jeudi, octobre 30, 2008

Revue de presse du jeudi 30 octobre 2008

Est-ce qu'il ne faudrait pas qu'une bonne fois pour toutes ce que nous considérons comme devant être enseigné aux élèves soit prescrit par la représentation nationale? Nous n'aurions pas ces questions

C’est Xavier Darcos qui parlait ainsi mardi dernier devant la mission d'information sur les questions mémorielles de l'Assemblée nationale. Une mission créée en mars après la polémique née de la proposition de Nicolas Sarkozy de confier à chaque élève de CM2 la mémoire d'un enfant juif mort en déportation. Le Figaro qui rapporte ces propos précise que le ministre de l'Éducation nationale s'est demandé si députés et sénateurs ne pourraient pas prescrire «ce qui doit être enseigné» aux élèves dans des matières sensibles.
«Je pense que pour ce qui est de l'histoire en particulier, je me demande même si ça ne s'impose pas. C'est moins important pour des enseignements de disciplines qui ont un caractère scientifique et répétitif plus marqué. Mais peut-être que pour l'histoire ce serait nécessaire», a-t-il précisé.
 Interviewé par leJDD.fr, Jacques Portes, représentant de l'Association des professeurs d'histoire géographie (APHG) s’indigne "Il y a une confusion totale entre histoire et mémoire", a-t-il attaqué. La mémoire est une question d'émotions, individuelles ou collectives, l'histoire a une vocation scientifique et neutre, démarquée des revendications mémorielles. Sur les questions d'histoire, le Parlement a toujours imposé des mesures sous la pression de lobbies mémoriels. Dire qu'il définirait les sujets à traiter est totalement aberrant. Sous prétexte d'éteindre les débats politiques, on va les exacerber”. Et il alerte en s’appuyant sur les exemples étrangers “ On risque la cacophonie ou une dérive vers des dangers extrêmes, parmi lesquels les revendications communautaristes ou politiciennes. Aux Etats-Unis, les autorités fédérales décident des programmes: certains y défendent que le créationnisme est une science. C'est gravissime.". Le Monde rappelle utilement comment les programmes sont construits aujourd’hui et Claude Lelièvre, sur son blog, revient aussi sur cette question . Ce sont des experts, à la fois universitaires et enseignants du second degré qui les réalisent en s’appuyant sur l’état des savoirs. La proposition de X. Darcos remet en cause cet équilibre.
Devant le début de polémique le ministre a rectifié mercredi, assurant qu'il serait «très vigilant» à ce qu'il n'y ait pas d'«ingérence» du politique dans l'enseignement de l'Histoire. «Xavier Darcos considère que c'est aux historiens et eux seuls d'écrire l'Histoire qui est ensuite déclinée, traduite, dans les programmes», souligne un de ses conseillers, interrogé par 20minutes.fr. . «Nonobstant, Xavier Darcos, considère que le Parlement peut être consulté sur les programmes, comme ce fut le cas pour les programmes du primaire», ajoute-t-il.
Ce dernier aspect doit cependant nous tenir en alerte. Car cela ne concerne pas que les programmes d’histoire même si ceux ci étaient explicitement évoqués. On peut aussi évoquer les programmes de Sciences économiques et sociales. On sait que ceux-ci ont été l’objet de nombreuses attaques de la part de lobbys patronaux. On a même vu (et cela n’a pas été assez souligné à l’époque) un de ces lobbys (l’Institut de l’entreprise) proposer un programme “clés en mains” pour la classe de seconde . On peut se demander alors ce que donneraient des programmes d’économie (ne parlons même plus de sociologie…) concoctés au sein de l’assemblée nationale…

Faut-il interdire la fessée ?, c’est le titre du dossier de ”Parents & Enfants” de La Croix. Le Conseil de l’Europe a en effet lancé une campagne de sensibilisation Levez la main contre la fessée ! et la France rechigne à légiférer sur ce sujet. Nadine Morano, secrétaire d’État chargée de la famille, dont on avait dit dans un premier temps qu’elle soutenait l’initiative européenne, le dément aujourd’hui fermement : « Je n’ai jamais signé aucun document officiel engageant la France à lever la main contre la fessée, assure-t-elle. Je trouve intéressante l’idée de promouvoir une éducation positive, mais il n’est pas question d’interdire la punition corporelle dans les familles. On dispose d’un arsenal juridique suffisant pour protéger les enfants et il faut laisser aux parents une marge de tolérance. Plus on évite le châtiment corporel, mieux c’est, mais en tant que mère de famille, j’en ai donné et j’en ai reçu quand j’étais enfant ; et je crois que ça structure. » Jacqueline Cornet, ancienne pédiatre, présidente de l’association « Ni claques ni fessées », s’en étonne. « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les Français ont du mal à évoluer, alors que d’autres pays ont franchi le pas. Je le comprends à la rigueur pour l’Angleterre, qui a derrière elle une longue tradition de châtiments corporels. Mais la France des Lumières, qui a aboli la peine de mort, je ne vois pas ce qui dans son histoire peut l’expliquer. »
Reste l’argument souvent avancé que l’État n’a pas à s’immiscer dans la vie des familles et la manière dont les parents éduquent leurs enfants. «L’état intervient bien, dès qu’il s’agit du bien-être de l’enfant, répond Jacqueline Cornet, en rendant l’instruction obligatoire ou la vaccination. Les parents ont besoin aussi d’être guidés, d’évoluer en fonction des connaissances de la science. » Abolir les châtiments corporels par la loi constituerait, selon elle, un moyen de faire évoluer plus rapidement les mentalités.

Évidemment, je précise à mes lecteurs à l’esprit mal tourné, qu’il ne faut pas voir d’intention malicieuse de ma part dans le fait d’associer dans un même message l’action de Xavier Darcos et la fessée…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 30/10/08


Les cours d'histoire dictés par le Parlement?
Xavier Darcos a relancé la polémique hier devant la mission parlementaire sur les questions mémorielles.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 30/10/08


Plus d'un million d'élèves
en soutien scolaire
Xavier Darcos multiplie les dispositifs d'aide ou de soutien personnalisés pour les élèves en difficulté.
Lire la suite de l’article


La prise en charge des phobies scolaires progresse
Le refus maladif de prendre le chemin de l'école est de plus en plus reconnu.
Lire la suite de l’article


Une mère sans-papiers dénoncée en inscrivant son enfant à l'école
L'affaire soulève un paradoxe juridique autour des inscriptions des enfants de sans-papiers à l'école. Une enquête administrative va être menée.
Lire la suite de l’article


Les programmes d'histoire choisis par le Parlement ?
Le ministre de l'Éducation a plaidé en ce sens devant la mission d'information sur les questions mémorielles de l'Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article


Faut-il légiférer sur l'histoire ?
« N'enlevons pas au Parlement la liberté de proté ger les citoyens », déclare Jean-Claude Gayssot. « Ce n'est en tout cas pas à lui de décréter la vérité historique », lui répond Françoise Chandernagor.
Lire la suite de l’article


Lois mémorielles :
les historiens à l'Assemblée
Une partie d'entre eux juge légitime que le législateur se préoccupe des manuels scolaires.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 30/10/08



La contestation persiste après le vote de la réforme scolaire italienne
Des centaines de milliers de manifestants étaient attendus à Rome, jeudi 30 octobre, à l'occasion de la grève générale de l'école à l'appel des trois principales confédérations syndicales du pays. Cette nouvelle journée de mobilisation contre les coupes budgétaires du gouvernement de Silvio Berlusconi arrive au lendemain de l'adoption définitive, par le Sénat, du très controversé texte de la ministre de l'éducation, Mariastella Gelmini, qui apporte d'importants changements à l'école, en particulier dans le primaire.
Lire la suite de l’article


Xavier Darcos fait volte-face après avoir relancé la polémique sur les lois mémorielles
Faute d'avoir été tranchée, la question des rapports entre le pouvoir politique et l'enseignement de l'histoire reste des plus sensibles. Pour être intervenu avec fracas sur ce terrain miné, le ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos, a été contraint de faire machine arrière.
Lire la suite de l’article


Qui décide des programmes d'histoire-géographie ?
Si Xavier Darcos a tempéré, mercredi, ses propos de la veille sur le rôle du Parlement en matière de programmes d'histoire – précisant qu'il s'agirait de "recueillir l'avis de la représentation nationale sur la manière dont les programmes sont orientés mais surtout pas évidemment sur les contenus historiques" –, les réactions restent vives.
Lire la suite de l’article


La mort des humanités
par William Marx, professeur à l'université d'Orléans, membre de l'Institut universitaire de France.

