lundi, février 18, 2008

Revue de presse du lundi 18 février 2008

Le retour du retour aux fondamentaux ”.
Le titre utilisé par 20 minutes résume assez bien le sentiment à la lecture du discours de Périgueux du 15 février qui rassemble les propositions de Nicolas Sarkozy pour l’école primaire.
Pour lui, "Notre école primaire ne se porte pas bien". Ainsi, "15% des élèves sortent de notre école primaire en grande difficulté", soit "100.000 enfants par an". Il s'est donné pour objectif de "diviser par trois d'ici la fin de mon quinquennat le taux d'échec scolaire à l'issue du CM2". Comment ?
Par le retour aux fameux “fondamentaux”, tarte à la crème de tous les ministres et particulièrement de Gilles de Robien. Comme si l’enseignement des fondamentaux avait été abandonné un jour… s’insurge une directrice d’école interrogée par 20 minutes.
Résumons les principaux ingrédients de la recette. Moins d’heures de cours puisque l’école du samedi c’est fini mais mise en place d’une école du soir pour les élèves en difficulté et stages de rattrapage gratuits pendant les vacances. Les « nouveaux programmes présenteront en quelques pages, dans un langage évitant tout jargon, l'ensemble d'un cursus désormais recentré sur le français et les mathématiques » a déclaré le président. Voilà donc ces fameux fondamentaux avec en prime une pincée d’ “anti-pédagogisme”… Une louche d’instruction morale avec respect des valeurs et des emblèmes de la République , on demandera aussi aux enfants de se lever à l’écoute de l’hymne national. Et puis dernier ingrédient mais non des moindres : Les enseignants seront inspectés « tous les deux ans au lieu de quatre».La “culture du résultat” prend aussi une autre dimension : « Les deux évaluations nationales témoins serviront à mesurer chaque année les acquis des élèves au CE1 et au CM2 ». Et chaque famille « recevra les résultats de son école». Pour mieux en changer ? Ce sera plus facile avec la disparition progressive de la carte scolaire…
Dans cette perspective, les syndicats craignent une mise en concurrence des écoles primaires.

Revenons maintenant sur la proposition de Nicolas Sarkozy d’associer chaque élève de CM2 au souvenir d'un enfant décédé des persécutions nazies.
Cette idée est toujours débattue. Elle horrifie Simone Veil, ancienne déportée.«On ne peut pas infliger ça à des petits de 10 ans», a t-elle répondu à l'express.fr.. Il faut rappeler aussi que l’ancienne présidente du Parlement Européen fut aussi un soutien important de Nicolas Sarkozy durant la campagne électorale.
Parmi les très nombreuses réactions, rajoutons la tribune de Serge Klarsfeld dans Le Monde et celle (d’un avis opposé) de Claude Lanzmann toujours dans Le Monde. Finissons avec l’avis d’Annette Wieviorka (auteur de Auschwitz expliquée à ma fille (Seuil) recueilli par le JDD et plus particulièrement ce qu’elle dit su l’incursion du politique dans le pédagogique : “Les enseignants n'aiment guère cette incursion du politique dans leurs classes. Certes, il leur reste la liberté de travailler selon leur conscience. Mais je trouve la démarche de Nicolas Sarkozy significative d'un manque de confiance à leur égard. Avec lui, l'Etat se mêle trop de l'enseignement de l'Histoire. Cela me choque beaucoup. Que l'Etat organise des célébrations, des commémorations, c'est normal. Mais un président de la République n'a pas à faire le métier des enseignants à leur place. C'est insultant. Il existe des procédures régissant la rédaction des programmes, il existe un ministère de l'Education nationale, avec des enseignants, des inspecteurs... Il n'a pas non plus à délivrer des bouts d'idéologie en permanence. C'est dangereux pour la liberté des historiens et pour la démocratie.
Aujourd’hui, beaucoup se demandent d’où est venue cette idée qui a choqué de nombreuses personnes. Il semblerait qu’Emmanuelle Mignon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, ait joué un grand rôle dans la décision du président de la République. Elle a donné une interview pour le Journal du Dimanche où elle revient sur la génèse de cette idée. Mais elle propose également un aménagement de cette mesure qui ressemble quand même à un recul..
Mme Mignon répond ainsi aux critiques émises par Simone Veil, : "On va travailler avec la communauté éducative et avec tous ceux qui s'investissent dans la mémoire de ces sujets, pour voir la meilleure manière de faire (...) Il ne s'agit ni de traumatiser, ni de culpabiliser les enfants, mais il ne faut pas non plus les infantiliser en permanence", ajoute-t-elle. "Il a été suggéré que la mémoire d'un enfant victime de la Shoah puisse être confiée à une classe entière. Nous sommes tout à fait ouverts à ce genre de propositions", affirme-t-elle également.

