vendredi, mars 31, 2006

Revue de presse du vendredi 31 mars 2006

PROMULGUATION : Acte par lequel le chef de l’État constate qu’une loi a été régulièrement adoptée par le Parlement et la rend applicable. (Larousse 2006)

C’était le mot du jour. Le président a donc promulgué la loi. Mais dans le même temps, il demande au gouvernement de "prendre toutes les dispositions nécessaires" pour qu'"en pratique, aucun contrat" CPE "ne puisse être signé sans intégrer pleinement" l'ensemble des "modifications" qu'il demande.
CPE : C’est Pas Evident…
En tout cas cette situation ne correspond pas aux attentes des étudiants et lycéens et des syndicats de salariés. Tous annoncent la poursuite du mouvement et notamment une nouvelle journée de grève le mardi 4 avril prochain.


Pendant ce temps là, que se passe t-il dans l’école ?
De nombreux lycées restent fermés. on peut même se demander si les déclarations du Ministre De Robien n’ont pas amplifié le phénomène. Aujourd’hui dans une interview au Figaro, le ministre de l'Education nationale s'en prend pêle-mêle aux enseignants, aux parents d'élèves, aux syndicats, aux communistes et aux absentéistes….
On a annoncé hier que le Haut conseil de l’École avait rendu ses conclusions concernant le socle commun. Malheureusement, dans le contexte, ce point important ne fait pas vraiment la Une de vos journaux. On pourra cependant lire des précisions dans Le parisien et dans Ouest France.
On apprend aussi dans Le Figaro « la mort officielle de la méthode globale ». En fait, il s’agit de la parution, hier au Journal officiel, d’un arrêté qui modifie les programmes d'enseignement de l'école primaire afin de les mettre en conformité avec la circulaire du 3 janvier 2006 relative à l'apprentissage de la lecture.
«J'ai été très contesté par les syndicats qui prétextaient une contradiction entre les textes. Eh bien, j'ai mis les pendules à l'heure ! Les enseignants ont maintenant un texte officiel à appliquer». Rompez !

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 31/03/06


Chirac prend la rue a contresens
Après la validation du CPE par le Conseil constitutionnel hier, le Président, qui s'exprimera ce soir, devrait promulguer le texte malgré la colère persistante.
Lire la suite de l’article


Le front syndical toujours uni
Pas de négociation sans retrait du CPE : la réaction des syndicats a été unanime, hier, après l'annonce de la décision du Conseil constitutionnel
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 31/03/06


Robien : «Je demande la réouverture des lycées»
Les jeunes ont le droit d'exprimer leur mécontentement mais ils sont soumis à une obligation d'assiduité scolaire. Les consignes d'absentéisme ou de blocage venant d'enseignants, de syndicats ou d'une fédération de parents d'élèves sont peu responsables. Personne ne doit utiliser les jeunes pour bloquer les lycées et grossir les rangs des manifestations.
J'ai donc demandé la réouverture des établissements. Les recteurs sont chargés de demander aux proviseurs de faire le maximum pour que les cours aient lieu. Ils peuvent recourir à la force publique en cas de heurts, si le préfet le juge utile.
Lire la suite de l’article


« Un message absurde et non-productif »
Philippe Tournier, secrétaire général adjoint au Syndicat national des personnels de direction de l’Education nationale (SNPDEN), fait part de son étonnement et de son scepticisme face à ce message. Le rectorat de Lille a quant à lui démenti jeudi avoir envoyé des « consignes générales », tout en affirmant que les chefs d'établissement pouvaient « faire appel aux responsables de la sécurité», si la sécurité des élèves était menacée.[…] C’est absurde et non-productif dans la mesure où il a eu pour seul résultat de relancer la mobilisation de plus belle. Dans plusieurs lycées, notamment à Lille, c’est reparti pour un tour. Si le but était de compliquer la situation, il est brillamment atteint ! Sinon, c’est un échec, la consigne s’est complètement dégonflée.
Il nous a toujours été dit de faire intervenir les forces de l’ordre seulement en cas de violences et de dégradations. Dans ce cas, c’est vrai que la question ne se pose pas. Autrement, la décision d’employer la force est une décision politique, elle n’est pas du ressort d’un chef d’établissement.
Lire la suite de l’article


Grandes manoeuvres chez les organisations étudiantes
ENCORE INCONNU il y a quelques jours, Jean-François Martins, étudiant en licence d'économie sociale à Marne-la-Vallée, vient d'être propulsé président de la première organisation étudiante de France. Après les élections controversées du Crous qui se sont déroulées entre le 21 et le 23 mars, la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), avec plus de 41% des voix, a en effet détrôné l'Unef. Le syndicat de gauche s'est effondré, ne réunissant que 17,88% des suffrages aux élections des conseils d'administration des Centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires (Crous).
Lire la suite de l’article


Fin officielle de la méthode globale
Un arrêté paru hier au Journal officiel modifie les programmes d'enseignement de l'école primaire afin de les mettre en conformité avec la circulaire du 3 janvier 2006 relative à l'apprentissage de la lecture. «J'ai été très contesté par les syndicats qui prétextaient une contradiction entre les textes. Eh bien, j'ai mis les pendules à l'heure ! Les enseignants ont maintenant un texte officiel à appliquer», a expliqué hier au Figaro Gilles de Robien, ministre de l'Education.
Lire la suite de l’article


Les Sages valident sans réserves le CPE
Les Sages ont rappelé qu'aucun principe constitutionnel n'«interdit au législateur de prendre des mesures en faveur de l'emploi des jeunes».
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 30/03/06 (un jour de retard)



Une détermination sans faille
Les 12 organisations de jeunes et de salariés qui composent l’intersyndicale appellent à une nouvelle journée de grève contre le CPE mardi 4 avril.
Lire la suite de l’article


Robien donne l’ordre de réprimer les lycéens
Sévissez pour débloquer : assénée par écrit dans l’académie de Lille, par téléphone ailleurs, voici la consigne qu’ont reçue, hier, de nombreux chefs d’établissement.
Lire la suite de l’article


« On a bien un divorce entre la base et le sommet »
Frédérique Matonti, professeur de sciences politiques à l’université Paris-I Sorbonne, a coordonné l’ouvrage la Démobilisation politique, aux éditions La Dispute.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 31/03/06 ( payant)



L'école se donne une obligation de résultats
Axe fort de la loi Fillon, le projet de socle commun de compétences, que tous les enfants devront avoir acquis en fin de troisième, a été dévoilé hier. Dès la rentrée prochaine, les élèves de primaire seront concernés.
Lire la suite de l’article


La fièvre monte
Le Conseil constitutionnel a validé hier le CPE. Jacques Chirac, qui s'exprimera ce soir à la télévision, se trouve devant un choix crucial : promulguer la loi ou demander une nouvelle délibération. Sur le terrain, la pression monte dangereusement.
Lire la suite de l’article


La crise va s'envenimer, pronostiquent les syndicats
CETTE FOIS, les syndicats craignent le pire. Après le feu vert du Conseil constitutionnel au CPE, les leaders ont fait monter la pression d'un cran en attendant l'intervention de Jacques Chirac.
Lire la suite de l’article


A Montreuil, les blocages se renforcent
BARRICADES volumineuses, accès bloqués, parents présents... Les déclarations du ministre de l'Education nationale mercredi en faveur du déblocage des lycées, avec intervention de la police si nécessaire, n'a pas eu du tout l'effet escompté sur les...
Lire la suite de l’article


« Notre mouvement les dépasse totalement »
FORCE OUVRIERE, Parti communiste, Ligue communiste révolutionnaire... A gauche, un concert d'indignations a suivi l'interpellation de Karl Stoeckel, président de l'Union nationale lycéenne. Les forces de l'ordre sont venues le « cueillir » hier matin...
Lire la suite de l’article


Lycéens et étudiants accentuent la pression
CE DEVAIT ÊTRE un nouveau tour de chauffe des étudiants et des lycéens avant la mobilisation générale de mardi prochain. La journée d'actions, organisée hier à l'appel de la coordination nationale étudiante et lycéenne, a été beaucoup plus que cela
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 31/03/06



Génération CPE, l'éveil citoyen
Pour ou contre le CPE, de nombreux jeunes ont découvert, à l'occasion de la crise, diverses formes d'engagement. Mais beaucoup se méfient du militantisme partisan
Lire la suite de l’article


La crise du CPE : militantisme en ligne
Les blogs, sites Internet personnalisés et interactifs, ont fleuri sur la toile. Un espace de discussions et de débats dont se servent les militants notamment dans la crise du CPE
Lire la suite de l’article


Robien veut le déblocage des lycées, les syndicats s'insurgent
Le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien a donné la "consigne orale" aux recteurs d'académie d'organiser jeudi la "réouverture" de tous les lycées, provoquant la réaction indignée des syndicats, qui craignent des interventions des forces de l'ordre.
Lire la suite de l’article


Etre une jeune fille et vivre en banlieue
Des jeunes filles témoignent de leur quotidien dans la cité, alors que s’ouvre vendredi 31 mars le procès du meurtrier présumé de Sohane
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 31/03/06



Les proviseurs font de la résistance passive
Les chefs d'établissement franciliens n'ont pas suivi hier le mot d'ordre lancé par Gilles de Robien mercredi. Le ministre de l'Education avait donné une « consigne orale » aux recteurs d'académie pour que les lycées soient « rouverts » dès le lendemain, avec un recours aux forces de l'ordre si nécessaire. Hier, sur les trente-six lycées parisiens (sur 110) perturbés, un seul a ordonné l'évacuation. Les élèves du lycée Fénelon (5e) ont été dispersés par les forces de l'ordre, sans incident.
Lire la suite de l’article


