mardi, octobre 21, 2008

Revue de presse du mardi 21 octobre 2008

Darcos coupe la seconde en deux
Le ministre a détaillé ce matin devant la presse , l'architecture globale de la future classe de seconde. Mais comme les journaux papiers sont tous doublés aujourd'hui d'un site web très réactif, on peut donc déjà avoir des précisions sur ce «point d'étape» de la réforme plus générale du lycée qui sera instaurée progressivement entre la rentrée 2009 et la rentrée 2011. Xavier Darcos a d'abord confirmé que l'année scolaire sera découpée en deux semestres «ce qui permettra d'organiser quatre rendez-vous annuels avec l'élève au lieu de trois aujourd'hui: deux conseils de mi-semestre, qui permettront aux enseignants de faire avec les élèves un point sur leurs difficultés, et deux conseils de fin de semestre, où sera notamment abordée l'orientation de l'élève», a expliqué le ministre.
21 + 6 + 3 = 30...
L'emploi du temps comportera 21 heures d'enseignements généraux (français, mathématiques, sciences, histoire-géographie, langues vivantes 1 et 2, sport), six heures d'enseignements complémentaires proposés sous forme de modules d'exploration ou d'approfondissement et trois heures d'accompagnement personnalisé. Les élèves devront choisir quatre modules d'exploration ou d'approfondissement parmi quatre "dominantes" : humanités, sciences, sciences de la société et technologies : en d'autres termes, cela concerne le latin, le grec, les sciences économiques et sociales, une troisième langue vivante, les arts plastiques. S'y ajoutent de nouvelles matières comme «l'informatique et la société numérique» ou la gestion. On peut changer de modules en cours d'année. L'accompagnement consistera, quant à lui en une remise à niveau, des travaux interdisciplinaires, une aide à l'orientation.
A propos du nombre d'heures, on notera que si l'on parlait à un moment de 27 heures, c'est finalement l'hypothèse haute de 30 heures qui a été retenu. On peut l'interpréter comme un signal en direction du SNES.
Le ministre a aussi insisté sur le maintien de la spécificité de la voie technologique et sur le fait que la réforme du lycée "n'implique pas de réforme du baccalauréat". Elle n'aura pas non plus comme conséquences des suppressions de postes d'enseignants en lycée à la rentrée 2009. Enfin, il a assuré que la nouvelle organisation ne modifierait "en rien" le travail hebdomadaire des enseignants, récusant l'idée d'une "annualisation" du temps de service.
Là encore, on peut interpréter tout cela comme les signes d'une réforme a minima. Seules quelques matières (comme les sciences économiques et sociales) seront les dindons de la farce... On est bien loin du modèle finlandais...
Quelles sont les réactions syndicales ?

«Alléger les emplois du temps n'est pas une mauvaise chose », commente Thierry Cadart, le secrétaire général du Sgen-CFDT. « À condition que l'accompagnement fasse partie des heures de service des professeurs », dit-il. « À condition que les économies réalisées servent à réduire le nombre d'élèves par classe, plutôt qu'à diminuer, à terme, les effectifs enseignants », met en garde, elle aussi, Claire Krepper, secrétaire nationale éducation au SE-Unsa. Pour Roland Hubert du SNES, cette réforme pose des questions «Il ne faudrait pas qu'elle fasse disparaître la spécificité de certaines séries, notamment celle des séries technologiques », insiste t-il. Les proviseurs font aussi entendre leurs voix «On ne voit pas très bien comment va s'opérer le choix des élèves concernant les modules d'enseignement», note Jean-Claude Lafey, secrétaire national du SNPDEN. «Seront-ils vraiment moins déterminants? Les petits lycées seront-ils en mesure de proposer les quatre modules? Est-ce vraiment une bonne chose de pouvoir changer en cours de route?»
Quant aux lycéens, ils sont eux aussi circonspects, l'UNL rappelle qu'ils souhaitent 27 heures et pas 30, l'UNL pose la question de l'évaluation des modules et s'interroge sur une réforme qui est avant tout “faite dans un logique de réduction budgétaire”.

