lundi, septembre 12, 2011

Revue de presse du lundi 12 septembre 2011




Faux semblant - Refonder l’école et/ou recréer des postes ? - Handicap : des bâtons dans les roues – Plaisir de lire – Aléatoire -


Faux semblant
Une semaine après, quel est le bilan de la rentrée ? C’est dans Libération qu’on trouvera la réponse la plus complète à cette question.
La journaliste spécialisée en éducation Véronique Soulé constate que depuis une dizaine d’années, l’administration de l’Education nationale sait organiser des «rentrées techniquement réussies». Car, au-delà de la sérénité des enfants qui reprennent les cours et de leurs parents, souvent anxieux eux aussi, il en va de l’image même du ministre précise t-elle. Ainsi, malgré les 16 000 suppressions de postes et les 1 500 fermetures de classes primaires, la rentrée s’est déroulée sans couacs majeurs. Mais à quel prix ?
Véronique Soulé, à travers plusieurs courts articles, s’emploie à faire le vrai bilan de la rentrée au delà de la manipulation des chiffres et des effets d’annonces. Chiffres et «annonces» sont deux éléments clés de sa stratégie. Dans les moments importants, comme lors de la rentrée, il lance ainsi de nouvelles statistiques qui frappent les esprits - prouvant que plus on a mis de profs, moins on a vu de résultats. Cela explique une démoralisation du corps enseignant qui se sent mis en cause et mal aimé. Les «annonces» surprises - l’anglais dès la maternelle, la morale en primaire, le sport l’après-midi - viennent accréditer l’idée d’une vaste modernisation, après des années de conservatisme. Le problème est que cela renvoie l’impression d’un certain chaos, où l’on ne distingue plus les vraies réformes des petites «expérimentations» sans lendemain.” écrit la journaliste de Libération
Même tonalité dans L’Humanité qui a organisé une “table ronde” entre Frédérique Rollet (SNES), Philippe Meirieu (EELV), Jean-Louis Auduc (PS et IUFM de Créteil). Ils répondent à la question “Le métier d’enseignant est-il en danger ? ”. Si, logiquement la syndicaliste pointe la lourdeur et la complexité des tâches des enseignants et la dégradation de leurs conditions de travail, Meirieu (fortement impliqué dans la création des IUFM) et Auduc insistent aussi sur les conditions d’entrée dans le métier et la dégradation de la formation. Tous s’accordent aussi sur le constat d’une certaine amertume d’enseignants désabusés. Pour Philippe Meirieu “À force de réductions drastiques de moyens, l’institution est exsangue… et le discours qui est tenu est d’une totale hypocrisie. Comment croire à « l’école de la réussite de tous » quand on poursuit la politique de suppression de la carte scolaire dont on sait pourtant, parfaitement, les effets dévastateurs ? Comment croire à la volonté d’aider les enseignants à innover quand, dans le même temps, partout, les innovateurs sont désavoués ? Comment prendre au sérieux la volonté de lutter contre les inégalités quand la politique des ZEP va à la dérive et que le « pilotage par les résultats » consiste, pour l’essentiel, à « arroser là où c’est mouillé » ? Comment croire qu’on veut « la réussite de tous » quand on cherche simplement à mettre à l’abri « les meilleurs des plus pauvres » dans des « internats d’excellence » (qui ne reçoivent, d’ailleurs, que 0,6 % des boursiers) et qu’on continue à supprimer allégrement les réseaux d’aide aux élèves en difficulté (Rased) qui vont « perdre », à la rentrée 2011, plus de 30 000 élèves ?
Jean Michel Zakhartchouk, dans sa tribune titrée au pays du mensonge déconcertant” sur le site du Café Pédagogique ne dit pas autre chose lorsqu’il écrit que “le portrait qu’on nous dresse des réformes récentes est tellement rose et tellement décalé par rapport à la réalité qu’on a envie simplement de hausser les épaules et de se contenter d’énumérer les suppressions de postes, le manque de moyens dans des secteurs très défavorisés, les économies dérisoires faites au détriment de la formation des enseignants ou de l’accompagnement des RASED. ”. Et notre ami s’emploie à démonter et même à déconstruire, les slogans du ministre. “Le ministre voudrait lancer la « révolution » de l’accompagnement personnalisé, réclame du « sur-mesure » contre la prétendue uniformité du collège unique. Or, bien au contraire, les établissements scolaires, privés de marges de manœuvre, soumis à des programmes toujours aussi démentiels (voir la lourdeur des programmes du primaire), vont limiter à la marge l’accompagnement. ”. De même pour le socle commun, qui est bien détourné de son objectif premier, “ cela reste bien flou et apparaît plus comme un gadget, un slogan que comme une réalité. Il ne s’agit que rarement de cet impératif national, de cet effort de la Nation pour que tout le monde acquière ce bagage nécessaire au futur citoyen. Ce qui impliquerait de quitter le formalisme bureaucratique des livrets de compétences, des examens tels qu’ils sont (comme le brevet) au profit d’une véritable construction progressive de compétences dans le parcours scolaire. ”. Il en est de même pour l’autonomie des établissements dont l’auteur pense que c’est une bonne idée dévoyée par le ministre : “Cette autonomie nécessite d’une part un pilotage fort, ce qui n’est pas fait du tout et qui n’a rien à voir avec des injonctions de petits chefs, d’autre part la mise en place dans les établissements de fonctionnements différents. Or, sur le terrain, règne bien souvent un mélange d’autoritarisme de façade et d’un grand laisser-aller effectif”. On pourrait poursuivre la liste de ces slogans que notre ami s’emploie à démonter. Laissons lui la conclusion qui rejoint celle que Claude Lelièvre faisait la semaine dernière sur son blog dans son texte “des expressions détournées ”.
Jean-Michel écrit : “Ne laissons pas penser que la critique des réformes actuelles se limite aux « moyens » comme on veut nous le faire croire, qu’elle viserait à ne rien changer ou dans un autre genre qu’elle renverrait à une pure lutte idéologique contre le « libéralisme ». Ces réformes sont avant tout des leurres, du faux semblant, une prise en otages de mots qui désignent des réalités toutes autres que celles qui sont mises en œuvre dans le système éducatif français depuis une dizaine d’années.

