vendredi, octobre 21, 2011

Revue de presse du vendredi 21 octobre 2011


Peu de clics et des claques – Burn out (suite) - Évaluationnite – “faire cours” – Assises de la pédagogie


peu de clics et des claques
Ce sont, bien sûr , les résultats des élections professionnelles qui font la Une de cette revue de presse. Le scrutin a été clos jeudi à 17h et les premiers résultats sont parvenus dans la soirée ou la nuit.
La première leçon de ce scrutin c’est la forte baisse de la participation : 38,54 % de votants, contre plus de 61 % en 2008. Selon la Rue de Grenelle, seulement 419 440 des 1 038 294 agents – dont 860 000 enseignants – appelés à voter sur Internet, ont répondu à l'invitation. Or, l’enjeu était fort pour les syndicats car c’est le nombre de votants (et pas seulement le pourcentage) qui détermine (depuis la loi du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue social ) la représentativité de chaque organisation syndicale.
Les raisons de cette baisse forte de la participation sont multiples. Il faut évoquer d’abord les contraintes techniques et les dysfonctionnements dans une procédure de vote par Internet, complexe et mal gérée. En dehors des problèmes techniques qui en ont dissuadé plus d’un ,le fait que le vote soit électronique a pu aussi éloigner les enseignants des urnes qu’il était plus facile de trouver dans son établissement secondaire (c’est moins vrai pour le primaire qui votait déjà par correspondance) avec un militant syndical pour vous inciter à voter. Troisième variable : la date de ces élections qui était placée plus tôt dans l’année que précédemment. Cela a pu aussi jouer dans la mesure où la capacité de mobilisation des nouveaux collègues a pu en être affectée. Dans le monde syndical, toutes ces raisons sont évoquées. Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, a dénoncé le "vol des bulletins de vote" causé par le vote électronique – près de 250 000 électeurs n'auraient pas retiré leur identifiant leur permettant de voter sur Internet. Pour Sébastien Sihr, du SNUipp, “Le ministère a tout fait pour affaiblir la représentativité des syndicats et la parole des enseignants ”. Certains syndicats et notamment le SNALC grand perdant du vote, envisagent de déposer des recours. Dans un communiqué commun, le SGEN-CFDT et l'UNSA, quant à eux, écrivent : “La baisse de la participation, que nous regrettons, a des causes multiples. Notons le non engagement du ministre de l'éducation nationale, la suspicion entretenue par certaines organisations syndicales sur la fiabilité du vote électronique, le caractère inédit du vote pour cette nouvelle instance, les difficultés techniques… Mais les organisations syndicales sont également interpellées par ce fait. Il nous faut sans doute renforcer le lien avec les personnels et redonner du sens au syndicalisme dans le milieu.
Et les résultats ? On se contentera ici d’évoquer le vote le plus significatif au niveau national, c’est-à-dire le comité technique ministériel (CTM), seule instance de négociations et de signature d'accords. Mais en n’oubliant pas que les situations peuvent ensuite être très diverses dans les votes académiques. La FSU a obtenu 40,62% des voix, au CTM, soit 7 sièges sur un total de 15 sièges, l'Unsa a obtenu 20,72% des voix soit 4 sièges, FO 10,09% (1 siège), le Sgen-CFDT 9,99% (1 siège), la CGT 6,47% (1 siège) et Solidaires 5,79% (1 siège). D'autres syndicats ont recueilli des voix mais pas suffisamment pour obtenir un siège. C’est le cas notamment du SNALC qui subit un revers dans ces élections professionnelles.
Mais au delà des polémiques et des comptes d’apothicaires, il n’y a pas de quoi se réjouir de cette chute extrêmement brutale de la participation alors que jusque là, l’Éducation Nationale apparaissait comme un endroit préservé où les syndicats parvenaient encore à mobiliser (du moins lors des élections…). C’est un signe qui n’est peut-être pas aussi inquiétant que la question du burn out évoqué plus bas mais d’une certaine manière cela procède de la même logique. Celle d’une profession désabusée, quelquefois même cynique qui manifeste un certain désintérêt pour la chose publique et qui a du mal (même si on note une légère poussée des syndicats réformistes) à se mobiliser pour un projet ambitieux pour l’École.
Comme le souligne François Jarraud dans son éditorial du Café Pédagogique : “Le seul vainqueur des élections c'est Luc Chatel.

