vendredi, avril 02, 2010

Revue de presse du vendredi 2 avril 2010


Un rapport qui crée le débat – Ecole et Nation – Etats généraux de la sécurité à l’Ecole - Stabilisation des RASED ? – 4 jours et demi – Journée des enseignants -



Un rapport qui crée le débat
Le rapport sur la mise en oeuvre du socle commun continue à susciter le débat, et c’est bien. N’est-ce pas finalement le rôle d’un rapport parlementaire de susciter le débat public et la réflexion ? A condition toutefois qu’on parvienne à dépasser les caricatures et les postures. Pas sûr qu’on y arrive bien en France d’une manière générale et dans le domaine de l’éducation en particulier.
Hier les journaux se sont focalisés sur la question du brevet alors que la question, comme on a essayé de le montrer, était un peu plus complexe. Jacques Grosperrin, député UMP du Doubs et auteur du rapport (qui ne sera accessible à tous que mardi) , explique la proposition de son groupe de travail dans une interview à Libération «Le niveau des petits Français en fin de troisième est bien en dessous de la moyenne européenne, ce n'est pas acceptable. Il faut donc modifier la manière d'enseigner au collège, et cela passe par une refonte du brevet.» . Et il ajoute «Aujourd'hui, les enseignements sont trop cloisonnés, il faut qu'on soit plus dans la transversalité pour redonner du sens au collège. C'est d'ailleurs ce que prévoit la loi Fillon de 2005 avec le socle commun de connaissances et de compétences. C'est une bonne loi sauf qu'elle n'est toujours pas appliquée», déplore Jacques Grosperrin..
C’est d’ailleurs dans cette logique que le rapport parlementaire plaide également pour la "bivalence" des professeurs. comme nous le signale le Nouvel Obs Et il y a encore bien d’autres propositions dans ce rapport. Si la proposition de modification du brevet déclenche des réactions et beaucoup de prudence de la part du ministre, on peut supposer que cette autre proposition suscite là aussi des débats vifs, des postures et des caricatures….

Ecole et Nation
Hier jeudi, a débuté à Lyon un séminaire de recherche sur l’école et la Nation . Nous évoquions hier le débat qui agite les historiens sur cette question. Le débat se poursuit aujourd’hui dans les colonnes de L’Express avec une interview de nouveau de Nicolas Offenstadt et une autre de Christophe Chartreux, animateur du blog Profencampagne . L’un comme l’autre critique cette initiative car “ le résultat restera, malgré tout, orienté car marqué du sceau du sarkozysme et de ce retour au national. ” selon Offenstadt . Pour Chartreux, qui considère aussi que c’est une « commande », “le plus grand échec de ce séminaire serait de figer la Nation dans une image d'Epinal ” alors qu’il y a matière, selon lui, à ouvrir aussi le débat sur l'école et l'Europe, l'école et la mondialisation, la nation et l'internationalisation, etc. Si on laissait réfléchir les experts réunis dans ce séminaire sans les instrumentaliser ensuite, ces travaux , vu la grande qualité des intervenants (voir le reportage du Café Pédagogique) pourraient déboucher sur du constructif tourné vers l'avenir et non pas vers un usage biaisé de l’Histoire.

