vendredi, juin 10, 2011

Revue de presse du vendredi 10 juin 2011




Profs évalués comme dans le privé… - … et recrutés comme dans le privé - watts -


Profs évalués comme dans le privé…
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel veut réformer la notation des professeurs avec des inspections plus fréquentes et "sur le modèle du secteur privé", indique Le Figaro dans son édition de vendredi. Une information reprise par une dépêche AFP et des sujets dans la presse papier, audio et télévisée. Le quotidien évoque "une véritable révolution" dans le système d'évaluation des enseignants, qui privilégierait "la promotion au mérite".Le ministre "compte boucler les négociations d'ici à la fin de l'année", malgré la "défiance" des syndicats auxquels ces réformes ont été présentées en début de semaine, toujours selon Le Figaro.
En fait, nous avions déjà évoqué cette question il y a quelques jours (le 7/06) et présenté notamment le rapport du cabinet Alixio (dirigé par Raymond Soubie, l'ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy) qui sert de base aux propositions de Luc Chatel. Ce rapport et ces propositions ont été analysés dans un article de Maryline Baumard du Monde daté du 08/06/11 (réservé aux abonnés). Pourquoi cet emballement aujourd’hui autour de cet article mal foutu du Figaro ? Ce sont les mystères de la presse.
Que disait-il ce fameux rapport ? Il s'appuie sur le sondage de 4500 personnels de l'éducation, essentiellement professeurs du secondaire (60%), du primaire (30%) et personnels de direction (8%). Pour les personnes interrogées la note actuelle (produit de la combinaison d’une évaluation par les chefs d’établissements et d’une autre par les inspecteurs) est largement rejetée (13% de satisfaits) et considérée comme trop arbitraire. L’inspection est jugée trop ponctuelle, éloignée du terrain et ne prenant pas en compte le travail quotidien et ne valorisant pas les mérites individuels mais pas non plus le travail en équipe. Les enseignants interrogés pensent qu’il faut faire évoluer l’évaluation et y intégrer pour 65 % d’entre eux la capacité à gérer la classe pour 61 % la capacité à faire réussir et progresser les élèves, pour 44 %, la mesure de la passion et du dynamisme et aussi la capacité à innover et être créatif. Mais ils ne veulent pas d’une révolution du système d’évaluation mais plutôt de l’injection d’une dose plus importante d'évaluation professionnelle tout en maintenant la bonne vieille ancienneté.
L’étude d’Alixio suggère de «conserver les échelons mais de donner plus de souplesse au système». Surtout, le rapport suggère de «donner aux évaluateurs la possibilité de réduire ou d'allonger le passage d'échelon après l'évaluation pour valoriser financièrement le travail». On évoque aussi un suivi régulier entre l'enseignant et plusieurs interlocuteurs comprenant des conseils, mais aussi l'élaboration d'une «lettre de mission» pour chaque enseignant tous les quatre à cinq ans. Aussi appelé «contrat de progrès», ce document s'apparente aux feuilles d'objectifs en vigueur dans le privé.
Il faut rappeler que Luc Chatel a présenté ces propositions aux représentants syndicaux Lundi. Ceux-ci sont certes circonspects et peut-être que l’article du Figaro peut être interprété aussi comme un moyen de faire passer les syndicats enseignants comme des adeptes de l’immobilisme auprès d’un lectorat convaincu d’avance.
On ne s’attardera pas non plus sur la confusion dans le titre des articles consacrés à ce sujet et qui témoigne de la méconnaissance de certains vis-à-vis du monde enseignant. En effet, l’article du Figaro titre “ Bientôt des profs notés sur le modèle du secteur privé ”, alors que c’est au contraire l’inverse. C’est dans le public que l’on est noté (le système actuel additionne une note “administrative” et une note “pédagogique”) et pas dans le privé (où il y a plutôt un entretien individuel annuel).