Sur les routes ou les rails, les jeunes anti-CPE occupent le terrain
Etudiants et lycéens en lutte contre le CPE ont occupé le terrain jeudi, dans l'attente de la décision du Conseil constitutionnel, en multipliant les blocages de lycées, mais aussi de routes et voies ferrées, qui se sont soldés par des dizaines d'interpellations.
Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 31/03/06



École : ce que tout élève devra savoir à 16 ans
Le Haut Conseil de l'éducation a livré au ministre de l'Éducation le « socle commun des connaissances ». Sept compétences à maîtriser absolument, sous peine d'être marginalisé.
Lire la suite de l’article


La solitude du proviseur dans son lycée bloqué
Bernard Guyonnet est proviseur de Livet, 1 600 élèves, un lycée technologique industriel et scientifique de Nantes. Il raconte le blocage de son établissement, depuis quinze jours déjà.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 01/04/06



Les anti-CPE continuent de manifester avant l'intervention de Jacques Chirac
L'onction du Conseil constitutionnel à la loi sur l'égalité des chances instaurant le CPE n'a pas calmé les manifestants opposés à cette mesure.
Lire la suite de l’article


Jacques Chirac promulgue la loi sur l'égalité des chances, mais demande des modifications
J'ai décidé de promulguer la loi", a annoncé Jacques Chirac lors de son allocution tant attendue, vendredi 31 mars, sur le contrat première embauche, contenu dans la loi sur l'égalité des chances. "Mais je vais aussi demander au gouvernement de préparer deux modifications de la loi, portant sur les deux points qui ont le plus fait débat", a-t-il aussitôt assuré. "La période [d'essai] de deux ans sera réduite à un an", et "en cas de rupture de contrat, le droit du jeune salarié à en connaître les raisons sera inscrit dans la nouvelle loi."
Lire la suite de l’article


Les syndicats, mécontents, maintiennent leur appel à la mobilisation
A Paris, plusieurs centaines de personnes, lycéens, étudiants et représentants de divers partis politiques (LCR, PCF) et syndicats (FSU, CFDT), rassemblées vendredi soir place de la Bastille à Paris, ont sifflé l'allocution du président Jacques Chirac diffusée par un camion-sono.
Lire la suite de l’article


La clé de l'emploi est à l'université, par Claude Allègre
[…]En conservant le principe de la scolarité obligatoire à 16 ans, on devrait permettre aux élèves qui le désirent une formation en alternance à partir de 14 ans. Au niveau du bac professionnel, il faut reprendre l'idée de "l'enseignement professionnel intégré" qui avait à l'époque reçu l'appui de tous les partenaires sociaux. Cet enseignement associe l'éducation nationale et le monde de l'entreprise en utilisant l'alternance pour les élèves, mais aussi la formation périodique des enseignants professionnels au sein des entreprises. Dans les deux cas, la rémunération des stages est la condition essentielle de réussite, car elle constitue une motivation forte pour les jeunes. Elle les insère dans le mécanisme du marché du travail et elle décourage les entreprises de substituer les stages aux emplois comme elles le font aujourd'hui trop souvent. Dans les filières dites générales, il faut amplifier dès le collège les enseignements à finalité pratique (traitement de texte, manipulation de tableaux de chiffres, statistiques élémentaires, élaboration de projets).
Second secteur, l'enseignement supérieur. Sachons d'abord que l'université française, dont on souligne trop souvent les insuffisances, a accueilli en trente ans huit fois plus d'étudiants. Elle a amélioré ses formations, sans jamais avoir les moyens financiers adéquats. Rappelons que, par habitant, nous dépensons pour notre enseignement supérieur (grandes écoles comprises) 2,5 fois moins que les Etats-Unis ! Toute amélioration de la situation actuelle passe par une augmentation massive du budget des enseignements supérieurs (salaires des enseignants, bourses des étudiants, crédits pédagogiques, amélioration et maintenance des campus, crédits de recherche, crédits d'accueil pour les enseignants extérieurs).[…]
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs permanent du 31/03/06


Jacques Chirac demande
 deux modifications du CPE
Le chef de l'Etat promulgue la loi mais demande au gouvernement de faire voter une nouveau texte avec réduction de la période d'essai à un an et "le droit à connaître les raisons du licenciement".
Lire la suite de l’article


Robien menace de sanctions
Le ministre de l'Education nationale s'en prend pêle-mêle aux enseignants, aux parents d'élèves, aux syndicats, aux communistes et aux absentéistes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express Quotidien du 31/03/06


Jacques Chirac promulgue la loi mais veut une nouvelle copie
Jacques Chirac annonce son intention de promulguer la loi créant le contrat première embauche (CPE), tout en y apportant deux modifications majeures.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 31/03/06



CPE: Les principaux points de l'intervention de Jacques Chirac
Voici les principaux points de l'intervention du président Jacques Chirac sur le CPE:
Lire la suite de l’article


CPE: Les deux modifications seront faites "rapidement" (Debré)
Le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, a indiqué vendredi sur TF1 que les deux modifications du CPE annoncées par Jacques Chirac allaient être faites "rapidement".
Lire la suite de l’article


CPE : la promulgation, "élément de crise supplémentaire" selon Fabius
L'ancien Premier ministre Laurent Fabius (PS) a critiqué, vendredi après l'allocution télévisée de Jacques Chirac, la voie choisie par le président estimant que la promulgation de la loi prévoyant le CPE "va être un élément de crise supplémentaire".
Lire la suite de l’article


Evacuations de lycéens: mise en garde solennelle de Dray à Robien
Le porte-parole du PS Julien Dray a averti solennellement le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien que si "des événements graves surviennent" entre la police et les lycéens, il "en porterait devant le pays toute la responsabilité".
Lire la suite de l’article


Jouan (CFDT): Chirac donne raison aux anti-CPE sans corriger vraiment le tir
Le secrétaire national de la CFDT Rémi Jouan a estimé vendredi que Jacques Chirac donnait "raison" aux opposants au CPE sans donner "les moyens au dialogue social de corriger le tir", ce qui justifie toujours à ses yeux la "mobilisation de mardi".
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

jeudi, mars 30, 2006

Revue de presse du jeudi 30 mars 2006

« Aujourd'hui, on demande à des jeunes à qui on laisse un système éducatif dans un état pitoyable, une dette publique colossale, des retraites hallucinantes à payer, une absence totale de perspectives de prendre encore sur eux le coût de l'ajustement. Il est normal que ça explose. Flexibiliser le marché du travail pour que les entreprises embauchent davantage, oui, sûrement, mais alors avec un système de formation qui tienne debout, un ascenseur social qui redémarre, un véritable investissement dans la recherche, des diplômes adaptés au fonctionnement de la société et qui ne soient pas des leurres. Nous ne demandons pas d'avoir mieux. Mais au moins autant que votre génération. »
Quand le Pr Marcel Rufo a dit à sa fille que les étudiants devraient d'abord passer leurs examens, puis organiser des états généraux, Alice, 25 ans, normalienne et diplômée de Sciences po, a répliqué par une lettre cinglante. C'est à lire dans l'Express dans le dossier «Les racines de la révolte ». Tout l'ensemble de l'article est intéressant et mérite d'être lu.On y retrouvera de nombreux sociologues qui se sont déjà exprimés ces dernier jours : Chauvel, Le Goff, Dubet... Mais aussi des témoignages de jeunes etudiants et lycéens.
Dans le même esprit, on peut aujourd'hui aller jeter un oeil sur le Parisien (payant) qui essaie de répondre à la question « Que veulent vraiment les jeunes ? ».
Un des acteurs importants de ce mouvement social répond aussi à cette question. Il s’agit de Bruno Julliard, président de l’UNEF. Dans Libération, il énumère un certain nombre de propositions pour résoudre la crise actuelle de la jeunesse. Parmi celles-ci, il évoque l’augmentation du budget de l’enseignement supérieur et aussi la mise en place d’une allocation d’autonomie. Il suggère aussi de « développer un véritable service public de l'orientation, travaillant en lien étroit avec le service public de l'emploi. ».

Au cas, où on ne l’aurait pas encore bien compris, le CPE n’est qu’un cristallisateur. La crise actuelle que traverse la société française et sa jeunesse est bien plus profonde. Même si le Conseil constitutionnel ou le Président annoncent la fin du CPE (ce qui est loin d’être gagné), tout ne serait pas réglé pour autant…

Comme il n’y a pas que le CPE, il faut signaler aussi, d’après Le Monde que le Haut Conseil de l’Éducation vient de définir le « socle commun de connaissances ». On en reparlera plus en détail demain…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 30/03/06


Et Villepin parla «démission» à l'Assemblée
«Démission.» Dans un magnifique lapsus, Dominique de Villepin a fendu l'armure hier. Traits tirés, visiblement préoccupé, le Premier ministre, d'habitude si contrôlé, s'est emmêlé les pinceaux lors d'une réponse au chef de file des socialistes, François Hollande, lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée. Evoquant le verdict du Conseil constitutionnel sur le CPE attendu aujourd'hui, il a prononcé le mot «démission» au lieu de «décision» avant de se reprendre. «Je veux vous rappeler que nous avons des institutions républicaines et que nous devons les respecter, a-t-il déclaré. Attendons le Conseil constitutionnel qui prendra sa démission demain.» Fous rires à gauche. Stupéfaction à droite. Affolement à Matignon.
Lire la suite de l’article


«Son inconscient serait-il plus raisonnable que lui?»

Selon les analystes, les lapsus politiques font florès en période de fortes turbulences.
Lire la suite de l’article


Dans les cuisines des Sages
Le Conseil constitutionnel pourrait esquisser une sortie de crise.
Lire la suite de l’article


CPE, ce que nous voulons
par Bruno JULLIARD, président de l'Union nationale des étudiants de France (Unef).