Refonder l’école et/ou recréer des postes ?
Toujours dans Libération, on pourra lire une tribune intitulée “Refonder l’école avec Martine Aubry” et signée par plusieurs “personnalités du monde de l’éducation. Pêle mêle, on trouve Christian Baudelot, Roger Establet, Claude Lelièvre, Bruno Poucet, André Sirota, Annette Bon, Anne-Marie Vaillé, Jacques Fijalkow, Jean-Louis Auduc, Francine Best, Jean Hébrard, Pierre Frackowiak, Claude Rebaud Didier Cardon, Nicole Belloubet, Bruno Julliard. Des sociologues et historiens de l’éducation, des anciens responsables (recteurs, IG, inspecteurs, directeurs d’IUFM) et chefs d’établissements ainsi que le responsable du secteur éducation au PS : Bruno Julliard.
Le texte commence par un constat : l’École ne parvient plus à lutter contre les inégalités. Et les auteurs rappellent ce qui est pointé rapport après rapport : “De par son élitisme structurel et sa propension à la sélection par l’échec à tous les étages du système éducatif, le destin scolaire des élèves dépend de leurs environnements culturels et sociaux d’origine. ” et ils considèrent qu’il faut “refonder l’École”. Refonder, cela ne se limite pas à une question de moyens. Ils veulent mettre l’accent sur l’école primaire et fiont une liste rapide des dossiers qui seront à traiter : “Lutte contre l’échec et le redoublement, revalorisation et modernisation du métier d’enseignant, orientation positive des élèves par une plus grande ouverture culturelle et professionnelle, lutte contre la ghettoïsation scolaire, renforcement des alliances entre tous les éducateurs, dont les parents… : les chantiers sont immenses. ”. Et les signataires de cet appel ajoutent que “reconstruire ce que la droite a cassé et réinjecter les indispensables moyens qui font aujourd’hui défaut ne saurait suffire et être à la hauteur de l’enjeu.
Au risque de tomber dans le commentaire politicien, on ne peut s’empêcher de voir dans cette tribune, une pierre dans le jardin de François Hollande. Le favori des sondages (ou des sondeurs) a cherché à pousser son avantage vendredi dernier avec sa déclaration où il promettait de revenir sur les suppressions de postes réalisées depuis cinq ans. C’est-à-dire «60.000 à 70.000» postes. Une mesure dont le coût avoisinerait le milliard d'euros, selon son entourage. Avec cette promesse quantitative, François Hollande va, de fait, beaucoup plus loin que le projet adopté par le Parti socialiste au printemps. Un texte qui ne prévoyait explicitement qu'un arrêt des suppressions de postes dans la fonction publique et ne disait rien de précis sur les effectifs de l'éducation nationale. A quelques jours du premier débat télévisé entre les six candidats à la primaire socialiste, où 4 millions de Français envisageraient d'aller voter, selon un sondage Ifop publié dans le «Journal du Dimanche», d'aujourd'hui l'annonce a des allures de coup politique. . «Les enseignants votent en nombre», souligne-t-on dans le camp Hollande.
Mais cette annonce lui attire des critiques dans son propre camp. Et on peut aussi se demander si ce “coup” politique centré sur la seule question des moyens sera au final à son avantage tant les électeurs (et en particulier les enseignants) sont devenus méfiants à l’égard des effets d’annonce. Cela poserait même pour certains dans son propre camp, un problème de crédibilité. . Et aussi parce que, de plus en plus, les français comprennent qu’il faut appliquer à l’École des mesures qui vont bien au delà d’un rétablissement des “moyens”.

