lundi, octobre 13, 2008

Revue de presse du lundi 13 octobre 2008

On veut la peau des associations complémentaires de l'école !
La Ligue de l'enseignement, qui regroupe 30 000 associations locales intervenant dans l'éducation populaire, a protesté, hier, contre les drastiques économies pour 2008 et 2009 que lui impose le ministre de l'Éducation. Le 7 octobre, le ministre de l'Éducation- nationale a en effet indiqué que la convention permettant la rémunération d'une partie des salariés de la Ligue de l'enseignement (mis à disposition et détachés) prendrait fin le 31 août 2009. Cela représente 180 emplois (équivalents temps plein, ETP) d'enseignants détachés et 20 postes d'enseignants mis à disposition, sur un effectif total de 18 000 salariés ETP. En outre, la subvention de 2008, pourtant allouée par convention pluriannuelle par objectifs (jusqu'en 2010), sera « plafonnée à 75 % de son montant ». Autrement dit, sur une aide de d'Éducation nationale de 24 millions d'euros annuels, environ 7 millions seront déduits, sur un budget de fonctionnement total de la Ligue de 500 millions d'euros.
L'Humanité donne la parole à Jean-Marc Roirant, le secrétaire général de la Ligue de l'enseignement : “ La Ligue se voit amputée de ses actions éducatives - soutien scolaire, accompagnement éducatif, gestion des centres de loisirs, classes découvertes, rencontres sportives scolaires ou extrascolaires - demandées par l'Éducation- nationale depuis cent quarante ans ! ” s'indigne t-il.
On apprend que l'EEDF (Eclaireurs et éclaireuses de France) viennent de subir la même réduction. L'inquiétude gagne toutes les associations complémentaires de l'école et les mouvements pédagogiques (comme le CRAP-Cahiers Pédagogiques). Pour économiser des postes au budget 2009, le ministre Xavier Darcos a en effet décidé de « ramener au bercail », selon son expression, les professeurs détachés ou mis à disposition. On nous promettait (avec des conventions signées) des subventions équivalentes. Mais “les promesses n'engagent que ceux qui y croient”, comme disait un spécialiste (des promesses), Charles Pasqua...
De quoi être inquiet....

Philippe Meirieu s'exprime sur la réforme du lycée dans le le JDD.fr. S'il se dit surpris par le projet, ce qui lui semble aller dans le bon sens, dit-il “ c'est de ne pas faire un lycée calqué sur la sixième, mais de prendre au sérieux la formation à l'autonomie.”. Il ne se dit pas hostile à la modularisation mais avertit : “une marge de choix nécessaire ne sera bénéfique aux élèves que si elle s'accompagne d'un renforcement systématique et fort de l'encadrement de l'accompagnement, et avec la mise en place d'un tutorat rigoureux.”. “Sans cela,ajoute-t-il une modularisation favorisera les plus débrouillards au détriment des élèves les plus fragiles...
S'il se dit plutôt favorable à la réduction des horaires de cours (mais pas des heures de classe), il se dit inquiet sur la place faite à différentes disciplines. Pour lui “Un tronc commun fort doit être construit autour des disciplines qui fondent la citoyenneté: les lettres, l'histoire-géographie, peut-être l'économie (regardez la crise), probablement qu'il y a un certain nombre de données en mathématiques et en langues
Il finit par un jugement qui reste optimiste mais critique sur la réforme telle qu'elle s'engage : “Cette réforme n'est pas suffisamment structurée pédagogiquement et va susciter la résistance des enseignants. Ce ne sont pas en soi des gens réactionnaires ou immobilistes, mais qui ont peur qu'on leur impose des réformes qui ne soient en réalité que des habillages de la pénurie. Je reste convaincu qu'une réforme qui apparaîtrait comme un levier pour démocratiser les pratiques enseignantes et faire accéder plus d'élèves au savoir pourrait obtenir l'assentiment des enseignants. Je reste optimiste.

