jeudi, février 10, 2011

Revue de presse du jeudi 10 février 2011



Arrêtez, vous me faites mal travailler !- Le bon coin – le puzzle se met en place - APB -

Arrêtez, vous me faites mal travailler !
Journée de grève et de mobilisation dans l’Éducation Nationale ce jeudi 10 février.
Commençons d’abord par la traditionnelle bataille de chiffres. Les grévistes auraient été de 18,9% à 34,5% dans les écoles primaires et de 14,9% à «un sur deux» dans les collèges et lycées, selon les estimations du ministère de l'Education nationale ou de la fédération syndicale FSU.
Au delà des chiffres, Le Parisien note que la mobilisation a été très forte dans certains établissements. Par exemple, la grève a réuni «100% des personnels d'enseignement et d'éducation» du collège Magellan de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), «et ce pour la première fois dans l'histoire du collège», selon ces personnels. Comme cet établissement, de nombreux autres classés «éducation prioritaire» ou «ambition réussite» ont protesté contre la baisse de leurs moyens prévue l'an prochain. Bloqué depuis trois jours, le collège Jean-Jacques Rousseau d'Argenteuil (Val d'Oise) va perdre deux classes en 2011, après deux cette année.
Les 16000 suppressions de postes (70 000 depuis 2007) prévues cette année ne passent pas alors que le ministère prévoit 61 900 élèves de plus à la rentrée 2011. Problèmes de remplacements, hausse à venir du nombre d'élèves par classe, baisse des moyens dont bénéficiaient des établissements innovants accueillant des élèves en difficultés ou même malades... les témoignages de terrain contredisent les «éléments de langage» du ministre sur la nécessité de lutter contre le décrochage scolaire, l'illettrisme et les inégalités. La “frénésie d’annonces” et la com’ de Luc Chatel pointées hier par Maryline Baumard dans le Monde et énumérées aujourd’hui par le Nouvel Obs trouve ici ses limites.
Et ces annonces ne convainquent plus aussi les Français. Un sondage commandé par le SNUipp sur les suppressions de postes le montre très bien. Quatre personnes sondées sur cinq (80%) jugent que la politique de non remplacement d'un enseignant sur deux partant à la retraite est "une mauvaise chose". Et pour 82% la réduction du nombre de postes d'enseignants aura "un effet plutôt négatif sur la réussite des élèves dans les écoles maternelles et élementaires.
La proportion de personnes interrogées qui juge l'effet "plutôt négatif" en primaire a eu tendance à augmenter dans les sondages commandés par le SNUipp depuis trois ans: de 68% en août 2008, elle est passée à 79% en août 2009, puis à 75% en juillet 2010 et à 82% en février 2011.
Pour conclure , revenons sur cette expression : "Arrêtez : vous me faites mal… travailler !" qui sert de titre à cette chronique. Elle me semble vraiment bien résumer la situation des enseignants aujourd'hui (mais aussi de la justice, de l'hôpital,...). 
En fait, cette phrase qui ferait un très bon slogan, est une partie du titre du dernier livre de l'ami Sylvain Grandserre, maître d'école et militant de l'ICEM-Pédagogie Freinet. Car, il s’agit bien de reconnaître que l’école dysfonctionne, sans que pour autant les personnels se sentent coupables a priori de cette situation. Et si l’évolution de l’école n’est pas qu’une question de moyens, il devient de plus en plus difficile de faire mieux avec moins…

Le bon coin…
On vit décidemment une époque formidable…
Sur leboncoin.fr (13 millions de petites annonces en ligne) on trouve de tout paraît-il. C'est ce qui a amené le principal d'un collège de Cholet à y passer une annonce en désespoir de cause pour trouver un prof remplaçant en Italien. 
Ça a marché...
A la Toussaint, la professeure d'italien du collège part en congé maladie. L'italien étant proposé en première langue, les quatre niveaux, de la 6è à la 3è, se retrouvent sans prof et donc sans cours. La direction du collège se tourne alors vers le rectorat. Mais en ces temps de disette voire de pénurie, il n’y a plus de profs remplaçant. D’où le recours aux petites annonces … La personne recrutée est italienne pleine de bonne volonté mais pas enseignante. Elle parle français avec difficulté.
Comme le rappelleVéronique Soulé de Libération qui raconte cette anecdote sur son blog , Luc Chatel avait fait de l'amélioration du système de remplacement l'une des ses priorités. Il avait notamment annoncé la suppression du "délai de carence" de 15 jours, en dessous duquel un établissement n'était pas tenu de remplacer un prof. Mais au delà de l'annonce, le système de remplacement ne s’améliore pas. C’est aussi ce que dit Michel Hervieu, vice président de la FCPE dans une interview au journal Le Monde. Parce que, faut-il le rappeler, ce dysfonctionnement est d’abord un des effets des restrictions budgétaires dans l’Éducation Nationale.

