vendredi, novembre 27, 2009

Revue de presse du vendredi 27 novembre 2009


Lycée : un front singulier des “anti-réforme”- La rentrée s’était “bien passée” ?- Lecture en Europe - Note ton prof et défoule toi…- MOSART est là…



Lycée : un front singulier des “anti-réforme”
Véronique Soulé dans Libération se livre à une analyse de la réforme du lycée. Elle constate que la réforme de Luc Chatel “n’est plus que l’ombre de celle imaginée par Darcos. Le seul bouleversement est l’introduction de deux heures d’accompagnement personnalisé hebdomadaires, de la seconde à la terminale, inscrites dans l’emploi du temps de l’élève.”. Pour elle, “Luc Chatel est en passe de réussir là où son prédécesseur a échoué ”.
Mais c’est sans compter sans les mécanismes de défense territoriale de chaque discipline puisque pour dégager ces deux heures et réorganiser l’emploi du temps des élèves, il a bien fallu “prendre” ailleurs. Autre sujet de préoccupation pour les défenseurs de l’“égalité républicaine” : l’autonomie des établissements.
C’est dans ce contexte qu’on a appris qu’une intersyndicale (Snes-FSU, Snep-FSU, Snalc-CSEN, Snfolc, CGT-Éduc'action, SUD-Éducation) demande à Luc Chatel de «renoncer à son projet de réforme du lycée». Selon cette intersyndicale le projet de réforme du lycée actuel ne serait pas acceptable sur quatre points :
- l'autonomie des établissements qui s'élève à presque un tiers de la dotation horaire globale ;
- le fait que l'accompagnement personnalisé se traduise par une diminution des horaires disciplinaires ;
- l'instauration d'un tronc commun qui va se traduire notamment par une hausse des effectifs dans les classes et ne va pas régler les problèmes de changement d'orientation ;
- la dénaturation des disciplines placées dans les enseignements d'exploration.
On notera que Le Sgen-CFDT et le SE-Unsa ne participent pas à cette intersyndicale, ils ont rédigé un communiqué avec la FCPE pour expliquer les raisons de leur refus.
On voit donc émerger un front “radicaux-conservateurs » contre un front “réformiste”. Même si la réforme semble bien modeste et tient plus de l’aménagement, les résistances sont à l’œuvre. Même si chacun protestera de sa volonté de faire “bouger l’école”, la multiplication des “préalables” et les logiques de perte aggravées par le contexte budgétaire rendent bien difficile la moindre évolution.

La rentrée s’était “bien passée” ?
Le recteur de l'académie de Créteil, le très médiatique Jean-Michel Blanquer, vient d'adresser à ses inspecteurs d'académie et directeurs départementaux une circulaire intitulée «Amélioration des pratiques liées au remplacement». En l'occurrence, l'amélioration consiste, pour les chefs d'établissement, à rechercher «dans [leur] entourage personnel ou parmi [leur] population de vie scolaire, des étudiants ou des personnes titulaires au minimum d'une licence ou ayant des compétences avérées qui pourraient venir valablement alimenter le vivier de contractuels ou de vacataires.» Les remplaçants en question pourraient être installés immédiatement, la validation par les inspecteurs «venant ultérieurement».
S’il fallait encore une preuve (après celles du site Ouyapacours de la FCPE ) des effets des suppressions de postes, cette tension extrême sur les remplacements nous l’apporte. Mais ce qui est discutable c’est aussi la conception du métier qui transparaît. Que sont ces “compétences avérées” ? N’est-on pas en train de fabriquer encore plus de précarité au sein de l’éducation nationale ?
Pendant ce temps et toujours pour illustrer cette tension sur les postes, Le Parisien nous rappelle que 900 élèves seraient toujours sans affectation notamment dans la filière pro.
Le ministère a beaucoup communiqué sur le fait que la rentrée s’était “bien passée” et que les suppressions de postes se faisaient à encadrement constant. Ces faits sont là pour nous rappeler que ce discours ne tient plus et que le fameux “mammouth” manque singulièrement de muscle…

