mardi, septembre 20, 2005

Revue de presse du mardi 20 septembre 2005

Sarkozy dans la revue de presse. Il est partout… Directement par une tribune dans Le Monde où il prône l’autonomie des universités ou dans La Croix qui rapporte ses propos sur le toilettage de la loi de 1905 sur la laïcité. Indirectement, il est aussi très présent dans Libération qui nous alerte sur la recrudescence des expulsions d’étrangers sans papiers et en particulier des jeunes. On apprend cependant que le Combat est gagné pour les camarades de Guy Effeye. Pour des «raisons humanitaires», le préfet ne demandera pas l'expulsion du jeune lycéen en situation irrégulière.


Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 20/09/05


Expulser n'attend pas le nombre des années
Face à la multiplication des reconduites à la frontière de jeunes lycéens étrangers, la résistance s'organise autour de la communauté éducative.
Lire la suite de l’article


Guy, sauvé par tout son lycée
La manifestation en faveur d'un jeune Camerounais a empêché son embarquement, dimanche, à Roissy. Il comparaît aujourd'hui à Bobigny
Lire la suite de l’article


Reconduire «à tour de bras»,«faire du chiffre»
Roland Gatti, de la Police aux frontières de Metz, reconduit les clandestins :
Lire la suite de l’article


Editorial
Obsession

Cest le problème avec la «misère du monde», on lui claque la porte au nez, elle rentre par la fenêtre, on vote des lois pour lui interdire le territoire français, elle les contourne. Cela fait plus de vingt ans que ca dure. Avant même que Rocard explique dans les années 90 qu'on ne peut pas toute l'accueillir en France, Pasqua était à la tâche pour réformer le code de la nationalité. Poussé par la surenchère démagogique du Front national, l'ouvrage est passé de main en main, d'Edith Cresson, amatrice de charters, à Jean-Louis Debré, amateur de merlins, sans oublier Chevènement, amateur de double peine. L'actuel gouvernement poursuit le travail avec un Sarkozy, déjà auteur d'une loi sur le sujet, et un Villepin qui voulait en faire une autre quand il était place Beauvau. Voilà désormais que Baroin, leur collègue de l'Outre-Mer, réfléchit à remettre en cause le droit du sol. C'est peu dire que l'immigration obsède les esprits et a toutes les chances d'être encore au coeur du débat présidentiel, ce qui permettra au FN d'entretenir son fonds de commerce.[…] Cela mériterait donc que le débat s'épargne les coups de menton démagogiques. Comme ceux qui amènent la police à faire la chasse aux jeunes sans papiers aux sorties des lycées ou à les rafler dans le métro pour faire du chiffre.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 20/09/05


Arte/ Le b.a.-ba de l'apprentissage
Joli thème que ce numéro proposé par cette «Thema» d'Arte : «Apprendre, un jeu d'enfant». S'appuyant sur les dernières recherches sur le cerveau, la réalisatrice s'est interrogée sur le processus de la connaissance et les performances de nos neurones. «Notre cerveau adore apprendre et ne cesse d'apprendre, assure un universitaire. Les enfants apprennent à une vitesse folle dès leur plus jeune âge.» C'est à eux que l'on s'intéressera à travers le second sujet, plus concret que le précédent comme son titre l'indique : «Savoir par expérience». Des jeunes venus de dix-huit pays témoignent de leur école pas comme les autres.
Lire la suite de l’article


Après le voile, la polémique se porte sur les enseignements
Les revendications religieuses ont-elles cessé avec l'interdiction du foulard islamique ? «Depuis la rentrée, tout est calme», fait-on savoir au cabinet du ministre. Une dizaine de jeunes filles refusent encore d'enlever leur voile. Avant la loi, elles étaient plusieurs centaines à fréquenter l'école la tête couverte. «L'interdiction claire des signes religieux ostensibles a eu un effet dissuasif, assure Hanifa Cherifi, médiatrice chargée de la question du voile au sein du ministère de l'Éducation nationale. Elle a aussi freiné les autres formes de contestation de la laïcité à l'école.»
Les provocations auraient diminué sans disparaître pour autant. D'autant qu'à l'adolescence, quelques meneurs suffisent pour influencer une classe. «Une de mes élèves entraînait clairement ses camarades dans sa haine des Juifs et son admiration des kamikazes», raconte Ianis, professeur d'histoire à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Partisan du débat, l'enseignant avait tenté de lui opposer des arguments. En vain. Puisque la jeune fille se bouchait littéralement les oreilles.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L'Humanité du 19/09/05


Rien vu...


