vendredi, septembre 03, 2010

Revue de presse du vendredi 3 septembre 2010

L’école mérite un vrai débat – une affaire embarrasante – Les Roms et l’École – Bizutage pas mort – Des puces à l’école -


L’École mérite un vrai projet
C’est la décrue. Après les derniers jours où les articles sur l’École étaient abondants, la rentrée passée, ils sont beaucoup moins nombreux. Et c’est dommage car les enjeux de l’École n’en sont pas moins vifs et méritant un débat public.
C’est pourquoi Il faut signaler la tribune de Pierre Frackowiak dans le Café Pédagogique. Pour lui, "notre système éducatif va malheureusement au devant de terribles difficultés" affirme t-il. Il dénonce dans la suppression de la formation professionnelle des enseignants, sans tomber dans la “théorie du complot” une tentative de rompre avec l'école républicaine. Mais surtout, il appelle à un projet éducatif cohérent, complet, pour les 20 ou 30 ans qui viennent.
Il faut surtout souligner sa conclusion : “Il serait urgent que des banderoles soient portées contre les programmes désuets, contre la suppression de la formation au moins autant que contre les suppressions de postes et la suppression de moyens. Les revendications quantitatives auraient d’ailleurs incontestablement plus de chances d’être entendues dans l’opinion publique si elles s’appuyaient sur une vision de l’école, sur un projet éducatif cohérent, complet, pour les 20 ou 30 ans qui viennent, transcendant les alternances politiques car il faut une ou deux générations pour construire un système, inscrit dans un projet de société respectant les valeurs de notre République (liberté, égalité, fraternité) et notre histoire.
Chiche ?

Une affaire embarrassante
L’affaire embarrasse le ministère depuis le début de la semaine. Car cette affaire est complexe et marquée par de nombreuses maladresses.
Une professeur d'histoire de Nancy de confession juive (se croit-on obligé de préciser) a été suspendue quatre mois de ses fonctions pour avoir manqué à ses obligations «de neutralité et de laïcité» dans son enseignement et lors de voyages scolaires dans des anciens camps de concentration, avait indiqué mardi son avocate. Il semblerait qu’il y ait eu des problèmes de discipline lors de certains voyages. Mais aussi des conflits répétés avec la direction de l’établissement.
Le pré-rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (Igen), à l’origine de cette suspension, reproche à l’enseignante de consacrer trop de temps à l’enseignement de la Shoah. Il fait état de «manquements aux obligations de réserve, de neutralité et de laïcité», et évoque une «instrumentalisation des élèves» par des «lavages de cerveaux».L’enseignante est accusée de consacrer une place démesurée à la préparation de ses voyages au détriment du programme, d’en avoir fait «sa» chose et de ne pas travailler en équipe, d’être excessive en parlant d’une «mémoire unique» et de n’avoir que «le mot hébreu Shoah» à la bouche, de «manipuler» les enfants en jouant trop sur l’émotionnel, etc.
Le terrain est glissant et l’affaire devient incontrôlable. L’affaire est évoquée dans la presse étrangère, le Conseil représentatif des institutions juives de France proteste. S'il ne remet pas en cause la suspension, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a déclaré qu’il trouvait «particulièrement inappropriés certains passages» du pré-rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (Igen) sur lequel est basée cette décision. Des passages qui «relèvent d'une maladresse inacceptable et qui ont pu prêter à des interprétations erronées», précise t-il. Rappelant que «l'histoire de la Shoah est enseignée (...) à tous les élèves, à l'école, au collège et au lycée» et que «les déplacements sur les lieux de la Shoah font partie du projet pédagogique de nombreux établissements (...) et sont soutenus par le ministère de l'Éducation nationale», le ministre a indiqué dans un communiqué s'être entretenu avec le doyen de l'Igen. Il a demandé «d'être particulièrement vigilant à l'avenir, conformément à la tradition d'objectivité, de laïcité et de respect qui est celle de l'inspection générale de l'Éducation nationale». Le ministre a également tenu à «rappeler que cette suspension, qui n'est pas une sanction, ne préjugeait pas des suites qui seront données aux conclusions du rapport final de l'Igen». On annonce un rapport final dans une dizaine de jours.