Burn out (suite)
Dans la précédente revue de presse, nous évoquions une enquête menée par le chercheur Georges Fotinos et José Mario Horenstein médecin psychiatre de la MGEN, dont les journaux titraient que 17 % des enseignants souffriraient de «burn-out».
C’est cette enquête que conteste Luc Chatel qui est intervenu sur ce sujet jeudi . Il s'interroge sur la «fiabilité statistique» d'une étude portant sur un travail mené «en Hollande à la fin des années 1990». Par ailleurs, il tient à rappeler qu'il a pris des « initiatives en matière de prévention et (que) de réels progrès ont été réalisés en matière de médecine du travail, en particulier dans le cadre d'un partenariat renouvelé avec la MGEN».
Le chercheur et ancien inspecteur général Georges Fotinos est interrogé par L’Express et répond à la critique de Luc Chatel en affirmant : “Il a raison. Ce chiffre émane d'une étude hollandaise et non de notre rapport. Le Monde a confondu les deux. A aucun moment, nous n'avons dit qu'un enseignant sur cinq en collège et lycée souffrait de burn-out, c'est-à-dire d'épuisement physique et moral. En revanche, ce que nous avons démontré, avec le psychiatre José-Mario Horenstein, co-auteur de l'étude, c'est que près de 30% des enseignants songent régulièrement à quitter leur métier. ”. Et il développe son analyse des raisons qui poussent à l’envie de démissionner (et éventuellement au burn out…) : “C'est un métier épuisant et qui apporte peu de reconnaissance. Auparavant, les profs jouissaient d'une bonne réputation dans la société. Aujourd'hui, ils sont décrits comme des fainéants, toujours en vacances, qui passent leur temps à se plaindre... De plus, on se rend compte en parlant avec les enseignants, que le conflit de valeurs est particulièrement important dans cette profession. Une large partie des profs' a choisi ce métier par vocation. Or, en enseignant, on se rend compte que l'école est plus une "gare de triage", c'est-à-dire un lieu de sélection, qu'un endroit ouvert à tous. Ceux qui sont au niveau n'ont pas de problèmes, les autres sont rapidement mis sur le bord de la route.
Sur la médecine du travail, on peut aller lire L’Humanité où la secrétaire nationale du Snes, chargée des questions de santé, Elizabeth Labaye rappelle que le nombre de médecins de prévention est d’environ cinquante équivalents temps plein, soit un ratio de un pour 17 000 agents. Il y a deux ans, Luc Chatel avait promis de recruter 80 médecins, mais seule une quinzaine d’embauches ont été effectuées. Et tout comme Georges Fotinos, elle préconise d’améliorer la prise en compte de la santé au travail mais aussi de “renouer avec le travail en équipe et de lutter contre l’individualisation à l’œuvre. La solitude dans la classe, propre à ce métier, se retrouve trop souvent dans l’école. Les liens sociaux se délitent et les enseignants, débordés, ne font plus que se croiser.

