jeudi, février 25, 2010

Revue de presse du lundi 22 au jeudi 25 février 2010


Les sciences humaines et sociales au lycée – Éric Debarbieux – Éric Maurin – Faites la sieste -



Les sciences humaines et sociales au lycée
Une revue de presse de vacances avec un regard rétrospectif sur la semaine écoulée. Contrairement à ce qu’on pouvait penser, la semaine a été assez riche en articles et tribunes.
Commençons d’abord par une tribune Les sciences humaines et sociales au lycée, à quoi bon ? ” par Laurence De Cock, Marjorie Galy. Les deux auteures sont pour l’une professeure d’Histoire-Géographie et l’autre professeure de sciences économiques et sociales. Elles s’inquiètent l’une comme l’autre du statut des sciences humaines et sociales dans le secondaire. Pour l’une “Les sciences économiques et sociales sont reléguées, en seconde, à un statut optionnel d'"enseignement exploratoire", d'une durée réduite à 1 h 30 par semaine. L'indigence des programmes, réduits à la manipulation d'outils économiques, purgés de toute approche sociologique, et dictés – après une négociation purement formelle – par le ministère, relève d'une véritable entreprise de sabotage des sciences sociales au lycée.”. Pour l’autre “L'histoire-géographie quant à elle se voit gracieusement offrir un tronc commun en première pour compenser la perte d'heures en terminale S. De fait, il est annoncé que les programmes seront reconfigurés afin que l'ensemble du XXe siècle soit appréhendé en première. Soyons donc comptables et un tantinet réalistes : difficile d'imaginer le montage événementiel annoncé par cette condensation ; difficile également de prétendre "finir le programme", comme on dit, autrement que par une pédagogie proche du gavage d'oie mais dont certains gardent encore la nostalgie : celle du prêche du maître sur l'estrade.”. Et, ensemble, elles s’élèvent contre le sort réservé aux sciences humaines et sociales : “Les sciences humaines et sociales (SHS) , comme toute science, ne sont pas des produits finis, elles s'éprouvent de manière empirique, se testent, s'interrogent, sont des work in progress, et tentent de valoriser la posture du doute systématique chez les élèves. Elles ne se transmettent pas, elles s'enseignent.[…] Certes, comme toutes les matières scolaires, les SHS s'efforcent de participer à la compréhension du monde. C'est un topo politiquement peu utile que de le rappeler. Mais leurs fondements épistémologiques et leur praxis relèvent d'une posture critique valorisée comme un acquis indispensable pour agir dans le monde de demain. Peut-être est-ce ce qui gêne aujourd'hui ? Les sciences humaines et sociales véhiculeraient-elles des contenus subversifs ? […] Aussi, les signataires de cet appel invitent à la vigilance face à une réforme qui considère les sciences humaines et sociales comme une simple variable d'ajustement, non pas pour se poser en garants de chapelles disciplinaires, mais pour réaffirmer un engagement fort à l'égard d'une école qui ne peut être évaluée simplement à l'aune de ses performances, de ses coûts et de sa rentabilité, une école qui doit promouvoir l'objectif de formation citoyenne des lycéens.

Éric Debarbieux
Parmi les articles à ne pas manquer, il y a aussi une interview d’Éric Debarbieux, directeur de l'Observatoire international de la violence à l'école, dans le JDD.fr . Après avoir rappelé qu’il est difficile de mesurer avec précision si la violence scolaire a réellement augmenté, il reconnaît que celle ci a changé de nature et qu’il y a aujourd’hui “davantage d'agressions directes, souvent verbales, contre les enseignants et le personnel des établissements scolaires. ”. Il précise “L'école française s'est coupée de son quartier. Les élèves, souvent issus de catégories sociales défavorisées, se liguent contre l'ennemi, qui peut être le bon élève ou encore l'institution en général. Les enseignants sont en première ligne de cette fracture sociale.
Quelles réponses ? “Il y a un problème de formation des enseignants face au groupe. La solitude du professeur est l'une des principales causes de victimisation. Il faut déterminer comment on va le faire concrètement. Le "turnover" des enseignants est le premier facteur de risques dans les zones sensibles. Résoudre ce problème n'est pas une solution, mais une condition. Il faut mettre le paquet sur les moyens humains. Sans stabilité dans un établissement, on ne peut rien faire. ” affirme t-il avec force. En tout cas, il s’insurge contre les solutions techniques (caméras, portiques et autres joyeusetés…) : “Ces mesures sont complètement inappropriées et n'ont qu'un effet extrêmement marginal. C'est une contre-solution. Dans d'autres pays, on a constaté que la mise en place de caméras n'entraînait qu'une baisse de 5 à 6% de la violence dans les écoles. Et les portiques de sécurité ne seront pas vraiment efficaces puisque 95% des faits de violence à l'école ont lieu à l'intérieur de l'établissement.

