lundi, décembre 01, 2008

Revue de presse du lundi 1er décembre 2008

Quand vous détectez chez un enfant très jeune, à la garderie, qu'il a un comportement violent, c'est le servir, c'est lui être utile à lui que de mettre en place une politique de prévention tout de suite
Cette déclaration sur Europe 1 du porte parole de l'UMP Frédéric Lefebvre franchit un seuil supplémentaire dans le débat sur la délinquance des mineurs déjà évoqué la semaine dernière avec les fuites sur le rapport de la commission Varinard . Frédéric Lefebvre qui a déjà montré à plusieurs reprises que le sens de la nuance n'était pas sa qualité première relance en fait un sujet qui avait fait débat en 2006 lorsque des projets de détection précoce des troubles du comportement dès le plus jeune âge pour prévenir la délinquance, s'appuyant sur un rapport de l'Inserm, avaient suscité un tollé chez les professionnels de la petite enfanceUne pétition intitulée «Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans», avait recueilli alors plus de 46.000 signatures.
Mais Frédéric Lefèbvre est encore trop timoré. Ne mégottons pas : en prison à 3 ans !


Les lycéens hors du monde ?
C'est le titre donné à la tribune parue dans Libération et cosignée par Sylvain David président de l'association des professeurs de SES (APSES) , les sociologues Yves Déloye et Bernard Lahire, l'économiste Thomas Piketty et le pédagogue Philippe Meirieu
On l'a déjà dit ici à de nombreuses reprises, la réforme annoncée par Xavier Darcos aurait pu constituer une réelle opportunité pour améliorer le fonctionnement du lycée et s'interroger sur les savoirs à enseigner aux lycéens du XXIème siècle. Mais cette réforme là, qui aurait posé d'abord la question pédagogique avant la question des structures (et des économies) demandait le temps de la réflexion et de la concertation. Ce n'est pas le choix qui a été fait. Au final, le projet annoncé ressemble de plus en plus à la vieille ”seconde C” d'il y a 30 ans... Et surtout, le lycée qui se dessine marginalise et même asphyxie l'enseignement des sciences économiques et sociales.
Les auteurs de cette tribune interrogent “Alors même que la crise financière actuelle montre avec une rare acuité la nécessité de doter l'ensemble des citoyens des moyens de comprendre les questions économiques, sociales et politiques contemporaines, [...] Estime-t-on nécessaire de doter tous les lycéens d'une formation économique et sociale leur permettant de se repérer au sein de la société et mieux appréhender les enjeux qui la traversent ?”. Ils demandent à ce que l'enseignement des SES soit intégré aux enseignements obligatoires et appellent à manifester pour défendre cet enseignement menacé.
L'auteur de cette revue de presse marchera donc avec de nombreux autres collègues, mercredi 3 décembre prochain à Paris de La Madeleine à République (avec un petit arrêt place de la Bourse).
On peut être classé parmi les “pédagogues” et défendre les disciplines d'enseignement pour ce qu'elles apportent comme connaissances et compétences nécessaires à la culture générale et à la formation des citoyens. Il n'y a là aucune contradiction.

Le Figaro s'intéresse à un fait divers Un jeune garçon de 12 ans dans un collège du Havre a été frappé par ses camarades et a subi un traumatisme crânien. Sa faute ? Refuser de jouer à un jeu baptisé «le petit pont massacreur» Ce jeu consiste à lancer un objet entre les jambes de l'un d'entre eux, qui doit le rattraper faute de quoi il est roué de coups par les autres..
Le journal interviewe un pédopsychiatre, Grégory Michel, spécialiste des conduites à risques. Pour lui “Ces jeux violents peuvent s'apparenter à des rites de passage, entre l'enfance et l'adolescence.” et il précise “Selon une étude menée auprès des jeunes en milieu scolaire, 10 à 15% d'entre eux ont déjà participé à ces jeux. Ces jeux comme celui du foulard par exemple ont toujours existé, ils sont en expansion, touchent les enfants de plus en plus tôt parfois à l'école primaire et sont de plus en plus violents. [...] Les motivations sont différentes selon les jeux en question, mais il y a souvent un effet de groupe, avec quelques leaders charismatiques et plusieurs suiveurs. A chaque fois, l'effet recherché est celui de l'éprouvé intense et du franchissement de l'interdit. D'où la difficulté de la prévention : plus ces jeux sont interdits, plus les enfants peuvent vouloir franchir l'interdit.”.