On note donc un recul et une volonté de calmer le jeu en aménageant la proposition de notre président instituteur…
Xavier Darcos tout en affirmant ne pas céder laisse donc la porte ouverte sur le plan pédagogique..
"Dès la rentrée prochaine nous allons proposer une démarche pédagogique pour répondre à l'intuition du Président de la République", a assuré le ministre, annonçant qu'il allait réunir "mercredi matin des responsables du monde de la mémoire et des éducateurs" pour y travailler. "Est-ce qu'il faut que ce soit un par un, et pour chaque élève? On peut trouver peut-être d'autres solutions: travailler par groupe, par classe, se fonder sur d'autres démarches pédagogiques", a déclaré le ministre de l'Education nationale sur RTL.
Alors, est-ce que ces déclarations vont éteindre la polémique ? Peut-être. Mais reste en supsens la question posée par Annette Wieworka : est-ce le rôle du président de “ faire le métier des enseignants à leur place.” ?
Une réponse nous est donnée par l’éditorial du Monde où on trouve cette formule qui nous servira de conclusion : Le fait du prince n'est pas récusable parce qu'il ne serait pas sincère, mais parce qu'il est le fait du prince. Etre le premier des Français ne donne pas tous les droits.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 18/02/08



Un chèque de 620 millions d’euros pour le logement étudiant
Valérie Pécresse vient de marquer un point. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’est engagée à consacrer 620 millions d’euros sur quatre ans au logement étudiant. L’annonce a aussitôt été saluée par les principales organisations étudiantes qui en ont fait l’une de leurs priorités. La principale, l’Unef, a toutefois regretté que la ministre fasse la part belle à des «mesures gadgets» comme la colocation et le logement intergénérationnel - chez des personnes âgées.
Lire la suite de l’article


Grosse charrette à l’académie de la Réunion
Un «tsunami social» vient de balayer l’académie de la Réunion, pour reprendre l’expression d’un syndicaliste. A la trappe depuis le 1er février, les 420 contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) et contrats d’avenir (CAV) jusque-là affectés à des tâches administratives et de vie scolaire dans les collèges et lycées. Une autre charrette de 100 autres agents va suivre. Sans compter les 250 techniciens, ouvriers et agents de service (TOS) qui ont, eux aussi, perdu leur emploi dans les établissements scolaires au début du mois. Un cyclone. Que vont devenir tous ces précaires ? Comment leur absence sera-t-elle gérée ?
Lire la suite de l’article


Shoah à l'école: Sarkozy a «la volonté de ne pas céder»
Face aux critiques, le projet pourrait cependant être adapté, en confiant la mémoire d'un enfant déporté non pas à chaque élève mais à toute une classe.
Lire la suite de l’article


«Mon sang s’est glacé»
Simone Veil contre l’idée de faire porter la mémoire d’un enfant déporté aux élèves.
Lire la suite de l’article


Shoah: Simone Veil juge «insoutenable et injuste» l'initiative de Sarkozy
Pour l'ancienne ministre, déportée dans les camps, «la mémoire» d'enfants juifs disparus est «trop lourde à porter» pour les écoliers de CM2.
Lire la suite de l’article


Heures sup et vacataires au programme
Sur injonction de Bercy, le ministère prévoit la suppression de 11 200 postes à la rentrée.
Lire la suite de l’article


Moteur de sécurité pour enfants
Internet . En Allemagne, une chenille guide les recherches des 8-12 ans.
Lire la suite de l’article


Mémoire (devoir de…)
GÉRARD LEFORT

Après la lettre de Guy Môquet en octobre, voilà les enfants juifs en février. Et c’est reparti pour un tour de manège où Nicolas Sarkozy semble être le Mickey dont il faut attraper la queue pour gagner un nouveau tour de passe-passe. «L’idée», façon Géo Trouvetou, est de doubler chaque enfant français de 10 ans avec une jeune victime de la Shoah. Certains s’inquiètent du trauma afférent, mais ne devraient pas forcément s’en alarmer, quand on sait que bon nombre d’enfants de cet âge tendre et cruel n’aiment rien moins que de s’inventer un jumeau invisible, à qui ils confient leurs petits secrets, ou qu’ils chargent d’exécuter à leur place quelque vengeance atroce.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 18/02/08


Shoah à l'école : ce qu'en disent les élèves de CM2
Le Figaro a interrogé des enfants de 10-11 ans. S'ils connaissent peu les faits historiques, ils semblent avides de les comprendre.
Lire la suite de l’article


L'Élysée cherche 
à dépassionner le dossier
Des aménagements sont désormais envisagés. La mémoire d'un enfant juif pourrait être confiée à une classe entière.
Lire la suite de l’article


La Shoah ne doit pas être détachée de l'histoire
Pour Michaël Prazan, écrivain et documentariste, «la Shoah ne doit pas devenir le substitut d'une quelconque pédagogie».
Lire la suite de l’article


Shoah : Simone Veil dénonce l'initiative présidentielle
L'ancienne présidente du Parlement européen juge l'idée d'un parrainage des enfants juifs déportés «insoutenable et injuste». Nicolas Sarkozy s'est étonné de ce «tumulte».
Lire la suite de l’article


Sarkozy veut rétablir
les cours de morale à l'école
Le président de la République souhaite que les enfants apprennent les règles de politesse et connaissent «La Marseillaise».
Lire la suite de l’article


Les textos dans le collimateur du chef de l'État
Le langage SMS serait, selon Nicolas Sarkozy, responsable de la déplorable orthographe des écoliers.
Lire la suite de l’article


