mercredi, avril 07, 2010

Revue de presse du mercredi 7 avril 2010


École et rigueur - comprendre, prévenir, agir - Désobéir – ma maman elle est gendarme… -



L’école à l’épreuve de la rigueur
Le titre du journal Le Monde daté du mercredi 7avril était “Moins d’enseignants, plus d’élèves : l’école à l’épreuve de la rigueur”. Depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée en 2007, la politique de non-remplacement de la moitié des fonctionnaires partant à la retraite a été appliquée et particulièrement dans l’Éducation Nationale. Et le chef de l'Etat a rappelé, mercredi 31 mars, que cette politique continuerait jusqu'au budget 2013.
Il ne s’agit plus de “dégraisser le Mammouth” pour reprendre l’expression célèbre de Claude Allègre. Aujourd’hui, on attaque l’os…
Le Monde se livre à une enquête pour voir en quoi cette politique a un impact sur la qualité du service d’éducation. Dans un premier temps, nous dit le journal ce sont les remplaçants des collèges et lycées, qui ont été affectés sur des postes à l'année. Cela rend quasi impossibles remplacements de courte durée par des titulaires. Dans un second temps, des options ont été supprimées, le taux de redoublement a été réduit (mais sur ce point doit-on s’en plaindre, tant on sait à quel point celui ci est inefficace ?). Le journal évoque aussi la réduction des horaires à tous les niveaux de l’enseignement. Si ces coupes étaient sans conséquences sur le niveau des élèves, on pourrait éventuellement s’en réjouir. Mais on voit bien que l’effort de la Nation pour l’Éducation se réduit (7,5% en 1995, 6,6% du PIB aujourd’hui) et que dans le même temps les résultats de la France dans les comparaisons internationales restent faibles. Et l’échec scolaire reste la maladie nosocomiale de l’École . Dans un autre article, Luc Cedelle rajoute à cette liste déjà longue que “ les postes économisés, en 2010, le sont au prix de la remise en cause de la formation initiale en alternance des professeurs.
L’autre conséquence, rajoute Maryline Baumard “est que toute décision ministérielle est devenue suspecte, lue d'emblée comme un levier pour gagner des postes. ”. Le dernier exemple en date reste la réforme du lycée dont on peut craindre qu’elle subisse à terme, malgré les dénégations ministérielles, les effets de la politique de rigueur.
Et le “Mammouth”, ça le fait barrir…

comprendre, prévenir, agir

On ne peut pas attendre des solutions techniques pour réduire la violence. C'est l'humain qui compte.”. Ce sont les propos d’Éric Debarbieux, le président du conseil scientifique des États généraux de la sécurité à l’École au début de la première journée des travaux. Grand-messe sans lendemain ? Ou occasion de parler sans tabou et avec rigueur de la violence à l'école? C'est le pari qu'a fait le chercheur Eric Debarbieux en donnant comme sous-titre à ces États généraux « comprendre, prévenir, agir » .
Le chercheur intervenait après Luc Chatel qui a appelé en ouverture à “imaginer des solutions pragmatiques et innovantes pour répondre à la diversité des formes de violences ”. Dans son discours, Debarbieux en a profité pour rappeler les résultats des principales recherches : «On sait par exemple que l'instabilité des équipes enseignantes est un des facteurs explicatifs des comportements violents.» De la même manière, réduire le nombre d'élèves par classe permet de baisser la violence mais «uniquement dans les quartiers défavorisés». Egide Royer, psychologue et professeur de l'adaptation scolaire à l'université de Laval de Québec est intervenu ensuite. Il insiste sur la rôle majeur de la formation. «Un euro dépensé dans la prévention permettrait d'économiser 6 euros en coercition», rappelle t-il. Dans Libération, on peut lire aussi une interview de Russel Skiba , ce chercheur américain qui intervenait également s’appuie sur l’exemple américain pour montrer que la politique de “tolérance zéro” a échoué. Il est aussi interviewé par Le Monde. On retiendra surtout cette affirmation : “Ces rapports et nos meilleurs résultats de recherche suggèrent de prévenir la violence par un effort sur trois niveaux : la construction d'un climat scolaire positif, le repérage et l'intervention rapide et des réponses prévues d'avance à toute perturbation ou violence. ”.
Le Parisien publie le rapport remis au ministre par Alain Bauer qui présidait une mission de réflexion sur la sanction qui fait 31 propositions Parmi celles ci, “le groupe de travail suggère de travailler sur une application positive de la sanction. Il recommande de rendre à l’exclusion son caractère exceptionnel et de prohiber l’exclusion de classe hors cas où la présence de l’élève peut s’avérer dangereuse. Il invite à privilégier la sanction éducative et réparatrice car la réparation permet de réintégrer la communauté éducative. Il recommande de renforcer la place des travaux d’intérêt général, biens perçus par les élèves et les familles, dans l’échelle des sanctions. Il propose enfin que toute sanction fasse obligatoirement l’objet d’une motivation écrite et d’une explication orale entre l’élève et le conseiller principal d’éducation : la sanction doit être expliquée pour être comprise et débarrasser de son aspect personnel : l’élève doit être puni pour un acte et non pour lui-même".