La révolte gronde dans les universités. Les uns après les autres, leurs conseils d'administration votent à l'unanimité des motions de protestation. Lyon-III, Paris-III, Paris-IV, Bordeaux-III, Caen : la liste s'allonge jour après jour. Ce que ni la loi sur l'autonomie ni la réforme du CNRS n'ont réussi à faire, la réforme des concours de recrutement du secondaire l'a finalement obtenu : une résistance généralisée aux diktats du ministère.[…]
Ce sont surtout les disciplines universitaires les plus liées à l'enseignement secondaire qui se sentent menacées : lettres, philosophie, histoire, langues vivantes, etc. Actuellement, un étudiant qui souhaite présenter le capes dans ces disciplines fait souvent le choix de préparer un véritable master, sanctionné par un mémoire de recherche, avant de se présenter au concours. Les actuels professeurs certifiés sont donc pour beaucoup déjà titulaires d'un master, qui garantit la qualité de leur formation.
Dans le nouveau projet, ce ne sera plus possible : la plupart des étudiants choisiront les nouveaux masters d'enseignement, qui les prépareront aux concours, plutôt que les masters de recherche. Résultat : loin d'être mieux formés qu'aujourd'hui, ils le seront plutôt moins bien, puisqu'ils n'auront plus derrière eux cette expérience d'initiation sérieuse à la recherche qui fait tout le prix des masters actuels.
Mais là n'est pas le plus grave. Si toutes les universités se mobilisent, c'est que se profile la fin programmée de la recherche française dans les humanités. […]
Lire la suite de l’article


Les programmes d'histoire choisis par le Parlement ?
Le ministre de l'Éducation a plaidé en ce sens devant la mission d'information sur les questions mémorielles de l'Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 30/10/08 (un jour de retard)



« La loi Gayssot n’édicte pas d’histoire officielle »
Pour Jean-Claude Gayssot, auteur de la loi contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, « ce texte est d’abord une loi pénale, qui renvoie à des enjeux contemporains. » Entretien.
Lire la suite de l’article


La mémoire, terrain interdit à la politique ?
Sous prétexte de mettre un terme à « l’inflation de lois mémorielles », l’association Liberté pour l’histoire veut revenir sur les lois Gayssot et Taubira.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 30/10/08



Rien vu...



------------------------------------------------
La Croix du 30/10/08


Faut-il interdire la fessée ?
Le Conseil de l’Europe voudrait faire interdire par tous les États membres les punitions corporelles dans les familles. Mais les Français ne semblent pas prêts
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 30/10/08



Partenariat inédit entre l'université d'Assas et l'Essec

C'est un mariage entre mastodontes qui pourrait faire un peu de bruit dans le secteur très concurrentiel de la formation des juristes d'affaires. L'université Paris-II Panthéon-Assas et l'école de management Essec ont signé hier un partenariat inédit qui permettra d'ici peu à leurs étudiants de niveau master (bac + 5) d'effectuer des doubles cursus.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 30/10/08


Loi sur l'histoire : c'est reparti !
Loi sur l’histoire : c’est reparti ! Xavier Darcos rallume le feu : l’histoire sera plus belle quand elle sera légale. Catastrophe de la pensée.
Lire la suite de l’article


Xavier Darcos calme le jeu, le PS parle de manipulation
Coutumier des effets d'annonce, Xavier Darcos a temporisé ses propos concernant les programmes d'Histoire mardi à l'Assemblée. Le ministre de l'Education nationale s'était demandé devant la mission d'information sur les questions mémorielles
si le Parlement ne pourrait pas prescrire «ce qui doit être enseigné» aux élèves dans des matières sensibles comme l'Histoire.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 30/10/08



Rien vu...



------------------------------------------------
Ouest-France du 30/10/08


Et si on enseignait l'Europe à l'école ?
Comment intéresser les citoyens aux élections européennes ? Des idées ont été émises par 300 jeunes, hier à Rennes.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 30/10/08



Histoire: Darcos sème le trouble
En évoquant, mardi, une possible participation du Parlement dans l'enseignement de l'Histoire du primaire au lycée, Xavier Darcos a provoqué la colère des tenants d'une stricte séparation entre programmes scolaires et monde politique. A tel point que mercredi, le ministre a dû s'employer afin de lever les ambigüités.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 30/10/08


Le Parlement, rédacteur des programmes d'histoire ?
C'est la question que s'est posée Xavier Darcos. "On aurait au moins des grands sujets qui seraient reconnus une bonne fois pour toutes", a expliqué le ministre de l'Education.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 30/10/08


Les ados et l'alcool, ce n'est pas ce que l'on croit...
Alors que le débat sur les jeunes et la boisson est relancé -interdiction de vente aux mineurs... mais autorisation de la pub sur Internet-, un atlas dévoilé ce jeudi détaille, pour la première fois, leur consommation région par région. Il confirme des tendances comme les beuveries à répétition, mais il remet aussi en question quelques préjugés tenaces.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 30/10/08



Le PS accuse "la droite" de vouloir "manipuler l'histoire"
Le groupe PS à l'Assemblée nationale a dénoncé mercredi "la droite incorrigible dans sa volonté de manipuler l'histoire" après les déclarations mardi du ministre de l'Education, qui les a nuancées mercredi.
Lire la suite de l’article


Darcos: les enseignants spécialisés dans l'échec scolaire sont "utiles"
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a estimé que les postes de professeurs des écoles spécialisés dans l'échec scolaire (dits "Rased") étaient "utiles" et assuré que "nous avons besoin d'eux", devant l'Assemblée nationale mercredi.
Lire la suite de l’article


Darcos nuance son propos sur le lien Parlement-enseignement de l'histoire
Le ministre de l'Education a nuancé mercredi son propos après avoir envisagé la veille de confier au Parlement la charge de prescrire "ce qui doit être enseigné", notamment en histoire, un sujet sensible pour les professeurs qui réclament une pleine liberté pour leur discipline.
Lire la suite de l’article


Plus de 40.000 contrats aidés pour l'accompagnement des élèves handicapés
Le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, a précisé mercredi devant l'Assemblée nationale que "plus de 40.000" contrats aidés seraient "réservés au sein de l'Education nationale à l'accompagnement des élèves en situation de handicap".
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

mardi, octobre 28, 2008

Revue de presse du mardi 28 octobre 2008

Rased : Réseau dead !
Trois fois par semaine, Amandine, 8 ans, en CE1, quitte sa classe et part travailler quarante-cinq minutes avec un instituteur spécialisé. Elle a des problèmes de mémoire. L’enseignant lui fait revoir, avec deux autres élèves, les apprentissages de base, à travers le jeu, le dessin ou simplement le dialogue. Mais sa mère, Nathalie, est inquiète : «On m’a dit que, l’an prochain, cet instituteur ne serait sans doute plus là. Il faudra alors qu’elle s’inscrive à l’aide individualisée que les instituteurs normaux font désormais. Dans son école, c’est deux fois par semaine de 11 h 30 à 12 h 30. Une catastrophe : Amandine sera bien trop fatiguée pour pouvoir progresser. En plus, elle aura faim.» Libération revient sur le sort réservé aux RASED (Réseau d’aide aux élèves en difficultés) et le début très concret de cet article montre bien que l’argument utilisé par le ministre ne tient pas. Le soutien mis en place cette année ne peut remplacer le travail des maîtres E et des maîtres G (les deux intervenants en Rased). On ne traite pas des même difficultés . Pour les syndicats : il s’agit d’une formidable «régression dans le traitement de la difficulté scolaire», dans le seul but de faire des économies ».

Durant ces (trop courtes) vacances, le journal Les Échos revient aussi sur le soutien scolaire. D’après le ministère, près de 1 million d'élèves - soit 19,13 % des effectifs – auraient déjà bénéficié de ce soutien, qui prend donc diverses formes.
Le quota de deux heures hebdomadaires a été, dans la majorité des cas, scindé en quatre séquences quotidiennes de trente minutes, plus faciles à « caser » dans l'emploi du temps des élèves. Les cours se déroulent le plus souvent à midi (42,5 %) ou le soir (32,7 %) au détriment du mercredi matin (4 %).Mais l’article inclut aussi dans le soutien les stages organisés pendant les vacances. 7.500 lycéens se sont inscrits cette semaine aux cours organisés par 1.300 professeurs et étudiants volontaires attirés par ce complément de salaire défiscalisé.
Mais comme le note Laurence Albert, si ces stages de vacances ne suscitent pas trop de problèmes, en revanche le soutien durant la semaine est l’objet de polémiques. D’abord car il pose la question des rythmes scolaires et puis surtout parce que comme le dit elle même la journaliste “les récentes annonces sur le budget 2009 sont venues brouiller le message ”. La suppression des Rased que nous évoquions plus haut est paradoxale et provocatrice. La pétition de soutien a déjà recueilli 60 000 signatures et ce sera une des revendications (mais pas la seule !) de la grève des enseignants du primaire le 20 novembre prochain.