Shoah : Sarkozy «a la volonté de ne pas céder»
L'Elysée est ouvert à la proposition de confier la mémoire d'un enfant français victime de la Shoah non pas à chaque élève de CM2, mais à une classe entière.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 18/02/08 (un jour de retard)



Créteil bat le rappel de ses profs retraités
L’académie francilienne confirme avoir fait appel à des enseignants retraités pour suppléer au manque de remplaçants.
Lire la suite de l’article


Darcos renfloue le privé
Le ministre de l’Éducation a présenté hier les mesures prévues dans le cadre du plan banlieue. Parmi elles, un rabiot de crédit pour l’enseignement privé.
Lire la suite de l’article


800 euros d’amende pour « outrage » à Sarkozy
Romain Dunant, habitant du Jura âgé de 35 ans, libertaire et militant du Réseau éducation sans frontières (RESF), avait osé adresser le 19 décembre 2006, en soutien à Florimond Guimard, placé en garde à vue pour s’être opposé à l’expulsion d’un parent d’élève sans-papiers, un courriel au ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy. Il y comparait sa politique en matière d’immigration à celle de l’État français sous Vichy.
Lire la suite de l’article


« Mon acte est citoyen, il ne relève pas de la délinquance »
Pour avoir protesté contre l’expulsion d’un sans-papiers sur un vol Paris-Bamako, Kadidja comparaît cet après-midi au tribunal de Bobigny. Elle risque cinq ans de prison. Entretien.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 18/02/08 ( payant)



Ile-de-France : moins d'un tiers des professeurs en grève
Les enseignants protestaient aujourd'hui contre la suppression de postes dans le secondaire. Une grève diversement suivie selon les départements.
Lire la suite de l’article


Snes-FSU vs Note2be.com : audience de référé le 25 février
Le juge des référés du TGI de Paris examinera le 25 février à 10 heures l'assignation déposée par le Snes-FSU et la FSU contre le site note2be.com et son co-fondateur Stéphane Cola, qui proposent aux élèves de noter leurs enseignants.
Lire la suite de l’article


La « Confo Academy » entre à la Sorbonne
Des étudiants viennent d'intégrer au sein de la Sorbonne la DM Academy. Le nom d'un cursus inédit mis au point pour former les directeurs de magasin Conforama. Pour Paris-I, un simple partenariat avec une entreprise...
Lire la suite de l’article



En Grande-Bretagne, des diplômes McDo !
IL Y A du nouveau sur le menu de McDo : des diplômes. Dès la prochaine rentrée universitaire en Angleterre, …
Lire la suite de l’article


« Très enthousiasmant »
CHRISTOPHE, 41 ans, travaille chez Conforama et suit cette nouvelle formation
Lire la suite de l’article


Des aménagements possibles
QUELQUES JOURS après l'annonce controversée de Nicolas Sarkozy de « confier la mémoire » des enfants tués durant la...
Lire la suite de l’article


Hollande plaide pour le retrait du projet
Le premier secrétaire du PS François Hollande a souhaité dimanche que l'idée du président Nicolas Sarkozy de faire prendre en charge la mémoire d'un enfant de la Shoah par un élève de l'école primaire soit «retirée».
Lire la suite de l’article


Sarkozy ne veut pas céder sur la mémoire des enfants déportés, dit sa directrice de cabinet
Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet du président Nicolas Sarkozy, affirme dans une interview au Journal du Dimanche que "transmettre la Shoah est essentiel" et que "le président de la République a la volonté très nette de ne pas céder sur cet enseignement"."Transmettre la Shoah est essentiel. Soutenir et aider les enseignants dans cet enseignement est une priorité. Cela n'a pas toujours été le cas. Nous sommes au travail pour le faire sans fléchir et d'une manière adaptée à chaque âge", affirme Mme Mignon.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 18/02/08



Un enfant doit-il porter la mémoire d'enfants victimes de la Shoah ?
Régis Debray était l’invité dimanche 17 février de l'émission du Jour du Seigneur « C'est aussi de l'info », en coproduction avec « La Croix » sur France 2
Lire la suite de l’article


Sarkozy présente la réforme de l'enseignement primaire et défend son initiative sur la Shoah
Nicolas Sarkozy a présenté vendredi 15 février la réforme à venir de l'enseignement primaire, avec des cours de soutien pour les élèves en difficulté, une évaluation des enseignants comme des écoles, des programmes recentrés sur le français et les maths et des cours de "morale". Il a également défendu son initiative de "confier la mémoire" d'un enfant français victime de la Shoah à chaque élève de CM2
Lire la suite de l’article