Lecture en Europe
Selon un rapport présenté le 25 novembre, repris par Le Mondedans son édition d’hier soir, la commission européenne note que "les performances en matière de lecture se sont détériorées entre 2000 et 2006" : Près d'un quart des élèves de 15 ans seraient considérés comme des "lecteurs médiocres
Si la France, l'Espagne et l'Italie font figure de mauvais élèves, la Finlande, la Pologne et la Lettonie sont parvenues à réduire de près d'un tiers le nombre de très mauvais lecteurs. Rappelons que l'amélioration des résultats en lecture fait partie des cinq objectifs de Lisbonne pour 2010 en matière d'éducation et de formation, fixés par les Etats membres en 2003. Les autres objectifs sont aussi évoqués dans ce rapport et risquent d’être eux aussi difficiles à atteindre. Ainsi seulement un quart de la population adulte a un niveau d'enseignement supérieur contre 40% aux Etats-Unis et au Japon.
Il y a de multiples raisons à cette situation. Mais il faut rappeler que dans la plupart des pays européens, l’effort national pour l’éducation a régressé. En France, la dépense intérieure d’éducation (DIE) représentait 7,6 % du PIB en 1995. En 2007 elle n’en pesait plus que 6,6%.

Note ton prof et défoule toi…
C’est le Café Pédagogique qui nous informe de l’ouverture d’un nouveau site de notation des enseignants. On se souvient de la polémique créée, il y a quelques mois, par le site Note2be. Celui-ci avait du fermer devant le tollé provoqué. Depuis son promoteur a fait de nouveau parler de lui en organisant une distribution de billets dans Paris.
D’après François Jarraud, notetonprof.com est pire… Les commentaires qu’il relève sont injurieux et écrits dans le plus parfait anonymat. Si la “charte” du site indique que son objectif est " avant tout de permettre aux élèves et aux étudiants de s'exprimer en échangeant leurs appréciations sur leurs professeurs. Et ainsi de faire participer les élèves à l'évolution de l'enseignement en permettant à leurs professeurs de mieux comprendre leurs besoins, la réalité semble être plutôt celle d’un grand défouloir sans aucune censure….

Pour les grévistes : MOSART est là…
Revenons sur le décalage que nous constations mardi dernier entre les chiffres de grévistes du ministère et ceux des syndicats.
Un de mes correspondants nous permet d’en apprendre un peu plus sur les raisons de ce décalage. Le ministère vient de se doter d'un outil télématique du doux nom de "MOSART" (MOdule de Signalement des Absences et des Retenues sur Traitement). Il est utilisé pour l'instant les jours de grève à 9h et à 10h30 du matin pour signaler le nombre de grévistes "estimés pour la journée" (saisie anonyme, bien entendu). C’est qu’on se sert tôt de MOSART….
Le premier problème c’est que dans la plupart des établissements, les chefs d’établissements se débarrassent de cette corvée à 9h. Donc, chers collègues, si vous n’avez cours qu’à 9h30, vous ne serez pas rentrés dans le signalement…. Deuxième problème, ce module est déjà en partie pré-rempli. La base sur laquelle se fait le calcul du taux de grévistes est celle du nombre total de profs dans l’établissement. Le fait que certains n’aient pas cours le jour de la grève n’est pas pris en compte. Exemple : 200 profs dans un bahut, 50 grévistes donc le taux est de 25% mais ce jour là seuls 150 profs travaillaient effectivement au lycée, le taux aurait dû être de 33%...
MOSART nous joue du pipeau…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 27/11/09 (certains articles payants)


