mardi, octobre 28, 2008

Revue de presse du mardi 28 octobre 2008

Rased : Réseau dead !
Trois fois par semaine, Amandine, 8 ans, en CE1, quitte sa classe et part travailler quarante-cinq minutes avec un instituteur spécialisé. Elle a des problèmes de mémoire. L’enseignant lui fait revoir, avec deux autres élèves, les apprentissages de base, à travers le jeu, le dessin ou simplement le dialogue. Mais sa mère, Nathalie, est inquiète : «On m’a dit que, l’an prochain, cet instituteur ne serait sans doute plus là. Il faudra alors qu’elle s’inscrive à l’aide individualisée que les instituteurs normaux font désormais. Dans son école, c’est deux fois par semaine de 11 h 30 à 12 h 30. Une catastrophe : Amandine sera bien trop fatiguée pour pouvoir progresser. En plus, elle aura faim.» Libération revient sur le sort réservé aux RASED (Réseau d’aide aux élèves en difficultés) et le début très concret de cet article montre bien que l’argument utilisé par le ministre ne tient pas. Le soutien mis en place cette année ne peut remplacer le travail des maîtres E et des maîtres G (les deux intervenants en Rased). On ne traite pas des même difficultés . Pour les syndicats : il s’agit d’une formidable «régression dans le traitement de la difficulté scolaire», dans le seul but de faire des économies ».

Durant ces (trop courtes) vacances, le journal Les Échos revient aussi sur le soutien scolaire. D’après le ministère, près de 1 million d'élèves - soit 19,13 % des effectifs – auraient déjà bénéficié de ce soutien, qui prend donc diverses formes.
Le quota de deux heures hebdomadaires a été, dans la majorité des cas, scindé en quatre séquences quotidiennes de trente minutes, plus faciles à « caser » dans l'emploi du temps des élèves. Les cours se déroulent le plus souvent à midi (42,5 %) ou le soir (32,7 %) au détriment du mercredi matin (4 %).Mais l’article inclut aussi dans le soutien les stages organisés pendant les vacances. 7.500 lycéens se sont inscrits cette semaine aux cours organisés par 1.300 professeurs et étudiants volontaires attirés par ce complément de salaire défiscalisé.
Mais comme le note Laurence Albert, si ces stages de vacances ne suscitent pas trop de problèmes, en revanche le soutien durant la semaine est l’objet de polémiques. D’abord car il pose la question des rythmes scolaires et puis surtout parce que comme le dit elle même la journaliste “les récentes annonces sur le budget 2009 sont venues brouiller le message ”. La suppression des Rased que nous évoquions plus haut est paradoxale et provocatrice. La pétition de soutien a déjà recueilli 60 000 signatures et ce sera une des revendications (mais pas la seule !) de la grève des enseignants du primaire le 20 novembre prochain.

Festival de déploration dans Le Monde
La rentrée publique des cinq académies regroupées au sein de l'Institut de France est consacrée, cette année, à l'éducation. Le Monde publie des extraits des communications présentées ce mardi 28 octobre. On y trouve des textes de Jacqueline De Romilly qui déplore qu’on ne lise plus les grands textes ou encore de Bernard Bourgeois qui déplore l’ “inflation pédagogique” .
Seul Pierre Léna, de l’Académie des Sciences plaide pour une “science pour tous” et pour redonner de la saveur aux sciences expérimentales. Il “déplore” (mais à l’envers des autres) que“mathématiques et sciences n'éveillent plus guère la passion des jeunes. Bien souvent, ils ne les cultivent que parce qu'au lycée la lettre S signifie plutôt sélection que science. […] Quant à la pédagogie, alors que nos élèves sont avides de savoir comment fonctionne le monde et veulent assouvir leur curiosité, ils comprennent mal que tienne tant de place la résolution de problèmes formels, portant sur des sujets étroits dont ils recherchent la pertinence pour leur propre vie.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 28/10/08


L’école du bavardage
Thomas Clerc maître de conférences à Paris-X Nanterre, ex-professeur du secondaire.