Festival de déploration dans Le Monde
La rentrée publique des cinq académies regroupées au sein de l'Institut de France est consacrée, cette année, à l'éducation. Le Monde publie des extraits des communications présentées ce mardi 28 octobre. On y trouve des textes de Jacqueline De Romilly qui déplore qu’on ne lise plus les grands textes ou encore de Bernard Bourgeois qui déplore l’ “inflation pédagogique” .
Seul Pierre Léna, de l’Académie des Sciences plaide pour une “science pour tous” et pour redonner de la saveur aux sciences expérimentales. Il “déplore” (mais à l’envers des autres) que“mathématiques et sciences n'éveillent plus guère la passion des jeunes. Bien souvent, ils ne les cultivent que parce qu'au lycée la lettre S signifie plutôt sélection que science. […] Quant à la pédagogie, alors que nos élèves sont avides de savoir comment fonctionne le monde et veulent assouvir leur curiosité, ils comprennent mal que tienne tant de place la résolution de problèmes formels, portant sur des sujets étroits dont ils recherchent la pertinence pour leur propre vie.

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 28/10/08


L’école du bavardage
Thomas Clerc maître de conférences à Paris-X Nanterre, ex-professeur du secondaire.

Il est difficile pour un professeur du secondaire de juger le film de Laurent Cantet Entre les murs, comme s’il était trop concerné. Opérer une distinction entre le film et son sujet, l’école, est ardu : les acteurs jouent leur propre rôle et le film adopte une esthétique pseudo-documentaire qui n’est pas la réalité (à cause du choix des séquences et du montage) mais qui s’en rapproche de façon sensible. J’ai retrouvé l’ambiance de mes années passées au collège ou au lycée, en pire. Le mérite d’Entre les murs est de montrer aux Français la difficulté du métier de professeur en termes plus éloquents qu’un livre : le naturalisme du «roman» de Bégaudeau trouve ici sa meilleure incarnation. Indépendamment de ses qualités filmiques, Entre les murs décrit bien la crise terrible de l’enseignement qu’on pourrait lire à travers le prisme du bavardage. Le bruit règne au collège Françoise-Dolto : le silence, sans lequel l’acquisition du savoir est à cet âge impossible, n’existe pas.
[…] Le professeur Bégaudeau ne transmet rien à ses élèves : il parle avec eux sans cesse, dans un univers saturé de ce qu’en rhétorique aussi on appelle le bruit, qui perturbe toute communication normale.
[…] L’échange verbal se fait ensuite de façon totalement anarchique : les élèves interrompent le cours en permanence par des questions extrascolaires qui empêchent toute autonomie disciplinaire.
[…] Bégaudeau et Cantet sont de gauche mais leur film donne des arguments massue aux penseurs de droite qui, de Renaud Camus à Finkielkraut, ont pointé ces dérives depuis plus de vingt ans que le libéralisme participe à la destruction de l’école républicaine.[…]
Lire la suite de l’article


«Je ne suis pas là pour tirer les oreilles des élèves!»
Depuis la rentrée, tous les collèges des Hauts-de-Seine ont désormais un policier référent. Pour le meilleur comme pour le pire.
Lire la suite de l’article


Elèves en difficulté : les Rased craignent d’être rasés de la classe
Xavier Darcos a annoncé la suppression de 3 000 postes de maîtres spécialisés.
Lire la suite de l’article


Un suicide, dans les règles (Blog d’Yves Michaud)
Il ne suffit pas pour devenir fonctionnaire de réussir un concours. Il faut après une période comme fonctionnaire stagiaire être titularisé. A quelques rarissimes exceptions près, il s'agit d'une formalité. Sauf...
J'ai parlé il y a quelques temps à la fin de l'Esprit public, dans ma "brève", de ce qui est arrivé à l'université de Brest à une jeune maître de conférences en philosophie, madame Marie-Claude Lorne. Il me faut y revenir tant l'affaire est grave... et étouffée.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 28/10/08


La fin de l'enfant roi ?
Enfants perturbés, parents déboussolés, psys débordés : Dolto est plus que jamais contestée. La célèbre psychanalyste serait-elle passée de mode, ou victime de son succès ?
Lire la suite de l’article


L'héritage de Françoise Dolto
en question
Un dimanche au Jardin d'Acclimatation, près de Paris. Une vingtaine d'enfants sautillent cul par-dessus tête sur des trampolines. Sept minutes de récréation en apesanteur. Pas une de plus. Le temps écoulé, le responsable de l'animation intervient comme il se doit, chrono en main. Pas facile de dompter ces mômes montés sur ressorts. Quelques durs à cuire réclament en braillant « encore un tour ! » ou « deux minutes de rab parce qu'avec papa, c'est toujours comme ça ». La tension monte. Question de timing. Question d'éducation et de politesse aussi, mais les contraintes infligées au nom de la collectivité ne font pas toujours partie des nouveaux réflexes éducatifs. « Je vais t'offrir une glace », propose une mère en pleine négociation avec sa fille. A côté, un père a déjà attrapé son fiston par le bras. Fin des tractations. « Ils ne savent plus y faire avec les enfants », murmure une arrière-grand-mère en dodelinant de la tête.
Lire la suite de l’article


«Il faut élever ses enfants
au sens noble du terme»
Votre livre privilégie une vision personnelle de Françoise Dolto. Comment s'approprie-t-on une « mère universelle » ?
Lire la suite de l’article


«A ne s'intéresser
qu'au psychisme,
on néglige le reste»
Vous avez publié une pièce de théâtre et ensuite un livre anti-Dolto. Pourquoi ?
Lire la suite de l’article


Comment font-ils à l'étranger ?
Dr Spock et les autres
Le pédiatre américain Spock et le Britannique Winnicott furent les premiers à promouvoir l'écoute des enfants.
Lire la suite de l’article


Aide aux parents :
les bonnes affaires
de l'édition
Le conseil parental se porte bien dans l'édition. Car pour les parents et futurs parents, la recherche d'aide en matière d'éducation commence presque toujours par les rayons des librairies. Et si les ouvrages de Françoise Dolto restent une référence, le choix entre la multitude de guides pédagogiques se révèle presque aussi laborieux que de s'occuper de son enfant !
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 28/10/08


La littérature, ou le passé vivant, par Jacqueline de Romilly
Enseignement et éducation sont deux mots presque synonymes qui pourraient s'employer l'un pour l'autre. Il existe cependant entre eux une légère nuance de sens : l'enseignement désigne avant tout la transmission des connaissances intellectuelles ; le mot éducation désigne le fait de mener un être à l'accomplissement de ses qualités propres : esprit, caractère et aptitude à la vie en société. Naturellement, enseignement intellectuel et formation morale ne vont jamais tout à fait l'un sans l'autre. Mais depuis quelques décennies, une sorte de divorce semble être intervenue entre ces deux orientations ; et il s'est ainsi ouvert une crise qui me paraît grave.
Lire la suite de l’article


Réinstituer l'éducation en sa raison, par Bernard Bourgeois
L'éducation semble aujourd'hui plus vivante que jamais, et dans la réalité et dans les pensées. Ce qui a changé, c'est le contexte de l'inflation pédagogique. Elle était autrefois programmatique, soulevée par la volonté largement consensuelle de faire s'accomplir l'institution de l'éducation. Elle est maintenant une réaction en elle-même très conflictuelle à la mise en cause réelle du caractère institué, institutionnel de cette éducation. Or l'inversion du sens de la relation entre l'institution et l'éducation est décisive pour le destin de celle-ci. Car l'éducation n'est pas seulement une institution, elle est l'institution par excellence. L'éducateur est toujours et partout l'instituteur qui élève l'homme, et toute éducation, aussi bien familiale et sociale que scolaire, comporte à sa façon la relation nucléaire du maître et de l'élève. C'est pourquoi une éducation qui ne veut plus, même à l'école, du mot d'instituteur, et qui n'aime guère plus celui d'élève, montre qu'elle ne sait plus ce qu'elle fait ni ce qu'elle est. On en est pourtant venu là.
Lire la suite de l’article


La science pour tous, une nécessité, par Pierre Léna
Nous sommes dans la maison de Ménon, à Athènes. Socrate s'adresse à l'esclave, s'assure d'abord qu'il parle grec, le questionne sur la duplication géométrique de l'aire d'un carré. Ainsi, la première leçon de science de notre histoire débute par le souci d'une langue commune, puis elle se poursuit par un contrôle, non de l'élève mais du maître : "Aie l'oeil sur moi, (Ménon), au cas où il t'arriverait de me trouver en train de lui donner un enseignement ou une explication, au lieu de le questionner sur ce qu'il pense !"
Lire la suite de l’article


