vendredi, décembre 11, 2009

Revue de presse du vendredi 11 décembre 2009


“je ne reviendrai sur rien”- les limites de cette réforme- Techno, pro et apprentissage – pétition “fake”-


“je ne reviendrai sur rien”
" Au risque de vous déplaire, je ne reviendrai sur rien " C'est ce qu'a déclaré Luc Chatel devant le Conseil supérieur de l'éducation, jeudi 10 décembre dont les délibérations se sont tenues de 14h30 à 23h00. Ce vendredi matin sur Europe 1, il a confirmé que la réforme du lycée serait appliquée entièrement, et ce dès la rentrée 2010. «Je vais publier les décrets et circulaires au plus tard pour la fin janvier», a précisé le ministre. «Une étape décisive a été franchie», a insisté Luc Châtel, après le passage des textes devant le Conseil supérieur de l’Éducation (CSE) , instance qui réunit l'ensemble de la communauté éducative et qui dispose d'un avis consultatif. «Je note, a insisté le ministre, que ce comité est rarement en faveur des textes présentés. La dernière fois, c'était en 2004 sur le port du voile. Cette fois, la réponse est encourageante et symbolique. Ils ont dit oui à l'avenir du lycée.». Jeudi soir, le CSE a dégagé une majorité en faveur de trois des quatre grands textes de la réforme (classe de seconde, autonomie des établissements, orientation). Celui sur le cycle terminal (classes de 1ère et terminale) a recueilli 22 pour, 22 contre, 13 abstentions et 7 refus de vote.
Le même jour, le Haut Conseil de l'éducation (HCE) a rendu public son avis sur le sujet. Il suggère de "rétablir les mathématiques en tant qu'enseignement obligatoire en classe de 1ère L" afin de ménager des débouchés plus larges aux littéraires. En revanche, il ne s'émeut pas de la place de l'histoire en S. Il propose même de conforter le niveau scientifique de la série, en renforçant l'horaire de mathématiques.
On me pardonnera un petit excès de “disciplinaro-centrisme” mais l’avis du HCE sur l’enseignement des SES est stupéfiant. "En série ES, le Haut Conseil de l’Éducation approuve la mesure qui dissocie l’économie des sciences sociales et préconise que soient fixés, dans chacune de ces deux disciplines, des objectifs en termes de compétences à acquérir, ce qui rendra nécessaire la révision des programmes de SES et le remaniement des supports pédagogiques utilisés. Pour l’économie comme pour les sciences sociales, l’enseignement doit se concentrer sur l’apprentissage des fondamentaux, c'est-à-dire des outils conceptuels et analytiques qui en constituent le socle, afin de donner aux élèves une vision plus scientifique de ces disciplines et d’instaurer dans ces domaines une continuité avec l’enseignement supérieur qui n’existe pas aujourd’hui ”. En d’autres termes, le HCE propose ni plus ni moins de dénaturer complètement l’enseignement des SES tel qu’il existe aujourd’hui. Il faut rappeler qu’un des membres du HCE est Michel Pébereau, qui manœuvre depuis longtemps pour avoir la peau des SES…