Handicap : des bâtons dans les roues
Ce lundi matin, le ministre de l'Education, Luc Chatel, accompagné de Roselyne Bachelot et Marie-Anne Montchamp, a visité deux établissements scolaires de Sens (Yonne) pour aborder la question de la scolarisation des élèves handicapés. Le bilan est plutôt négatif car si depuis la loi handicap de 2005, les portes de l'école se sont ouvertes aux enfants handicapés, leur accompagnement pose toujours problème. «Aujourd'hui, on estime que 7 000 élèves sont en attente d'un AVS. Et les 2 000 recrutements prévus, qui ne seront effectifs qu'à la Toussaint, ne couvriront pas tous les besoins», analyse Sophie Cluzel, présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (Fnaseph). Autre problème : les dispositifs d'accueil spécialisés, tels que les classes d'intégration scolaire (Clis) ou les unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis), sont encore insuffisants. «Par ailleurs, 30 % des Clis et 20 % des Ulis sont tenues par des enseignants qui n'ont pas reçu de formation spécifique au handicap», déplore Sophie Cluzel.
Pour ceux qui n’apprécieraient pas le jeu de mots, je précise qu’il fait référence à la campagne de l’APF (association des paralysés de France) qui lutte contre un autre scandale voisin de celui que nous évoquions plus haut. A savoir la proposition de loi de simplification des normes applicables aux collectivités locales déposée au Sénat par le sénateur Doligé et qui vise assouplir les règles d’accessibilité dans la construction des bâtiments.

Plaisir de lire
Le Figaro revient sur une étude de l’OCDE (mais qui date déjà de plusieurs mois). Dans le volume 3 du rapport PISA , parmi les pays de l'OCDE, en 2009, 37 % des élèves affirment ne pas lire par plaisir, selon l'organisation internationale. Les jeunes Français qui étaient 70 % à aimer lire en 2000 ne sont plus que 61 % en 2009. Lorsqu'ils sont issus de milieux socio-économiques favorisés, les élèves sont 72 % à affirmer lire quotidiennement pour le plaisir, contre 56 % lorsqu'ils sont issus de milieux défavorisés. En France, la différence des résultats entre ces deux publics peut dépasser les 20 pour cent. Les auteurs de ce rapport y voient un signe inquiétant car l'envie de lire est un prédicteur fort de réussite scolaire. La motivation est le point de départ : «Pour entrer dans cette tâche au départ abstraite et répétitive pour un enfant, il faut une certaine dose de motivation. Certains jeunes ne voient pas les enjeux de la lecture. Pour eux, c'est un outil purement scolaire et désagréable», explique au Figaro, Bruno Germain, de l'Observatoire national de la lecture.
Si l’on peut en effet s’inquiéter et constater que ce désamour est lié au fait que le livre est concurrencé par d’autres médias, faut toutefois nuancer cette analyse car comme le rappelait le sociologue Bernard Lahire dans un autre article consacré à ce sujet «Les jeunes lisent mais pas comme avant» et le rapport ne s’intéresse qu’à la lecture “papier” alors que se sont développés d’autres supports où il faut lire tout autant. Même si ces formes de lecture ne sont pas autant valorisés par la culture scolaire.
Pour sourire, (mais pas que…) je vous propose pour clore ce chapitre un lien vers une vidéo qui propose une nouvelle application révolutionnaire. Je dédicace cette vidéo à tous les documentalistes qui doivent quelquefois convaincre les élèves qui viennent les voir qu’il existe autre chose qu’Internet pour apprendre et même trouver du plaisir, de l’amusement et de l’émotion.