Désobéir
Dans Libération, il faut signaler une tribune d’Alain Refalo. Celui-ci est un des leaders du mouvement des instituteurs désobéisseurs. Il s’en prend aux syndicats qu’il accuse d’ “autisme” (au passage quand cessera t-on d’utiliser cette expression blessante pour les parents d’enfants souffrant de cette maladie ?). Pour lui, la “grève de profs” est un “inutile rituel syndical” qui évite d’entendre l’exigence de radicalité portée par les désobéisseurs.
Le mot de “résistance” apparaît à de nombreux endroits de cette chronique et cela laisse à la lecture un curieux sentiment. On peut tout à fait comprendre la lutte singulière et individuelle des désobéisseurs mais l’appel à l’ “esprit de résistance” et l’emphase qui va avec conduit aussi à faire perdre de son sens à ce mot historiquement connoté. Au delà du refus, il y a place aussi pour l’exploration des marges de manœuvre qui continuent à exister dans un système républicain et dans un statut qui reste celui de fonctionnaire. A débattre…

Ma maman, elle est policière…
«Mon papa, il est policier et il va t'arrêter». Une menace souvent proférée à tort et à travers dans les cours de récréation nous rappelle Le Figaro Sauf que là, elle a été mise à exécution le 26 mars dernier Trois lycéens, ni dangereux ni dealers, étaient impliqués dans une dispute avec une de leur camarade de classe, qu'ils avaient apparemment insultée. Pas de chance, la mère de cette dernière est commandante de police au commissariat de la ville voisine de Plan-de-Cuques. Dans la demi-heure suivante, 12 fonctionnaires de police, à bord de trois véhicules de service, se rendaient au lycée . Les fonctionnaires ont demandé que les trois garçons, élèves de 1ère, "leur soient amenés sur le champ", avant de les conduire au commissariat de Plan-de-Cuques où ils ont été fouillés, menottés, avant prise d'empreintes, de photos et prélèvement ADN. Puis ils ont été transférés au commissariat marseillais de Bonneveine, où ils ont subi une nouvelle fouille. Ils ont été relâchés à 18h.
Décidemment, l’insécurité règne dans les établissements scolaires…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 07/04/10 (certains articles payants)


«On a bien des plans contre l'incendie, pourquoi pas contre la violence scolaire ?»
Les états généraux de la sécurité à l'école se tiennent aujourd'hui et demain à la Sorbonne, à Paris. Compte-rendu des discussions de la matinée.
Lire la suite de l’article


Ecole : «La tolérance zéro a échoué»
Russell Skiba, chercheur s’exprimant aujourd’hui aux états généraux de la sécurité à l’école, analyse l’exemple américain.
Lire la suite de l’article


Deux jeunes en garde à vue après l'agression d'un proviseur à Blanquefort
Deux jeunes gens, dont un mineur, ont été placés en garde à vue après l'agression du proviseur d'un lycée professionnel de l'agglomération bordelaise dans son établissement dans la nuit de lundi à mardi, a indiqué mercredi la gendarmerie à l'AFP.
Lire la suite de l’article


