mardi, novembre 16, 2010

Revue de presse du mardi 16 novembre 2010




ERS – Des recteurs rémunérés à la performance – Encore et toujours moins ! – Ce n’est qu’un début -


ERS
Les parents des élèves du collège Volney de Craon (Mayenne), où un établissement de réinsertion scolaire (ERS) a ouvert ses portes la semaine dernière, ont prolongé mardi l’opération «collège vide» dans l’attente de réponses à leurs questions, ils estiment que pour l’instant "Les conditions de sécurité ne sont pas réunies" . Rappelons que dans cet établissement), des actes violents ont menés à l'expulsion de cinq collégiens en réinsertion sur quatorze.
Contrairement à ce qui est affirmé dans certains journaux, d’après mes sources, les enseignants de cet établissement ne sont pas forcément hostiles à la présence de ces élèves. Ils ont fait au contraire des demandes pour que le travail de l’ERS soit mieux intégré dans l’établissement avec la participation d’un directeur « distinct du collège » présent au conseil d’administration de l’établissement et la mise en œuvre d’activités communes. Parmi leurs revendications, ils demandent aussi que le nombre d'élèves de l'établissement de réinsertion scolaire soit limité à neuf et qu'un soit nommé à la tête de l'ERS, l'établissement de réinsertion scolaire. Ces demandes ont été refusées.
Un des élèves renvoyé a été interviewé par Europe1 . Il affirme avoir été provoqué : “Ils nous faisaient des doigts d'honneur. Dès qu'on allait en récréation, ils nous disaient +Sale racaille. Nous on est des gens de la Bretagne, vous venez dans notre collège. Retournez dans le 9-3. Ici on n'est pas dans le 9-3, sinon on vous corrige+", a-t-il raconté.
"C'est nous qu'on les a corrigés. On leur a mis juste des petites claques, juste pour leur montrer comment on est. Et après ils sont revenus nous provoquer. C'est inadmissible", a poursuivi l'élève qui juge "pas juste" la décision de renvoi, prise au lendemain de l'ouverture de l'ERS.
Un deuxième incident s’est déroulé à Portbail (Manche) où huit adolescents, ont été renvoyés en Seine-Saint-Denis au bout d'une semaine. Ils étaient arrivés le 8 novembre de Seine-Saint-Denis. Ils étaient d'accord sur ce choix, leurs parents aussi. Encadrés de trois enseignants, trois assistants d'éducation, trois volontaires de service civique et d'un éducateur, ils se sont installés dans les locaux d'une colonie de vacances, face à la mer. Moins de 24 heures après, ces jeunes testaient leurs éducateurs par des « insultes, menaces, dégradation de véhicule... ». Deux étaient renvoyés immédiatement en banlieue.
Samedi matin, les six autres sont entrés dans l'unique bar de la plage, contre le gré du tenancier, et l'ont agressé verbalement. « Fils de p... T'as plus qu'une semaine à vivre ! », ont-ils lancé, avant de s'en prendre à la façade par « des jets de canettes» et divers projectiles trouvés sur place. L'inspecteur d'académie de Seine-Saint-Denis a pris la décision de ramener les six stagiaires à Bobigny dès samedi soir.
Ces deux évènements posent plus largement la question même de l’efficacité d’un dispositif qui vise à isoler les gêneurs en renforçant la stigmatisation et la surenchère dans la violence. C’est ce que dénoncent les principaux responsables syndicaux du monde éducatif. Dans Libération, Thierry Cadart, du SGEN-CFDT, constate que “ces établissements ont été mis en œuvre dans la précipitation. Personne n'a eu le temps de travailler en amont, il n'y a donc pas eu de réflexion approfondie sur le projet éducatif à mener auprès de ces jeunes. Cette mesure est à côté de la plaque, uniquement là pour faire du chiffre. ”Même tonalité chez Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, interviewée par l’AFP si le dispositif ne fonctionne pas, c'est qu'il n'a pas été réfléchi en termes éducatifs — pour­quoi ces jeunes décrochent-ils? — et que la prise en charge n'est pas assurée par des personnels formés ”. Evoquant un "risque de cocotte-minute", Patrick Gonthier, secrétaire général de l'Unsa Education, a jugé qu'il fallait éviter "l'effet de concentration des difficultés" et avoir "plus de personnels et mieux formés".
Une autre petite remarque très prosaïque au passage : le principe –très critiquable- est de les éloigner de leur domicile. Ce qu’ils ne souhaitent pas. Si on leur annonce que la punition en cas de mauvais comportement est de les renvoyer chez eux alors comment s’étonner qu’ils fassent tout pour rentrer au quartier ? Y a un truc qui cloche quelque part…

