mardi, février 09, 2010

Revue de presse du mardi 9 février 2010


Tache d’huile ? – Investir dans l’éducation ? – Découverte des métiers -



Tache d’huile ?
Plusieurs articles, que ce soit dans 20 minutes ou Le Parisien posent la même question : après Vitry sur Seine, y a t-il un risque de propagation à d’autres établissements ?
Si ce mouvement est très médiatisé, ce n’est pourtant pas le seul établissement où les profs se mobilisent sur ces questions d’encadrement. Pour Daniel Robin, secrétaire général du Snes, contacté par 20minutes.fr, «la situation n’est pas forcément plus grave qu’auparavant, mais les difficultés sociales engendrent beaucoup d’agressivité». En conséquence, les suppressions de postes éducatifs au profit du sécuritaire inquiètent ce responsable syndical. «Que l’on assure la sécurité oui, mais n’oublions pas que le fond du fond, c’est le traitement éducatif. Si on l’oublie, la violence s’exprimera ailleurs, dans la rue.». Pour Thierry Cadart, du syndicat Sgen Cfdt, «le climat est plus lourd qu’avant, l’ambiance plus tendue, les enseignants doivent être sur le qui-vive en permanence». En Ile-de-France notamment, il constate une accumulation des difficultés, et sent ses collègues de plus en plus inquiets.
Le manque de personnel d’encadrement apparaît bien comme une des conséquences de la politique de réduction budgétaire (voir plus bas) et cette prise de conscience se fait au moment où arrivent les DHG (Dotation horaire globale) dans les établissements. Cette DHG détermine le nombre d’heures d’enseignement allouées en fonction des élèves et est débattue en Conseil d’Administration où elle conduit à faire le point sur les postes supprimés. Risque de tension supplémentaire. En Seine Saint-Denis, département souvent précurseur, une vingtaine de lycées sont en grève.Mais le mouvement peut-il faire tâche d’huile ?
Pour Bernadette Groison, la nouvelle secrétaire générale de la FSU, il est « très difficile de savoir si le mouvement va s’amplifier ». « En revanche, ce qui est sûr, c’est que la situation à Vitry et le dialogue de sourds avec le ministre suscitent beaucoup d’émotions, de préoccupations dans les autres lycées », observe-t-elle. Selon Patrick Gonthier, à la tête de l’Unsa-Education, « la mobilisation dans le Val-de-Marne est emblématique». « Onze postes de surveillants, c’est tout de même une revendication très réaliste. Le monde de l’éducation se dit : le ministre n’est pas capable de prendre ses responsabilités. Chez l’ensemble des profs, pronostique-t-il, ça va renforcer le sentiment d’isolement, d’abandon.»
L’amertume plutôt que la mobilisation ?