… et recrutés comme dans le privé
Toujours dans Le Figaro on revient sur une autre proposition de la convention “justice sociale” ( !) de l’UMP . Là aussi, le titre se veut choc : “L'UMP veut que les proviseurs recrutent leurs enseignants
La proposition de l’UMP intitulée “développer l’autonomie des établissements scolaires évoque en effet “la possibilité pour les directeurs d'établissements de recruter eux-mêmes leurs équipes pédagogiques ”. Le texte sur le site de l’UMP prend soin de dire que ce serait surtout réservé aux établissements de l’éducation prioritaire mais l’article du Figaro ignore ce détail.
Pour les promoteurs de cette proposition, il s’agit explicitement de prendre exemple sur l’enseignement privé. “Dans le privé, une équipe adhère au projet d'établissement et se considère coresponsable de la réussite des élèves. Le professeur n'est pas uniquement là pour assurer ses cours. La majorité des enseignants du public s'investissent, mais l'institution ne les invite pas à adopter cette attitude, ” commente-t-on dans l’entourage du président de la République.
Actuellement, l’affectation d’un enseignant dépend de son “barème” (combinaison de sa note, son ancienneté, sa situation personnelle). Toutefois, il y a déjà des exceptions avec les “postes à profil” (enseignements spécifiques, artistiques, classes prépa, etc.) et certains postes dans l’éducation prioritaire (programme Éclair, si décrié). Dans la proposition de l’UMP, il s’agit donc de remettre en question ce système jugé trop rigide et sclérosant et de mettre à bas la gestion paritaire des affectations.
Mais cette provocation pose aussi d’autres questions. A commencer par celle de l’existence réelle d’un “projet d’établissement”. On parle d’adhérer à un projet mais encore faudrait-il qu’il existe et qu’il ait été élaboré collectivement… De même, on peut s’interroger sur les compétences et la formation des chefs d’établissement pour “recruter” du personnel. Certes, leur formation est de plus en plus “managériale” mais cela n’est pas une tâche simple et qui peut conduire à de nombreuses dérives. Comment définir des critères clairs et objectifs ? Comment éviter l’arbitraire ? Le clientélisme ? Le risque est grand de substituer à un système jugé rigide et marqué par l’égalitarisme des règles bureaucratiques, un système injuste, arbitraire et peut-être au final tout aussi inefficace.

Le lycée où les lycéens sont des lumières
Un sujet plus léger pour finir. Ouest France nous emmène à Rome où des lycéens pédalent pour produire l’électricité de leur établissement.
La « salle de l’énergie » est installée dans un des bâtiments de l’Institut G. Vallauri, un lycée technique de la périphérie est de Rome. Juchés sur des vélos d’intérieur alignés comme dans une salle de gym, les élèves pédalent en fixant l’écran plasma qui affiche en temps réel l’électricité produite par leurs coups de pédales et destinée à diminuer l’empreinte carbone de leur lycée.
L’initiateur de ce projet est un enseignant qui explique : “C’est un projet didactique qui vise à l’amélioration et au renforcement de la connaissance des questions énergétiques, tout en contribuant à la solution des problèmes environnementaux ”. Luca, un lycéen témoigne : “J’ai appris la valeur du watt ! Je prends davantage mon vélo et les transports publics pour me déplacer, j’évite de prendre la voiture. Ca m’a pas mal sensibilisé ”. Le principe est simple : les watts sont produits et accumulés dans la « salle d’énergie », chaque élève disposant d’une carte à puce comptabilisant son crédit, et sont ensuite consommés dans l’école. « Si un professeur veut projeter un documentaire sur DVD, ils demandent à ses élèves s’ils ont des watts : c’est un cercle vertueux», explique l’enseignant responsable du projet.
Allons plus loin ! On peut proposer que les élèves pédalent pendant les cours pour produire de l'électricité. En plus des watts produits, cela permet également de lutter contre l'obésité et l'activité physique irrigue le cerveau qui est ainsi plus réceptif ...