Éric Maurin
Nous avions déjà évoqué dans cette chronique la “mallette des parents”, ce dispositif lancé dans l’académie de Créteil pour mieux intégrer les parents d’élèves dans le système scolaire (collège) et prévenir les risques de violence et de décrochage. Sur le site d’information Rue89 on peut lire une interview du sociologue et économiste Eric Maurin, professeur à l'École d'économie de Paris, chargé de l'évaluation de cette expérience,
Il explique pourquoi l’expérience s’est concentrée sur la sixième. “L'entrée au collège représente un choc pour de nombreux élèves. En sixième, entre le début et la fin de l'année, les inégalités entre élèves s'accroissent brutalement, bien plus vite qu'au primaire. […] L'absentéisme entre le début et la fin de la sixième est multiplié par quatre. Le décrochage commence en sixième. Or, en sixième-cinquième, on peut encore intervenir, car les enfants restent malgré tout relativement réceptifs et « malléables ». Après, en quatrième-troisième, c'est une autre problème… ”. L’intérêt du dispositif basé essentiellement sur des réunions d’informations et de débats, dit-il est “sensibiliser les parents au fait que le temps purement scolaire n'est qu'une partie du problème. Beaucoup de choses se passent à l'extérieur de l'école où le rôle des parents est crucial. Même si les parents ne se sentent pas qualifiés pour aider leur enfant, il faut les convaincre qu'ils peuvent néanmoins le soutenir énormément, ne serait-ce qu'en l'invitant à parler de l'école.”.
Au détour d’une question, Éric Maurin porte aussi un regard très négatif sur le soutien individualisé en primaire : “Toute la politique de Xavier Darcos en direction du primaire existe déjà en Angleterre. Et ce n'est pas concluant. Elle désorganise la classe, tous ceux qui ne rencontrent pas de problème. Ils ont moins d'heures et des enseignants plus fatigués. Et les enfants pris en charge dans ces dispositifs sont stigmatisés.
Nous avons tourné les choses dans tous les sens tellement les résultats sont surprenants. Mais partout où les hasards de la démographie scolaire font que certains élèves ou certaines classes sont plus exposés à ce dispositif d'aide individualisée que d'autres, ça ne s'améliore pas mais au contraire, la situation se dégrade. Plutôt que de traiter les problèmes après, ne peut-on pas éviter que ces élèves soient distanciés dès le primaire ? Ce sont des politiques-pansements.


Pour être moins bête, faites la sieste
L’information est à lire dans 20minutes.fr et aurait du être reprise dans tous les journaux : Un sommeil quotidien d'une heure permet d'assimiler les informations plus vite...
Une étude menée par le docteur Matthew Walker, rapportée par Mailonline.co.uk, montre en effet que faire la sieste rend plus intelligent, favorise l’imagination, et accroît la rapidité d’apprentissage. Une heure de sommeil par jour est suffisante. «Outre réparer les méfaits d’un éveil prolongé», s’endormir un court instant permet d’optimiser les fonctions neurocognitives, explique le psychologue à la University of California.
Militons tous pour que le droit à la sieste soit inscrit dans la Constitution !