----------------------------------------------------
Le Parisien du 20/09/05 ( payant)


Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 20/09/05


Sarkozy veut toiletter la loi de 1905
Devant l'Académie des sciences morales et politiques, le ministre de l'intérieur a défendu lundi 19 septembre son action en tant que chargé des cultes

Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 20/09/05


Un lycéen sans-papiers fédère les soutiens

« Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’immigrés. » Hier après-midi devant le tribunal de Bobigny, au moins 200 lycéens sont venus d’Epinay-sur-Seine (93) clamer leur soutien à leur camarade de classe, Guy Effeye. Ce dernier devait être jugé en comparution immédiate pour « refus d’embarquer ». La veille au soir, ce jeune sans-papiers de 19 ans, arrivé en France il y a cinq ans et scolarisé au lycée Jacques-Feyder d’Epinay, devait être renvoyé dans son pays d’origine, le Cameroun. Mais, soutenu par des élèves et enseignants de son établissement, puis par les passagers du vol à destination de Douala, il a réussi à empêcher son expulsion.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Ouest-France du 20/09/05


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 20/09/05


Parents-enseignants : restaurer la confiance
Elles se nourrissent souvent d'estime, parfois de détestation, jamais d'indifférence : dans tous les cas, les relations entre parents d'élèves et enseignants se révèlent un exercice de haute voltige. Accompagné, le cas échéant, de solides malentendus.
Le plus étonnant d'entre eux ? Les professeurs, dans leur ensemble, se pensent mal aimés de leurs concitoyens... alors que ceux-ci les adorent. Ainsi que le montre un sondage CSA réalisé pour Le Monde de l'éducation et Télérama sur "l'image des enseignants auprès des Français" (Le Monde de l'éducation , septembre 2005), un tiers d'entre eux recommanderaient ce métier à leur fils ou à leur fille. Les instituteurs sont par ailleurs jugés "compétents dans leur discipline" par 84 % des personnes interrogées, les professeurs de collège et de lycée recueillant quant à eux 78 % des suffrages.
Or, questionnés sur le "malaise enseignant" par la direction de l'évaluation et de la prospective (DEP), ces mêmes professeurs en attribuent d'abord la cause à "la non-prise en compte des difficultés concrètes du métier" , puis, tout de suite après, à... "la dégradation de l'image des enseignants dans la société" .[…]
Si 45 % des parents, selon le sondage CSA précédemment cité, estiment que les enseignants ne dialoguent pas assez avec eux, combien sont-ils, par exemple, à se révéler véritablement ouverts à la discussion ? Combien, sur les 71 % des Français jugeant que les professeurs "n'ont pas assez d'autorité sur leurs élèves" , applaudiront des deux mains lorsque ladite autorité s'exercera sur leurs chers petits ? […]
Lire la suite de l’article


Enseignement supérieur et recherche, l'heure des choix, par Nicolas Sarkozy
Au-delà de la concurrence entre les marchés du travail, des biens, des services et des capitaux, la mondialisation met, chaque jour davantage, en compétition les systèmes d'enseignement supérieur et de recherche.
Retenir et attirer les meilleurs étudiants, les enseignants et les chercheurs les plus prometteurs ; préserver ou acquérir la maîtrise des savoirs les plus avancés et leurs applications technologiques ; renforcer les capacités d'innovation, la compétitivité des entreprises et des territoires : c'est un défi de plus pour notre pays. Et l'un des plus importants, car il conditionne fortement nos perspectives d'avenir et notre rang dans le monde.
Sommes-nous armés pour le relever ? Disons-le sans détour, nos performances ne sont pas à la hauteur de l'enjeu. Le poids de la France dans le volume mondial des publications, des citations scientifiques et des brevets recule.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Quotidien du 20/09/05


"Le retour des 'professeurs de trahison'?"
Le jeudi 15 septembre dans le quotidien algérien Le Citoyen Hamlaoui Mekachera, ministre français délégué aux Anciens combattants, estimait que la loi française du 23 février sur le "'rôle positif de la présence française outre-mer' est un problème franco-français, et notamment en Afrique du Nord". Il répondait ainsi à ce qu'il qualifiait d'"interprétation complètement absurde" d'un "pseudo-historien". Etait notamment visé par cette pique Claude Liauzu, professeur à l’université Denis-Diderot, initiateur d'une pétition réclamant l'abrogation de cette loi et notamment de son article 4 stipulant que "les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite".
Voici la réponse d'historiens, dont Claude Liauzu, Jean Baubérot ou encore Pierre Vidal-Naquet, aux attaques du ministre.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 20/09/05


Enseignement au Cned: encore 317.796 élèves malgré la concurrence du privé
Le Centre national d'enseignement à distance (Cned), qui dispense à 317.796 élèves plus de 3.000 formations allant d'une scolarité complète à des modules pointus, reste le premier organisme dans son domaine en Europe mais subit un léger fléchissement dû à la concurrence.
Lire la suite de l’article


Sarkozy : l'Université et la recherche, inadaptées, doivent être réformées
Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy juge, dans une Tribune au Monde daté mercredi, que l'Université et la recherche françaises pâtissent de leur "inadaptation" et plaide pour une "autonomie réelle" des universités et "un regroupement de structures" dont le nombre est "trop élevé".[…]Le ministre de l'Intérieur demande de "faire accéder nos universités à l'autonomie réelle et effective", avec notamment des "présidents dotés de pouvoirs forts et s'appuyant sur des services aux compétences renforcées dans le management, un cadre de gestion plus moderne et moins tatillon, une plus grande maîtrise des orientations scientifiques". Selon Nicolas Sarkozy, il faut réfléchir à une "simplification et (un) regroupement des structures, dont le nombre est actuellement trop élevé".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus




Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)



Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation



La maison des enseignants



L’indispensable café pédagogique

1 commentaire:

Air Filters a dit…

Hey, nice blog and great info!
I have a new article
site. It's a article
site for those of you looking for information on article
.
Come and check it out if you get time I would really appreciate it :-)

 
Licence Creative Commons
Chronique éducation de Philippe Watrelot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://philippe-watrelot.blogspot.fr.