon a annoncé des mesures pour l'enseignement secondaire, mardi 26 juin. Ainsi, à la rentrée, 355 postes seront créés pour les collèges : 75 conseillers principaux d'éducation et 280 professeurs (70 d'anglais, 60 de lettres, 90 de mathématiques et 60 d'éducation physique et sportive). D'autres postes doivent encore être arbitré, le ministre ne jugeant "pas déraisonnable" le chiffre de 6000 postes créés au total sur cinq ans.
Lire la suite de l’article


A Angers, une école teste la classe le mercredi matin
Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, veut revenir sur la semaine de quatre jours.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 26/06/12



Collégien tué à Rennes : une minute de silence dans toute l'académie
Une minute de silence a été organisée hier à 14 h 45 au collège de Cleunay, à Rennes, et dans d'autres collèges et lycées de Bretagne, en mémoire de l'élève de treize ans décédé des suites d'une bagarre vendredi dans la cour de cet établissement. Les cours ont repris hier matin au collège de Cleunay dans une ambiance très lourde.
Lire la suite de l’article


Salaire des profs : un proviseur parle
Le proviseur d’un lycée parmi les 200 plus gros de France - plus de 2.000 jeunes, environ 250 enseignants -, m’a envoyé une clef USB sur laquelle il y a un fichier excel. Et sur ce fichier figurent tous les salaires versés en 2011 à chacun de ses professeurs, à l’euro près, au centime près. Pourquoi cet envoi ? Le proviseur de ce lycée dont on taira le nom, n’en peut plus, dit-il, d’avoir entendu toute l’année les plaintes de ses enseignants sur leurs revenus. Il a laissé passer les élections, mais un communiqué syndical très récent sur le sujet le pousse à lever le voile.
Lire la suite de l’article


Education : les 60.000 emplois créés ne seront pas tous des postes de fonctionnaires
Sur les 60.000 postes promis sur cinq ans, certains seront confiés à des contractuels, selon nos informations.
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon annonce 355 recrutements dans le secondaire à la rentrée 2012
Le ministre de l'Education nationale a détaillé ce mardi matin le recrutement pour la rentrée 2012 de 75 conseillers principaux d'éducation et de 280 professeurs supplémentaires, dont 70 d'anglais, 60 de lettres, 90 de mathématiques et 60 d'éducation physique et sportive.
Lire la suite de l’article


Dix ans après, ce que sont devenus Les « ZEP sciences po »
A la rentrée prochaine, un millier de jeunes issus de zones défavorisées auront intégré Sciences po sans concours depuis la mise en place de ce système en 2001. Les lycéens candidats passeront leur oral d'entrée dans quelques jours, dès les résultats du bac prononcés.
Lire la suite de l’article


Primaire : les syndicats saluent le geste du ministre
La région parisienne concentre près de 20 % des 1.000 postes supplémentaires créés dans le primaire pour la rentrée 2012. Les syndicats sont satisfaits, mais souhaitent davantage de concertation pour les réformes à venir.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 26/06/12



Vincent Peillon détaille aux enseignants les aménagements de la rentrée 2012
Vincent Peillon adresse ce mardi une lettre à «tous les personnels de l'Education nationale» détaillant les aménagements apportés à la prochaine rentrée, réaffirmant la priorité accordée au primaire et évoquant des chantiers au centre de la concertation cet été.
Lire la suite de l’article


Collégien tué à Rennes: Y a-t-il plus de violence aujourd'hui dans les cours d'école?
Deux jours après la mort d'un collégien de 13 ans à la suite d’une bagarre, «20 Minutes» fait le point sur la violence en milieu scolaire...
Lire la suite de l’article


Soupçonnés d'avoir violé une adolescente, cinq collégiens placés en détention
Cinq collégiens de 14 à 16 ans ont été placés en détention, soupçonnés d'avoir violé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) une élève du même établissement âgée de 13 ans, avec la complicité de deux adolescentes, dont l'une a également été écrouée.
Lire la suite de l’article


Rythmes scolaires: La rentrée devrait finalement avoir lieu à la date prévue
C'est la fin de l'année scolaire qui devrait être retardée...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 26/06/12



« Enfants pauvres » : le titre de Rue89 nous a beaucoup choqués
Un article est paru sur Rue89 le 14 mai 2012, sous le titre « Montessori, des beaux quartiers aux enfants pauvres de Noisy », et traitant de l’action dont je suis responsable.
Lire la suite de l’article


Une erreur (bénigne) dans un intitulé du bac de français S et ES
Un riverain attentif a cru relever une erreur dans un des libellés du bac de français 2012 pour les séries S et ES (épreuve anticipée des premières) :
Lire la suite de l’article


Ma fille va passer le mauvais bac et on ne peut rien y faire
C’est une histoire kafkaïenne à la limite du drame et du loufoque. Rue89 a reçu ce témoignage d’un père dont la fille, ayant suivi une spé maths toute l’année, va devoir passer l’épreuve de spé SVT au bac... A cause d’une case mal cochée lors des inscriptions. Explications.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 26/06/12



355 recrutements dans le secondaire dont 280 professeurs à la rentrée
Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a annoncé mardi 355 recrutements dont 280 professeurs pour de nouveaux postes dans le secondaire dès la rentrée, lors de sa première conférence de presse à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine).
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon écrit aux enseignants et réaffirme la priorité au primaire
Vincent Peillon a adressé ce mardi une lettre à « tous les personnels de l’Education nationale » détaillant les aménagements qui seront introduits à la prochaine rentrée, réaffirmant la priorité accordée au primaire et évoquant des chantiers au centre de la concertation cet été.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 26/06/12



Peillon ouvre le chantier de l'école
Mardi, le ministre de l'Education, Vincent Peillon, a répété, dans une lettre envoyée aux professeurs, que le gouvernement entendait faire de l'école primaire, un chantier prioritaire. Lors d'une conférence de presse, il a par ailleurs annoncé le recrutement de 280 nouveaux enseignants dans le secondaire.
Lire la suite de l’article