Aléatoire
Menu selon arrivage” peut-on voir affiché à l’entrée de certains restaurants. Il en sera de même pour cette revue de presse cette année. Elle aura un rythme aléatoire et non plus quotidien comme les années passées (même s’il m’est arrivé de faire quelques pauses). Les contraintes d’emploi du temps et la charge de travail ne me permettent pas de garantir la périodicité. Ce sera donc en fonction de l’actualité mais au moins une fois par semaine au minimum.
Mais si le rythme change, la motivation reste là et on peut penser qu’en cette année de campagne électorale, il y aura de la matière et largement de quoi alimenter et commenter l’actualité éducative.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 12/09/11(certains articles payants)


Une rentrée des classes au poil
Le 5 septembre, jour de la rentrée, Luc Chatel est sur France 2. «Tout va bien se passer, assure-t-il. Je veux rassurer les parents, chaque enfant aura ce matin un enseignant.» Il n’y a aucune raison de ne pas le croire. Depuis une dizaine d’années, l’administration de l’Education nationale sait organiser des «rentrées techniquement réussies». Au-delà de la sérénité des enfants qui reprennent les cours et de leurs parents, souvent anxieux eux aussi, il en va de l’image même du ministre.
Lire la suite de l’article


Chatel ne pense pas qu'il y ait trop de femmes dans l'enseignement
Il n'y a pas «trop de femmes dans l'enseignement», a estimé jeudi sur Europe 1 le ministre de l'Education nationale Luc Chatel, dénonçant une «polémique absurde» selon laquelle il y aurait une «trop forte féminisation» de la profession.
Lire la suite de l’article


Education: syndicats du privé et du public appellent à la grève le 27
Les cinq fédérations syndicales des établissements privés sous contrat appellent, fait inédit, à rejoindre l'appel à une journée de grève lancé par les syndicats du public pour protester contre les suppressions de postes dans l'Education nationale, selon un communiqué publié jeudi.
Lire la suite de l’article


Les belles histoires de Luc Chatel
Pour faire passer les suppressions de postes de la rentrée, le ministre n’hésite pas à brandir une panoplie de chiffres et annonces éblouissants, mais loin d’être convaincants.
Lire la suite de l’article


Les profs débutants, ces bienheureux
Le 29 août, le ministère de l’Education transmet à l’AFP les résultats d’un sondage (1) sur les jeunes profs qui ont débuté l’an dernier et qui sont donc la première promotion issue de la très contestée réforme de la formation des enseignants : on y apprend qu’ils sont heureux. 87% tirent un «bilan positif» de leur première année, 92% se disent «satisfaits» de leur «situation professionnelle».
Lire la suite de l’article


Des débats philosophiques en primaire
Le 31 août, Luc Chatel rencontre des lecteurs du Parisien pour un échange sur l’école. Interrogé par une femme - apparemment bien informée - sur un éventuel «retour de la leçon de morale», le ministre de l’Education répond tout à trac : «Oui, je fais revenir la morale à l’école.»
Lire la suite de l’article


Le grand prodige des statistiques
Pour sa conférence de presse de rentrée, organisée le 1er septembre, le ministre de l’Education, Luc Chatel, a préparé une salve de chiffres censés réduire à néant les critiques sur les suppressions de postes. On a alors appris qu’il y avait aujourd’hui «deux élèves de moins par classe en primaire et un de moins au collège qu’il y a vingt ans» et qu’il y a «35 000 professeurs en plus pour 500 000 élèves en moins». Tout aussi spectaculaire, le ministre de l’Education a ajouté que «depuis 1980, le budget par élève a augmenté de 80%». «Dans le passé on a trop favorisé la quantité au détriment de la qualité», en a-t-il conclu.
Lire la suite de l’article