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 22/02 au 25/02/10 (certains articles payants)


La violence scolaire, valeur en hausse
Par DANIEL SCHNEIDERMANN

Cette déconnection, entre un phénomène réel et l’inflation de sa représentation, s’appelle un emballement médiatique. Pour construire un emballement, que faut-il ? D’abord, un terrain fragile, instable, propice au tremblement des effrois collectifs. L’école est le meilleur qui soit. Elle concentre tant de peurs ! Quand on ne craint pas les bandes organisées, ce sont les enseignants pédophiles, l’intrusion du voile, et bientôt certainement de la burqa, la baisse du niveau en orthographe, la suppression de l’histoire, les maths modernes, les maths anciennes, et la suppression du grec. Dans le déclenchement de ces paniques périodiques, le tam-tam médiatique, l’écho politique et la confirmation sondagière jouent des rôles concomitants, et indémêlables. Toutes proportions gardées, l’emballement sur les violences scolaires fait d’ailleurs écho à la bourrasque sur la dette grecque. L’emballement médiatique et l’emballement spéculatif ont des mécanismes étrangement similaires. Les peurs se nourrissent elles-mêmes.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 22/02 au 25/02/10


Thiais : les agresseurs présumés remis en liberté
Pour le parquet, qui a fait appel, le placement en détention des trois personnes placées en garde à vue dans le cadre de l'agression d'un lycéen, «se justifiait».
Lire la suite de l’article


Les enfants de divorcés quittent le nid plus tôt
Des tensions au sein d'un foyer recomposé précipitent souvent le départ.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 22/02 au 25/02/10



Règles d'examens : des universités dénoncent le double discours de l'UNEF
A quelques semaines des élections aux conseils d'administration des Crous (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires), prévues fin mars 2010, l’UNEF est partie à l'abordage. L'organisation étudiante, classée à gauche, multiplie les estocades, entre critiques du plan licence et des règles d'examens.
Lire la suite de l’article


Examens : douze universités "hors-la-loi", dénonce l'UNEF
L'organisation étudiante UNEF a dénoncé lundi douze universités qui, selon elle, sont "hors la loi" concernant les règles d'examens, et demandé dans un communiqué à la ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, de "faire rentrer ces universités dans la légalité".
Lire la suite de l’article


Copier-coller, par Sandrine Blanchard
Prenez la manifestation des enseignants de la banlieue parisienne. Le 18 février, ils étaient des milliers à défiler pour dénoncer la "dégradation" des conditions d'enseignement. Le cortège était essentiellement composé de personnels de collèges et lycées de la Seine-Saint-Denis, quelques-uns du Val-de-Marne et une poignée de Paris. Témoignage d'un professeur de français du 93 : "On nous enlève tant de moyens qu'on ne peut plus faire notre travail. Tout ce qui a pu être gagné, en 1998, non seulement est perdu, mais on est revenus à une situation pire qu'avant.".
Flash-back et plongée dans les archives du Monde. Début mars 1998 : un rapport accablant sur "les conditions de réussite scolaire en Seine-Saint-Denis" était remis au ministère. Que disait-il ? "La logique des standards de l'éducation nationale, entretenant les discriminations sociales au lieu de les corriger, atteint, dans ce département, les limites de l'acceptable."
Lire la suite de l’article


Violences scolaires : un problème de socialisation, par Jean-Christophe Garde
Les récents et très graves évènements qui ont secoué le monde de l'éducation ne constituent que la partie émergée de l'iceberg, parce que la plus dramatique et, osons le dire, aussi la plus médiatique. Empressons-nous d'ajouter que tous les établissements scolaires publics ne sont pas à feu et à sang, même si un certain nombre d'entre eux s'apparentent à de véritables volcans qui peuvent entrer en éruption à n'importe quel moment !
Lire la suite de l’article


Les sciences humaines et sociales au lycée, à quoi bon ? par Laurence De Cock, Marjorie Galy
La suppression du caractère obligatoire d'un enseignement de l'histoire-géographie en terminale S dont les médias se sont emparés n'était bien que le symptôme visible d'un démantèlement beaucoup plus large des sciences humaines et sociales (SHS) dans le secondaire dont nous aimerions expliciter ici les enjeux.
Lire la suite de l’article


