vendredi, décembre 22, 2006

Revue de presse du vendredi 22 décembre 2006

Il s’appelait Carl et il avait 12 ans…
L’actualité de l’éducation est marquée aujourd’hui par un fait divers tragique.
Un élève de 6ème du collège Albert-Camus de Meaux (Seine-et-Marne) a été frappé, hier jeudi 21 décembre, par un autre garçon, a perdu connaissance et a «fait un arrêt cardiaque sur place», selon la police. Vers 12 h 30, après le cours d'éducation physique, une «bagarre a éclaté entre ces deux élèves de la même classe de sixième» à la sortie du gymnase, pour des raisons encore floues. Le site Internet du Figaro, qui a révélé ces faits , a évoqué plusieurs agresseurs. Un élève de 11 ans aurait commencé par s'en prendre à l'autre de 12 ans «à coups de pied et de poing» : «Il n'avait pas d'arme, ni de couteau, ni de bâton, il a frappé à mains nues.» Les enquêteurs se demandent si d'autres n'ont pas frappé la victime une fois tombée par terre mais cela semble encore à confirmer.
Il faut signaler qu’aux dernières nouvelles, les coups ne seraient pas la cause de la mort . Le collégien souffrait d'une grave malformation cardiaque Ce qui n’enlève rien, au caractère tragique de l’événement et à la réflexion sur la violence dans les établissements menée par de nombreux journaux.
Le collège de 610 élèves, établissement difficile, avait connu depuis la rentrée des classes de septembre une centaine d'autres scènes de violence, à l'issue toutefois moins dramatique, et le conseil de discipline n'avait cessé de se réunir. Des dizaines d'exclusion ont été prononcées. Des enseignants alertaient « depuis deux mois » leur hiérarchie à propos des problèmes d'agressions et du manque de personnel dans l'établissement.. Un professeur de l’établissement declare au Parisien> : « Nous sommes tous écoeurés. On sentait qu'il arriverait un accident, puisque nous constatons un comportement général de violence gratuite. Les élèves se tapent entre eux pour des broutilles »

Un an après l’agression de Karen Montet-Toutain, la professeure d’Etampes, nous sommes face à ce qui va devenir un nouveau symbole de la violence scolaire. Sans jouer les prophètes, on peut prévoir que , dans le contexte qui est le nôtre, il va se produire une cristallisation autour de ce tragique événement de toutes les angoisses sur la violence scolaire et de revendications allant aussi bien dans le sens d’une réponse sécuritaire que dans la demande de moyens supplémentaires.


Pour finir cette dernière chronique avant les fêtes sur une note plus gaie, posons nous une question de saison : Faut-il dire la vérité sur le Père Noël aux enfants ? . C’est Libération qui pose la question et qui y répond en disant qu’il ne faut pas bouleverser le monde merveileux de l’enfance avec des considérations économiques. Comme le dit un pédiatre «En gros, la phase Père Noël s'étend de 2 ans environ, l'âge où on est à même de comprendre ce qui se passe, jusque vers 6 ou 7 ans, où ils sont capables d'établir un lien de cause à effet.
Le journal poursuit cet article de saison avec un florilège de phrases d’enfants sur le Père Noël, la meilleure réponse est celle de Lola « En tout cas, j'y crois... vu que sinon, on n'a rien à Noël.».

Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes que vous croyiez encore au Père Noël ou non… (pour ma part, travaillant depuis longtemps dans l’éducation nationale, il y a longtemps que je n’y crois plus…)
Cette revue de presse et son rédacteur prennent un peu de repos pendant la période des vacances pour vous retrouver à la rentrée.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 22/12/06


A Meaux, bagarre mortelle de collégiens après la gym
Un élève de 12 ans a succombé à la suite de coups de poing et de pied.
Lire la suite de l’article


Le SOS d'un établissement «ambition réussite»
Les professeurs d'Albert-Camus situé en ZEP réclamaient des moyens supplémentaires.
Lire la suite de l’article


