vendredi, mai 07, 2010

Revue de presse du vendredi 7 mai 2010


Rigueur à la grecque – Sarkozy a multiplié les petits ghettos… - Une finlandaise étonnée -



Rigueur à la grecque
Même si le mot de “rigueur” est tabou, c’est bien de cela dont il s’agit avec les déclarations de François Fillon jeudi qui a annoncé le “gel des dépenses de l’État pendant trois ans”. L’ancien ministre socialiste de l’économie Michel Sapin commente ainsi les propos du premier ministre la vérité c'est qu'on est au-delà de la rigueur, on est dans un plan d'une très grande dureté et que c'est une rigueur gigantesque qui est programmée et qui est devant nous ”.
En réalité, le gouvernement prévoit que les dépenses de l'Etat vont progresser au même niveau que l'inflation ces trois prochaines années (« zéro volume »), comme il s'y est engagé dans son programme de stabilité européen. Mais l'intégralité de cette marge - environ 5 milliards -sera absorbée par l'accroissement de la charge de la dette et celle des retraites des fonctionnaires. D'où le gel pour les ministères. Comme c'est une moyenne, certains verront leurs crédits baisser… Pour tenir cette enveloppe, ils vont donc devoir réduire de 5 % leurs dépenses de fonctionnement courantes dès 2011 et de 10 % d'ici à 2013. L'assiette visée représente de 8 à 9 milliards d'euros, ce qui signifie des économies d'un peu plus de 400 millions l'année prochaine. Le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite va aussi continuer de s'appliquer pendant trois ans. Le gouvernement table toujours sur environ 68.000 départs par an, ce qui implique la suppression de quelque 34.000 postes par an. 100.000 ont déjà été supprimés dont près de la moitié dans l’Éducation Nationale.
On ne peut qu’être inquiet pour l’enseignement quelque soit le niveau. L'éducation nationale, premier ministère pour le nombre de fonctionnaires, subirait 16 à 17 000 suppressions de postes par an au cours des trois prochaines années. Le lycée, relativement épargné pour faire passer la réforme, risque donc de voir les dotations horaires se réduire l’an prochain. Les autres niveaux (primaire, collège,…) vont continuer à subir les effets des réductions de postes alors que dans le même temps, on assiste à une montée des effectifs liée à la poussée démographique. La réduction des dépenses de fonctionnement va s’accompagner d’une baisse plus forte encore des dépenses d’intervention c’est-à-dire notamment des subventions. De nombreuses associations et notamment les associations complémentaires de l’école, déjà malmenées par la crise, peuvent elles aussi s’inquiéter.
Engager une telle politique d’austérité en période de crise risque d’aggraver encore plus la situation. Les dépenses de l’État génèrent du pouvoir d’achat et des emplois et ont un rôle régulateur. Mais ici, c’est la Finance qui dicte sa loi. L’annonce de ce plan d’austérité est d’abord un message directement destiné aux marchés dans le contexte d’affolement face à la crise grecque. Et ce sont malheureusement les services publics à la française qui vont en faire les frais. Au fait, n’était-ce pas un certain Luc Chatel qui avait pris ses fonctions au ministère de l’éducation en déclarant Un pays qui croit en son avenir est un pays qui investit dans l'éducation ”…