Il est urgent de réfléchir aux véritables causes de la violence scolaire, par Bruno Julliard et Mathieu Hanotin
A la veille de chaque échéance électorale, la droite fait mine de découvrir le problème de la violence scolaire et de l'insécurité. Surfant sur l'émotion suscitée par des faits graves, le gouvernement avance tête baissée sans se soucier ni de la réalité du terrain, ni de l'efficacité des réponses. La violence scolaire, loin de faire l'objet d'une analyse sérieuse et d'une politique ambitieuse, est devenue un hochet agité au gré des événements et de ses besoins électoraux. Pire, sous couvert de répondre à des faits concrets, il développe une idéologie qui fait de la répression le seul levier d'action de la puissance publique.
Lire la suite de l’article


La vie sexuelle des adolescents échappe aux parents
Un préservatif trouvé dans une poche de jean, une ordonnance pour la pilule oubliée entre deux livres, un message sans ambiguïté entraperçu sur Facebook... C'est la plupart du temps de manière détournée que les parents découvrent que leur enfant, devenu adolescent, a une vie sexuelle. Et souvent plus tôt qu'ils ne l'avaient imaginé.
Lire la suite de l’article
-------------------------------------------
L’Humanité du 22/02 au 24/02/10 (un jour de retard)



Bientôt une loi contre les tee-shirts ostentatoires ?
Une collégienne a été exclue durant trois jours pour « prosélytisme ». Elle portait un tee-shirt « Palestine libre ».
Lire la suite de l’article


Le monde arabe sacrifié en seconde  ?
Pour beaucoup de profs, les nouveaux programmes d’histoire privilégient trop l’Occident chrétien et une vision « européo-centrée ».
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 22/02 au 25/02/10



Le calvaire des jeunes homos
Le Refuge, qui aide de jeunes gays virés de chez eux, a reçu des menaces. Une intolérance dénoncée par Jean-Marie Périer.
Lire la suite de l’article


David, chassé de chez lui par sa maman
David n’est pas près d’oublier le 28 juillet 2009, jour funeste où il a annoncé à sa mère : « Voilà, maman, je suis gay ! » Ce jeune homme de 24 ans se souvient de la scène comme si c’était hier : « Sur le coup, elle est restée muette. Puis elle s’est emportée et m’a crié : Je ne veux pas de pédé sous mon toit. Dégage !
Lire la suite de l’article


Les batailles de vannes, vous connaissez ?
Des jeunes, le plus souvent issus des banlieues, s’affrontent aujourd’hui lors de joutes verbales et à coups de blagues. Une compétition est même en cours sur scène. Décryptage.
Lire la suite de l’article


Ados menottées : des parents portent plainte contre la police
Les parents d'Anne, une des trois collégiennes placées en garde à vue le 3 février dans un commissariat parisien et menottées pendant leur transfert vers un cabinet médical, ont déposé lundi une plainte pénale contre la police, a annoncé mardi leur avocat, Jean-Yves Halimi.
Lire la suite de l’article


Ils préparent le bac pendant les vacances
Environ 550 lycéens, pour la plupart en difficulté, passent leurs vacances scolaires dans une dizaine de lycées du département.Aumenu : des révisions et des examens blancs.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 22/02 au 25/02/10



« Range ta chambre ! »
Source de multiples tensions dans les familles, le désordre est pourtant indissociable du monde de l’enfance et de l’univers des adolescents
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 22/02 au 25/02/10



RieToujours plus de boursiers aux concours des grandes écoles
Tout juste closes, les inscriptions aux concours des écoles de management confirment que les boursiers sont plus nombreux à suivre cette voie, tout comme les élèves de prépa issus des filières technologiques.
Lire la suite de l’article


Les classes prépas s'ouvrent davantage aux élèves des bacs technologiques
Le nombre de bacheliers technologiques dans les classes prépas économiques a grimpé de 50 % en quatre ans. Le mouvement est plus lent dans les prépas scientifiques.
Lire la suite de l’article


Fraude au bac : trois jeunes jugés coupables mais dispensés de peine
Deux étudiants et un lycéen, prévenus de fraude au baccalauréat en juin dernier - deux d?entre eux ayant passé des épreuves sous le nom du 3e - ont été condamnés mais dispensés de peine, mercredi, par le tribunal correctionnel de Nancy.
Lire la suite de l’article