Tout le monde au lycée Louis-le-Grand
Le 7 septembre, Luc Chatel se rend au lycée Louis-le-Grand à Paris pour célébrer la «troisième grande révolution de l’école moderne» qu’il annonce ces jours-ci, celle de «l’individualisation» et de la «diversification des parcours». Dans la vision ministérielle, la première révolution fut celle de la massification, la deuxième, celle de la démocratisation.
Lire la suite de l’article


Refonder l’école avec Martine Aubry
Signataires : Christian Baudelot, Roger Establet Sociologues, Claude Lelièvre, Bruno Poucet Historiens de l’éducation, André Sirota Psychologue, Annette Bon, Anne-Marie Vaillé, Jacques Fijalkow, Jean-Louis Auduc, Chercheurs en éducation ou formateurs d’enseignants, Francine Best, Jean Hébrard ex-Inspecteurs généraux, Pierre Frackowiak Inspecteur honoraire, Claude Rebaud Proviseur, Didier Cardon, Nicole Belloubet Vice-présidents de conseil régional, chargés de la formation,Bruno Julliard Secrétaire national du PS pour l’éducation.

Notre école est plus que jamais en crise, minée notamment par une décennie de démantèlements et de déstabilisations. Des territoires entiers, dans les banlieues et dans les départements ruraux, sont condamnés à un abandon éducatif que la suppression de la carte scolaire n’a fait qu’aggraver. Les retraits de postes par milliers depuis 2007 (66 000 suppressions en cinq ans), la disparition programmée des Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased), la réforme calamiteuse de la formation des enseignants, la réduction brutale à quatre jours de classe par semaine imposée à l’école primaire, l’appauvrissement et le désordre des programmes et des évaluations, notamment dans le primaire et au collège, mais aussi au lycée : tout cela laisse l’Education nationale exsangue et désorientée.
Lire la suite de l’article


Le mythe fracassé de la méritocratie britannique PAR BERTRAND VENARD PROFESSEUR ET CHERCHEUR À L’UNIVERSITÉ D’OXFORD.
Cinq morts, des centaines de blessés et plus de 100 millions de livres sterling de dégâts [115 millions d’euros], tel est le bilan des émeutes britanniques de cet été. Devant l’ampleur du phénomène, les Britanniques s’interrogent toujours pour comprendre le malaise qui a fait trembler leur pays. Une explication provient de la faillite du système méritocratique britannique.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 12/09/11


Le plaisir de lire baisse chez les jeunes de 15 ans
Les Français étaient 61 % à aimer lire en 2009 contre 70 % en 2000.
Lire la suite de l’article


R Comment économiser plus de 44.000 postes d'enseignants
La fondation libérale IFRAP demande l'augmentation du nombre d'heures de cours assurés par les professeurs.
Lire la suite de l’article

Éducation : François Hollande critiqué sur deux fronts
Ses propositions sont attaquées par l'UMP et suscitent l'ironie au PS.
Lire la suite de l’article


Fabius : «L'idée de Hollande nest pas une priorité»
L'ancien premier ministre, soutien de Martine Aubry, estime que le Parti socialiste n'est pas crédible s'il propose de créer 70.000 emplois dans l'éducation nationale.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 12/09/11



Restitution des 66 000 postes d’enseignants: un message politique qui passe bien
Vendredi 9 septembre, dans l'Aisne. François Hollande, le candidat en pôle position pour la primaire socialiste du 13 octobre, annonce que s’il est élu à la magistrature suprême il restituera tous les postes d’enseignants coupés par la droite depuis 2007. Voilà qui sent le « coup » politique pour prendre une avance définitive sur sa rivale Martine Aubry. D’autant que cette dernière s’était déjà positionnée sur les réformes nécessaires à l’école. Elle avait notamment évoqué la nécessité de repenser les missions des enseignants dans un entretien au Monde (1er septembre). Un sujet auquel M. Hollande s'est rallié, mais tout doucement.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel : artisan de la troisième grande révolution de l’école
Que retiendra-t-on, dans 50 ans, dans un siècle, de Luc Chatel (2009-200 ?), second ministre de l’éducation nationale sous le (premier ?) mandat de Nicolas Sarkozy ? Deux ans après son arrivée à la Rue de Grenelle et on ne sait combien de temps avant son départ, il est sans doute encore un peu prématuré pour le dire. En fait, il semblerait que lui seul ait déjà une petite idée...
Lire la suite de l’article