Les coups ne seraient pas la cause de la mort
Les premiers résultats de l'autopsie du corps de Karl, décédé jeudi à Meaux après une bagarre avec des camarades de classe montrent que les coups «ne sont pas la cause» de la mort, «davantage due à un choc émotionnel consécutif à la bagarre», a indiqué vendredi à l'AFP une source proche du dossier. «C'est un gros problème cardiaque révélé par les premiers résultats de l'autopsie qui a emporté Karl.»
Lire la suite de l’article


Un élève de 12 ans du collège Albert-Camus de Meaux (Seine-et-Marne)
Engagés depuis la rentrée 2005, des parents d'élèves de l'école Olivier-Métra ont pu sauver des familles.
Lire la suite de l’article


Faut-il tuer le gros bonhomme rouge ?
Dire la vérité sur le Père Noël, bienfaits et inconvénients.
Lire la suite de l’article


«J'y crois... vu que sinon, on n'a rien à Noël»
Propos d'enfants plus ou moins grands, et plus ou moins sceptiques.
Lire la suite de l’article
---------------------------------------------
Le Figaro du 22/12/06


Meaux : un collégien meurt après une bagarre
Le garçon de 12 ans a été pris à partie à la fin d’un cours de gym. Deux enfants de 11 ans étaient toujours retenus par la police vendredi matin.
Lire la suite de l’article


Les agressions mortelles surviennent plutôt à la porte des collèges
Principal de collège menacé, enseignante giflée, professeur frappé par la famille : la plupart du temps, les adultes travaillant dans les établissements scolaires sont les premiers visés par la violence des élèves ou de leur ¬famille. Entre collégiens et lycéens, rarement les agressions intrascolaires atteignent un tel degré de gravité.
Lire la suite de l’article


Meaux : le collégien souffrait d'une grave malformation cardiaque
L'autopsie a révélé que la mort de Karl n'était pas due directement aux coups qu'il a reçus, mais au choc émotionnel qui a déclenché un problème cardiaque. Les deux élèves du collège Albert Camus arrêtés hier devraient être mis en examen vendredi "pour violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner".
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 21/12/06 (un jour de retard)



Le mea culpa de l’INSERM sur le dépistage précoce des « troubles de conduite »
L’institut annonce une réforme de ses procédures. Le débat a porté ses fruits,se félicite le collectif « Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans ».
Lire la suite de l’article


Les (véritables) chiffres de la délinquance...
L’enquête de victimation réalisé par l’Observatoire national de la délinquance (OND) montre que les statistiques du ministère de l’Intérieur ne rendent pas compte de la réalité.
Lire la suite de l’article


Solidarité avec les enfants palestiniens
La grande campagne pour le droit à l’éducation des enfants palestiniens vient de franchir une nouvelle étape. La collecte de dons atteint les 55 000 euros
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 22/12/06 ( payant)



Karl, 12 ans, tué dans une bagarre au collège
Hier, une altercation entre élèves a tourné au drame au collège Albert-Camus de Meaux (Seine-et-Marne). Un enfant de 12 ans est décédé après avoir été battu par plusieurs camarades dans l'enceinte de l'établissement.
Lire la suite de l’article


« Un cran de plus dans la violence »
DANIEL PELTIER, responsable du Syndicat national des chefs d'établissement et proviseur du lycée Nobel à Clichy-sous-Bois

je tiens à souligner que si l'école est le lieu du drame, elle n'en est pas la cause. C'est la société elle-même qui devient de plus en plus violente. Ne mettons pas tous les maux sur le dos de l'école !
Lire la suite de l’article


« On sentait qu'un accident allait arriver »
OLIVIER LEFORT, professeur du collège Camus et délégué du Snes



Lire la suite de l’article



« Cinq garçons se sont rués sur lui
La bagarre a démarré après une insulte. Cinq garçons se sont rués sur lui. Ils l'ont soulevé alors qu'il se trouvait allongé sur le sol. Ils ont dû croire qu'il jouait la comédie. D'ailleurs, ils avaient l'habitude de se battre, ensemble, pour s'amuser. Mais, rapidement, on a compris que quelque chose d'anormal venait de se passer.
Lire la suite de l’article