Un petit rappel pour finir
Près de 800.000 enseignants sont invités à voter mardi pour élire leurs représentants aux commissions administratives paritaires (CAP) de l'Education nationale, une occasion de vérifier le poids des syndicats, stigmatisés par Xavier Darcos pour leur "résistance au changement".Ces élections ont lieu tous les trois ans.


Bonne Lecture...et bon vote....
----------------------------------------------
Libération du 01/12/08



Les lycéens hors du monde ?
sylvain david président de l’association des professeurs de SES (APSES), Yves déloye Bernard lahire professeur de sociologie à l’ENS-LSH, Philippe meirieu et thomas piketty directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris.

La réforme annoncée par Xavier Darcos aurait pu constituer une réelle opportunité pour améliorer le fonctionnement du lycée, remédier à ses carences actuelles et renouveler le défi d’une démocratisation en panne depuis plus de dix ans. Mais rénover le lycée pour lui donner une nouvelle dynamique suppose de se donner le temps de la réflexion et le temps de la concertation.
Malheureusement, le projet de réforme que le ministère souhaite mettre en œuvre coûte que coûte ne répond à aucune de ces deux exigences.[…]
Alors même que la crise financière actuelle montre avec une rare acuité la nécessité de doter l’ensemble des citoyens des moyens de comprendre les questions économiques, sociales et politiques contemporaines, le ministre présente une réforme qui va marginaliser un enseignement dont un des objectifs consiste justement à permettre aux élèves de mieux comprendre la société dans laquelle ils vivent, en mobilisant pour cela les connaissances et les méthodes des différentes sciences sociales comme l’économie, la sociologie, la science politique - afin d’étudier des thèmes comme l’entreprise, le financement de l’économie, le changement social, l’emploi, les pratiques culturelles, la consommation, le rôle de l’Etat, la mondialisation, l’Europe, la protection sociale ou encore le fonctionnement du marché, pour ne citer que quelques exemples….
Le décalage entre la demande sociale et les exigences citoyennes, d’une part, et le contenu de la réforme proposée, d’autre part, est saisissant. Si elle devait rester en l’état, un lycéen pourrait quitter l’enseignement de second degré sans avoir jamais reçu la moindre formation en sciences sociales.
[…] Derrière les choix qui sont faits en matière éducative, ce sont des choix de société qui sont opérés. Estime-t-on nécessaire de doter tous les lycéens d’une formation économique et sociale leur permettant de se repérer au sein de la société et mieux appréhender les enjeux qui la traversent ? […]
Lire la suite de l’article


Détecter la violence chez les tout-petits, une idée qui revient
Frédéric Lefebvre, député et porte-parole de l'UMP, a émis cette hypothèse ce matin, estimant que cette détection, faite à «la garderie», permettrait une meilleure prévention.
Lire la suite de l’article


Des gilets fluos dans les allées du salon de l’Educ’
Les militants des associations sont venus nombreux cette année au salon de l'Education, qui se termine ce dimanche, pour dénoncer les coupes dans leur budget et alerter l’opinion.
Lire la suite de l’article


«Tu as vu que le parquet ne faisait pas de cadeau»
Une journée avec les juges pour enfants à Bobigny.
Lire la suite de l’article


Peines majeures pour les mineurs
Pour répondre à l’exigence de fermeté de Rachida Dati, une réforme de l’ordonnance de 1945 est en cours.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 01/12/08


