mardi, septembre 21, 2010

Revue de presse du mardi 21 septembre 2010


Policiers à l’école – Qui sont les enfants de l’an 2000 ? – Carte scolaire à Melun -


Policiers à l’école
L’événement a fait l’objet de reportages dans les principaux journaux télévisés. Nous l’évoquions hier mais on peut y revenir avec plusieurs articles encore aujourd’hui dans la presse. Le Monde nous rappelle, par exemple que les ministres de l'intérieur Brice Hortefeux et de l'éducation nationale Luc Chatel ont installé lundi matin, au lycée de la Mare-Carrée de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), la première des 53 "policiers référents" prévus sur le territoire. Elle dispose d'un bureau dans le lycée, où elle tiendra une permanence hebdomadaire.
Comme le dit un autre article de ce même journal : mauvaise pioche” pour ce lycée sans histoire qui craint ainsi d’être stigmatisé. Les 53 établissements répertoriés sont censés être parmi les plus durs de France. Or, mis à part une bagarre anodine entre deux élèves, le lycée de Moissy-Cramayel n'a pas signalé de cas de violence depuis... 2005 ! C'est-à-dire depuis cinq ans, lorsque des jeunes extérieurs à l'établissement avaient attaqué des lycéens de l'établissement.
Un article du Parisien nous apprend d’ailleurs que les deux ministres ont été copieusement chahutés par les professeurs et les élèves du lycée. «Ça ne sert à rien, un policier référent ici», estime Louis, élève en 1re. «Notre lycée est calme», confirme Mark. «On n’ira pas voir la policière. Déjà parce qu’elle est en tenue et puis parce qu’on préfère parler aux médiateurs. On les connaît, ils habitent dans le quartier, ils sont plus écoutés qu’un policier», confie Johnson. «Ce dispositif nie tout le travail des équipes éducatives, qui font des efforts considérables, s’indigne une enseignante à la Mare-Carrée. Elle ne sera là qu’une demi-journée par semaine. Ça ne changera rien. Si on a besoin de la police, le commissariat n’est qu’à 100 m. ».
Ce que l’on a vu hier à la télévision ne doit donc pas faire illusion. C’est une pure et simple opération de communication politique…

Qui sont les enfants de l'an 2000 ?
La Croix présente un sondage inhabituel puisqu’il s’agit d’un sondage réalisé par l’IFOP auprès d’un public qui n’est généralement pas interrogé : des enfants de 7-10 ans.
Évidemment les réponses sont le reflet de leur âge mais le sondage trace malgré tout le portrait d’enfant tolérants et qui jugent le monde injuste.
Les enfants apparaissent en effet tolérants vis-à-vis des autres, au moins du point de vue déclaratif. 91 % se disent peu ou pas du tout dérangés par les personnes handicapées, 92 % par ceux qui ont une religion différente ou encore 93 % par les personnes qui n’ont pas la même couleur de peau. « Il y a du politiquement correct dans les réponses, c’est sûr, et ce qu’ils déclarent dans le cadre d’un sondage ne va pas forcément se traduire dans les comportements de cour d’école, mais il n’empêche : leurs réponses sont sincères et il est très positif que ces valeurs soient mises en avant par les enfants », remarque Philippe Meirieu.
Parmi les autres traits de cette génération, Philippe Meirieu observe, sans vraiment s’en étonner, une certaine défiance, ou du moins distance, vis-à-vis de l’école. L’instituteur n’est cité parmi les personnes qui comprennent le mieux les enfants que par… 7 % de ceux-ci (et il n’est mentionné à la première place que par 1 % des enfants interrogés) ! En outre, seuls 19 % des petits Français estiment que l’école va « le plus les aider à réaliser leurs rêves», loin derrière les parents, on l’a vu, et juste devant l’argent (16 %).Le psycholinguiste Michel Grandaty, enseignant chercheur à l’université de Toulouse, note, quant à lui, surtout un recul de l’insouciance. 59 % des enfants déclarent avoir le sentiment que le monde « est plutôt injuste », dont 24 % parce que « tout le monde n’a pas la même chance de s’en sortir dans la vie », 21 % « parce qu’il y a trop de guerres » ou « trop de pauvreté », 16 % parce qu’on «ne partage pas assez les richesses, que les gens sont trop égoïstes».