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 10/06/11(certains articles payants)


De la morale à l’université selon Luc Ferry
On a beau être un philosophe et avoir une chevelure de jais ondulée qui vous donne l’air vaguement romantique, on n’en est pas moins homme, sensible aux vanités de ce monde - l’argent, la gloire, les Jaguar, etc. Ce pourrait être l’une des leçons de l’affaire Luc Ferry révélée par le Canard enchaîné. Prof à l’université Paris-VII depuis 1996, il a réussi à ne jamais y enseigner, profitant de dispenses légales et répétitives, jusqu’à cette année 2010-2011 où il s’en est dispensé tout seul. Sa situation est en train d’être régularisée : Matignon, qui l’a nommé à la tête du Conseil d’analyse de la société (CAS) et lui demande à ce titre des rapports de temps en temps, s’apprête à signer avec Paris-VII un accord de «détachement» (de Luc Ferry). A ce titre, Matignon va rembourser à l’université les salaires versés depuis octobre à raison de 4 499 euros net mensuels. Mais le monde universitaire s’inquiète de l’impact de l’affaire sur l’image des profs de fac, qui seraient payés sur les deniers publics même quand ils ne font rien.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 10/06/11


L'UMP veut que les proviseurs recrutent leurs enseignants
Actuellement, l'affectation d'un professeur dépend de son ancienneté, de sa situation familiale ou de son lieu d'habitation.
Lire la suite de l’article


Bientôt des profs notés sur le modèle du secteur privé
Luc Chatel veut réformer la notation d'ici à la fin de l'année, avec des inspections plus fréquentes.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 10/06/11



Mal d'ados
Valérie Damidot a deux boulots. Le dimanche, sur M6, elle redécore les intérieurs en deux coups de cuillère à pot de peinture : c'est "D & Co". De temps à autre, elle incarne, sur la même chaîne, une conseillère principale d'éducation qui redresse les torts et les adolescents dans un lycée : c'est "Victoire Bonnot". Jeudi 9 juin, Valérie-Victoire Damidot-Bonnot avait un sacré boulot : combattre à elle toute seule ou presque le fléau de l'alcoolisme chez les jeunes. Sa méthode est la même que pour arracher du papier peint : elle fonce, ignore les fioritures, se désintéresse des finitions, mais tout est d'équerre à la fin.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 10/06/11



une grand messe pour le handicap
Comme l’an dernier à la même date, Conférence nationale du handicap oblige, le gouvernement semble ouvrir les yeux sur le sort tragique des personnes en situation de handicap. Cette fois, ce ne sont pas moins de huit ministres et un président de la République qui viendront, en personne, jouer les chevaliers blancs en arrosant le public de propositions réjouissantes, le tout dans un lieu inhabituel pour ce genre d’événement, le centre Georges-Pompidou. Rien n’est trop beau, en effet, pour tenter d’amadouer les journalistes. Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités, ouvrira les festivités dans la matinée. La Conférence nationale 2011 s’articule autour de deux grands thèmes, poétiquement baptisés « Cité accessible » et « Accès aux savoirs et innovation ». On y parlera logement avec Benoist Apparu, enseignement supérieur avec Valérie Pécresse, mais aussi culture avec Frédéric Mitterrand, 
ou encore enseignement pour tous (rires), avec Luc Chatel. Nicolas Sarkozy se contentera pour sa part de clôturer cette conférence, en toute modestie, lors d’un discours, à 17 heures.
Lire la suite de l’article


On expulse bien les handicapés
Alors que s'est tenue hier la conférence nationale sur le handicap, des personnalités réclament le retour d’Ardi, jeune polyhandicapé renvoyé au Kosovo, où sa santé se dégrade.
Lire la suite de l’article


La sordide histoire d’Ardi, prélude à la loi Besson
Expulsé en mai dernier, cet adolescent handicapé dépérit depuis au Kosovo, sans soins adaptés. Ses soutiens exigent son retour en France, l’État refuse. Un exemple qui pourrait se multiplier avec la loi sur l’immigration, discutée demain au Sénat.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 10/06/11