Ma génération est plongée dans un univers d'une violence inouïe dans lequel la peur du lendemain vient amputer le dynamisme naturel de l'âge. C'est, pour la jeunesse, la fin de l'insouciance. Non, il n'y a pas de démagogie, encore moins de populisme, à dire que nous sommes maltraités. L'école est passée de grand dessein national à celui de «goulet d'étranglement budgétaire». L'emploi, autrefois passage vers le monde adulte, est devenu une «chance», à tel point qu'il faudrait en accepter toutes les conditions, même les plus humiliantes. La culture et les loisirs, enfin, sont maintenant soumis à condition d'argent et existent en vue de satisfaire la seule soif du «je veux être», sous la dictature des marques et de la mode.
Désormais, il faut que le Premier ministre regarde de près la jeunesse de son pays. Elle a exprimé son profond malaise à plusieurs reprises ces derniers mois : lors de la crise des banlieues, lors de la mobilisation lycéenne contre la loi sur l'école, et aujourd'hui avec le mouvement contre le CPE.[...]
Sur ces questions, il est urgent d'avoir un débat national. La population et les jeunes, qui sont majoritairement opposés au CPE, y sont favorables. Si nous pensons que le CPE n'apporte aucune réponse aux difficultés des jeunes et qu'il est au contraire un facteur aggravant des inégalités, nous savons que des solutions existent.
Lire la suite de l’article


Georges Lopez
L'insituteur d'«Etre et avoir» débouté
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/03/06


Chirac étudie les scénarios de sortie de crise
Alors que le Conseil constitutionnel doit rendre sa décision sur le CPE aujourd'hui et que syndicats et organisations étudiantes appellent à une nouvelle journée d'action mardi prochain, le chef de l'Etat a décidé de s'exprimer «dans les prochains jours
Lire la suite de l’article


Alerte sur l'année scolaire et universitaire
Tandis que Gilles de Robien demande aux proviseurs de rouvrir leurs établissements, les examens de fin d'année sont en danger en fac comme dans le secondaire.
Lire la suite de l’article


CPE : polémique autour de l’évacuation des lycées bloqués
Le directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale demande aux rectorats la « réouverture jeudi » des établissements occupés depuis le début de la crise du CPE. Une consigne qui autoriserait le recours aux forces de l’ordre pour déloger les occupants, selon le syndicat des proviseurs. Tollé des enseignants et des lycéens. Le ministère dément.
Lire la suite de l’article


La police demande une justice plus sévère à l'égard des casseurs
Les arrestations ont été deux fois plus nombreuses mardi que la semaine précédente aux Invalides.
Lire la suite de l’article


Tous les regards se tournent vers les Sages
De l'avis de la plupart des constitutionnalistes, le CPE est conforme à la Constitution.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L'Humanité du 29/03/06 (un jour de retard)



La déferlante antiprécarité
CPE . Trois millions de manifestants, des milliers d’arrêts de travail : la mobilisation, à l’appel du front uni des syndicats, a fait un nouveau bond en avant. Villepin refuse encore de retirer le CPE. C’est raté ! M. de Villepin qui, à l’évidence avait misé sur un essoufflement du mouvement anti-CPE devant son intransigeance, s’est vu opposer hier un cinglant démenti. Pour cette quatrième journée d’action, l’ampleur de la mobilisation a largement dépassé le niveau, déjà spectaculaire, atteint le 18 mars dernier. (...)
Lire la suite de l’article


Une journée dans la France anti-CPE
Dans une vingtaine de villes du pays, nos envoyés spéciaux ont rencontré les salariés, étudiants et lycéens mobilisés en masse contre le contrat première embauche que Dominique de Villepin persiste à vouloir imposer.
Lire la suite de l’article


Les étudiants contre la violence
Les services d’ordre étudiants ont élaboré un plan anti-débordements.
Lire la suite de l’article


Quand les jeunes s’intéressent à la politique
Les organisations de jeunes, syndicales et politiques, sont parties prenantes du mouvement anti-CPE.
Lire la suite de l’article


Floride : Les profs doivent faire du chiffre
Un mot d’ordre, un seul : le mérite. À partir de l’année prochaine, les professeurs des établissements publics de Floride n’auront qu’à bien se tenir. Augmentations et bonus dépendront directement des résultats de leurs élèves.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien du 30/03/06 ( payant)



ce que veulent vraiment les jeunes
Au-delà du mouvement anti-CPE, la jeunesse veut faire entendre sa voix et ses envies. Via un réseau d'étudiants, qui se réunira samedi à Paris, elle entend même jouer son rôle dans l'élection présidentielle de 2007.
Lire la suite de l’article


Ils lancent la campagne « 2007 pas sans nous »
ILS ONT CHOISI de sortir leur manifeste le 21 avril. Et assument. « Il y a eu un électrochoc ce jour-là en 2002, à notre tour d'en provoquer un ! » Les bénévoles du réseau Animafac, qui regroupe 10 000 associations étudiantes en France,
Lire la suite de l’article

« Réinventer notre façon de vivre » ILONA, 17 ans, élève en première ES à Vanves (Hauts-de-Seine
ILONA, 17 ans, élève en première ES à Vanves (Hauts-de-Seine) «J'AI REDOUBLÉ ma première pour avoir un bon dossier scolaire et être acceptée plus tard dans une prépa. Je rêve de devenir productrice dans le cinéma, je ne me fais pas beaucoup d'illusions :...
Lire la suite de l’article


« Améliorer l'orientation » NICOLAS, 21 ans, dessinateur industriel en CDI à Crest (Drôme)
NICOLAS, 21 ans, dessinateur industriel en CDI à Crest (Drôme) «FRANCHEMENT, je reviens de loin et ça donne à réfléchir sur le système scolaire français ! Je m'estime chanceux : j'ai été embauché en CDI après quatre mois de stages dans une petite firme...
Lire la suite de l’article


« Faire tomber les cloisons sociales » SELDA, 29 ans, employée dans un institut de sondage à Strasbourg (Bas-Rhin)
SELDA, 29 ans, employée dans un institut de sondage à Strasbourg (Bas-Rhin) «CE QUI me préoccupe, c'est l'emploi, même si je n'ai pas eu de gros problèmes pour en trouver un. Après un BTS de commerce international et une école de commerce, je suis entrée...
Lire la suite de l’article


« Pouvoir montrer ce dont je suis capable » VINCENT, 26 ans, au chômage malgré un diplôme bac + 3, à Marseille (Bouches-du-Rhône)
VINCENT, 26 ans, au chômage malgré un diplôme bac + 3, à Marseille (Bouches-du-Rhône) VINCENT a envie de montrer ce dont il est capable à des employeurs. Et pourtant, à 26 ans, avec son BTS action commerciale, ...
Lire la suite de l’article


« M'assumer, sans rien demander » TONY, 20 ans, étudiant en deuxième année de sociologie à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
TONY, 20 ans, étudiant en deuxième année de sociologie à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) A L'ÂGE où la plupart de ses copains vivent chez leurs parents, Tony travaille pour payer ses études et son logement.
Lire la suite de l’article


« Beaucoup plus qu'un mouvement de colère » JEAN-PIERRE LE GOFF, sociologue
LE SOCIOLOGUE Jean-Pierre Le Goff a écrit un ouvrage intitulé « Mai 68, l'héritage impossible » (Editions La Découverte). Dans la mobilisation massive de la jeunesse contre le CPE, ne voyez-vous qu'une réaction ponctuelle ?
Lire la suite de l’article


Robien veut débloquer les lycées
Y AURA-T-IL, ce matin, des CRS devant les lycées bloqués ? Le ministre de l'Education, Gilles de Robien, a en effet donné la « consigne orale » aux recteurs d'académie d'organiser aujourd'hui la « réouverture » de tous les lycées.
Lire la suite de l’article


« Les gens ont peur d'une révolution » ANTOINE BOYER, chef de file du Front national de Beaucaire
DU HAUT de ses 81 ans, Antoine Boyer, élu frontiste au conseil municipal, n'a plus la vigueur et la fougue des jeunes militants. Mais qu'importe ; d'après lui, les récents événements sociaux « font le jeu du Front national ».
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 30/03/06



62% des Français solidaires du mouvement de contestation du CPE
Les Français sont 62% à se déclarer solidaires du mouvement de contestation du CPE, 27% n'en étant pas solidaires et 10% y étant indifférents, selon un sondage Ipsos pour LCI diffusé jeudi.
Lire la suite de l’article


En attendant Chirac
Alors qu'une nouvelle journée de mobilisation contre le CPE est prévue le 4 avril, le président de la République devrait intervenir dans les prochains jours pour tenter de dénouer le conflit
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
20 minutes du 30/03/06



Karl Stoeckel : « D'importantes réserves de mobilisation »
Interview de Karl Stoeckel, président de l'Union nationale des lycéens (UNL).
Lire la suite de l’article


Nouvelle journée d'action le 4 avril : les syndicats prêts à un « Villepinthon »
Ils sont décidés à jouer l'usure. Les douze syndicats de salariés, d'étudiants et de lycéens ont appelé hier, après quatre heures de réunion, à une nouvelle journée d'action interprofessionnelle, le mardi 4 avril. Ils ont également précisé qu'ils ne « s'adressaient plus au Premier ministre, mais au président de la République », avant d'inviter tous les opposants au CPE à « intervenir auprès des parlementaires ».Pas de grève générale, les syndicats misent plutôt sur le rythme soutenu de la mobilisation pour obtenir gain de cause.
Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Ouest-France du 30/03/06



Le Conseil constitutionnel et Chirac en arbitres
Avec l'avis, ce soir, du Conseil constitutionnel, Jacques Chirac aura toutes les cartes pour apaiser ou attiser un conflit qui dure depuis sept semaines.
Lire la suite de l’article


Editorial : En attendant les Sages...
par Jean-Yves BOULIC.