Universités : quelles sont les plus chères dans le monde ?
On a beaucoup parlé de frais de scolarité dans les universités françaises ces dernières semaines suite aux propositions du think tank proche du PS Terra Nova de les multiplier par trois (lire mon billet du 30 août). En publiant sur son site Top Universities les frais des 300 meilleures universités du monde, l’organisme QS permet de voir de près quelles sont celles qui coûtent le plus cher aux étudiants. Reste maintenant à établir celles qui proposent le meilleurs rapport qualité/prix…
Lire la suite de l’article


L'inégalité face à la santé commence à la maternelle
Les enfants qui habitent dans l'est et le nord de la France souffrent plus d'obésité et de caries que dans la plupart des académies de France. C'est ce qui ressort d'une enquête menée auprès de 23 365 enfants scolarisés en grande section de maternelle âgés de 5 à 6 ans.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 12/09/11



Lundi dans l'Humanité : ils imaginent le lycée de demain
Rythmes scolaires, orientation, rapports profs-élèves, lutte contre les inégalités. près de 2 000 lycéens d'Île-de-France ont témoigné de leurs attentes, à l'initiative du conseil régional. Florilège de ces « espoirs » de rentrée.
Lire la suite de l’article


Éducation : même le privé s’y met !
Les cinq fédérations de l’enseignement privé ont annoncé hier qu’elles s’associaient à la grève du 27 septembre contre les suppressions de postes. Une démarche inédite.
Lire la suite de l’article


Le métier d’enseignant 
est-il en danger ? table ronde
Jean-Louis Auduc, directeur adjoint de l’IUFM de Créteil. Philippe Meirieu, professeur en sciences de l’éducation à Lyon-II. Frédérique Rolet, cosecrétaire générale et porte-parole du Snes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 12/09/11



La lettre brûlot du prof démissionnaire
C’est une lettre bien rédigée, sans faute d’orthographe, avec des passages en gras. Une lettre de professeur. Le 23 août, Laurent Ott, enseignant depuis vingt-trois ans, a écrit à l’inspecteur académique pour présenter sa démission. Un courrier de trois pages dans lequel cet ancien directeur de l’école Hélène-Boucher, à Longjumeau, en détaille les raisons.
Lire la suite de l’article


Des accusations rejetées par l’inspection académique
Un homme qui ne sait pas de quoi il parle. Voilà la réponse de Christian Wassenberg, l’inspecteur académique de l’Essonne, aux attaques lancées par Laurent Ott sur l’Education nationale. « Il n’enseigne plus depuis six ans. Il parle de l’extérieur. Ce n’est pas comme s’il démissionnait après une année de cours.
Lire la suite de l’article


Drancy : Rentrée toujours en suspens au lycée
Les élèves de Delacroix, à Drancy, n’ont pas pu reprendre les cours la semaine dernière, faute d’emplois du temps. Le problème serait lié à une panne informatique.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 12/09/11



Education : le privé et le public font grève commune
Pour la première fois, enseignants du privé et du public vont faire grève le même jour.
Lire la suite de l’article


Éducation : Les promesses de François Hollande
François Hollande fait des propositions. Le candidat à la primaire PS a pris vendredi l'engagement de revenir sur l'ensemble des suppressions de postes engagées dans l'Education nationale depuis 2007. "Pas réaliste" selon Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 12/09/11



« La transmission n’est pas affaire de pédagogie mais de personne »
Pour le théologien François Moog, il faut tenir compte des nouvelles conditions de transmission de la foi.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 12/09/11




Hollande veut recréer «60.000 à 70.000» postes dans l'éducation en 5 ans
Le candidat à la primaire du PS a choisi de doubler sur leur gauche Ségolène Royal et Martine Aubry à quelques jours du premier débat télévisé entre les postulants socialistes à l'Elysée.
Lire la suite de l’article


Education: Aubry ironise sur la proposition d'Hollande
Martine Aubry (PS) a ironisé samedi sur la proposition de François Hollande de recréer au cours du prochain quinquennat l'ensemble des postes supprimés depuis 2007 dans l'Education nationale, se disant "contente" que son rival à la primaire ait selon elle "changé d'avis".
Lire la suite de l’article