Investir dans l’éducation ?
Cette question sur le malaise des profs nous donne l’occasion de revenir sur une actualité d’il y a quelques jours. Le Ministère de l’Éducation Nationale vient de publier avec beaucoup de retard une note d’information sur les coûts de l’éducation en 2008
Sylvestre Huet, journaliste à Libération spécialisé dans l’enseignement supérieur le souligne bien : alors que le gouvernement prétend “investir” dans l’éducation, cette note d’information est un démenti cinglant à cette affirmation. La part du Produit intérieur brut consacrée à l'Education (ce que l’on appelle la DIE) a diminué de 7,6% en 1995 à 6,6% en 2008. En 2008, le gouvernement a supprimé 11 200 postes dans l'Education nationale, pour l'essentiel des enseignants. Une baisse significative et structurelle puisqu'elle est continue, aucune année n'étant supérieure aux années précédentes depuis 1995. Cette baisse est pour l'essentiel due au budget de l'Etat, puisque la part des collectivités territoriales dans la Dépense Intérieure d’Éducation (DIE) a augmenté de 3,2 points de PIB depuis 2005. Dans une production non-marchande où l’essentiel de la production repose sur le facteur humain, on constate surtout une volonté de réduire les dépenses de personnel. 11 200 postes supprimés en 2008, 13 500 en 2009 et 16 000 en 2010.
Si on rentre dans le détail de cette DIE, elle représente donc 6,6 % du PIB et 2 020 euros par habitant. La dépense moyenne par élève ou étudiant par an est de 7 780 euros : 5 620 euros pour un écolier, 9 110 euros pour un élève de l’enseignement secondaire, 10 790 euros pour un étudiant. La part du secondaire (41,9 %) tend à décroître, celle du supérieur (19,2 %) progresse de 1,6 point depuis 2005. Sur ce dernier point, il s’agit d’un rattrapage car la dépense pour l’enseignement supérieur était en France une des plus faibles d’Europe. A noter aussi que l’étudiant qui coûte le plus cher est l’élève de prépa : 14 510 euros par ans et par étudiant. Si on considère une scolarité “type” c’est-à-dire un bachelier général ou technologique n’ayant jamais redoublé et ayant fait trois années de pré-élémentaire (soit quinze ans de scolarité) cela revient en tout à 108 560 euros.
Produits de luxe nos élèves ? Ces chiffres peuvent le laisser penser mais ils sont à relativiser avec les comparaisons internationales où la France est dans la moyenne.
Quoi qu’il en soit, il y a une baisse significative de l’effort de la Nation pour l’École. Pourtant, la croissance démographique met à mal l'argument jusque-là utilisé pour justifier de telles baisses : avec le baby-boom du début des années 2000, les effectifs en primaire sont déjà en hausse. De plus, les évaluations internationales montrent un système éducatif français médiocre. Dans une chronique pour Alternatives Économiques, j’avais déjà essayé de dire que, même si on ne peut pas tout réduire à une question de moyens, ceux ci sont une condition pour la réussite des réformes. Peut-on réussir une réforme quand les principaux acteurs de l’école ont le sentiment que celle ci n’est qu’un habillage pédagogique de la pénurie ?

Découverte des métiers : La police…
Lors du forum des métiers qui s'est tenu au lycée Mont-Roland de Dole le 28 janvier dernier, un gendarme a fait la démonstration du taser à un groupe de collégiens. Un jeune de 15 ans, originaire de Côte-d'Or, a été atteint par une décharge électrique, a-t-on appris mardi auprès de la gendarmerie Il est resté une journée en observation à l’hôpital.
Trois collégiennes de 14 ans ont été placées en garde à vue pendant dix heures la semaine dernière dans un commissariat parisien après une bagarre dans leur collège, a annoncé la mère de l'une d'elles, confirmant une information de France Info. Un collégien, qui accompagnait les jeunes filles, a été interpellé le mardi 2 février, à 20 heures et n'a été relâché que le jeudi matin, à 1 heure, après avoir passé plus de 25 heures en garde à vue.
C’était notre module “Découverte des métiers”…. Pour le module “Éducation civique et juridique”, il faudra attendre…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 09/02/10 (certains articles payants)


«Parfois quand je fais cours, je ferme la porte à double tour»
Les enseignants du lycée de Vitry-sur-Seine, où un élève a été agressé la semaine dernière, continuent leur combat pour obtenir le doublement du nombre de surveillants.
Lire la suite de l’article


France : 6,6 du PIB pour l'éducation, en baisse depuis 1995
Le gouvernement prétend «investir» dans l'éducation. A tous les niveaux : primaire, secondaire, supérieur. Il vient d'être démenti par une note du ministère de l'Education Nationale qui fait les comptes. Et montre que la part du Produit intérieur brut consacrée à l'Education (la formation initiale) a diminué de 7,6% en 1995 à 6,6% en 2008. En 2008, le gouvernement a supprimé 11 200 postes dans l'Education nationale, pour l'essentiel des enseignants.
Lire la suite de l’article


Des mesures très scolaires
Les 14 propositions dévoilées hier concernent essentiellement l’Education nationale.
Lire la suite de l’article