Peillon, l'homme (trop) pressé
Depuis son arrivée rue de Grenelle, le nouveau ministre avance à marche forcée. Pris au dépourvu, les syndicats mettent le holà.
Lire la suite de l’article


Peillon, un bac et des couacs
La philo ouvre lundi l’examen roi. L’occasion, si la triche n’est pas au rendez-vous, de calmer le jeu après des annonces hâtives sur le calendrier scolaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 26/06/12


"Taitoit", du verbe taitoire : la dictée est-elle stigmatisante pour les élèves ?
Face aux commentaires suscités par son article sur la "dysorthographie" et les fautes de langage qui retirent des points lors des dictées, Françoise Rouillon, orthophoniste, rappelle qu'elle n'est pas hostile à cet exercice. Mais que ce n'est pas pour autant qu'il faut lui attribuer tous les mérites.

Lire la suite de l’article


"Envoyé spécial" : quand l'émission tombe dans les clichés sur les surdoués
LE PLUS. Les surdoués, des "petits Mozart" à l'école ? Pas toujours, loin s'en faut, contrairement à ce que décrivait le 15 juin l'émission "Envoyé spécial"... Pour notre contributeur Padraig O'Mara, les enfants surdoués sont trop souvent réduits à des poncifs.
Lire la suite de l’article


Y a-t-il un "scandale Sciences Po" ?
Des rumeurs évoquent la prochaine sortie d'un rapport de la Cour des comptes très sévère pour Sciences Po. Qu'en est-il exactement ?
Lire la suite de l’article


Le bac, une loterie !
Voilà un siècle et demi qu'on évalue les élèves de façon inefficace et arbitraire. Y compris aux épreuves du bac.
Lire la suite de l’article


Peillon annonce la création de 355 postes dans le second degré
"Si nous pouvons faire 6.000, nous essayerons de le faire", a toutefois affirmé le ministre, interrogé au sujet des chiffres avancés par "le Monde".
Lire la suite de l’article


L'orientation des étudiants, un juteux business
Pour s'y retrouver dans la jungle des masters d'université et des mastères spécialisés, un guide a été créé, dans lequel la visibilité se monnaie.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 26/06/12


Rentrée 2012: 280 profs recrutés dans le secondaire
C'est ce qu'a annoncé Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale, lors de sa première conférence de presse à Asnières-sur-Seine. 75 conseillers principaux d'éducation vont également être embauchés.
Lire la suite de l’article


Peillon annonce des mesures supplémentaires pour la rentrée
Vincent Peillon a annoncé la création de 280 postes, en anglais, lettres, maths et EPS, dans le secondaire. 500 assistants chargés de la prévention et de la sécurité et 75 CPE seront également recrutés.
Lire la suite de l’article


L’anglais à l’école : good joke !
Cette semaine vient de paraître une étude sur le niveau de langue étrangère dans 14 pays européens. La France s’y classe 13ème et avant-dernière, avec 14 % d’élèves de bon niveau (moyenne européenne : 42 %). Cette étude fait suite à une étude nationale publiée par la DEPP il y a quelques semaines et qui indiquait que le niveau en langue à la fin du collège avait chuté entre 2004 et 2010, surtout à l’oral (40,4 % de maîtrise contre 51,3 %).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 26/06/12


Flash spécial : Vincent Peillon dévoile sa "Lettre aux personnels"
C'est à Asnières, dans un collège, le 26 juin, que le ministre de l'éducation nationale a publié sa "Lettre à tous les personnels de l'éducation nationale". Elle remplace la circulaire de rentrée de Luc Chatel et fixe les principales actions ministérielle pour la prochaine année.
Lire la suite de l’article


George Pau-Langevin "tire son chapeau" à un projet éducatif
Ministre déléguée à la réussite éducative, George Pau-Langevin a rencontré le 25 juin les élèves du collège Marx Dormoy de Paris et leur professeur porteur d'un projet éducatif réussi.
Lire la suite de l’article


Le gouvernement obligé de serrer sa ceinture, l'éducation non...
Longtemps en première ligne des économie budgétaires, l'éducation nationale serait-elle passée dans le camp des privilégiés ? La question est posée à la sortie du premier séminaire gouvernemental sur le budget.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 26/06/12


L'évaluation des compétences est "un processus complexe" (dossier de l'IFé)
La plupart des acteurs des systèmes éducatifs s'interroge sur l'évaluation des compétences, qui crée un climat "plutôt anxiogène" en France où "l'on accepte mal l'absence de certitudes, les tâtonnements et le bricolage pédagogique". Le dernier "dossier d'actualité" de l'IFé (Institut français de l'éducation) est consacré au "défi de l'évaluation des compétences" ; il dresse un tableau des difficultés conceptuelles liées à cette question, et fait une large place à la situation créée par le "socle commun" et "la loi Fillon" de 2005, dont "le pilotage politique n'a été assuré que par intermittence".
Lire la suite de l’article


La "Lettre à tous les personnels de l'Education nationale" publiée au BO de ce mardi 26 juin
"Dans l'attente des décisions qui seront prises le moment venu pour réorganiser les rythmes scolaires, nous souhaitons que la pause méridienne ne soit pas, autant que possible, inférieure à quatre-vingt-dix minutes dans le premier degré", écrivent notamment les deux ministres en charge de l'Education nationale, qui signent conjointement une "Lettre à tous les personnels de l'Education nationale", publiée au BO (le bulletin officiel de l'Education nationale) dont la sortie a été avancée de 48 heures. Elle se substitue de fait, partiellement, à la circulaire de rentrée précédemment publiée (voir à ce sujet ToutEduc ici et ici).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 26/06/12


Une circulaire de rentrée en forme de lettre par Claude Lelièvre
Elle remplace la circulaire de rentrée concoctée par Luc Chatel et fixe les principales actions ministérielles pour l’année qui vient. Sous la forme d’une « Lettre à tous les personnels de l’Education nationale ».