L'école française est-elle en train de changer de modèle ?
C’est le titre d’un dossier publié par Le Monde mais accessible uniquement aux abonnés. Je conseille la lecture des articles et notamment l’analyse de Maryline Baumard et l’entrevue avec François Dubet . Il est dommage que ces analyses ne soient accessibles pour l’instant qu’aux abonnés du journal car elles offrent un éclairage tout à fait pertinent sur l’évolution de notre système éducatif.
Pour Maryline Baumard, “une nouvelle école s'esquisse. Comme face à un puzzle auquel il manque trop de pièces, il est longtemps resté difficile de deviner à quoi l'école de l'après-2012 ”. Mais par petites touches on voit se dessiner un nouveau modèle d’organisation du système éducatif. “Comme en espionnage, on installe des dispositifs dormants. Un matin, on se réveillera, ils seront activés et le paysage aura changé” analyse Christian Chevalier, secrétaire général du Syndicat des enseignants.
Que sont ces “cellules dormantes” ? D’abord l’autonomie des établissements qui est expérimentée avec les ÉCLAIR (Établissement Collège Lycée pour l’Ambition l’Innovation et la Réussite) . Un article donne un exemple de sa mise en place à Lille. Autre évolution, le pouvoir donné aux chefs d’établissement. Le philosophe Marcel Gauchet prédisait, dès 2009, ce qui se dessine dans l'enseignement scolaire. "La seule idée de la droite, en matière d'éducation, est de créer des patrons de PME à tous les niveaux, de la maternelle à l'université. Il paraît que c'est le secret de l'efficacité". Troisième élément de la transformation, selon Baumard : la généralisation de l’évaluation. Avec le risque que celle-ci devienne le moyen d’aboutir à un classement.
François Dubet dans une interview complète et tempère cet éclairage. Il revient lui aussi sur l’évaluation et constate qu’aujourd’hui on “attend de l'école qu'elle démontre son efficacité. ” Mais toutes ces évolutions sont en germe depuis longtemps même si l’on a l’impression que s’opèrent aujourd’hui des changements brutaux. “C'est bien d'un sentiment qu'il s'agit : sentiment de radicalisation du changement lié, en partie, au style de gouvernement Sarkozy. Dans un contexte de mutation progressive de notre système éducatif, la suppression de milliers de postes, les limites posées à la formation ou l'abrogation de la carte scolaire rencontrent un très fort écho. Pour le corps enseignant, pour les parents, il y a rupture. En réalité, le changement est antérieur à Luc Chatel. On débat violemment des primes aux chefs d'établissement alors qu'elles sont courantes à l'université ; on s'inquiète du mode d'affectation des enseignants alors que les postes à profil nous sont familiers.”.
Pour lui, le danger tient surtout au fait que ces évolutions se font de manière implicite et que cela crée de la défiance alors qu’il faut vraiment s’interroger sur l’efficacité de notre système si l’on veut lutter contre l’échec et les inégalités et re-fonder une école démocratique. “Ce peut être vécu comme un changement très inquiétant quand les acteurs de l'école ne voient pas quel est le sens de ces changements, quand ils savent ce qu'ils risquent de perdre sans entrevoir ce qu'ils peuvent y gagner. Lorsque la politique éducative est peu lisible, l'inquiétude et l'angoisse s'installent bien au-delà de la seule école.

APB
Il y a deux semaines, au moment du début des procédures d’inscription des élèves de terminale pour leur orientation post-bac (par le site APB , certains ont découvert que les étrangers ne pouvaient se pré-inscrire via le site gouvernemental à une formation en apprentissage. Beaucoup d'enseignants ainsi que la Ligue des droits de l’Homme s'étaient émus de cette discrimination avérée. Le Parisien nous informe que le site APB vient d'être modifié.
«Le site est désormais ouvert aux pré-inscriptions dans les formations en apprentissage à tout élève qui en fait la demande, quelle que soit sa nationalité et son lieu de résidence», a expliqué le ministère dans un communiqué. D'autre part, il «affiche désormais une information précise sur la liste des titres de séjour permettant aux candidats étrangers de conclure un contrat d'apprentissage afin de transformer cette pré-inscription en inscription définitive». Celle-ci sera «soumise à l'obtention d'un titre de séjour permettant de conclure un contrat d'apprentissage», précise le ministère qui invite les candidats à consulter le site service-public.fr. Traduction : les élèves sans papiers passez votre chemin…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 10/02/11(certains articles payants)


