jeudi, décembre 10, 2009

Revue de presse du jeudi 10 décembre 2009


Réforme du lycée : une journée importante – Et la formation ? - Le lobbying d’Acadomia -


Réforme du lycée : une journée importante
C’est ce jeudi 10 décembre que la réforme du lycée doit être votée au Conseil Supérieur de l'éducation (CSE) . Rappelons que cette instance comprend 97 membres représentant l'ensemble du monde éducatif (enseignants, autres personnels, parents, lycéens, étudiants, collectivités, associations). Elle n’a qu’un rôle consultatif. Mais c’est malgré tout un moment fort que ce vote car il permet à chacun de faire des déclarations liminaires et de se positionner (on ne saura le résultat de ces votes que tard dans la soirée). Les étapes suivantes devraient être l'examen des textes en Conseil d'Etat, leur publication au bulletin officiel, puis la rédaction des nouveaux programmes et la formation des professeurs à leurs nouvelles missions.
Huit syndicats d'enseignants représentant près de 80% des voix aux élections vont demander le retrait global du projet, selon le Snes. Les syndicats Sgen-CFDT et SE-Unsa ainsi que les parents d'élèves et les lycéens (même si l’UNL vote contre) voient dans cette réforme des aspect positifs.
Dans un très bon article de synthèse, Maryline Baumard du Monde, montre que la question de la réforme ne se limite pas à la seule question de l’histoire en Tle S qui continue à faire à elle seule l’actualité de l’éducation.
Elle y rappelle que les enjeux de la réforme sont de construire un lycée “plus juste” et “plus efficace”. Cela passe par une volonté (est-elle vérifiée dans les faits ?) de rééquilibrer les séries et de permettre le “droit à l’erreur”. La réforme s’appuie aussi sur l’accompagnement des élèves et sur une plus grande autonomie des établissements. On pourra compléter cela par un comparatif produit par La Croix entre la réforme Darcos et la réforme Chatel
On rajoutera à cette synthèse que la question qui est soulevée est aussi celle de la conception même de l’enseignement et du métier de professeur. En effet, ce n’est pas anodin de constater que le débat s’est cristallisé sur la question des disciplines scolaires (et en particulier l’Histoire) et des conditions de travail des enseignants et qu’on a peu parlé des élèves eux mêmes et de la manière dont ils apprenaient.
Pour illustrer cette logique disciplinaire, on peut lire Le Figaro qui détaille la réforme du lycée sous l’angle des différentes disciplines et se demande qui sont les “gagnants” et les “perdants”. Plusieurs d’entre elles sont, en effet, affectées par la mise en place de 2 heures hebdomadaires d'aide personnalisée, mesure phare de la réforme et dévolue à des cours de soutien scolaire, d'aide à l'orientation ou d'accompagnement méthodologique. Intégré dans l'emploi du temps scolaire des élèves, ce dispositif grignote mécaniquement dans l'horaire des disciplines.
On comprend que chaque enseignant soit attaché à sa discipline d’enseignement et à ses conditions de travail. Mais les savoirs disciplinaires s’opposent souvent (à tort) à une vision plus large du métier qui envisage la mission de l’enseignant non pas uniquement comme la transmission de savoirs mais comme la prise en compte de la réalité de ces apprentissages. Et alors, le métier devient plus large et conduit à envisager les disciplines sous l’angle interdisciplinaire et à intervenir aussi dans l’aide aux élèves et le soutien. C’est, d’une certaine manière cette opposition qui semble apparaître à travers les débats sur cette réforme.
Dans cette journée importante, huit organisations syndicales, dont le Snes-FSU, SUD-éducation et le Snalc-CSEN, très attachés aux savoirs disciplinaires, appellaient ce jeudi après-midi les personnels à se mobiliser contre le projet de réforme du lycée. Selon l’AFP, la manifestation organisée à Paris a eu peu de succès: de 900 personnes selon la police à 3.000 selon les organisateurs ont défilé, dont une grande majorité de lycéens, selon une journaliste de l'AFP sur place.
A Toulouse, 200 à 300 lycéens ont aussi manifesté, ainsi qu'environ 200 enseignants et lycéens à Marseille, 600 lycéens au Mans et 200 à Rennes.