Sarkozy a multiplié les petits ghettos…
Certains, paraît-il, multipliaient les pains. Nicolas Sarkozy, avec l’assouplissement de la carte scolaire a multiplié les petits ghettos secs…
C’est ce que montre l’enquête menée par les chefs d’établissements du SNPDEN révélée hier jeudi et qui donne lieu à de nombreux articles dans la presse du jour. Dans cette enquête, on constate que si une majorité d’établissements (55%) disent ne pas ressentir de grands effets de l’assouplissement, ceux qui sont touchés le sont très négativement et 10% disent souffrir beaucoup - fuite des meilleurs élèves, baisse de la mixité, etc. de l’assouplissement de la carte scolaire. Comme l’analyse très bien, Véronique Soulé de Libération , les parents, trop contents de pouvoir retirer leurs enfants d’établissements qui les tireraient vers le bas, ou simplement de leur faire quitter le quartier, demandent des dérogations, qu’ils obtiennent. L’un des buts affichés de la libéralisation était de permettre aux élèves méritants de milieux défavorisés d’intégrer de «bons» établissements. Le problème est que si tous s’en vont, le collège s’enfonce dans la ghettoïsation, avec des élèves d’origine modeste et de faible niveau. Et cela devient ingérable.
Mais cela ne concerne pas que les établissements difficiles. L’assouplissement de la carte scolaire déstabilise des «établissements moyens de villes moyennes» qui, jusqu’ici, n’avaient aucun problème. Les parents ne se posaient pas de questions et y envoyaient leurs enfants : c’était le collège le plus proche ; l’autre, un peu plus loin, était du même niveau, l’aîné y était déjà allé, etc. Mais l’assouplissement a introduit une nouvelle incertitude. Et les comportements anxiogènes des grandes villes se propagent. «S’il y a un choix, c’est donc qu’il y a des différences, pensent les parents», souligne Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN . Ce que confirme Agnès van Zanten interviewée par Le Monde qui constate que l’avenir de la mixité sociale se joue dans cette zone grise des établissements moyens. "Ce sont aujourd'hui les familles des classes intermédiaires-basses qui veulent profiter de leur liberté de choix et déplacent les curseurs. Elles restent à l'intérieur de la commune, un espace structurant, mais tentent leur chance vers des établissements de second rang qui ont une réputation un peu supérieure à leur collège de rattachement."

Cette enquête du SNPDEN est complétée dans Libération par un reportage sur le terrain au collège Pasteur dans le quartier du Sanitas, à Tours. «Il y a dix ans, l’effectif dépassait les 300 élèves. Cette année, on avait 175 inscrits. Avec l’arrivée de nouveaux élèves, ils sont actuellement 185», estime un agent administratif. Avec l’assouplissement de la carte scolaire, en deux ans et demi, Pasteur aurait perdu une cinquantaine d’élèves. D’après les calculs d’André Hussenet, inspecteur d’académie honoraire missionné pour faire une évaluation par Claude Roiron la présidente du Conseil Général, le collège enregistre une chute annuelle des effectifs de 17% à l’entrée en 6e. Les bons élèves, et plus généralement ceux issus des classes moyennes, ont été les premiers à quitter le navire, malgré un taux de réussite au brevet qui reste élevé : près de 85% l’an dernier. «Reste les classes sociales les plus défavorisées avec 90% de boursiers et 25 nationalités différentes, détaille Anne qui enseigne l’espagnol depuis dix ans. On se bat avec les misères sociales et culturelles.» La fin de la mixité sociale dans cet établissement n’est en effet pas sans conséquence : accroissement des difficultés, épuisement des enseignants. A tel point qu’on envisage la fermeture de l’établissement pour “casser le ghetto”.
Le Monde propose un reportage de même teneur à Douai où l’on voit les écarts se creuser entre le lycée Albert-Châtelet et le lycée JB Corot. Le lycée Châtelet, qui recevait 24 % d'élèves défavorisés en 2004, n'en a accueilli que 19 % à la rentrée 2009. "En 2004, je recevais 45 % d'élèves défavorisés en classe de 2de. Depuis, le taux monte d'une année sur l'autre. Je suis déjà à 51,2 % à cette rentrée", rappelle a contrario le proviseur de Jean-Baptiste-Corot.

Une finlandaise étonnée…
La secrétaire d’Etat finlandaise à l’Education Heljä Misukka, en visite à Paris n’en revient pas : «J’ai appris cela en arrivant à Paris et j’avoue avoir été surprise : supprimer les allocations familiales lorsqu’un élève est absentéiste… En Finlande, nous essayons plutôt de prévenir le problème, de discuter avec les parents le plus tôt possible. Souvent, ils croient à l’importance de l’école. Mais il y a des problèmes d’alcoolisme, de santé mentale, etc. Peut-être est-ce une vision nordique. Mais les punitions et les mesures financières, nous n’y croyons pas.».
Ces fils et filles de vikings sont trop “premier degré”. Ils ne comprendront jamais rien aux subtilités de la politique française…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 07/09/10 (certains articles payants)