Les limites de cette réforme
Cette adoption par le CSE d’une réforme du lycée est en effet assez inédite. On voit apparaître assez nettement deux pôles dans les organisations : un pôle “radical-conservateur” et un pôle réformiste. Si aujourd’hui les positions semblent tranchées, il faudra bien qu’à terme elles se reparlent et agissent ensemble car les sujets sur lesquels il faut agir collectivement sont nombreux…
Il faut considérer aussi que ce vote ne marque pas pour autant la fin de l’histoire ( !) . Il va falloir ensuite que le ministre signe les arrêtés et les décrets “d’ici la fin janvier (en rappelant que les votes du CSE sont purement indicatifs et n’engagent pas le ministre). Il est nécessaire aussi que les salles des profs prennent la mesure de la réforme. Le relatif échec du mouvement du 10/12 montre surtout que pour l’instant, en cette fin d’année chargée, les enseignants de lycée n’ont pas pris la mesure de ce qui est proposé. Le ministre a demandé aux proviseurs d’organiser rapidement deux demi-journées d’information pour que les personnels se saisissent de ce projet. On connaît le poids de la “force d’inertie” dans l’éducation nationale, on sait aussi le poids des logiques disciplinaires par rapport à une conception plus large du métier. Les semaines qui viennent seront décisives pour dépasser (ou pas) ces clivages.
La méfiance des enseignants est aussi le résultat du contexte de pénurie et de contrainte budgétaire dans lequel se fait cette réforme. Pour beaucoup, au delà des justifications pédagogiques, ce qui est proposé par le Ministre est d’abord destiné à “économiser des postes” et cela déconsidère a priori toutes propositions.
Enfin, et surtout, il y a les contradictions de la politique éducative du gouvernement. Comme nous l’évoquions dans nos précédentes chroniques, comment concilier une réforme des lycées “pédagogique” et une réforme de la formation qui est au contraire “anti-pédagogique”. C’est aussi un des risque majeurs sur le long terme d’échec de cette réforme (somme toute modeste) car, comme le dit très bien l’éditorial de François Jarraud du Café Pédagogique Il est totalement incohérent de mettre en place une réforme du lycée qui prévoit tutorat et accompagnement personnalisé et de décider de former des profs comme des experts disciplinaires. Il faut donc espérer que la mobilisation du 15 décembre, qui associe tous les syndicats et acteurs de l’Ecole, soit assez forte pour obtenir des avancées sur ce terrain.

Techno, pro apprentissage
Il n’y a pas que le lycée général dans la vie… C’est ce que rappelle à sa manière Véronique Soulé de Libération en considérant que “les pros et les technos sont les oubliés de l’histoire
Toutefois durant cette journée du 10 décembre 2009, on aura eu aussi des annonces concernant les autres filières. Luc Chatel a annoncé qu’il allait ensuite s’attaquer à la rénovation du lycée technologique et particulièrement les séries STL et STI. Il a déclaré : "Aujourd’hui, les séries STI et STL sont éclatées entre dix-sept spécialités ou options et enferment les élèves dans des trajectoires souvent irréversibles, dès la classe de première. Cette spécialisation excessive tend à brouiller la distinction entre les séries technologiques et les formations offertes dans le cadre de la voie professionnelle rénovée… Les formations qui seront dispensées devront être davantage polyvalentes et permettre aux élèves d’aborder plusieurs grands champs technologiques. Un tronc commun d’enseignements sera mis en place afin de donner une plus grande cohérence entre les différents parcours et faciliter l’accès aux études supérieures. Les enseignements utiliseront davantage les outils numériques de simulation".
Ce même jour on a eu la remise du rapport d’Henri Proglio (le PDG cumulard d’EDF et de Véolia) «Promouvoir et Développer l’Alternance ». l’horizon 2015". Ce rapport suggère d'étoffer les aides de l'Etat pour inciter les entreprises à recourir à l'alternance et de "rationaliser" la collecte de la taxe d'apprentissage. Mais il semble mal accepté par la plupart des acteurs de l’éducation.

Ce que vaut leur signature…
Cette revue de presse accueille une quinzième source d’informations, il s’agit du site Educpros qui nous donne une information importante.
Dans un article, ils nous informent que la pétition parue dans le JDD (journal du Dimanche) du 6 décembre 2009 contre la suppression de l'histoire en Terminale S, est une initiative de la rédaction du journal, selon l’information parue sur le sitearrets sur images . Selon cette même source, c’est l‘historien Serge Berstein (enseignant à Sciences po) qui a rédigé le texte.
Emmanuel Davidenkoff, sur son blog, va même plus loin puisqu’il considère que cela déconsidère complètement cette pétition et en fait un “fake” (faux) et une “manip’”…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 11/12/09 (certains articles payants)


Les pros et les technos oubliés de l’histoire
La disparition de l’histoire-géographie en terminale S (scientifique) est quasiment devenue une affaire nationale. En plein «débat» sur l’identité française, la symbolique est désastreuse : comment expliquer que l’on rabiote des heures d’histoire et affirmer en même temps que les Français sont travaillés par leur identité et passionnés par leur passé ? En plus, cela touche les élèves de S, censés être les «futurs cadres de la nation». On ne s’émeut guère en revanche du fait que de nombreux lycéens de techno n’ont pas d’histoire-géo en terminale. Ou que les élèves des filières pros n’ont pas droit à la philo, ni même à une initiation.
Lire la suite de l’article


Le contre-appel des scientifiques incultes
Les historiens qui ont signé l’appel des vingt demandant l’annulation de la décision de rendre optionnelles l’histoire et la géographie en terminale S s’inquiètent du déclin des humanités dans la formation des lycéens scientifiques.
Lire la suite de l’article


Contre la philosophie light
Par FRANÇOIS NOUDELMANN professeur de philosophie à l’université de Paris-VIII.