La grève de profs, inutile rituel syndical
Par Alain Refalo

Nous connaissions l’autisme du gouvernement face aux mobilisations en défense de l’école publique. Devons-nous aujourd’hui constater une forme d’autisme syndical face à l’exigence de radicalité qui s’impose et que des milliers d’enseignants du primaire ont su mettre en musique pour ne pas être complices de réformes scélérates et injustes ?
Lire la suite de l’article


Le lycée Chérioux souffle après avoir gagné quatre pions
Deux mois après l’agression spectaculaire d’un élève, les profs de l’établissement ont en partie remporté leur bras de fer avec le ministère.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 07/04/10


Violence à l'école : le rapport qui inquiète
Tirs, agressions au couteau, engins explosifs… une notede la police dresse un état des lieux alarmant.
Lire la suite de l’article


Des lycéens arrêtés pour avoir insulté la fille d'une policière
Interpellés par une douzaine de policiers dans leur lycée, les trois adolescents ont passé plusieurs heures en garde à vue. Parents d'élèves et syndicats de professeurs ne décolèrent pas.
Lire la suite de l’article


Sectes : ces enfants que se disputent les parents
Lorsqu'un père ou une mère tombe sous l'emprise d'un mouvement sectaire, le juge doit mesurer les risques encourus par leur enfant et organiser sa nouvelle vie.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 07/04/10



Quand Big Brother s’invite à l’école
La semaine passée, en lançant l’opération lycees.eu à l’occasion des Etats généraux de la sécurité à l’école, je notais qu’au Royaume-Uni, 85% des établissement scolaires seraient équipés de caméras de vidéosurveillance et, dans 10% des cas, jusque dans les toilettes. Un exemple suivi, en France, par un établissement scolaire au moins qui, non content de vidéosurveiller les toilettes (ce que la loi interdit), l’infirmerie, le CDI, les couloirs et salles d’étude, prend également les empreintes digitales des élèves à la cantine (ce qui est également interdit), et fait régner une discipline de fer en son sein… tout en affichant d’excellents résultats scolaires.
Lire la suite de l’article


Retour sur vingt ans de plans de lutte contre la violence scolaire
Depuis 20 ans, pas moins de neuf plans de lutte contre la violence à l'école ont été élaborés par les ministres de l'éducation nationale successifs.
Lire la suite de l’article



"Une violence réelle mais pas omniprésente"
Les états généraux de la sécurité à l'école, mercredi 7 et jeudi 8 avril à Paris, à la Sorbonne, réunissent des scientifiques et des représentants du monde éducatif. Le Monde.fr a recueilli le témoignage d'internautes concernés par la violence en milieu scolaire.
Lire la suite de l’article


Violences à l'école : "Une discipline graduée plutôt qu'une tolérance zéro"
Venu ouvrir les Etats généraux de la sécurité à l'école, mercredi 7 avril, le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, a rappelé d'emblée qu'être "à la hauteur de l'enjeu suppose d'examiner l'ensemble des réponses : la prévention, la protection, la formation, la sanction, la répression ou encore l'expérimentation".
Lire la suite de l’article


"Le gouvernement n'a pas d'ambition pour la petite enfance"
Les professionnels de la petite enfance sont appelés une nouvelle à manifester et à se mettre en grève, jeudi 8 avril, à l'appel ducollectif "Pas de bébés à la consigne!", opposé à un assouplissement des règles d'accueil. Invité d'un chat, mercredi 7 avril, Christophe Harnois, l'un des porte-parole du collectif, explique pourquoi il est opposé au décret du gouvernement qui doit permettre d'augmenter ponctuellement les capacités d'accueil des crèches et de réduire le nombre de personnels diplômés (auxiliaire de puériculture, éducateur de jeunes enfants...) au profit de personnels moins qualifiés, comme les titulaires de CAP petite enfance.
Lire la suite de l’article