Assises de la sécurité à l’école : Tout a déjà été dit, tout reste à faire
A peine ce séminaire sur l’Ecole et la Nation sera t-il terminé qu’un autre événement tout aussi sujet à polémique (et à instrumentalisation) se tiendra. Il s’agit des Etats généraux de la sécurité à l’école qui se tiendront les 7 et 8 avril prochains à la Sorbonne. Composés là aussi d’experts reconnus, on voit bien cependant ce que ce thème peut aussi comporter de potentialités de récupération politique.
Le Monde a demandé plusieurs pédagogues de réfléchir à cette question. A commencer par Eric Debarbieux le président du comité scientifique . Le titre de sa tribune résume très bien sa position. : « Pas de schémas simplistes pour aborder un phénomène complexe » . Il rappelle aussi « que la sociologie de la violence à l'école reste en partie une sociologie de l'exclusion sociale. C'est un facteur explicatif, pas une excuse, ni une fatalité. . Quant aux causes endogènes, elles sont elles aussi connues et ses travaux antérieurs l’ont bien montré : « instabilité des équipes éducatives, renforcées en France par le mode de nomination des enseignants du second degré, formation totalement lacunaire dans les gestes éducatifs les plus simples (gestion de classe, dynamique des groupes par exemple), pauvre organisation de la vie en équipe, ségrégation interne aux établissements dans des "classes de niveau". ». Ce que « » confirme Philippe Meirieu pour qui les solutions sont déjà bien connues, ce qu’il résume par cette formule : « Tout a déjà été dit, tout reste à faire »
Claude Lelièvre, historien de l’éducation, signe une tribune où il fait quelques propositions d’organisation. Pour que « l'on ait de véritables Etats généraux de la sécurité à l'école, il faudrait sans doute que soient rédigés par tous les intéressés des "cahiers de doléances", et que l'on aboutisse à une "révolution copernicienne" dans le traitement du problème. », c’est-à-dire demander aux intéressés eux mêmes. Les uns et les autres, en tout cas, assurent être très vigilants sur l’usage politique qui sera fait de ces travaux. La conclusion de Philippe Meirieu résume assez bien l’alternative « On peut s'attendre au pire ! A un affichage sécuritaire et un étalage de lieux communs bienveillants : portiques de sécurité et encouragements pieux à la concertation. Mais on peut aussi espérer mieux : une analyse des raisons pour lesquelles nos intentions générales et généreuses ne parviennent pas à s'incarner, un regard lucide sur le manque de courage politique de ceux qui se sont partagé le pouvoir ces dernières années, et l'affirmation qu'il faut prendre le problème à sa racine, en repensant l'école pour qu'elle devienne un lieu de transmission de connaissances et de formation à la citoyenneté. Un beau chantier.. »

Stabilisation des RASED ?
L’Humanité, nous permet de revenir sur la situation des Rased. Une réunion se tenait mercredi au ministère de l’Éducation nationale. Si les syndicats n’ont pas obtenu le retour des postes perdus il en sont ressortis avec quelques assurances quant à l’avenir des Rased ou plutôt l’engagement d’une « stabilisation » du dispositif. Sous le ministère de Xavier Darcos, l’existence de ces réseaux d’enseignants spécialisés dans le traitement de la difficulté scolaire avait été clairement remise en cause, provoquant une mobilisation importante. Finalement, , l’ancien ministre avait dû revoir ses prétentions à la baisse : seuls 1 500 postes ont été supprimés sur les 3 000 prévus initialement, tandis que 1 500 autres ont été « sédentarisés » dans des écoles en difficulté. Une circulaire, datant de juillet dernier, est venue réaffirmer le rôle de ces réseaux d’aide, qui regroupent quelque 12 800 enseignants spécialisés dans la rééducation, la pédagogie, ainsi que des psychologues scolaires. Mais la situation reste inquiétante. Selon les syndicats, de nombreux inspecteurs d’académie continuent, malgré les signaux du ministère, de tailler localement dans les effectifs des Rased. Des suppressions de postes discrètes mais réelles auxquelles s’ajoute une diminution drastique des départs en formation des enseignants souhaitant devenir maîtres spécialisés. Cette certification professionnelle nécessite 400 heures de formation. Et chaque année, environ 250 enseignants y postulaient. Un chiffre qui a chuté à une cinquantaine en 2009-2010.

4 jours et demi
Le débat sur la semaine de quatre jours est relancé. Les opposants à la semaine scolaire de quatre jours s’étaient réunis mardi à Paris au siège de la FCPE (la première fédération de parents d’élèves), pour faire le point sur les expériences en cours et la détermination nous dit Libération .
Ouest France contribue au débat avec cette information sur l’expérimentation qui va être menée par la ville d’Angers. Une école d'Angers, l'Isoret, va se lancer en septembre dans la semaine de quatre jours et demi avec cours le mercredi matin : « La journée sera raccourcie,explique Luc Belot, adjoint au maire chargé de l'éducation. Elle durera cinq heures ou cinq heures et quart, au lieu de six. » Les enfants pourront, ensuite, participer à des activités éducatives, gratuites mais non obligatoires. L'expérience va durer trois ans. Avec Brest , Belfort, Grenoble, Lyon... ¯ Angers participera à un comité de suivi scientifique piloté par François Testu et Hubert Montagner. Sans trancher, Luc Chatel, le ministre de l'Éducation a, le mois dernier, « encouragé » les écoles à faire cours le mercredi matin. Toutefois, la semaine de quatre jours et demi est loin de faire l’unanimité. À Angers, le débat sur les rythmes scolaires a duré six mois. 42 % des membres des conseils d'école se sont prononcés pour le maintien à quatre jours. Car les rythmes scolaires influent sur l'organisation des accueils périscolaires, des activités culturelles, sportives... Luc Belot, l'élu angevin, résume bien le problème : « Le temps scolaire rythme celui de la ville. »

