mardi, novembre 04, 2014

WISE 2014 : “Riche”, ambivalent et stimulant



 Jour 1 : Mardi 4 novembre 2014

La nuit fut courte... Arrivé à 1h du matin, lever à 6h pour prendre une navette à 6h45, je ne vais pas me plaindre mais il y a un peu de déficit de sommeil. Cela dit c’est un bon test : s’il y a de l’assoupissement c’est peut-être que le discours est moins stimulant...
Tous les 1600 congressistes sont logés dans le quartier ... des hôtels. Et le Quatar National Center of Congress (dire QNCC pour être dans le coup...) où se tient le WISE est situé dans le quartier... de l’éducation. “Education city” regroupe sur un large périmètre de très nombreuses écoles et universités juste en face de l’endroit où nous assistons à ce congrès. On passera sur les considérations à propos des  embouteillages de Doha pour en venir directement au récit de cette journée “riche” à tous les points de vue, stimulante mais suscitant aussi des questions.

Riche et ambivalent
Le WISE, je l’ai déjà écrit c’est une énorme organisation, un grand barnum médiatico-politico-économico-pédagogique (rayez la mention inutile ? même pas, c’est tout ça à la fois...). La logistique est impeccable, l’intendance aux petits soins et la communication est extrêmement professionnelle (avec beaucoup de jeunes français). Tout est rassemblé dans un même lieu avec des salles de conférences aux fauteuils moelleux (et des prises électriques sous chaque siège !),  des salles pour des ateliers (workshops) plus restreints, un “créative lab” qui est en fait une grande salle d’exposition et des salles pour la restauration des congressistes. Le luxe, les grands moyens. L’adjectif “riche” doit donc être pris d’abord dans son sens premier.
Mais ce “sommet” est aussi riche en rencontres. Les participants sont des personnes très ouvertes et très nombreuses à venir de pays pauvres. Ce n’est pas le moindre des paradoxes et cela compense l’impression première fondée sur ce luxe assumé. On se retrouve assis à côté d’un enseignant du Bengladesh et d’un nigérian et on se met à discuter, et ça c’est quand même bien.
Puisqu’on en est dans les paradoxes et les représentations, il faut dire un mot aussi des images que l’on peut avoir d’un pays islamiste. Bien sûr, on croise beaucoup de femmes toutes en noir et quelques unes entièrement masquées mais on voit aussi de très nombreuses femmes tête nues habillées de couleur vives. Je n’ai pas de statistiques mais je crois bien qu’il y a parité dans les tables rondes et même dans les participants.
C’est d’ailleurs une femme qui a été récompensée par le prix Wise 2014 (“richement” doté). Il s’agit d’Ann Cotton, une anglaise qui a fondé il y a une vingtaine d’années, le CAMFED (campaign for female éducation) qui se consacre à l’éducation des filles dans les pays d’Afrique de l’Est (Malawi, Zimbabwe, Kenya, Tanzanie, ...). Et le prix lui a été remis par une autre femme, la Sheikha Moza, mère de l’actuel émir. Evidemment cela ne doit pas faire oublier les manquements aux droits de l’homme et de la femme mais cela montre que la situation est plus complexe que les caricatures habituelles.


Stimulant...
Après cette première partie protocolaire, le sommet a vraiment commencé avec l’exposé du Dr Tony Wagner de Harvard. Il s’est intéressé à la question “peut-on former et créer des innovateurs ?”. Une Keynote à l’américaine avec le conférencier qui déambule sur la scène en s’aidant d’un diaporama très visuel. Je retiens une phrase qui fait écho aux débats français sur les compétences : « What you know doesn't matter, but what you do with what you know is the key » (ce que vous savez importe peu, ce qui est fondamental c’est ce que vous faites avec ce que vous savez). Il plaide pour l’interdisciplinarité, les tâches complexes, cite Montessori et Piaget... Sur la forme, on est plus proche du stand-up que de la conférence classique mais le propos est stimulant (et vous tient éveillé !).
Le format de la table ronde est plus classique et a été moins motivant malgré le sujet “is there a creativity impérative ?” et des participants prestigieux dont Graça Machel, veuve de Nelson Mandela et ancienne ministre de l’éducation. La table ronde était animée par un ancien ministre de l’éducation britannique. On avait l’impression que les mots d’innovation et de créativité étaient mis à toutes les sauces mais qu’on en restait à des lieux communs. J’écris cela en pensant à ce qu’écrivait Philippe Meirieu dans un article récent à propos du Wise où il évoquait son «Étonnement, d’abord, de voir des « experts en éducation » découvrir et présenter comme des affirmations révolutionnaires des lieux communs qui traînent dans la vulgate pédagogique depuis plus d’un siècle ». Mais on peut inverser le propos de notre ami critique en confessant à notre tour notre étonnement que ce qui nous semble à nous français du (tout) petit monde de la pédagogie des évidences ne le soit pas pour bien d’autres pays. Ce que nous apprend le Wise en tout cas, c’est qu’il est dangereux de plaquer nos catégories de pensée sur des situations internationales diverses et complexes. Et ensuite ne pas oublier non plus que ce qui nous semble relever de la vulgate du discours pédagogique ne l’est pas forcément dans les pratiques y compris en France... Il conviendrait de s’interroger d’ailleurs sur la réalité de l’innovation et de la place laissée à la créativité dans notre système français si peu ouvert sur le monde. J’y reviendrai dans un billet spécifique.

