vendredi, novembre 14, 2008

Revue de presse du vendredi 14 novembre

"l'école, ça commence à 3 ans"
Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos a affirmé jeudi au Sénat que l'école commençait "à 3 ans" . "Avant, il faut trouver des structures d'accueil différentes, qui soient adaptées aux besoins de cette enfance. Telle est ma doctrine", a expliqué M. Darcos en soulignant que le rapport sénatorial proposant la création de jardins d'éveil "(rejoignait) l'opinion générale des pays développés".
Derrière cette affirmation, il faut décrypter les enjeux. Ne plus accepter les enfants de moins de trois ans pose un certain nombre de questions économiques. Au delà du débat pédagogique, l'accueil des moins de 3 ans à l'école est d'abord aujourd'hui un service public gratuit assuré par l'État. On peut craindre que cela ne soit plus le cas demain. Le projet, évoqué dans un rapport sénatorial, est d'en faire un service en partie payant et surtout transféré de l'État aux régions. Double effet : on réduit les dépenses de l'Éducation Nationale et le nombre de postes en maternelle puisque dans certains cas, l'accueil des deux ans permettait de maintenir des postes.
Dans Libé-Lyon, Yves Fournel l'adjoint au maire chargé de l'éducation réplique en parlant de “provocation” doublée d'une “escroquerie”. La déscolarisation des moins de 3 ans (qui ne sont plus que 20 % à être scolarisés) a déjà coûté trop cher aux collectivités selon Yves Fournel. Une ville comme Lyon a perdu ces cinq dernières années 700 places d'accueil de tout petits en écoles maternelles. “C'est donc 700 places qu'il nous a fallu trouver ailleurs”, explique l'adjoint à l'éducation et à la petite enfance. Un effet balance qui a un coût.. Qui devra être assumé par les familles et les municipalités.

On peut se livrer à un exercice intéressant avec le dernier post du blog de Luc Cédelle. Le journaliste du Monde y livre la version intégrale de l'interview de Xavier Darcos publiée dans le journal la semaine dernière. . Comme le dit, lui même le journaliste l'exercice de contraction est inévitable mais curieusement cette “version longue” me semble plus “musclée” que la version courte initialement parue dans le journal. On y lit des propos assez combatifs de la part de Xavier Darcos mais aussi des nuances comme lorsqu'il évoque ses rapports avec les syndicats : “ Les syndicalistes sont des gens honorables, qui aiment l'école, mais ils n'ont pas encore trouvé le moyen de faire coïncider ce travail de fond avec une nouvelle image d'eux-mêmes. Nous avons aussi, ce trimestre, d'autres inconvénients. Les élections professionnelles, début décembre, incitent au maximalisme.
A plusieurs moments, il réfute les volontés qu'on lui prête et argue de ses bonnes intentions : “Par exemple, on essaie d'accréditer l'idée que mon action ne serait pas guidée par une préoccupation de justice sociale. Tout ce que nous faisons, tout sans exception a pour but de nous occuper de ceux qui ne vont pas bien. Nous nous attachons à donner à tous ce dont les gens aisés disposent de par leur situation” ou bien encore : “ Je suis toujours surpris quand on me prête ce genre d'intentions, j'ai lu énormément de documents qui me présentent en train d'ourdir je ne sais quoi... C'est pure fantasmagorie. Je ne suis pas obsédé par l'idée de mener des luttes contre qui que ce soit et surtout pas contre les personnels ! ”. Les couches culottes lui restent en travers de la gorge : “C'est l'exemple qui me reste le plus en travers du gosier : on isole un bout de phrase, on recompose votre propos et on vous fait dire exactement le contraire de ce que vous avez dit.”. Il se dit même blessé et affecté par ces accusations.
Dont acte, mais on rappellera à l'homme politique qu'est Xavier Darcos, qu'on ne juge pas un homme sur ses intentions mais sur ses actes. “L'homme n'est jamais que ce qu'il fait disait Sartre. On peut faire de bien mauvaises choses avec les meilleures intentions du monde...

Bonne Lecture...

----------------------------------------------
Libération du 14/11/08


Le maire de Toulouse promène sa “Démocratie citoyenne” en milieu étudiant
La mairie de Toulouse recense officiellement 86.000 étudiants dans ses murs et 110.900 dans la région. Ils étaient 157 mercredi soir à l’université de l’Arsenal pour le lancement des Rencontres étudiantes de la Démocratie locale.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 14/11/08


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 14/11/08



Les petites universités recalées du plan campus adoptent des stratégies de survie
Elles partagent la déception de ne pas faire partie des élues de l'"opération campus", qui va créer dix pôles d'excellence universitaires dotés d'un financement de 5 milliards d'euros. A côté de quelques parisiennes, les universités perdantes sont souvent des établissements plus modestes de province : ils craignent de péricliter. Valérie Pécresse a annoncé, mercredi 12 novembre, dans Les Echos, que onze d'entre elles recevraient 400 millions d'euros sur trois ans.
Lire la suite de l’article