Évaluationnite
Dans Le Monde sur l’un des blogs du service éducation, on pourra lire un billet d’Olivier Rollot, où le journaliste revient sur ce qu’il appelle “l’obsession évaluative ” dont souffre selon lui le système éducatif français. Il rappelle que les notes obsèdent tous les acteurs du système. Une enquête ancienne parue dans la Croix montrait que près de 40% des parents admettaient que “Quelle note as-tu eu ?” était une phrase qu’ils prononçaient tous les jours… Pour les élèves, la pression est forte, et l’évaluation souvent vécue comme une forme d’humiliation. Pierre Merle soulignait ainsi en 2006 dans son ouvrage L’élève humilié – L’école, un espace de non‐droit ? (PUF) que “ les humiliations subies par l’élève sont le produit de l’idéologie scolaire du classement qui autorise la mise en exergue de l’élève jugé faible et incapable. Olivier Rollot rappelle aussi les travaux de la docimologie (études des biais de la notation) déjà très anciens et jamais pris en compte en France (sauf en mars…68 quand le colloque d’Amiens composé d’IG s’appuyait dessus pour décider de la suppression des notes avant sa remise en vigueur quelques années plus tard). Le système de la “note vraie” par exemple est assez parlant. Il s’agit de voir à partir de combien de corrections, on peut considérer qu’une note est stabilisée c’est-à-dire que la moyenne des notes attribuées ne varie plus. En mathématiques il faut faire la moyenne de… 78 correcteurs. En philo, il en faut 162.
On pourra rajouter à l’analyse d’Olivier Rollot que si les choses sont un peu en train de changer, la culture du classement est quand même fortement ancrée dans la culture française. Et que, même si c’est plus difficile, elle peut subsister dans une évaluation sans notes. L’enjeu est vraiment de construire une évaluation qui soit réellement au service des apprentissages. Et aussi de se défaire de cette dérive que je qualifie d’ “évaluationnitequi consiste à évaluer sans cesse et en perdant le sens des apprentissages.
Pour finir provisoirement sur ce sujet, on pourrait reprendre une citation du sociologue de l’éducation Philippe Perrenoud : "Imaginez un restaurant gastronomique réputé dont les clients exigeraient d'être informés de manière continue de la manière dont progresse la préparation du plat qu'ils ont commandé. Du coup, la moitié du temps de travail des cuisiniers consisterait à informer les clients, au détriment de la qualité de la cuisine... Absurde ? Oui. Mais c'est ainsi que fonctionne l'école. Une institution qui passe plus de temps à dire ce que savent les élèves qu'à les faire progresser. Pire, une institution qui s'habitue à ne savoir des élèves que ce qu'il faut en dire à leurs parents. Comme une médecine dont le principal objectif serait de produire des bulletins de santé." .

«J’ai atteint mon objectif : faire cours»
Dans Libération, il faut absolument lire ce texte «J’ai atteint mon objectif : faire cours». Il s’agit du deuxième volet du journal de bord de Marine T., professeur d’anglais dans un collège “ÉCLAIR” de la région PACA. Ce qui est remarquable dans ce texte, c’est qu’il y a toute la tension de ce qui fait ce métier : les raisons (nombreuses) de désespérer et les (petites) raisons d’espérer dans son métier et dans les élèves qui nous sont confiés. On y parle de la démission d’un surveillant, de la tenue d’un conseil de discipline (ça m’a rappelé des souvenirs assez voisins), des rencontres avec les familles... Marine y parle aussi de ses élèves qui vivent des conditions d’existence assez dures, qui “galèrent” mais qu’elle essaye de motiver et de faire progresser.
Dans mon établissement, rien n’est jamais gagné. Il suffit d’être «moins en forme que d’habitude», ou d’une heure où l’on décide de faire une blague, et tout peut basculer à nouveau. ” écrit-elle et plus loin elle nous décrit aussi les petites satisfactions qu’on peut récolter dans une heure de cours comme ce constat : “J’aime cette matinée-là avec mes sixièmes. Ils commencent à ne parler qu’anglais. ”.
Et sa conclusion à elle seule résume bien la tension qui est celle de beaucoup d’enseignants : “Voilà, on y est. Je n’ai pas vu passer ces sept semaines. Je ne réalise pas vraiment que vendredi, je vais ranger mon bureau, récupérer mes copies, et fermer la porte de ma salle pour une vraie bonne dizaine de jours. J’aurai du travail, oui. Des corrections, des préparations de cours, mais sans les soucis des conflits, du bruit, des bousculades, de mes collègues en difficulté… Aujourd’hui, mes sixièmes sont contents (être content en sixième s’apparente plus à de la surexcitation) car on a trouvé une école là-bas «en anglish, où on va s’écrire avec des gens comme nous». Oui, nous avons des correspondants. Je dresse un premier bilan, déjà. J’ai atteint l’objectif que je m’étais fixé : faire cours.