Sur Leboncoin.fr, on trouve des profs pour pas cher
Six semaines que des collégiens de Cholet (Maine et Loire) n'avaient pas de cours d'italien faute de prof remplaçant. Alors, le principal adjoint a allumé son ordi, cliqué sur Leboncoin.fr, puis sur "cours particuliers", et il a trouvé son bonheur: une italienne qui n'est pas prof de métier mais qui maîtrise bien sa propre langue
Lire la suite de l’article


Les «parents-désobéisseurs»de Grenade manifestent devant l'Inspection académique
L'inspecteur d'académie ne peut pas les recevoir? Ils verront son adjointe. Cette adjointe reporte le rendez-vous? Ils se déplacent tout de même jusqu'à la cité administrative à Toulouse, ce mercredi 9 février à 14h. Quitte à tomber sur un escadron de CRS.
Lire la suite de l’article


Grève dans les écoles contre les suppressions de postes
Des manifestations sont annoncées dans plus de 70 départements.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 10/02/11


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 10/02/11



Les enseignants protestent contre les suppressions de postes
Ce jeudi 10 février, les magistrats ne sont pas les seuls à descendre dans la rue. Près de 17 % des enseignants des premier et second degrés étaient aussi en grève, dans toute la France, selon une estimation du ministère de l'éducation.
Lire la suite de l’article


"Quand un enseignant est absent, il est du devoir du ministère de le remplacer"
Les enseignants sont appelés à faire grève jeudi dans toute la France pour protester notamment contre les 16 000 nouvelles suppressions de postes de professeurs prévues à la rentrée 2011, en dépit de la hausse du nombre d'élèves. En Seine-Saint-Denis, des parents d'élèves protestent depuis plusieurs semaines contre le manque de remplaçants. Ils ont occupé, lundi 7 février, des dizaines d'écoles de ce département touché par un taux élevé d'absentéisme chez les instituteurs du primaire, sans disposer d'une "réserve" d'enseignants remplaçants adaptée. Michel Hervieu, vice-président de la principale fédération de parents d'élèves (FCPE), revient sur la situation.
Lire la suite de l’article


L'agreg est morte, vive l'agreg !
Depuis le début du mois de février, la rumeur courait. Il n'y aurait pas d'agrégation en 2012. L'information est partie d'on ne sait trop où, mais elle s'est très vite amplifiée. Par ces temps de coupes claires dans les rangs des fonctionnaires, il n'apparaissait pas aberrant, à bien des étudiants et des enseignants, de voir aussi supprimée l'agrégation.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 10/02/11



Grève dans l'Éducation : le ras-le-bol des profs
Les enseignants sont appelés à faire grève jeudi dans toute la France, à l'appel de la FSU, la CGT et Sud, pour protester notamment contre les 16 000 nouvelles suppressions de postes de professeurs prévues à la rentrée 2011 en dépit de la hausse du nombre d'élèves.
Lire la suite de l’article


Entretien avec Michel Hervieu, responsable de la FCPE dans le 93
« Que Luc Chatel commence par remplacer les profs absents ! »
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 10/02/11



Journée de grève dans l'Education nationale
Derrière la fronde des magistrats, celle des enseignants. L'Education nationale connaît jeudi sa première grève nationale depuis la contestation de la réforme des retraites, pour protester contre les 16 000 nouvelles suppressions de postes de la rentrée 2011.
Lire la suite de l’article


Discrimination : le site admission post-bac.fr modifié
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a revu sa copie. Sous la pression de la Ligue des droits de l'homme (LDH) et de syndicats de parents d'élèves, de lycéens et d'étudiants, le site Admission post-bac.fr, qui regroupe l'ensemble des formations accessibles une fois le bac en poche, a modifié ses pages Internet, afin qu'il n'induise «aucune discrimination» à l'égard des étrangers.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 10/02/11



Première grève des enseignants : mobilisation moyenne
Le personnel éducatif de l'Education Nationale a connu sa première grève nationale depuis la réforme des retraites.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 10/02/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 10/02/11



Grève dans l'Education nationale contre les suppressions de postes
Les enseignants sont appelés à faire grève jeudi dans toute la France, à l'appel de la FSU, la CGT et Sud, pour protester notamment contre les 16.000 nouvelles suppressions de postes de professeurs prévues à la rentrée 2011 en dépit de la hausse du nombre d'élèves.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 10/02/11



La grève des enseignants plus ou moins suivie selon les établissements
Un mouvement à suivre tout au long de la journée sur 20minutes.fr...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 10/02/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 10/02/11