Frappé à la tête et aux côtes
LE COLLEGE Albert-Camus, dans le quartier de Beauval, à Meaux (Seine-et-Marne), se trouve sous le choc : hier vers 12 h 30, Karl, 12 ans, un élève de sixième, est mort sous les coups de deux camarades de classe. Le drame a eu lieu dans le gymnase, à la fin d'une séance de handball.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 22/12/06



Un élève de 12 ans tué lors d'une bagarre dans un collège à Meaux
Un élève de 12 ans est mort jeudi 21 décembre dans un collège de Meaux, en Seine-et-Marne, après avoir été frappé par un autre collégien de 11 ans et roué de coups à terre par d'autres élèves lors d'une bagarre après un cours d'éducation physique, selon des sources concordantes
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 22/12/06



Le foyer, école de bonne conduite
Ce qu’on attend de sa famille, c’est d’abord qu’elle nous enseigne les comportements à adopter. C’est la principale conclusion du nouveau sondage réalisé par LH2 pour 20 Minutes et RMC dans le cadre du Manifeste 2007.
A la question«Quelles sont les valeurs de la famille qui devraient davantage être défendues?», les Français répondent «le savoir-vivre» (46%) et «le respect des personnes âgées (36 %)». Très loin devant les racines et l’identité (11%), qui arrivent en toute queue de peloton.
Lire la suite de l’article


Patricia Augustin: «L'éducation est l'affaire de tous les adultes»
Patricia Augustin - Secrétaire confédérale de la Confédération syndicale des familles (CSF).
Lire la suite de l’article


Le collégien décédé souffrait d'une malformation cardiaque
Le collégien décédé jeudi à Meaux lors d'une bagarre souffrait d'«une malformation cardiaque grave» et son décès «est dû à un stress émotionnel qui a entraîné un arrêt cardiaque subi», a indiqué vendredi le procureur de la République de Meaux, René Pech
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro du 22/12/06



Le collégien de Meaux décédé en raison du "climat émotionnel" de la bagarre
Le collégien de Meaux a succombé jeudi au "climat émotionnel" de l'agression dont les deux jeunes auteurs vont être mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" et non aux coups reçus, a indiqué vendredi le procureur, René Pech.
Lire la suite de l’article


Huit jours pour s'inscrire
De 2 à 5 millions de Français ne sont pas encore inscrits sur les listes électorales
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 22/12/06



Ils quittent les études pour l'apprentissage
Ils ont décroché un BTS ou étudié à la fac pendant deux, trois années. Un jour, ils ont tout plaqué pour un CAP ou un BEP. Ils ne regrettent rien.
Lire la suite de l’article


Des anti-CPE au fichier des empreintes ADN
À Lannion, des ex-lycéens vont devoir se soumettre au prélèvement pour avoir peint la sous-préfecture en rose. C'est la loi. Mais cela crée de l'émoi.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 23/12/06



Le collégien tué à Meaux souffrait d'une malformation cardiaque
es jeunes filles en larmes, des garçons choqués, des parents inquiets. Le collège Albert-Camus de Meaux a ouvert ses portes vendredi 22 décembre dans une atmosphère pesante après la mort, jeudi, de Karl, un collégien de 12 ans frappé par plusieurs camarades de classe. Les premiers résultats de l'autopsie, dont Le Monde a eu connaissance vendredi matin, révèlent que la mort est survenue à la suite d'"un arrêt cardiaque dû à une malformation".
Lire la suite de l’article


Un établissement en attente des moyens promis
« Notre collège devait être la vitrine de l'éducation prioritaire, une vitrine que le gouvernement est en train de démolir, faute d'avoir donné les moyens promis", déplore Catherine Roustan, déléguée départementale du SNES de Seine-et-Marne.
Situé à proximité de deux quartiers classés en zone urbaine sensible (ZUS), Beauval et la Pierre-Collinet, le collège Albert Camus de Meaux avait été sélectionné pour faire partie des 249 établissements classés "Ambition réussite" et donc les mieux dotés de l'éducation prioritaire.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs permanent du 22/12/06