Assises de la pédagogie
Des assises de la pédagogie extraordinaires ?. Ce n’est pas le rédacteur de cette revue de presse (qui à ses moment perdus est aussi Président du CRAP-Cahiers Pédagogiques) qui le dit mais Claude Lelièvre sur le site d’information EducPros. Et cela nous permet habilement de rester dans le cadre de cette chronique et d’annoncer en même temps cet événement qui se tiendra lundi et mardi 24 et 25 prochain à l’École Boulle à Paris . Laissons la parole à Claude Lelièvre : “ Ce sont les troisièmes du nom. Mais elles associeront pour la première fois dans trois tables rondes des dirigeants de partis politiques : Pierre Laurent ( secrétaire général du PC ), Bruno Julliard ( secrétaire national de PS pour l’éducation ), Marie-Christine Blandin ( sénatrice EELV ), des responsables nationaux des grands syndicats du monde éducatif : Thierry Cadart ( SGEN ), Patrick Gonthier ( Unsa-Education ), Bernadette Groison ( FSU ), le président de la FCPE ( Jean-Jacques Hazan) , ainsi que nombre de chercheurs ou praticiens actifs sur le terrain.
En espérant vous y voir nombreux !

Bonnes vacances et Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 21/10/11(certains articles payants)


«J’ai atteint mon objectif : faire cours»
Journal de bord. Deuxième épisode de la chronique de Marine T., 36 ans, professeure d’anglais dans un collège réputé difficile
Lire la suite de l’article


Les adeptes du copier bientôt collés ?
L’initiative . Un premier colloque universitaire sur le plagiat
Lire la suite de l’article


«Croire qu'on vient étudier en France pour ensuite retourner chez nous, c'est ridicule»
Ils viennent de terminer leurs études en France. Fraîchement diplômés donc, la plupart sortent de grandes écoles (Polytechnique, Sciences-Po, les Ponts et Chaussées...) Ils ont un CV en béton et ont dégoté sans trop de difficultés un emploi. De jeunes cerveaux qualifiés et motivés, que demander de plus ? Seul hic, ils sont étrangers.
Lire la suite de l’article


A Béziers, un lycée toujours à vif
Une semaine après l’immolation de l’enseignante, la cité scolaire est sous le choc et cherche des réponses.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 21/10/11


Universités : des nouveaux projets à 150 millions d'euros
Un jury international départagera les lauréats des projets pédagogiques innovants d'ici au printemps 2012.
Lire la suite de l’article


Un professeur sur six en «burn-out»
Une semaine après le suicide d'une enseignante à Béziers, une étude révèle que 17% des professeurs sont victimes d'épuisement, contre 11% dans les autres professions. Les jeunes en dessous de 30 ans sont les plus exposés.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 21/10/11



Elections professionnelles dans l'éducation nationale : une chute historique de la participation
L'Education nationale avait la particularité d'enregistrer un fort taux de mobilisation aux élections professionnelles. Elle ne l'a plus : les résultats du vote au 
comité technique ministériel (CTM), connus dans la nuit de jeudi 20 à vendredi 21 octobre, sont marqués par une chute, historique, de la participation : 38,54 % de votants, contre plus de 61 % en 2008. Selon la Rue de Grenelle, seulement 419 440 des 1 038 294 agents – dont 860 000 enseignants – appelés à voter sur Internet, du jeudi 13 octobre, 10 heures, au jeudi 20 octobre, 17 heures, ont répondu à l'invitation.
Lire la suite de l’article


La FSU remporte les élections professionnelles à l'éducation nationale
C'était les élections professionnelles de la nouveauté, au sein de l'éducation nationale. Premier scrutin électronique et changement des règles de représentativité ont mis à mal la participation, plus basse qu'à l'accoutumée, mais n'ont pas bouleversé les résultats. La FSU est parvenue à conserver sa première place, l'UNSA sa deuxième.
Lire la suite de l’article