La culture générale chassée des concours administratifs
Trop «discriminantes», les épreuves vont être remplacées dès 2009 par des questions censées mieux détecter les aptitudes des candidats.
Lire la suite de l’article


«Nous avons atteint les limites d'un élitisme stérile»
INTERVIEW - Le secrétaire d'État à la Fonction publique André Santini entend réformer les concours pour gagner en compétence.
Lire la suite de l’article



Quand le gouvernement fait l'éloge du décervelage (Blog d’Ivan Rioufol)
La déculturation est officiellement en marche. Ce lundi, dans Le Figaro, le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, André Santini, dévoile son projet de supprimer dès 2009 les épreuves de culture générale des concours de la fonction publique, notamment pour les catégories B et C. Il explique vouloir faire évoluer ces thèmes vers "des questions de bon sens, en rapport avec la matière, plutôt qu'un académisme ridicule". Il reprend cet exemple déjà donné par le président de la République, qui s'était étonné qu'une question sur l'auteur de la Princesse de Clèves puisse être posée lors d'un concours de secrétariat catégorie C (la moins qualifiée).
Pour justifier ce projet, qui se concrétisera demain mardi par la signature d'une charte de l'égalité avec son ministère de tutelle et la Halde, Santini reproche aux épreuves actuelles d'éliminer "tous ceux qui n'ont pas ces codes, souvent hérités du milieu familial. C'est une forme de discrimination invisible (...) A quoi nous sert d'avoir une épreuve d'histoire pour les pompiers. Ou des gardiens de la paix à bac+4. Nous avons atteint les limites d'un élitisme stérile". Bref, au nom de la lutte contre les discriminations, un décervelage collectif se profile.
Lire la suite de l’article


Pourquoi un enfant sera passible de prison dès 12 ans
C'en est fini de l'ordonnance de 1945. La ¬justice des mineurs s'émancipe de son carcan d'après-guerre. Il n'y aura plus d'ordonnance, mais un «code» en bonne et due forme, rédigé avec les mots d'aujourd'hui, cherchant à répondre aux problématiques de ce nouveau siècle, à faire face aux 200 000 mineurs délinquants que compte à ce jour l'Hexagone. Tandis que les auteurs d'après-guerre déclamaient, en préambule du texte que «la France n'est pas assez riche d'enfants pour que l'on ne se donne pas tous les moyens d'en faire des êtres sains», les rédacteurs de la commission Varinard, missionnés par la garde des Sceaux, entament, sur le mode pragmatique : «Afin de concilier l'intérêt du mineur avec les intérêts de la société, la responsabilité pénale des mineurs (…) est mise en œuvre conformément aux dispositions de ce code.»
Lire la suite de l’article


Ce qui va changer
pour la justice des mineurs

Création d'un tribunal correctionnel pour mineurs, fixation à 12 ans de l'âge de la responsabilité pénale... «Le Figaro Magazine» dévoile les principales recommandations de la commission Varinard sur la refondation de l'ordonnance de 1945.
Lire la suite de l’article


Un collégien passé à tabac
au jeu du petit pont massacreur

Roué de coups par ses camarades, le garçon de 12 ans a subi un traumatisme crânien. Sa «faute» : ne pas avoir rattrapé un ballon lors du jeu du «petit pont massacreur».
Lire la suite de l’article


« Des jeux violents
comme rites de passage »

Grégory Michel est psychothérapeute en pédopsychiatrie. Spécialiste des conduites à risques et des comportements violents, il réagit pour lefigaro.fr sur l'affaire du jeune Yvane, 12 ans, victime du «petit pont massacreur» dans son collège du Havre.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 01/12/08




L'UMP relance l'idée du dépistage précoce des comportements agressifs
Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l'UMP, a relancé lundi 1er décembre l'idée d'une détection des troubles du comportement chez l'enfant dès le plus jeune âge, en complément d'un abaissement de la responsabilité pénale à 12 ans, pour faire face à la délinquance des mineurs.
Lire la suite de l’article


