mercredi, janvier 26, 2011

Revue de presse du mercredi 26 janvier 2011

Prime à la classe - Le mérite des enseignants – More is less -


Prime à la classe
C’est Véronique Soulé dans Libération qui utilise cette expression de “prime à la classe” pour désigner la prime variable que devraient toucher les chefs d’établissements en fonction d’un “contrat d’objectifs” et d’ “éléments de performances», selon le ministre. Cette prime continue de faire du bruit et est abondamment commentée. Et les propos du ministre aussi. "Un système éducatif moderne est un système éducatif qui se fixe des objectifs et qui cherche à améliorer ses performances", a expliqué M. Chatel, sur France Info, pour se justifier "comme cela existe dans l'immense majorité des entreprises de notre pays". Et voilà le mot est lâché : “Entreprise” et avec lui, la notion de “performance”. Pour de très nombreux enseignants, ces deux mots agissent comme un repoussoir. L’École n’est pas une entreprise mais un service public. Mais en disant cela se mélangent deux logiques ce qui rend le débat confus et piégé : la logique managériale et l’évaluation de l’action qui devrait être aussi une règle dans un service public. Dans la logique managériale, qui est ici critiquée, il y a le risque d’une approche strictement individuelle basée sur la performance. Comment évaluer l’apport individuel dans une action collective telle que l’éducation ? Qu’est ce que la “performance” dans l’éducation ? L’École a t-elle une obligation de résultats ou une obligation de moyens ? Mais doit-on pour autant rejeter l’idée même d’évaluation par rapport à des objectifs ? Question difficile qui renvoie à la manière dont ces objectifs sont fixés (il semble que dans le cas des “lettres de mission” des proviseurs ce soit peu clair) et surtout à la manière dont ce travail est envisagé : de manière autoritaire et hiérarchique ou dans une réelle autonomie collective ? Quoi qu’il en soit, cette question agit comme un révélateur et amène à se poser la question des finalités et des modalités de fonctionnement du service public d’éducation et à tracer des frontières avec les dérives managériales et marchandes.

Le mérite des enseignants
A qui le tour ? demande Vincent Mongaillard, journaliste au Parisien. Après les recteurs et les chefs d’établissement, les professeurs seront-ils un jour, en partie, payés au mérite? Le journaliste rappelle que c’est un sujet ultra-sensible et que la grande partie des syndicats enseignants y sont opposés. Par opposition à la logique managériale que nous évoquions et aussi parce que se pose la question de savoir qui évalue le “ mérite” des enseignants avec toutes les dérives possibles. Comment mesurer (et récompenser), comme le propose pourtant Dominique Le Mèner, député (UMP) de la Sarthe, « la performance de l’enseignant devant les élèves » ? Comme si l’enseignement et l’éducation se résumait à ce qui se passe “devant les élèves”. Comme nous l’avons dit plus haut, l’action éducative (surtout dans le secondaire) est une action qui ne peut véritablement se concevoir que dans une approche collective au niveau de l’établissement et dans un travail d’équipe.
La question de l’évaluation est de toutes façons une question tabou dans l’Éducation. Cela tient à la culture enseignante qui est paradoxale. Beaucoup sont attachés à un “exercice libéral” du métier et ont en même temps une profonde méfiance vis-à-vis de l’évaluation de leur travail. Celle-ci, souvent peu fréquente, est considérée comme un intrusion et une remise en cause d’une pratique très “intime”. Autre paradoxe : les enseignants sont majoritairement attachés à leur statut (et ils sont très nombreux dans l’EN) et en même temps ils sont porteurs d’ une culture anti-hiérarchique très forte. Il n’est pas rare dans les établissements de qualifier le proviseur ou le principal de “patron” avec une vision très conflictuelle des rapports hiérarchiques. Sans parler de “management” ou d’autres mots écrans, introduire une culture de l’évaluation (et pas de la performance…) dans un tel contexte risque d’être difficile tant qu’on la posera à un niveau strictement individuel. Et si on sortait de cette logique délétère et qu’on pensait “collectif” en mettant en place une vraie autonomie des équipes qui se donneraient elles-mêmes les moyens d’évaluer leur travail ?
Pour finir (provisoirement) sur ce sujet, une remarque et une boutade. D’abord une chose est sûre, ce sujet là fait parler et réagir.. tout en perdant de vue l'essentiel. N'est-ce pas aussi un écran de fumée pour détourner du débat sur les postes ? La boutade, je l’emprunte à un de mes “amis” sur Facebook qui en réaction à cette question de mérite des enseignants écrit “Si les critères de mérite sont la patience et l'abnégation, on va faire exploser la dette publique…