La musique, une pratique, par Edith Canat de Chizy
Il y a dans l'enseignement musical en France un divorce entre le savoir et la pratique, entre jouer d'un instrument et savoir jouer d'un instrument. Cercle vicieux d'où l'on ne peut sortir que par le courage de faire sans savoir déjà faire, tout comme celui qui a appris à nager en équilibre sur un tabouret doit inéluctablement avoir le courage de se jeter à l'eau...
Lire la suite de l’article


L'Asie à l'heure de la mondialisation universitaire, par Franciscus Verellen
Quels sont, pour l'enseignement supérieur, les enjeux de l'ouverture de la Chine sur le monde ? La première priorité consiste à intégrer les savoirs et les savoir-faire étrangers et à les adapter aux besoins économiques de la Chine. Ce processus est marqué par la tension entre, d'un côté, ouverture et internationalisation et, d'un autre, rétention et censure jugées nécessaires pour le maintien du contrôle.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 28/10/08 (un jour de retard)


La mémoire, terrain interdit au politique ?
A lire mardi dans l’Humanité, la réponse de Jean-Claude Gayssot à l’appel d’historiens voulant revenir sur les lois Gayssot et Taubira
Lire la suite de l’article


Service minimum : Paris résiste
Éducation . Désavoué par le tribunal, Bertrand Delanoë fait appel.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 28/10/08


Un écolier sur cinq bénéficie du soutien personnalisé
Un coup de pouce pour les élèves les plus en difficulté. Depuis le début de l'année, deux heures d'aide personnalisée sont proposées aux écoliers les plus faibles en contrepartie de la suppression - pour tous les enfants - des cours du samedi matin. Bilan : un écolier sur cinq du public en bénéficie, selon une étude de l'Education Nationale.
Lire la suite de l’article


Le grand match des spectacles pour enfants
Difficile de choisir entre les spectacles destinés aux plus jeunes. Nous avons comparé leurs qualités artistiques, mais également leurs aspects pratiques : coûts des boissons, produits dérivés…
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 28/10/08



Dans tout le Zimbabwe, les écoles ne fonctionnent plus
Toutes les écoles publiques ont fermé au Zimbabwe. Les professeurs en grève ne veulent pas faire passer les élèves dans la classe supérieure
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 28/10/08



Le soutien scolaire s'installe dans les écoles et les lycées
Le dispositif bénéficie à un écolier sur cinq et 7.500 lycéens assistent à un stage pendant les vacances. Mesure phare de la rentrée, l'aide aux élèves en difficulté suscite des polémiques sur fond de suppressions de postes.
Lire la suite de l’article


Elargissons les portes d'entrée des grandes écoles
ALAIN LEMASSOn, ancien vice-président de Case CNH Capital Europe.

Tout a été dit ou presque sur les grandes écoles françaises et rien ne change. Ce n'est pourtant pas faute d'une prise de conscience au sein de ces institutions. Les efforts d'internationalisation des unes, la suppression du classement de sortie des autres, la formation au management ou à l'économie des ingénieurs relèvent d'une indubitable volonté d'évoluer. Mais suivre la modernité est une chose, vouloir une réforme profonde en est une autre. Sans doute est-il vain de demander aux grandes écoles de se réformer elles-mêmes, de l'intérieur. Leur succès ne se dément pas. D'année en année, elles attirent les meilleurs professeurs, les meilleurs élèves se précipitent à leurs portes. Oh, il y a bien ici ou là quelques alertes : le classement de Shanghai ou l'absence criante des ingénieurs français des palmarès mondiaux. Mais ceci n'est pas de nature à troubler vraiment la donne. En termes économiques et sociaux, la demande du « produit grandes écoles » est là, et pour longtemps.
Lire la suite de l’article


Professeur accusé d'avoir fait frapper un élève: 9 mois de prison avec sursis requis 

Neuf mois de prison avec sursis et trois ans d'interdiction d'enseigner ont été requis lundi par le procureur du tribunal correctionnel de Pontoise contre un enseignant qui a reconnu, à l'audience, avoir donné l'autorisation à certains de ses élèves d'en frapper un autre.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------------
20 minutes du 28/10/08



Prof violent : neuf mois de prison requis
Le procureur du tribunal correctionnel de Pontoise a requis hier neuf mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer pendant trois ans à l'encontre de l'enseignant de Bessancourt (Val-d'Oise) accusé d'avoir incité des élèves à frapper un de leurs camarades.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 28/10/08



Pour les mineurs, c'est "trop facile d'acheter de l'alcool !"
En 2009, la vente d'alcool aux mineurs sera interdite. Mais les lois actuelles ne sont pas appliquées: la preuve avec nos testeurs.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 28/10/08



300 jeunes et l'Europe pour seconde patrie
Venus de 30 pays européens, 300 lycéens et étudiants vont échanger durant une semaine. À Rennes, les travaux ont été ouverts par le ministre Xavier Darcos.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 28/10/08



Maltraitance: 20 ans d'écoute
L'association Enfance et Partage a lancé lundi une campagne de sensibilisation sur la maltraitance enfantine, alors que l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée évalue à 100 000, le nombre d'enfants en danger. La directrice d'Enfance et Partage, Caroline Quelquejay, revient pour leJDD.fr sur les vingt ans du numéro vert de l'association, destiné aux enfants battus.
Lire la suite de l’article


Vague anti-Berlusconi à Rome
Quasi quotidienne ces derniers temps, la mobilisation contre la réforme du système éducatif italien s'est transformée en véritable raz-de-marée anti-Berlusconi ce samedi dans les rues de Rome. Plus de deux millions de manifestants ont répondu à l'appel de la gauche dans la capitale transalpine. Un premier avertissement d'envergure pour le "Cavaliere".
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 28/10/08


Ecole : appel à une grève nationale le 20 novembre
Les syndicats enseignants exigent "un véritable dialogue social" ainsi qu'"un autre budget" pour 2009 comportant notamment "l'annulation des fermetures" de 13.500 postes, dont 6.000 dans le primaire.
Lire la suite de l’article


Une information judiciaire ouverte contre l'agresseur d'une enseignante
Le parquet de Béziers a ouvert une information judiciaire pour "faits de violence ayant entraîné une ITT inférieure à huit jours sur personne chargée d'une mission de service public commis à l'intérieur d'un établissement d'enseignement" contre une mère d'élève qui a agressé une institutrice.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 28/10/08


Edvige, c'est fini
Le Conseil d'Etat examinera ce mardi le projet de décret retirant ce fichier de police très décrié. L'Intérieur a d'ores et déjà décidé de ne plus l'utiliser.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 28/10/08



Le PS contre la "suppression" des "Rased", enseignants pour élèves en difficulté
Le PS a dénoncé lundi la suppression annoncée dans le budget 2009 de 3.000 postes d'enseignants des Réseaux d'aide spécialisée aux élèves en difficulté (Rased) qui s'inscrit dans "une politique idéologique de sabordage et de démantèlement du service public d'enseignement".
Lire la suite de l’article


Professeur accusé d'avoir fait frapper un élève: 9 mois de prison avec sursis requis
Neuf mois de prison avec sursis et trois ans d'interdiction d'enseigner ont été requis lundi par le procureur du tribunal correctionnel de Pontoise contre un enseignant qui a reconnu, à l'audience, avoir donné l'autorisation à certains de ses élèves d'en frapper un autre.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------

vendredi, octobre 24, 2008

Revue de presse du vendredi 24 octobre 2008

Grève nationale dans les écoles le 20 novembre.
Les trois principaux syndicats enseignants du primaire – SNUipp-FSU, SE-Unsa et Sgen-CFDT – appellent à une grève nationale dans les écoles jeudi 20 novembre, pour dénoncer les dégradations des conditions de travail et les postes supprimés au budget 2009.

Ce mouvement a pour but d'exiger «un véritable dialogue social» et «un autre budget» pour 2009 comportant notamment «l’annulation des fermetures de postes», expliquent les syndicats. 