Un minimum de bonne foi, monsieur le Président, par Bertrand Delanoë
A ceux qui en doutaient encore, le récent congrès de l'Association des maires de France (AMF) a permis de démontrer à quel point le service minimum d'accueil (SMA) suscite le rejet.
Qu'on en juge : un premier ministre tancé par l'assistance lorsqu'il évoque le sujet sur un ton péremptoire, un ministre de l'éducation qui renonce tout simplement à venir s'expliquer devant les élus présents, un sondage rendu public par l'AMF, confirmant que 46% des maires –toutes sensibilités politiques confondues– ont éprouvé de réelles difficultés à mettre en œuvre le SMA et 500 référés d'ores et déjà prononcés à l'encontre des "récalcitrants".[… A l'épreuve des faits, l'accueil des élèves s'est avéré insatisfaisant et même dangereux : quelques établissements totalement privés de personnel qualifié, des animateurs en nombre globalement insuffisant, le service de cantine altéré par la mobilisation de ses effectifs au profit du SMA, des prévisions chiffrées trop aléatoires.
Lire la suite de l’article


Chronique d’abonnés
L'évaluation des profs. Exercice impossible ?
par Philippe NOVIANT

Lors de notre réunion mensuelle de notre cercle politique, la cause était entendue : "Si vous voulez un sujet qui fache et qui n'aboutit à aucune solution, vous n'avez qu'à parler de la notation et de l'évaluation des profs !"(…)
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 01/12/08 (un jour de retard)



Tordre le cou à la peur
La psychanalyste et psychologue Pascale Mignon répond à nos questions sur « la Peur et les Frissons », thème choisi par le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 01/12/08



Darcos hué au salon de l'Education
Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, s'est rendu vendredi 28 novembre au Salon de l'éducation, Porte de Versailles. Une visite tendue, d'autant que, la veille, 500 manifestants avaient exprimé leur colère à l'entrée du Salon pour dénoncer les réformes en cours. Pendant sa visite, dans les allées de Paris Expo, le ministre serre des mains, fait mine de s'intéresser... puis décide soudainement de changer de chemin. La raison ? Les stands FSU et Snes situés sur son parcours initial. Sifflets garantis du côté des syndicats...
Lire la suite de l’article


« Entre les murs » à la conquête de l’Amérique
Laurent Cantet parcourt le monde avec son film récompensé par la Palme d’or à Cannes. Il arrive à Hollywood où « Entre les murs », qui sort ce mois-ci dans les salles américaines, est accueilli par des critiques élogieuses. De bon augure avant les Oscars.
Lire la suite de l’article


Les jouets de filles plaisent aussi aux garçons
C’est l’une des nouveautés de cette fin d’année : les petits garçons sont de plus en plus nombreux à réclamer des jouets auparavant réservés aux filles. Une tendance dont le marketing s’empare.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 01/12/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos du 01/12/08



Darcos: discussions avec les syndicats à partir de la semaine prochaine
Le ministre de l'Education Xavier Darcos a affirmé vendredi, à l'issue d'une visite au salon de l'Education à Paris, que "les discussions syndicales sur tous les sujets", sans tabou, allaient "recommencer", "à partir de la semaine prochaine".
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 01/12/08



Mineurs en prison dès l'âge de 12 ans: «Une prise en charge le plus tôt possible» selon Dati
La prison dès 12 ans. C'est l'une des 70 propositions de la commission parlementaire chargée par Rachida Dati de réfléchir à une réforme de l'ordonnance de 1945, remaniée une quarantaine de fois, indique «La Croix» vendredi.
La commission présidée par André Varinard, professeur de droit à l’université de Lyon-III, avait été mandatée en avril dernier par la ministre de la Justice. Objectif: réformer un texte «plus adapté à la délinquance actuelle». Elle doit présenter officiellement ses préconisations le 3 décembre.
Lire la suite de l’article