Pour les enseignants, c’est pas la fête tous les jours…
Bien que la « journée des enseignants » existe réellement et que l’ONU propose de faire du 5 octobre la « journée mondiale », la dépêche annonçant le 1er avril pour instaurer cette manifestation pour la France était évidemment un poisson d’avril. Revaloriser vraiment les enseignants, en France, premier avril ou pas, c’est une plaisanterie…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 02/04/10 (certains articles payants)


Chatel s'accroche au brevet des collèges
Un rapport parlementaire propose de remplacer le brevet par des «exercices et mises en situation pratiques». «Pas question», répond le ministre de l'Education nationale.
Lire la suite de l’article


Primaire : le timide retour des quatre jours et demi
Ils voudraient y croire. Mais ça n’est pas gagné. Les opposants à la semaine scolaire de quatre jours s’étaient réunis mardi à Paris au siège de la FCPE (la première fédération de parents d’élèves), pleins d’espoir mais aussi de scepticisme. Motif : évaluer la détermination
Lire la suite de l’article


L’école et les adorateurs de la technique
Le rapport Fourgous, remis récemment au Premier ministre, a relancé le débat sur les modalités de l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) à l’école.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 02/04/10


Polémique autour de la survie du brevet des collèges
Un rapport parlementaire réclame la suppression d'un examen jugé «bancal» et «baroque».
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 02/04/10



Brevet du collège : un rapport parlementaire relance le débat
ne commission parlementaire présidée par le député UMP Jacques Grosperrin préconise de revoir les modalités du diplome national du brevent (DNB) qu'elle qualifie d'"objet composite", trop "baroque" pour permettre de vérifier que tous les jeunes ont bien reçu le bagage minimal que la société leur doit.
Lire la suite de l’article


Journée mondiale de l'autisme : Morano veut encourager les "méthodes comportementalistes"
La secrétaire d'Etat à la famille, Nadine Morano, a souligné jeudi sa volonté d'encourager les "méthodes comportementalistes" dans le traitement de l'autisme, à la veille d'une journée mondiale de sensibilisation à cette maladie. "La France était en retard sur les méthodes comportementalistes", a affirmé Mme Morano, lors de la visite à Paris d'une école expérimentale recourant à une méthode éducative, fondée sur l'analyse du comportement appliqué, dite ABA (Applied Behavior Analysis).
Lire la suite de l’article


Inquiet de son avenir, le Salon du livre jeunesse de Montreuil lance une pétition
Le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, est menacé par une réduction des subventions du conseil général, selon ses organisateurs, qui ont lancé cette semaine une pétition en ligne, "Salon z'enfants !". En une journée, elle avait recueilli, jeudi soir 1er avril, quelque 6 400 signatures, selon ses initiateurs.
Lire la suite de l’article


L'amélioration de la formation des enseignants est déterminante
par Egide Royer, professeur en sciences de l'éducation de l'université Laval (Canada), codirecteur de l'Observatoire canadien pour la prévention de la violence à l'école.

On peut définir un "expert" comme celui qui sait faire la différence entre ce qui peut être ignoré et ce qui est vraiment important. Le "sage", plus prosaïquement, est cette personne qui, confrontée aux difficultés d'assembler un meuble acheté en grande surface, peut s'avouer à elle-même que, lorsque rien n'a fonctionné, il est probablement temps de lire les instructions.
En ce qui concerne les conduites agressives et la violence à l'école, il est urgent que l'expertise et la sagesse prennent la place qui leur revient dans la formation initiale et continue des enseignants. Ils sont stressés et épuisés. Il est indéniable que l'incivilité, les conduites agressives et d'autres manifestations de violence sont au coeur des préoccupations quotidiennes de plusieurs enseignants. Ils n'ont pourtant reçu que très peu de formation pertinente pour composer avec ces situations et surtout les prévenir.
Lire la suite de l’article