Mémoire par Bruno Frappat
Faut-il demander aux enfants de CM2 (9-10 ans) de porter chacun la mémoire d'un des onze mille enfants victimes de la Shoah? La France se divise sur cette décision de Nicolas Sarkozy (comme elle aime à se diviser sur beaucoup de choses...). Les uns jugent le fardeau trop lourd pour nos chers petits, les autres estiment l'idée superbe estimant qu'un bon accompagnement didactique relativiserait la charge émotionnelle. Culpabilisation, redoutent les adversaires de l'idée. Heureuse transmission de la mémoire rétorquent les autres. Au fond, que sait-on de ce qui se passe dans l'esprit d'un enfant de dix ans? C'est l'âge de toutes les questions, y compris les plus graves (la vie, la mort, le mal...). C'est l'âge de toutes les découvertes. C'est aussi l'âge des amitiés qui commencent à se nouer. Pourquoi pas cette amitié-là avec des enfants qui ne sont plus, accueillis dans le souvenir et qui auraient, s'ils avaient vécu, l'âge de leurs grands-parents? Faisons confiance aux enfants pour le vivre plus sereinement que nous.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
20 minutes du 18/02/08



Les professeurs des écoles évalués «tous les deux ans» en fonction des progrès de l'élève
Le retour aux fondamentaux à l’école primaire est décidément une marotte à droite. Après Gilles de Robien, ministre de l’Education sous Jacques Chirac, c’est au tour de Xavier Darcos, qui occupe actuellement ce poste, de s’atteler à une nouvelle réforme des bases. Nicolas Sarkozy en a présenté les grandes lignes, vendredi, lors d'une visite à Périgueux.
Lire la suite de l’article


«L'enseignement des fondamentaux n'a jamais été abandonné à l’école»
Danielle Czalczynski est directrice d’une école élémentaire du 19e arrondissement de Paris. Elle réagit aux annonces du président Nicolas Sarkozy sur l’éducation.
Lire la suite de l’article


Education : «Les propositions vont dans le bon sens»
Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos, le ministre de l’Education nationale, ont présenté vendredi à Périgueux des propositions pour une nouvelle réforme de l’éducation. Les réactions de Farid Hamana, président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE).
Lire la suite de l’article



Simone Veil ne veut pas que la mémoire d'un enfant déporté soit confié à un CM2

Un désaveu de poids. Simone Veil, présidente d'honneur de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, s'est prononcé farouchement contre la proposition de Nicolas Sarkozy concernant l'enseignement du génocide juif au CM2. «A la seconde, mon sang s’est glacé», a-t-elle expliqué à «L'Express».
Lire la suite de l’article


Tirs au plomb sur un collège
Des enseignants du collège Fabien de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont cessé les cours vendredi usant de leur « droit de retrait ».
Lire la suite de l’article


Le parrainage d'enfants juifs victimes de la Shoah sera mis en place à la rentrée 2008
Le parrainage d'enfants juifs victimes de la Shoah sera en place dans les écoles dès la rentrée de septembre 2008, a déclaré Xavier Darcos lundi.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Métro (Paris) du 18/02/08



Un lycéen sur deux ignore ce qu'est la Shoah, affirme Darcos
Un lycéen sur deux ignore ce qu'est la Shoah, a affirmé lundi sur RTL le ministre de l'Education Xavier Darcos, un sujet d'"inquiétude" qui justifie, selon lui, "l'intuition" présidentielle de confier aux élèves de CM2 la mémoire des enfants juifs déportés.
Lire la suite de l’article


Sarkozy plie mais ne rompt pas
Petite reculade du chef de l’Etat sur le parrainage d’un enfant victime de la Shoah
Lire la suite de l’article


"L'idée n'est pas mauvaise mais elle est très floue"
La proposition de Nicolas Sarkozy de faire “parrainer la mémoire” de l’un des 11 500 enfants juifs de France victimes de la Shoah par des élèves de CM2, fait débat. Voici des réactions du côté des enseignants...
Lire la suite de l’article


"Se jumeler à un mort peut être traumatisant"
Jean-Jacques Hazan, secrétaire général de la FCPE, première fédération de parents d'élèves, s'exprime sur l'idée de parrainage proposé par la président de la République...
Lire la suite de l’article


Nicolas Sarkozy prône un retour aux "fondamentaux" à l'école primaire
Le président Nicolas Sarkozy a souhaité vendredi à Périgueux un retour aux "fondamentaux" pour diminuer l'échec à la sortie de l'école primaire et annoncé l'introduction d'une "instruction civique et morale" où serait notamment abordée la question de la mémoire de la Shoah.
Lire la suite de l’article


La Shoah au CM2: l'Elysée maintient le principe mais évoque des aménagements
Quelques jours après l'annonce de Nicolas Sarkozy de "confier la mémoire" des enfants tués durant la Shoah aux écoliers de CM2, des voix dans la majorité ont évoqué un "débat" ou des aménagements de l'initiative, même si l'Elysée s'affirme déterminé à "ne pas céder".
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Rue89 du 18/02/08


Petit portrait d'élèves de ZEP: Yamina l'abandon, triste épilogue
Par Zacharia Dosseur

Depuis près d'un an, Zacharias Dosseur, professeur dans un collège de ZEP, relate les aventures de Yamina, élève en classe de quatrième cette année, emblématiques des difficultés rencontrées dans ces établissements.
Lire la suite de l’article