Peut-on "dégraisser le mammouth" ?
Le slogan de campagne est devenu une règle comptable. Depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée en 2007, le non-remplacement de la moitié des fonctionnaires partant à la retraite est globalement de mise. Et le chef de l'Etat a rappelé, mercredi 31 mars, qu'il le resterait jusqu'au budget 2013.
Lire la suite de l’article


"La France compte une part importante d'élèves en difficulté"
'autres pays réduisent-ils leur nombre d'enseignants ?
Lire la suite de l’article


La "société de la connaissance" à l'épreuve des comptes
ux débuts du quinquennat, un argument paradoxal était manié dans les cercles du pouvoir pour justifier la politique de suppression de postes d'enseignants : celle-ci, expliquait-on, était "le meilleur moyen de contraindre le système à se réformer de l'intérieur". Toute structure étant obligée de se réorganiser à partir d'un certain niveau de réduction des effectifs, les rigidités bureaucratiques de l'éducation nationale devaient ainsi céder le pas au pragmatisme et à la bonne volonté, au bénéfice de tous et même, finalement, à la satisfaction des enseignants.
Lire la suite de l’article


Etes-vous pour une jeunesse sans littérature ? par Christophe Honoré
A quoi ressemble un spécialiste de la littérature jeunesse ? A personne. A quoi ressemble un amoureux de la littérature jeunesse ? A personne. Pour la majorité des gens, la littérature jeunesse est une immaculée conception destinée à des catégories d'âges : 6-9 ans, 11-13 ans… Des livres à porter selon sa taille et son poids. C'est un territoire que seules quelques bonnes femmes parcourent, un pays oublié sur une carte imaginaire, un outil qui ne sert pas. Pourtant, au fil des ans, il faudrait être aveugle pour ne pas voir gagner en superficie les rayons jeunesse dans les librairies. Mais plus cette littérature envahit, enrichit, moins on en parle. Moins on s'en soucie. Moins on la considère.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 07/04/10 (un jour de retard)



Violence scolaire : ce que veulent les professeurs
Les états généraux de la sécurité à l’école s’ouvrent aujourd’hui à Paris. À cette occasion, des enseignants nous font part de leurs doutes et de leurs attentes sur ce sujet surexploité par le ministre de l’Éducation, Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


Violence scolaire. Les syndicats restent prudents
« Mascarade ou vraie prise de conscience ? » L’organisation lycéenne Fidl juge avec prudence l’initiative de Luc Chatel d’organiser des états généraux de la sécurité. À l’image des syndicats d’enseignants qui attendent de ces débats autre chose qu’un catalogue sécuritaire. « Nous souhaitons que toutes les dimensions du problème soient traitées : le contenu de l’enseignement, la dimension sociale, les partenariats avec la ville, la question de la carte scolaire », résume Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, première fédération syndicale enseignante. Thierry Cadart, du Sgen-CFDT, plaide aussi pour « aller au fond du problème, en évitant toute démarche stigmatisante ».

Lire la suite de l’article


Violence à l’école ou contre l’école ?
Avant même l’ouverture des états généraux, Luc Chatel promet la « tolérance zéro ».
Lire la suite de l’article


Guilherme expulsable
Triste nouvelle pour les militants lyonnais : Guilherme Hauka Azanga reste en rétention. Vendredi, le juge de la détention avait décidé de sa remise en liberté. Le parquet avait fait appel. La cour d’appel de Lyon a infirmé hier cette décision et prolongé de cinq jours sa période de rétention qui expirait le 4avril. Les autorités ont donc jusqu’à vendredi pour l’expulser vers Luanda (Angola).
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 07/04/10



Miser sur les parents pour lutter contre les violences scolaires
Alors que s’ouvrent demain les états généraux de la sécurité à l’école, Fadela Amara se rend aujourd’hui dans un collège de Créteil pour souligner les initiatives originales de l’académie.
Lire la suite de l’article


Violence scolaire : les 31 propositions qui font débat
Les "états généraux de la sécurité à l'école" se sont ouverts mercredi à Paris avec la publication du rapport de la mission sur les violences en milieu scolaire, les sanctions et la place de la famille, présidée par le criminologue Alain Bauer.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 07/04/10