Françoise Dolto aurait eu 100 ans. Le Monde consacre un important dossier à cet anniversaire ”.
On y trouve des contributions d'Elisabeth Roudinesco ou de Claude Halmos . L'une comme l'autre s'élèvent contre la simplification qui a été faite de la pensée de Dolto. Pour Claudie Halmos, notamment “Si l'on part du principe que, dès lors qu'on respecte un enfant autant qu'un adulte on ne lui met pas de limites, cela pose évidemment un problème. Mais ces deux attitudes ne sont pas antinomiques : on peut très bien expliquer le sens d'un interdit, le répéter une deuxième fois, puis punir si l'interdit est transgressé ! Dolto n'a jamais préconisé autre chose. Mais elle a revendiqué aussi loin que possible une place de sujet à part entière pour l'enfant, et cela a été extrêmement mal entendu.
Elles s'opposent en cela aussi aux thèses d'Aldo Naouri qui, dans un livre récent (Faut-il être plus sévère avec nos enfants ?) conteste la thèse de la pédo-psychiatre. Il déclare dans Le Figaro«C'est à partir d'elle qu'est née cette idée de “sainteté” de l'enfant. Ses théories ont été surexploitées».
Une autre critique émane de Didier Pleux qui, dans Génération Dolto, la soupçonne d'avoir «participé à la naissance des enfants rois»
Le centenaire de Françoise Dolto semble donc être l'occasion encore une fois de “ liquider l'héritage de 68 ”...
Dans Libération de samedi 18 , plusieurs articles tentaient de montrer que le débat était biaisé et en particulier que la question de l'autorité était bien mal posée. Claude Halmos, encore, affirme que la réponse est plus nuancée : “Dolto énonce que l'enfant est un être à part entière mais aussi qu'il faut l'humaniser, qu'il a besoin de règles pour se construire.[...] Une confusion s'opère entre autorité et autoritarisme d'avant 68.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 21/10/08


La nouvelle classe de seconde de Xavier Darcos
Xavier Darcos a détaillé ce matin devant la presse l'architecture globale de la future classe de seconde, faisant ainsi «un point d'étape» de la réforme plus générale du lycée qui sera instaurée progressivement entre la rentrée 2009 et la rentrée 2011. 

Lire la suite de l’article


Relaxe pour le professeur amoureux de son élève
Poursuivi pour “atteinte sexuelle sur mineure”, un professeur de français qui avait entretenu pendant plusieurs mois une relation amoureuse avec une de ses élèves âgée de 15 ans, a été relaxé lundi par le tribunal correctionnel de Guingamp (Côtes d’Armor).
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 21/10/08


Xavier Darcos reste ferme et présente sa réforme du lycée
Enseignement découpé en semestres, autonomie plus grande des élèves : la réforme s'appliquera dès la rentrée 2009.
Lire la suite de l’article


Aldo Naouri, le pédiatre
qui soigne les parents
Le célèbre pédiatre, partisan d'une éducation ferme des enfants, sort un livre d'entretiens avec sa consœur Edwige Antier, «Faut-il être plus sévère avec nos enfants ?»
Lire la suite de l’article


Un commerçant condamné pour avoir vendu de l'alcool à deux ados
Cette condamnation survient à la veille de l'examen en Conseil des ministres d'un projet de loi visant à interdire totalement la vente d'alcool aux mineurs.
Lire la suite de l’article


Aschieri, le PS et Sarkozy
Editorial de Paul-Henri du Limbert, du 21 octobre

Ce n'est pas une malheureuse petite crise financière mondiale qui va faire changer d'avis Gérard Aschieri ! L'avenir est angoissant, la récession menace, les déficits risquent de s'aggraver, peu importe ! Le secrétaire général de la FSU n'en démord pas : il n'y a pas assez de fonctionnaires à l'Éducation nationale. Il l'a dit hier, il le redit aujourd'hui, il le redira demain. Il faudrait en quelque sorte «regraisser le mammouth», alors même que, depuis la diatribe du socialiste Claude Allègre sur les effectifs de l'Éducation, il y a dix ans, l'amaigrissement de l'animal ne saute pas vraiment aux yeux. Avec plus d'un million de personnes travaillant pour la Rue de Grenelle, la France est, au sein de l'OCDE, dans le peloton de tête des pays qui consacrent le plus de moyens et d'effectifs à l'éducation. C'est ce que rappelle Xavier Darcos lorsqu'il note que «si l'école se résumait à une question de moyens, nous aurions la meilleure école du monde puisque personne ne dépense plus que nous». Argument évidemment nul et non avenu pour les syndicats d'enseignants qui, depuis vingt-cinq ans, ont prouvé qu'en matière de conservatisme ils n'avaient de leçon à recevoir de personne.[…]
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 21/10/08



Darcos présente une nouvelle classe de seconde découpée en deux semestres
Point d'étape" dans une réforme plus générale du lycée, Xavier Darcos a présenté, mardi 21 octobre, la nouvelle architecture de la classe de seconde prévue pour entrer en vigueur dès la rentrée 2009. Principale évolution, la seconde sera organisée en deux semestres et comportera un tronc commun de 21 heures par semaine d'enseignements généraux imposés.
Lire la suite de l’article