Vitry : les profs avancent leurs pions
Les enseignants du lycée Adolphe-Chérioux réclament des surveillants après l’agression de mardi dernier.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 09/02/10


Vitry : bras de fer entre les enseignants et le ministre
Les enseignants du lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), qui ont cessé les cours depuis mercredi dernier au lendemain de l'agression d'un élève de 14 ans à coups de couteau, ont décidé en assemblée générale de ne pas reprendre le travail et d'aller manifester mardi à Paris, près du ministère de l'Éducation nationale.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 09/02/10



Luc Chatel essaie de rassurer les enseignants du lycée Adolphe-Chérioux
Les enseignants du lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine ont été reçus, mardi 9 février, par le ministre de l'éducation natinonale, Luc Chatel, qui les a invités à "reprendre le travail".
Lire la suite de l’article


Polémique autour de la garde à vue de mineurs à Paris
Trois collégiennes de 14 ans ont été placées en garde à vue pendant dix heures la semaine dernière dans un commissariat parisien après une bagarre dans leur collège, a annoncé la mère de l'une d'elles, confirmant une information de France Info. Un collégien, qui accompagnait les jeunes filles, a été interpellé le mardi 2 février, à 20 heures et n'a été relâché que le jeudi matin, à 1 heure, après avoir passé plus de 25 heures en garde à vue, a précisé cette mère de famille.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 09/02/10 (un jour de retard)


À Vitry, le droit de retrait reconduit
Les enseignants du lycée Adolphe-Chérioux, où un élève a été agressé, revendiquent de meilleures conditions de sécurité.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 09/02/10



Pourquoi le malaise des profs de Vitry peut s’étendre
Craignant pour leur sécurité , les profs d’un lycée du Val-de-Marne refusent d’assurer la classe. Un conflit qui pourrait faire tache d’huile.
Lire la suite de l’article


« Le ministre divise pour mieux régner »
Cathérine LACHERY, enseignante de français au lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 09/02/10



Les jeunes issus de l’immigration sont las des clichés vestimentaires
Au-delà du débat sur le voile intégral et des remous autour de l’identité nationale, la jeunesse de tradition musulmane aimerait s’habiller comme elle l’entend, sans risquer l’amalgame
Lire la suite de l’article


Allaiter, ne pas allaiter, le choix des mères
Les responsables de la santé recommandent de plus en plus aux jeunes mères d’allaiter. Mais les Françaises opposent encore quelques résistances…
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 09/02/10



50.000 précaires dans l'enseignement supérieur
Selon une enquête dévoilée hier par l'intersyndicale de l'enseignement supérieur et de la recherche, les 83 universités et les organismes de recherche publique feraient travailler 45.000 à 50.000 précaires ou « non-permanents », soit environ 20 % des effectifs cumulés. Il ressort de cette enquête basée sur des statistiques et un questionnaire anonyme, auquel ont répondu 4.409 personnes, que les plus précaires sont en sciences humaines et sociales et à l'université. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche, chiffre, pour 2009-2010, les « non-titulaires » à 23.500 dans les universités.
Lire la suite de l’article


Vitry: les professeurs engagent un bras de fer avec Luc Chatel
Les enseignants de Vitry-sur-Seine qui ont cessé le travail depuis quatre jours après l'agression d'un élève ont à nouveau refusé lundi de reprendre les cours et se rendront mardi à Paris pour être reçus par le ministre Luc Chatel.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 09/02/10



Après Vitry, y'a-t-il un risque de propagation de la grogne des enseignants?
Des établissements se mobilisent, sans action coordonnée au niveau national...
Lire la suite de l’article


L'Union européenne veut protéger les mineurs sur les réseaux sociaux
Il s'agit de préserver leur vie privée...
Lire la suite de l’article


Les profs de Vitry maintiennent leur pression
Ils étaient reçus ce mardi au ministère de l'Education nationale...
Lire la suite de l’article