Appel à la grève fin septembre dans l'Education
Les grandes vacances n'ont même pas encore commencé qu'une rentrée syndicale mouvementée se profile déja. Des syndicats du secteur de l'éducation ont lancé un appel intersyndical à une journée de grève fin septembre pour protester contre les suppressions de postes engagées par le gouvernement
Lire la suite de l’article


Seine et Marne : Carte scolaire : 71 classes dans le flou
En primaire, l’inspection d’académie va fermer 48 classes et en ouvrir 81 à la rentrée. Elle a aussi laissé de nombreuses décisions en suspens. Le signe, pour les syndicats, qu’il manque des enseignants.
Lire la suite de l’article


Mais non, vos ados ne broient pas du noir !
Selon une enquête inédite, que nous révélons, l’image que les parents ont de leurs ados est très éloignée de la réalité.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
France Soir du 10/06/11



Emploi fictif : Luc Ferry, prof virtuel
L’ex-ministre de l’Education est aussi un éminent professeur de philosophie rémunéré grassement par une fac parisienne… où il ne met jamais les pieds ! Explications.
Lire la suite de l’article


Sondage : L'armée en banlieue ? Oui !
Le sondage de l’Ifop révèle l’inquiétude des Français devant l’insécurité, qu’ils jugent croissante. Et les conséquences qu’ils en tirent.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 10/06/11



Le succès du programme Erasmus se confirme
Pour l’année 2009-2010, un nombre record d’étudiants européens ont bénéficié d’une bourse Erasmus 213 000 étudiants, soit une augmentation de 7,4% par rapport à l’exercice précédent.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 10/06/11



Education: Luc Chatel veut noter les profs "comme dans le privé", selon la presse
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel veut réformer la notation des professeurs avec des inspections plus fréquentes et "sur le modèle du secteur privé", indique Le Figaro dans son édition de vendredi.
Lire la suite de l’article


Suppressions de postes dans l'Education: grève prévue fin septembre
Mécontents des suppressions de postes engagées dans la Fonction publique par le gouvernement, les syndicats de l'Education vont appeler vendredi à une journée de grève fin septembre.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 10/06/11



Vers une notation des profs «comme dans le privé»
Pour le moment, ce ne sont que des pistes de travail mais elles devraient créer des remous dans l'Education nationale. Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel veut réformer la notation des professeurs avec des inspections plus fréquentes et «sur le modèle du secteur privé», indique Le Figaro dans son édition de vendredi.
Lire la suite de l’article


L'UMP rêve de collèges plus mixtes
En lieu et place du collège unique, plusieurs établissements regrouperaient ainsi différentes classes d'âge...
Lire la suite de l’article


L'Education nationale accentue la lutte contre les fraudes aux examens
Les fraudes sont facilitées par les téléphones «smartphones»...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 10/06/11



Bienvenue à l'école du Web de Free, Meetic et Vente-Privée
Imaginez la « première école du web » française. Un bâtiment en inox et en verre face à la mer à Brest. Ou alors un entrepôt de tissage désaffecté aux alentours de Roubaix, retapé par un architecte branché autour du thème kitsch de la « révolution numérique ». A l'intérieur : des jeunes affalés dans des poufs géants, des claviers à la place des mains, douze idées de sites à la minute. Des mini-Zuckerberg potentiels. En fait, non.
L'Ecole européenne des métiers de l'internet (EEMI), montée par les trois « tycoons » français Xavier Niel (Free), Marc Simoncini (Meetic) et Jacques-Antoine Granjon (Vente-privee), ouvre en septembre 2011 et est une structure à la papa.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 10/06/11



Rome. Des lycéens pédalent pour produire de l’électricité
Juchés sur des vélos d’intérieur alignés comme dans une salle de gym, Luca et ses camarades pédalent en fixant l’écran plasma qui affiche en temps réel l’électricité produite par leurs coups de pédales et destinée à diminuer l’empreinte carbone de leur lycée. Une initiative particulièrement d’actualité, alors que l’Italie s’apprête à voter dimanche et lundi sur le retour ou non du nucléaire après 24 ans d’arrêt total des centrales du pays.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 10/06/11



