mercredi, octobre 01, 2008

Revue de presse du mercredi 1er octobre 2008

Les sciences économiques et sociales (SES) vont- elles être victimes de la réforme du lycée ? (Libération)
Et c'est vrai qu'il y a de quoi se poser la question. Le professeur de SES que je suis est aussi très inquiet. Il y a en effet deux menaces distinctes qui se combinent.
Tout d'abord des lobbys (patronaux) veulent depuis longtemps la peau des SES jugées pas assez « micro-économique » et surtout ne donnant pas une image positive de l'entreprise. La campagne d'opinion, bien orchestrée avec à la manœuvre notamment Michel Pébereau et Yvon Gattaz, produit aujourd'hui ses effets puisque JP De Gaudemar pense (dans un entretien avec l'APSES) qu' “ il ne faut pas qu'il y ait de défiance de la « classe économique « (sic) à l'égard de notre enseignement ”.
La deuxième menace est en partie le produit d'un débat interne aux enseignants de SES et a trouvé un écho dans le rapport Guesnerie .Jusque là dans les sciences économiques et sociales, ce qui était pédagogiquement intéressant c'était le “et”. Sauf que cela va à l'encontre des découpages universitaires (et la commission Guesnerie n'était composée pratiquement que d'universitaires) et que par ailleurs, la réforme du lycée reposant sur des modules, il est tentant de faire un module “éco” et un module ”socio”. Ce qui dénature complètement l'enseignement des SES .
40 ans c'est trop jeune pour disparaître...

Libération consacrait hier un très bon dossier à la libéralisation de la carte scolaire. Pour la fondation Terra Nova, partenaire du journal, le bilan n'est pas bon : la ségrégation scolaire s'accroît. C'est d'abord Agnès Van Zanten qui parle d'une “Injuste régulation. A l'étranger, Eric Maurin professeur à l'Ecole d'économie de Paris, fait le même constat : la désectorisation tend à affaiblir la mixité sociale.
Mais Terra Nova ne prône pas un retour au système antérieur. La carte scolaire «à l'ancienne» ne remplissait pas son objectif de mixité. Une autre réforme est possible : elle vise à traiter les secteurs scolaires ghettoïsés - plutôt qu'à autoriser leur fuite.

Dans Le Monde d'hier, nous avons oublié de signaler un article très intéressant intitulé “Ce qui rend les enfants homophobes
Le journal commence par rappeler que pour la première fois dans la circulaire de rentrée, la lutte contre l'homophobier figure comme l'une des dix grandes orientations prioritaires assignées aux recteurs. Mais l'article va plus loin et s'intéresse aux racines du phénomène en montrant que “ l'homophobie est un sentiment complexe qui renvoie à la construction de l'identité sexuelle ”. Parce qu'il a peur de la sexualité, qu'il ne reconnaît plus son corps, source de malaise et d'angoisse, l'adolescent se rassure au travers d'un "hyper conformisme", caractéristique des jeunes de cet âge.
Pour prévenir l'homophobie, "il est fondamental que les éducateurs et les parents interviennent et rassurent les adolescents sur la sexualité, l'amour et la différence", propose Murielle Turchi, une psychologue clinicienne interrogée par le journal.
Un chantier à peine entamé dans l'éducation nationale d'aujourd'hui.


Pour finir, transformons nous en prophète.
Je prédis que dans une dizaine d'années les classes seront pleines de petits....Mathis et Emma !
Ce sont en effet les deux prénoms les plus en vogue en France cette année. ”Carla” est en chute libre...

Bonne Lecture....
----------------------------------------------
Libération du 01/10/08


Les sciences éco menacées au lycée
Les sciences économiques et sociales (SES) vont- elles être victimes de la réforme du lycée ? La discipline, jugée gauchiste par la droite et les milieux économiques, risque en tout cas d’y perdre des plumes. Craignant une marginalisation, les enseignants de SES se mobilisent et appellent cette semaine à des actions d’information - réunions, courriers aux parents, etc.
Lire la suite de l’article


Injuste régulation
Agnès van Zanten directrice de recherche au CNRS.