Et la formation ?
Si l’on veut prendre un peu de recul et replacer la question du lycée dans un contexte plus large, il faut aller le chercher du côté d’une tribune parue hier (trop tard pour la revue de presse d’hier) dans le journal Le Monde où Maryline Baumard analyse les contradictions du ministre Chatel. “ Il vient de réaliserécrit-elle le tour de force de redessiner le lycée et la formation des maîtres en traitant le premier dossier en véritable pédagogue et le second en défenseur des disciplines. […] Le tout au risque que sa formation des enseignants annule tout bonnement sa réforme du lycée.”. Et elle détaille les marges de manœuvre en germe dans la réforme du lycée : aide personnalisée inscrite dans l’emploi du temps des enseignants, autonomie des équipes pour gérer "selon leur projet", les heures d'aide, mais aussi les dédoublements de cours. Mais “pour se saisir de toutes les marges offertes par ce nouveau lycée, il faudrait des enseignants rompus à la pédagogie. M. Chatel fait le pari contraire. ” Selon elle (et pratiquement toute la communauté enseignante, la réforme de la formation des enseignants, qui sera la raison de la mobilisation du 15 décembre, fait la part belle à l'académisme. “Ces as dans leur discipline seront-ils ensuite aptes à appliquer la réforme Sarkozy, qui instaure de l'accompagnement personnalisé aux élèves à tous les étages du système éducatif ? A l'heure où l'on renouvelle le corps enseignant, on engage le système éducatif pour plusieurs décennies. Ce hiatus entre les réformes du système éducatif - celle du lycée au premier chef - et celle de la formation des maîtres, risque fort d'en ajouter encore au malaise de cette profession.


Le triomphe du marché de l’angoisse
On a parlé à plusieurs reprises de “lobbys” à propos des associations disciplinaires mais si on veut voir un vrai travail de lobbying à l’œuvre, il faut lire l’article de Mathilde Mathieu sur Médiapart .fr
Elle y montre comment Acadomia, la plus grosse entreprise de soutien scolaire en France vient de remporter une véritable Blitzkrieg au Parlement – un modèle du genre. Grâce à une campagne d'une dizaine de jours, Acadomia a obtenu que le Sénat enterre, lundi 7 décembre, un amendement «hostile» voté par l'Assemblée nationale trois semaines plus tôt, à une large majorité.
Mais au lendemain de son adoption, Acadomia a sonné le branle-bas de combat et missionné un cabinet de lobbying pour rattraper le coup au Sénat. Son nom: 
 Lysios. Sur le site du cabinet de lobbying, on peut lire qu’en grec, Lysios veut dire « celui qui libère, qui dénoue des situations complexes ». Trois salariés ont été mobilisés pour «dénouer la situation » (en clair : influencer les parlementaires) . Le coût de leurs services? Secret. Ni Lysios, ni Acadomia, sollicités, ne veulent le dévoiler…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 10/12/09 (certains articles payants)


Chatel casse la loi des séries
Le choix d’un rééquilibrage des filières au lycée, qui faisait l’unanimité sur le principe, lèse certaines disciplines comme l’histoire ou les SES.
Lire la suite de l’article


Le fichier Base élèves refait parler de lui
De plus en plus de parents d'élèves se mobilisent contre ce fichier créé il y a un an et permettant de collecter des informations sur les enfants dès leur entrée en maternelle.
Lire la suite de l’article


Facebook sème la zizanie dans un collège marseillais
Une enseignante d'anglais du collège des Chartreux à Marseille a déposé plainte pour insultes contre des élèves qui avaient créé sur le réseau social Facebook un groupe de discussion réclamant son départ. Les collégiens ont été sanctionnés d'exclusion temporaire
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée: les disciplines se rebiffent (Blog Véronique Soulé)
Histoire sacrifiée, sciences économiques et sociales (SES) maltraitées, sciences physiques menacées, lettres amoindries... Dans chaque discipline, les enseignants ont fait leurs comptes. Et tous ceux qui s'estiment lésés par la réforme sont partis en campagne. Ce qui donne une certaine cacophonie. En annonçant les nouvelles grilles horaires du lycée, Luc Chatel a ainsi ouvert la boîte de Pandore. Il ne lui sera pas facile de la refermer.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 10/12/09


Lycée : Chatel maintient le cap
Après les professeurs d'histoire, ceux de mathématiques et de sciences protestent.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 10/12/09



Luc Chatel, l'artisan des réformes qui s'annulent, par Maryline Baumard
En matière de contradiction, le ministre de l'éducation, Luc Chatel, n'a peur de rien. Il vient de réaliser le tour de force de redessiner le lycée et la formation des maîtres en traitant le premier dossier en véritable pédagogue et le second en défenseur des disciplines. D'aucuns diraient en "républicain". Le tout au risque que sa formation des enseignants annule tout bonnement sa réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