Réforme du lycée : Chatel copie sur Sciences-Po
Bravo pour la méthode : après les gros bras de Xavier Darcos, les éternels sourires de Luc Chatel font merveille, en tout cas concernant la réforme du lycée. La version radicale, inspirée du modèle finlandais, que Xavier Darcos voulait imposer avec une année divisée en semestres et des «modules» d’enseignement choisis par les élèves, avait fait descendre les lycéens dans les rues. Elle avait aussi valu une reculade humiliante au ministre. Vantant écoute et dialogue, le néophyte Luc Chatel est en passe de réussir là où son prédécesseur a échoué - les protestations pour l’instant sont limitées. Il le doit toutefois largement au déminage de Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po, chargé par Nicolas Sarkozy d’une vaste consultation après la crise lycéenne afin de dégager les grandes lignes d’une réforme qui ne heurterait personne, et sans dépenser plus. Luc Chatel y a puisé ses principales idées.
Lire la suite de l’article


Mastérisation : les présidents d'université contre le projet Pécresse/Chatel
La Conférence des Présidents d'Université (CPU) vient de publier un communiqué dans lequel elle exprime «son désaccord avec les propositions formulées» par les deux ministres.
Lire la suite de l’article


Régionales : Le pédagogue Philippe Meirieu fait ses classes (vertes)
Il fait de la politique debout. Et pour lui ça veut dire beaucoup. Le pédagogue Philippe Meirieu, tout juste désigné tête de liste Europe Ecologie en Rhône-Alpes, trempait hier un premier orteil dans le bain politique lors d'une conférence de presse de lancement de campagne. Il prévient d'emblée, pour prévenir les éventuelles maladresses qui pourraient lui être notifiées : "Je débute, je suis tout jeune" (en politique parce que dans la vraie vie, il a 60 ans). Jurisprudence Cohn-Bendit, il a tombé la cravate et enfilé un pull. Il dit : "j'ai rejoint Europe Ecologie pour faire de la politique autrement". Il parle debout (donc), met beaucoup de geste sur le verbe. A côté de lui, quatre élus Verts parlent assis derrière une table…
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 27/11/09


Profs absents : le recteur de Créteil recrute
Pour faire face à la pénurie d'enseignants, Créteil élargit son recrutement.
Lire la suite de l’article


«Je suis rentrée plusieurs fois en larmes chez moi, dépassée»
Cent vingt enseignants, proviseurs et infirmières scolaires ont participé à une conférence-débat à Créteil, lors de laquelle la plupart d'entre eux se sont inquiétés de la violence et du sexisme dans les établissements de banlieue. Ambiance.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 27/11/09



L'UNSA veut construire un pôle syndical réformiste
François Chérèque (CFDT), présent au congrès de l'UNSA, s'est dit prêt à "un travail privilégié".
Lire la suite de l’article


En Europe, l'apprentissage de la lecture se dégrade
Le constat reste inchangé depuis 2000 : la lecture est "LE" point noir dans la plupart des pays européens. Près d'un quart des élèves de 15 ans sont considérés comme des "lecteurs médiocres", selon la Commission européenne.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 27/11/09



Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 27/11/09



900 élèves seraient sans affectation
Le nombre de sans-bahut bat des records en Seine-Saint-Denis, selon les syndicats qui citent des données du ministère. L’inspection académique dément.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 27/11/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 27/11/09