Etre en grève ou exercer son droit de retrait, c'est pareil?
Les professeurs du lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine poursuivront leur droit de retrait mardi. Mais l'Education nationale a indiqué que ces arrêts de travail seraient considérés comme des journées de grève. Le droit de retrait, qu'est-ce que c'est? Quelle est la différence avec une journée de grève? 20minutes.fr fait le point...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 09/02/10



Quand l'Histoire au collège oublie ceux qui l'ont faite
Par Bernard Girard, Enseignant blogueur

« Mais, monsieur, pourquoi le pharaon était-il si riche ? » A cette question posée ingénument mais néanmoins légitimement par un élève de 6e, il n'y aura pas de réponse, du moins pas de réponse officielle dans un cours d'Histoire en collège : les nouveaux programmes d'Histoire de collège sont muets sur la crue du Nil et le travail des paysans, sans lesquels les pyramides n'auraient pourtant jamais vu le jour.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 09/02/10



Identité nationale : des mesures symboliques
Le drapeau tricolore devra être accroché dans les écoles, a annoncé François Fillon, hier. Une commission de personnalités sera nommée après les élections pour poursuivre le débat.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 09/02/10



Meirieu: "Un PS amorphe"
Philippe Meirieu, professeur en sciences de l'éducation et inspirateur de nombreuses réformes dans l'éducation depuis les années 1980, se présente en Rhône-Alpes comme tête de liste Europe écologie. Objectif: gagner la région.
Lire la suite de l’article


Vitry: Le mouvement se poursuit
Depuis l'agression mardi dernier d'un élève de 15 ans, le lycée Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine est à l'arrêt. Les professeurs exercent leur droit de retrait et demandent le renforcement des effectifs. Mais le ministre de l'Education, Luc Chatel, souhaite la reprise des cours. Reçus lundi au rectorat de Créteil, les enseignants "insatisfaits" ont décidé de poursuivre leur mouvement.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 09/02/10


Vitry : les professeurs s'opposent à Chatel
Les enseignants de Vitry-sur-Seine qui ont décidé "de poursuivre leur droit de retrait" se rendront mardi à Paris pour tenter d'obtenir une audience avec le ministre.
Lire la suite de l’article


Lycée de Vitry : manifestation devant le ministère

Les professeurs ont été reçus par Luc Chatel, qui appelle à la reprise des cours et refuse le doublement du nombre de surveillants.
Lire la suite de l’article


Isabelle Adjani fait de la jupe "un manifeste et une anti-burqa"
L'actrice Isabelle Adjani fait de la jupe "un manifeste" et "une anti-burqa contre l'obscurantisme et la haine des femmes", a-t-elle déclaré lundi soir sur la scène du Lido à Paris lors de la 5e cérémonie des Globes de cristal, prix artistiques décernés par la presse française.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 09/02/10


Vitry: le bras de fer avec Luc Chatel se poursuit
Réunis en assemblée générale lundi, 80 professeurs du lycée Chérioux ont à nouveau refusé de reprendre les cours ce mardi. Parents d'élèves et lycéens montent également au créneau.
Lire la suite de l’article


Une vingtaine de lycées du 93 en grève
Alors que les enseignants du lycée Chérioux à Vitry exercent leur droit de retrait depuis quatre jours, d'autres établissements leur emboitent le pas et cessent le travail pour dénoncer les suppressions de postes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 09/02/10


L'inspection : Un grand corps malade ?
"La situation s'est gravement détériorée. L’image du corps [des inspecteurs], son impact, sa crédibilité sont devenus si faibles que bien des spécialistes s’interrogent sur son avenir". Dans une tribune donnée au Café, Pierre Frackowiak, inspecteur honoraire, dresse le constat alarmant de la dégradation constante et comme irréversible de l'image du corps des inspecteurs de l'Education Nationale.
Lire la suite de l’article