Sur l'école, Nicolas Sarkozy est cohérent. Hélas.
Par Nestor Roméro

Les événements se bousculent ces jours-ci. Je croyais en avoir terminé avec ce billet consacré au rapport de la commission Pochard quand me parviennent les échos du discours du Crif, puis ceux de Périgueux. Ce qui s'impose alors, dans toute son évidence, c'est la cohérence du discours idéologique qui se constitue ainsi. De sorte qu'il ne me paraît pas inutile de prolonger l'examen de ce énième rapport par celui de cette cohérence dont on verra qu'il est sans doute possible de la caractériser d'un mot.
Lire la suite de l’article


Shoah: Veil juge l'idée de Sarkozy "insoutenable"
Déportée à 16 ans, cette proche du Président a des mots très durs contre "l'adoption" de jeunes victimes par des écoliers.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 18/02/08




Mémoire de la Shoah : l'Élysée face au tollé

Une piste a été ouverte hier. Que le souvenir des enfants juifs exterminés par les nazis soit porté « par une classe entière ».
Lire la suite de l’article


Shoah en CM2 : le désaccord de Simone Veil
Elle n'approuve pas l'idée de « jumeler » chaque enfant de CM2 avec une jeune victime juive de la Shoah. « Inimaginable », s'exclame Simone Veil.
Lire la suite de l’article


À quoi devra ressembler l'école, l'an prochain
En décrivant le recentrage des programmes sur le français, le calcul et la morale, hier, à Périgueux, Nicolas Sarkozy a complété le tableau de la réforme du primaire.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Sud-Ouest du 18/02/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 18/02/08



Mignon: "Transmettre la Shoah est essentiel"
Emmanuelle Mignon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, a joué un grand rôle dans la décision du président de la République de faire "porter par des élèves de CM2 la mémoire" des 11000 enfants juifs français disparus dans les camps de concentration nazis. Emmanuelle Mignon a accepté, pour le Journal du Dimanche, de revenir sur la genèse de cette idée. Extraits de l'entretien
Lire la suite de l’article


Veil, "l'insoutenable" mémoire
Son soutien à Nicolas Sarkozy pouvait surprendre. Mais depuis l'élection présidentielle, Simone Veil ne cesse d'entrer en conflit avec le chef de l'Etat. Après le ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale puis les tests ADN, c'est le projet de parrainage d'enfants victimes de la Shoah qui provoque maintenant la colère de la "mère" de l'IVG. "Mon sang s'est glacé", dit-elle.
Lire la suite de l’article


620 millions pour les cités U
Christine Boutin et Valérie Pécresse ont annoncé hier des mesures pour améliorer le logement des étudiants: construction de 5000 chambres, rénovation du parc existant, ou encore développement du logement intergénérationnel. Un plan d'autant plus attendu que le précédent, en 2004, est loin d'avoir tenu ses promesses.
Lire la suite de l’article


Annette Wieviorka: "J'ai été choquée puis révoltée"
Chercheuse au CNRS, l'historienne Annette Wieviorka est l'auteur de nombreux ouvrages sur la Shoah dont Auschwitz expliquée à ma fille (Seuil). La chercheuse estime qu'il n'y a pas de risque d'oubli et que la proposition du chef de l'Etat est même dangereuse pour la démocratie. Ce n'est pas le rôle du président que de s'occuper du contenu de l'enseignement scolaire.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 18/02/08



Se souvenir de ces 11 400 enfants, par Serge Klarsfeld
L'initiative du président de la République est extraordinaire, et ceux qui en sont aujourd'hui les détracteurs prétendront demain en avoir été les inspirateurs. Pendant des décennies, les dirigeants des organisations juives qui laissaient vivoter le précieux Mémorial du martyr juif inconnu et Centre de documentation juive contemporaine invoquaient la mémoire des milliers d'enfants Juifs déportés de France sans même savoir qui ils étaient et combien ils étaient. Nous, les Fils et filles des déportés juifs de France, avons fait ce travail après avoir établi, en 1978, la liste, convoi par convoi, de toutes les victimes de la Shoah en France (76 000 déportés).[…] Depuis la parution de notre ouvrage, les plaques commémoratives se sont multipliées par centaines dans notre pays faisant revivre sur tout le territoire la mémoire non pas exclusivement des enfants, mais surtout des enfants. Les Associations pour la mémoire des enfants juifs déportés de France, les AMEDJ, ont pris dans les établissements scolaires le relais de notre Mémorial des enfants : s'appuyant sur les adresses des enfants qui y sont inscrites et sur leurs propres recherches dans les archives des établissements, les AMEDJ ont procédé à la pose de plaques dans de très nombreuses écoles, collèges et lycées, surtout à Paris, à Nice et à Lyon.
Il y a vingt ans, au lycée Hélène-Boucher, à Paris, on nous refusait encore le mot "juif" sur la plaque. Aujourd'hui, grâce à notre travail précis de mémoire et grâce au discours historique de Jacques Chirac, le 16 juillet 1995 au Vel'd'Hiv, le contexte historique de la mise à mort de tous ces enfants est clairement exposé sur chaque plaque. […]
Les enseignants et les élèves participent avec enthousiasme à cette oeuvre de mémoire et de vie qui n'a rien de morbide.[…]
Les élèves qui se souviendront d'un enfant dont la vie a été tranchée par l'intolérance et la haine raciste seront mieux armés moralement contre les idéologies extrêmes et contre la violence ; ils comprendront mieux probablement pourquoi il faut défendre les valeurs républicaines, la liberté et la dignité humaine.
D'ici à la rentrée 2008, l'initiative du président de la République sera étudiée et aménagée par l'éducation nationale avec le soutien de toute la documentation de notre association et la participation du Mémorial de la Shoah. Dans une trentaine d'années, un siècle après la Shoah, les élèves d'aujourd'hui des CM2 seront depuis longtemps des adultes, et la France sera le seul pays où l'on se souviendra encore avec précision des enfants juifs qui en furent déportés.
Ces enfants auront échappé à l'immense poubelle de l'Histoire ; ils seront redevenus des acteurs de l'Histoire ; ils auront échappé à la nuit et au brouillard de l'oubli ; ils seront revenus à la lumière du jour. Grâce à Jacques Chirac on se souviendra des Justes et des 60 000 enfants juifs sauvés ; grâce à Nicolas Sarkozy on se souviendra des 11 400 enfants juifs perdus.
Lire la suite de l’article