Les recteurs seront rémunérés à la performance
D'après le site EducPros qui a lu attentivement le Journal Officiel du 16 novembre 2010 , les Recteurs seront désormais rémunérés en fonction de leur performance c'est-à-dire en fonction "de la manière de servir et de la réalisation des objectifs qui leur ont été assignés".
 Mais ça gagne combien un Recteur ? "Le montant annuel de référence de la part fonctionnelle de l'indemnité de responsabilité est fixé à 15 200 €. Le montant annuel de référence de la part variable [...] représente 45 % du montant annuel de la part fonctionnelle", précise l'arrêté paru au JO le même jour.
Rappelons que leur mission, telle qu’elle a été fixée par le Ministre,
est surtout de trouver des “gisements d’efficience”. C’est-à-dire, en termes simples poursuivre la réduction des postes et des moyens dans l’Éducation Nationale

Budget pour l’École : encore et toujours moins !
C’est pour dénoncer cette logique d’économie que le collectif « Un pays, une école, notre avenir » tenait une conférence de presse ce mardi 16 novembre au siège de la FCPE. La situation en cette rentrée 2010 est la pire constatée depuis de très nombreuses années. Elle découle de trois budgets successifs (2008-2009-2010) particulièrement sévères avec le système éducatif, se traduisant en particulier par la suppression de 60 000 emplois de personnels enseignants et non enseignants. Les conséquences sont directes pour la qualité du système éducatif : suppression des emplois de stagiaires, augmentation du nombre de stagiaires, baisse du nombre de remplaçants, baisse des crédits pédagogiques et de la formation continue, baisse des moyens accordés aux associations complémentaires de l’École,… La liste est longue. La réduction des moyens risque même d’être encore plus importante que prévue puisqu’on nous annonce que l’Éducation Nationale à l'occasion du budget 2011, le ministère de l'Education nationale a réalisé un décompte de ses effectifs. Surprise, l'opération aboutit à une correction à la hausse de plus de 20.000 postes sur son plafond d'emplois, mis en place par la LOLF pour maîtriser les dépenses de personnel de l'Etat.
En dehors des considérations sur le caractère très approximatif de la gestion des personnels dans l'EN, on voit bien que cela a des conséquences sur les suppressions de postes futures qui risquent d'être encore plus importantes que ce qui avait été annoncé initialement. A se demander si on est pas dans une manip' : on "gonfle" les chiffres des effectifs pour mieux et plus dégraisser ensuite...
Alors que le budget de l’Éducation 2011 va être débattu au Parlement, les syndicats d’enseignants, associations (dont le CRAP) et les organisations d’élèves de parents et d’étudiants qui composent ce collectif ont donc élaboré un tract et
une lettre aux parlementaires où ils les interpellent “ Il en va de votre responsabilité de représentants de la Nation de donner à l’École les moyens humains et financiers de répondre aux défis à relever pour l’avenir de notre pays.

Ce n’est qu’un début…
On finit cette chronique avec une rubrique cinéma pour vous inciter à aller voir à partir de mercredi 17 novembre, un superbe film. Ça s’appelle Ce n’est qu’un début. Les deux réalisateurs de ce documentaire ont suivi un atelier philosophie dans une classe maternelle de Le Mée sur Seine. Les réalisateurs, Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier, souhaitaient suivre à deux caméras tous les ateliers qui allaient se faire. Au départ prévu pour un an il aura fallu finalement deux ans de tournage. On peut lire sur le site des Cahiers Pédagogiques une interview de la productrice et visionner la bande annonce de ce film . Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, la productrice Cilvy Aupin raconte que ce qui a déclenché l’envie de faire ce film est une phrase de Michel Onfray “Tous les enfants naissent philosophes, seuls certains le demeurent... ”. Ce n’est donc qu’un début…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 16/11/10 (certains articles payants)


L’école peut mieux faire
Depuis 2005, tous les élèves handicapés devraient être scolarisés. Mais les moyens et le personnel manquent.
Lire la suite de l’article


La police traque Yasmina, le lycée Déodat la cache
Elle se cache. Ou plutôt, c'est la communauté scolaire du lycée Déodat de Séverac à Toulouse qui la cache. Enseignants, élèves, parents d'élèves et associations n'acceptent pas que Yasmina, élève de 1ère année de BTS Génie optique soit menacée de reconduite à la frontière.
Lire la suite de l’article