More is less
Autre sujet commenté dans la presse : l’annonce par Luc Chatel, dimanche dernier à Europe 1, de développer l’enseignement de l’anglais dès la maternelle. Le Figaro titre “le casse tête de l’anglais en maternelle et rappelle que les enseignants demeurent perplexes à l'idée de faire découvrir la langue de Shakespeare aux élèves dès l'âge de 3 ans. Pour Michel Morel, membre du bureau de l'association des professeurs de langues vivantes, s’il est intéressant “d'habituer l'oreille des enfants à d'autres sons, car leur cerveau est bien plus performant que celui d'un adolescent”, il ne faut pas, selon lui, “commencer l'apprentissage d'une langue étrangère avant de savoir lire et écrire, c'est-à-dire vers l'âge de 6 ou 7 ans”. Sébastien Sihr du SNUipp s’élève contre le projet évoqué par le ministre de remplacer les professeurs par de l’enseignement à distance (Internet ou vidéo) “Les écrans sont des outils très utiles, mais il est impensable qu'ils remplacent les enseignants. ”.
Comme le résume un autre article du Figaro plus d’anglais, moins de postes”. Car la question évitée par Luc Chatel est surtout celle des moyens humains. Selon les programmes scolaires, les élèves de primaire doivent bénéficier d'une heure et demie par semaine de langue. Or, on a supprimé les crédits pour la quasi totalité des intervenants en langue à l'école primaire. 
Maintenant ce sont les enseignants eux-mêmes qui font l'initiation même s'ils ne sont pas habilités et même si leur formation et leur niveau sont quelquefois très sommaires... (Cela dit avec tout le respect (et l’affection) que je dois aux enseignants du primaire).
Je connais la grammaire anglaise, mais je suis bien incapable de parler en anglais, explique Justine, professeur des écoles à Nice, interrogée par Le Figaro, j'aurai trop peur de faire des fautes de prononciation, d'accent, etc.”. Cette dernière a donc décidé de faire l'impasse sur les cours de langue de sa classe de CE2. Elle se contente, avoue t-elle de “passer quelques chansons en anglais”.

Good bye et Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 26/01/11(certains articles payants)


Une classe de primaire voit défiler 12 instituteurs en 15 jours
Les élèves d’une classe de primaire ont vu défiler en deux semaines pas moins de douze instituteurs différents dans un village de l’Aveyron sous l’effet de la grippe et des gastros.
Lire la suite de l’article


Les proviseurs soumis à la prime à la classe
Pouvant atteindre 6 000 euros, elle sera versée tous les trois ans en fonction des résultats.
Lire la suite de l’article


«Les filles, elles donnent pas envie d’être galant»
«Dans le temps, les hommes faisaient plein de trucs pour les femmes. Ils leur tenaient la porte, ils tiraient une chaise quand elles voulaient s’asseoir, ils les aidaient à mettre leurs manteaux», énumère Joséphine, élève de 3e du côté de Bordeaux. Des regrets ? «Non, aujourd’hui, la galanterie, c’est déplacé.»
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 26/01/11


Des primes au mérite pour les chefs d'établissement
Les principaux de collèges et les proviseurs de lycées pourront désormais se voir accorder tous les trois ans une prime de résultat allant jusqu'à 6.000 euros. Une mesure contestée par les syndicats enseignants.
Lire la suite de l’article


Le casse-tête de l'anglais en maternelle
Les spécialistes demeurent perplexes à l'idée de faire découvrir la langue de Shakespeare aux élèves dès l'âge de 3 ans.
Lire la suite de l’article


Éducation : plus d'anglais, moins de postes
L'anglais est la langue la plus étudiée à l'école, puisque 89,3% des classes du secteur public bénéficient de l'enseignement de cette langue. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/01/25/01016-20110125ARTFIG00778-education-plus-d-anglais-moins-de-postes.php
Lire la suite de l’article


«L'anglais à trois ans, un coup de pouce dans la vie»
Le ministre de l’Éducation, Luc Chatel, a annoncé, dans une interview accordée à Europe 1, qu’il entendait «réinventer l’apprentissage de l’anglais» à l’école. Pour ce faire, il propose de développer l’usage des nouvelles technologies mais aussi de démarrer l’apprentissage de l’anglais dès l’âge de trois ans. Est-ce trop tôt ou est-ce une opportunité pour les enfants ? Sur Le Figaro.fr, les avis semblent partagés et une courte majorité d’internautes (57%) se prononce en faveur d’une telle mesure. Tour d’horizon des réactions.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 26/01/11