Inde: Jésus une bière à la main dans un manuel scolaire, l'éditeur plaide une "erreur humaine"
L'éditeur d'un manuel scolaire en Inde représentant Jésus une bière et une cigarette à la main, un portrait qui a provoqué l'ire de la communauté chrétienne indienne et de l'Italie, a plaidé mercredi une regrettable "erreur humaine" pour atténuer la polémique.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 22/02 au 25/02/10



Pour être moins bête, faites la sieste
Un sommeil quotidien d'une heure permet d'assimiler les informations plus vite...
Lire la suite de l’article


La jeunesse française appelée à s'engager
Partir effectuer une mission de solidarité internationale dans un pays émergent ou en voie de développement : une expérience riche, mais seulement vécue par 5 000 personnes chaque année. Le secrétaire d'Etat chargé de la Coopération, Alain Joyandet, a exprimé hier le souhait de tripler ce chiffre d'ici à 2012. Une enveloppe de 10 millions d'euros sera consacrée à cet objectif.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 22/02 au 25/02/10



Ecole : « Le temps scolaire n'est qu'une partie du problème »
Avant d'être au cœur de l'actualité suite à une agression au lycée Adolphe-Chérioux de Vitry (Val-de-Marne), l'académie « sensible » de Créteil a été l'année dernière le laboratoire d'une expérimentation pour prévenir les problèmes à l'école. Dans 37 collèges, 200 classes de sixième ont testé la « mallette des parents », qui intègre les parents au système scolaire.
Interview du sociologue Eric Maurin, professeur à l'École d'économie de Paris, chargé de l'évaluation de cette expérience, directeur d'étude à l'EHESS et auteur de l'essai « La Peur du déclassement » (La République des Idées-Le Seuil, 2009).
Lire la suite de l’article


La justice sociale vue par François Dubet : entre compétition et solidarité
Par Nestor Romero

« Il existe aujourd'hui deux grandes conceptions de la justice sociale : l'égalité des places et l'égalité des chances », affirme François Dubet en incipit de son nouvel essai, « Les places et les chances » (Seuil, février 2010). Puis, sans plus de tergiversations, il prend le parti de l'égalité des places.C'est-à-dire de ce modèle social qui, par l'action de l'État-providence, assure une redistribution plus juste des richesses et une plus grande sécurité pour chacun, à la place qu'il occupe, grâce au développement de la protection et des droits sociaux.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 22/02 au 25/02/10



Cécile a choisi les langues option chantiers
Difficile pour un travailleur étranger d'être efficace quand on ne parle pas la langue. Une étudiante brestoise a élaboré une méthode à partir du savoir-faire des ouvriers du bâtiment.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 22/02 au 25/02/10


Chatel: "10% des établissements concentrent 50% des problèmes"
Luc Chatel, le ministre de l’Education nationale, reconnaît l’aggravation des violences scolaires. Et les faiblesses du système de recensement de celles-ci.
Lire la suite de l’article


Violences: "L'école s'est coupée de son quartier"
Vitry, Thiais et plus récemment Chennevières…. Les agressions dans les établissements scolaires se multiplient ces derniers temps. Le sociologue Eric Debarbieux, directeur de l'Observatoire international de la violence à l'école, revient pour leJDD.fr sur la complexité du problème.
Lire la suite de l’article


Les chiffres noirs de la violence scolaire
Vendredi, un écolier de 12 ans a agressé six élèves à l’aide d’un couteau suisse. Alors que 60 % des parents disent craindre pour leurs enfants à l’école, la polémique enfle.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 22/02 au 25/02/10


Jésus une bière à la main dans un manuel scolaire
L'image a été découverte dans un livre adressé aux élèves d'écoles primaires dirigées par l'Eglise catholique de l'Etat de Meghalaya au Nord-Est du pays.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 22/02 au 25/02/10


Rien vu...