Le mort saisit le vif, par Claude Lanzmann
Je ne suis pas de ceux qui se conduisent comme si la campagne présidentielle n'était pas terminée et tiennent le président de la République pour un usurpateur. Je me sens d'autant plus libre pour m'interroger sur l'étrange proposition qu'il a avancée dans son discours au CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France). Nul doute que Nicolas Sarkozy, s'adressant aux juifs, ne soit animé par la sympathie et les bonnes intentions, comme il le fut à Rome, lorsqu'on le fit chanoine, ou à Riyad devant les membres du Majliss As-shoura. Mais l'enfer, on le sait, en est pavé, les contre-finalités et les effets pervers sont engendrés par des prémisses qui le sont également.
Le président de la République pensait sûrement que les juifs allaient lui être reconnaissants de son formidable "cadeau", théâtralement décrété : la prise de relais d'un enfant assassiné il y a soixante-cinq ans, dans les chambres à gaz d'Auschwitz ou de Treblinka, par un autre du même âge aujourd'hui, mais bien vivant, élève de CM2, à qui seront confiés le nom, l'histoire, les photographies du petit mort et qui aura le mandat, sinon de le ressusciter, du moins d'en perpétuer le souvenir.
Au Holocaust Memorial Museum de Washington, on épingle au revers de la veste de chaque visiteur un badge avec le nom d'un juif exterminé dans la Shoah. Le visiteur perd son nom et prend celui d'un mort pendant les deux ou trois heures que dure le parcours. Les communicateurs du musée prétendent que l'identification joue à plein, permettant à l'émotion de se donner libre carrière : le mort saisit le vif.[…]
Voilà longtemps que la pédagogie et l'enseignement de la Shoah sont à l'ordre du jour et que la Fondation pour la mémoire de la Shoah s'affronte sans trêve à ces questionnements. Je ne discute pas ici des effets traumatisants que le relais des enfants morts pourrait avoir sur les petits relayeurs. Si c'est trop lourd pour eux ou mal accompagné, ils oublieront. Les choses, nous avons appris cela, doivent venir à leur heure.
Je n'ai jamais ni demandé ni imposé à mon fils âgé de 14 ans et demi de voir mon film Shoah. Cela a été sa décision, de son seul ressort. Il l'a fait quand il l'a voulu, comme il l'a voulu, je ne lui ai posé aucune question. Il m'en a parlé de lui-même au bout de six mois. Le film avait fait son chemin en lui. Quel chemin ! C'était l'intelligence, l'émotion instruite par l'intelligence, le contraire de l'identification facile ou forcée, qui parlaient par sa bouche.
[…]Quoi qu'il en soit, gardons-nous de l'activisme mémoriel qui semble, à chacune de ses éruptions, redécouvrir à neuf ce qui est su depuis si longtemps, et, incapable de regarder en face l'immensité de la perte, s'ingénie à ouvrir des chemins secondaires qui instituent l'oubli plus que la mémoire.
Lire la suite de l’article


Shoah : "une démarche pédagogique" à la rentrée 2008
Xavier Darcos, le ministre de l'éducation, a indiqué, lundi 18 février, sur RTL, que "dès la rentrée prochaine" sera proposée "une démarche pédagogique pour répondre à l'intuition du président de la République" sur la transmission de la mémoire de la Shoah auprès des écoliers.
Lire la suite de l’article


Edito du Monde
Fait du prince

Provoquer pour mener le débat public sur les terrains de son choix, ériger des "tabous" ou supposés tels pour mieux les bousculer, épater pour mieux dérouter : la méthode Sarkozy est maintenant parfaitement rodée. Il vient d'en faire une nouvelle démonstration en proposant, le 14 février, de "confier" à chaque élève de CM2 la mémoire d'un des 11 400 enfants juifs de France déportés et assassinés par les nazis pendant la seconde guerre mondiale.
Cette nouvelle initiative du président de la République est au moins contestable, plus sûrement déplorable. Comme souvent depuis neuf mois, l'obsession de surprendre conduit à l'improvisation, à la confusion et au fait du prince.[…] Le fait du prince n'est pas récusable parce qu'il ne serait pas sincère, mais parce qu'il est le fait du prince. Etre le premier des Français ne donne pas tous les droits.
Lire la suite de l’article