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 26/06/12



Réussir sa fuite au bac, c'est 1 chance sur 6!
Comment passer à la télé avec un simple message de forum.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Huffington Post du 26/06/12



L'Histoire destinée aux frères ignorantins par jean-Luc Placet
C'est tout de même extraordinaire l'acharnement que nous avons à détruire l'enseignement de l'histoire. Ce qui rend intéressant cette hargne c'est qu'elle provient des deux bords opposés du politique. Mais que se passe t-il ? L'enseignement de l'histoire "chronologique" -oh le mauvais mot- est massacré de la sixième à la terminale avec une constance, un sens du détail, une volonté d'étouffement qui est tout à l'honneur de celui ou de ceux qui en sont à l'origine.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 26/06/12


Bruno Jeauffroy (président de l’UPS) : « Nous voulons une vraie évolution des programmes de classes prépas scientifiques »
Alors que les nouveaux programmes du lycée vont entrer en vigueur pour les élèves de terminale à la rentrée 2012, l’Union des professeurs de spéciales (UPS) s’impatiente. L’association souhaite que les travaux reprennent sur la réforme des programmes des classes préparatoires, pour que celles-ci soient prêtes à accueillir les nouveaux bacheliers en septembre 2013. Etat des lieux avec Bruno Jeauffroy, président de l'UPS.
Lire la suite de l’article


Pierre Mathiot : pourquoi je suis candidat à la succession de Richard Descoings à Sciences po Paris
Pierre Mathiot, 45 ans, directeur de Sciences po Lille, est sur les rangs pour succéder à Richard Descoings à la tête de Sciences po Paris. Si l'universitaire souhaite poursuivre l'oeuvre de l'emblématique directeur de Sciences po, décédé en avril 2012, il préconise un état des lieux de l'IEP, dont la gouvernance mériterait selon lui d'être clarifiée. Interview de l'un des 24 candidats à la direction de l'établissement de la rue Saint-Guillaume.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 26/06/12



Les enseignants retraités comme tuteurs des jeunes profs : une "belle idée" ?
Proposer à des enseignants retraités de faire du tutorat auprès des profs débutants : le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, l'avait évoqué dans un entretien paru le 31 mai dans Le Parisien. Une idée « à oublier » selon les syndicats d'enseignants.
Lire la suite de l’article


Quel "dress code" pour les profs ?
Les enseignants, comme toutes les professions, ont un code vestimentaire qui leur est propre. Comment s'habiller quand on débute ? Peut-on se permettre d'être excentrique sans risquer de troubler l'attention des élèves ? Qui fait le dress code, les profs ou les élèves ? Décryptage et témoignages.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

vendredi, juin 15, 2012

Revue de presse du vendredi 15 juin 2012

.