Après les recteurs, les chefs d'établissement bénéficieront d'une prime au mérite
La prime aux résultats entre à l'école. Les chefs d'établissement seront récompensés en fonction des performances de l'établissement et de l'application des orientations politiques. Les recteurs, eux, en bénéficient depuis le 16 novembre 2010 (Le Monde du 28 décembre 2010).
Lire la suite de l’article


Cinq adolescents devant le juge à Montpellier pour distribution de tracts
Cinq adolescents étaient convoqués mercredi 26 janvier devant le tribunal de Montpellier pour avoir distribué des tracts sur la voie publique lors des manifestations contre la réforme des retraites en novembre, a constaté un correspondant de l'AFP. Un seul a signé le rappel à la loi, les autres refusant de reconnaître avoir commis une infraction.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 26/01/11



Éducation: une "prime à la servilité" pour les chefs d'établissement
Les principaux de collèges et les proviseurs de lycées pourront avoir droit à une prime de résultat allant jusqu'à 6.000 euros tous les trois ans, a annoncé mardi sur France Info le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 26/01/11



Prime au mérite : pour le PCF, «les proviseurs ne doivent pas être des patrons»
Un accord a été signé entre le ministère de l'Education et trois syndicats (SNPDEN-Unsa, I&D (Indépendance et Direction) et le Sgen-CFDT) mais cette initiative fait déjà grincer des dents : chez les enseignants confrontés à 16 000 suppressions de postes dans leur secteur mais aussi dans la classe politique. Le PCF a ainsi dénoncé mardi «une machine de guerre contre l'école de la République. «L'école n'est pas une entreprise et les chefs d'établissement ne doivent pas être des patrons».
Lire la suite de l’article


Aveyron : 12 enseignants se succèdent en 15 jours dans une classe
Les parents d'élèves d'une petite école de Montsalès (Aveyron) sont en colère : ces quinze derniers jours, douze enseignants différents se sont succédés auprès de leurs enfants.
Lire la suite de l’article


A quand des primes au mérite pour les profs?
Comme les recteurs, principaux et proviseurs se verront octroyer une prime de résultat. Ces valorisations au mérite concerneront-elles bientôt les enseignants ? C’est ce que craignent les syndicats.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 26/01/11



Education : Que pensez-vous d'une réforme des rythmes scolaires ?
Au sein de l'Europe, la France a une particularité : elle cumule une année scolaire très courte tout en ayant les journées les plus longues. Pour le bien-être de nos enfants, les rythmes scolaires vont être de nouveau modifiés. Revenir à une semaine de quatre jours et demi à l'école primaire ? Raccourcir les vacances d'été ? Alors que le débat ne fait que commencer, FranceSoir.fr a recueilli quelques réactions.
Lire la suite de l’article


Une prime de résultat pour les proviseurs
Les proviseurs de lycée et principaux de collège vont recevoir une prime de résultat de 6.000 euros tous les trois ans. Luc Chatel l'a annoncé ce mardi sur France Info.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 26/01/11



Mon enfant est gaucher
Autrefois contrariés, les petits gauchers expriment désormais librement leur spécificité. Les parents comme les enseignants doivent cependant être attentifs aux difficultés que ces enfants peuvent rencontrer
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 26/01/11



Brimades au lycée militaire: la Marine veut éradiquer certaines "traditions"
En décidant d'exclure samedi 12 élèves du lycée naval de Brest, la Marine a voulu afficher clairement son rejet de "traditions" revendiquées par certains élèves de lycées militaires, faites de brimades, d'incivilités voire de bizutages.
Lire la suite de l’article


Primes pour proviseurs: "façon de moderniser la Fonction publique", estime Chérèque
Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a estimé mercredi sur RFI que les primes de performance pour les chefs d'établissements scolaires étaient "une façon de moderniser la Fonction publique".
Lire la suite de l’article


La prime de résultats fait son chemin dans l'éducation
Une prime de performance pour les chefs d'établissement vient d'être créée, après celle, polémique, des recteurs.
Lire la suite de l’article


Montée en puissance des internats d’excellence
Après la Bourgogne, la Lorraine, la Corse et la Martinique, l'Aquitaine est sur le point de boucler son schéma directeur sur les internats d'excellence, un des volets de la politique de la ville.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 26/01/11



Brimades au lycée militaire de Brest: la Marine veut éradiquer certaines "traditions"
En décidant d'exclure samedi 12 élèves du lycée naval de Brest, la Marine a voulu afficher clairement son rejet de "traditions" revendiquées par certains élèves de lycées militaires, faites de brimades, d'incivilités voire de bizutages.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 26/01/11