Absentéisme à la française : une secrétaire d’Etat finlandaise sceptique
«J’ai appris cela en arrivant à Paris et j’avoue avoir été surprise : supprimer les allocations familiales lorsqu’un élève est absentéiste… En Finlande, nous essayons plutôt de prévenir le problème, de discuter avec les parents le plus tôt possible. Souvent, ils croient à l’importance de l’école. Mais il y a des problèmes d’alcoolisme, de santé mentale, etc. Peut-être est-ce une vision nordique. Mais les punitions et les mesures financières, nous n’y croyons pas.». La secrétaire d’Etat finlandaise à l’Education Heljä Misukka, en visite à Paris, recevait mardi dernier à l’ambassade. Régulièrement en tête des comparaisons internationales, son pays fait figure de modèle en matière éducative. Mais à la veille du discours de Nicolas Sarkozy sur la violence, l’absentéisme et la remise en ordre de l’école, les responsables du ministère français de l’Education étaient sur la brèche. Et Heljä Misukka n’a pas été reçue rue de Grenelle.
Lire la suite de l’article


Carte scolaire : Sarkozy recalé par les proviseurs
La libéralisation de l’accès aux collèges et lycées, promise par le chef de l’Etat, touche durement les établissements les plus sensibles, selon une enquête syndicale.
Lire la suite de l’article


Au collège Pasteur à Tours «il faut casser le ghetto»
Depuis l’assouplissement de la carte scolaire, les élèves désertent l’établissement.
Lire la suite de l’article


«L'assouplissement de la carte scolaire accentue la ghettoïsation»
Trois ans après l'assouplissement de la carte scolaire, quelles conséquences? Les bons élèves ont-ils fui les lycées se coltinant une mauvaise réputation? Y a-t-il une compétition entre les établissements? Regrettant «l'absence de transparence» du gouvernement sur le sujet, le syndicat des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN) a mené l'enquête auprès de 2758 collèges et lycées. Entretien avec Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 07/09/10


Des collégiens organisent une bagarre générale via Facebook
A cause d'une rivalité sentimentale, une centaine de collégiens ont organisé un règlement de comptes à Rochefort, en Charente-Maritime, depuis le réseau social.
Lire la suite de l’article


Carte scolaire assouplie : le privé en bénéficie
Le syndicat des chefs d'établissement a lancé une enquête sur les mouvements d'effectifs.
Lire la suite de l’article


Des films amateurs pour lutter contre le «binge drinking»
La Mairie de Paris a récompensé six jeunes cinéastes amateurs, jeudi dans le cadre d'un concours destiné à sensibiliser les adolescents à l'augmentation des ivresses répétées.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 07/09/10



L'assouplissement de la carte scolaire a déstabilisé le paysage éducatif
Trois années d'assouplissement de la carte scolaire et c'est tout le paysage éducatif qui a changé. Le paysage et le rapport des parents à l'école. Pendant qu'une frange de collèges difficiles tombe à grande vitesse dans le ghetto, des milliers d'établissements moyens de villes moyennes sont déstabilisés et glissent doucement vers la case des établissements difficiles.
Lire la suite de l’article


A Douai, le lycée Châtelet rit quand le lycée Corot pleure
DA ouai (Nord), la rivière qui partage la ville dessine aussi une géographie scolaire. Alors que rive droite, le lycée général Albert-Châtelet s'embourgeoise à grande vitesse et voit son niveau monter, rive gauche, le lycée général et technologique Jean-Baptiste-Corot se spécialise peu à peu dans l'accueil des catégories moins favorisées et les élèves de plus faible niveau. Trois ans avant, l'assouplissement de la carte scolaire, les deux établissements de centre-ville se ressemblaient. Aujourd'hui, ils s'éloignent peu à peu.
Lire la suite de l’article


Le bilan de l’ouverture de la carte scolaire
Les chefs d'établissements du Syndicat national des personnels de direction de l'éducation nationale (SNPDEN), le principal syndicat, ont réalisé auprès de 2 758 établissements une enquête sur le bilan de l'ouverture de la carte scolaire.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 07/09/10 (un jour de retard)