L'académie de Créteil fait de nouveau polémique
Jean-Michel Blanquer, recteur de l'académie de Créteil, a décidément le sens de l'expérimentation. Après avoir déclenché en octobre dernier une vaste polémique en proposant de mettre en place une « cagnotte scolaire » visant à lutter contre l'absentéisme et récompensant l'assiduité des élèves dans trois lycées professionnels de l'académie, il propose, dans un courrier à ses chefs d'établissement, de recourir à « des étudiants ou des personnes titulaires au minimum d'une licence ou ayant des compétences avérées » pour effectuer des remplacements d'enseignants. Rappelant que « les familles ont l'impression qu'aucune prise en charge des élèves n'est assurée » en cas d'absence de professeurs, le recteur souhaite « qu'en cas d'urgence » il soit possible d'« installer immédiatement la personne que vous aurez choisie, la validation par les inspecteurs venant ultérieurement ». Enfin, le recteur souhaite « une prise en charge éducative des élèves », en cas d'absence de « moyenne ou longue durée », par « des assistants d'éducation ». De quoi faire bondir les syndicats. Ceux-ci dénoncent le recours à des personnels jugés non qualifiés pour assurer une mission d'enseignement et qualifient l'initiative de « bricolage ». Pour le SE-Unsa, « c'est un aveu sans détour des difficultés lourdes » du système actuel de remplacement de professeurs, qui « montre les extrémités auxquelles en sont réduites certaines académies pour colmater les ravages des dernières purges budgétaires ».
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 27/11/09



1.000 euros d'amende requis pour avoir menacé un élève de lui «couper le zizi»
L'instituteur Jean-Paul Laligant était jugé en appel à Dijon ce vendredi...
Lire la suite de l’article


la fermeture des écoles fait débat
Luc Chatel a rappelé la préfecture des Deux-Sèvres à l'ordre. Dans ce département, les autorités ont décidé, hier, de ne plus fermer systématiquement les classes et les écoles en cas de suspicion de grippe A(H1N1). « Au début, les mesures prises permettaient de limiter la diffusion du virus. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Nous nous sommes aperçus, sur les dernières fermetures, que la propagation s'était faite en dehors de l'établissement », a justifié Jocelyn Snoeck, directeur de cabinet du préfet. « Non, je ne suis pas d'accord, a répondu le ministre de l'Education. Monsieur le directeur de cabinet doit d'abord se rappeler qu'il y a (...) des ministres qui décident des procédures. On ne fait pas cela par hasard. » Hier, 543 classes et 353 établissements scolaires étaient fermés pour cause de grippe.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 27/11/09



Grippe et ados : « De toutes façons, c'est moi qui décide »
Chez les jeunes, le doute semble contagieux. La vaccination contre la grippe A a démarré ce mercredi dans les collèges et lycées, mais dans beaucoup de familles, l'heure est encore au débat.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 27/11/09



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 27/11/09



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 27/11/09


La cagnotte, why not ?
Depuis dix ans, la Grande-Bretagne récompense l'assiduité des 16-18 ans pour lutter contre le décrochage scolaire. L'idée d'un tel dispositif en France fait polémique. Reportage
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 27/11/09


Jugé pour avoir menacé un élève de lui "couper le zizi"
La cour d'appel de Dijon a requis contre un instituteur une amende de 1000 euros pour avoir menacé en septembre 2008 un de ses élèves avec un cutter.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 27/11/09


Note ton prof : ça recommence !
Un nouveau site de notation des enseignants est en ligne. En pire !
Lire la suite de l’article


L'Ecole européenne piétine
C'est une triste donnée que vient de publier une étude de l'Union Européenne. Sur bien des points, l'Europe n'arrivera pas à atteindre les objectifs qu'elle s'est elle-même fixé à Bologne.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 27/11/09


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 27/11/09



Réforme du lycée: sept syndicats contre, deux et la FCPE sont pour
Sept syndicats d'enseignants du secondaire, représentant plus de 70 % des voix aux élections professionnelles, ont estimé vendredi que la réforme du lycée était "inacceptable", tandis que deux syndicats et les parents d'élèves de la FCPE l'ont jugée "encourageante".
Lire la suite de l’article


Reims accueillera en 2010 le campus euro-américain de Sciences-Po
La ville de Reims va accueillir à partir de la rentrée 2010 le campus euro-américain de Sciences-Po, qui rassemblera 1.800 étudiants dont une moitié de Nord-Américains et une moitié d'Européens à l'horizon 2015, a-t-on appris vendredi auprès de l'école.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.