Il faudrait une révolution copernicienne pour réussir les Etats généraux, par Claude Lelièvre
Il y a eu ces deux dernières années un flux incessant d'états généraux que l'on a d'ores et déjà oubliés ou qui sont même passés quasi inaperçus. Les Etats généraux de la santé organisés par Roselyne Bachelot en janvier-février 2008, ceux sur la presse clôturés en janvier 2009, ceux sur l'outre-mer achevés au printemps 2009, ceux sur la bioéthique qui se sont déroulés au premier semestre 2009, ceux sur l'enfance, lancés en février par Nadine Morano, ceux sur l'industrie terminés fin février sous la houlette du ministère de l'économie et de l'emploi. Et la liste n'est pas close.
Lire la suite de l’article


Pas de schémas simplistes pour aborder un phénomène complexe, par Eric Debarbieux
En convoquant des Etats généraux de la sécurité à l'école, Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, a décidé de s'entourer d'un conseil scientifique. N'est-ce pas, après tout, satisfaisant, dans ce pays qui se veut héritier des Lumières, de penser que peuvent se lier science et action dans un débat beaucoup trop pollué par le sensationnalisme outrancier et les simplismes éculés ? Comment ne pas être satisfait par le programme qu'affiche le sous-titre de ces Etats généraux : comprendre, prévenir, agir.
Lire la suite de l’article


Tout a déjà été dit, tout reste à faire, par Philippe Meirieu
Nul doute que les violences scolaires ne soient un problème. Comme les violences conjugales et familiales, les violences urbaines, les violences économiques et sociales ou les violences dans les médias. En toute logique, il faudrait donc multiplier les "états généraux" afin de "sécuriser" tout cela ! A moins de comprendre enfin que tous ces phénomènes renvoient à un modèle de société qui exaspère les pulsions archaïques, engendre l'exclusion systématique des plus faibles et les condamne à la résignation amère ou à la revanche brutale...
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 02/04/10 (un jour de retard)



À Lyon, une « école en colère » refuse de voir partir Guilherme
La mobilisation ne faiblit pas pour obtenir que Guilherme Hauka Azanga ne soit pas expulsé vers l’Angola. Hier, Éric Besson a promis d’« étudier le dossier » de ce père de quatre enfants français, victime de l’acharnement préfectoral.
Lire la suite de l’article


Éducation : les Rased sont toujours menacés
Le ministère s’est engagé hier à « stabiliser » ces réseaux d’enseignants spécialisés dans la difficulté scolaire. Mais l’avenir de ce dispositif très apprécié des parents et enseignants reste fragile.
Lire la suite de l’article


Crous : l’Unef reste en tête
L’Union nationale des étudiants de France (Unef), malgré une baisse de son score, arrive en tête à l’issue des élections aux Crous. La participation a été de 7,8 % (contre 7,56 % en 2008). Sur les 196 sièges à pourvoir, 67 ont été remportés par l’Unef, contre 81 lors des dernières élections de 2008. Les listes soutenues par la Fage remportent 40 sièges (22 en 2008), celles soutenues par PDE obtiennent 15 sièges (12 en 2008) tandis que le Met (ex-Uni, droite universitaire) n’enlève que 6 sièges (contre 13 en 2008). Sud/FSE obtient 5 sièges, la CE 4, et Fac Verte 3.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 02/04/10



Ils veulent devenir agent de sécurité
Douze élèves du baccalauréat prévention sécurité du lycée Jules-Verne de Sartrouville ont visité, hier, les installations techniques du centre commercial Carrefour de Montesson.
Lire la suite de l’article


Jouy le Moutier : Quatre jeunes en prison après l’intrusion au lycée
Quatre jeunes de 18 à 21 ans, soupçonnés de s’en être violemment pris à des enseignants du lycée de l’Hautil la semaine dernière, ont été écroués mercredi soir.
Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
La Croix du 02/04/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 02/04/10



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 02/04/10



Le brevet des collèges en examen
Un rapport rédigé par onze députés demande la fin de ce diplôme
Lire la suite de l’article


Des changements de taille pour les petits Français
Plus grands, mais surtout plus gros. Le constat est dressé par une campagne de mensuration menée auprès des enfants de moins de 5 ans. Réalisée de janvier 2008 à novembre 2009 sous l'égide de l'Institut français du textile et de l'habillement,
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 02/04/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 02/04/10