La mort d'un collégien à Meaux
Voici les commentaires de la presse, vendredi 22 décembre, sur la mort d'un collégien à Meaux.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express Quotidien du 22/12/06


Les coups ne sont pas la cause directe de la mort du collégien
L'adolescent souffrant d'une malformation cardiaque serait décédé d'un choc émotionnel intense lors d'une bagarre avec des camarades de classe
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 22/12/06





La FCPE fustige un "manque chronique de moyens de surveillance" à l'école
La FCPE (parents d'élèves) voit vendredi dans la mort d'un collégien à Meaux "un accident dramatique" qui est le résultat du "manque chronique de moyens de surveillance et d'encadrement" à l'école, vendredi dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


La Peep demande une "éducation au respect de soi et de l'autre"
La Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (Peep) a estimé vendredi, à propos de la mort d'un collégien jeudi à Meaux (Seine-et-Marne), qu'"il est impératif que soit mis en place une éducation au respect de soi et de l'autre".
Lire la suite de l’article


L'Unef "refusera toute instrumentalisation" de la mort du collégien
L'Unef a déclaré vendredi qu'elle "refusera toute instrumentalisation" de la mort d'un collégien de 12 ans, jeudi à Meaux (Seine-et-Marne), décédé d'un arrêt cardiaque à la suite d'une bagarre.
Lire la suite de l’article


Les personnels d'Albert-Camus à Meaux "se battront" pour des moyens
Les personnels du collège Albert-Camus de Meaux (Seine-et-Marne), où un élève de 12 ans est mort jeudi au cours d'une bagarre, ont affirmé vendredi qu'ils allaient "se battre" pour obtenir des moyens, quitte à ne pas reprendre les cours à la rentrée.
Lire la suite de l’article


Collégien mort à Meaux: moyens suffisants pour un "fonctionnement normal" (rectorat)
Le collège Albert-Camus de Meaux (Seine-et-Marne), où un élève est mort jeudi, dispose de moyens suffisants pour "permettre un fonctionnement normal, où la violence n'a pas sa place", a affirmé vendredi le recteur de l'académie de Créteil, Bernard Saint-Girons.
Lire la suite de l’article


Drame de Meaux: le gouvernement doit donner plus de moyens aux écoles
Le PCF a appelé vendredi le gouvernement à donner "des moyens" aux écoles, plutôt que "culpabiliser les enseignants" ou d'"accuser la malchance", après la mort d'un collégien jeudi à Meaux (Seine-et-Marne) suite à une bagarre.
Lire la suite de l’article



Les deux agresseurs présumés du collégien mort à Meaux mis en examen
Une fille et un garçon de 11 ans, agresseurs présumés du collégien mort jeudi à Meaux en raison du "choc émotionnel" provoqué par la bagarre, ont été mis en examen vendredi pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a annoncé le parquet.
Lire la suite de l’article


Drame de Meaux: Bayrou pour un renforcement de la présence adulte à l'école
Le président de l'UDF François Bayrou a estimé vendredi "impératif" de renforcer la présence adulte dans les établissements scolaires, après la mort d'un collégien jeudi à Meaux (Seine-et-Marne) suite à une bagarre.
"Les résultats de l'autopsie disent une chose encore plus terrible que si c'était la violence seule qui était responsable de la mort de ce jeune garçon", a déclaré M. Bayrou à l'AFP, car "en fait il est mort de peur, sous les coups qui le frappaient".
Lire la suite de l’article



La Fidl appelle à une minute de silence samedi à la mémoire de Carl
Le syndicat lycéen Fidl appelle l'ensemble des établissements scolaires ouverts samedi 23 à faire respecter une minute de silence en hommage à Carl, le collégien de 12 ans mort jeudi à la suite d'une bagarre à Meaux (Seine-et-Marne).
Lire la suite de l’article


Les personnels d'Albert-Camus à Meaux "se battront" pour des moyens
Les personnels du collège Albert-Camus de Meaux (Seine-et-Marne), où un élève de 12 ans est mort jeudi au cours d'une bagarre, ont affirmé vendredi qu'ils allaient "se battre" pour obtenir des moyens, quitte à ne pas reprendre les cours à la rentrée
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.