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 10/06/11


Chatel relance la promotion au mérite pour les profs
Selon Le Figaro de vendredi 10 juin, le ministre de l'Education nationale Luc Chatel veut réformer la notation des professeurs avec des inspections plus fréquentes et "sur le modèle du secteur privé".
Lire la suite de l’article


L'enseignement catholique critique les manuels de biologie
Le secrétaire général de l'enseignement catholique veut peser sur le choix des ouvrages.
Lire la suite de l’article


Education : le point sur les annonces de Luc Chatel
Il ne se passe pas une semaine sans une annonce ou une promesse du ministre de l'Education. Comment s'y retrouver ? Faire la part entre ce qui marche et ce qui patine ? Par Caroline Brizard et Véronique Radier
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 10/06/11


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 10/06/11


Les syndicats appellent à la grève le 27 septembre
Les syndicats d'enseignants devraient lancer le 10 juin un appel à une journée de grève le 27 septembre. Le mouvement entend ainsi s'opposer aux suppressions de postes et aux fermetures de classe (1500 au primaire à la rentrée). Pour le Snuipp, "les hésitations du chef de l'Etat" , qui a annoncé le 9 juin un assouplissement au primaire, s'expliqueraient par les décisions des élus mais aussi par la mobilisation syndicale.
Lire la suite de l’article


Le programme UMP pour l'éducation est-il socialement juste ?
Lors de la "convention pour la justice sociale", le 9 juin, l'UMP a adopté des propositions "pour la justice sociale". Plusieurs concernent l'Ecole. Sont-elles socialement justes ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Touteduc (accès payant) du 10/06/11


Collèges à Paris: la FCPE anticipe des difficultés pour l'affectation des élèves
La FCPE de Paris dénonce la situation des collèges alors que "la Ville et l’académie identifient une vingtaine" d'établissements qui pourraient rencontrer des difficultés pour accueillir les élèves de leur secteur. "Déjà en 2010, des dizaines d’élèves n’ont pas été affectés dans leur collège de secteur", alors que les enfants du "babyboom" des années 2000 arrivent en 6ème. La FCPE demande que les élèves du secteur soient prioritaires sur les élèves en dérogation, et que les effectifs soient limités.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 10/06/11


J'accuse le ministre de l'Education Nationale
Alain Refalo, «enseignant du primaire en résistance» et initiateur du mouvement des enseignants-désobéisseurs, adresse un réquisitoire cinglant à Luc Chatel, accusé malgré les 17.000 recrutements annoncés de «démanteler l'école publique».
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 10/06/11



Ces ministres nuls en maths
En rentrant chez eux après la classe hier, des milliers d’élèves de CM2 et, probablement, de collège, ont eu droit à un exercice de mathématiques supplémentaire, imposé par leurs parents : «10 objets identiques coûtent 22 euros. Combien coûtent 15 de ces objets ?» Ceux qui ont répondu correctement, à savoir 33 euros, vont rater leur vie. Les autres ont toutes leurs chances de devenir ministres car s’il est un point commun à plusieurs des membres du gouvernement, c’est bien la nullité en maths.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 10/06/11


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 10/06/11



Absentéisme scolaire: premier bilan de la loi "Ciotti" (Luc Chatel)
Le ministre de l'Education, Luc Chatel, a donné jeudi à l'Assemblée un premier bilan de la loi "Ciotti" visant à lutter contre l'absentésime scolaire en annonçant 51 cas de suspension des allocations familiales dans deux départements.
Lire la suite de l’article


Monique Sassier : "Nous réglons la majorité des litiges dans un délai de trois mois"
Monique Sassier a été nom­mée média­trice de l'Education natio­nale et de l'Enseignement supé­rieur en juillet 2009. Sa mis­sion ? Gérer les rela­tions entre les usa­gers, le per­son­nel et l'Education natio­nale. Elle nous pré­sente les grandes lignes de son rap­port annuel remis, le 30 mai der­nier, à Luc Chatel et Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.