Il est difficile pour un professeur du secondaire de juger le film de Laurent Cantet Entre les murs, comme s’il était trop concerné. Opérer une distinction entre le film et son sujet, l’école, est ardu : les acteurs jouent leur propre rôle et le film adopte une esthétique pseudo-documentaire qui n’est pas la réalité (à cause du choix des séquences et du montage) mais qui s’en rapproche de façon sensible. J’ai retrouvé l’ambiance de mes années passées au collège ou au lycée, en pire. Le mérite d’Entre les murs est de montrer aux Français la difficulté du métier de professeur en termes plus éloquents qu’un livre : le naturalisme du «roman» de Bégaudeau trouve ici sa meilleure incarnation. Indépendamment de ses qualités filmiques, Entre les murs décrit bien la crise terrible de l’enseignement qu’on pourrait lire à travers le prisme du bavardage. Le bruit règne au collège Françoise-Dolto : le silence, sans lequel l’acquisition du savoir est à cet âge impossible, n’existe pas.
[…] Le professeur Bégaudeau ne transmet rien à ses élèves : il parle avec eux sans cesse, dans un univers saturé de ce qu’en rhétorique aussi on appelle le bruit, qui perturbe toute communication normale.
[…] L’échange verbal se fait ensuite de façon totalement anarchique : les élèves interrompent le cours en permanence par des questions extrascolaires qui empêchent toute autonomie disciplinaire.
[…] Bégaudeau et Cantet sont de gauche mais leur film donne des arguments massue aux penseurs de droite qui, de Renaud Camus à Finkielkraut, ont pointé ces dérives depuis plus de vingt ans que le libéralisme participe à la destruction de l’école républicaine.[…]
Lire la suite de l’article


«Je ne suis pas là pour tirer les oreilles des élèves!»
Depuis la rentrée, tous les collèges des Hauts-de-Seine ont désormais un policier référent. Pour le meilleur comme pour le pire.
Lire la suite de l’article


Elèves en difficulté : les Rased craignent d’être rasés de la classe
Xavier Darcos a annoncé la suppression de 3 000 postes de maîtres spécialisés.
Lire la suite de l’article


Un suicide, dans les règles (Blog d’Yves Michaud)
Il ne suffit pas pour devenir fonctionnaire de réussir un concours. Il faut après une période comme fonctionnaire stagiaire être titularisé. A quelques rarissimes exceptions près, il s'agit d'une formalité. Sauf...
J'ai parlé il y a quelques temps à la fin de l'Esprit public, dans ma "brève", de ce qui est arrivé à l'université de Brest à une jeune maître de conférences en philosophie, madame Marie-Claude Lorne. Il me faut y revenir tant l'affaire est grave... et étouffée.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 28/10/08


La fin de l'enfant roi ?
Enfants perturbés, parents déboussolés, psys débordés : Dolto est plus que jamais contestée. La célèbre psychanalyste serait-elle passée de mode, ou victime de son succès ?
Lire la suite de l’article


L'héritage de Françoise Dolto
en question
Un dimanche au Jardin d'Acclimatation, près de Paris. Une vingtaine d'enfants sautillent cul par-dessus tête sur des trampolines. Sept minutes de récréation en apesanteur. Pas une de plus. Le temps écoulé, le responsable de l'animation intervient comme il se doit, chrono en main. Pas facile de dompter ces mômes montés sur ressorts. Quelques durs à cuire réclament en braillant « encore un tour ! » ou « deux minutes de rab parce qu'avec papa, c'est toujours comme ça ». La tension monte. Question de timing. Question d'éducation et de politesse aussi, mais les contraintes infligées au nom de la collectivité ne font pas toujours partie des nouveaux réflexes éducatifs. « Je vais t'offrir une glace », propose une mère en pleine négociation avec sa fille. A côté, un père a déjà attrapé son fiston par le bras. Fin des tractations. « Ils ne savent plus y faire avec les enfants », murmure une arrière-grand-mère en dodelinant de la tête.
Lire la suite de l’article


«Il faut élever ses enfants
au sens noble du terme»
Votre livre privilégie une vision personnelle de Françoise Dolto. Comment s'approprie-t-on une « mère universelle » ?
Lire la suite de l’article


«A ne s'intéresser
qu'au psychisme,
on néglige le reste»
Vous avez publié une pièce de théâtre et ensuite un livre anti-Dolto. Pourquoi ?
Lire la suite de l’article


Comment font-ils à l'étranger ?
Dr Spock et les autres
Le pédiatre américain Spock et le Britannique Winnicott furent les premiers à promouvoir l'écoute des enfants.
Lire la suite de l’article


Aide aux parents :
les bonnes affaires
de l'édition
Le conseil parental se porte bien dans l'édition. Car pour les parents et futurs parents, la recherche d'aide en matière d'éducation commence presque toujours par les rayons des librairies. Et si les ouvrages de Françoise Dolto restent une référence, le choix entre la multitude de guides pédagogiques se révèle presque aussi laborieux que de s'occuper de son enfant !
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 28/10/08


La littérature, ou le passé vivant, par Jacqueline de Romilly
Enseignement et éducation sont deux mots presque synonymes qui pourraient s'employer l'un pour l'autre. Il existe cependant entre eux une légère nuance de sens : l'enseignement désigne avant tout la transmission des connaissances intellectuelles ; le mot éducation désigne le fait de mener un être à l'accomplissement de ses qualités propres : esprit, caractère et aptitude à la vie en société. Naturellement, enseignement intellectuel et formation morale ne vont jamais tout à fait l'un sans l'autre. Mais depuis quelques décennies, une sorte de divorce semble être intervenue entre ces deux orientations ; et il s'est ainsi ouvert une crise qui me paraît grave.
Lire la suite de l’article