Violences au collège de Craon: l'opération «collège vide» se poursuit
Les parents des élèves du collège Volney de Craon (Mayenne), où un établissement de réinsertion scolaire (ERS) a ouvert ses portes la semaine dernière, ont prolongé mardi l’opération «collège vide» dans l’attente de réponses à leurs questions, a déclaré à l’AFP l’un d’eux.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 16/11/10


Internats de réinsertion : le fonctionnement en question
Les moyens et l'encadrement de ces établissements seront adaptés aux problèmes rencontrés, affirme le ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


Huit élèves violents en réinsertion renvoyés chez eux
Ces élèves issus de Seine-Saint-Denis ont été exclus de leur établissement de réinsertion scolaire à la suite d'incidents survenus quelques jours après leur arrivée dans une école près de Cherbourg. Il s'agit du deuxième incident de ce type en une semaine.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 16/11/10



La promotion par l'école des populations issues de la diversité est toujours aussi difficile par Jean-Claude Barrois, président de l'association Réussir aujourd'hui
Il semble régner sur le sujet de la promotion par l'école des populations issues de la diversité une ambiance de cour de récréation. Certes, plus personne n'ose affirmer qu'il n'y a pas de problème et que l'école républicaine joue son rôle d'accès égalitaire aux études les plus prestigieuses des populations les plus défavorisées. Mais les institutions, y compris les plus prestigieuses, se sont lancées dans le célèbre jeu de la patate chaude. Le seul vrai consensus est que les responsables ne peuvent être tenus comme comptables de cette dérive, tant le système est en cause.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 16/11/10



À Marseille, les tatas ne lâchent pas
Le maire refuse de rencontrer les cantinières de la cité phocéenne, toujours en grève.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 16/11/10



Collège de Craon : rentrée clairsemée après les incidents
Les cours ont repris lundi au collège Volney de Craon (Mayenne), après les violences impliquant des jeunes de Seine-Saint-Denis en réinsertion scolaire la semaine dernière. Selon l'inspection académique et les syndicats, toutefois, entre 50 et 75% des élèves sont restés chez eux.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 16/11/10



Le scandale des "faux étudiants étrangers", nouvelle forme d’immigration clandestine
Sur les 266.000 étudiants étrangers qu’accueille la France, plusieurs milliers s’inscrivent chaque année dans nos universités pour le seul but d’obtenir une carte de séjour.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 16/11/10



Dominique Versini s'alarme de la situation des enfants pauvres
Lundi 15 novembre, la défenseure des enfants a rendu public son rapport 2010, en poussant un « cri d’alarme » sur la situation des familles précaires
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 16/11/10



Violences au collège de Craon: poursuite de l'opération "collège vide"
Les parents des élèves du collège Volney de Craon (Mayenne), où un établissement de réinsertion scolaire (ERS) a ouvert ses portes la semaine dernière, ont prolongé mardi l'opération "collège vide" dans l'attente de réponses à leurs questions, a déclaré à l'AFP l'un d'eux.
Lire la suite de l’article


Réinsertion: après des incidents, le gouvernement promet d'adapter les moyens
Le gouvernement a promis lundi des moyens si nécessaires dans les établissements de réinsertion scolaire (ERS), alors que deux d'entre eux ont connu des incidents la semaine dernière, provoqués par des élèves originaires de Seine-Saint-Denis.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 16/11/10



Craon: L'opération «collège vide» se poursuit
Ils veulent des réponses après des violences impliquant des jeunes de l'ERS...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 16/11/10



Paumé, pas formé : ma rentrée de pion en territoire inconnu
Nous sommes le jeudi 2 septembre. Toute l'équipe des Asen (nouveau nom des surveillants) est à pied d'œuvre pour accueillir les élèves. Récapitulons : ma seule expérience dans ce milieu est d'avoir, un jour pas si lointain, été élève. Je n'ai travaillé avec des adolescents que deux semaines pendant une colo, où les monos n'ont pas vraiment besoin de faire preuve d'autorité, puisque ça reste des vacances où tout se passe généralement bien. Tout est bien huilé, et malgré un retard de 30 minutes dû à un piquet de grève de quelques profs devant l'établissement, chaque tranche d'âge a son heure d'arrivée, l'appel est fait par les professeurs principaux, les élèves vont dans leur salle où leur sont distribués emplois du temps et livres.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 16/11/10



Accueil d'élèves difficiles : comment continuer ?
Après les incidents de Craon (Mayenne), les huit adolescents venus à Portbail (Manche), pour y être rescolarisés, ont été renvoyés en Seine-Saint-Denis au bout d'une semaine. Samedi, ils ont agressé un cafetier.
Lire la suite de l’article