La carte scolaire, créée au début des années 60 pour accompagner la démocratisation de l’enseignement secondaire, visait à réguler l’offre et de la demande scolaires. Elle a aussi permis un certain brassage social. Il s’agit néanmoins d’un outil imparfait dont les limites ont été accentuées par les changements scolaires et sociaux des quarante dernières années. Ainsi, ce mode de régulation, qui ne s’applique qu’aux établissements publics, a permis aux établissements privés de jouer un rôle de recours et ce de façon plus intense avec le développement d’un rapport plus instrumental à l’école des usagers et d’une offre privée «sur mesure». En outre, cet instrument qui, par sa nature même, a des effets très différents selon les caractéristiques des territoires sur lesquels il s’applique, a perdu en efficacité avec le renforcement de la ségrégation urbaine en haut et en bas de l’échelle sociale. Enfin, parce qu’elle a été mise en œuvre dans une optique essentiellement gestionnaire, parce que les autorités locales n’ont pas toujours résisté aux pressions locales et parce que des assouplissements ont été introduits dans un nombre important de zones, la sectorisation n’a pas toujours permis de limiter les stratégies d’un nombre croissant de familles et d’établissements pour la contourner. Le système de carte scolaire s’appliquant exclusivement au secteur public, aveugle aux différences territoriales et avec des possibilités variables de dérogation doit donc être réformé. Fallait-il pour autant encourager une régulation autonome des flux d’élèves entre établissements ?
Lire la suite de l’article


La carte scolaire à l'examen
Dans le cadre du partenariat «Libération»-Terra Nova, nous abordons ce mois-ci une réforme polémique : la libéralisation de la carte scolaire. Cette réforme, engagée par Xavier Darcos, est en place depuis plus d’un an. Terra Nova en tire le bilan. Il n’est pas bon : la ségrégation scolaire s’accroît. A l’étranger, le constat est le même : la désectorisation tend à affaiblir la mixité sociale. Mais Terra Nova ne prône pas un retour au système antérieur. La carte scolaire «à l’ancienne» ne remplissait pas son objectif de mixité. Une autre réforme est possible : elle vise à traiter les secteurs scolaires ghettoïsés - plutôt qu’à autoriser leur fuite.
Lire la suite de l’article


Chez les autres
Eric Maurin professeur à l’Ecole d’économie de Paris.

Au Chili
En Angleterre
Aux Etats-Unis
Lire la suite de l’article


Donner plus à ceux qui ont moins
FRANÇOIS DUBET sociologue, directeur de recherche à l’EHESS, OLIVIER FERRAND président de Terra Nova,ET AGNÈS VAN ZANTEN sociologue, directrice de recherche CNRS.

Telle qu’elle est, la carte scolaire n’est pas satisfaisante : elle entérine les inégalités sociales et scolaires. Mais sa libéralisation,...
Lire la suite de l’article


Une enseignante frappée par un écolier de 11 ans
L'élève de CM1 a été entendu hier par les policiers du commissariat de Persan, dans le Val-d'Oise. L'institutrice a porté plainte.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 01/10/08


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 01/10/08



Ce qui rend les enfants homophobes
pédé !" est une insulte courante dans les cours d'école. Dès le primaire, sans trop savoir de quoi il retourne, les garçons s'en emparent. Plus tard, au collège et au lycée, l'injure est proférée en connaissance de cause.
"Dans notre rôle d'éducateur, la lutte contre l'homophobie est à mon sens un enjeu essentiel", a estimé le ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos, dans un entretien accordé au magazine gay Têtu. Pour la première fois dans la circulaire de rentrée, celle-ci figure comme l'une des dix grandes orientations prioritaires assignées aux recteurs.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 01/10/08 (un jour de retard)



Service minimum : Paris dit oui, sa banlieue résiste
Bertrand Delanoë entend appliquer la mesure gouvernementale. Communistes et socialistes du Val-de-Marne confirment le boycott.
Lire la suite de l’article


« Nous voulons sensibiliser l’opinion et interpeller le gouvernement »
CLAUDE PERNÈS, PRÉSIDENT DE L’AMIF ET MAIRE (NOUVEAU CENTRE) DE ROSNY-SOUS-BOIS, RÉPOND À NOS QUESTIONS.
Lire la suite de l’article


Qui gardera les enfants ?
Qui sera mobilisé pour garder les enfants les jours de grève ?
Lire la suite de l’article


Au plaisir des maths
Dico de mathématiques. Stella Baruk
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 01/10/08



Emma et Mathis, les prénoms au top
Si vous avez reçu quelques faire-part de naissance cette année, le phénomène ne vous a peut-être pas échappé. Emma, pour les filles, et Mathis, pour les garçons, sont en effet les prénoms actuellement les plus en vogue en France selon «La cote des prénoms 2009» (Michel Lafon), le guide annuel qui sera jeudi en librairie.
Lire la suite de l’article