Carte scolaire
L’actualité du jour nous permet de revenir sur un article publié hier par Rue89. Il s’agit d’une illustration des conséquences de l’assouplissement de la carte scolaire décidé dès 2007. Trois ans après on en voit les effets et ils sont malheureusement conformes à ce que dénonçait déjà une enquête du SNPDEN, (le syndicat majoritaire des chefs d’établissement). On assiste à une mise en concurrence et un creusement des écarts entre les établissements. Le SNPDEN parlait de radicalisation des profils…
Rue89 nous emmène à Melun et à Dammarie les Lys qui est une commune mitoyenne de la préfecture de la Seine et Marne. Le lycée de Dammarie, perd ses élèves au profit du « lycée de centre-ville » Jacques-Amyot. Le lycée George-Sand (de Dammarie) qui ouvrait encore plus de dix classes de seconde en 2001, n'en a plus que cinq aujourd'hui. A la rentrée 2008, il donnait des cours à 501 lycéens. Cette année, ils sont 394 à passer les grilles de l'établissement. Sur le district de Melun, ce lycée avait pourtant de quoi concurrencer les autres établissements : possibilité d'apprendre le chinois en troisième langue vivante, théâtre, classe européenne. Et même une convention avec Science-Po Paris. Mais ce qui a handicapé ce lycée c’est le quartier de Le Mée sur Seine situé à côté qui accueille de plus en plus une population d'origine immigrée et 43,5% de ses habitations sont du logement social. Les deux collèges qui alimentent le lycée sont classés ZEP (zone d'éducation prioritaire).
Et cela conduit à un processus de ghettoïsation qui conduit à un phénomène de vase communicant avec le lycée Jacques Amyot situé dans le centre ville de Melun. Mais on ne peut pas pousser les murs et les dérogation acceptées ne le sont que dans la limite des places disponibles. Si la promesse de Nicolas Sarkozy a pu faire croire que chacun allait pouvoir choisir son établissement, il n’en est rien. Et la concurrence ne cesse de creuser les écarts et de renforcer les ghettos et l’absence de mixité sociale.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 21/09/10 (certains articles payants)


Créer son entreprise à 16 ans sera bientôt possible
Les mineurs de 16 ans pourront créer leur entreprise et la diriger à partir du 1er janvier 2011 à certaines conditions, selon un communiqué du secrétariat d'Etat au Commerce diffusé ce mardi
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 21/09/10


L'autonomie donne des ailes aux universités
En visite à Bordeaux, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en avant les innovations de l'opération campus et du plan réussir en licence.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 21/09/10



Moins de moyens pour les "orphelins de 16 heures"
C'était une mesure phare de la politique éducative de Nicolas Sarkozy. L'accompagnement éducatif, mis en place dans les zones d'éducation prioritaires (ZEP) en 2007 et élargie en 2008, devait permettre aux "orphelins de 16 heures" de rester à l'école ou au collège à faire leurs devoirs ou des activités jusqu'à 18 heures. Il pourrait bien désormais y avoir des orphelins de l'accompagnement éducatif.
Lire la suite de l’article


Education : le premier" policier référent" a été installé dans un lycée
Les ministres de l'intérieur Brice Hortefeux et de l'éducation nationale Luc Chatel ont installé lundi matin, au lycée de la Mare-Carrée de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), la première des 53 "policiers référents" prévus sur le territoire. La jeune femme, Sylvie Pinsard, brigadière de police, s'est déjà présentée dans certaines classes de l'établissement et prendra ses fonctions effectives vendredi, a-t-on appris sur place. Elle dispose d'un bureau dans le lycée, où elle tiendra une permanence hebdomadaire.
Lire la suite de l’article


Une policière en uniforme installe son bureau dans un lycée sans histoire
Mauvaise pioche pour le lycée polyvalent de La Mare carrée, à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). C'est en effet lui qui a été retenu par les ministres de l'éducation et de l'intérieur, Luc Chatel et Brice Hortefeux, pour inaugurer, lundi 20 septembre après-midi, l'installation de policiers dans des établissements scolaires. Une première dans l'histoire de l'éducation nationale.
Lire la suite de l’article