Les Roms et l’école
Alors que 12 millions d'enfants ont fait leur rentrée scolaire le jeudi 2 septembre, entre 5000 et 7000 enfants Roms, en âge d'aller à l'école, ne seront pas scolarisés cette année. L’Express dans un article assez complet sur la scolarisation des enfants roms et ses difficultés. "Les enfants atteignent l'âge de16 ans, et n'ont jamais eu de scolarisation normale", déplore Marie-Lisa Santacci, de l'association RomEurope interrogée par le magazine. La moitié des 15 000 personnes de nationalités étrangères qui se déclarent être "roms" en France sont des enfants. Seuls 10% d'entre eux arrivent à s'inscrire à l'école pour la rentrée scolaire, estime RomEurope. Les deux tiers d'entre eux abandonnent en cours d'année.
Les difficultés sont nombreuses. Contrairement à ce qui est dit par certains, il y a peu de refus de la part des roms de scolariser leurs enfants. Mais les difficultés tiennent évidemment d’abord à la langue. Il faut une pédagogie adaptée aux “enfants nouvellement arrivés en France” (ENAF dans la manufacture des sigles Educ’Nat) . Par ailleurs, leur admission est parfois compliquée par les démarches administratives. Alors que rien, dans le droit, ne l'impose, les familles doivent, par exemple, fournir des justificatifs de domiciliation ou... des radios des poumons! Enfin, les expulsions les obligent à déménager régulièrement.
Michel Fevre, président de RomEurope94, est catégorique: "La seule chose qui empêche ces enfants d'apprendre, et de s'intégrer, ce sont les expulsions. Cela fait dix ans que cela dure."

Bizutage
Toujours dans l’Express mais aussi dans L’Étudiant et aussi Éducpros.fr (c’est le même groupe de presse qui fait ainsi des économies d’échelle), une enquête sur le bizutage.
Officiellement, les actes de bizutage sont interdits et punis par la loi depuis 1998. Pourtant à chaque rentrée, les petits nouveaux sont mis à l'épreuve par leurs aînés.
Pourtant à en croire les nombreux BDE (bureaux des élèves) contactés par l'Etudiant, organisateurs officiels des week-ends d'intégration (les WEI, dits "ouaille"): "Le bizutage n'existe plus. On ne force personne". Argument ultime de cette génération, les étudiants ignorent que selon la loi: "Le fait d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants" est considéré comme du bizutage. Au regard de la loi, un étudiant volontaire pour se déshabiller devant ses camarades est victime d'un bizutage. Argument souvent utilisé par les “bizuteurs”, comme par exemple l’ “usinage” de l’ENSAM, cela serait une forme de préparation au monde de l’entreprise. Ça en dit long…


Des puces à l’école
Nous vivons une époque moderne où le progrès fait rage…
Un article du Figaro nous apprend qu’aux États-Unis, à Richmond, (Californie) les élèves d'une école maternelle portent depuis la rentrée un maillot qui cache une puce RFID. Tous leurs mouvements sont suivis sur un ordinateur central.
Les élèves de classe maternelles sont dangereux : quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça pose des problèmes…

Bonne Lecture et bon week-end...



----------------------------------------------


Libération.fr du 03/09/10 (certains articles payants)


L’Education se prend les pieds dans la Shoah
Une prof a été suspendue, accusée d’en faire trop au sujet de l’extermination des Juifs. Le ministre, Luc Chatel, a pris ses distances avec l’Inspection générale.
Lire la suite de l’article


Chatel invente le centre de recherche jetable
En avril, le ministre de l’Education, Luc Chatel, était bien content de trouver l’INRP - l’Institut national de recherche pédagogique - pour organiser un séminaire sur les «rapports entre l’école et la nation hier et aujourd’hui». Au lendemain du désastreux débat sur l’identité nationale animé par Eric Besson, l’ordre était venu du Château de lui trouver une suite autrement plus respectable, voire scientifique, dans l’idéal même avec des intellectuels. L’INRP, un institut de recherche sérieux, avait alors reçu la mission d’organiser un colloque, inauguré par le ministre en personne. Mais le temps a passé. Et aujourd’hui Luc Chatel cherche désespérément à économiser des postes - 16 000 en 2011 après les 16 000 de cette année. Officiellement, on parle d’«optimiser des moyens» qui ne seraient pas répartis au mieux… Dans les faits, on cherche partout, dans les moindres recoins, car toute économie est bonne à prendre. Et aujourd’hui, l’INRP se retrouve menacé.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 03/09/10


L'internat d'excellence de Cachan ouvre ses portes
Le nouvel établissement, situé dans le Val-de-Marne, a accueilli jeudi matin 50 collégiens de 4ème et de 3ème issus de milieu défavorisés. Il s'agit du deuxième établissement de ce type à ouvrir dans l'académie de Créteil.
Lire la suite de l’article


Une puce RFID pour surveiller des maternelles
Les élèves de classe maternelles sont dangereux. Certains ne tiennent pas en place et exigent une attention permanente. Une école de la ville de Richmond, en Californie, a trouvé une solution radicale pour s'éviter bien des tracas : les équiper d'une puce RFID, la même technologie utilisée pour tracer les livraisons dans l'agro-alimentaire.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr (certains articles payants) du 03/09/10