Réduction de l'histoire en terminale S : pourquoi la réforme passe mal
Jeudi à haut risque rue de Grenelle - lieu où est installé, à Paris, le ministère de l'éducation nationale. La réforme du lycée doit être votée au Conseil Supérieur de l'éducation (CSE). Bien que consultative, cette instance qui regroupe organisations parentales et syndicales a un poids symbolique fort. Pendant l'intervention du ministre de l'éducation, Luc Chatel, devant le CSE, huit syndicats d'enseignants opposés à la réforme ont prévu une manifestation.
Lire la suite de l’article


"S'il y a une matière à supprimer en priorité, c'est bien la philo"
En plein débat sur l'identité nationale, la disparition de l'histoire-géographie (qui deviendrait optionnelle) des programmes de terminale S est critiquée par les politiques de tous bords, alors que le ministre de l'éducation, Luc Chatel, se félicitait d'un "bon compromis".
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 10/12/09



Histoire-Géo. « Un pas de plus vers l’amnésie
Pour Pierre Milza, signataire de l’appel des historiens, la suppression de l’histoire en terminale S est une décision incohérente et dangereuse, qui menace la formation des futurs citoyens.
Lire la suite de l’article


lycée  : la contestation s’étend
La réforme du lycée passe aujourd’hui une étape décisive avec sa présentation devant le Conseil supérieur de l’éducation (CSE). Pas de bouleversement en vue, cette instance ne donnant qu’un avis consultatif sur les textes de loi. En revanche, sur le terrain, la contestation prend de l’ampleur. Hier matin, quatre lycées de l’agglomération lilloise étaient partiellement bloqués pour protester contre la réforme Chatel. Aujourd’hui, huit syndicats d’enseignants du secondaire, dont la puissante FSU, ont prévu de manifester à Paris (à 14 h 30, à Sèvre-Babylone) au moment où le ministre présentera son projet au CSE. Le camp des opposants ne cesse de grandir  : la Société française de physique et la Société chimique de France ont déclaré hier regretter « l’affaiblissement de la formation scientifique pour tous » qu’entraînerait la réforme du lycée. Pendant ce temps, la polémique sur la suppression de l’histoire-géo en terminale S ne retombe pas. Dernier détracteur en date : Alain Juppé. L’ex-premier ministre s’est dit « très réservé ».
Lire la suite de l’article


Base élèves : plaintes en rafale
Hier, partout en France, de nouvelles procédures ont été déposées contre ce fichier 
de l’éducation nationale qui organise le traçage des enfants dès l’âge de trois ans.
Lire la suite de l’article


Jean Lafontan. Un service public du sport, voilà une idée neuve 
PROFESSEUR D’EPS, RESPONSABLE NATIONAL SNEP DE LA POLITIQUE SPORTIVE.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 10/12/09



Val de Marne : La violence augmente dans les collèges
L’inspection académique devrait annoncer lundi le déblocage de « nouvelles forces de l’Etat » pour endiguer la violence croissante dans les établissements scolaires de Créteil.
Lire la suite de l’article


« Ça devient difficile d’enseigner »
INTRUSION et agressions verbales répétées au collège Laplace il y a dix jours, professeurs et élèves tabassés au collège Pasteur fin septembre… Des incidents violents se sont produits aux abords...
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 10/12/09



Réforme du lycée, l’enjeu de la culture générale
Alors que Luc Chatel soumet jeudi 10 décembre son projet de réforme du lycée à l’avis consultatif du Conseil supérieur de l’éducation, certains redoutent un affaiblissement des savoirs disciplinaires, notamment dans les humanités
Lire la suite de l’article


Darcos, Chatel : d’une réforme du lycée à l’autre
Voici un comparatif de l’actuelle réforme du lycée, arrêtée par le ministre Luc Chatel (après une vaste consultation menée par Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po Paris), avec celle qu’a tenté de mener son prédécesseur Xavier Darcos, avant de l’abandonner en décembre dernier, sous la pression de la rue.
Lire la suite de l’article


Histoire optionnelle en terminale S, le pour et le contre
Ce point de la réforme divise profondément enseignants, élus et lycéens. Revue de détail des positions de chacun
Lire la suite de l’article