Pour un système éducatif épanouissant par Bernard Gauducheau, maire de Vanves (Nouveau Centre) et conseiller régional d'Ile-de-France
Le débat lancé par le ministère de l'éducation nationale sur la semaine de quatre jours est toujours d'actualité. La réforme des rythmes scolaires ne sera marquante qu'en révolutionnant profondément les rapports entre les activités scolaires, périscolaires et les vacances.
A peine généralisé en 2008, le principe d'une semaine de quatre jours dans les écoles primaires pourrait être prochainement modifié. Voilà donc un exemple du mal typiquement français consistant à remettre systématiquement en cause une décision avant même que l'on ait pu en percevoir l'impact. Pourtant, le principe du rythme de quatre jours avait été laissé à la libre appréciation des conseils d'écoles regroupant les parents, les fédérations de parents d'élèves, les enseignants et les élus. Même si les échanges avaient été complexes, la communauté éducative s'était au final majoritairement prononcée en faveur de ce changement dans le cadre d'un contexte local.
Or, certains représentants de parents d'élèves souhaitent aujourd'hui voir repasser les écoles primaires à un rythme de quatre jours et demi par semaine, avec 3 heures de cours le mercredi matin. L'académie de médecine, préconise le retour à une école sur cinq jours, un trimestre articulé autour de sept semaines de travail pour deux semaines de congés, et la réduction des congés d'été.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 21/09/10



Pauvreté: l’angoisse des jeunes
Selon une enquête du Secours populaire, les jeunes sont les grandes victimes de la crise.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 21/09/10



Le sport l’après-midi, ils adorent !
Vingt-six collégiens de Villecresnes, les seuls du département, expérimentent un nouveau rythme scolaire depuis deux semaines. Et ils sont épanouis.
Lire la suite de l’article


Moissy-Cramayel : Hortefeux et Chatel copieusement chahutés
Brice Hortefeux et Luc Chatel ont été accueillis par les huées d’élèves et les sifflets de professeurs, hier matin, au lycée la Mare-Carrée, à Moissy-Cramayel. « Les policiers hors du lycée! » ont scandé quelques professeurs dans le hall au passage des ministres. D’autres ont tenté de perturber le point presse en déroulant des banderoles et en scandant des slogans depuis une salle voisine.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 21/09/10



Objectifs du millénaire - Ce qu'il reste à faire
Le sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement se tient de lundi à mercredi au siège des Nations unies à New York. France Soir.fr revient sur les huit objectifs humanitaires fixés pour 2015.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 21/09/10



À publics nouveaux, caté nouveau
Le « caté » fait sa rentrée cette semaine dans les paroisses. Confrontées à l’évolution des rythmes familiaux et à un effacement de la culture religieuse, les Églises chrétiennes inventent de nouvelles formules mêlant les générations
Lire la suite de l’article


A Gradignan, les parents retournent au caté
À Gradignan, dans la banlieue de Bordeaux, la paroisse a entièrement repensé sa catéchèse, en déplaçant les réunions le week-end, en associant parents et enfants et en multipliant les moments d’ouverture aux autres
Lire la suite de l’article


« Impliquer les parents »
Karine Lefebvre, service de l’initiation chrétienne du diocèse de Viviers
Lire la suite de l’article


Catéchisme : le mercredi matin, un sujet toujours sensible
Ce que dit la législation
Lire la suite de l’article


En Italie, la catéchèse s’ajoute aux cours de religion
Les programmes des cours de religion italiens sont élaborés sous l’égide de la Conférence des évêques et dispensés par des enseignants payés par l’État
Lire la suite de l’article


Qui sont les enfants de l'an 2000?
À l’occasion de ses 30 ans, le magazine « Toboggan » publie un sondage Ifop réalisé auprès des 7-10 ans. Leurs réponses, sur le thème du « vivre-ensemble », dessinent les contours d’une génération pas tout à fait comme les autres
Lire la suite de l’article


Sondage Ifop sur les 7-10 ans
À l’occasion de ses 30 ans, le magazine « Toboggan » publie un sondage Ifop réalisé auprès des 7-10 ans. Leurs réponses, sur le thème du « vivre-ensemble », dessinent les contours d’une génération pas tout à fait comme les autres
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 21/09/10



Universités, écoles : les classements en question
Avec la rentrée, ils déboulent en rangs serrés. En trois semaines, pas moins de cinq classements internationaux d'universités ou de « business schools » viennent d'être publiés. Celui de Shanghai a ouvert le bal, fin août. Ensuite sont venus ceux de QS, du « Times Higher Education », de « The Economist » et enfin, hier, le palmarès européen des masters in management du « Financial Times ». En attendant les (nombreux) classements « franco-français » -on en compte une bonne demi-douzaine…
Lire la suite de l’article