L’Institut Montaigne dresse un tableau noir de l’école primaire
Le think tank créé par Claude Bébéar a rendu public hier un rapport sévère sur l’état de l’école primaire française. Où se mêlent propositions consensuelles… et libérales.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 07/09/10



Ils veulent tous devenir chefs
Les centres de formation pour devenir cuisinier font le plein. hénomène nouveau, ils recrutent même des jeunes à bac + 3. Leurs modèles : les grands chefs, stars de la télévision.
Lire la suite de l’article


Des collégiens organisent une bagarre géante via Facebook
CHARENTE-MARITIME. Pour un motif insignifiant, une centaine d’adolescents ont organisé une bagarre géante à Rochefort en se donnant rendez-vous sur Internet.
Lire la suite de l’article


Un homme armé s’introduit dans un lycée à Champigny
Les professeurs de Gabriel-Péri à Champigny ont exercé leur droit de retrait après qu’un homme a abandonné sa carabine hier après-midi dans l’établissement.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 07/09/10



Est-il bon de permettre aux proviseurs de choisir leurs enseignants ?
Pour les établissements les plus difficiles, le président souhaite donner la possibilité aux chefs d’établissements de choisir les professeurs. Ancien enseignant, fin connaisseur du système éducatif, Hervé Hamon explique à quelles conditions une telle réforme pourrait être positive
Lire la suite de l’article


Absentéisme à l'école et allocations : Sarkozy souhaite une loi dès septembre
Le chef de l'Etat a annoncé mercredi 5 mai une série de mesures pour endiguer l'absentéisme et les violences à l'école. Outre la suppression des allocations familiales, en cas d'absences répétées, Nicolas Sarkozy envisage la création d'internats pour les élèves difficiles
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 07/09/10



François Fillon met l'Etat au régime sec pour trois ans
Matignon s'apprête à envoyer une lettre de cadrage budgétaire très rigoureuse. Les dépenses de fonctionnement baisseront de 5 % en 2011. Il faudra surtout réaliser des économies du même ordre sur les dépenses d'intervention.
Lire la suite de l’article


Fillon récuse tout « plan de rigueur »
Le gel des dépenses de l'Etat pendant trois ans n'annonce par le retour à la rigueur assure le Premier ministre, contrairement à ce que dénoncent opposition et syndicats.
Lire la suite de l’article


Les chefs d'établissement font un bilan critique de la réforme de la carte scolaire
Selon le principal syndicat des chefs d'établissement, l'assouplissement de la carte scolaire « ghettoïserait » un peu plus les collèges et lycées des zones défavorisées, tout en incitant des élèves du public à passer vers le privé.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 07/09/10



Gel des dépenses publiques: «la vérité, c'est qu'on est au-delà de la rigueur»
Les déclarations des syndicats et des politiques aux annonces de François Fillon...
Lire la suite de l’article


Un gel des dépenses annonciateur d'un plan de rigueur?
François Fillon a annoncé jeudi le gel des dépenses de l'Etat en valeur pendant trois ans. Et il annonce même que ces dépenses baisseront de 10% d’ici à 2013. Au-delà des chiffres bruts, 20minutes.fr fait le point avec Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, le centre de recherche en économie de Science-Po.
Lire la suite de l’article


SDO, «le fichier des décrocheurs» qui fait peur
Nicolas Sarkozy a confirmé sa mise en place dans tous les collèges et lycées en 2011...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 07/09/10



L'austérité, une « danse du ventre » devant les marchés
Les marchés ont gagné : la politique se fait désormais ouvertement à la corbeille. L'annonce de François Fillon -un gel des dépenses publiques en valeur pendant trois ans- est un message directement destiné aux marchés. Le message dit : nous ne sommes pas les Grecs, nous sommes des gens plus sérieux que les autres pays qui sont dans votre viseur, nous ne nous laisserons pas entraîner dans une spirale d'endettement…
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 07/09/10



Les dépenses de l'État « gelées » jusqu'en 2013
François Fillon a réuni ses ministres, hier. Il les invite à trouver des sources d'économies pour redresser les comptes publics. L'opposition dénonce un plan de rigueur.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 07/09/10