Patience et impatience - Calendrier – J’aime pas le bac-


Patience et impatience
Patience ou impatience ? Prendre le temps ou avancer vite ? Ces questions sont au cœur de la réflexion sur la mise en œuvre des réformes et en particulier dans le domaine éducatif. Et ce qui se passe autour de Vincent Peillon, des rythmes scolaires et plus globalement de la préparation de la loi de programmation en est une très belle illustration.
Le dossier des rythmes scolaires est une véritable obsession pour Vincent Peillon. Il pense, à tort ou à raison, que c’est le dossier prioritaire. On peut aussi considérer qu’il y a d’autres aspects sur lesquels il y a urgence à réformer. Comme la formation ou encore le temps de service et les fonctions des enseignants. Mais il est vrai que le sujet des rythmes, comme les autres précités, sont des sujets systémiques : il suffit de tirer le fil de la pelote pour que tout le reste du système vienne avec…
Le ministre, qui a beaucoup consulté lorsqu’il était responsable du pôle éducation du candidat Hollande, a donc décidé d’agir dès maintenant. Même si l’essentiel de l’année 2012 a été préparé par le ministre précédent, il estime qu’il est possible d’agir à la marge. Mais le temps de la réforme n’est pas le même que le temps politique. (En bref, c’est une question de rythme…) L’annonce du ministre de sa volonté d’augmenter le temps des vacances de la Toussaint (et d’avancer la rentrée des élèves) est peut être en décalage avec le calendrier politique. D’abord parce que nous sommes encore en période électorale. Les français, si prompts à râler, pourront protester contre ce qui est présenté – à tort – comme une décision qui peut modifier leur organisation. Et puis, cette annonce rencontre aussi un contexte politique où l’on insiste tant sur la concertation. Et un premier ministre qui peut ainsi, à peu de frais, montrer son autorité. “Peillon se fait tirer les oreilles”, “recadrage”, la presse n’est pas tendre avec le ministre de l’éducation après l’intervention de Jean-Marc Ayraut qui a rappelé au ministre de l’éducation qu’il devait prendre le temps avant de faire des annonces intempestives.
On trouve un bon résumé de la situation dans le blog collectif du service éducation du Monde : “ On sent le quiproquo. Le Premier ministre croit que Vincent Peillon a mûri dans son coin l’idée d’allonger ces vacances, alors que c’est le Conseil supérieur de l’éducation composée de 90 membres qui vont des syndicats, parents, patronat, collectivités, qui l’a proposé au ministre. En fait, ce dernier a répondu par voie de presse aux acteurs de l’école qu’il n’y était pas opposé. Il va présenter un nouveau calendrier avançant la rentrée des élèves au lundi 3 septembre 2012 (au lieu du 4) et la sortie le samedi 6 juillet 2013 (au lieu du 4). Le CSE votera le 28 juin et le ministre décidera puisque cet avis n’est que consultatif. Bref, là, c’est plutôt la communauté éducative qui a lancé une concertation auprès du ministre que le contraire !” Et l’auteur (inconnu) de ce billet ajoute “Mais la « concertation » est un mot sacré pour Jean-Marc Ayrault. Même si son entourage a ensuite minimisé la réprimande, expliquant qu'il ne s'agissait "pas d'un recadrage" de Vincent Peillon, ce qui est dit est dit. ”.
Dans un article de synthèse proposé par 20minutes, on trouve les positions d’un certain nombre d’acteurs de l’éducation qui mettent bien en perspective ce qui se joue en ce moment avec les rythmes mais aussi l’ensemble des réformes. Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat d’enseignants SNUipp-FSU, estime que “l’enjeu n’est pas de savoir ce qu’il faut faire, ça on le sait. C’est de savoir comment le faire”. Pour Jean-Jacques Hazan, de la FCPE: “Quand il y a l’unanimité sur quelque chose, il ne faut pas attendre. On ne peut pas tout faire tout de suite, mais si on peut commencer à mettre en places des petites améliorations, autant le faire.
Au delà de la question des rythmes qui occupe ce début de mandat ministériel, on sait que se profile la préparation de la concertation durant l’été devant aboutir à la mise en œuvre d’une loi de programmation – voire d’orientation – en “octobre-novembre”. Là aussi se pose la question de la patience (ou non) des différentes parties. Nous le disions, Peillon a beaucoup consulté avant les présidentielles. On ne peut donc pas dire que les partenaires sociaux sont pris de court. Mais l’accès aux responsabilités change la donne et rend presque caduques ces consultations qui n’étaient pas vraiment des négociations. D’autant plus que le ministre a aussi évoqué dans ses premières déclarations la nécessité d’un “grand débat” qui retarderait les prises de décisions et en diluerait la portée.
Car, au départ, l’idée était, me semble t-il, de prendre de court les réactions de la base en ayant cette phase de négociations pendant l’été. Comme le président Hollande a fait de l’École sa priorité, et que le temps du changement dans ce domaine est lent, il fallait, en plus, démarrer vite pour obtenir des résultats avant la fin du mandat. Lorsque l’École a bougé, ça a été souvent par l’injonction.
Tout cela plaide plutôt pour une certaine rapidité. Mais le danger réside aussi dans une trop grande précipitation. D’abord parce que le fameux “mammouth” est un animal lent et qu’il ne faut pas brusquer. Ensuite et surtout parce que cette rapidité donne une prime aux plus réactifs et organisés et qui jouent de leur influence. Et ceux-ci sont surtout dans une sorte de “camp du refus” alors que le “pôle réformiste” peine à se faire entendre et s’organiser. On voit aussi tout ce qui se joue autour de la rentrée 2012. Alors que celle-ci était déjà préparée par le ministre précédent et qu’il y a très peu de marge de manœuvre, on voit des revendications apparaître. D’où la difficulté du gouvernement à faire des annonces de faible ampleur en attendant d’avoir les moyens de faire mieux.
Nous parlions de patience et d’impatience au début de ce billet. C’est en effet ce qui va distinguer les vrais réformistes de ceux qui réclament tout tout de suite pour qu'au final rien ne change...

calendrier
Après ces considérations sur les modalités de l’action politique et le rythme des réformes, revenons aux annonces elles mêmes. Initialement prévues pour durer du samedi 27 octobre au jeudi 8 novembre, les vacances de la Toussaint devraient donc être prolongées jusqu'au lundi 12 novembre. "Je ne suis pas hostile à respecter l'avis du Conseil supérieur de l'éducation (CSE) pour le calendrier 2012 et d'instituer deux semaines de vacances à la Toussaint", a déclaré le ministre de l'éducation nationale Vincent Peillon dans un entretien à L'Est républicain. .
Dans la série "moi aussi, je peux faire des titres idiots pour faire mousser de la polémique inutile", signalons l’AFP (reprise tel quel par Les Échos et 20 minutes) qui fait très fort avec le titre “ Vincent Peillon allonge de 4 jours les vacances de Toussaint ”. Allonger les vacances de Toussaint ce n'est pas quatre jours mais seulement deux jours et demi... Depuis quand on compte le samedi et le dimanche ?
Pour compenser ces deux jours et demi, le ministre propose (au CSE de voir) de commencer l’année scolaire plus tôt et de la finir plus tard. Il note que les élèves commencent un mardi et qu’il serait plus logique de les faire commencer le lundi. Rappelons simplement que cela s’explique par le fait que la “pré-rentrée” des enseignants se fait le lundi. Si on veut faire commencer les élèves plus tôt, il faut aussi faire convoquer les enseignants plus tôt… Et par ricochet (systémique, je vous dis), cela va aussi “impacter” la formation des nouveaux enseignants. Car, il est prévu une semaine de formation avant que ceux ci ne rejoignent leurs établissements. Ça commence à devenir compliqué…
Si l’on veut prendre de la hauteur et du recul sur cette question des rythmes scolaires, on pourra lire une brève histoire des vacances scolaires dans le Figaro. Mais je conseille surtout à tous la lecture du billet de blog de Claude Lelièvre. L’historien de l’éducation nous rappelle les grandes étapes de l’évolution des vacances scolaires et des différentes tentatives de modification des rythmes. 
Et faire cette histoire là, c'est aussi faire celle des lobbys et autres groupes de pression qui ont joué de leur influence durant cette période. Et qui veulent, là aussi, que rien ne change…