Quelle éducation sexuelle pour les enfants ?
Répondre à leurs questions sans heurter leur pudeur, susciter l’échange, poser des limites... telle est la délicate mission éducative des parents. Etape nécessaire pour préparer les enfants à vivre une sexualité épanouie
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 07/04/10



Des états généraux contre la violence à l'école
Grand-messe sans lendemain ? Ou occasion inespérée de parler sans tabou de la violence à l'école pour tous les acteurs concernés, de l'institution aux élèves, en passant par les syndicats, les parents, la justice, la police, les collectivités, les travailleurs sociaux, les associations, sans oublier les experts ? C'est le pari qu'a fait le chercheur Eric Debarbieux - une autorité, président de l'Observatoire international de la violence l'école -en acceptant de présider le conseil scientifique des états généraux de la sécurité. Convoqués par le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, après une série d'agressions en début d'année, ils s'ouvrent aujourd'hui pour deux journées de débats avec pour mots d'ordre « comprendre, prévenir, agir » .
Lire la suite de l’article


La mission Bauer prône de revoir la pratique des exclusions d'élèves
La pratique des exclusions d'élèves des établissements scolaires doit "être entièrement reconsidérée", a prôné mercredi lors des états généraux de la sécurité à l'école Alain Bauer, en résumant les 31 propositions faites par une mission dont il avait la responsabilité.
Lire la suite de l’article


Une violence concentrée sur certains établissements
Les collèges et lycées publics ont déclaré en moyenne 10,5 incidents graves pour 1.000 élèves en 2008-2009, selon l'enquête Sivis. Les violences verbales et physiques représentent les trois quarts des incidents recensés.
Lire la suite de l’article


Violence scolaire: Chatel prône un éventail de « solutions pragmatiques »
Lors de l'ouverture des Etats généraux de la sécurité à l'école mercredi à Paris, le ministre de l'Education a déclaré vouloir « dépasser l'opposition entre les tenants du tout sécuritaire et ceux du tout pédagogique ».
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 07/04/10



Etats généraux: une opération de communication?
Les états généraux de la sécurité à l’école ont débuté ce mercredi à la Sorbonne. Peut-on miser sur leur efficacité?
Lire la suite de l’article


Rupture scolaire: «Il faut instaurer la crainte de la sanction»
INTERVIEW - Le président (UMP) du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, est le seul à avoir mis en place le dispositif permettant de suspendre les allocations familiales aux parents...
Lire la suite de l’article


Etats généraux de la violence scolaire: «tendre vers la tolérance zéro»
Pour Luc Chatel, les sanctions actuelles ne sont «ni assez graduées», «ni suffisamment compréhensibles».
Lire la suite de l’article


Les équipes mobiles de sécurité cherchent leur place dans les collèges
Ils n'ont pas encore pris contact avec tous les établissements qu'ils sont sensés gérer, et leur présence est plus ou moins bien perçue...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 07/04/10



Lycéens, dressez la carte de vos caméras de vidéosurveillance
Le site Internet Owni.fr initie le recensement des lycées français vidéosurveillés, via une carte participative.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 07/04/10



Deux jours pour s'attaquer à la violence scolaire
Insultes, bagarres, incivilités, mépris... Près de 600 jeunes et adultes participent, aujourd'hui et demain,aux États généraux de la sécurité à l'école. Leur mission : « Comprendre, prévenir et agir ».
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 07/04/10



Chatel: Mesures "pragmatiques"
Les Etats généraux de la sécurité à l'école se sont ouverts mercredi à l'université de la Sorbonne à Paris. Ils réunissent le gouvernement, des membres du milieu éducatif et des spécialistes de la violence scolaire. Le ministre de l'Education, Luc Chatel, annoncera plusieurs propositions, jeudi midi, à l'issue des discussions.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 07/04/10