Jean-Jacques Hazan : « L'idéal serait de prolonger le tronc commun »
« Si la disparition des épreuves d’histoire en terminale S fait tant parler, c’est parce qu’on touche à la filière d’excellence. Mais très franchement, ça va dans le sens de ce qu’il faut faire. Surtout si on tient à l’idée de permettre aux élèves de se réorienter en cours de scolarité. Pour cela, il faut prolonger le tronc commun. »
Lire la suite de l’article


En Grande-Bretagne, aucun enseignement obligatoire après 16 ans
L’histoire-géographie, mais aussi l’anglais ou les mathématiques peuvent être abandonnés après le collège
Lire la suite de l’article


« Attention à ne pas enfermer la culture des humanités dans les matières littéraires »
Pour le secrétaire général de l’enseignement catholique, la culture générale ne pâtira pas de la réforme du lycée tant qu’elle restera ancrée dans l’ensemble des disciplines
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 10/12/09



Matières au lycée : les enseignants contre les parents d'élèves
Luc Chatel présente aujourd'hui sa réforme devant le Conseil supérieur de l'éducation. Les professeurs d'histoire, de mathématiques, de sciences et d'économie s'élèvent contre la réduction de leurs horaires.
Lire la suite de l’article


La réforme du lycée examinée, les opposants mobilisent peu
La réforme du lycée était examinée jeudi par les représentants du monde éducatif, divisés entre partisans des nouveautés pédagogiques et du rééquilibrage des filières et opposants surtout attachés aux savoirs disciplinaires, dont la manifestation à Paris a peu rassemblé.
Lire la suite de l’article


« Un débat d'élites »
CHRISTIANE ALLAIN SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE LA FCPE, PREMIÈRE FÉDÉRATION DE PARENTS D'ÉLÈVES

On assiste en ce moment à un faux procès. Il faut rappeler que le volume horaire d'histoire-géographie restera le même pour les séries S, puisque les élèves gagneront une heure et demie en première. Ils assimileront donc le même programme qu'aujourd'hui. Sans compter la place de l'histoire en primaire et en collège, qui permet déjà aux élèves de découvrir largement cette discipline. Et l'élève aura toujours la possibilité de poursuivre en terminale son apprentissage, via deux heures d'option. Pourquoi ne pourrait-on pas faire avec l'histoire ce que l'on fait déjà avec le français, dont l'enseignement est absent de la classe terminale ? Au final, la polémique actuelle est choquante.
Lire la suite de l’article


« L'histoire, c'est l'identité nationale ! »
Pierre Milza

L'apprentissage de l'histoire en classe de terminale est décisif. C'est à 17-18 ans qu'un jeune acquiert sa pleine maturité, qu'il se définit pleinement. Ce n'est pas pour rien qu'il se frotte durant cette année à la philosophie : on a là une vraie cohérence d'ensemble, les enseignements se répondent entre eux. Avec la réforme, on va donc priver l'élève d'un vaste champ de réflexion et de culture et risquer par là même de ne produire que des scientifiques avec des têtes bien pleines, mais peu préparés à l'exercice de leurs responsabilités. Je crains que l'on n'entre dans une logique utilitariste de l'enseignement, avant tout centré sur les débouchés ou les besoins économiques. Cela va dans le sens de la quasi-disparition du latin et du grec, et du déclin de l'enseignement des humanités dans leur ensemble.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 10/12/09



Réforme de l'histoire-géo: Parole de lycéens
Les élèves de la filière S ont peur pour leur culture générale...
Lire la suite de l’article


Réforme de l'histoire-géo: Pourquoi ça ne plaît pas
Le ministre de l'éducation, Luc Chatel, la présente ce jeudi devant le Conseil Supérieur de l'Education. 20minutes.fr la décrypte pour vous...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 10/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 10/12/09



A Rennes, Nantes et au Mans, les lycéens sont dans la rue
« La réforme, on n’en veut pas ! » Ils le chantent sur tous les tons, ce matin dans les rues. A Rennes (200 lycéens), au Mans (500 lycéens) et à Nantes (une centaine de lycéens, avec trois enseignants du FSU), ce jeudi matin, les lycéens défilent dans les rues.
Lire la suite de l’article


Luc Chatel : « La réforme du lycée se fera »
Le ministre soumet aujourd'hui son projet au Conseil supérieur de l'Éducation nationale. Il ne reculera pas, dit-il. « Cette réforme est indispensable ».
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 10/12/09