J’aime pas le bac…
Non, décidément, j’aime pas le bac, ou plus précisément la période du bac…
Pas seulement parce que, pour le prof que je suis, cela se traduit par des surveillances, des corrections de copies et des réunions de jury. Non, c’est surtout parce que, en commentateur de l’actualité éducative, cette période est bien décevante et agaçante .
Dans l’année, en dehors de cas exceptionnels, il y a deux moments incontournables où on parle de l’école : la rentrée et le bac. Et pour ces deux “marronniers” selon le jargon des journalistes, on retrouve toujours les mêmes reportages, les mêmes papiers. Même si on essaye de varier les “angles”, on aura toujours droit au reportage sur le plus jeune ou le plus vieux candidat, sur la production et la sécurisation des sujets, sur les moyens de gérer le stress ou de booster la mémoire, on fera de l’épreuve de philo l’acmé de ce rite national. On demandera ce qu’ils pensent des sujets aux hommes et femmes politiques, on fera les mêmes images (on pourrait très bien ressortir celles de l’année dernière) des candidats sautant de joie ou en pleurs devant les panneaux d’affichage. Cette année on aura droit aussi aux inévitables enquêtes sur la triche au bac et sur les moyens d’y mettre fin. C’est lassant et pas très neuf. Non décidément, j’aime pas le bac…
Non seulement ces sujets légers ne sont pas originaux mais en plus (à de rares exceptions près) ils oublient bien souvent l’essentiel. Et si on rappelait d’abord que le bac a déjà commencé ? Si l’épreuve de philo marque un point de départ, c’est pour le bac général. Les épreuves du bac professionnel ont déjà commencé. Si, un jour, on rappelait cela, on permettrait peut-être aux détenteurs d’un bac professionnel ou technologique de se sentir un peu moins comme des bacheliers de seconde zone… On pourrait aussi en profiter, dans un système éducatif piloté par l’aval, pour s’interroger sur l’évaluation terminale des élèves et se demander pourquoi les épreuves n’ont pratiquement pas changé alors que le monde, lui, évolue et fait ressentir le besoin de nouvelles compétences. Pourquoi autant d’épreuves faisant la part belle à la récitation et la mémorisation, aux épreuves écrites, alors que la compétence orale devient si importante dans le monde du travail, pourquoi si peu de travaux de groupes faisant appel à l’autonomie sur des projets alors que c’est la clé de la réussite dans l’enseignement supérieur et la vie professionnelle ?
On peut aussi questionner les mythes sur lesquels reposent cette insititution. A commencer par le mythe de l’épreuve juste. Depuis les années 30, les travaux de docimologie s’intéressent aux biais qui affectent la notation. On sait que les notes données aux élèves peuvent varier considérablement d’un correcteur à l’autre en fonction d’un très grand nombre de variables. Autre mythe qui en découle, celui de la méritocratie et de l’égalité républicaine. Une même épreuve pour tous en serait la garantie. Mais on sait bien que l’essentiel des admissions en filières sélectives se fait avant le bac, sur dossier, et en tenant compte du lycée d’origine. Le bac n’est plus alors qu’une formalité. Il n’y a pas un bac, mais des bacs. Et beaucoup d’inégalités. Les mythes abusent et il faudrait vraiment remettre en cause cette “messe” un peu folle.
On me rétorquera, à juste titre, que le moment est l’occasion d’une sorte de communion nationale autour d’un rite de passage et qu’il ne faut pas y toucher. Il n’y en a plus beaucoup dans notre société en quête de repères. Mais cela ne m’empêche pas de penser que, malgré tout, on pourrait faire bien mieux et nous éviter tous ces lieux communs que pour ma part, je me garderai de répercuter dans ma revue de presse. Non, décidément, j’aime pas le bac…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 15/06/12(certains articles payants)


Triche au bac : le gouvernement charge les smartphones
Après la fraude au bac S l'an dernier, le gouvernement annonce une série de mesures pour sécuriser davantage les épreuves.
Lire la suite de l’article


Triche au bac : «Détecter un portable, c'est facile. Savoir qui l'utilise, c'est plus compliqué»
Hier, le ministère de l'Education a annoncé que des détecteurs de portable seraient mis en place lors des examens du bac pour limiter les fraudes. Xavier Lagrange, professeur en réseaux, sécurité et multimédia, est sceptique.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 15/06/12 (certains articles payants)


L'histoire mouvementée des vacances scolaires
En annonçant un allongement de la durée des vacances de la Toussaint, le ministre de l'Éducation relance la réforme des rythmes scolaires. Retour sur l'histoire des vacances scolaires dans notre pays.
Lire la suite de l’article


Le tourisme pris de court par l'allongement de la Toussaint
Les professionnels du secteur regrettent que le ministre de l'Éducation nationale ait pris cette décision sans concertation. Ils craignent, en contrepartie, un rabotage des vacances d'été et des week-ends.
Lire la suite de l’article


L'allongement des vacances de la Toussaint est «une piste»
Le premier ministre a tenu à préciser que l'allongement de quatre jours des vacances scolaires de la Toussaint évoqué par Vincent Peillon n'était qu'une piste de réflexion au sein d'une concertation plus globale.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 15/06/12



Le professeur Ayrault reprend une nouvelle fois l’élève Peillon
Un mois qu’il est rue de Grenelle et l’élève Peillon s’est déjà fait tirer deux fois les oreilles par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Y-aurait-il un souci entre le numéro 1 et le numéro 3 du gouvernement ? Ou un simple manque de communication?
Lire la suite de l’article


Enseignement supérieur : la cour des comptes recense les trous budgétaires laissés par le précedent gouvernement
Comme l’avait suggéré Geneviève Fioraso, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, il manque des sous dans les caisses de l’Etat pour financer, en 2011 et en 2012, la « Mires », mission interministérielle de la recherche et de l’enseignement supérieur, dont le budget dépasse les 25 milliards d’euros. C’est ce que démontrent les magistrats de la Cour des comptes, dans leur rapport sur l’exécution du budget 2011 publié le 30 mai.
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon veut avancer la rentrée scolaire d'un jour
Pour que les vacances de Toussaint puissent s'étaler sur deux semaines complètes en 2012 (du 27 octobre au 12 novembre), le ministre de l'éducation Vincent Peillon a proposé vendredi 15 juin sur France Info que la rentrée scolaire ait le lieu le lundi 3 septembre (au lieu du 4 septembre) et la sortie le samedi 6 juillet 2013 (au lieu du 4 juillet).
Lire la suite de l’article