Collège Volney de Craon : grève le 25
Moins de la moitié des élèves étaient en classe hier. Les professeurs restent toujours mobilisés.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 16/11/10



"L'enfance est un investissement à long terme"
Lundi matin, la Défenseur des enfants, Dominique Versini, a rendu un rapport intitulé "Précarité et protection des droits de l'enfant". Contactée par leJDD.fr, la présidente du Cofrade (Conseil français des associations pour les droits de l'enfant), Barbara Walter, revient sur ce rapport et donne sa vision de la situation.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 16/11/10


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 16/11/10


Les établissements de réinsertion scolaires peuvent-il être efficaces?
Les violences d'élèves en réinsertion en Mayenne et dans la Manche entraînent une remise en cause des ERS, ces collèges de la "deuxième chance".
Lire la suite de l’article


Nouvelles expulsions d'un établissement de réinsertion scolaire
Huit élèves de la Seine-Saint-Denis ont été renvoyés à Bobigny à la suite d'incidents survenus deux jours après leur arrivée dans la Manche.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 16/11/10


Jules Fil : Mon lycée twitte
Avec un nom pareil ça devait arriver. Au lycée Jules Fil de Carcassonne, Twitter, Facebook et Youtube sont des outils quotidiens pour l'équipe éducative et accessibles sans verrou pour les lycéens.
Lire la suite de l’article


Crédit(s)
Hier, les députés ont adopté à l’unanimité un amendement issu des bancs de la gauche prévoyant d’abonder de vingt millions d’euros, pris sur le budget des heures supplémentaires du second degré pour renforcer le financement des Emplois Vie Scolaires. Ce pourrait être une bonne nouvelle, mais pas sûr qu’elle suffise à garantir l’avenir de ces emplois précaires devenus indispensables au fonctionnement des établissements, soit pour contribuer au travail administratif, soit pour l’aide à l’accueil des élèves handicapés. Selon les informations qui remontent de nombreux départements au Café, les préconisations des Maisons du Handicap pour assister les élèves handicapés vont être de plus en plus difficiles à honorer, étant donné la nouvelle réduction programmée par la nouvelle loi de finances pour ces emplois aidés. L’ambition affichée par le gouvernement, de développer le droit de tous à une scolarisation, va se trouver confrontée au mur du dogme de la RGPP.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 16/11/10


Education: 40.000 postes supprimés mais pas d'économie
Depuis 2008, 40.700 postes ont été supprimés dans l'éducation nationale. 16.000 autres suppressions ont été actées lundi lors du budget 2011 adopté par l'Assemblée. Or la Cour des comptes révèle qu'en 2009, l'économie nette induite par ces suppressions n'a été que de 138 millions d'euros. La faute à une augmentation des heures supplémentaires pour compenser les postes qui disparaissent.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 16/11/10



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 16/11/10


Une rémunération à la performance pour les recteurs
Un décret, paru au Journal officiel du 16 novembre 2010, met en place une "indemnité de responsabilité" pour les recteurs. Cette indemnité comprend une part "fonctionnelle", et une part variable, déterminée en fonction "de la manière de servir et de la réalisation des objectifs qui leur ont été assignés". Soit une rémunération à la performance, fixée "par les ministres chargés de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche", indique le texte. "Le montant annuel de référence de la part fonctionnelle de l'indemnité de responsabilité est fixé à 15 200 €. Le montant annuel de référence de la part variable [...] représente 45 % du montant annuel de la part fonctionnelle", précise l'arrêté paru au JO le même jour
Lire la suite de l’article


Vers quel service de l'orientation se dirige-t-on ? Le billet de Bernard Desclaux
"Jusqu’à présent, lorsque le ministre de l’Education nationale s’intéressait enfin aux services d’orientation, un remaniement du gouvernement mettait en place un nouveau ministre qui prenait un ou deux ans pour découvrir qu’il y avait, au sein de l’EN, un service d’orientation", raconte Bernard Desclaux sur son blog. Cette fois-ci, le remaniement de 360° du 14 novembre 2010 n’a pas changé les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur. Un nouveau texte sur les missions des services d’orientation qui se préparait au ministère depuis plusieurs mois verra donc peut-être le jour".
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 16/11/10



La FSU demande la suspension des ERS et l'ouverture d'un débat
La FSU, pre­mière fédération syndicale de l'Education natio­nale, demande la suspension des établissements de réinsertion sco­laire (ERS) compte tenu des pro­blèmes rencontrés dans certains d'entre eux, a annoncé mardi à l'AFP sa secrétaire générale, Bernadette Groison.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.