Réinstituer l'éducation en sa raison, par Bernard Bourgeois
L'éducation semble aujourd'hui plus vivante que jamais, et dans la réalité et dans les pensées. Ce qui a changé, c'est le contexte de l'inflation pédagogique. Elle était autrefois programmatique, soulevée par la volonté largement consensuelle de faire s'accomplir l'institution de l'éducation. Elle est maintenant une réaction en elle-même très conflictuelle à la mise en cause réelle du caractère institué, institutionnel de cette éducation. Or l'inversion du sens de la relation entre l'institution et l'éducation est décisive pour le destin de celle-ci. Car l'éducation n'est pas seulement une institution, elle est l'institution par excellence. L'éducateur est toujours et partout l'instituteur qui élève l'homme, et toute éducation, aussi bien familiale et sociale que scolaire, comporte à sa façon la relation nucléaire du maître et de l'élève. C'est pourquoi une éducation qui ne veut plus, même à l'école, du mot d'instituteur, et qui n'aime guère plus celui d'élève, montre qu'elle ne sait plus ce qu'elle fait ni ce qu'elle est. On en est pourtant venu là.
Lire la suite de l’article


La science pour tous, une nécessité, par Pierre Léna
Nous sommes dans la maison de Ménon, à Athènes. Socrate s'adresse à l'esclave, s'assure d'abord qu'il parle grec, le questionne sur la duplication géométrique de l'aire d'un carré. Ainsi, la première leçon de science de notre histoire débute par le souci d'une langue commune, puis elle se poursuit par un contrôle, non de l'élève mais du maître : "Aie l'oeil sur moi, (Ménon), au cas où il t'arriverait de me trouver en train de lui donner un enseignement ou une explication, au lieu de le questionner sur ce qu'il pense !"
Lire la suite de l’article


La musique, une pratique, par Edith Canat de Chizy
Il y a dans l'enseignement musical en France un divorce entre le savoir et la pratique, entre jouer d'un instrument et savoir jouer d'un instrument. Cercle vicieux d'où l'on ne peut sortir que par le courage de faire sans savoir déjà faire, tout comme celui qui a appris à nager en équilibre sur un tabouret doit inéluctablement avoir le courage de se jeter à l'eau...
Lire la suite de l’article


L'Asie à l'heure de la mondialisation universitaire, par Franciscus Verellen
Quels sont, pour l'enseignement supérieur, les enjeux de l'ouverture de la Chine sur le monde ? La première priorité consiste à intégrer les savoirs et les savoir-faire étrangers et à les adapter aux besoins économiques de la Chine. Ce processus est marqué par la tension entre, d'un côté, ouverture et internationalisation et, d'un autre, rétention et censure jugées nécessaires pour le maintien du contrôle.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 28/10/08 (un jour de retard)


La mémoire, terrain interdit au politique ?
A lire mardi dans l’Humanité, la réponse de Jean-Claude Gayssot à l’appel d’historiens voulant revenir sur les lois Gayssot et Taubira
Lire la suite de l’article


Service minimum : Paris résiste
Éducation . Désavoué par le tribunal, Bertrand Delanoë fait appel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 28/10/08


Un écolier sur cinq bénéficie du soutien personnalisé
Un coup de pouce pour les élèves les plus en difficulté. Depuis le début de l'année, deux heures d'aide personnalisée sont proposées aux écoliers les plus faibles en contrepartie de la suppression - pour tous les enfants - des cours du samedi matin. Bilan : un écolier sur cinq du public en bénéficie, selon une étude de l'Education Nationale.
Lire la suite de l’article


Le grand match des spectacles pour enfants
Difficile de choisir entre les spectacles destinés aux plus jeunes. Nous avons comparé leurs qualités artistiques, mais également leurs aspects pratiques : coûts des boissons, produits dérivés…
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 28/10/08



Dans tout le Zimbabwe, les écoles ne fonctionnent plus
Toutes les écoles publiques ont fermé au Zimbabwe. Les professeurs en grève ne veulent pas faire passer les élèves dans la classe supérieure
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 28/10/08



Le soutien scolaire s'installe dans les écoles et les lycées
Le dispositif bénéficie à un écolier sur cinq et 7.500 lycéens assistent à un stage pendant les vacances. Mesure phare de la rentrée, l'aide aux élèves en difficulté suscite des polémiques sur fond de suppressions de postes.
Lire la suite de l’article


Elargissons les portes d'entrée des grandes écoles
ALAIN LEMASSOn, ancien vice-président de Case CNH Capital Europe.