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 10/02/11



Délinquance-jeunes : pas de "tout sécuritaire"
Dans un rapport remis jeudi à François Fillon, le député UMP Jacques-Alain Benisti s'oppose à la "logique répressive du tout sécuritaire" et préconise plutôt "une vraie politique de prévention sur le terrain" pour lutter contre la délinquance des jeunes. L'élu du Val-de-Marne propose ainsi de créer une nouvelle catégorie pénale spécifique aux jeunes majeurs (18-25 ans) afin que ces derniers, "pas toujours majeurs dans leur tête", puissent par exemple rester dans des centres fermés, qu'ils sont aujourd'hui obligés de quitter dès leur 18e anniversaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 10/02/11


Luc Chatel : retour sur un an d'annonces controversées sur l'éducation
En pleine grogne des enseignants, Nouvelobs.com revient sur les mesures contestées prônées par le ministre de l'Education.
Lire la suite de l’article


Les enseignants en grève contre les suppressions de postes
16.000 nouvelles suppressions sont prévues à la rentrée 2011. Pour la première fois, la fédération de parents d'élèves Peep dit son "inquiétude" à ce sujet.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 10/02/11


Pourquoi je fais (encore) grève (blog)
La semaine dernière il y a eu quelques discussions à l’école sur la grève de ce jeudi 10 février. Je ne suis pas dans une école très « militante », loin de là, et dans les mouvements les plus importants on atteint péniblement 50 % de grévistes. Il y a ceux qui ne font pas grève « par principe ». Il y a ceux que ça n’intéresse ni ne concerne. Il y a ceux qui ont déjà tellement fait grève qu’ils ne la font plus. Il y a ceux qui la font quasi systématiquement. Et il y a ceux qui la font parfois. La discussion s’est engagée à plusieurs reprises entre ces deux dernières catégories, les premiers cherchant à convaincre les seconds.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 10/02/11


De 20 à 33% de grévistes aujourd'hui
De 20% , selon le ministère, à 34% (Snuipp) des enseignants devraient être en grève aujourd'hui, à l'appel d'une coalition associant la Fsu au Snalc, avec des taux variables allant de 10% dans l'INdre ou les CHarentes à 70% dans le Puy-de-Dôme.
Lire la suite de l’article


Les tablettes feront-elles table rase ?
Mercredi 9 février, le ministère réussissait à réunir près de 200 personnes, éditeurs, constructeurs, collectivités locales, cadres de l'éducation sur le thème des tablettes numériques dans l'éducation. Une mobilisation qui interroge.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 10/02/11


Education: les inspecteurs à leur tour en grève
Les inspecteurs de l'éducation nationale sont en grève ce jeudi, ce qui est inhabituel. Ils se disent las de faire appliquer des réformes dont ils estiment qu'elles ne peuvent que détériorer le système éducatif et d'être transformés en VRP du gouvernement.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 10/02/11



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 10/02/11


Une grève au succès mitigé dans l’Éducation nationale
Le premier mouvement de l’année 2011 dans l’Éducation nationale n’aura pas été une révolution. Certes, les taux de grévistes sont supérieurs à ceux des grèves de la rentrée 2010. Mais ils sont également inférieurs à ceux du mouvement contre la réforme des retraites en juin et septembre 2010.
Lire la suite de l’article


Admission Post-Bac et apprentis : le ministère suit les préconisations de la Halde
Suite aux préconisations de la Halde au ministère de l’enseignement supérieur, les bacheliers étrangers peuvent désormais s’inscrire en apprentissage sans discrimination.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 10/02/11



Les suppressions de postes vont "sacrifier une génération" d'élèves (Snes)
Les suppressions de postes d'enseignants, dont 16.000 nouvelles sont prévues en 2011, vont "sacrifier toute une génération d'élèves", a prévenu lors d'une conférence de presse le Snes-FSU, qui a estimé à un sur deux le nombre d'enseignants grévistes jeudi en collèges et lycées.
Lire la suite de l’article


Délinquance juvénile: non au "tout sécuritaire", oui à la prévention (rapport UMP)
Le député UMP Jacques-Alain Benisti s'oppose à la "logique répressive du tout sécuritaire" et préconise plutôt "une vraie politique de prévention sur le terrain" pour lutter contre la délinquance des jeunes, dans un rapport remis jeudi au Premier ministre François Fillon.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

1 commentaire:

Pierre Maura a dit…

Comme d'habitude, je trouve les propos de François Dubet très juste. J'aimerais penser que l'autonomie peut être une bonne chose, mais dans le contexte de fonte des moyens l'autonomie s'apparente plus à un combat de boue qu'à de l'innovation pédagogique.

 
Licence Creative Commons
Chronique éducation de Philippe Watrelot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://philippe-watrelot.blogspot.fr.