D'un conflit, somme toute assez banal, sur une loi sociale, nous sommes passés à une crise politique. La démonstration en a été faite d'un côté par la déferlante anti-CPE, mardi, dans toutes les villes de France et l'appel à une nouvelle journée de grève et de manifestations, et, de l'autre, par l'obstination du Premier ministre à refuser tout compromis. Ceux qui nous observent de l'extérieur, en Europe notamment (et qui ne nous veulent pas forcément du mal), nous regardent avec un certain effarement, mêlé d'un zeste de commisération. Il est vrai que nulle part ailleurs un tel contrat d'embauche - ni recette miracle ni abomination des abominations - n'aurait pu provoquer pareil tintamarre. Que de crispations, de revanches, de colères et de peurs se sont cristallisées sur ce malheureux CPE, comme elles l'ont fait au premier tour de la présidentielle de 2002, lors de la réforme des retraites sous Raffarin et à l'occasion du référendum sur le traité européen, le 29 mai !
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 31/03/06



Matignon et l'Elysée préparent "les scénarios de sortie de crise"
Matignon s'attend apparemment à ce que le Conseil constitutionnel valide la loi controversée sur l'égalité des chances. Jacques Chirac devrait intervenir peu après, vendredi soir selon des sources parlementaires.
Lire la suite de l’article


Les étudiants et lycéens anti-CPE lancent des opérations de blocages routiers
Plusieurs axes routiers ont été bloqués, jeudi 30 mars, en France par des étudiants et des lycéens anti-CPE, provoquant des dizaines de kilomètres d'embouteillages autour de plusieurs grandes villes. Le président de l'Union nationale lycéenne, Karl Stoeckel, a été interpellé lors de l'évacuation de manifestants qui tenaient un barrage sur le périphérique parisien, a annoncé l'organisation lycéenne.
Lire la suite de l’article


La consigne orale de Gilles de Robien, une "maladresse importante" selon les proviseurs
Le secrétaire général de principal syndicat de proviseurs, le SNPDEN, affilié à l'UNSA, Philippe Guittet, a estimé qu'il s'agissait d'"une maladresse importante", car "la solution n'est pas dans l'ordre public, elle est politique". "Il vaut mieux que les évacuations se fassent en concertation, par le dialogue entre les équipes pédagogiques et les élèves", a déclaré M. Guittet, qui s'est maintes fois prononcé pour la suspension du CPE.
Lire la suite de l’article


Le Haut Conseil de l'éducation définit le socle de connaissances
Installé le 8 novembre 2005 par le ministre de l'éducation nationale, Gilles de Robien, le Haut Conseil de l'éducation devait rendre publiques, jeudi 30 mars, ses recommandations sur le socle commun de connaissances et de compétences que doivent maîtriser tous les élèves à l'issue de leur scolarité obligatoire (Le Monde du 10 janvier). La création de cette instance consultative, présidée par Bruno Racine, conseiller maître à la Cour des comptes et président du Centre Georges-Pompidou, était inscrite dans la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005.[…] Un premier palier de la maîtrise du socle commun est préconisé pour la fin de l'école primaire. Et en fin de troisième, le passage du diplôme national du brevet, qui sera rénové, pourrait sanctionner sa maîtrise.
Le contenu du socle est organisé en sept compétences et chacune d'entre elles requiert la contribution de plusieurs disciplines. Ainsi, même "les enseignements artistiques et l'éducation physique et sportive ont un rôle à jouer".
Lire la suite de l’article


La France vue par une blonde, par Dominique Dhombres
CNN avait comparé les violences urbaines, à Paris, à la fin de la manifestation du 28 mars, au massacre de la place Tiananmen. Un peu osé, non ? La chaîne d'info américaine a présenté ses excuses.
Ce commentaire proféré en direct était dû à une jeune et belle journaliste blonde, Kyra Phillips, assise à distance de sécurité, au moment des faits, à Atlanta (Géorgie), loin, très loin de la place de la République. Elle avait vu des canons, mais pas l'eau.[…]
Lire la suite de l’article


Faux pas de la langue, par Eric Fottorino
En parlant de "démission" et non de décision à propos du Conseil constitutionnel, le premier ministre a commis un de ces lapsus que l'on dit sans doute un peu vite révélateurs, croyant avoir tout saisi de l'inconscient du locataire de Matignon. Le lapsus, littéralement lapsus linguae, ou faux pas de la langue, est une inadvertance qui réjouit ou édifie celui qui l'écoute, qui mortifie parfois celui qui le prononce. Et on se demande à présent quel laps de temps il faudra à Villepin pour passer du lapsus au collapsus.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 30/03/06


Etudiants et lycéens veulent bloquer routes et gares
Pour rythmer la mobilisation, la coordination étudiante nationale appelle étudiants et lycéens à organiser jeudi 30 mars à une journée nationale de blocage des principaux axes routiers et ferrés.Répondant à ce mot d'ordre, plusieurs barrages avaient déjà été mis en place dans la matinée.
Lire la suite de l’article


8 Français sur 10 ne veulent pas du CPE
Selon un sondage CSA, 42% souhaitent que le CPE soit suspendu "le temps de trouver une solution" et 41% qu'il soit retiré purement et simplement.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
L'Express Quotidien du 30/03/06


Robien en appelle à la force
Le ministre de l'Education nationale a invité, mercredi, les directeurs de lycées bloqués par les anti-CPE à rouvrir leur établissement dès aujourd'hui. Pour cela ils pourront recourir aux forces de l'ordre
Lire la suite de l’article


Les racines de la révolte
Anti-CPE, pro-CPE, anti-blocage... Au-delà des contradictions de ce «printemps 2006», portrait d'une génération déboussolée
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 30/03/06



CPE: deux lycées de Montreuil bloqués, pas d'intervention de la police
Les entrées des lycées Jean-Jaurès et Condorcet, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), étaient totalement bloquées jeudi matin par des élèves opposés au CPE, mais la police n'a pas été envoyée pour débloquer les deux établissements, a constaté une journaliste de l'AFP.Au lycée Jean-Jaurès, des parents s'étaient déplacés, inquiets d'une possible intervention des forces de l'ordre après la consigne orale donnée mercredi aux recteurs par le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien de faire rouvrir tous les lycées bloqués.[...]La proviseure du lycée, Danièle Amiel, circulait parmi les élèves qui s'agglutinaient progressivement. Elle n'a pas souhaité commenter les propos du ministre, se bornant à déclarer "qu'elle n'obéissait qu'à des consignes écrites", et que le cas présent, elle "n'en avait pas eu".
Lire la suite de l’article


Au lycée Jules-Siegfried, le proviseur force lui-même la porte
"On ne me réduira pas à ça, je refuse d'appeler la police! Pour vous!". Le proviseur préfère scier lui-même la grosse chaîne que les grévistes ont posée jeudi sur la porte du lycée technique Jules-Siegfried dans le Xe à Paris, après l'appel du ministère de l'Education à rouvrir tous les lycées.
Lire la suite de l’article


Une quarantaine de lycées perturbés à Paris, une intervention policière
Une quarantaine de lycées parisiens, 36 sur 110, étaient perturbés jeudi matin, journée d'actions des lycéens et étudiants contre le CPE et la police est intervenue devant un seul établissement, sans incident, a-t-on appris auprès du rectorat.
Lire la suite de l’article


La FCPE appelle à participer "massivement" à la journée anti-CPE du 4 avril
La FCPE, principale fédération de parents d'élèves, a appelé jeudi à "s'associer massivement" à la journée de manifestations et grèves du 4 avril contre le contrat première embauche (CPE).
Lire la suite de l’article


Manifestation anti-CPE : circulation perturbée à Lille et Dunkerque
La circulation sur les voies d'accès à Lille et Dunkerque était perturbée jeudi matin en raison de barrages mis en place par des étudiants et lycéens opposés au contrat première embauche (CPE), a-t-on appris auprès du Centre régional d'information routière et de la police.
Lire la suite de l’article


CPE: quatre jeunes filles blessées par des jets d'acide à Valenciennes
Quatre jeunes filles ont été légèrement blessées jeudi matin par des projections d'acide chlorhydrique contenu dans des bouteilles qui auraient été lancées par des lycéens lors d'une manifestation anti-CPE à Valenciennes (Nord), a-t-on appris de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


CPE: vers un avis favorable des "Sages" que suivrait une promulgation
Le Conseil constitutionnel devrait rendre jeudi soir une décision favorable au CPE, et Jacques Chirac promulguer au plus tard vendredi soir la loi créant ce contrat, tout en annonçant l'organisation d'un "Grenelle social", ont indiqué à l'AFP des sources informées. Le chef de l'Etat pourrait s'adresser vendredi soir aux Français sur ce dossier brûlant.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

mercredi, mars 29, 2006

Revue de presse du mercredi 29 mars 2006

Quand le lapsus en dit beaucoup…
"Attendons le conseil constitutionnel qui prendra sa démission demain", a indiqué le Premier ministre à l'Assemblée, mercredi. Ce lapsus a provoqué l'hilarité de l'opposition… et petites quelques sourires (jaunes) sur les bancs de la majorité.
Il est vrai que l’on attend beaucoup de l’avis du conseil constitutionnel jeudi dans la matinée. Car pour l’instant la situation est bloquée. Les syndicats lancent un appel à une nouvelle journée de grève et de manifestations le mardi 4 avril prochain. Pendant ce temps là, Villepin est au « palais de l’enlisé » pour reprendre le titre du Canard Enchaîné.