Enseignante suspendue à Nancy: un nouveau rapport sur le bureau du recteur
Le rapport définitif de l'Inspection générale de l'Education nationale (Igen) concernant l'enseignante nancéienne de confession juive suspendue pour "manquement aux obligations de neutralité et de laïcité" a été reçu lundi par le recteur de Nancy-Metz, a indiqué le rectorat à l'AFP qui n'en a pas pris connaissance.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
20 minutes du 21/09/10



Une rentrée chahutée pour le premier policier référent
Une arrivée en grande pompe. C'est hier que Sylvie Pinsard, premier policier référent, a été accueillie au lycée de la Mare Carrée à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), où elle assurera une...
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Rue89 du 21/09/10



Carte scolaire : comment un lycée se vide de ses éleves
Depuis la réforme de 2007, le lycée francilien George-Sand perd ses élèves au profit du « lycée de centre-ville » Jacques-Amyot.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 21/09/10



Un lycée dans la Résistance, les cancres en tête
Il fut le lycée des philosophes Edgar Morin et Dionys Mascolo, du journaliste Henri Alleg, du cinéaste François Truffaut et de bien d'autres. Sous l'Occupation, c'était un foyer de résistance. Cet établissement parisien est le seul à avoir été rebaptisé à la Libération. Le 'Charles Rollin', du nom d'un vieil érudit, est devenu le 'Jacques Decour'. Decour, fusillé au Mont Valérien...
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 21/09/10



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 21/09/10


Rien vu...


----------------------------------------
L’Express.fr du 21/09/10


Les jeunes de 16 ans pourront bientôt être chefs d'entreprise
A partir du 1er janvier 2011, les mineurs âgés de 16 ans minimum pourront créer et gérer leur propre entreprise.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 21/09/10


Rentrée : La FCPE recommande la vigilance
Dotée d'un remarquable réseau d'observateurs, avec ses sections locales, la FCPE peut faire un bilan réaliste de la rentrée : Les réductions des moyens de l’éducation et le contexte scolaire entraînent cette année une rentrée bien chargée pour la FCPE, explique son président Jean-Jacques Hazan.
Lire la suite de l’article


Il y a nomade et nomade
Éditorial de Monique Royer

Il fut un temps très proche où village mondial allait de pair avec nomadisme. Celui pour qui sans Rolex à cinquante ans t’as raté ta vie comme un de ses copains nous le chantait sur tous les tons, pour être moderne soyons mobile. Certes, ce nomade-là ne tracte pas de caravane, ne s’installe pas sur des terrains plus ou moins aménagés. Non, il est nomade car son bureau l’est, il possède les outils et les clés pour que de n’importe quel endroit de la Terre il puisse intervenir, se manifester. Il est nomade aussi parce que le monde vient à lui par la vertu du haut débit. Pour ce nomade là, les potentialités d’Internet et des outils de communication sont autant de promesses d’un monde nouveau où nous retrouverions nos racines voyageuses.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 21/09/10


Rien vu...


----------------------------------------------
ÉducPros du 21/09/10


Stéphane Cassereau (Mines de Nantes) : “Il était urgent de se positionner sur les levées de fonds”
L’École des mines de Nantes officialise aujourd’hui, mardi 21 septembre 2010, le lancement d’un fonds de dotation dont l’objectif est de récolter dix millions d’euros sur cinq ans. Une manière d’asseoir les ressources de l’école et de pérenniser son plan de développement. Stéphane Cassereau, son directeur, en explique les enjeux à Educpros, dans un contexte de plus en plus concurrentiel. Entretien.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 21/09/10



Retraites: 54,6% des enseignants du primaire en grève jeudi (syndicat)
"Plus d'un enseignant du primaire sur deux (54,6%) sera en grève" jeudi à l'occasion de la journée d'action contre la réforme des retraites, a estimé mardi dans un com­mu­ni­qué le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, annonçant un mouvement "très significatif".
Lire la suite de l’article


Morano: la suspension des allocations familiales, "une arme de dissuasion"
La suspension des allocations familiales pour absentéisme scolaire, adoptée la semaine dernière par le Parlement, constitue "une arme de dissuasion" dont "il faut pouvoir ne jamais se servir", a estimé mardi à Orléans Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la Famille.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.