L'Etat se prépare à réformer ses concours de recrutement
L'autre jour, je m'amusais à regarder le programme du concours d'attaché d'administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d'interroger les concurrents sur la Princesse de Clèves. Imaginez un peu le spectacle." Le 23 février 2007 en campagne présidentielle à Lyon, Nicolas Sarkozy, candidat de l'UMP à l'élection présidentielle, raillait les procédures de recrutement dans la fonction publique en prenant l'engagement de les modifier. Un an plus tard, deux inspecteurs généraux de l'administration, Corinne Desforges et Jean-Guy de Chalvron ont pris le parti de dédier à Mme Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette et auteur de La Princesse de Clèves, le rapport qu'ils devaient remettre, mardi 19 février, à Eric Woerth et André Santini, sur le "contenu des conditions d'accès à la fonction publique de l'Etat".
Lire la suite de l’article


Mémoire de la Shoah : malgré les critiques, l'Elysée veut mener le projet "sans fléchir"
Malgré les critiques de la part d'historiens, de politiques ou d'associations, l'Elysée entend mener à bien son projet de parrainage d'enfants juifs déportés par des élèves de CM2. Dans un entretien au Journal du Dimanche , paru le 17 février, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon se dit déterminée à le mener "sans fléchir".
Lire la suite de l’article


Mémoire de la Shoah : associations et historiens critiquent l'annonce de M. Sarkozy
Le projet de parrainage d'enfants de la Shoah lancé par Nicolas Sarkozy lors du dîner annuel du CRIF continue à semer trouble et perplexité, y compris parmi les historiens du génocide ou les associations.
Lire la suite de l’article


"On ne peut pas entrer au cœur de la Shoah avec des enfants de 10 ans" (audio)
Nicolas Sarkozy a annoncé, mercredi 13 février, qu'il souhaitait que "tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11 000 enfants français victimes de la Shoah". Georges Bensoussan, historien et auteur de Histoire de la Shoah, met en garde contre une "dérive vers une religion civile de la Shoah".
Lire la suite de l’article


Les syndicats craignent une mise en concurrence des écoles primaires
Les écoles primaires seront-elles mises en concurrence comme le sont chaque année les lycées, à travers la publication des résultats du bac par établissements ? C'est ce que redoutent désormais les syndicats d'enseignants.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 18/02/08



La mémoire des enfants juifs pourrait être honorée par classe
Le ministre de l'Education confirme que les élèves de CM2 prendront en charge la mémoire des enfants victimes de l'holocauste, mais peut-être "par groupe" ou "par classe", et non individuellement comme proposé initialement par Nicolas Sarkozy.
Lire la suite de l’article


Shoah : l'Elysée "a la volonté de ne pas céder"
La directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy indique que sera étudiée la proposition de confier la mémoire d'un enfant français déporté non pas à chaque élève de CM2, mais à une classe entière.
Lire la suite de l’article


Shoah : Xavier Darcos veut "faire confiance aux enseignants"
Au lendemain de l'annonce par Nicolas Sarkozy que tous les élèves de CM2 se verront "confier la mémoire" d'un enfant victime du génocide, le ministre de l'Education reconnait que "l'idée est un peu normative sans doute". Et promet que "les choses ne se feront pas dans l'ostentation".
Lire la suite de l’article


Sarkozy, chanoine bling-bling, prédicateur et... instituteur
par Jean-Marcel Bouguereau,
rédacteur en chef au Nouvel Observateur

[…] il a proposé que "tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah", car "rien n'est plus émouvant pour un enfant que l'histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui". Le mot est lâché: "émouvant". L'Histoire doit être abordée par le biais des sentiments. C’est la répétition de la lettre de Guy Môcquet, alors qu’éduquer ne saurait être affaire d'émotion, comme l’ont rappelé enseignants et psychologues.
Lire la suite de l’article


"Une initiative malsaine"
par Jean-Louis Le Run,
pédopsychiatre

Un syndicat d'enseignants du primaire craint qu'en confiant la mémoire d'un enfant victime de la Shoah à un élève de CM2, on fasse naître chez lui un sentiment de culpabilité. La proposition du chef de l'Etat peut-elle créer des troubles psychologiques, selon vous ?
[…] avec cette proposition, l'enseignant impose un lien arbitraire, qui individualise, et dans lequel il n'y a aucune réciprocité. Cela s'apparente à un culte du mort. De cette manière, on transmet le fardeau d'une culpabilité non assumée aux enfants, qui ne sont pourtant pas responsables de l'histoire. L'initiative est mortifère et malsaine.[…]
Lire la suite de l’article


Le réquisitoire de Simone Veil
par Jean-Marcel Bouguereau,
rédacteur en chef au Nouvel Observateur

[…]Comment un Président de la République peut-il improviser sur un sujet aussi grave, sans s’entourer de conseils d’enseignants, de psychologues, voire même sans demander son avis à… Simone Veil qui fut très active dans son comité de soutien ? […]
Lire la suite de l’article