Elle court, elle court, la rumeur sur les congés d’été…
Des vacances scolaires abrégées ? La rumeur, relayée sur Internet, Facebook, et par SMS, avait provoqué fin septembre des manifestations spontanées et des blocages de lycées, à Paris, Grenoble, Douai, Dunkerque, Béthune, Lens, Arras, Vannes, Morlaix, Pau… Dans l’académie de Lille, une vingtaine d’établissements, essentiellement des lycées professionnels, avaient été touchés. Dans celle de Versailles, le mouvement avait pris un tour plus violent autour d’un lycée du Chesnay (Yvelines), avec véhicules retournés et jeunes gens interpelés. Dans la bouche des manifestants, une même justification : « On fait blocus parce que le président Sarkozy veut nous enlever un mois de vacances. » L’UNL, principal syndicat de lycéens, avait immédiatement pris ses distances avec ce mouvement.
Lire la suite de l’article


« L’obsession évaluative », une maladie française ?
Le débat récent sur le dépistage précoce des élèves en difficulté l'a rappelé, s’il est un culte auquel se voue l’Éducation nationale, c’est bien celui de l’évaluation. On ne peut pas être élève sans subir à coups de contrôles inopinés et d’interrogations souvent surprises ce que d’aucuns appellent « l’obsession évaluative ». Et comme cela ne suffisait pas, le ministère a instauré des bilans nationaux organisés chaque année en CE1 et CM2
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 21/10/11



Des dizaines de milliers d’enseignants privés de vote ?
A quelques heures de la clôture du scrutin (jeudi, 17 heures), le taux de participation dans l’éducation nationale s’annonce historiquement faible. Furieux, les syndicats accusent le ministère d’avoir bâclé l’organisation de ces élections, pour la première sous forme électronique.
Lire la suite de l’article


Elizabeth Labaye « Un médecin pour 17 000 agents ! »
Secrétaire nationale du Snes, chargée des questions de santé, Elizabeth Labaye décrit une médecine du travail exsangue, des personnels fragilisés et un ministère peu concerné.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 21/10/11



Noyade : un an requis contre l’éducateur
Un éducateur de Seine-Saint-Denis était jugé hier à Meaux pour n’avoir pu éviter la noyade dans la Marne d’un adolescent dont il avait la responsabilité.
Lire la suite de l’article


Arthus-Bertrand replante la forêt avec les écoliers
Des écoliers ont planté des arbres sur une parcelle de la forêt de Montmorency, victime d’une coupe rase. Sous l’œil bienveillant du photographe défenseur de la nature.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
France Soir du 21/10/11



Education : Luc Chatel dénigre l'enquête sur la fatigue des profs
Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, critique ce jeudi l'enquête sur l'épuisement des enseignants de lycées et collèges.
Lire la suite de l’article


Fonctionnaires : Trois millions de votants
Deux millions d'agents de la fonction publique d'Etat et un million d'agents de la fonction publique hospitalière étaient appelés à voter jeudi pour élire leurs représentants.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 21/10/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 21/10/11



Elections professionnelles : la FSU en tête, selon des résultats provisoires
La FSU conserve sa première place dans la Fonction publique d'Etat à l'issue des élections professionnelles, mais FO enregistre une nette progression, selon des résultats encore provisoires. La participation est très variable en fonction des ministères, allant de 30% à 80%.
Lire la suite de l’article


Elections professionnelles à l'Education nationale: FSU et Unsa confortent leur place
La FSU, principale fédération syndicale du monde éducatif, conserve sa première place et l'Unsa se maintient deuxième à l'issue des élections professionnelles à l'Education nationale, selon des résultats définitifs, ont-elles indiqué vendredi à l'AFP.
Lire la suite de l’article



Burn-out des enseignants : Chatel pointe un chiffre ancien des Pays-Bas
Le ministre de l'Education, Luc Chatel, a réagi hier à la parution dans « Le Monde » d'une enquête assurant que 17 % des enseignants du second degré souffraient de burn-out. Ce pourcentage «est en fait le résultat d'un travail statistique mené en Hollande à la fin des années 1990», indique le communiqué du ministère. Georges Fotinos, coauteur de l'enquête à paraître prochainement, a confirmé hier à l'AEF que ce chiffre portait sur les enseignants néerlandais mais que en revanche, 28 % des enseignants français pensent à quitter le métier.
Lire la suite de l’article