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 07/09/10


L'efficacité de la lutte contre le cannabis est mise en doute
Selon Terra Nova, les campagnes des gouvernements de gauche et de droite se révèlent inefficaces et coûteuses.
Lire la suite de l’article


Devoirs : quand les parents ne font pas mieux !
A l'occasion, ils planchent à la place de leurs ados et, déçus voire vexés, récoltent souvent des notes peu brillantes
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 07/09/10


"On n'attend pas qu'un élève décroche pour s'en occuper!"
Il a suffi que le président annonce la mise en place du fichier des décrocheurs pour susciter les craintes dans le monde de l'éducation.
Lire la suite de l’article


Les profs bientôt recrutés sur profil
Dans son discours sur la violence et l'absentéisme scolaire, Nicolas Sarkozy a évoqué la possibilité pour les proviseurs d'établissements difficiles de choisir leurs enseignants. Un cas de figure déjà pratiqué, notamment à l'internat d'excellence de Sourdun.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 07/09/10


Le gouvernement annonce trois années de suppressions de postes
Lors d'un séminaire gouvernemental le 6 mai, le premier ministre a annoncé son intention de geler les dépenses de l'Etat pour les 3 années à venir. "La politique de non remplacement d’un départ à la retraite sur deux sera poursuivie dans la Fonction Publique de l’Etat", précise le site du premier ministre. "Les dépenses de fonctionnement courant de l’Etat diminueront de 10 % en 3 ans, avec une baisse de 5 % dès 2011". L'éducation nationale, premier ministère pour le nombre de fonctionnaires, devrait continuer à voir disparaître 16 à 17 000 postes chaque année.
Lire la suite de l’article


Carte scolaire : Premier bilan de la déréglementation
A qui profite la déréglementation ? Jeudi 6 mai 2010, le SNPDEN communiquait les résultats d'une enquête menée auprès de 3 000 établissements scolaires.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 07/09/10


Education: certains chefs d'établissement pourront recruter leurs enseignants
Au-delà des mesures déjà rabâchées comme la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme et la création d'internats «de réinsertion», Nicolas Sarkozy a fait hier une annonce plus surprenante: permettre à une centaine de chefs d'établissements «exposés à la violence» de recruter eux-mêmes leurs enseignants.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 07/09/10


Carte scolaire, moyens, violence… Relisons nos classiques - le billet d'Emmanuel Davidenkoff
"La politique d’assouplissement de la carte scolaire peut-elle avoir des effets favorables en termes de mixité sociale – son objectif affiché ? Les suppressions de postes peuvent-elles ne pas affecter la qualité du service public d’éducation, voire coïncider avec son amélioration – là encore, c’est l’objectif affiché ?"
Près de trois ans après le discours fondateur de la politique éducative de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de l'Etudiant, estime sur son blog qu'il "semble que les Cassandre du débat sur l’école aient, encore une fois, eu raison..."

Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 07/09/10



Parthenay: le maire lira la lettre de Ida Grinspan, ancienne déportée
Le maire de Parthenay (Deux-Sèvres) lira lors des cérémonies du 8 mai la lettre écrite par l'ancienne déportée Ida Grinspan, censurée par sa municipalité lors de la Journée du souvenir de la déportation, a-t-on appris auprès de la municipalité.
Lire la suite de l’article


Un fusil abandonné dans un lycée du Val-de-Marne, des enseignants font valoir leur droit de retrait
Des enseignants du lycée Gabriel Péri à Champigny (Val-de-Marne) ont fait valoir leur droit de retrait jeudi après-midi après la découverte d'un fusil 22 long rifle dans l'enceinte du lycée, a-t-on appris de sources concordantes.
Lire la suite de l’article


Saint-Denis/violences contre un principal: six mois ferme pour deux jeunes
Deux jeunes qui avaient violenté le principal adjoint du collège Jean Lurçat de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 22 mars ont été condamnés vendredi à six mois de prison ferme par le tribunal de Bobigny.
Lire la suite de l’article


Formation des enseignants: plusieurs syndicats boycottent une réunion du CSE
le boycott jeudi par plusieurs organisations syndicales d'un Conseil supérieur de l'Education (CSE) consacré à la formation des enseignants a empêché la tenue de cette réunion, a-t-on appris de sources concordantes.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.