Délinquance des mineurs: détecter les troubles du comportement dès 3 ans?
Le sujet avait déclenché un véritable tollé en 2006. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, a relancé ce lundi l'idée d'une détection des troubles du comportement chez l'enfant dès le plus jeune âge, pour faire face à la délinquance des mineurs.
«En 1945, un mineur sur 166 était mis en cause dans une affaire pénale, aujourd'hui c'est un sur trente, il faut réagir», a déclaré Frédéric Lefebvre sur Europe 1. «Je ne pense pas» que ce soit trop tôt, a-t-il dit à propos de la proposition de fixer la responsabilité pénale à 12 ans faite par la commission Varinard chargée de réformer la justice pénale des mineurs.
Lire la suite de l’article


Un collégien refuse de jouer au «petit pont massacreur» et se retrouve à l'hôpital
Un collégien de 12 ans a été blessé et hospitalisé au Havre après avoir été frappé par plusieurs de ses camarades parce qu'il refusait de jouer à un jeu baptisé «le petit pont massacreur», a indiqué une source policière à l'AFP ce lundi.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 01/12/08



Rapport Varinard : danger pour les mineurs et la démocratie
Par Bernard Girard, Enseignant blogueur

Si le rapport Varinard préfigure la future loi Dati sur la justice des mineurs, ce ne sont pas seulement les mineurs qui auront du souci à se faire mais plus simplement la démocratie. On avait beaucoup à redouter du travail d’une commission bidon en service commandé auprès de la ministre de tutelle, dans un contexte où la punition et la peur des jeunes sont devenus des éléments-clés d’un pouvoir politique qui n’a malheureusement rien d’autre à proposer pour masquer son échec dans tous les domaines.
La prison à 12 ans est la concrétisation, l’ultime avatar d’une campagne obstinée conduite depuis plusieurs années, balisée par des rapports excentriques -Benisti, Inserm- ou par des interventions très médiatiques de pédospsychiatres à la mode (Naouri, Rufo pour n’en citer que quelques-uns), censées prouver la dangerosité des enfants en bas âge, chantant les bienfaits d’une éducation répressive (cf les préférences de Naouri pour une "éducation fasciste" plutôt que "démocratique"), toutes choses qui révèlent surtout les fantasmes de leurs auteurs.
Lire la suite de l’article


Jack Lang et le budget de l'école : «Du courage, merde ! »
Parlons net, premier club de la presse internet, recevait cette semaine Jack Lang. Pour l'interroger, autour de David Abiker (France Info), Elisabeth Lévy (Causeur.fr), Bénédicte Charles (Marianne2.fr) et Pascal Riché (Rue89). Toujours emphatique et cabotin, le député socialiste a répondu à leurs questions sur Martine Aubry, l'audiovisuel public, et l'éducation.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 01/12/08



En prison dès 12 ans ? La proposition qui fâche
Un rapport sera remis mercredi à Rachida Dati, dans la perspectived'une réforme de la justice des mineurs.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 01/12/08


Délinquance: Dépistage précoce?
La polémique sur la détection précoce de possibles délinquants est relancée. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, s'est en effet dit favorable à une telle mesure. Déjà en 2005, Nicolas Sarkozy proposait de surveiller les comportements violents des enfants dès l'âge de trois ans. Ce débat vient s'ajouter à ceux qui accompagnent la présentation mercredi du rapport Varinard.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 01/12/08


L'UMP veut cibler les troubles chez l'enfant
"On dit qu'il faut le faire dès l'âge de trois ans pour être efficace", déclare Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, qui espère ainsi mieux combattre la délinquance des mineurs. Un précédent projet de détection des troubles du comportement dès le plus jeune âge avait suscité, en 2006, un tollé auprès des éducateurs et des "psys".
Lire la suite de l’article


Petit pont massacreur : un collégien à l'hôpital
Roué de coups parce qu'il avait laissé passer un ballon entre ses jambes pendant une récréation, un garçon de 12 ans a séjourné vingt-quatre heures à l'hôpital pour un traumatisme crânien et de multiples hématomes.
Lire la suite de l’article