Ils réclament aussi le maintien des postes de Rased (postes des maîtres des Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté), dont 3.000 n’aideront plus les écoliers en difficulté comme aujourd’hui mais seront réaffectés devant des classes entières l’an prochain

Selon un pointage du ministère de l'éducation, révélé par Le Monde toutes les écoles élémentaires (maternelles et primaires) auraient mis en place l'aide personnalisée. Déjà 1 million d'élèves, soit 19,3 % de l'effectif total, auraient été pris en charge. Seules quelques écoles boycotteraient ouvertement le dispositif en ne proposant aucune aide. D'autres au contraire, détourneraient la mesure en la proposant à tous les élèves à tour de rôle. La plupart des écoles ont opté pour des formules classiques. Pour 42,5 % des élèves, l'aide personnalisée a lieu à la pause de midi. Pour 32,69 % d'entre eux, elle se fait en fin d'après-midi après la classe, et pour 13 % le matin, avant le début des cours. Ces deux heures sont réparties le plus souvent sur quatre jours à raison de 30 minutes par jour.
En revanche, le créneau du mercredi matin est resté très marginal (4,11% des élèves dans 1100 écoles). Pourtant cette solution serait la moins néfaste pour le rythme de l’enfant. Le journal évoque quelques exemples d’école ayant choisi le mercredi. "Il n'était pas question pour nous de perdre une matinée, car c'est entre 9 h 30 et 11 heures que les enfants sont les plus réceptifs", dit une directrice d’école ayant choisi cette modalité. Il est vrai cependant que cela n’est pas sans inconvénients pratiques pour les enseignants, les élèves et les municipalités. Ce qui explique le faible nombre d’écoles ayant fait ce choix malgré l’intérêt pédagogique.
Difficile de tout concilier…

Non à la réduction des heures à l’école !
Ce n’est pas (seulement) en France que l’on crie cela mais en Italie. Leçons en plein air, assemblées dans les écoles et universités, manifestations… Les protestations des étudiants, enseignants et parents d’élèves contre les mesures du gouvernement devraient culminer le 30 octobre, jour de grève générale. Une manifestation nationale se tiendra dans la capitale et elle s’annonce gigantesque.
C’est La Croix qui nous informe de ce qui se passe chez nos voisins Le décret-loi Gelmini que prépare le gouvernement, devrait réduire les horaires scolaires à vingt-quatre heures par semaine. Les cours commenceront à 8 heures et se termineront à 12 h 30. Les élèves du primaire n’auront plus qu’un enseignant par classe au lieu de 3 pour deux classes, comme cela existe depuis plus de vingt ans. Là aussi les raisons sont essentiellement économiques. Le plan prévoit en effet 7,4 milliards d’euros de moins entre 2009 et 2012, en supprimant 87 400 postes d’enseignants et 45 000 emplois administratifs.
Ca ne vous rappelle rien ?

Pendant les vacances, cette chronique et son chroniqueur vont prendre un rythme moins soutenu.

Bonne Lecture et bonnes vacances à tous...
----------------------------------------------
Libération du 24/10/08


Suicide d’un professeur dans l’Aisne: l’élève reconnaît avoir menti
Le collégien, 15 ans, avait accusé son enseignant de lui avoir donné un coup de poing. Le professeur s'était donné la mort le lendemain de sa garde à vue.
Lire la suite de l’article


Appel à une grève nationale dans les écoles le 20 novembre
Les enseignants du primaire dénoncent la dégradation des conditions de travail et les postes supprimés au budget 2009.
Lire la suite de l’article


«Les citoyens ne veulent plus être pris pour des numéros»
L'historien Pierre Rosanvallon, auteur de «La légitimité démocratique, impartialité, réflexivité, proximité», aux Editions du Seuil, a répondu à vos questions.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 24/10/08


Aisne : le prof s'est suicidé après de fausses accusations
Le collégien qui avait affirmé que l'enseignant lui avait mis un coup de poing a reconnu avoir menti. Il fera l'objet de poursuites judiciaires.
Lire la suite de l’article


Grève nationale dans
les écoles le 20 novembre
Les trois principaux syndicats d'enseignants du primaire ont appelé vendredi à une journée de mobilisation pour dénoncer la politique éducative du gouvernement.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 25/10/08



Les écoles ont casé l'aide aux élèves en difficulté dans la semaine de 4 jours
Malgré une pluie de critiques, le dispositif d'"aide personnalisée" destiné aux élèves en difficulté s'est mis en place dans les écoles tout au long du mois d'octobre. L'organisation de ces deux heures hebdomadaires dégagées par la suppression des cours du samedi matin avait été laissée à la discrétion des écoles et des communes. Celles-ci devaient se mettre d'accord pour les répartir sur une semaine de quatre jours, ou quatre jours et demi avec le mercredi matin.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 23/10/08 (un jour de retard)



Le sens de l’engagement
« Ils nous ont tout repris et ils s’attaquent maintenant à notre mémoire. » Référence à la récupération de Guy Môquet par Nicolas Sarkozy, la remarque revient souvent chez les « anciens » comme ils aiment à s’appeler.
Lire la suite de l’article


Les jeunes résistants, un exemple
C’est dans une clairière ensoleillée et où résonnent au loin des voix d’enfants qu’a débuté la 67e commémoration de la fusillade de Châteaubriant. Les discours qui précèdent la reconstitution historique, axée cette année sur la jeunesse résistante, font rapidement le parallèle entre les jeunes résistants d’autrefois et leurs vis-à-vis contemporains.
Lire la suite de l’article


Total respect pour Guy Môquet
Plus jeune, j’avais entendu parler de Guy Môquet : c’était le nom du gymnase de ma ville ! Vague souvenir d’une leçon apprise à l’école… Un jeune de dix-sept ans, fusillé pendant la Seconde Guerre mondiale.
Lire la suite de l’article
----------------------------------------------------
Le Parisien du 24/10/08



A l’école des enfants surdoués
Il y aurait près de 400 000 élèves précoces en France. Mais être surdoué n’est pas un gage de réussite scolaire. Beaucoup deviennent même des cancres. Comme François, 8 ans, qui revit dans l’école pour enfants précoces ouverte depuis la rentrée à Paris.
Lire la suite de l’article


Le lycéen avait filmé l’agression d’un élève
Cinq lycéens ont été placés en garde à vue après l’agression violente d’un autre élève, filmée par l’un d’eux.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 24/10/08



Les écoles et les universités italiennes en révolte
Leçons en plein air, assemblées dans les écoles et universités, manifestations… Les protestations des étudiants, enseignants et parents d’élèves contre les mesures du gouvernement devraient culminer le 30 octobre, jour de grève générale
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 24/10/08



Appel à une grève nationale dans les écoles le 20 novembre

Les trois principaux syndicats enseignants du primaire dénoncent les dégradations des conditions de travail et les suppressions de postes prévues dans le projet de budget 2009.
Lire la suite de l’article


Une institutrice agressée par une mère d'élève à Pézenas 

Une institutrice d'une école primaire de Pézenas, dans l'Hérault, a été agressée et blessée dans l'établissement, jeudi, par une mère d'élève, l'agression lui valant un arrêt de travail de quatre jours, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie.
Lire la suite de l’article


Suicide d'un professeur accusé de violences: l'élève a reconnu avoir menti 

Le collégien de Saint-Michel (Aisne) qui avait affirmé avoir reçu un coup de poing d'un professeur qui s'était suicidé fin septembre après sa garde à vue a reconnu avoir menti et va faire l'objet de poursuites judiciaires, a annoncé vendredi le parquet de Laon.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 24/10/08



Une institutrice «tabassée» par la mère d'une élève
L’institutrice agressée jeudi par la mère d’une de ses élèves a été littéralement «tabassée» selon Paul-Jacques Guyot, inspecteur d’académie de l’Hérault. A l’origine de l’agression: le refus de l’enseignante de cette école de la ville de Pézenas d’autoriser une enfant d’une classe de CE2-CM1 à se rendre aux toilettes à la fin de la récréation du matin.
Lire la suite de l’article


Suicide d'un professeur: l'élève avait menti
Son professeur, qu'il avait accusé de lui avoir donné un coup de poing fin septembre, s'était suicidé après sa garde à vue. Ce vendredi, le collégien de Saint-Michel (Aisne) reconnaît avoir menti.
Lire la suite de l’article


Le primaire en grève le 20 novembre, Sarkozy ne comprend pas
Le 20 novembre, les enseignants du primaire battront une nouvelle fois le pavé. Un préavis de grève a été déposé par trois des principaux syndicats enseignants du primaire: SNUipp-FSU, SE-Unsa et Sgen-CFDT.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 24/10/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Ouest-France du 24/10/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 24/10/08



Rien vu...


Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 24/10/08


Le professeur suicidé avait été accusé à tort de violences sur un élève
Le collégien, qui avait accusé son professeur de lui avoir donné un coup de poing, a reconnu avoir menti et va faire l'objet de poursuites judiciaires. L'enseignant mis en cause avait été retrouvé pendu à son domicile.
Lire la suite de l’article


Service minimum à l'école : Delanoë persiste et signe
"Je ne mettrai jamais en danger les gamins de Paris du point de vue de leur sécurité", a affirmé le maire de Paris, pourtant rappelé à l'ordre par la justice, qui lui a ordonné mercredi d'appliquer la loi sur le service minimum d'accueil.
Lire la suite de l’article


Une mère d'élève agresse une institutrice
Elle a fait irruption dans une salle de classe pour frapper la professeure des écoles qui avait interdit à sa fille d'aller aux toilettes.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 24/10/08


L'élève a menti, le professeur s'est suicidé
Le collégien de Saint-Michel qui avait accusé de violences un professeur qui s'était suicidé fin septembre après sa garde à vue a reconnu avoir menti. Il va faire l'objet de poursuites judiciaires.
Lire la suite de l’article


Une institutrice agressée par une mère d'élève à Pézenas
Une institutrice de Pézenas, dans l'Hérault, a été agressée et blessée par une mère d'élève, jeudi dans les locaux de l'école primaire.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 24/10/08



Réformes Darcos: plusieurs centaines de manifestants en Ille-et-Vilaine
Plusieurs centaines d'enseignants - 600 selon la police, plus d'un millier selon les syndicats - ont manifesté vendredi contre les réformes en cours dans l'Education nationale en marge d'une visite en Ille-et-Vilaine du ministre Xavier Darcos.
Lire la suite de l’article


L'enseignante poignardée en 2005 à Etampes demande une indemnisation
La demande d'indemnisation de Karen Montet-Toutain, enseignante poignardée en plein cours par un élève le 16 décembre 2005 au lycée Louis-Blériot d'Etampes (Essonne) a été examinée vendredi par le tribunal administratif de Versailles, a annoncé son avocat à l'AFP.
Lire la suite de l’article


7.500 lycéens inscrits pour les stages pendant les congés de la Toussaint
Près de 7.500 lycéens volontaires sont inscrits pour le dispositif de soutien scolaire gratuit prodigué pendant les vacances de la Toussaint dans les 200 lycées les plus en difficulté, a affirmé le ministère de l'Education dans un communiqué vendredi.
Lire la suite de l’article


Le proviseur d'un lycée d'Athis-Mons agressé en marge d'une remise de diplôme
Le proviseur du lycée Marcel-Pagnol d'Athis-Mons (Essonne) a été agressé vendredi après-midi par le petit ami d'une ancienne élève en marge d'une cérémonie de remise des diplômes du baccalauréat, a-t-on appris auprès du rectorat de Versailles.
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée: les lycéens de Flers manifestent contre le projet Darcos
Quelque 300 à 400 lycéens, selon la police ou les organisateurs, ont manifesté vendredi à Flers (Orne) contre la réforme du lycée en projet au ministère de l'Education.
Lire la suite de l’article


Service minimum à l'école (SMA): à l'Etat d'assumer, selon les maires ruraux
L'Association des maires ruraux de France (AMRF) a demandé vendredi à l'Etat "d'assumer ses propres responsabilités" dans la mise en oeuvre de la loi sur le service minimum d'accueil (SMA) des enfants à l'école en cas de grève.
Lire la suite de l’article



-----------------------------------------------------------------------

jeudi, octobre 23, 2008

Revue de presse du jeudi 23 octobre 2008

Insultes
Après “les criminels contre l'intelligence“ de Xavier Darcos, Nicolas Sarkozy, stigmatise à son tour les manifestants du 19 octobre.
"J'ai un grand respect pour la démocratie, j'ai un grand respect pour le droit de manifester, mais quand j'entends les slogans de manifestations de ces derniers jours d'une petite partie de la Fonction publique d'Etat, je me demande s'ils se rendent compte de la gravité de la crise", a déclaré Nicolas Sarkozy, lors d'un déplacement en Haute-Savoie. "Que des gens viennent de bonne foi nous demander en réponse à la crise d'embaucher davantage de fonctionnaires et davantage d'emplois publics, je me demande s'ils ont bien compris dans quel monde nous vivons", a t-il ajouté
Restons calme et expliquons : le 19 octobre dernier, les 80 000 manifestants (affirmer qu'ils n'étaient que 32 000 est déjà en soi une insulte) ne réclamaient pas “plus de moyens”. Ils demandaient juste que l'on cesse de supprimer des postes et de réduire les moyens. A l'heure où le chômage augmente, ils considèrent qu'il ne faut pas réduire aussi l'emploi public et mettre en péril les associations complémentaires et les emplois qu'ils créent. Comme le disait un article récent : avec le budget actuel il ne s'agit plus de “dégraisser le mammouth”, on attaque l'os et on est en train de le tuer....
Il serait bon qu'on cesse de considérer l'éducation comme une dépense pour la considérer comme un investissement. C'est là que se situe le véritable “crime contre l'intelligence”...

Quelle suite à la manifestation du 19 ?
Les vingt-et-une organisations à l'origine de l'appel à la manifestation ont décidé mercredi de "poursuivre l'action" en interpellant, du 17 au 21 novembre, les parlementaires sur les suppressions de postes prévues dans le budget 2009, a-t-on appris auprès de syndicats enseignants.
Sur le site de ce groupement destiné à devenir permanent, on pourra lire le communiqué définissant la suite de l'action.

La réforme de la classe de seconde prévoit donc trois heures de soutien. Mais elle reste pour l'instant très évasive sur les modalités de cet accompagnement des élèves. La Croix propose une réflexion sur l'accompagnement. On y trouve notamment un reportage sur un lycée de Perpignan qui expérimente des ateliers de soutien durant les congés scolaires. Mais aussi une réflexion plus générale sur les différentes façons d'accompagner les élèves et les enjeux de l'accompagnement.
Comment faire ? Y a t-il une réelle volonté ministérielle ? Un proviseur affirme «Les professeurs sont prêts à travailler autrement, mais ils constatent qu'ils ont des classes de plus en plus chargées, ce qui rend plus difficile le suivi des élève».

Après avoir rappelé qu'aujourd'hui en France comme dans les autres pays la démocratisation de l'école marque le pas et qu'il faut parvenir à lutter contre l'échec scolaire, Éric Charbonnier expert sur les questions d'éducation à l'OCDE ajoute « La vraie question est de savoir si l'on va diminuer le volume des cours pour faire des économies ou pour enseigner autrement. »


On sait le goût de Xavier Darcos pour les médailles.
On apprend sur le blog de Luc Cédelle, le journaliste ”Education“ du journal Le Monde que le Ministre va décorer solennellement vendredi 24 octobre, Marc Le Bris du grade de Chevalier de l'Ordre national du Mérite lors d'un déplacement en Bretagne. Pour ceux qui ignoreraient qui est Marc Le Bris, c'est l'ineffable auteur de “Et vos enfants ne sauront pas lire ni compter” et un des principaux animateurs du collectif conservateur et anti-pédago “sauver les lettres”.
On notera aussi que cette remise de décoration devait se faire très discrètement (c'est raté). Elle n'est pas annoncée dans l'agenda officiel de Xavier Darcos et n'est pas non plus mentionnée dans le communiqué de presse publié le mercredi 22 octobre sur cette visite.
Pourtant, il semble bien que Darcos a choisi son camp depuis longtemps...

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 23/10/08


La justice ordonne à Delanoë d’appliquer le service minimum à l’école
Le tribunal administratif demande au maire de Paris d'appliquer la loi sur le service minimum d'accueil à l'école en cas de grève dans la capitale. Delanoë fait appel, évoquant des problèmes de sécurité.
Lire la suite de l’article


Le développement de la filière bilingue français-breton en perte de vitesse
Avec 12 287 élèves bilingues en Bretagne en 2008, la filière continue de se développer mais avec le taux de progression le plus faible depuis 1981: + 4,66%. Un taux qui pourrait mettre en péril l’avenir du Breton, estime l’Office de la langue bretonne, qui attribue ces chiffres au petit nombre d’ouvertures de nouveaux sites (seulement quatre nouvelles maternelles en 2008 contre huit en 2007) malgré une demande toujours aussi forte .
Lire la suite de l’article


«C’est mon papy qui m’a fait fumer ma première taffe»
Malgré la prévention, le tabagisme progresse chez les jeunes.
Lire la suite de l’article


Un nerd de famille
L’entrée des nouvelles technologies dans le cocon familiale n’entraine pas la fission de la famille nucléaire (couple, marié ou non avec enfant). Au contraire même, les technologies de communications resserrent les liens familiaux. C’est ce que révèle la dernière étude de Pew Internet Project. Un résultat contraire à certaines idées reçues.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 23/10/08


Service d'accueil : Delanoë désavoué par la justice
Saisi lundi par le préfet de Paris, le tribunal administratif de Paris a affirmé mercredi soir l'illégalité de la décision du maire, Bertrand Delanoë, de ne plus assurer le service minimum d'accueil prévu en cas de grève.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 23/10/08



L'alcool devrait être totalement interdit à la vente pour les mineurs début 2009
La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a indiqué, mercredi 22 octobre, que les dispositions de lutte contre l'alcoolisation des jeunes incluses dans son projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoire" avaient vocation à s'appliquer dès l'adoption du texte au Parlement. Proposant une réforme globale du système de santé (Le Monde du 22 octobre), ce projet de loi sera examiné par les deux Assemblées début janvier 2009, sous la procédure de l'urgence.
Lire la suite de l’article