François Dolto : lorsque la biographie paraîtra...
Tout était calé. Pour célébrer le centième anniversaire de la naissance de Françoise Dolto (1908-1988), deux événements majeurs devaient rythmer la fin d'année. D'un côté, un grand colloque international à l'Unesco, prévu les 12, 13 et 14 décembre. De l'autre, la publication chez Gallimard de "la" biographie de référence de la grande clinicienne. Las ! Il faudra encore se montrer patient. La biographie, attendue depuis vingt ans ou presque, vient d'être reportée à 2010.
Lire la suite de l’article


"Dolto n'a pas mis en cause l'autorité de la famille"
"Hyper-sacralisation et hyper-détestation" : Françoise Dolto "subit le destin qu'ont subi presque tous les grands psychanalystes", selon Elisabeth Roudinesco, auteure du "Dictionnaire de la psychanalyse" (Fayard, 2006). Alors qu'on célèbre le 100e anniversaire de la naissance de Dolto, l'historienne de la psychanalyse revient sur une femme qui a "marqué l'opinion".
Lire la suite de l’article


La cause des enfants, par Elisabeth Roudinesco
Françoise Dolto fut et reste la figure la plus populaire de l'histoire française de la psychanalyse. La mémoire collective conserve encore le souvenir de ses émissions sur France Inter, dans les années 1970, où jamais elle n'employait un vocabulaire bébête ou vulgaire. Elle s'exprimait en effet dans une langue très vieille France pour commenter, à travers les milliers de lettres qu'on lui adressait, les événements de la vie quotidienne : l'école, les relations internes à la famille, les angoisses, les désirs, les morts, les naissances, etc.
Lire la suite de l’article


Claude Halmos, psychanalyste
"Le danger est dans un retour à l'autoritarisme"

Si l'on part du principe que, dès lors qu'on respecte un enfant autant qu'un adulte on ne lui met pas de limites, cela pose évidemment un problème. Mais ces deux attitudes ne sont pas antinomiques : on peut très bien expliquer le sens d'un interdit, le répéter une deuxième fois, puis punir si l'interdit est transgressé ! Dolto n'a jamais préconisé autre chose. Mais elle a revendiqué aussi loin que possible une place de sujet à part entière pour l'enfant, et cela a été extrêmement mal entendu.
Lire la suite de l’article


Pour elle, seule importait la vérité subjective
Elisabeth Roudinesco

Je ne peux pas parler de Françoise Dolto d'une manière neutre. Je l'ai connue très jeune puisqu'elle était l'amie de ma mère, Jenny Aubry, médecin des hôpitaux. Toutes deux s'occupaient des enfants en détresse. Mais ma mère était un pur produit de la laïcité républicaine, alors que Françoise Dolto venait d'une autre France, marquée par l'idéologie monarchiste de l'Action française. Et pourtant, elles s'admiraient comme le font parfois ceux qui croient au Ciel et ceux qui n'y croient pas.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 21/10/08 (un jour de retard)



Gérard Aschieri « Le gouvernement refuse l’effort pour la réussite de tous
Secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri dresse un tableau « simple et désastreux » de la politique menée par le ministre de l’Éducation.
Lire la suite de l’article


Défilé fourni contre l’école Darcos
Quelque 80 000 personnes ont manifesté hier à Paris pour défendre ce service public, mis à mal par les attaques répétées du gouvernement. Une première étape ?
Lire la suite de l’article


Ecole. Témoignages
« Les classes surchargées, ce n’est pas seulement une crainte, c’est une réalité quotidienne. J’ai par exemple 29 élèves en CM2 cette année, ils devaient même être 30. Et pour mes collègues, c’est pareil. »
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 21/10/08



Soutien scolaire pour tous les élèves de seconde
Trois heures de « soutien personnalisé » : c’est l’une des principales nouveautés qui attendent ceux qui rentreront en seconde en 2009.

Lire la suite de l’article


Trente heures de cours hebdomadaires
ACTUELLEMENT, les élèves de seconde ont entre vingt-huit et trente-trois heures de cours hebdomadaires. A partir de la rentrée prochaine, ils en auront tous trente. C’est plus que les vingt-sept heures envisagées un temps au ministère de l’Education nationale qui entendait alléger l’emploi du temps des lycéens. Vingt et une heures seront consacrées aux « enseignements généraux », les matières du tronc commun dites « intangibles » : français, mathématiques, histoire-géographie, deux langues vivantes, physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre, sport.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 21/10/08



Une nouvelle ère pour le lycée
Points clés de la réforme du lycée présentée mardi 21 octobre : une organisation en semestres, des cours « à la carte » et trois heures de soutien pour tous
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 21/10/08



Rien vu...