Le serpent de mer des vacances de la Toussaint
Initialement prévues pour durer du samedi 27 octobre au jeudi 8 novembre, les vacances de la Toussaint devraient être prolongées jusqu'au lundi 12 novembre. "Je ne suis pas hostile à respecter l'avis du Conseil supérieur de l'éducation (CSE) pour le calendrier 2012 et d'instituer deux semaines de vacances à la Toussaint", a déclaré le ministre de l'éducation nationale Vincent Peillon dans un entretien à L'Est républicain.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 15/06/12



Vincent Peillon annonce 15 jours de vacances à la Toussaint
Pour la réforme très attendue et délicate des rythmes scolaires, Vincent Peillon veut aller vite. Le nouveau ministre de l'Education nationale annonce une première mise en oeuvre concrète : les vacances de la Toussaint dureront deux semaines pleines dès la rentrée prochaine.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 15/06/12



Vacances de Toussaint : Ayrault recadre Peillon et parle de simple «piste»
Nouveau recadrage, après que le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé, ce jeudi, un allongement de quatre jours des vacances de la Toussaint. Comme il l'avait fait sur la semaine de cinq jours, le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, a assuré dans l'après-midi, à Angers, qu'il ne s'agissait là que d'une «piste» et que la concertation «commençait».
Lire la suite de l’article


Education : vers un retour de l’histoire-géo en terminale S
L’histoire-géo ne devait plus être qu’une option en terminale S l’an prochain, l’épreuve du bac étant anticipée dès la première S cette année. Mais le ministre veut faire marche arrière.
Lire la suite de l’article


Peillon propose d'avancer la prochaine rentrée scolaire d'un jour
Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a annoncé vendredi sur France Info qu'il proposerait au Conseil supérieur de l'éducation (CSE) d'avancer la rentrée scolaire de septembre 2012 d'un jour, et de retarder la fin de la prochaine année scolaire au vendredi soir ou au samedi midi.
Lire la suite de l’article


Faut-il prolonger les vacances de la Toussaint ?
Vincent Peillon, le ministre de l'Education, s'est dit favorable à instituer deux semaines de vacances à la Toussaint dès la rentrée 2012, soit quatre jours supplémentaires. Les vacances de la Toussaint 2012 commenceraient le samedi 27 octobre après la classe et se termineront le dimanche 11 novembre. Initialement, les cours devaient reprendre le jeudi 8 novembre.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 15/06/12



Education : Le retour de l'histoire-géo en terminale S
L'enseignement de l'histoire-géographie en terminale S sera rétabli à la prochaine rentrée en option, puis deviendra obligatoire dès la rentrée 2013, a annoncé ce jeudi le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article


Baccalauréat 2012 : La lutte contre la fraude en leitmotiv
La lutte contre la fraude est une priorité pour le bac 2012, après les fuites sur un sujet qui avaient ébranlé l'épreuve l'an dernier. Mais la série de mesures gouvernementales se heurtent aux innovations technologiques et aux limites légales.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 15/06/12



Vincent Peillon allonge de 4 jours les vacances de la Toussaint
Les mesures concernant la réforme des rythmes scolaires se concrétisent par l'allongement dès la rentrée 2012 de quatre jours des vacances de la Toussaint.
Lire la suite de l’article


Les organisateurs du baccalauréat mettent en garde les tricheurs
Dès lundi, 703 059 candidats au bac attaquent les premières épreuves écrites, en philosophie et en français.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 15/06/12



Vincent Peillon veut avancer la rentrée 2012 d'un jour
Le ministre de l'Education va demander au Conseil supérieur de l'éducation d'envisager une rentrée des classes le lundi 3 septembre 2012 au lieu du mardi 4, estimant que c'est «plus logique».
Lire la suite de l’article


Peillon veut rallonger les vacances de la Toussaint, Ayrault temporise
C'est, pour Vincent Peillon, la « réforme centrale ». Après sa sortie, dès le lendemain de sa nomination, sur le retour à la rentrée 2013 de la semaine de quatre jours et demi dans le premier degré, Vincent Peillon revient à la charge. Dans un entretien hier à « L'Est républicain », le ministre de l'Education déclare qu'il « n'est pas hostile » à l'idée d' « instituer deux semaines de vacances à la Toussaint » dès cette rentrée 2012. Le Premier ministre s'est empressé, une nouvelle fois, d'insister sur la méthode. C'est une « piste », a lancé Jean-Marc Ayrault, indiquant que la concertation prévue sur le sujet commençait mais qu'il « faut aussi annoncer quelques orientations ».
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon allonge de 4 jours les vacances de Toussaint
Le ministre de l'Education fait un premier pas sur la réforme des rythmes scolaires.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 15/06/12



La justice suspend une limitation d'accès à la cantine aux enfants de chômeurs
La justice, saisie en référé par un père de famille, a suspendu la décision du maire de Saint-Cyr-L'Ecole (Yvelines) de limiter l'accès à la cantine d'une enfant dont l'un des parents ne travaille pas et a enjoint la commune de ne plus se baser sur ce critère.
Lire la suite de l’article


Bac: le détecteur d'ondes, seule arme légale contre la fraude au smartphone
Pour lutter contre la fraude au smartphone lors du baccalauréat, grand chantier de l'édition 2012, le gouvernement ne peut utiliser le brouillage, interdit par la loi, mais pourrait se rabattre sur des détecteurs qui ne permettent cependant pas d'identifier l'émetteur.
Lire la suite de l’article