----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 22/02 au 25/02/10


Sylvain Grandserre écrit une "lettre ouverte" à Luc Chatel
"Arrêtez : vous me faites mal… travailler !" Le dernier ouvrage de Sylvain Grandserre est une "lettre ouverte au ministre de l'éducation nationale" qui est en fait un plaidoyer pour une autre école.
Lire la suite de l’article


Changer l'Ecole ? Facile !
L'Ecole cherche à sortir des incohérences dans lesquelles elle s'est particulièrement embourbée ces dernières années. Incohérence du rappel constant à la tradition et de la volonté de changement. Incohérence des programmes encyclopédiques quand il faudrait promouvoir une pédagogie de projet. Incohérence de la réforme et de l'austérité. De la formation disciplinaire et de la volonté de démocratiser l'enseignement. La liste pourrait être encore longue. Pour la réduire il faudrait une vision de l'Ecole appuyée sur une volonté politique. Ce que montre le Café mensuel de février c'est encore la richesse, voire la luxuriance créatrice de l'Ecole.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 22/02 au 25/02/10


Pourquoi l’école est réduite aux «compétences de base»
Par Nico Hirtt

«Il se dégage, dans toute l’Union, une tendance claire en faveur d’un enseignement et d’un apprentissage axés sur les compétence et d’une démarche fondée sur les acquis de l’apprentissage. Le cadre européen des compétences clés a largement contribué à cette évolution. Dans certains pays, celui-ci a été au cœur de la réforme des politiques éducatives». En écrivant ces lignes dans un rapport de 2009, la Commission européenne exprimait sa très grande satisfaction. Mais les professeurs, les élèves et les parents doivent-ils pareillement se féliciter de l’omniprésence du mot «compétences» dans l’enseignement ?
Lire la suite de l’article


Dans la fonction publique, le plus grand plan social de France
100.000 emplois supprimés depuis trois ans: l'Etat taille comme jamais dans les effectifs des administrations. Un fonctionnaire partant à la retraite sur deux n'est pas remplacé. Dans l'éducation nationale, l'armée, la police, ça coince. Idem à l'hôpital, où le nombre d'employés commence à décroître. Pourtant, en temps de crise, le service public est plus que jamais sollicité. Enquête de Mediapart, en trois volets.
Lire la suite de l’article
----------------------------------------------
ÉducPros du 22/02 au 25/02/10


Les universités allemandes s'offrent au marketing
Processus d'autonomie, course à l'excellence, classements et déclin démographique des étudiants contraignent les universités allemandes à se vendre avec les méthodes des entreprises. Marques, logos, slogans et même campagne de pub se mettent à fleurir outre-Rhin avec quelques excès.
Lire la suite de l’article


Jean-Robert Pitte, candidat UMP en Île-de-France : « Il y a trop d’étudiants dans les filières générales universitaires »
Connu pour son franc-parler, Jean-Robert Pitte a présidé durant cinq ans une université parisienne emblématique : la Sorbonne Paris 4. L'auteur de Jeunes, on vous ment ! Reconstruire l'université (2006) prolonge son engagement : il se présente aux élections régionales en Île-de-France auprès de Valérie Pécresse. Placé en 44e position sur la liste parisienne de l'UMP, ce professeur agrégé de géographie a une priorité : la région doit s'occuper de l'orientation des lycéens, et surtout informer les jeunes sur ce qui les attend à l'université.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 22/02 au 25/02/10



Tu t'es vu sur ton blog?": une campagne sur les dangers pour les jeunes
"Tu t'es vu sur ton blog?", une campagne de communication et d'éducation pour sensibiliser les jeunes aux risques de dérives de certains comportements non maîtrisés sur les blogs, a été lancée jeudi par l'association Familles de France.
Lire la suite de l’article


Mulhouse: quatre mois avec sursis pour avoir giflé un directeur d'école
Le père d'un écolier a été condamné mardi à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Mulhouse (Haut-Rhin) pour avoir giflé le directeur d'une école et tordu le poignet d'une enseignante, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


L'Unef fait un bilan critique du "plan licence" dans les universités
L'Unef, première organisation étudiante, a fait mardi un bilan critique de la façon dont les universités ont mis en place le "plan licence" annoncé fin 2007 par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


Haute-Savoie: injuriés sur Facebook, des enseignants portent plainte
Deux enseignants d'un collège de Haute-Savoie ont déposé une plainte contre des élèves qui les avaient injuriés sur Facebook, un nouveau type de délit né du succès du réseau social, qui compte 400 millions d'utilisateurs dans le monde, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.