Encore un reportage intéressant dans Ouest France. Le quotidien régional nous emmène à Rennes dans un collège où on a banni le redoublement jusqu'en 4ème . «Bien sûr, on béquille les élèves, en leur apportant du soutien. » précise le principal du collège Saint-Hélier. Ce n'est pas parce que l'élève peine dans certaines disciplines qu'il doit redoubler dans toutes les matières. Cette année, sept élèves naviguent. Ils restent en 4e pour les matières du brevet ¯ français, maths, histoire-géo et langue ¯, mais, pour les arts plastiques, le sport, les sciences et vie de la Terre, la physique, la musique, ils sont en 3e avec de nouveaux camarades.

Entre les murs, encore. Un dossier dans L'Humanité (paru le 4 octobre dernier) avait échappé à ma lecture. On y trouve des contributions tout à fait intéressantes. Celle de François Régis Guillaume, membre de l'OZP (Observatoire des zones prioritaires) considère que le débat pédagogique autour du film devrait porter sur deux points : comment faire de la classe un lieu d'apprentissage ? Et prendre acte du rapport positif aux élèves dans ce film, rappeler que l'école a aussi une mission d'éducation et de socialisation, et aborder la question de l'ethnicité.
Sophie Audoubert, professeure de lettres à Saint-Denis, (et auteur d'un très bon Don Quichotte en Banlieue (ed. Philippe Rey) juge le film " accablant". Charlotte Nordmann, prof de philo en Seine Saint-Denis, et essayiste , est encore plus sévère et parle d'un “écran de stéréotypes”.
Ce film n'a pas fini de faire débattre....

Le ministère de l'Education a précisé ce matin quels seront les futurs concours de recrutement des enseignants, qui s'appliqueront dès la session 2010 (épreuves en janvier et juin). Pour s'adapter à la nouvelle situation d'enseignants formés à l'université et non plus à l'IUFM et recrutés au niveau Bac +5 (master), le contenu des concours sera modifié.

Sauf pour l'agrégation, les concours seront organisés en 4 épreuves, 2 pour l'admissibilité (comptant pour 40% de la note) et 2 pour l'admission (comptant pour 60%), contre entre 5 à 8 épreuves actuellement selon les disciplines et les concours. 
Les réactions sont mitigées. Nous reviendrons demain sur cette annonce.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 13/10/08


Le proviseur rogne sur le chauffage, les esprits s’échauffent au collège
Lors d’une récente réunion avec l’équipe pédagogique, le proviseur du collège Paul-Valéry de Tours a annoncé qu’il souhaitait, par mesure d’économie, baisser la température moyenne à l’intérieur de l’établissement de deux degrés….
Lire la suite de l’article


Il n'y a pas que l'amour… (Blog de Serge Hefez)
Une étude de l’IFOP intitulée «Comment vivent les familles françaises aujourd’hui ?», conduite auprès d’un millier de parents d’enfants âgés de 6 à 12 ans dévoile une déconcertante réalité : la grande peur exprimée par 36% des personnes interrogées est la survenue d’une brouille avec leur progéniture…
Lire la suite de l’article


Moins d'épreuves pour les futurs candidats au concours de l'enseignement
A partir de 2010, les enseignants seront formés non plus à l'IUFM mais à l’université et recrutés à Bac+5, à l'issue de quatre épreuves.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 13/10/08


Coup d'accélérateur pour 
la sécurité routière à l'école
Après le permis piéton, créé en 2006, un permis cycliste est lancé dans le primaire.
Lire la suite de l’article


44 % des accidents 
sur le trajet domicile-classe
20 % des jeunes victimes ont manqué de vigilance.
Lire la suite de l’article


Faut-il légiférer sur l'histoire ?
« N'enlevons pas au Parlement la liberté de proté ger les citoyens », déclare Jean-Claude Gayssot. « Ce n'est en tout cas pas à lui de décréter la vérité historique», lui répond Françoise Chandernagor.
Lire la suite de l’article