-------------------------------------------------
20 minutes du 21/10/08



Réforme de la Seconde: les syndicats restent sur leur faim
Le 2 juin, Nicolas Sarkozy avait annoncé une réforme du lycée. Une table ronde et des négociations bilatérales plus tard, le ministre de l'Education a présenté ce mardi 21 octobre les changements prévus à la rentrée 2009 en Seconde. Plusieurs syndicats d'enseignants ont été invités à participer à cette refonte, conduite par Jean-Paul de Gaudemar, le recteur de l'académie d'Aix-Marseille.
Lire la suite de l’article


Xavier Darcos veut «personnaliser» la Seconde
«Personnalisation». Tel est le maître-mot de la réforme de la Seconde présentée ce mardi matin par Xavier Darcos, premier volet d'une refonte plus globale du lycée, annoncée en juin dernier par Nicolas Sarkozy. 20minutes.fr fait le point sur les changements.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 21/10/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 21/10/08



Darcos a présenté une nouvelle classe de seconde découpée en deux semestres
Xavier Darcos a présenté ce matin dans les grandes lignes la réforme du lycée. Pour les élèves de seconde, 30 heures de cours par semaine seront au programme. L’année scolaire sera désormais divisée en deux semestres avec la possibilité de se réorienter au milieu.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 21/10/08


Darcos coupe la seconde en deux
Le ministre de l'Education a présenté ce mardi les grandes lignes de sa réforme de la classe de seconde. Une version un peu édulcorée qui tend à rassurer les enseignants. Le socle commun est maintenu et l'emploi du temps n'est pas allégé. La semestrialisation et un soutien scolaire renforcé seront les deux nouveautés de la rentrée 2009.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 21/10/08


Darcos présente la nouvelle classe de seconde, première étape de la réforme du lycée
L'année de seconde nouvelle formule, qui verra le jour à la rentrée 2009, prévoit une année divisée en deux semestres, entrecoupée d'une semaine "de bilan et d'orientation". Le ministre de l'Education a également rappelé qu'il n'y aurait ni réforme du bac ni suppressions de postes au lycée à la rentrée prochaine.
Lire la suite de l’article


Lycées : Darcos veut une année divisée en semestres
Le gouvernement maintient ses projets de réforme malgré la forte mobilisation du corps enseignant ce dimanche: 32 à 80.000 manifestants à Paris. Valérie Pécresse annonce une prime de "3.500 à 15.000 euros" pour les "meilleurs" enseignants des universités.
Lire la suite de l’article


Une réunion pour décider des suites à donner au mouvement
Ils étaient 80.000 selon les organisateurs, 32.000 selon la police, à défiler ce dimanche pour dénoncer les suppressions de postes dans l'Education. Mercredi, les syndicats prévoient une réunion pour décider des suites à donner au mouvement, en fonction des réponses du gouvernement.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 21/10/08


Xavier Darcos présente sa nouvelle seconde
Xavier Darcos a présenté ce mardi matin les grandes lignes de sa réforme de la classe de seconde. Un soutien accru et la mise en place de la semestrialisation figurent parmi les principales nouveautés de la rentrée 2009.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 21/10/08



Une nouvelle seconde en 2009, en deux semestres et avec du soutien
La nouvelle classe de seconde, qui entrera en vigueur à la rentrée 2009, sera divisée en deux semestres et comportera du soutien personnalisé, une réorganisation qui va trop loin pour certains syndicats, pas assez pour d'autres.
Lire la suite de l’article


Réactions des lycéens et chefs d'établissement à la future classe de seconde
Réactions à la nouvelle seconde prévue pour 2009:
Lire la suite de l’article


Education: "Darcos démission !", scandent les députés PS
"Darcos démission !", ont scandé mardi les députés de l'opposition au ministre de l'Education, Xavier Darcos, qui ironisait sur le refus du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, d'appliquer la loi sur l'accueil des enfants les jours de grève à l'école.
Lire la suite de l’article


"J'assume les réformes parce que je les crois nécessaires", dit Darcos
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a déclaré mardi "assumer les réformes" en cours dans l'éducation car il les croit "nécessaires", lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article


80% des parents estiment indispensable d'avoir des manuels scolaires conformes
Huit parents d'élèves en école élémentaire ou au collège sur dix estiment indispensable que les livres scolaires soient conformes aux nouveaux programmes, selon un sondage de la TNS-Sofres pour Savoir livre (éditeurs scolaires), présenté à la presse mardi.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.