Ecole : silence, on privatise... par Caroline Fourest
Suppression de 16 000 postes d'enseignants, classes plus chargées, classes maternelles amputées, suppression progressive des réseaux d'aide spécialisée aux élèves en difficulté (Rased), accélération des logiques de ghettos avec la fin de la carte scolaire, suppression des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), loi Carle sur le financement de l'enseignement privé par les municipalités... La liste est longue et bien connue.
Mais sa cohérence a-t-elle été suffisamment analysée ? A qui profite le crime ? Il ne s'agit pas seulement de faire des économies, mais d'un programme idéologique : faciliter l'évasion scolaire en direction du privé.
Lire la suite de l’article


Valérie Pécresse présente le concours unique pour Normale-Sup, Sciences Po et HEC
Peu à peu, une véritable filière littéraire se dessine dans l'enseignement supérieur. Lors d'un déplacement à Enghien (Val-d'Oise), vendredi 3 septembre, Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur, devait annoncer l'élargissement de la banque d'épreuves littéraire (BEL) commune aux écoles normales supérieures et à de nombreux autres établissements. Un protocole d'accord devrait être signé entre les principaux partenaires, le 17 septembre.
Lire la suite de l’article


Les syndicats d'enseignants s'associent à la protestation
Le virage sécuritaire a suscité la colère chez une grande partie des enseignants. A l'impopularité des réductions des postes est venue s'ajouter une cassure sur le plan des valeurs.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 03/09/10



Le PCF lance "un signal d'alarme sur les conditions de la rentrée scolaire"
Le PCF a lancé jeudi un "signal d'alarme sur les conditions de la rentrée scolaire" 2010 notamment en termes d'effectifs, et appelé la gauche à "engager un travail sur le projet éducatif qu'il faut opposer" au gouvernement. Devant le site des Batignoles de l’IUFM de Paris (XVIIe arr.), Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a dénoncé, en ce jour de rentrée, la "situation dramatique en termes d'effectifs enseignants" avec 65.000 suppressions de postes entre 2007 et 2011 alors que "la natalité progresse à nouveau et que les effectifs scolaires sont stables".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 03/09/10



Chatel déplore la «maladresse inacceptable» du rapport sur la prof suspendue
S'il ne remet pas en cause la polémique suspension de l'enseignante d'histoire de Nancy - le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a trouvé «particulièrement inappropriés certains passages» du pré-rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (Igen) sur lequel est basée cette décision.
Des passages qui «relèvent d'une maladresse inacceptable et qui ont pu prêter à des interprétations erronées», tient-il à souligner dans un communiqué publié jeudi soir.
Professeur au lycée public Henri-Loritz de Nancy, Catherine Pederzoli a été suspendue quatre mois par le recteur de l'académie de Nancy-Metz sur la base de ce rapport dans lequel on lui reproche, notamment, de privilégier le terme «Shoah» à celui plus neutre de «génocide» et de consacrer trop de temps à la préparation des visites des camps de concentration. Dans le communiqué, le ministre souligne que la décision de suspension a été prise «à la suite de dysfonctionnements graves au sein de l'établissement». Plus tôt, sur RMC, il avait réfuté le fait qu'elle soit suspendue pour «avoir consacré trop de temps à la Shoah».
Lire la suite de l’article


Prof suspendue : Chatel évoque une possible sanction
Luc Chatel, a affirmé, jeudi sur RMC, que l'enseignante de Nancy encourait le risque d'une sanction, après avoir été suspendue pour manquement aux obligations de neutralité et de laïcité dans le cadre de voyages scolaires dans d'anciens camps de concentration. Catherine Pederzoli, 58 ans, de confession juive, a été suspendue quatre mois par le recteur de l'académie de Nancy-Metz.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
France Soir du 03/09/10



Rien vu...


------------------------------------------------
La Croix du 03/09/10



Philippe Meirieu, l’école a son maître
Ce « catho de gauche » a consacré une bonne partie de sa vie aux questions pédagogiques. Il poursuit aujourd’hui son engagement comme élu d’Europe Écologie à la région Rhône-Alpes
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 03/09/10



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 03/09/10



Un prof change de sexe pendant l’été
L'enseignante travaille dans un lycée privé...
Lire la suite de l’article


Enseignante suspendue à Nancy: Luc Chatel prend ses distances avec l'Inspection générale
Selon le ministre, le rapport contient des passages d'une «maladresse inacceptable»…
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Rue89 du 03/09/10



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 03/09/10



16 000 profs sans formation dans le grand bain
Cette année, les écoles et collèges accueillent des professeurs d'un nouveau genre : ils n'ont jamais appris à enseigner. Le ministre leur a promis des tuteurs. Encore faut-il les trouver...
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 03/09/10