La justice demande à Delanoë d'appliquer le service minimum à l'école
La justice a suspendu, mercredi 22 octobre, la décision du maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, de ne plus appliquer la loi sur le service minimum d'accueil des enfants à l'école en cas de grève. "La décision du maire de la ville de Paris (...) de ne plus appliquer, pour des raisons de sécurité, la loi du service minimum d'accueil des enfants à l'école lors des prochaines grèves d'enseignants est suspendue", a ordonné le juge des référés du tribunal administratif de Paris.
Lire la suite de l’article


-------------------------------------------
L’Humanité du 23/10/08 (un jour de retard)



900 postes menacés dans la recherche
Les personnels manifestaient hier à Paris contre le démantèlement de l’organisme public.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 23/10/08



Bataille du service minimum : Delanoë fait appel
La bataille du service minimum prend une tournure judiciaire à Paris. La justice a suspendu mercredi la décision du maire socialiste de la capitale Bertrand Delanoë, de ne plus appliquer la loi sur le service minimum d'accueil (SMA) des enfants à l'école en cas de grève. L'adjoint de Bertrand Delanoë en charge des affaires scolaires Pascal Cherki a déclaré ce jeudi que la ville de Paris allait faire appel de cette décision alors qu'un nouveau mouvement de grève est annoncé par une partie du personnel à l'appel du syndicat FO. Il ne devrait cependant pas provoquer trop de perturbations.

Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
La Croix du 23/10/08



Les lycées se préparent à mieux accompagner les élèves
La réforme de la classe de seconde prévoit trois heures de soutien pour les élèves. A Perpignan, un lycée expérimente déjà l’accompagnement pendant les vacances
Lire la suite de l’article


Une nouvelle ère pour le lycée
Points clés de la réforme du lycée présentée mardi 21 octobre : une organisation en semestres, des cours « à la carte » et trois heures de soutien pour tous
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 23/10/08



Les syndicats d'enseignants appellent à une semaine de mobilisation
Les syndicats d'enseignants appellent à une semaine de mobilisation pour défendre l'éducation du 17 au 21 novembre. Objectif : interpeller les parlementaires sur les suppressions de postes prévues au budget 2009.
Lire la suite de l’article


Service minimum dans les écoles : la justice suspend la décision de Bertrand Delanoë

A la veille d'une journée d'action enseignante dans les écoles parisiennes, la justice a ordonné hier au maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, de suspendre sa décision de ne plus appliquer la loi sur le service minimum d'accueil (SMA) des enfants à l'école en cas de grève.
Lire la suite de l’article


Les éditeurs scolaires jugent le délai trop serré

Les éditeurs scolaires, qui étaient déjà montés au créneau sur la réforme du primaire, ont émis des doutes sur le calendrier du lycée.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 23/10/08



Delanoë en service minimum forcé
Le tribunal administratif de Paris a ordonné, hier, à la Ville de suspendre sa décision de ne plus mettre en oeuvre le service minimum d'accueil (SMA) en cas de grève à l'école. En revanche, le juge n'oblige pas Bertrand Delanoë à organiser le SMA aujourd'hui, pendant le mouvement social des fonctionnaires.
Lire la suite de l’article


Yves Saint Laurent fait école au lycée
Défilé sur mesure, hier, au lycée Paul-Poiret (11e). Pour la première fois, l'établissement spécialisé dans la mode recevait plusieurs employés d'Yves Saint Laurent.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 23/10/08



Un collège peut-il porter le nom d'un écrivain réactionnaire ?
L'écrivain Kléber Haedens aura un collège à son nom à la Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine (92). Le conseil général, à majorité UMP, a voté pour ce choix de Philippe Juvin, maire UMP de la ville.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 23/10/08



Rien vu...


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 23/10/08



Delanoë devra faire le minimum
La justice a recadré mercredi Bertrand Delanoë sur la question du Service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles en cas de grève. Par décision du tribunal administratif de Paris, le maire socialiste devra appliquer la loi. Alors qu'il avait accepté le projet de Xavier Darcos, Bertrand Delanoë avait rallié son camp vendredi dernier, considérant le SMA "inapplicable" pour des raisons de sécurité.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 23/10/08


Service minimum à l'école : Delanoë devra appliquer la loi
Le tribunal administratif de Paris déclare illégale la décision du maire de Paris de ne plus appliquer le service minimum d'accueil dans les écoles les jours de grève. Il lui demande de prendre "toutes les mesures utiles" pour organiser cet accueil lors des prochains mouvements sociaux dans l'Education nationale.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 23/10/08


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 23/10/08



Le Snalc lance un appel au Snes et à FO pour s'opposer à la réforme du lycée
Le Snalc-Csen, syndicat d'enseignants du secondaire, a lancé jeudi un appel au Snes-FSU (syndicat majoritaire des collèges et lycées) et à FO pour bâtir "une opposition déterminée à la réforme du lycée", dans un courrier dont l'AFP a eu copie.
Lire la suite de l’article


Des propos de Sarkozy sur les fonctionnaires suscitent la colère de la FSU
Nicolas Sarkozy a déclaré jeudi que ceux qui ont manifesté dimanche à Paris pour demander des postes dans l'Education "ne se rendaient pas compte de la gravité de la crise", suscitant la colère de la FSU, indignée que le président jette les fonctionnaires "en pâture à l'opinion".
Lire la suite de l’article


Future classe de seconde: loin d'être une ambitieuse réforme selon la FCPE
La FCPE, principale fédération de parents d'élèves du public, a estimé que la réorganisation de la classe de seconde était loin d'être "la grande et ambitieuse réforme annoncée pour le lycée", dans un communiqué mercredi.
Lire la suite de l’article


Trois lycéens en garde à vue dans une affaire d'"happy slapping" à Beaumont
Trois lycéens soupçonnés d'avoir frappé vendredi avec d'autres jeunes, et en filmant la bagarre, un élève du lycée Evariste Galois de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), ont été placés mercredi en garde à vue, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
Lire la suite de l’article


Postes supprimés : interpellations des parlementaires du 17 au 21 novembre
Vingt-et-une organisations à l'origine de l'appel à la manifestation de dimanche dernier pour défendre l'Education ont décidé mercredi de "poursuivre l'action" en interpellant, du 17 au 21 novembre, les parlementaires sur les suppressions de postes prévues dans le budget 2009, a-t-on appris auprès de syndicats enseignants.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

mercredi, octobre 22, 2008

Revue de presse du mercredi 22 octobre 2008

"Nous sommes revenus à quelque chose de plus raisonnable que dans des moments d'imagination excessive."
C’est Xavier Darcos qui parle ainsi. . Pour être plus direct, on peut même se demander si une réforme a bien eu lieu… Parce qu'on retrouve des enseignements fondamentaux, des profils marqués (la 2nde est de moins en moins "indéterminée"), du soutien (un peu plus mais qui risque de se perdre dans les sables de l’inertie tout comme le tutorat ou l’aide individualisée avant) . En bref, ça ressemble beaucoup à aujourd'hui....
Je dois être un peu parano, mais après avoir lu lu le discours prononcé aujourd'hui par M. Darcos, je me demande vraiment si le seul changement, dans son "nouveau lycée républicain", ce n'est pas la fin programmée des SES et leur dilution dans un "domaine", les "sciences de la société". C’est d’ailleurs aussi ce que pense Laurence Albert dans Les Échos . Cette bonne connaisseuse du système éducatif constate : “l'architecture globale de la seconde n'évoluera guère : les enseignements obligatoires (mathématiques, français, langues vivantes, histoire-géographie, sciences, sport) demeureront annuels et constitueront un « socle commun » incontournable de 21 heures (23 auparavant). Exception faite de l'économie, les lobbys disciplinaires devraient donc y trouver leur compte, de même que les deux grands syndicats partisans du « savoir » (le SNALC et le SNES), qui faisaient pression pour que l'horaire hebdomadaire des élèves ne soit pas réduit à 27 heures ”.La journaliste se demande ensuite si le succès de la mobilisation enseignante de dimanche a changé la donne ? Selon la Rue de Grenelle, la réforme avait été ficelée avant. En revanche, sans doute conscient du climat social tendu, le ministre a multiplié hier les propos rassurants. Aux lycéens, il a assuré que son projet « n'implique pas » de réforme du baccalauréat. Aux enseignants, il a promis qu'il n'y aurait ni annualisation du temps de travail, ni disparition de la voie technologique, ni même de suppressions de postes liées à la réforme. Il est certain aussi que les délais que s’est imposé Xavier Darcos rendaient très hasardeuse une réforme importante menée dans la précipitation.
On se demande aussi ce que ressent JP de Gaudemar après avoir vu “ses” propositions autant désavouées. On a surtout envie de dire : “Tout ça pour ça…

Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé, Je vais mourir !”.
Guy Môquet, vous vous souvenez ? Il y a un an la polémique était vive. Nicolas Sarkozy avait décidé que tous les élèves de lycée lisent cette lettre d’un jeune résistant communiste fusillé le 22 octobre. Le Monde se demande, un an après, dans combien de classes la lettre a t-elle été lue ? . Fondue dans la "Semaine de l'Europe à l'école", la lecture de la lettre n'est de toute façon plus obligatoire, mais "laissée à la liberté des chefs d'établissement" selon la circulaire publiée cette année. Les professeurs peuvent même choisir une autre lettre, puisque celle de Guy Môquet est proposée au milieu d'un corpus de neuf textes, tous écrits par des résistants européens exécutés par les nazis. Pour Thierry Cadart, du Sgen-CFDT. "Le gouvernement a sagement renoncé à la grande cérémonie nationale et compassionnelle, c'est tant mieux."