Tout a été dit ou presque sur les grandes écoles françaises et rien ne change. Ce n'est pourtant pas faute d'une prise de conscience au sein de ces institutions. Les efforts d'internationalisation des unes, la suppression du classement de sortie des autres, la formation au management ou à l'économie des ingénieurs relèvent d'une indubitable volonté d'évoluer. Mais suivre la modernité est une chose, vouloir une réforme profonde en est une autre. Sans doute est-il vain de demander aux grandes écoles de se réformer elles-mêmes, de l'intérieur. Leur succès ne se dément pas. D'année en année, elles attirent les meilleurs professeurs, les meilleurs élèves se précipitent à leurs portes. Oh, il y a bien ici ou là quelques alertes : le classement de Shanghai ou l'absence criante des ingénieurs français des palmarès mondiaux. Mais ceci n'est pas de nature à troubler vraiment la donne. En termes économiques et sociaux, la demande du « produit grandes écoles » est là, et pour longtemps.
Lire la suite de l’article


Professeur accusé d'avoir fait frapper un élève: 9 mois de prison avec sursis requis 

Neuf mois de prison avec sursis et trois ans d'interdiction d'enseigner ont été requis lundi par le procureur du tribunal correctionnel de Pontoise contre un enseignant qui a reconnu, à l'audience, avoir donné l'autorisation à certains de ses élèves d'en frapper un autre.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
20 minutes du 28/10/08



Prof violent : neuf mois de prison requis
Le procureur du tribunal correctionnel de Pontoise a requis hier neuf mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer pendant trois ans à l'encontre de l'enseignant de Bessancourt (Val-d'Oise) accusé d'avoir incité des élèves à frapper un de leurs camarades.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 28/10/08



Pour les mineurs, c'est "trop facile d'acheter de l'alcool !"
En 2009, la vente d'alcool aux mineurs sera interdite. Mais les lois actuelles ne sont pas appliquées: la preuve avec nos testeurs.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 28/10/08



300 jeunes et l'Europe pour seconde patrie
Venus de 30 pays européens, 300 lycéens et étudiants vont échanger durant une semaine. À Rennes, les travaux ont été ouverts par le ministre Xavier Darcos.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 28/10/08



Maltraitance: 20 ans d'écoute
L'association Enfance et Partage a lancé lundi une campagne de sensibilisation sur la maltraitance enfantine, alors que l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée évalue à 100 000, le nombre d'enfants en danger. La directrice d'Enfance et Partage, Caroline Quelquejay, revient pour leJDD.fr sur les vingt ans du numéro vert de l'association, destiné aux enfants battus.
Lire la suite de l’article


Vague anti-Berlusconi à Rome
Quasi quotidienne ces derniers temps, la mobilisation contre la réforme du système éducatif italien s'est transformée en véritable raz-de-marée anti-Berlusconi ce samedi dans les rues de Rome. Plus de deux millions de manifestants ont répondu à l'appel de la gauche dans la capitale transalpine. Un premier avertissement d'envergure pour le "Cavaliere".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 28/10/08


Ecole : appel à une grève nationale le 20 novembre
Les syndicats enseignants exigent "un véritable dialogue social" ainsi qu'"un autre budget" pour 2009 comportant notamment "l'annulation des fermetures" de 13.500 postes, dont 6.000 dans le primaire.
Lire la suite de l’article


Une information judiciaire ouverte contre l'agresseur d'une enseignante
Le parquet de Béziers a ouvert une information judiciaire pour "faits de violence ayant entraîné une ITT inférieure à huit jours sur personne chargée d'une mission de service public commis à l'intérieur d'un établissement d'enseignement" contre une mère d'élève qui a agressé une institutrice.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 28/10/08


Edvige, c'est fini
Le Conseil d'Etat examinera ce mardi le projet de décret retirant ce fichier de police très décrié. L'Intérieur a d'ores et déjà décidé de ne plus l'utiliser.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 28/10/08



Le PS contre la "suppression" des "Rased", enseignants pour élèves en difficulté
Le PS a dénoncé lundi la suppression annoncée dans le budget 2009 de 3.000 postes d'enseignants des Réseaux d'aide spécialisée aux élèves en difficulté (Rased) qui s'inscrit dans "une politique idéologique de sabordage et de démantèlement du service public d'enseignement".
Lire la suite de l’article


Professeur accusé d'avoir fait frapper un élève: 9 mois de prison avec sursis requis
Neuf mois de prison avec sursis et trois ans d'interdiction d'enseigner ont été requis lundi par le procureur du tribunal correctionnel de Pontoise contre un enseignant qui a reconnu, à l'audience, avoir donné l'autorisation à certains de ses élèves d'en frapper un autre.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.