Autre déclaration, mais celle ci n’est pas un lapsus.
Gilles de Robien a donné une "consigne orale" aux recteurs d'académie pour que tous les lycées bloqués par le mouvement anti-CPE soient "rouverts" jeudi."Les recteurs avec les proviseurs verront comment ils peuvent faire pour rouvrir les établissements", a précisé le ministère. "Demain, il faut que les lycéens rentrent vraiment dans leur lycée, parce que sinon ils vont gâcher une partie de leur avenir, ils vont gâcher leur année scolaire", avait déclaré le matin même le ministre sur Europe 1.
Les syndicats d’enseignants ont vivement ré agi à cette déclaration qu’ils qualifient de provocation.

Encore une fois, cette revue de presse est en totalité consacrée au CPE. Mais est-ce que l’école va bien pour autant, rien n’est moins sûr…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 29/03/06


Villepin seul à la table
Ni les syndicats de salariés, ni la plupart des organisations étudiantes et lycéennes n'ont répondu positivement à son invitation à venir discuter du CPE mercredi à Matignon • Jacques Chirac s'exprimera sur le sujet «dans les prochains jours» •
Lire la suite de l’article


Les scénarios de l'après-28 mars
Après la mobilisation d'hier, sans précédent depuis 1995, le gouvernement peine à trouver une issue à deux mois de crise.
Lire la suite de l’article


Les étudiants en rangs serrés
Avec les lycéens, ils entendent maintenir la mobilisation.
Lire la suite de l’article


Les scénarios de l'après-28 mars
Après la mobilisation d'hier, sans précédent depuis 1995, le gouvernement peine à trouver une issue à deux mois de crise.
Lire la suite de l’article


EDITORIAL • Pourrissement
e Gaulle quittait la France pour Baden Baden en plein 68, Chirac, lui, renonce à se rendre au Havre et s'enferme à l'Elysée. Dans les deux cas, c'est la marque d'une crise de régime.[…] S'il continue, à l'inverse, à demeurer l'otage de Villepin et à jouer le pourrissement, la putréfaction risquera alors d'entacher sa fin de mandat, et bien au-delà. Après que les électeurs se sont rebellés dans les urnes le 29 mai et que la jeunesse des villes ou des banlieues descend dans la rue depuis novembre, il prendrait une énorme responsabilité à attiser les tensions en restant solidaire de son Premier ministre et définitivement sourd aux Français.
Lire la suite de l’article


Une régression anti-individualiste
par François de SINGLY

ouvent, il y a confusion entre le libéralisme économique et l'individualisme. Cela est de nouveau perceptible par exemple dans les propos de Thierry Lefebvre lorsqu'il affirme que le mouvement contre le CPE est une «résistance à l'individualisme des sociétés modernes» (le Monde, 18 mars 2006). Se tromper ainsi dans le nom de l'ennemi n'est un service à rendre ni à ceux et celles qui luttent contre l'extension des contrats précaires ni à ceux et celles qui veulent comprendre le monde actuel. Si l'individualisme était à ce point un ennemi, pourquoi Jean Jaurès aurait écrit dans Socialisme et liberté en 1898 : «Rien n'est au-dessus de l'individu. Le socialisme est l'individualisme logique et complet.». La question n'est pas d'opposer le collectif et l'individu ; elle porte sur la conception de l'individu.[…]
Mais, comme Jaurès pourrait nous le rappeler, étant donné les rapports de force à l'intérieur d'une société capitaliste, les individus ne peuvent se défendre en tant qu'individus que par la médiation de luttes collectives. Les féministes n'ont obtenu que les femmes aient enfin la maîtrise de leur corps (et non pas l'Etat, et leur mari) qu'en se regroupant et en luttant ensemble. A leur tour, les jeunes défilent en réclamant : «Notre avenir nous appartient.»
.Ils demandent seulement les conditions pour pouvoir exister à titre personnel, pour ne pas rester dépendants encore et encore de leurs parents (et encore pour ceux qui peuvent avoir ce support). Ces luttes défendent une conception d'un individu qui refuse d'être sous la coupe d'un pouvoir arbitraire. L'insécurité du CPE, c'est la restauration de «la loi de certains contre presque tous», de la loi de la jungle. Cela semble être le principe du libéralisme. Ce n'est pas celui, répétons-le de nouveau tant la confusion est forte, de l'individualisme humaniste.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 29/03/06



CPE : l'intersyndicale appelle à une nouvelle grève le 4 avril
Les 12 organisations syndicales qui demandent le retrait du CPE appellent de nouveau à une journée de mobilisation. Dans la matinée, le président de la République a fait savoir qu’il s’exprimerait sur le sujet dans les jours à venir. La décision du Conseil constitutionnel, saisi par la gauche, est attendue jeudi.
Lire la suite de l’article


La crise du CPE vue par les médias étrangers
Critiquant le « chant du cygne » de Dominique de Villepin et comparant les manifestations parisiennes aux événements de Tiananmen, les médias étrangers soulignent mercredi l'ampleur de la révolte contre le Contrat première embauche. Ils s'interrogent sur les blocages de la société française face à un monde changeant, révélés par la crise sur l'emploi des jeunes. Morceaux choisis.
Lire la suite de l’article


Les casseurs exclus du cortège parisien
Services d'ordre syndicaux musclés et forces de l'ordre réactives ont permis d'éviter violences et pillages durant le défilé.
Lire la suite de l’article


Les «anti-CPE» mobilisent en masse
Les syndicats saluent une journée «historique», mais Dominique de Villepin, tout en renouvelant son offre de dialogue, n'entend pas reculer.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 28/03/06 (un jour de retard)



Pas en ligne


----------------------------------------------------
Le Parisien du 29/03/06 ( payant)



Blocage
Entre un et trois millions de personnes ont manifesté hier en France contre le CPE. Alors que Nicolas Sarkozy critique ouvertement la méthode de Dominique de Villepin, ce dernier affiche sa fermeté. Ça secoue dans la majorité
Lire la suite de l’article


A Paris, les canons à eau dispersent les casseurs
15 h 30 GRENOBLE, RENNES, CAEN, ROUEN, LILLE : incidents de fin de cortège. A Grenoble, la police utilise flashballs et gaz lacrymogène contre des jeunes qui veulent investir le local de l'UMP. Une dizaine de personnes sont interpellées.
Lire la suite de l’article


L'Education nationale bien mobilisée
DANS LES ECOLES et les collèges, selon le ministère de l'Education, on a dénombré 42,35 % et 42,01 % de grévistes. Dans les lycées généraux et technologiques, on a compté 36,67 % des profs qui ont cessé le travail, 32,25 % dans les lycées...
Lire la suite de l’article



A Paris, les canons à eau dispersent les casseurs
15 h 30 GRENOBLE, RENNES, CAEN, ROUEN, LILLE : incidents de fin de cortège. A Grenoble, la police utilise flashballs et gaz lacrymogène contre des jeunes qui veulent investir le local de l'UMP. Une dizaine de personnes sont interpellées.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 29/03/06



Et maintenant, trouver l'issue
Entre un et trois millions de personnes ont manifesté mardi contre le contrat première embauche (CPE). Presque partout en France, la mobilisation a été plus importante que le 18 mars. Jacques Chirac s'exprimera "dans les prochains jours" sur le sujet, a fait savoir mercredi son entourage
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 29/03/06



CPE: Jacques Chirac sommé d'agir au lendemain de manifestations monstres
Au lendemain des manifestations monstres pour le retrait du contrat première embauche, les yeux se tournent désormais vers Jacques Chirac, sommé de peser de tout son poids institutionnel en vue de l'abandon rapide d'un dispositif massivement rejeté.
Lire la suite de l’article


La colère grandit, l'entêtement de Villepin aussi
Ils étaient plus de 2 millions en 1995 contre Juppé. Deux millions aussi contre Raffarin en 2003, selon les syndicats. La lame de fond contre le CPE qui a déferlé hier, dans plus de 250 villes en France était au moins aussi importante, voire plus. Villepin a pourtant répété : pas question de retirer le CPE. Ce n'est pas faute de lui avoir demandé puisqu'hier, entre 1 et 3 millions de manifestants, selon la police ou les syndicats, ont défilé. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, parle d'une mobilisation « historique », le double de celle du 18 mars. Elle a entraîné des perturbations dans les transports et à l'école. Quant aux violences, elles ont été semble-t-il mieux contenues.
Lire la suite de l’article



CPE: raz-de-marée "historique", Chirac s'exprimera "dans les prochains jours"
Entre 1 et 3 million de manifestants ont défilé toutes générations confondues partout en France mardi contre le CPE, un raz-de-marée sans précédent, alors qu'une intervention de Jacques Chirac est attendue "dans les prochains jours"
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 29/03/06



Démonstration de force contre le CPE dans toute la France
La journée de mobilisation contre le CPE, à l’appel de tous les syndicats de salariés et des organisations étudiantes et lycéennes, a fait descendre dans la rue une foule imposante. Au moins le double de celle qui s’était manifestée le 18 mars dernier. La plupart des observateurs font référence à 1995 et aux manifestations contre le projet Juppé pour retrouver d’aussi fortes mobilisations. La plupart des rassemblements se sont déroulés dans le calme sauf à Paris et à Rennes.
Lire la suite de l’article


Ségolène Royal favorable au service civil obligatoire
Ségolène Royal, président PS du conseil régional de Poitou-Charentes et députée des Deux-Sèvres a estimé, dans une interview à La Provence que "supprimer le service militaire avait été une erreur".
Lire la suite de l’article