La philosophie en France se porte bien. Elle a bonne presse et son nom résonne dans les conversations ordinaires. La philosophie en France va mal. Ses effectifs universitaires ont fondu d’un tiers en dix ans et elle disparaît de certains établissements. Ce paradoxe n’est qu’apparent car les deux phénomènes sont liés.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 11/12/09


Le sens de l'histoire
Par Natacha Polony l

Quand on navigue à vue, on ne sait jamais où affleureront les récifs. La reprise en main de la réforme du lycée par Nicolas Sarkozy devait permettre d’éviter les manifestations et protestations qui avaient eu raison du premier projet. Une fois le terrain déminé, il avait confié au ministre l’« orchestration » du texte, c’est-à-dire les négociations de boutiquier, les luttes pied à pied, la diplomatie… Mais le diable se niche dans les détails ; et c’est bien l’orchestration qui révèle, mieux que le lyrisme des discours, le véritable esprit de la réforme.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 11/12/09



L'enseignement supérieur, salut du service civique ?
Dès janvier, les étudiants de l'école de management de Bordeaux pourront effectuer un service civique de six à neuf mois, pris en compte dans leur scolarité. Un accord a été signé avec l'association Unis-cité. Suivis par un tuteur, les volontaires participeront à un projet de lutte contre l'exclusion, les discriminations ; à une mission pour la solidarité entre générations ou l'environnement. Ils toucheront 600 euros mensuels.
Lire la suite de l’article


La suppression du classement de sortie de l'ENA reportée
Le caillou dans la chaussure. La suppression du classement de sortie de l'Ecole nationale d'administration (ENA) annoncée par Nicolas Sarkozy le 11 janvier 2008 devra encore attendre. La faute à l'article L.133-6 du code de justice administrative - portant sur la nomination des auditeurs de 2e classe au Conseil d'Etat -, qui s'appuie précisément sur le classement de sortie de l'ENA.
Lire la suite de l’article


"Au risque de vous déplaire, je ne reviendrai sur rien"
C'est ce qu'a déclaré Luc Chatel devant le Conseil supérieur de l'éducation, jeudi 10 décembre. Malgré la polémique sur la place de l'histoire en terminale scientifique, le ministre de l'éducation nationale a prévenu les partenaires de l'école que la réforme s'appliquerait bien à la rentrée 2010. L'instance consultative a dégagé une majorité en faveur de trois des quatre grands textes mis au vote (classe de seconde, autonomie des établissements, orientation). Celui sur les classes de 1ère et terminale a recueilli 22 pour, 22 contre, 13 abstentions et 7 refus de vote. Le même jour, le Haut Conseil de l'éducation (HCE) a rendu public son avis sur le sujet. Il suggère de "rétablir les mathématiques en tant qu'enseignement obligatoire en classe de 1ère L" afin de ménager des débouchés plus larges aux littéraires. En revanche, il ne s'émeut pas de la place de l'histoire en S. Il propose même de conforter le niveau scientifique de la série, en renforçant l'horaire de mathématiques.
Lire la suite de l’article


Pourquoi la France n'a pas de leçon à donner à la Suisse, par Luc Bronner
La société française participe tous les jours à un référendum contre les "jeunes à capuche".
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 11/12/09



Suppression de l'histoire : les Français disent « non »
Selon un sondage Ifop-l’Humanité, 69 % des Français désapprouvent la suppression de l’enseignement obligatoire de l’histoire-géographie en terminale scientifique. Ce rejet unanime, qui réunit sympathisants de gauche et de droite, pourrait bien déstabiliser l’ensemble de la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée. Chatel s’obstine, la rue s’anime
Le ministre a défendu hier, en ouverture du Conseil supérieur de l’éducation, l’ensemble de sa réforme du lycée. Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans toute la France.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 11/12/09