Education: Chatel juge Hollande "irresponsable"
Les propositions du candidat à la primaire PS François Hollande de recréer au cours du prochain quinquennat l'ensemble des postes supprimés depuis 2007 dans l'Education nationale sont "irresponsables" et "irréalistes", a réagi vendredi à l'AFP le ministre Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
20 minutes du 12/09/11



le handicap cherche sa place
L'accompagnement des élèves reste toujours insuffisant
Lire la suite de l’article


« Peur que ma fille soit déscolarisée »
 Je redoutais la première rentrée de ma fille Isaline, 3 ans et demi. Les faits m'ont donné raison », confie Marie Vallet, qui habite Montbozon (Haute-Saône).
Lire la suite de l’article


3 500 candidats passent le bac après
Assis à la terrasse d'un café, Christian tape du pied. Il faut faire vite, car, désormais, chaque minute compte. Ce lycéen de 18 ans est en révision… du baccalauréat. La session de remplacement commence dès aujourd'hui pour les candidats n'ayant pas pu se présenter en juin à l'examen pour cas de force majeure.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 12/09/11



Trop de femmes profs ? Le prochain « grandébat »
Avec le sens de l'anticipation qui a fait son succès, @si est en mesure de vous révéler le thème du prochain « grandébat » qui va mobiliser les émissions de Calvi, de Calvi (et aussi de Calvi) : y a-t-il trop de femmes enseignantes ?
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 12/09/11



À l'école, les gauchers ont encore des problèmes
Il y a peu, ils étaient systématiquement contrariés. Certains ont encore du mal à s'adapter à un monde pensé par et pour les droitiers.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 12/09/11



Education : Hollande, seul contre tous
Le favori des sondages aurait-il été trop ambitieux ? En proposant de recréer les postes supprimés dans l’Education nationale depuis 2007, François Hollande s’est attiré une salve de critiques. Jusque dans son propre camp.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 12/09/11


Les Français notent sévèrement l'école, selon Ipsos-LBC
Les Français notent très sévèrement l'école et l'enseignement dans leur pays, selon un sondage publié jeudi. Ils sont ainsi 64% à juger que l'école et l'enseignement en France fonctionnent mal, selon cette enquête réalisée par Ipsos-Logica Business Consulting pour le magazine L'Histoire et la Casden, banque coopérative du personnel de l'Education nationale.
Lire la suite de l’article


Education : les syndicats du privé appellent eux aussi à la grève
Pour la première fois, les syndicats des établissements privés rejoignent ceux du public pour protester contre les suppressions de postes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 12/09/11


Peut-on choisir qui a droit ou non à la cantine à l'école?
Selon le journal L'Humanité, au moins 70 communes pratiquent une sélection à l'entrée des cantines scolaires, basée notamment sur des critères socio-professionnels.
Lire la suite de l’article


Une école saccagée par des enfants en Charente
Interpellés en flagrant délit dimanche, ils ont été remis à leurs parents et devraient être réentendus ce lundi. Les dégâts sont "très très importants", d'après les policiers.
Lire la suite de l’article


Valls refuse la "dépense publique" proposée par Hollande
Le candidat à la primaire PS critique la proposition de François Hollande de recréer plus de 60 000 postes dans l'éducation. Lui préfère une "véritable réforme de l'Education nationale".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 12/09/11


Olympiades des métiers : Next Stop London
Dans trois semaines ils seront à Londres. Ils affronteront les meilleurs professionnels mondiaux de leur métier. Vendredi 9 septembre, WorldSkills France présentait l’équipe de France des Olympiades des métiers. 44 jeunes sélectionnés parmi 6 800 candidats représentant des métiers très différents allant du bâtiment au graphisme web. Au final une vraie équipe solidaire porteuse de valeurs simples : le métier, le travail.
Lire la suite de l’article


Décrochage : Un problème français ?
La France est-elle capable de faire face au décrochage scolaire ? Si le décrochage est un sujet brûlant d'actualité et un des principaux problèmes pour tous les systèmes éducatifs des pays avancés, la France se distingue par ses réticences à le prendre en charge. C'est un des enseignements de l'ouvrage de Pierre-Yves Bernard qui fait la synthèse des recherches sur ce phénomène à la fois social et scolaire.
Lire la suite de l’article