L’après-midi était assez semblable à la matinée sauf que l’on avait le choix entre plusieurs conférences et débats ainsi que des ateliers. J’ai longuement hésité entre une conférence et un débat sur “comment (re)motiver les enseignants ?” et la question “L’évaluation tue t-elle la créativité ?”. Bien que la réponse à cette deuxième question ne fasse aucun  doute, c’est quand même ce que j’ai choisi. On a pu y entendre un débat entre un enseignant de Singapour, une professeur indienne et un chercheur allemand (et animé par une américaine). Avec des positions assez communes sur la nécessité de desserrer la contrainte de l’évaluationnite mais aussi des positions divergentes en particulier sur notre capacité à évaluer la créativité.
Extrait du diaporama de Ron Beghetto
Après une pause on enchaîne avec une conférence de Ronald Beghetto, psychologue américain (University of Connecticut), auteur du livre “Killing Ideas Softly”. Il s’intéresse à la manière dont la créativité est favorisée ou au contraire tuée dans les pratiques pédagogiques et dans les systèmes éducatifs. J’ai beaucoup apprécié cette conférence pleine d'humour, où il a donné de sa personne et “fait le show” mais au service d’idées utiles et fortes.
Il dénonce par exemple la “pédagogie de la réponse” (Ph. Meirieu avait même parlé de “pédagogie du sourcil”) qui est un frein à la créativité. On ne propose pas des problèmes à résoudre mais on pose des questions à un élève qui essaie de deviner ce qui ferait plaisir à l’enseignant... Il montre aussi avec des exemples très concrets que mettre en place une pédagogie favorisant la créativité n’est pas forcément très ambitieux, ça peut être simplement de proposer des situations aux élèves où on leur demande de trouver plusieurs solutions. Pour lui, il ne s’agit pas d’être dans le “tout ou rien” il n’y a pas à choisir entre créativité et enseignement académique ils doivent être menés de concert. Des propos assez voisins de ceux de Wagner et qui donnent une tonalité très positive et surtout très concrète à cette question de la créativité : Comment moi dans ma classe, je peux mettre en place des situations créatives pour mieux apprendre ?


Innovation festival : entre modernité et tradition pédagogique
Et pour terminer la journée (ou presque) on reprend un bus climatisé pour aller se perdre dans les embouteillages de Doha (ici l’empreinte carbone est un concept lointain...) et aller visiter le Learning festival situé en bord de mer près d’un centre commercial. On y présente des animations proposées aux habitants et plus particulièrement les enfants pour appréhender certains concepts scientifiques.
Le robot 
J’ai pu apprécier un séquenceur composé avec des fils électriques, des ressorts et divers objets ou bien encore un robot fait de bric et de broc qu’on guide sur une sorte de tapis avec des obstacles et destiné à apprendre la programmation. Cette animation n’est pas sans rappeler la tortue Logo des années 80 qui servait déjà aux mêmes usages. Et d’une manière générale j’ai retrouvé dans ce qui était exposé des résonnances avec ce que proposaient les clubs scientifiques lorsque j’étais animateur ou encore ce qui se fait avec les “petits débrouillards” ou “la main à la pâte”. Alors, rien de neuf ? Oui et non. On peut s’étonner voire s’inquiéter que l’on vous présente comme des innovations des activités qui s’inscrivent plutôt dans une tradition déjà ancienne du socio constructivisme et des méthodes actives. C’est aussi rassurant de voir que cela est toujours pertinent et régulièrement redécouvert et cela nous rappelle au risque de nous répéter que la définition et le temps de l’innovation pédagogique ne sont pas les mêmes partout.

Cette pédagogie des bouts de ficelles et accessible à tous était un bon moyen de clôturer cette journée riche à tous égards...



Philippe Watrelot
Licence Creative Commons

1 commentaire:

Paris a dit…

Merci pour votre retour complet. Le Wise, d'après vos retours, avait vraiment l'air "riche" en informations. Peut être un jour, j'aurai une note de frais pour y aller :)

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.