Sarkozy pour la réintégration de "l'enseignement moral et civique"
"Cette instruction civique et morale prévoit notamment l'apprentissage des règles de politesse, la connaissance et le respect des valeurs et des emblèmes de la République",a annoncé le chef de l'Etat, qui veut par ailleurs diviser par trois l'échec scolaire d'ici 2012.
Lire la suite de l’article


Primaire: Sarkozy insiste sur l'instruction civique
En visite à Périgueux, la ville dont Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, est le maire, Nicolas Sarkozy s’est exprimé sur l’école primaire. Il souhaite notamment enseigner aux élèves "le respect des valeurs et des emblèmes de la République".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 18/02/08


Shoah en CM2: Simone Veil fustige l'idée de Sarkozy
"Inimaginable, dramatique, injuste": l'ancien ministre n’a pas de mots assez durs pour condamner la proposition de Nicolas Sarkozy de "confier la mémoire" d’un enfant français victime de la Shoah à chaque élève de CM2.
Lire la suite de l’article


Shoah: le parrainage d'enfants dès la rentrée 2008
Le parrainage d'enfants juifs victimes de la Shoah sera en place dans les écoles dès la rentrée de septembre 2008, a déclaré Xavier Darcos. ll n'a pas écarté la possibilité que la démarche soit portée par des groupes d'enfants ou des classes entières.
Lire la suite de l’article


La Shoah en CM2: bonne ou mauvaise idée?
Nicolas Sarkozy souhaite que chaque élève de CM2 se voie "confier la mémoire" d'un enfant français victime de la Shoah. Une proposition controversée.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 18/02/08



Mémoire de la Shoah à l'école: Devedjian souhaite un "débat"
Le secrétaire général de l'UMP, Patrick Devedjian, a souhaité dimanche un "débat" autour de l'annonce du président de la République sur la mémoire de la Shoah dans les écoles.
Lire la suite de l’article


Liberté pour l'histoire "réprouve" l'initiative de M. Sarkozy sur la Shoah
L'association Liberté pour l'histoire a réprouvé vendredi la décision du président Nicolas Sarkozy de faire "parrainer la mémoire" de l'un des 11.500 enfants juifs de France victimes de la Shoah, par des élèves de CM2 à partir de la rentrée 2008.
Lire la suite de l’article


Imprimerie nationale: vers "une sortie de conflit", selon la CGT
Les négociations entre les syndicats de l'Imprimerie nationale de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) occupée par des salariés en grève depuis le 21 janvier et le médiateur se poursuivaient samedi après-midi, la CGT estimant aller "vers une sortie de conflit".
Lire la suite de l’article


Shoah et élèves de CM2: "fausse bonne idée" pour les profs d'histoire-géo
L'Association des professeurs d'histoire et de géographie (APHG) a qualifié dimanche de "fausse bonne idée" la proposition du président de la République Nicolas Sarkozy de confier à chaque élève de CM2 la mémoire d'un des 11.500 enfants juifs de France victimes de la Shoah.
Lire la suite de l’article


Transmission de la Shoah: Sarkozy "a la volonté de ne pas céder" (Mignon)
Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet du président Nicolas Sarkozy, affirme dans une interview au Journal du Dimanche que "transmettre la Shoah est essentiel" et que "le président de la République a la volonté très nette de ne pas céder sur cet enseignement".
Lire la suite de l’article


Un élève mis en examen pour avoir frappé son professeur à Epinal
Un élève d'un lycée professionnel d'Epinal a été mis en examen pour violences volontaires suite à une altercation avec un de ses professeurs qu'il a injurié et frappé, a-t-on appris de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


Darcos : un lycéen sur deux ignore ce qu'est la Shoah
Un lycéen sur deux ignore ce qu'est la Shoah, a affirmé lundi sur RTL le ministre de l'Education Xavier Darcos, un sujet d'"inquiétude" qui justifie, selon lui, "l'intuition" présidentielle de confier aux élèves de CM2 la mémoire des enfants juifs déportés.
Lire la suite de l’article


La Shoah au CM2: Hollande finalement hostile à l'initiative de Sarkozy
Le premier secrétaire du PS François Hollande a souhaité dimanche que l'idée du président Nicolas Sarkozy de faire prendre en charge la mémoire d'un enfant de la Shoah par un élève de l'école primaire soit "retirée".
Lire la suite de l’article


Shoah et élèves de CM2: le grand rabbin de France "parfaitement d'accord"
Le grand rabbin de France Joseph Sitruk s'est déclaré lundi sur I-télé "parfaitement d'accord avec l'idée de Nicolas Sarkozy" de confier la mémoire d'enfants juifs déportés aux élève de CM2.
Lire la suite de l’article


Mémoire de la Shoah: "l'idée est belle", pour le Grand-Orient de France
Jean-Michel Quillardet, grand maître du Grand-Orient de France, estime dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France, dimanche, que Nicolas Sarkozy a eu une "belle" idée en voulant faire parrainer des enfants tués dans la Shoah par des élèves de CM2.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.