Nicolas Sarkozy reporte
son «New Deal» numérique

Le chef de l'État a repoussé à lundi prochain la présentation du plan destiné à réduire la fracture numérique. Une série de mesures qui permettront de dynamiser tout un pan de notre industrie.
Lire la suite de l’article


Stages d'étudiants : les facs copient les grandes écoles
Valérie Pécresse souhaite mieux aider les étudiants dans leurs recherches et systématiser les annuaires d'anciens élèves.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 13/10/08


Il faut sauver le concours de l'ENA, par Hervé Beaudin, ancien élève de l'ENA (promotion Denis-Diderot)
Le classement de sortie de l'ENA est toujours apparu injuste pour les 90 % des anciens élèves qui n'ont pas eu accès aux grands corps et aux carrières qui en découlent, en dépit du jugement flatteur qu'ils n'ont jamais cessé de porter sur leur personne. De surcroît, les enfants de hauts fonctionnaires, de cadres supérieurs ou d'enseignants, sans compter la gent masculine, seraient surreprésentés.
La justice sociale nécessiterait donc de redistribuer les cartes. Enfin, les épreuves de classement seraient inadaptées non seulement aux carrières, mais aussi aux goûts et aptitudes réels des élèves. Ce même classement paraît aujourd'hui absurde aux chefs des administrations, car il les prive du droit de choisir leurs collaborateurs. Il est donc normal de le supprimer. Telle est la thèse officielle.
Je conteste la valeur de ces arguments. Non que le système du concours républicain soit parfait. Mais parce que son principe est, comme la démocratie chez Churchill, "le pire, à l'exception de tous les autres".
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 13/10/08 (un jour de retard)



Le SNES-FSU se retire des discussions
Lycée . Le principal syndicat des enseignants ne participera pas à la réforme des établissements du second degré.
Lire la suite de l’article


Austérité dans l’éducation
La Ligue de l’enseignement, qui regroupe 30 000 associations locales intervenant dans l’éducation populaire, a protesté, hier, contre les drastiques économies pour 2008 et 2009 que lui impose le ministre de l’Éducation. « La Ligue de l’enseignement vient d’être informée des sévères réductions de moyens qui affectent les associations partenaires du service public d’éducation », écrit-elle dans un communiqué. « Le 7 octobre, le ministre de l’Éducation- nationale a indiqué que la convention permettant la rémunération d’une partie des salariés de la Ligue de l’enseignement (mis à disposition et détachés) prendrait fin le 31 août 2009 ».
Lire la suite de l’article


Entre les murs : fiction ou réalité
Adulé par la critique et rejeté majoritairement par les enseignants, le film de Laurent Cantet, Entre les murs, mérite que l’on s’y attarde, car il pose bel et bien des questions essentielles sur l’école et sur le rapport entre profs et élèves.
Lire la suite de l’article


Prendre acte du rapport positif aux élèves
Par François-Régis Guillaume, membre du bureau de l’Observatoire des zones prioritaires.

Ce film provoque des débats d’une qualité telle qu’il a certainement touché quelque chose de profond dans notre société. Ce débat réunit surtout des enseignants, souvent critiques sur l’image qui est donnée de l’école et de leur métier. Les uns, appelons-les pédagogues, en reconnaissent la qualité, mais craignent que le public ne le voie comme un modèle pédagogique. Les autres s’en prennent à un enseignant qui manquerait d’autorité et reprennent le discours sur la difficulté du métier et même, pour certains, sur l’impossibilité de faire réussir les élèves « difficiles ».
Lire la suite de l’article


Récit d’un enfermement
Par Sophie Audoubert, professeure de lettres au collège Elsa-Triolet de Saint-Denis