Violences à l'école: le plaidoyer de Luc Chatel
Lors de l'ouverture de ces Etats généraux de la sécurité à l'école, le ministre de l'Education a réclamé un éventail de "solutions pragmatiques et innovantes" pour répondre à "toutes les formes contemporaines de la violence en milieu scolaire".
Lire la suite de l’article


Lycéens en garde à vue après une simple dispute : l'IGPN saisie
L'Inspection générale de la police nationale va mener une enquête. Trois garçons ont été placés en garde à vue pendant plusieurs heures après avoir insulté une autre élève, dont la mère est commandant de police.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 07/04/10


"L''école a besoin de professeurs plus que de bâtons!"
Davantage de sanctions en milieu scolaire comme le réclame le ministre de l'Education? Pour les internautes de LEXPRESS.fr, ce n'est pas forcément la solution.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 07/04/10


Ouverture des Etats généraux de la sécurité à l'école
Les Etats généraux de la sécurité à l'école s'ouvrent mercredi 7 avril à Paris. Seront-ils à même de faire avancer la réflexion collective sur ce phénomène ?
Lire la suite de l’article


Etats généraux : Que peut-on en attendre ?
Les Etats généraux de la sécurité à l'école vont-ils apporter des réponses à la violence scolaire ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 07/04/10


Des oppositions résolues et inédites dans l'éducation nationale
Par claude lelièvre

On devrait s'inquiéter - y compris à droite - d'une ligne politique qui suscite des oppositions frontales et inédites, au sein de l'Education nationale, dans des milieux professionnels très divers.
Lire la suite de l’article


Garde à vue pour trois lycéens marseillais qui auraient insulté la fille d'une policière
Trois lycéens marseillais ont passé 8 heures en garde à vue le vendredi 26 mars pour avoir insulté une autre lycéenne dont la mère, commandante de police dans un commissariat voisin, aurait vu rouge. Selon le Snes qui dénonce une intervention «disproportionnée» et «illégale», 12 policiers ont débarqué au lycée Antonin-Artaud, dans le 13e arrondissement de Marseille, dans la demi-heure qui a suivi l'altercation verbale, sans même que la proviseure soit prévenue.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 07/04/10


Bacs technologiques : le CSE s’oppose à la proposition du ministère sur les heures de dédoublement
La question des heures de dédoublement des classes de la future voie technologique a été largement débattue lors du CSE (Conseil supérieur de l’éducation) du 1er avril 2010. Pour aboutir à un vote négatif.
Lire la suite de l’article


Affelnet : un barème parisien plus favorable à la proximité géographique
Affelnet, procédure informatisée au niveau national, permet à chaque académie de fixer ses critères d’affectation en lycée. Le rectorat de Paris modifie son barème pour donner plus de poids à la proximité géographique.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 07/04/10



Martin Hirsch officiellement nommé à la tête de l'Agence de service civique
Martin Hirsch, qui a récemment quitté le gouvernement, prendra officiellement en mai la tête de la nouvelle Agence de service civique dont il est à l'origine, lui a annoncé mercredi François Fillon dans une lettre communiquée par Matignon.
Lire la suite de l’article


La mission Bauer prône de revoir la pratique des exclusions d'élèves
La pratique des exclusions d'élèves des établissements scolaires doit "être entièrement reconsidérée", a prôné mercredi lors des états généraux de la sécurité à l'école Alain Bauer, en résumant les 31 propositions faites par une mission dont il avait la responsabilité.
Lire la suite de l’article


Plus de 13.500 enfants ne vont pas à l'école primaire (Miviludes)
Plus de 13.500 enfants de 6 à 11 ans ne vont pas à l'école, dont près de 1.900 ne suivent aucun programme d'éducation à distance, a annoncé mercredi Georges Fenech, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) en présentant son rapport annuel.
Lire la suite de l’article


La mesure des violences et la formation, priorités pour Luc Chatel
Luc Chatel, ministre de l'Education nationale, a déclaré qu'il souhaitait des solutions pour mieux "mesurer les violences scolaires" et pour améliorer la formation des enseignants, une "priorité clairement identifiée" lors des états généraux de la sécurité à l'école.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.