Le juteux business des bracelets « bandz », star des cours d'école
« Tu m'échanges la princesse contre la guitare ? » Marie et Julie discutent devant leur collège montpelliérain. Depuis plusieurs mois, un sujet de conversation revient inlassablement dans le petit groupe d'élèves, à chaque sortie de cours. Filles et garçons de primaire et de collège n'ont plus qu'un mot à la bouche : « bands » ou « bandz ».
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 26/01/11



La prime au résultat entre au collège et au lycée
Principaux et proviseurs vont être payés en fonction de leurs performances. Mais cette rallonge(jusqu'à 2 000 € par an) ne dépendra pas de la réussite des élèves au brevet ou au bac.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 26/01/11



Un bonus pour les proviseurs
Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a annoncé mardi sur France Info qu'une rémunération variable sera accordée, tous les trois ans, aux chefs d'établissement du secondaire, en fonction de leurs résultats. Une mesure qui divise les syndicats.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 26/01/11


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 26/01/11


6000 euros de prime au mérite pour les proviseurs
"Projet pédagogique", "résultats scolaires" et "capacité d'intégration" seront les critères utilisés pour attribuer cette prime aux résultats.
Lire la suite de l’article


"La prime au mérite pour les proviseurs est criminelle"
De zéro à 6000 euros de prime de résultat pour les proviseurs. Alain Refalo, instituteur "désobéisseur", explique pourquoi, selon lui, cette mesure du ministère de l'Education revient à "tuer le service public".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 26/01/11


Rythmes scolaires : Consensus et décisions restent à venir
Mardi 25 janvier, Christian Forestier et Odile Quintin, présidents du Comité de pilotage de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires, ont remis leur « rapport de synthèse » à Luc Chatel. Un « document sans précédent », pour C. Forestier, mais qui ne devrait pas rester sans conséquences malgré l’absence de consensus et l’importance des enjeux. Luc Chatel a annoncé des décisions en juin 2011.
Lire la suite de l’article


Fausses Bonnes Idées par Monique Royer
Désormais, selon le décret paru en fin de semaine, en cas d’absentéisme scolaire, le versement des allocations familiales peut être suspendu…
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 26/01/11


6.000 euros pour les chefs d'établissements performants
Les bons élèves ont des images, les principaux et proviseurs auront une prime de 6.000 euros. Elle sera versée tous les trois ans en fonction de leurs résultats, annonce le ministre Luc Chatel. Tollé chez les enseignants.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Slate.fr du 26/01/11



Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 26/01/11


Alain Boissinot (recteur de l’académie de Versailles) : «Sur la formation des enseignants, le débat entre savoirs et compétences n’est réglé dans aucun pays »
Alors que Nicolas Sarkozy entend rouvrir le chantier de la formation des enseignants, le dernier numéro de la revue internationale d’éducation* tombe à point pour prendre du recul avec des exemples de systèmes éducatifs étrangers. Ce dossier a été coordonné par le recteur de l’académie de Versailles, Alain Boissinot, ancien professeur de lettres, entré au cabinet du ministre de l'Education nationale, en 1994. Il nous livre sa vision du métier d’enseignant.
Lire la suite de l’article


La formation des enseignants plus que jamais dans l'incertitude, le billet de Claude Lelièvre
"Depuis le démantèlement de l’ancien système de formation, on se trouve constamment dans l’improvisation et les propositions (voire les décisions) au coup par coup", écrit Claude Lelièvre sur son blog. "Et ce n’est pas la dernière déclaration de Nicolas Sarkozy (foncièrement improvisée, comme l’a déjà souligné la journaliste du ‘’Monde’’ Maryline Baumard), suivie de celle de Luc Chatel qui peuvent les dissiper, bien au contraire." Lire le billet de l'historien de l'éducation intitulé Formation des enseignants: les incertitudes s’accumulent
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
VousNousIls du 26/01/11



Prime de résultat des chefs d'établissement: le Sgen-CFDT n'a pas donné son aval
Le Sgen-CFDT a assuré mercredi n'avoir pas donné son aval au principe d'une prime de résultat pour les chefs d'établissement allant jusqu'à 6.000 euros, ajoutant que le ministre de l'Education, Luc Chatel, était allé "vite en besogne" en parlant d'un "accord" conclu avec les syndicats.
Lire la suite de l’article


Montpellier: cinq adolescents devant le juge pour avoir distribué des tracts
Cinq adolescents étaient convoqués mercredi devant le tribunal de Montpellier pour avoir distribué des tracts sur la voie publique lors des manifestations contre la réforme des retraites en novembre, a constaté un correspondant de l'AFP.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.