Angers teste de nouveaux rythmes scolaires
À la rentrée prochaine, une école va appliquer la semaine de quatre jours et demi. Comme naguère...Mais avec des journées plus courtes. L'expérience est déjà tentée à Rennes et Brest.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 02/04/10



Le brevet remis en question?
Onze députés se sont déclarés favorables jeudi à la suppression du brevet des collèges, examen marquant la fin du premier cycle. Mais s'il n'est pas contre quelques modifications, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, s'est dit opposé à cette mesure. Selon lui, l'épreuve terminale est une "référence importante" pour les Français.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 02/04/10


Rapport Grosperrin : le retour de la "bivalence" des enseignants
Le rapport parlementaire préconisant la suppression des épreuves actuelles du brevet des collèges plaide également pour la "bivalence" des professeurs. Une mesure mise en place avant d'être abrogée par Sarkozy en 2007.
Lire la suite de l’article


Chatel : "pas question de supprimer le brevet"
Le ministre de l'Education nationale a assuré qu'il n'était "pas question de supprimer le brevet des collèges", comme le propose un rapport parlementaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 02/04/10


Ecole: un débat sur l'identité nationale bis?
Des historiens et des chercheurs se sont réunis à Lyon pour débattre du lien entre l'école et la nation à l'initiative du ministre de l'Education. Une initiative discutable, selon l'historien Nicolas Offenstadt*.
Lire la suite de l’article


"Un séminaire récupéré par le pouvoir"
Christophe Chartreux, prof et auteur du blog profencampagne.com, critique le séminaire sur l'école et la nation lancé par Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 02/04/10


STL – STI : Les syndicats votent contre la réforme
Présentée au Conseil supérieur de l'éducation le 1er avril, la réforme des voies technologiques STL et STI est repoussée par les syndicats.
Lire la suite de l’article


Ecole et nation : un dossier sensible, ou une question scientifique ?
Luc Chatel a ouvert le 1er avril le séminaire scientifique international organisé par l'INRP sur "l'école et la nation". Voulu par l'Elysée, en plein débat sur l'identité nationale, l'intérêt de cette manifestation scientifique était discuté. Malgré l'urgence, l'INRP a rassemblé en quelques semaines un plateau de scientifiques de nature à poser un débat serein, comme le Café a pu le constater.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 02/04/10


Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 02/04/10


"Agir en fonctionnaire" : une compétence nécessaire pour devenir enseignant, le billet de Claude Lelièvre
Dans un billet intitulé “Agir en fonctionnaire” au capes et à l’agrégation, Claude Lelièvre revient sur la pétition lancée contre l'évaluation d'une compétence particulière au Capes et lors de l'agrégation : « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable». Lire la réflexion de l'historien de l'éducation sur son blog educpros.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 02/04/10



Brevet des collèges: le rapport parlementaire défend aussi la "bivalence" des enseignants
Le rapport parlementaire préconisant de supprimer l'actuel brevet des collèges plaide également pour l'instauration de la "bivalence" - le fait d'enseigner deux matières - des professeurs de collèges, a expliqué à l'AFP son auteur le député (UMP) du Doubs, Jacques Grosperrin.
Lire la suite de l’article


En Seine-Saint-Denis, des parents opposés au remplacement d'un enseignant par une étudiante
Des parents d'élèves d'une école du Pré-Saint-Gervais en Seine-Saint-Denis protestaient vendredi contre le remplacement d'un enseignant de CE2 par une étudiante en master.
Lire la suite de l’article


Le service civique, une opportunité pour les jeunes, affirme Martin Hirsch
Martin Hirsch, président de la future Agence du service civique, a vanté l'"opportunité" offerte aux jeunes de pouvoir s'engager six à douze mois pour une mission de service civique, vendredi à Marseille.
Lire la suite de l’article


La réforme du lycée technologique n'optient pas l'adhésion du monde éducatif
La réforme du lycée technologique, que le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a présenté jeudi en Conseil supérieur de l'éducation (CSE), n'a pas emporté l'adhésion du monde éducatif, contrairement à celle du lycée général en décembre, a indiqué vendredi le syndicat SE-Unsa.
Lire la suite de l’article


Modifications pour l'affectation en seconde à Paris à la rentrée 2010
Le barème des différents critères présidant à l'affectation des lycéens en seconde à Paris, via le système informatique Affelnet, a été modifié pour la rentrée 2010, avec un poids accru donné à la proximité géographique, a annoncé vendredi le rectorat de Paris.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.