'Avoir 20 ans en 2006' : vos réactions à notre enquête
Jeunes en galère, parents inquiets, papy-boomers rebelles : vous avez été très nombreux à réagir à notre enquête sur 'Avoir 20 ans en 2006'. En voici des extraits.
Lire la suite de l’article



-------------------------------------------------
Le Monde daté du 30/03/06



L'intersyndicale anti-CPE appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 4 avril
L'intersyndicale des 12 organisations de salariés, lycéens et étudiants qui conduit la campagne pour le retrait du contrat première embauche (CPE) a décidé, mercredi 29 mars, d'appeler à une nouvelle journée de grève et de manifestations le 4 avril, a-t-on appris de sources syndicales.
"L'inflexibilité affirmée du premier ministre ne peut que renforcer la détermination des organisations syndicales à poursuivre l'action", souligne un communiqué de l'UNSA, qui appelle "ses syndicats, ses sections régionales et départementales à mettre tout en œuvre pour assurer le succès de cette mobilisation".
Lire la suite de l’article


Gilles de Robien a donné la "consigne orale" de rouvrir les lycées jeudi
Gilles de Robien a donné une "consigne orale" aux recteurs d'académie pour que tous les lycées bloqués par le mouvement anti-CPE soient "rouverts" jeudi, a annoncé mercredi le ministère de l'éducation, précisant que ces réouvertures devaient se faire "en fonction des situations locales" et non forcément en ayant recours aux forces de l'ordre. "Les recteurs avec les proviseurs verront comment ils peuvent faire pour rouvrir les établissements", a précisé le ministère. "Demain, il faut que les lycéens rentrent vraiment dans leur lycée, parce que sinon ils vont gâcher une partie de leur avenir, ils vont gâcher leur année scolaire", avait déclaré le matin même le ministre sur Europe 1.[…]
Le principal syndicat de proviseurs, le SNPDEN, affilié à l'UNSA, a confirmé l'existence de ces consignes orales sur le plan national. Le secrétaire général de ce syndicat, Philippe Guittet, a estimé qu'il s'agissait d'"une maladresse importante", car "la solution n'est pas dans l'ordre public, elle est politique". "Il vaut mieux que les évacuations se fassent en concertation, par le dialogue entre les équipes pédagogiques et les élèves", a estimé M. Guittet, qui s'est maintes fois prononcé pour la suspension du CPE.
Lire la suite de l’article


M. Chirac arbitre de la crise politique sur le CPE
La crise sociale du CPE est désormais politique. Mercredi 29 mars, pendant le conseil des ministres, Jacques Chirac a décidé de n'en souffler mot. Mais, quelques minutes plus tôt, les yeux dans les yeux avec son premier ministre, il n'a été question que de cela. Et la veille, à l'Elysée jusque 22 heures, une réunion de crise avait été convoquée pour trouver une issue au di dans lequel son premier ministre et sa majorité l'ont poussé.
D'un côté, son premier ministre, qui est déterminé à ne rien céder sur le CPE tel qu'il est défini par la loi, lui demande une promulgation immédiate de ce texte. Si possible, au lendemain même de la décision du Conseil constitutionnel, attendue pour jeudi 30 mars, voire mercredi.
Lire la suite de l’article


La cour d'appel de Paris déboute l'instituteur d'"Etre et avoir"
La cour d'appel de Paris a débouté, mercredi 29 mars, Georges Lopez, l'instituteur vedette du documentaire à succès de Nicolas Philibert, Etre et avoir. M. Lopez, 60 ans, demandait des indemnités, notamment pour atteinte à son droit à l'image. L'instituteur, qui a engagé cette action en justice en 2003, estimait, en effet, que le film constituait une reproduction illicite de son cours devant sa classe, et qu'il avait été diffusé sans son autorisation. M. Lopez réclamait que lui soit reconnu le statut de "coauteur de l'œuvre audiovisuelle Etre et avoir", et que des dommages et intérêts lui soient versés en raison des "actes de contrefaçon" commis à son préjudice et de la méconnaissance de ses "droits à l'image, au nom et à la voix".
Lire la suite de l’article



Scènes de crise à Matignon
La chose est rare à Matignon, mais Dominique de Villepin a maigri. "L'effet du stress sur un tempérament exalté", diagnostique l'un de ses ministres, faussement compatissant. La conséquence mécanique d'un petit phénomène politique aussi : depuis le 16 janvier où il a annoncé la création du contrat première embauche (CPE), quelques heures seulement après en avoir informé patronat et syndicat, le premier ministre "mange" littéralement du CPE matin, midi et soir. Il argumente en faveur de sa réforme au petit déjeuner avec les barons de sa majorité, à midi avec des chefs d'entreprise, plaide encore à l'heure de l'apéritif devant la presse après avoir tenté des goûters avec des associations de jeunes. Et manifestement, cela ne nourrit pas son homme.[…] Il y a, comme souvent chez Villepin, ce très curieux dosage d'agressivité, de trivialité de l'expression, d'élégance du geste et d'abstraction du message. Mais enfin, le premier ministre y met toute son énergie. Pourquoi avoir enchaîné le CPE, réservé aux moins de 26 ans, juste après le contrat nouvelle embauche (CNE), qui propose les mêmes conditions - une période d'essai pouvant aller jusqu'à deux ans et un licenciement sans justification obligatoire - mais seulement pour les entreprises de moins de 20 salariés ? "J'ai pensé que la Valda passerait mieux avec le CPE qu'avec le contrat unique", estimant que cette solution, prônée par le Medef et Nicolas Sarkozy, aurait été vécue comme une attaque frontale par les syndicats. Plus que jamais, il reste certain d'avoir raison.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs permanent du 29/03/06


Villepin dit "démission"
 au lieu de "décision" 

"Attendons le conseil constitutionnel qui prendra sa démission demain", a indiqué le Premier ministre à l'Assemblée, mercredi. Ce lapsus a provoqué l'hilarité de l'opposition.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express Quotidien du 29/03/06


"Mais que veulent les Français?"
Au lendemain de manifestations monstres, la mobilisation anti-CPE continue de faire parler d'elle dans les médias étrangers. Extraits
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 29/03/06



Manifestation anti-CPE: un mois ferme pour un jeune d'un service d'ordre
Un jeune homme de 22 ans, membre du service d'ordre d'un collectif d'étudiants lors de la manifestation de mardi à Dijon, a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel à un mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour des violences sur des forces de l'ordre.
Lire la suite de l’article


CPE: Chérèque (CFDT) "craint que le gouvernement joue la montre"
Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a déclaré "craindre que le gouvernement (ne) joue la montre" en espérant que les "vacances scolaires ne noient la mobilisation", anti cpe mercredi sur France Culture. "Je crains que le gouvernement joue la montre. Il sait qu'il y a une période de vacances scolaires donc je crains qu'il se dise: encore une manifestation de plus et après les vacances noieront la mobilisation", a indiqué M. Chérèque.
Lire la suite de l’article


A Grasse, des slogans d'écoliers jugés politiquement incorrects
"Non à la guerre", "ne tuez pas les animaux": les slogans "pour un monde meilleur", rédigés par des élèves de Grasse dans le cadre d'un projet pédagogique, ont provoqué l'indignation de trois députés UMP des Alpes-Maritimes qui dénoncent une action destinée à sensibiliser les enfants "au thème de la revendication".
Lire la suite de l’article


CPE: plus d'autre choix que de retirer le texte, selon M. Rocard
L'ancien Premier ministre Michel Rocard (PS) a jugé que Dominique de Villepin n'avait plus d'autre choix que d'annoncer une rediscussion de la loi sur le CPE, "ce qui revient à la retirer pour en faire une autre", a-t-il déclaré dans une interview publiée jeudi par le quotidien La Provence. "Je m'étonne qu'il n'ait pas compris que nous sommes passés du terrain du droit du travail au terrain symbolique. Ce qu'une bonne majorité de Français refuse, c'est que la précarité du travail soit inscrite dans le droit, ce qui est le cas du CPE. Villepin n'a plus le choix. Il faut annoncer que l'on rediscutera la loi, ce qui revient à la retirer pour en faire une autre", a-t-il dit.
Lire la suite de l’article


Déblocage lycées: Robien "ministre de la provocation", pour le Sgen-CFDT
Le Sgen-CFDT a qualifié mercredi Gilles de Robien de "ministre de la provocation" après que le ministre de l'Education eut donné la consigne de rouvrir les lycées bloqués.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




L’indispensable café pédagogique



Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



La maison des enseignants



Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

mardi, mars 28, 2006

Revue de presse du mardi 28 mars 2006

Beaucoup, vraiment beaucoup….
Hier, je posais, comme toute la presse, la question du « Combien ? ». Malgré les différences dans les comptes, la réponse est unanime. Beaucoup, énormément…
Que ce soit d'après les chiffres de la police -- qui a comptabilisé 1,06 million de manifestants dans quelque 250 cortèges --, ou ceux des syndicats qui comptent trois millions, la participation à la journée de mardi a été deux fois supérieure à celle de la précédente mobilisation anti-CPE du 18 mars, qui avait réuni entre 500.000 et 1,5 million de personnes.

La participation dans l’éducation nationale, d’après les chiffres fournis par le ministère, a elle aussi été très forte : de 37% dans les lycées à 40,56% dans les collèges et 42,7% dans les écoles. Sans compter les lycées (comme celui où j’enseigne) qui étaient fermés…

L’autre question posée hier était : « Et après ? ». A cette question ; le premier ministre semble pour l’instant répondre par l’indifférence et veut garder la loi tout en proposant des aménagements. Ce que refusent les syndicats de salariés et de jeunes.
Reste la porte de sortie du Conseil constitutionnel…
Parier sur le pourrissement est de toutes façons très risqué pour le gouvernement. On a vu encore aujourd’hui des incidents, moins importants cependant que le 18 mars dernier, émailler les différentes manifestations. Le risque est grand d’une radicalisation et d’une exacerbation de la violence qui ne profiterait à personne.