Elections professionnelles : forte baisse de la participation à l'Education
C'est le début d'un sérieux mouvement de tectonique des plaques dans l'univers syndical.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 21/10/11



Hong Kong: grève de la faim d'un cardinal contre une réforme des écoles religieuses
Une figure majeure de l'Eglise catholique à Hong Kong poursuit une grève de la faim de 72 heures pour protester contre un jugement qui viole selon lui la liberté de l'éducation, en exigeant des écoles religieuses d'avoir 40% de leur direction recrutée hors de l'Eglise
Lire la suite de l’article


Maltraitance ou calomnie: enquête en cours dans une maternelle du Gers
Le parquet d'Auch a ouvert une enquête pour faire la lumière sur des accusations de maltraitance portées par quatre familles contre une enseignante de maternelle appréciée et qui a de son côté déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse, a-t-il indiqué jeudi.
Lire la suite de l’article


Les souffrances des enseignants mis en lumière depuis le drame de Béziers
Les souffrances et l'épuisement de nombreux enseignants ont été largement mis en lumière depuis le suicide la semaine dernière d'une professeur dans son lycée de Béziers (Hérault), mais les solutions pour répondre à ces difficultés ne sont pas au rendez-vous.
Lire la suite de l’article


Elections professionnelles à l'Education nationale: FSU et Unsa confortent leur place
PARIS - La FSU, principale fédération syndicale du monde éducatif, conserve sa première place et l'Unsa se maintient deuxième à l'issue des élections professionnelles à l'Education nationale, selon des résultats définitifs, ont-elles indiqué vendredi à l'AFP.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 21/10/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 21/10/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 21/10/11



L'école maternelle ne fichera pas ses élèves
Le ministère propose aux enseignants une boîte à outils pour mesurer les compétences des élèves avant le CP. Contrairement à ce qu'on a cru, il n'est pas question d'évaluer leur comportement.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 21/10/11


Pénurie de profs : les mauvais calculs de Luc Chatel
Revenant sur les propositions de François Hollande en matière d’éducation lors de la convention UMP, Luc Chatel s’est gaussé : "C’est impossible de recruter 60.000 profs supplémentaires en cinq ans". Le ministre de l'Education nationale a ainsi argué que le vivier de jeunes titulaires d’un master universitaire (bac +5) était insuffisant. Ils seraient 40.000 par an à se présenter effectivement aux épreuves des différents concours. Et Luc Chatel d’expliquer : "Nous en prenons 13.000 sur 40.000, M. Hollande veut d’abord mettre fin au 1 sur 2, cela veut dire qu’il ne va pas en recruter 13.000 mais 26.000. Et ensuite, il veut recruter 60.000 profs supplémentaire sur cinq ans, c'est-à-dire 12.000 par an. Donc, il veut en recruter 40.000 par an, c'est-à-dire 100% des candidats".
Lire la suite de l’article


Crise à l'ESSEC : le directeur reconnait un "grave malaise"
Suite à des désaccords stratégiques, Pierre Tapie a engagé un bras de fer avec ses profs. Ce dernier a mal tourné.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 21/10/11


Les steaks des cantines scolaires sont trop gras
La répression des fraudes a engagé des poursuites contre quatre fournisseurs de steaks hachés accusés d'avoir fourni des produits trop gras aux cantines scolaires.
Lire la suite de l’article


"L'école est devenue une gare de triage"
Au lendemain de la publication par Le Monde de l'étude sur le burn-out des professeurs attribué au chercheur Georges Fotorinos, celui-ci a réagi au mal-être des enseignants. Selon lui, près d'un tiers d'entre eux songe souvent à démissionner.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 21/10/11