Luc Châtel : la réforme des lycées s'appliquera
Luc Châtel, le ministre de l'Education nationale, interviewé ce vendredi matin par Jean-Pierre Elkabach sur Europe 1, a dit sans ambages que la réforme du lycée serait appliquée entièrement, et ce dès la rentrée 2010, alors qu'un éventuel report aurait pû être envisagé.
Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
La Croix du 11/12/09



Les jeunes aussi ont le souci du monde
Généreux et cohérents dans leur désir de solidarité internationale, les chrétiens de 18-30 ans veulent changer le monde mais ne croient pas à l’engagement politique
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 11/12/09



Réforme du lycée : Chatel reçoit le soutien de l'Elysée
Une réforme « réfléchie et pragmatique », qui « n'est pas un choix idéologique ». A l'occasion de la présentation de la réforme du lycée devant le Conseil supérieur de l'Education, instance regroupant l'ensemble de la communauté éducative, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, est resté ferme face à la contestation enseignante et lycéenne. Huit syndicats d'enseignants ont demandé le retrait du projet, dénonçant les diminutions d'horaires de certaines disciplines et l'autonomie accrue des établissements, tandis que différentes manifestations de lycéens avaient lieu à Paris (900 personnes selon la police, 3.000 selon les organisateurs), Toulouse, Marseille, Rennes et au Mans. La mesure la plus contestée, la suppression de l'histoire-gégographie de l'enseignement obligatoire de terminale scientifique a été réaffirmée par le ministre, qui a rappelé que l'intégration de ces matières en tronc commun en première « est profondément nouveau » et « ancre ces disciplines dans un socle de culture humaniste partagée ». Luc Chatel peut compter sur le soutien de Nicolas Sarkozy qui lui a demandé de « tenir bon » sur ce point. Et une passe d'armes a eu lieu à ce sujet entre Henri Guaino et Raymond Soubie, deux conseillers du chef de l'Etat. Alors que le premier avait demandé un débat sur la suppression de l'histoire, il lui a été demandé de se taire.
Lire la suite de l’article


La réforme du lycée bien accueillie, les opposants ont peu mobilisé
La réforme du lycée a été plutôt bien accueillie jeudi par le monde éducatif en dépit de la polémique sur l'histoire, trois des quatre grands textes examinés dégageant une majorité, alors que la manifestation des opposants à Paris a peu rassemblé.
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée: "une étape décisive a été franchie", estime Luc Chatel
Une "étape décisive" de la réforme du lycée "a été franchie" jeudi au Conseil supérieur de l'éducation (CSE) et cette réforme entrera bien en vigueur "à la rentrée 2010", a déclaré vendredi sur Europe 1 le ministre de l'Education nationale Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 11/12/09



Le nouveau lycée démarre en seconde
Plus que neuf mois avant la naissance de la nouvelle seconde. Le ministre de l'Education, Luc Chatel, a présenté hier la réforme du lycée au Conseil supérieur de l'éducation, une instance consultative représentant enseignants, lycéens, parents et étudiants. Le calendrier reste inchangé: le premier volet - la seconde - doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine, malgré les réticences de certains enseignants. Le détail des nouvelles mesures.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 11/12/09



Suppression de l'histoire- géo en terminale S : « J'accuse ! »
Par Hugues Serraf, Chroniqueur

Robert Solé, l'inégal billettiste du Monde, se moquait récemment de cette « armée d'oisifs qui, chaque jour sur Internet, s'empare d'une nouvelle affaire Dreyfus». L'image est plaisante, mais elle est surtout incroyablement pertinente. Plus un jour ne se passe sans qu'un « J'accuse ! » tonitruant ne vienne en effet nous expliquer que telle mesurette sans conséquence ou, au mieux, tel dispositif sans doute discutable mais démocratiquement acceptable, est en réalité une nouvelle étape vers la dictature.

Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Ouest-France du 11/12/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 11/12/09



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 11/12/09


Réforme du lycée : des centaines de manifestants
Plusieurs centaines de personnes ont défilé à Paris et Toulouse, et plus d'un millier à Bayonne, pour protester contre la réforme du lycée, examinée cet après-midi au Conseil supérieur de l'éducation.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 11/12/09


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 11/12/09


Le CSE adopte les textes de la réforme du lycée
Le CSE a adopté les quatre textes ministériels avec des amendements acceptés par l'administration qui renforcent la dimension pédagogique de la réforme et confortent ses moyens.
Lire la suite de l’article


Lycée : Feuille de route et nouveaux défis
Editorial de François Jarraud

La faible mobilisation des syndicats hostiles à la réforme du lycée le 10 décembre, le vote positif exceptionnel lors du CSE peuvent donner à penser que la réforme du lycée va s'installer sans difficultés et rapidement. Il lui reste pourtant quelques étapes à franchir.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 11/12/09


Les lobbyistes d'Acadomia: «Satisfait ou remboursé» !
Acadomia, la plus grosse entreprise de soutien scolaire en France («Bachelier ou remboursé»), vient de remporter une véritable Blitzkrieg au Parlement – un modèle du genre. Grâce à une campagne de lobbying d'une dizaine de jours, Acadomia a obtenu que le Sénat enterre, lundi 7 décembre, un amendement «hostile» voté par l'Assemblée nationale trois semaines plus tôt, à une large majorité.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 11/12/09


Réforme du lycée : les dessous de la pétition du JDD
La pétition parue dans le JDD (journal du Dimanche) du 6 décembre 2009 contre la suppression de l'histoire en Terminale S, est une initiative de la rédaction du journal, selon l’information parue sur le site arrets sur images. Selon cette même source, c’est l‘historien Serge Bernstein (enseignant à Sciences po) qui a rédigé le texte.
Lire la suite de l’article


Que la filière scientifique soit plus scientifique et moins générale est une condition capitale du rééquilibrage des séries, et notamment de l’émergence d’excellence littéraire
CLAUDE THELOT, s’exprime ainsi dans un billet intitulé Lycée: une réforme modeste, qui va dans la bonne direction, à évaluer sur le terrain, publié le 8 décembre 2009 sur son blog Educpros.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 11/12/09



Aides aux élèves en difficulté: parents et enseignants interpellent Chatel
Cinq syndicats de l'Education nationale et les associations de parents FCPE et Peep ont adressé vendredi une lettre ouverte au ministre de l'Education, Luc Chatel, pour lui faire part de leurs inquiétudes à l'égard des personnels chargés d'aider les élèves en très grande difficulté.
Lire la suite de l’article


Apprentissage: le rapport Proglio lacunaire et en partie inacceptable
Le rapport d'Henri Proglio qui balise largement une possible réforme de l'apprentissage et de son financement "ignore des problématiques d'ordre social" et propose d'exonérer l'employeur de cotisations Unedic ce qui est "inacceptable", a réagi vendredi la CFDT.
Lire la suite de l’article


--------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

1 commentaire:

Orange a dit…

Toujours les mêmes fondamentaux !


Le plus extraordinaire c’est que l'équipe en place arrive en permanence à relancer la polémique sur des thématiques dont elle a pourtant déjà tout dit depuis longtemps. A chaque fois en exploitant tel ou tel évènement, mais toujours avec les mêmes fondamentaux, ceux qui lui ont permis en 2007 de siphonner l’électorat du FN.

Sur le thème des ‘Valeurs’, fondateur de cette stratégie de N Sarkozy, je recommande vivement de visionner - surtout d’écouter - une excellente anthologie des mots et des idées qui construisent sa prise du pouvoir et ses deux premières années à l’Elysée: http://www.youtube.com/watch?v=Fm-TdlB8QNI

Quatre autres vidéos de la même série sont aussi sur YouTube, mots clés: Sarkozy Midterm

Pour la version ‘intégrale’ de la série (la compression de l’image est de moindre qualité que sur YouTube mais, ici, les 5 volets sont réunis en une seule video, dans leur ordre chronologique), c’est sur MySpace : http://tinyurl.com/yguhsyv

Un petit bijou pédagogique, si l’on a 30 minutes devant soi et deux cachets d’aspirine de secours: non-pas qu'il soit un mauvais orateur, mais ...

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.