Fourgous : Avec le numérique, améliorer le « rendement scolaire »
En 2010 son rapport sur l’école numérique avait réussi à faire l’unanimité dans le monde de l’éducation. La vague avait monté jusqu’à ce qu’elle se brise sur les contraintes budgétaires. Finalement le plan numérique de Chatel n’est qu’un ruisseau. Jean-Michel Fourgous repart en campagne pour une « révolution numérique » dans le système éducatif français avec une mission officielle confiée par le premier ministre fin août et la publication d’un livre sur le numérique éducatif. Enthousiasme ou naïveté ? Pas découragé par l’issue de la première mission, il milite pour l’intégration de la dimension numérique à l’Ecole. Avec une obsession : améliorer sa « productivité ».
Lire la suite de l’article


Au pays du mensonge déconcertant Par Jean-Michel Zakhartchouk
Luc Chatel nous raconte-t-il des histoires ? Oui pense JM Zakhartchouk. Il revient sur le discours de rentrée de Luc Chatel et à travers quelques exemples souligne les "mensonges". Avec un objectif : montrer que les réformes Chatel sont des leurres.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 12/09/11


Arnaud Montebourg: "unifier et différencier" le système éducatif
"Fonder une école commune qui regroupe (...) le primaire et le collège pour créer un tronc commun identique pour tous les enfants jusqu’à 15 ans", rassembler, "dans un lycée polyvalent, les filières générales, technologiques et professionnelles" et différencier la pédagogie "en fonction de chaque enfant". C'est ainsi qu'Arnaud Montebourg présente son "projet pour l'Ecole", qu'il vient de rendre public. Le candidat à la primaire du PS fait 32 propositions, dont certaines à 10 ans. En voici l'essentiel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 12/09/11


Chatel ne manque pas d'air face à Hollande par Claude Lelièvre
Après s’être le 21 août « réjoui que les métiers de l’enseignement continuent d’attirer 
les jeunes diplômés », Luc Chatel a jugé les récentes propositions faites par François Hollande de recréer des postes « irréaliste » du fait du peu de candidats se présentant actuellement aux concours d’enseignants.

C’est quand même le comble que ce soit le ministre de l’Education nationale Luc Chatel ( qui masquait il y a peu les difficultés de plus en plus grandes de recrutement d’enseignants aux différents concours : cf mon billet du 23 août sur « les comptes fantastiques de Chatel» ) qui se permette de faire la leçon !

Lire la suite de l’article


Universités, grandes écoles et patronat s'opposent à la baisse de l’immigration légale
Les étudiants étrangers sont sous stricte surveillance des préfectures, depuis que Claude Guéant veut réduire l'immigration légale. De telles dispositions vont nuire à l'attractivité de la France, regrette Louis Vogel, président de la Conférence des présidents d'université. Il rejoint ainsi la position de l'Association française des entreprises privées et de la Conférence des grandes écoles.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 12/09/11



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 12/09/11


Enquête Dares : des métiers en forte évolution depuis 25 ans
En un quart de siècle, le nombre de personnes en emploi a augmenté de 3 millions pour atteindre près de 26 millions ces dernières années, en France métropolitaine. Face à une large tertiarisation de l’économie, les métiers de l’industrie et surtout de l’agriculture ont accusé un net repli, avec une diminution de moitié des effectifs dans le secteur primaire. La Dares (direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) publie, en septembre 2011, une étude sur l’évolution des métiers entre le début des années 1980 et 2009. EducPros vous en livre les principaux résultats secteur par secteur.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 12/09/11



Suppressions de postes 2012: le monde éducatif écrit aux parlementaires
Les principales organisations du monde éducatif (enseignants, parents, lycéens, etc.) ont écrit à l'ensemble des parlementaires pour leur deman­der, à l'occasion des discussions du budget 2012, de faire cesser le non-remplacement d'un départ sur deux à la retraite dans l'éducation.
Lire la suite de l’article


Priorité à la qualité: Chatel doit "arrêter de mentir", disent les syndicats
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel doit "arrêter de mentir" quand il affirme donner la priorité à la qualité des enseignements, car les suppressions de postes diminuent cette qualité, ont jugé lundi les syndicats du collectif "L'éducation est notre avenir".
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.