Pétition-histoire: Claude Lanzmann signe
L'appel lancé dans le Journal du Dimanche en faveur du maintien d'heures obligatoires d'histoire-géographie en terminale scientifique continue de fédérer bon nombre d'intellectuels, d'historiens, de professeurs, de personnalités diverses. Dernier signataire en date, Claude Lanzmann, le réalisateur de Shoah, qui, depuis Moscou, a tenu à s'associer au mouvement.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 10/12/09


Réforme du lycée : des centaines de manifestants
Plusieurs centaines de personnes ont défilé à Paris et Toulouse, et plus d'un millier à Bayonne, pour protester contre la réforme du lycée, examinée cet après-midi au Conseil supérieur de l'éducation.
Lire la suite de l’article


Dans Newsweek : La sexualité des enfants expliquée aux parents
Lorsque des parents attendent le bon moment pour parler de sexualité avec leurs enfants, le bon moment est déjà loin derrière. C’est ce qu’affirme le docteur Mark Schuster, professeur de pédiatrie à la Harvard Medical School, chef de service pédiatrie et chef de service adjoint santé générale au Children’s Hospital de Boston.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 10/12/09


"La place de l'histoire n'est pas l'enjeu de la réforme du lycée"
La polémique autour de la suppression de l'histoire-géo en terminale S bat son plain. Un débat que les syndicats de lycéens ne relaient pas...
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 10/12/09


Enseignants au bord de la rupture : Que faire ?
L'usure d'une bonne partie du corps enseignant impose de trouver une issue administrative. Un nouveau défi pour Luc CHatel ?br/>Lire la suite de l’article


Quelle mobilisation contre la réforme du lycée ?
Alors que la réforme du lycée passe jeudi 10 décembre devant le Conseil supérieur de l'éducation, la division des acteurs de l'éducation est profonde, une partie non négligeable d'entre eux soutenant le projet ministériel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 10/12/09


Les lobbyistes d'Acadomia: «Satisfait ou remboursé» !
Acadomia, la plus grosse entreprise de soutien scolaire en France («Bachelier ou remboursé»), vient de remporter une véritable Blitzkrieg au Parlement – un modèle du genre. Grâce à une campagne de lobbying d'une dizaine de jours, Acadomia a obtenu que le Sénat enterre, lundi 7 décembre, un amendement «hostile» voté par l'Assemblée nationale trois semaines plus tôt, à une large majorité.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 10/12/09



Chatel défend la réforme du lycée devant la communauté éducative
Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a présenté jeudi la réforme du lycée devant le milieu éducatif, en maintenant les changements prévus pour l'histoire-géographie en terminale S, selon le texte de son discours devant le Conseil supérieur de l'éducation (CSE).
Lire la suite de l’article


Le gouvernement lance une réflexion sur l'apprentissage d'ici février
Le gouvernement a confié à trois chefs d'entreprise une mission de réflexion par ateliers sur l'apprentissage et l'alternance, pour en revoir notamment le financement, présentée jeudi par le secrétaire d'Etat à l'Emploi qui attend leurs propositions "d'ici février".
Lire la suite de l’article


Soutien scolaire: la FCPE regrette que le Sénat rétablisse le crédit d'impôt
L'association de parents d'élèves FCPE a "regretté amèrement" mercredi que le Sénat ait rétabli lundi l'avantage fiscal dont bénéficient les personnes recourant à une entreprise de soutien scolaire pour des cours à domicile, qui avait été supprimé en première lecture à l'Assemblée.
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée: quatre textes examinés jeudi au Conseil de l'éducation
L'examen jeudi du projet de réforme du lycée en Conseil supérieur de l'éducation (CSE) passera par une discussion autour de quatre textes, relatifs à l'organisation des établissements, l'orientation, la classe de seconde et le cycle terminal, a-t-on appris de sources concordantes.
Lire la suite de l’article


Des anciens combattants contre la suppression de l'histoire en terminale S
La Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca) a "déploré" jeudi la suppression de l'apprentissage obligatoire de l'histoire en terminale S et a demandé au gouvernement de revenir sur cette décision.
Lire la suite de l’article


Les professeurs âgés "préoccupés" par l'allongement de carrière (enquête)
Les enseignants en fin de carrière se disent préoccupés à 90% par un allongement éventuel de leur carrière du fait de la réforme des retraites, selon une enquête, publiée mercredi, du "Carrefour santé social", qui associe la mutuelle d'enseignants MGEN et plusieurs syndicats.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.