Entre les murs ne choisit pas vraiment entre fiction et documentaire ; il se place dans un entre-deux fragile où son propos finit par se troubler considérablement. Film sur l’école ? Cantet s’en défend. Film dans l’école ? On ne peut, pour le coup, le nier. Les partis pris de réalisation collent délibérément au plus près du réel : un scénario réduit à sa portion minimale, des acteurs qui ne le furent qu’à cette occasion, des événements directement tirés de l’expérience vécue. Fiction, sans doute, mais qui entretient une relation quasi incestueuse avec la réalité qu’elle représente. Impossible, dans ces conditions, de ne pas réagir aussi comme enseignant face à une oeuvre qui nous montre la salle de classe au microscope.
Lire la suite de l’article


Un écran de stéréotypes
Par Charlotte Nordmann, essayiste, traductrice et professeure de philosophie dans un lycée de banlieue parisienne

Ce n’est pas qu’on veuille être méchant, mais, un peu comme on en veut à ces profs qui, à force de vacuité, vous imposent des heures d’ennui, on en veut quand même un peu à Bégaudeau et Cantet, avec toute leur « bonne volonté », de nous avoir fait subir ça… Deux heures d’un lycée en carton-pâte, deux heures où se succèdent des saynètes censément « révélatrices », où chaque personnage et chaque réplique viennent méthodiquement illustrer une série de stéréotypes sur le monde scolaire : voici le prof sévère, jamais ébranlé dans ses certitudes, puis la prof sensible et mignonne, mais qui pense tout de même que c’est son rôle de rappeler la loi, voici la grande gueule black « qui est en train de devenir une femme » et la petite rebeu spirituelle et insolente, sans oublier l’élève chinois fort en maths… Comment comprendre, dès lors, l’écho qu’a eu le film ? Quel attrait peut-il avoir pour un certain public, sinon celui du folklore et de l’« exotisme » ?
Lire la suite de l’article


On a peine à se reconnaître…
PAR VALÉRIE SULTAN, PROFESSEURE DE LETTRES EN ZEP.

Présenté comme une fiction mais réalisé comme un documentaire, Entre les murs est un film au statut ambigu : vrai établissement, vrais enseignants, vrais élèves… pas étonnant que de nombreux personnels de l’éducation nationale y aient vu un miroir tendu vers eux. Et quel miroir ! Sous prétexte d’avoir voulu montrer, et pourquoi pas, un professeur qui n’est pas parfait, le réalisateur tombe vite dans la caricature : on peine à se reconnaître à travers cet enseignant qui insulte ses élèves, qui s’immisce de manière déplacée dans leur vie privée, qui s’exprime de façon grossière, qui renonce à traiter le programme sous prétexte que « les Lumières, c’est un peu dur en quatrième », voire qui commet des fautes professionnelles graves. Pourquoi un tel parti pris ? Et quelle image de l’école publique Laurent Cantet a-t-il cherché à donner ici ?
En tant que professeure de lettres en ZEP, j’ai été consternée par l’image de mon métier qui est véhiculée dans ce film : un enseignement d’une grande pauvreté, des cours réduits à des joutes verbales stériles qui ne débouchent pas vraiment sur le plan pédagogique, un professeur qui garde son savoir pour lui tout en faisant mine de le dispenser à ses élèves en les cantonnant dans des activités de pacification scolaire.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 13/10/08



Du théâtre pour retrouver le chemin de l’école
VIRY-CHÂTILLON - GRIGNY. Ils ont 16 ou 17 ans et n’ont pas trouvé de place au collège ou au lycée. Une expérience originale tente d’aider ces ados en échec scolaire.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 13/10/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Les échos du 13/10/08



Rien vu...