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 03/09/10


L’école casse-t-elle nos enfants?
C’est le livre choc de la rentrée. "On achève bien nos écoliers" (Grasset), risque de faire du bruit dans les salles de profs et les réunions de parents. Pour le journaliste anglais Peter Gumbel, notre système d’éducation, élitiste et passéiste, n’est qu’une machine à broyer les élèves et à produire, en masse, de l’échec scolaire. Extraits.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 03/09/10


Quelle rentrée scolaire pour les Roms?
Ils sont plusieurs milliers en âge d'aller à l'école, et de s'intégrer. Mais, alors que la menace de l'expulsion les guette, les formalités administratives, les mairies, les autres parents d'élèves, tous, s'opposent à la scolarité de ces enfants en grande précarité.
Lire la suite de l’article


Le nouveau visage du bizutage
Officiellement, les actes de bizutage sont interdits et punis par la loi depuis 1998. Pourtant à chaque rentrée, les petits nouveaux sont mis à l'épreuve par leurs aînés. L'Etudiant a enquêté sur les nouveaux codes du bizutage.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 03/09/10


Fillon arbitre en faveur de l'enseignement agricole
A l'occasion de la présentation de la nouvelle posture de l'enseignement agricole le 3 septembre, (une question qui sera traitée dans notre édition du 6 septembre), en réponse à une question du Café pédagogique, Nicolas Trift, conseiller technique enseignement, recherche, emploi et relations sociales du ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, a annoncé que François Fillon avait décidé le maintien du budget de l'enseignement agricole dans la mission "éducation".
Lire la suite de l’article


Supprimer la formation des enseignants pour détruire l'école ? par Pierre Frackowiak
"Notre système éducatif va malheureusement au devant de terribles difficultés" affirme Pierre Frackowiak. Ancien inspecteur, spécialiste du système éducatif, il dénonce dans la suppression de la formation professionnelle des enseignants une tentative de rompre avec l'école républicaine. Il appelle à un projet éducatif cohérent, complet, pour les 20 ou 30 ans qui viennent.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 03/09/10


Les cadres de l'éducation sont en pleine «crise de confiance»
Les corps d'encadrement de l'éducation nationale, habituellement discrets, s'inquiètent également des suppressions de postes et du rythme des réformes. «On doit voir les résultats dans les trois mois et, si ce n'est pas le cas, dire qu'on les voit tout de même!», dénonce Patrick Roumagnac, secrétaire général du principal syndicat d'inspection.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 03/09/10


Bizutage : les chefs d’établissement sous surveillance
Valérie Pécresse sera-t-elle la ministre de l’Enseignement supérieur qui éradiquera définitivement le bizutage ? Quelques jours avant la rentrée, présidents d’université, directeurs d’établissement d’enseignement supérieur et proviseurs ont reçu un courrier de la ministre. Son objet : la prévention et la lutte contre le bizutage. Une exclusivité Educpros.
Lire la suite de l’article


Jean-Claude Chottard, professeur émérite à Paris-Descartes : «Laissez-nous regarder le niveau des élèves avant l'entrée en première année de médecine !»
La première année commune des études de santé est loin de faire l'unanimité. Baptisée PACES, elle regroupera à la rentrée 2010 la PCEM1 (première année du premier cycle des études médicales) et la PCEP1 (première année du premier cycle des études pharmaceutiques). Jean-Claude Chottard, professeur émérite de chimie à l'UFR biomédicale de l'université Paris-Descartes, fort de son expérience d'enseignement de trente ans en PCEM1, donne son point de vue, très critique, sur le nouveau dispositif.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 03/09/10



Vers un "concours unique" pour la filière littéraire dans le supérieur
Un "concours unique" va être créé entre Normale Sup, des écoles de commerce et les IEP de province, afin d'élargir les débouchés de la filière littéraire, a annoncé ven­dredi à Enghien (Val-d'Oise) la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


Des lycéens redoublants se retrouvent sans classe à Nice, faute de places
Plusieurs dizaines d'élèves de terminale se retrouvent pour la rentrée sans place dans certains établissements publics de l'académie de Nice (Alpes-Maritimes, Var), leurs classes d'affectation étant en sureffectifs, a-t-on appris vendredi de sources académique et syndicale.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

1 commentaire:

24beforemylove a dit…

Avez-vous noté la publication du nouveau livre de Peter Gumbel? Le Nouvel Obs en a parlé un peu, je pense.

je serais intéressé de lire votre réaction à son point de vue, que je trouve intéressant.

 
Licence Creative Commons
Chronique éducation de Philippe Watrelot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://philippe-watrelot.blogspot.fr.