Vers un classement européen des universités
La Commission européenne veut lancer un appel d'offres d'ici àla fin de l'année pour la constitution d'un classement européen des universités, a annoncé jeudi 13 novembre 2008, Odile Quintin, directrice générale de l'éducation et de la culture à la Commission européenne. Ce classement serait disponible en 2010, a-t-elle précisé lors de la conférence "Comparaison internationale des systèmes éducatifs : un modèle européen ?", organisée les 13 et 14 novembre à Paris dans le cadre de la présidence française de l'Union européennes. "Il faut une alternative crédible au classement de Shanghaï", a souligné Mme Quintin. La ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pecresse, qui soutient totalement cette démarche, a salué cet "acte fort" de la Commission européenne et estimé que la réalisation d'un classement européen aidera à "donner un second souffle à la mobilité" des étudiants en Europe. En attendant, les contestations du célèbre classement chinois se multiplient.
Lire la suite de l’article


L'Europe lance son classement des universités
L'Europe universitaire contre-attaque. Les Etats membres en ont assez de subir, année après année, le classement de Shanghaï, qui relègue leurs universités dans les profondeurs. Ils auront donc bientôt leur propre baromètre. Odile Quintin, directrice générale de l'éducation à la Commission européenne, a annoncé, jeudi 13 novembre à Paris, à l'occasion d'un colloque européen consacré à la "comparaison internationale des systèmes éducatifs", le lancement d'un appel d'offres pour la constitution d'un classement "qui devrait être disponible en 2010".
Lire la suite de l’article


Plusieurs centaines d'enfants sans toit
A Paris, 7 600 familles monoparentales répondant aux critères de ressources sont demandeuses d'un logement social. Parmi elles, 423 familles sont considérées comme sans domicile fixe, selon la mairie. S'y ajoutent 290 familles hors Paris, soit un total de 713 familles monoparentales SDF pour la région parisienne. Où sont les autres ? Plus de 4 500 familles sont en hébergement, 127 sont en occupation irrégulière et plus de 2 600 ont un logement considéré comme précaire. Sur le plan national, 85 % des adultes seuls avec un ou plusieurs enfants sont des femmes. Près de 20 000 familles monoparentales ont demandé un logement social et vivent dans des conditions précaires en Ile-de-France.
Lire la suite de l’article


La force de l’idéologie (avec quelle force on y croit)
Par Aurélien Péréol

Pour nombre de citoyens de gauche, le fait de repérer l’idéologie de la droite vaut condamnation définitive. L’idéologie, c’est la vanité, c’est l’horreur : elle prétend expliquer, alors qu’au contraire elle cache, l’idéologie s’oppose à la science, elle est du côté de la magie, de la dissimulation, de la mauvaise foi, et finalement… de la domination.
Le premier travail du déconstructeur de l’idéologie (de droite) consiste à en montrer la cohérence, cohérence qui fait système, système qui fait illusion, illusion qui fait prendre l’idéologie pour de la science.
Cette cohérence de l’idéologie est une certaine façon de disposer les choses. Si cette façon est logique, elle n’en laisse pas moins place à d’autres façons tout aussi logiques… L’idéologie nie qu’il y ait d’autres pensées possibles, sur les mêmes prémices. Elle se présente comme autoritaire et même totalitaire, unique et seule adéquate à la description du réel et à l’action.
L’autre axe important de la dénonciation consiste à montrer que l’idéologie appartient au discours et uniquement au discours : ce n’est pas seulement une certaine façon de disposer les choses avec une allure de cohérence ; cette cohérence est bâtie sur du sable !
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 14/11/08 (un jour de retard)



école. Surveiller et punir ?
Décidément, le ministre de l’Éducation nationale n’est pas à une provocation près. Outre la guerre ouverte qu’il a déclarée aux syndicats, Xavier Darcos a récemment affirmé que les enseignants de l’école maternelle passaient leur temps à « faire faire des siestes et à changer les couches ». Les provocations en actes sont encore plus nombreuses : suppressions massives de postes, démantèlement programmé du réseau d’aide spécialisé aux enfants en difficultés, mise en place du service minimum, réforme du lycée sans concertation, abandon de la carte scolaire, etc. Dernier épisode : avec sa collègue de l’Enseignement supérieur, le ministre vient de lancer un appel d’offres pour assurer une « veille » des opinions émises à propos de l’éducation sur les différents médias - blogs et autres chats sur Internet inclus. Coût de l’opération : 220 000 euros par an
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 14/11/08



Amiens : L’école après l’école, ça marche !
Le recteur Ahmed Charaï est venu hier à Beauvais relancer l’accompagnement éducatif, c’est-à-dire l’accueil des enfants volontaires après la classe.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 14/11/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos du 14/11/08



Rien vu...