Le bac à l'épreuve de la triche
La vigilance est renforcée en amont et en aval des épreuves
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon propose d'avancer la prochaine rentrée d'un jour
La fin de l'année serait quant à elle retardée...
Lire la suite de l’article


Peillon rallonge les vacances de la Toussaint de quatre jours
Vincent Peillon veut instaurer ce changement dès la rentrée prochaine...
Lire la suite de l’article


Entre «plan d'urgence» et «grand débat», la réforme de l'école sera étalée sur deux rentrées
Une première série d'évolutions «d'urgence» devrait être appliquée dès la rentrée prochaine, en attendant une réforme plus profonde en 2013...
Lire la suite de l’article


Rythmes scolaires: Adopter les mesures consensuelles sans attendre 2013
Consultés par «20 Minutes», les acteurs de l'éducation approuvent majoritairement l'esprit des réformes proposées par Vincent Peillon, et ne s'opposent pas à leur application dès la rentrée 2012...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 15/06/12



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 15/06/12



Le détecteur d’ondes contre la fraude au smartphone
Comment lutter contre la fraude au smartphone lors du bac ? Le gouvernement ne peut utiliser le brouillage, interdit par la loi, mais pourrait se rabattre sur des détecteurs qui ne permettent cependant pas d’identifier l’émetteur.
Lire la suite de l’article


Rentrée scolaire 2012. Vincent Peillon propose de l’avancer d’un jour
Le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon a annoncé ce vendredi sur France Info qu’il proposerait au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) d’avancer la rentrée scolaire de septembre 2012 d’un jour, et de retarder la fin de l’année au vendredi soir ou au samedi midi.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 15/06/12



Rythme scolaire : Ayrault nuance (encore) Peillon
Quelques heures après l'annonce, par son ministre de l'Education, d'un allongement des vacances de la Toussaint dès la rentrée 2012, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a tempéré, jeudi soir. "On ébauche des pistes", a fait savoir le chef de gouvernement, nuançant une nouvelle fois Vincent Peillon. Il l'avait déjà fait sur le retour de la semaine à cinq jours, le mois dernier.
Lire la suite de l’article


Vacances scolaires : les chantiers de Vincent Peillon
A partir de la rentrée 2012, les vacances de la Toussaint seront prolongées quatre jours. La mesure, décidée jeudi par le ministre de l’Éducation nationale, est une "bonne chose" selon Yvan Touitou, chronobiologiste. "Un enfant met une semaine à reprendre pied. Il ne profite réellement qu'à partir de la deuxième semaine", explique le spécialiste contacté par leJDD.fr. Avec ce dispositif, il aura donc sept jours de "vraies vacances" contre trois jours auparavant.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 15/06/12


Vincent Peillon envisage d'avancer la rentrée de septembre
Tout juste recadré par Jean-Marc Ayrault, le ministre de l'Education propose une nouvelle modification du rythme scolaire.
Lire la suite de l’article


Le bac 2012 sous surveillance de détecteurs de portables
Un an après le scandale des fuites de sujets du bac S, le ministère de l'Education nationale durcit ses mesures contre la fraude.
Lire la suite de l’article


Qui osera toucher au bac ?
Cette grand messe nationale fait plus de mal que de bien. Tout le monde le sait, mais personne n'ose la remettre en cause.
Lire la suite de l’article


Passer son bac à 13 ans : des conséquences psychologiques pour ces jeunes "génies" ?
Avoir des années d'avance sur ses camarades de classe n'est pas toujours évident. Un enfant précoce est aussi souvent hypersensible et aura tendance à préférer la compagnie des adultes. Il faut faire attention à leur maturation psychique, prévient Angélique Cimelière, psychologue clinicienne.
Lire la suite de l’article


Vincent Peillon a raison : pour refonder l'école, la pédagogie doit être au centre
La pédagogie primera sur la gestion comptable, en "rupture radicale" avec les réformes engagées sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a souligné le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon. Béatrice Mabilon-Bonfils, co-auteur de l'ouvrage "Indignons-nous pour notre école", pense aussi que c'est avec un regard humain et social que l'on construira une école différente.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 15/06/12


Cinq astuces alimentaires pour réussir son bac
Dernière ligne droite avant la philo. Des aliments stimulant la mémoire à ceux qui déstressent, nos astuces pour être bien préparé.
Lire la suite de l’article


Fraude au bac : le projet anti-triche du ministère
Pour éviter que des fraudes entachent à nouveau l'épreuve du baccalauréat, le gouvernement a présenté son projet de décret visant à durcir les procédures disciplinaires.
Lire la suite de l’article


Rate ton bac d’abord ! par Lucien Marboeuf
Peut-être faut-il réformer le bac après tout, je ne sais pas, je ne suis pas un spécialiste : je travaille en primaire. Et s’il faut le réformer, alors comment ? Comme l’a proposé Chatel, lundi ? Franchement, certaines choses dans l’annonce du ministre (bien joué Luc, pendant ce temps-là, on ne parle pas du bilan !) me laissent comme une âcreté dans le gosier…
Lire la suite de l’article


Education: Peillon veut quatre jours de vacances de plus à la Toussaint
Le ministre de l'Education veut repenser les durées de cours et de vacances pour la rentrée 2012 de l'Education nationale.
Lire la suite de l’article


Vacances: plus de jours à la Toussaint, mais pas sur l'année
Vincent Peillon a indiqué ce matin qu'il n'était pas hostile à l'institution de deux semaines de vacances à la Toussaint, dès cette année. Mais cette décision s'inscrit dans une réforme des rythmes scolaires plus globale.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 15/06/12


Rythmes scolaires : Peillon avance, Ayrault recadre...
Vincent Peillon a annoncé le 14 juin son intention d'augmenter de deux journées les vacances de la Toussaint sans augmenter le nombre de jours de congés. Cette annonce a fait réagir Matignon qui parle de simple "piste". Les acteurs concernés manifestent leurs réserves. Le dossier des rythmes scolaires est bien une question impossible.
Lire la suite de l’article