Conduite accompagnée
l y eut une époque où la boutade était forte, dans les milieux de la formation, pour savoir qui devait former les formateurs, et les formateurs de formateurs… Depuis quelques années, on a vu fleurir les accompagnateurs. De moyenne montagne, de conduite, de paysans (si, si, cherchez…), et d’élèves.
L’accompagnement éducatif, organisé en collège après la classe, donne même lieu à des chartes qui détaillent la « posture » (professionnelle ?) demandée aux « accompagnateurs », pourtant souvent recrutés sur des missions peu pérennes. « Apporter à chacun ce dont il a besoin pour progresser », « renforcer l’estime de soi du jeune », « savoir qu’il existe plusieurs sortes d’intelligence et de sensibilité » ( ?), « témoigner qu’il trouve pour lui-même du sens et du bonheur à ce qu’il fait, là maintenant, en présence du jeune »…
Au moment où la formation initiale des enseignants semble se réduire à la capacité à « enseigner » la matière qu’on a apprise, l’injonction institutionnelle, toujours paradoxale, invite chaque établissement à mieux individualiser la réponse éducative, par des dispositifs d’aide et d’accompagnement. Que dire contre ce louable dessein ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 09/02/10



Taire la crise économique aux lycéens ?
Dès la rentrée 2010, un nouveau programme doit s'appliquer à l'enseignement des sciences économiques et sociales (SES) aux élèves de seconde. Un programme qui oublie le social, la société et la sociologie pour ne laisser subsister que la théorie économique néo-classique. Trente enseignants, chercheurs, économistes... s'insurgent.
Lire la suite de l’article


----------------------------------------------
ÉducPros du 09/02/10


Enseignement de l'économie au lycée : du racisme anti-prof ? Un billet polémique de Michel Abhervé
"Il est des phrases qui ne peuvent passer inaperçues, car elles dépassent le champ de l’analyse pour se situer dans un domaine qui s’apparente au racisme", écrit Michel Abhervé, professeur d’économie sociale (université de Marne la Vallée), sur son blog.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 09/02/10



Un collégien "tasé" par un gendarme maladroit à un forum des métiers
Un collégien participant au forum des métiers de Dole (Jura) a reçu un coup de taser de la part d'un gendarme maladroit, qui manipulait l'arme et qui a été sanctionné, a-t-on appris mardi auprès de la gendarmerie.
Lire la suite de l’article


Le gouvernement annonce mercredi un plan pour mieux intégrer les sourds
Le gouvernement annoncera mercredi un plan pour améliorer l'intégration des personnes sourdes et malentendantes, notamment en renforçant le dépistage des troubles auditifs et les dispositifs d'accessibilité, a indiqué le ministère du Travail et des Relations sociales.
Lire la suite de l’article


Création de "Paris Cité", regroupement de huit universités et établissements
Le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur (Pres) "Paris Cité", regroupant quatre universités et quatre grands établissements, a été créé officiellement mardi, avec la signature de sa convention constitutive au ministère de l'Enseignement supérieur.
Lire la suite de l’article


Film sur l'homosexualité: Morano soutient "complètement" Chatel
La secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano a déclaré mardi qu'elle soutenait "complètement" le ministre de l'Education Luc Chatel, opposé à l'utilisation à l'école primaire d'un court-métrage traitant de l'homosexualité, "Le Baiser de Lune".
Lire la suite de l’article


Une vingtaine d'établissements en grève dans le 93, deux collèges victimes de violence
Une vingtaine d'établissements du secondaire étaient en grève mardi en Seine-Saint-Denis pour protester contre la politique du gouvernement en matière d'éducation au lendemain de violences dans deux collèges du département.
Lire la suite de l’article


Hauts-de-Seine : les élus PS dénoncent la suppression de l'aide à la lecture
Les élus socialistes du département des Hauts-de-Seine ont dénoncé lundi la suppression "sans discussion ni débat" du programme d'aide à la lecture (PAL) aux écoliers, décidée par la majorité UMP au conseil général.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.