-------------------------------------------------
20 minutes du 14/11/08



Des cours afin d'intégrer les parents
Retour en classe pour les adultes. Dès janvier, les collèges Paul-Eluard à Vénissieux, Victor-Grignard (8e) et Victor-Schoelcher (9e) proposeront des cours gratuits de français, d'alphabétisation et une découverte du fonctionnement de l'école aux parents d'élèves immigrés ou issus de l'immigration.
Lire la suite de l’article


Surveillance informatique des enseignants, Jack Lang parle de «flicage»

«Ce retour à la censure est scandaleux!», Jack Lang ne cache pas sa colère, face au projet de repérage des mouvements d'opinion parmi les enseignants, notamment sur l'Internet, lancé par Xavier Darcos. L'ancien ministre de l'Education a dénoncé vendredi un projet de «flicage» des professeurs après le lancement de deux appels d'offre par les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur, pour repérer les discussions entre enseignants sur les forums.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 14/11/08



"C’est quoi, ça ? La prof m’a griffé, elle me tire les cheveux !"
Par Victor Bouleirbagh | Surveillant au collège
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 14/11/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 14/11/08



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 14/11/08


Jack Lang dénonce un "flicage des professeurs"
Un appel d'offres lancé par Xavier Darcos et Valérie Pécresse sur la "veille" des mouvements d'opinions concernant l'Education scandalise l'ancien ministre.
Lire la suite de l’article


34 communes assignées pour non-respect du service minimum
Les préfectures du Gard et de l'Hérault ont engagé des procédures judiciaires contre leurs communes qui n'ont pas respecté la loi sur le service minimum à l'école qui prévoit qu'un service d'accueil doit être mis en place les jours de grève si 25% et plus des enseignants sont grévistes.
Lire la suite de l’article


Trop schooool !
Parents déprimés, faites toujours confiance à l'optimisme de la jeunesse. Cette idée heureuse me frappait l'esprit l'autre après-midi en sortant d'un de mes chocs culturels de la saison : une projection au cinéma du coin de «High School Musical», la fameuse comédie musicale de la maison Disney, numéro un au championnat mondial des succès de cours de récréation.[…] Reste le point fascinant du scénario : le versant pédagogique des choses. En gros, qu'apprend-on dans ce fameux lycée américain ? Rien. Si, j'exagère, on y apprend à choisir une chemise pour le bal de promo et une nouvelle robe pour le spectacle de fin d'année. Et sinon ? On n'y voit jamais un cours, jamais un livre, jamais un vrai prof. Eh bien, au moins, ça relativise. Pourquoi ? Parce que depuis deux mois tous les parents de France se sont précipités pour aller voir «Entre les murs», le film de Laurent Cantet, et ils en ressortent tous déprimés : c'est affreux, à l'école ils n'apprennent donc plus rien ! Eh bien, pendant ce temps, leurs gamins sont allés se taper «High School Musical», ils ont vu que, dans ces lycées-là non plus on n'en fichait pas une rame, mais au moins, eux, ils ont trouvé ça génial.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 14/11/08


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 14/11/08



Six cents lycéens conviés à débattre samedi sur la réforme du lycée
Six cents représentants lycéens nouvellement élus sont conviés samedi par le ministre de l'Education Xavier Darcos à débattre sur la réforme du lycée et la vie lycéenne, dans le cadre des "Ateliers du nouveau lycée" organisés à l'Ecole Polytechnique à Palaiseau (Essonne).
Lire la suite de l’article


Xavier Darcos défend les jardins d'éveil car "l'école, ça commence à 3 ans"
Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos a affirmé jeudi au Sénat que l'école commençait "à 3 ans" et défendu l'idée qu'avant cet âge, les enfants soient accueillis dans des structures "différentes" comme les jardins d'éveil préconisés par un rapport sénatorial.
Lire la suite de l’article


Programmes 2008: un instituteur prône "la désobéissance pédagogique"
L'inspection académique de la Haute-Garonne a indiqué vendredi qu'elle venait d'être saisie du cas d'un professeur des écoles de Colomiers, qui a, sur internet, appelé à la "désobéissance pédagogique" pour protester contre les programmes scolaires préconisés à la rentrée 2008.
Lire la suite de l’article


Veille de l'opinion dans l'Education: Lang (PS) dénonce un "flicage" des profs
L'ancien ministre de l'Education Jack Lang (PS) a dénoncé vendredi un projet de "flicage" des professeurs après le lancement de deux appels d'offre par les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur, pour repérer les mouvements d'opinion, notamment sur internet.
Lire la suite de l’article


Un jeune homme condamné à 3 mois de prison ferme pour l'agression d'un proviseur
Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été condamné vendredi à 3 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel d'Evry pour avoir agressé le proviseur d'un lycée d'Athis-Mons (Essonne) le 24 octobre en marge d'une cérémonie de remise du diplôme du baccalauréat.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.