Villepinte : Le lycée Brassens veut enrayer les violences
L’établissement rouvre ce matin après une réunion de crise. La présence policière sera renforcée aux abords ainsi que la vidéosurveillance sur le parvis.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 01/10/08



Et pourtant ils écrivent…
Les adolescents aiment toujours écrire, et n'écrivent sans doute pas moins ni moins bien qu’avant; mais les formes et les supports d'écriture se sont diversifiés
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 01/10/08



Formation des maîtres : les discussions s'engagent, les syndicats haussent le ton

Après la « Nuit des IUFM » en septembre, place aux « Etats généraux de la formation des maîtres » samedi prochain : les syndicats d'enseignants maintiennent la pression sur la délicate question de la formation des maîtres. Fidèle à la feuille de route délivrée par Nicolas Sarkozy, Xavier Darcos (Education nationale) et Valérie Pécresse (Enseignement supérieur) avancent à grand pas sur cette réforme censée entrer en application dès février 2010.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 01/10/08



La formation professionnelle «tout au long de la vie» est «largement inadaptée»
Alors que patronat et syndicats ont entamé mardi des négociations sur la formation professionnelle, un rapport de la Cour des comptes publié ce mercredi s’attaque à un système jugé «inéquitable, inefficace et coûteux». Selon son président, Philippe Séguin, la formation professionnelle «tout au long de la vie» est «largement inadaptée aux besoins des individus et des entreprises».
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Rue89 du 01/10/08



De Bégaudeau à Luc Cédelle : le plaisir "Entre les murs"
C'est fait. Je suis allé voir « Entre les murs ». C'est bien. Mais en même temps, si l'on peut dire, j'ai lu le livre de Luc Cédelle, journaliste au Monde, « Un plaisir de collège » (Seuil, août 2008). Passionnant.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 01/10/08



« Qui veut garder les écoliers en cas de grève ? »
C'est l'offre d'emploi inédite lancée par un maire socialiste. Une façon de protester contre le service minimum imposé par le gouvernement.
Lire la suite de l’article


L'université de Caen accompagnera ses étudiants
Parmi toutes les mesures annoncées pour les 24 500 étudiants, l'encadrement des licences 1semble être la plus spectaculaire.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 01/10/08



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 01/10/08


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 01/10/08


Sarah Palin n'aime pas Darwin
Elle lui préfère le créationnisme. En 1997, elle expliquait à l'un de ses administrés de Wassila, Alaska, que les hommes et les dinosaures vivaient en bonne entente sur la Terre, il y a de cela 6000 ans, selon une conversation rapportée dans la presse américaine.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 01/10/08



Première application de la loi sur le droit d'accueil en primaire le 7 octobre
Le ministre de l'Education a affirmé mercredi que les familles bénéficieraient d'un "droit nouveau" avec la mise en place de la loi sur le droit d'accueil des enfants en primaire le 7 octobre, jour où le principal syndicat d'instituteurs appelle à la grève dans 25 départements.
Lire la suite de l’article


Formation des enseignants: le Snalc ne devrait pas rejoindre les discussions
Le Snalc-Csen, troisième syndicat des professeurs de collèges et lycées, ne devrait pas rejoindre le cadre de discussions proposé par le gouvernement sur la réforme de la formation et du recrutement des enseignants, a indiqué mercredi son président Bernard Kuntz.
Lire la suite de l’article


Mission sur la place du supérieur dans la formation tout au long de la vie
Une mission sur ce que l'enseignement supérieur devrait faire pour améliorer, en coopération avec d'autres opérateurs, la formation tout au long de la vie, a été confiée par la ministre Valérie Pécresse à Jean-Pierre Philippe, PDG de Medical Mobile, selon un communiqué.
Lire la suite de l’article


Le site "édugéo", pour enseigner la géographie à l'ère du numérique
"Edugéo", site internet permettant d'enseigner la géographie du primaire au lycée en accédant à des cartes et des photos numériques issues du "Géoportail" de l'Institut géographique national (IGN), a été inauguré mercredi à Paris au lycée Henri IV.
Lire la suite de l’article


La réforme du lycée se fait "au forceps", regrette le Snalc
Le calendrier de la réforme du lycée n'est "pas réaliste" et la réforme se fait "au forceps", a estimé mercredi lors d'une conférence de presse le Snalc-Csen, troisième syndicat des professeurs de collèges et lycées.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

La démocratie a besoin de la presse.

La presse a besoin de lecteurs pour vivre…

Lisez et achetez des journaux !

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.