Tous ces points sont développés dans vos journaux. Vous avez aujourd’hui une raison de plus de lire cette revue de presse car, les journaux “papier“ n’étant pas distribués, il faut forcément lire aujourd’hui la presse en ligne. Il y a des jours où on se sent utile...

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 28/03/06



Villepin rate ses divisions
Le Premier ministre a invité, sans succès, syndicats et étudiants à «discuter», ignorant la forte mobilisation attendue aujourd'hui.
Lire la suite de l’article


EDITORIAL • Surréaliste
Drôle de jour J. Le pays est bloqué et tendu comme jamais, les trois quarts des universités sont touchées par la grève, plus d'un millier de lycées également, les syndicats constatent une mobilisation dans le secteur public comme dans le privé plus grande qu'au plus fort moment de la réforme des retraites, les sondages donnent de manière persistante une opinion aux deux tiers hostile au CPE, mais, côté pouvoir, personne ne bouge. […]Ne serait l'enjeu, la scène serait tragi-comique.
En la circonstance, elle est tellement surréaliste qu'on a du mal à imaginer la suite. Dominique de Villepin a invité les syndicats et les organisations étudiantes demain mais c'est pour leur proposer encore de discuter d'«aménagements» à la loi : le geste est sidérant, à moins qu'il ne s'agisse d'une nouvelle tentative de division ou d'une volonté d'exaspérer un peu plus le mouvement, pour le pousser à la faute.
Lire la suite de l’article


Grève: le public répond à l'appel
Le mouvement devrait être largement suivi aujourd'hui dans toute la France, de la SNCF à EDF, en passant par France Télécom.
Lire la suite de l’article


«Une attaque sans précédent contre le code du travail»
Marie-Cécile Perillat, 31 ans, enseigne l'histoire-géographie au lycée Toulouse-Lautrec de Toulouse et milite au Snes, syndicat majoritaire dans le secondaire. Pour elle, la journée de grève de mardi va marquer «un point de rencontre important» entre étudiants, lycéens, salariés et enseignants.
Lire la suite de l’article


A Paris, la police veut faire le ménage
4 000 agents seront déployés le long de la manifestation.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 28/03/06


Le CPE à l'épreuve de la grève
Dominique de Villepin a invité les syndicats et les organisations étudiantes à discuter cet après-midi à Matignon des «aménagements à apporter au CPE».
Lire la suite de l’article


A Paris, les casseurs sont attendus en nombre
La préfecture de police met en place un système inédit pour tenter de contenir les débordements.
Lire la suite de l’article

Jeunes et patrons face à l'avenir
D'un côté, huit jeunes - étudiants, lycéens, stagiaires... De l'autre, cinq patrons. Le moins âgé d'entre eux n'a que 28 ans et dirige une entreprise qui a généré dix mille emplois indirects. La confrontation a eu lieu le 20 mars au Figaro Magazine. Au coeur du débat : le CPE, le chômage, l'avenir d'une génération inquiète, pour qui la stabilité d'un emploi est presque devenue un idéal. Alors que les patrons réclament davantage de flexibilité pour embaucher... Un dialogue difficile mais, de part et d'autre, la volonté de se comprendre. La preuve que lorsque des gens de bonne volonté se réunissent autour d'une table, des solutions sont envisageables.
Lire la suite de l’article
-------------------------------------------
L'Humanité du 278/03/06 (un jour de retard)



Le gouvernement choisit d’attendre
Journée décisive demain dans la lutte pour le retrait du CPE, alors que les étudiants ne désarment pas et que la situation est de plus en plus tendue.
Lire la suite de l’article


Ils partagent la colère des jeunes
Guy Bedos, comédien.
« Je suis évidemment, bien que je sois en CDE, contrat dernière embauche, totalement solidaire de ces jeunes gens. Ils réagissent contre le monde tel qu’il est et ils ont raison. Je parle presque plus en père de famille mais la réponse apportée n’est pas bonne du tout. Je vois mes enfants, leurs amis : de stage en stage, on les traîne jusqu’à trente ans et à quarante ans, on leur dit qu’ils sont vieux... Pour en revenir au CPE, on ne peut être que choqué par la manière dont tout a été organisé. Normalement, on dialogue d’abord, on légifère après.
Le CPE est aussi un prétexte pour les jeunes de dire leur angoisse, leur inquiétude, leur colère contre le monde qu’on leur propose. Le CPE, avec la brutalité du licenciement au bout de deux ans sans motif, est une mesure extrêmement violente. [...]
Patrick Bruel, chanteur.
« Le peuple a envie de s’exprimer très fort. Aujourd’hui, le CPE réunit énormément de gens dans la rue. Bien plus qu’on pourrait penser. Est-ce que c’est vraiment le CPE qui réunit tous ces gens ? Ou est-ce que c’est une envie d’exprimer un ras-le-bol, un appel au secours ? J’y vois plus un appel au secours.[…]
Lire la suite de l’article


Sarkozy durcit les consignes policières
Le dispositif policier mis en place lors des dernières manifestations anti-CPE fait débat. Favoriserait-il les incidents qui ont émaillé la fin des défilés ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 28/03/06 ( gratuit aujourd’hui…)



Combien?
Villepin a donné rendez-vous aux syndicats et aux étudiants mercredi à Matignon. En attendant, les anti-CPE s'apprêtent à se mobiliser fortement aujourd'hui. Une amplification de la contestation confirmée par les renseignements généraux.
Lire la suite de l’article



La police renforce son dispositif anti-casseurs
LES SERVICES de renseignements estiment entre 60 000 et 100 000 personnes le nombre de manifestants qui devraient défiler aujourd'hui à Paris contre le CPE et espèrent surtout moins de débordements que jeudi dernier quand l'esplanade des Invalides s'est transformée en terrain de bataille. Les autorités, cette fois, multiplient les mesures pour éviter ces incidents, il est vrai moins fréquents dans les cortèges réunissant aussi les salariés et pas seulement les étudiants, cibles faciles pour les groupes violents. Selon la préfecture de police de Paris, des contrôles préventifs de personnes, susceptibles de se livrer à des actes de violence, seront mis en oeuvre, le réseau des transports francilien faisant l'objet d'une surveillance accrue en collaboration avec la RATP et la SNCF.« Même si cela peut provoquer des troubles dans les gares de banlieue, on évite l'agrégation au cortège », confie un policier.
Lire la suite de l’article


L'éducation au ralenti
DES MATERNELLES aux universités, c'est toute la planète éducation qui tournera aujourd'hui au ralenti pour protester contre le contrat première embauche. Les cinq grandes fédérations de l'éducation (FSU, UNSA, Ferc-CGT, Sgen-CFDT, FAENR) ont appelé en choeur à la grève. Revue de détail secteur par secteur.
Lire la suite de l’article


Matignon persiste, les cortèges grossissent
«AMBIANCE champagne » selon l'expression d'un proche, hier après-midi, dans l'entourage du Premier ministre après la publication d'un sondage Ipsos affirmant que la droite soutient à 72 % l'aménagement du CPE. Faisant peu de cas des 8 % de droite à souhaiter le maintien du CPE en l'état actuel et surtout des 63 % de Français qui n'approuvent pas le CPE, Dominique de Villepin continue de rester inflexible sur ses positions.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 28/03/06



Aucune des 5 confédérations de salariés n'ira chez Villepin mercredi
Les cinq confédérations syndicales de salariés ont décliné mardi l'invitation à négocier des "aménagements" au contrat première embauche formulée par Dominique de Villepin, le jour d'une quatrième journée de mobilisation en deux mois pour le retrait du CPE.
Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
20 minutes du 28/03/06



Grèves et manifestations anti-CPE: le pays au ralenti
Des milliers d'arrêts de travail et 135 manifestations partout en France: la vague de mobilisation anti-CPE devrait se faire particulièrement sentir dans les transports et l'école, mardi, alors que les cortèges seront placés sous haute surveillance policière pour parer à tout débordement.
Lire la suite de l’article


Les violences à la marge sont au coeur des débats
La 4e journée de mobilisation syndicale contre le CPE s'annonce aujourd'hui comme la plus importante depuis le début du mouvement. Les syndicats font état d'un nombre d'appels à la grève supérieur à celui du conflit des retraites en 2003. Les craintes de violences, comme jeudi dernier à Paris, n'en sont que plus grandes. Policiers et syndicats se demandent comment contenir les casseurs.
Lire la suite de l’article


Le Quartier latin se souviendra aussi de mars 2006
Quelques degrés de plus, des feuilles aux arbres, et on se croirait en plein mois d'août, au pied de la Sorbonne. Le bouclage du quadrilatère bordant la prestigieuse université depuis l'évacuation, dans la nuit du 10 au 11 mars, fait régner un calme inhabituel.
« Ou allez-vous ? Vous habitez ici ? » : Ainsi se fait-on accueillir par les forces de l'ordre aux barrages postés à chaque rue attenante. Seuls sont autorisés à pénétrer la « zone enclavée » les habitants, les commerçants ou les clients des hôtels, bars et librairies. Beaucoup de jeunes se font éconduire. « Les flics ont peur d'être infiltrés de l'intérieur », précise un habitué. Dans ce temple du savoir, même les professeurs n'ont pas droit de cité.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 28/03/06