-------------------------------------------------
20 minutes du 13/10/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Rue89 du 13/10/08



A Marseille, l'académie recrute des profs par petites annonces
Pages petites annonces du quotidien La Provence du mardi 7 octobre. Vestner France Ascenseurs recrute « Technicien d'Ascenseur H/F pour un poste dans la région de Marseille. Un peu plus bas dans la colonne, on cherche un conducteur de travaux ». Entre les deux, cet encart:
« L'académie d'Aix-Marseille recrute Enseignant(es) ds les disciplines suivantes : sciences médico-sociales, biotechnologie, technologie, mathématiques, allemand, sciences physiques, génie civil...
Niv. licence mini exige.
C.V. à adresser à : Rectorat, Académie d'Aix-Marseille, division des Personnels enseignants
»
Un lien internet renvoie également vers le site de l'Académie, pour celui ou celle qui souhaite obtenir plus d'informations ou formuler sa candidature.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 13/10/08



Dans un collège de Rennes, on ne redouble plus
Grande première cette année : sept élèves naviguent entre la 4e et la 3e, histoire de ne pas tout recommencer.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 13/10/08



Meirieu:"Habiller la pénurie"
Philippe Meirieu est l'un des meilleurs spécialistes du système éducatif français. Pédagogue, ancien directeur de l'IUFM de Lyon, et co-auteur d'un livre sur l'Ecole avec Xavier Darcos, il analyse pour leJDD.fr la réforme du lycée. A défaut d'assurer un véritable accompagnement des élèves, le projet actuel risque selon lui d'être perçu comme un simple "habillage de la pénurie".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 13/10/08


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 13/10/08


Sécurité routière: les jeunes dans le collimateur
La neuvième édition de la semaine de la sécurité routière cible tout particulièrement la tranche des 15-24 ans. En 2007, ils ont représenté plus du quart des victimes d'accidents mortels.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 13/10/08



Les futurs concours des enseignants accueillis avec réserve
La présentation lundi des futurs concours de recrutement des enseignants, qui s'appliqueront en 2010, a reçu un accueil partagé des syndicats d'enseignants, certains étant satisfaits du dispositif, d'autres s'inquiétant de la capacité des épreuves à évaluer l'aptitude des candidats à enseigner.
Lire la suite de l’article


Le Sgen-CFDT satisfait des futurs concours de recrutement, avec des "précisions"
Le syndicat enseignant Sgen-CFDT s'est dit satisfait des nouveaux concours de recrutement des enseignants présentés lundi, sous réserve de certaines "précisions", dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


Les futurs concours des enseignants en vigueur pour la session 2010
Les futurs concours de recrutement des enseignants et des conseillers principaux d'éducation (CPE) s'appliqueront dès la session 2010 (épreuves en janvier et juin) et auront moins d'épreuves qu'actuellement, selon la présentation faite par le ministère de l'Education.
Lire la suite de l’article


Primes contre postes au ministère de l'Education: "choquant", selon un syndicat
L'accord, rendu public jeudi, prévoyant des hausses de primes pour les personnels du ministère de l'Education nationale en contrepartie de 1.700 suppressions d'emplois en trois ans, a été qualifié de "choquant", lundi dans un communiqué, par le syndicat Snasub-FSU.
Lire la suite de l’article


Le SE-Unsa partagé sur les nouveaux concours d'enseignants
Le syndicat des enseignants SE-Unsa s'est montré partagé sur le nouveau projet de concours d'enseignants pour 2010, approuvant l'architecture proposée mais mettant en doute le fait qu'ils permettront de mesurer réellement l'aptitude des candidats à enseigner, dans un communiqué.
Lire la suite de l’article


Formation des enseignants : les inspecteurs veulent un "cadrage national"
Le syndicat des personnels d'inspection de la FSU (SNPI-FSU) demande que l'Etat assure un "cadrage national" des formations des futurs enseignants, qui devraient se faire désormais à l'université sous forme de mastères professionnels et non plus à l'IUFM comme aujourd'hui.
Lire la suite de l’article


Elections des représentants lycéens à partir de lundi
Les lycéens sont appelés à élire leurs représentants au conseil de la vie lycéenne (CVL) dans leur établissement de lundi à vendredi, et, pour la première fois, 600 d'entre eux seront conviés en novembre au ministère de l'Education pour discuter de la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.