Justice des mineurs : les propositions de réformes
Voici les principales des 70 recommandations de la commission chargée de "réformer la justice pénale des mineurs", qui seront remises mercredi 3 novembre à la garde des Sceaux Rachida Dati :
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 01/12/08


Vers l'incarcération dès l'âge de 12 ans?
Une commission d'experts, chargée par Rachida Dati d'une étude sur la question, préconise l'incarcération dès l'âge de 12 ans. Quels sont les enjeux de la réforme de la justice des mineurs?
Lire la suite de l’article


Un collégien de 12 ans frappé et hospitalisé au Havre
Un collégien de douze ans a été hospitalisé vendredi 21 novembre après avoir été roué de coups par plusieurs de ses camarades parce qu'il refusait de jouer à un jeu dangereux, a-t-on appris lundi de source judiciaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 01/12/08


Le mouvement du primaire durcit
"Monsieur le Président, autant vous le dire de suite, avec les transformations qui s'opèrent actuellement, l'État ne pourra plus garantir à chaque citoyen les mêmes droits en terme d'éducation". A nouveau un enseignant du primaire prend modèle sur Alain Refalo et sa plume pour affirmer son refus des programmes de 2008, de l'aide personnalisée, de Base élèves et de la déclaration préalable de grève.
Lire la suite de l’article


A la veille des élections
A quoi servent les syndicats enseignants ? La réponse pourrait être donnée le 2 décembre à l'occasion des élections des représentants des enseignants, CPE et Co-psys dans les commissions administratives paritaires. Deux points seront particulièrement à observer. Le premier c'est le taux de participation. Le second relève du rapport de force.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 01/12/08



Les enseignants votent mardi pour leurs syndicats
Près de 800.000 enseignants sont invités à voter mardi pour élire leurs représentants aux commissions administratives paritaires (CAP) de l'Education nationale, une occasion de vérifier le poids des syndicats, brocardés par Xavier Darcos pour leur "résistance au changement".Ces élections ont lieu tous les trois ans.
Lire la suite de l’article


Manifestation mercredi pour les sciences économiques et sociales au lycée
Les professeurs de sciences économiques et sociales organisent mercredi une journée de mobilisation, avec manifestation et meeting à Paris, pour défendre la place de leur matière qu'ils jugent menacée dans le cadre de la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


Appel syndical à la suspension de l'aide personnalisée aux écoliers, à Paris
Plusieurs syndicats enseignants appellent, à Paris, à "suspendre l'aide personnalisée" aux élèves les plus en difficulté afin de montrer leur opposition à la suppression de postes en "Rased" (spécialistes de la grande difficulté scolaire), dans un communiqué commun.
Lire la suite de l’article


Education: rassemblement devant le Sénat mercredi pour défendre les "Rased"
Plusieurs sections franciliennes du SNUipp-FSU (principal syndicat du primaire) et des associations d'enseignants spécialisés appellent à un rassemblement mercredi devant le Sénat à Paris pour protester contre la suppression de postes en "Rased", spécialistes de la difficulté scolaire.
Lire la suite de l’article


Fonction Publique: vers une réduction de la culture générale aux concours (Santini)
La part de la culture générale dans les concours de la Fonction publique devrait diminuer pour mettre fin à des questions parfois "trop académiques et ridiculement difficiles", a déclaré le secrétaire d'Etat à la Fonction publique André Santini dans une interview au Figaro lundi.
Lire la suite de l’article


SMA: l'UMP Paris dénonce la "posture politique purement tactique" de Delanoë
Jean-François Lamour, président du groupe UMP au Conseil de Paris, a estimé lundi, à propos du Service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles, que "Bertrand Delanoë ne peut demeurer sourd aux difficultés des Parisiens au nom d'une posture politique purement tactique et totalement stérile".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.