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 22/10/08


Vente d'alcool : Bachelot éloigne les jeunes
Dans la réforme proposée aujourd'hui par la ministre de la Santé, concernant l'hôpital et la santé, plusieurs mesures visent «les conduites d’alcoolisation massives». Revue de détail.
Lire la suite de l’article


Alcool: «Les jeunes boivent dès douze ans»
La ministre de la Santé Roselyne Bachelot lance aujourd'hui son plan pour lutter contre l'alcoolisation des jeunes. Un phénomène croissant que Patrick Fouilland, médecin spécialisé en alcoologie, décrypte pour Libération.fr.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 22/10/08


Rien vu...


-------------------------------------------------
Le Monde daté du 22/10/08



La justice demande à Delanoë d'appliquer le service minimum à l'école
La justice a suspendu, mercredi 22 octobre, la décision du maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, de ne plus appliquer la loi sur le service minimum d'accueil des enfants à l'école en cas de grève. "La décision du maire de la ville de Paris (...) de ne plus appliquer, pour des raisons de sécurité, la loi du service minimum d'accueil des enfants à l'école lors des prochaines grèves d'enseignants est suspendue", a ordonné le juge des référés du tribunal administratif de Paris.
Lire la suite de l’article


De nombreux lycées font l'impasse sur la lecture de la lettre de Guy Môquet
Dans combien de classes la lettre de Guy Môquet a-t-elle été lue mercredi 22 octobre ? Difficile à dire tant cette mesure semble aujourd'hui oubliée, un an après la controverse autour de cette proposition de Nicolas Sarkozy.
Lire la suite de l’article


Réforme du lycée : M. Darcos opte pour la voie "raisonnable"
Le schéma de la nouvelle classe de seconde, pour la rentrée 2009, présenté mardi 21 octobre par Xavier Darcos, témoigne d'une prudence que résume ainsi le ministre de l'éducation : "Nous sommes revenus à quelque chose de plus raisonnable que dans des moments d'imagination excessive."
Lire la suite de l’article


Le projet de réforme
sur le site du ministère
Lire la suite de l’article


Les pères en mal d'autorité
Alex et Adèle, la petite quarantaine, parents de deux garçons, sont un couple moderne. Le partage des tâches ne semble pas poser problème. Lui ne rechigne pas à faire la cuisine, s'occuper des enfants, donner le bain et adore câliner. Elle n'hésite pas à monter des étagères sans avoir besoin d'attendre son aide.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 22/10/08 (un jour de retard)



Défilé fourni contre l’école Darcos
Éducation . Quelque 80 000 personnes ont manifesté hier à Paris pour défendre ce service public, mis à mal par les attaques répétées du gouvernement. Une première étape ?
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 22/10/08



Ecoles: le service minimum imposé à Delanoë
La justice a suspendu mercredi la décision du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, de ne plus appliquer la loi sur le service minimum d'accueil (SMA) des enfants à l'école en cas de grève. 

Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 22/10/08



Quatre ou cinq générations dans une même famille
Entre arrière-grands-parents et arrière-petits-enfants, de nouvelles relations sont à créer, de nouveaux rôles à inventer
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos du 22/10/08



Lycée : moins de réformes que prévu

Le ministre de l'Education nationale a présenté une réforme de la classe de seconde de facture classique et d'ampleur limitée. Il cherche à rassurer après la mobilisation plutôt réussie de dimanche.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 22/10/08



Une nouvelle seconde à la carte
Pour le ministre de l'Education Nationale, « les élèves sont acteurs de leur savoir ». Autonomie et personnalisation, voilà les maîtres mots de la réforme de la seconde présentée hier par Xavier Darcos. « Exclusivement pensée sur des restrictions budgétaires », selon plusieurs syndicats, elle entrera en vigueur dès la rentrée prochaine, la nouvelle première n'étant que pour 2010 et la terminale pour 2011. Et le bac ? «On ne le réforme pas.»
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 22/10/08



Faut-il condamner un prof amoureux de son élève ?
Jusqu'où un(e) prof attiré(e) par un(e) de ses élèves doit-il (ne pas) aller? Et quand l'élève elle-même se définit comme « totalement consentante » ? Le tribunal correctionnel de Guingamp, dans les Côtes d'Armor, a relaxé un enseignant de 43 ans accusé d'« atteinte sexuelle sans contraite » sur une mineure de plus de 15 ans.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 22/10/08



Les pays riches ont davantage d'enfants pauvres
Dans les pays développés, les riches sont plus riches, les pauvres plus pauvres, surtout les enfants. Ce n'est pas une fatalité, dit un rapport publié hier.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 22/10/08



Bachelot veut dessoûler les jeunes
Avant 18 ans, plus possible d'acheter de l'alcool. Cette proposition est l'une des mesures phares du projet de loi de modernisation du système de santé présenté ce mercredi par Roselyne Bachelot. Alors que les comportements à risque se multiplient chez les mineurs, cette interdiction n'est pas ou peu contestée. Mais son efficacité reste incertaine.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 22/10/08


La commémoration du résistant Guy Môquet se fait discrète
Loin de la polémique de l'an passé, la lecture dans les classes de lycées de la lettre du jeune résistant passe inaperçue, fondue parmi les initiatives de la "Semaine de l'Europe à l'école". "Le gouvernement a sagement renoncé à la grande cérémonie nationale et compassionnelle, c'est tant mieux", commente le syndicat d'enseignants Sgen-CFDT.
Lire la suite de l’article


Darcos présente la nouvelle classe de seconde, première étape de la réforme du lycée
L'année de seconde nouvelle formule, qui verra le jour à la rentrée 2009, prévoit une année divisée en deux semestres, entrecoupée d'une semaine "de bilan et d'orientation". Le ministre de l'Education a également rappelé qu'il n'y aurait ni réforme du bac ni suppressions de postes au lycée à la rentrée prochaine.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 22/10/08


Rased: les inspecteurs de l'éducation nationale s'opposent à sa réforme
Dans une lettre ouverte à Xavier Darcos, le syndicat de l'inspection de l'Education nationale s'élève contre la réforme des Rased annoncée par le ministre. Ils demandent une réflexion concertée avec celui-ci avant toute modification de ces réseaux d'aides spécialisés aux élèves en difficulté.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 22/10/08



Postes supprimés : interpellations des parlementaires du 17 au 21 novembre
Vingt-et-une organisations à l'origine de l'appel à la manifestation de dimanche dernier pour défendre l'Education ont décidé mercredi de "poursuivre l'action" en interpellant, du 17 au 21 novembre, les parlementaires sur les suppressions de postes prévues dans le budget 2009, a-t-on appris auprès de syndicats enseignants.
Lire la suite de l’article


Future classe de seconde: loin d'être une ambitieuse réforme selon la FCPE
La FCPE, principale fédération de parents d'élèves du public, a estimé que la réorganisation de la classe de seconde était loin d'être "la grande et ambitieuse réforme annoncée pour le lycée", dans un communiqué mercredi.
Lire la suite de l’article


Guy Môquet: Darcos au Mont Valérien pour une cérémonie au ton européen
Le ministre de l'Education Xavier Darcos a rendu hommage aux jeunes résistants européens mercredi matin au Mont Valérien (Hauts-de-Seine), lors d'une cérémonie où ont été lues les lettres d'adieu de Guy Môquet et du résistant allemand Willi Graf.
Lire la suite de l’article


Lycée: Bayrou (MoDem) contre "la logique du zapping" en seconde
Le président du MoDem, François Bayrou, s'est dit mercredi "en désaccord fondamental avec la réforme de la classe de seconde" dénonçant une "logique du zapping".
Lire la suite de l’article


Service minimum dans les écoles: la justice suspend la décision de Delanoë
La justice a ordonné mercredi à Bertrand Delanoë d'appliquer la loi sur le service minimum d'accueil (SMA) à l'école en cas de grève à Paris.
Lire la suite de l’article

-----------------------------------------------------------------------
 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.