Un mardi de mobilisation qui va être déterminant
Nouvelle démonstration de force des syndicats, ce mardi, contre le CPE. Villepin leur propose une rencontre mercredi. Non, répond la CFDT, sans retrait du CPE.
Lire la suite de l’article


EDITORIAL
Inacceptable violence

Lors des manifestations de ces dernières semaines, la violence n'a cessé de croître, montrant son absurdité, sa vilenie, sa lâcheté, sa cruauté. Des personnes ont été blessées. Des jeunes ont été volés, traînés à terre, roués de coups par d'autres jeunes. Des écoles et des universités ont été saccagées. Des magasins pillés. Des voitures brûlées...
Non, la violence n'est pas un moyen de se faire entendre. En démocratie, elle n'est pas légitime. Rien ne peut la justifier.[…] Des slogans écrits se répandent, banalisant ces actes inacceptables. Stupéfiant : les jeunes manifestants eux-mêmes, oubliant qu'ils en sont les premières victimes, crient « Nous sommes tous des casseurs. » Se rendent-ils compte qu'ils invitent ainsi les plus faibles à se lancer tête baissée dans l'impasse de la violence ? Il faut être bien lâche pour crier des insultes, jeter des pavés et des échelles de fer sur des personnes, et cela le visage caché !
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 29/03/06



La mobilisation contre le CPE atteint une ampleur inégalée
La mobilisation contre le contrat première embauche (CPE) faisait l'effet d'un raz-de-marée, mardi 28 mars. Environ 1 055 000 manifestants ont défilé dans toute la France, selon la police, plus de trois millions selon FO et la CGT. Quelques soient les chiffres, ils sont plus de deux fois supérieurs à ceux du samedi 18 mars. […]La grève affecte en particulier l'éducation nationale. Selon les chiffres du ministère, elle a été suivie par 36,83 % des enseignants des lycées d'enseignement général et technologique, et 42,72 % des enseignants du premier degré, soit des chiffres nettement plus importants que pour la grève du 7 mars, mais moins que pour la grève du 20 janvier 2005 contre la loi Fillon.
Lire la suite de l’article


Des heurts ont eu lieu en marge des défilés
Quelques-unes des nombreuses manifestations anti-CPE ont connu des heurts, mardi, d'une ampleur bien inférieure à ceux de jeudi. A Paris, ce jour là, deux mille casseurs avaient affronté la police, détruit des véhicules et des vitrines et agressé des jeunes manifestants, ainsi que des journalistes, à l'arrivée du défilé aux Invalides.[…] En banlieue parisienne, des jeunes et des policiers se sont, une nouvelle fois, affrontés à Savigny-sur-Orge dans la matinée. Dans le Val-de-Marne, vingt-sept interpellations ont eu lieu en marge de manifestations, selon une source policière. Seize jeunes ont été arrêtés au Kremlin-Bicêtre après avoir essayé de voler le tiroir-caisse d'une boulangerie. Des manifestants avaient auparavant dégradé un abribus et une cabine téléphonique près d'un lycée. Onze interpellations préventives ont eu lieu à Créteil, parmi une cinquantaine de lycéens qui, après avoir manifesté, se sont rendus dans un centre commercial sans causer de dégâts. L'un des jeunes arrêtés portait un marteau brise-glace.
Lire la suite de l’article


Villepin refuse de céder devant les manifestants, Sarkozy propose la suspension du CPE
Tandis que des centaines de milliers de personnes manifestaient à Paris et dans toute la France en faveur du retrait du contrat première embauche (CPE), le premier ministre a une nouvelle fois affiché sa détermination : "la République, ce n'est pas les préalables, ce n'est pas l'ultimatum", a déclaré le premier ministre lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée, en allusion à la demande des syndicats de retirer le CPE. "Je leur ai proposé d'en discuter demain à Matignon, ils ont refusé la main tendue. Je leur renouvelle ici devant vous tous cette proposition", a déclaré le premier ministre. "S'ils veulent s'engager dans la voie du dialogue, s'ils veulent réduire la période des deux ans, un entretien à la rupture du contrat, j'y suis prêt", a-t-il affirmé.
Lire la suite de l’article


Journée de mobilisation contre le CPE : perturbations dans les transports et les écoles
Avec des milliers d'arrêts de travail et 135 manifestations attendus partout en France, la vague de mobilisation anti-CPE devrait se faire particulièrement sentir dans les transports et l'école, mardi 28 mars. Le point d'orgue de la journée de cette journée de mobilisation sera le défilé à Paris, qui démarrera à 14 h 30 place d'Italie pour rejoindre la place de la République.
Lire la suite de l’article


Revue de presse
"La France marche à reculons"

Les quotidiens étrangers peinent à comprendre pourquoi la France tarde tant à mener des réformes qui s'imposent. "Le pays marche à reculons vers l'avenir", ironise le Boston Globe. "Les Français refusent de se rendre à l'évidence", et d'affronter les défis qui sont les leurs, renchérit Robert J. Samuelson, chroniqueur au Washington Post. Le Temps de Genève, lui, dénonce "le divorce" grandissant "entre une rue qui condamne sans savoir et des milieux économiques qui expliquent sans convaincre". Comme beaucoup d'autres titres, il juge que la création du contrat de première embauche (CPE), certes mal expliquée, constituait un pas dans le bon sens
Lire la suite de l’article


Le mail source de malentendus
Vous avez envoyé un e-mail enjoué à vos collègues de travail, histoire de détendre l'atmosphère, et certains l'ont mal pris ? Celui que vous avez adressé à vos cousins pour organiser le déjeuner dominical a été compris de travers par la moitié d'entre eux ? Normal. En optant pour la messagerie électronique, vous avez pris le risque maximal de créer un malentendu, affirme une étude publiée par l'université de Chicago Graduate School of Business (Chicago GSB).
Vaut-il mieux recourir au bon vieux téléphone ? Avec la participation de plusieurs dizaines d'étudiants, Nicholas Epley, professeur assistant de science comportementale (Chicago), et Justin Kruger (université de New York) ont étudié la capacité réelle des personnes à communiquer des émotions et des intentions subtiles par ces deux voies. Ils ont aussi mesuré ce que ces personnes pensaient avoir transmis à leurs interlocuteurs. Leurs conclusions : nous sommes persuadés que la "couleur" de notre propos - sérieuse ou badine, triste ou coléreuse, irrespectueuse ou déférente - passe avec autant d'efficacité par e-mail que par téléphone. Alors que, dans les faits, nous sommes loin du compte.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 28/03/06


Gigantesque mobilisation
dans toute la France
La police a comptè pr1.000.000 personnes dans les rues, tandis que la CGT en revendique 2,7 millions (entre 92.000 et 700.000 à Paris).
Lire la suite de l’article


Les manifestants de banlieue sous surveillance 

Les lycéens et étudiants anti-CPE en provenance de la banlieue ouest de Paris se sont rendus dans la capitale sous escorte policière. 12 arrestations en Seine-Saint-Denis
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
L’Express quotidien du 28/03/06


Entre 1 et 3 millions de manifestants
La participation à la journée d'action anti-CPE est beaucoup plus forte que le 18 mars. Selon la CGT, 3 millions de manifestants ont défilé à travers la France. Nouvelles scènes de violences, notamment à Paris, Rennes et Rouen
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 28/03/06



"Sarko, nique ta mère": casseurs face aux forces de l'ordre à République
A quelques mètres de la statue de la République et sous les objectifs de nombreux cameramen perchés sur les toits, plusieurs centaines de casseurs défient les CRS aux cris de "Sarkozy, nique ta mère", mardi à Paris, après la manifestation contre le CPE.
Lire la suite de l’article


Paroles de "lascars" venus "niquer du keuf" en marge de la manif anti-CPE
A 16 ans, Ramms fait partie des dizaines de "lascars" et de "galériens", comme ils se désignent eux-mêmes, qui ont affronté les CRS mardi, en marge de l'immense manifestation parisienne contre le CPE. "C'est la foule qui gouverne", clame ce lycéen noir du 20e arrondissement, alors que les policiers reculent derrière leurs boucliers maculés de peinture.
Lire la suite de l’article


387 interpellations en France à 19H00, selon la police
Les forces de l'ordre avaient interpellé 387 personnes soupçonnées de s'être livrées mardi à des actes de violence en marge des manifestations anti-CPE, selon un bilan policier établi à 19H00.
Lire la suite de l’article


Fonction publique d'Etat: 30% de grévistes dans les ministères (officiel)
Près de 30% des agents de la fonction publique d'Etat ont fait grève mardi dans le cadre de la journée de mobilisation anti-CPE, a-t-on appris de source ministérielle."29,98% du personnel de la fonction publique d'Etat a fait grève mardi", a indiqué à l'AFP le ministère de la Fonction publique, citant des chiffres définitifs. Les taux de grévistes s'élèvent à 37,94% au ministère de l'Education nationale, 26,09% au ministère des Finances et 14,96% au ministère de l'Equipement.
Lire la suite de l’article


Raz-de-marée "historique" anti-CPE: entre 1 et 3 millions de manifestants
Entre 1 et 3 million de manifestants ont défilé toutes générations confondues partout en France mardi contre le CPE, dans des cortèges parfois émaillés d'incidents, un raz-de-marée sans précédent face auquel Dominique de Villepin est resté inébranlable.
Lire la suite de l’article


Avis de tempête pour Villepin, qui refuse toujours de lâcher sur le CPE
Malgré la déferlante anti-CPE mardi à travers la France et les déchirements au sein de l'UMP, Dominique de Villepin est apparu inébranlable dans sa volonté de mener à son terme la bataille du contrat première embauche.
Lire la suite de l’article


Rien vu...


Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)


Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.