Futur en Seine : Serge Tisseron : « L'école, une chance pour le numérique »
La matinée de présentation de La Classe Numérique, en ouverture du Festival du Numérique « Futur en Scène », installé du 14 au 24 juin 2012 au Cent Quatre à Paris, donnait lieu jeudi matin à une rencontre débat entre Catherine Lucet, Présidente des éditions Nathan, Serge Tisseron, pédopsychiatre et psychanalyste, et François Jarraud, rédacteur en chef du Café pédagogique, sur le thème : Le numérique, une chance pour l’École ? Trois regards pour trois visions différentes de l'intérêt de l'usage des nouvelles technologies à l'école, mais un même souci de vigilance : ne pas confondre moyens et finalités, outils et pédagogie, équipements technologiques et usage intelligent du numérique.
Lire la suite de l’article


Entretien avec Serge Tisseron : L’école n'a pas à introduire les écrans, mais le bon recul
A l'occasion de Futur en Seine, Le psychiatre Serge Tisseron partage ses idées sur le numérique éducatif et les rapports que les enfants entretiennent avec les écrans.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 15/06/12


Yves Fournel : les signataires de l'Appel de Bobigny s'adresseront aux ministres la semaine prochaine
Les signataires de l'Appel de Bobigny adresseront à la fin de la semaine prochaine, ou au début de la suivante un courrier au Premier ministre et à tous les ministres concernés pour préparer la nouvelle loi d’orientation pour l’école. Ils en ont débattu ce mercredi 13. Yves Fournel, adjoint à l’éducation et à la petite enfance à Lyon, et président du réseau des villes éducatrices, présidait la réunion. Il revient pour ToutEduc sur ce projet commun et commente la contribution de la FSU.
Lire la suite de l’article


La FSU pour une éducation qui vise l'épanouissement de l'individu. Elle n'est pas hostile aux PEL
La FSU réaffirme et précise son adhésion à "l'appel de Bobigny" et à une éducation qui vise l'épanouissement de l'individu avant la transmission de savoirs encyclopédiques. La première fédération syndicale de l'Education nationale est intervenue pour réaffirmer et préciser les termes de son adhésion à l'Appel de Bobigny qui rassemble depuis l'automne 2010 les syndicats CGT, CFDT, UNSA et FSU, la FCPE, la plupart des associations d’éducation populaire, ATD Quart Monde, et près d'une centaine de communes, dans un effort commun pour présenter au Gouvernement les grands axes d'une politique éducative qui fasse consensus. Les signataires se sont retrouvés hier 13 juin pour adresser une lettre commune à Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article


Formation des enseignants : inquiétudes des IUFM qui demandent aux ministres de clarifier leurs discours
"Les grands projets se dessinent d’abord dans la gestion de l’ordinaire et dans des détails, dont il est d’usage de dire que le diable s’y glisse volontiers". Patrick Demougin, président de la CDIUFM (la conférence des directeurs d'IUFM) comprend bien que le Gouvernement doive se contenter "de mesures d’urgences pour la prochaine rentrée". Il considère toutefois que "le rappel des retraités [pour accompagner les enseignants stagiaires] sonne comme le retour d’un compagnonnage autrefois défendu par le ministre Darcos".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 15/06/12


A Sciences-Po, la succession s'organise dans un climat pesant
Les candidats à la succession de Richard Descoings, décédé en avril, ont jusqu'au 15 juin pour se faire connaître. En interne, certains critiquent l'opacité et le verrouillage du mode de sélection.
Lire la suite de l’article


A Grenoble, une démarche inédite sur les discriminations à l'école
Quatre collèges et un lycée participent ici depuis trois ans à une démarche inédite sur les discriminations à l'école. Enseignants, CPE, éducateurs, interrogent leurs pratiques et tentent de cerner les inégalités de traitement.
Lire la suite de l’article


Des vacances de deux semaines
L’annonce par le ministre de l’Education nationale du retour éventuel des vacances de la Toussaint à une durée de deux semaines déclenche la polémique. Retour sur une vieille histoire et sur un passé ministériel souvent peu glorieux.

Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 15/06/12



Rien vu...


----------------------------------------------
Huffington Post du 15/06/12


Rien vu...



----------------------------------------------
ÉducPros du 15/06/12


Triche au bac : des détecteurs de portables rares mais dissuasifs ?
Pour lutter contre la triche au bac, figure une grande nouveauté dans le plan de sécurisation du ministère de l’Education nationale : les détecteurs de portables.

Lire la suite de l’article


"De la Suisse à la France, l’évaluation des élèves au cœur du débat public", une chronique de Nathalie Mons
Dans le cadre de notre partenariat avec l’émission de Louise Tourret Rue des écoles, sur France Culture, EducPros vous propose chaque semaine le texte de la chronique de Benoît Falaize ou de Nathalie Mons. Cette semaine, Nathalie Mons, professeur de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise, revient sur la grève de l'évaluation lancée par des enseignants dans le canton de Genève (Suisse) et élargit sur cette question cruciale en France.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 15/06/12



Sciences-Po: clôture des candidatures pour la succession de Descoings
Les candidats à la succession du flamboyant directeur de Sciences-Po Richard Descoings, mort d'une crise cardiaque le 3 avril, avaient jusqu'à vendredi pour se déclarer, mais le suspense pourrait encore se prolonger jusqu'en octobre, selon l'institution.
Lire la suite de l’article


Bernadette Groison : la formation des enseignants est la première priorité
Le premier Conseil supérieur de l'éducation (CSE), sous l'ère Vincent Peillon, s'est réuni le 8 juin et les négociations sur l'avenir de l'école vont débuter avec les syndicats. Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, principale fédération de l'Education natio­nale, fait le point sur les enjeux des réformes à venir.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.