Elections professionnelles : Des résultats historiques
Seuls les résultats aux comités techniques ministériel et académiques sont connus ce matin. Les résultats des CAP devraient être publiés aujourd'hui. Les résultats des premières élections électroniques sont marquées par une chute brutale du taux de participation. Peu de mouvement si ce n'est la disparition du Snalc et de ses alliés de l'instance ministérielle et un léger tassement de la Fsu qui entraîne pour celle-ci la perte de la majorité absolue au CTM.
Lire la suite de l’article


Le bastion syndical de l'éducation nationale est ébranlé
Avec 38% de participation au lieu de 61%, la chute est extrêmement brutale. Au soir du 20 octobre, il manque 250 000 électeurs dont le vote a été "volé" ou qui ont voté avec leurs pieds. Complot ou non, le résultat est là. Le net recul du taux de participation aux élections professionnelles met fin au particularisme de l'Education nationale : celui d'être le ministère où les syndicats ont une grande capacité de mobilisation lors des élections. Le seul vainqueur des élections c'est Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 21/10/11


Scolarisation des "2 ans": surtout le matin (DRESS)
"La plupart des enfants scolarisés à 2 ans [en 2007] sont nés au premier trimestre 2005 et sont de fait plus proches de leur 3e anniversaire que les autres enfants. C’est le cas de 62% des enfants scolarisés à 2 ans, alors que, parmi ceux qui ne sont pas scolarisés, seuls 18% sont nés en début d’année." Les enfants nés au deuxième trimestre ont une probabilité d’être scolarisé à 2 ans divisée par 3 par rapport aux enfants nés au premier. C'est l'un des enseignements de l'enquête de la DRESS sur les modes de garde et d'accueil des jeunes enfants qui précise que "la plupart de ces enfants (7 sur 10) fréquentent l’école uniquement le matin et sont gardés, pour une majorité d’entre eux, par leurs parents le reste de la journée".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 21/10/11


Education: tu enseigneras dans la douleur...
Il y a une semaine, une enseignante se suicidait dans son lycée à Béziers. 17% des enseignants seraient victimes de burn-out: parce que les conditions de travail sont impossibles, parce que leurs difficultés sont interprétées comme «des problèmes personnels»... Témoignage.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 21/10/11



Le rejet, le dernier cycle pour les étudiants étrangers en France
La circulaire Guéant du 31 mai restreint très fortement la possibilité pour les étudiants étrangers diplômés en France de rester travailler dans le pays qui les a pourtant formés. Un non-sens politique et économique.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 21/10/11


La FSU remporte les élections professionnelles
La FSU et l’UNSA ont conforté leur place à l’issue des élections professionnelles à l’Education Nationale. La FSU a obtenu 40,62% des voix, et l’UNSA 20,72%, suivie de FO (10,09%), la Sgen-CFDT (9,99%), la CGT (6,47%) et Solidaires (5,79%).
Lire la suite de l’article


Des ”Assises de la pédagogie” extra-ordinaires? Par Claude Lelièvre
Ce sont les troisièmes du nom. Mais elles associeront pour la première fois dans trois tables rondes des dirigeants de partis politiques : Pierre Laurent ( secrétaire général du PC ), Bruno Julliard ( secrétaire national de PS pour l’éducation ), Marie-Christine Blandin ( sénatrice EELV ), des responsables nationaux des grands syndicats du monde éducatif : Thierry Cadart ( SGEN ), Patrick Gonthier ( Unsa-Education ), Bernadette Groison ( FSU ), le président de la FCPE ( Jean-Jacques Hazan , ainsi que nombre de chercheurs ou praticiens actifs sur le terrain.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 21/10/11



Elections/Education nationale: FSU et Unsa confortent leur place (syndicats)
La FSU, principale fédération syndicale du monde éducatif, conserve sa première place et l'Unsa se maintient deuxième à l'issue des élections professionnelles à l'Education nationale, selon des résultats définitifs, ont-elles indiqué vendredi à l'AFP.
Lire la suite de l’article


Elections/Education nationale : taux de participation de 40,4% (ministère)
Le taux de participation aux élections professionnelles à l'Education nationale s'élève à 40,4%, a indiqué jeudi le ministère.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.