lundi, janvier 18, 2010

Revue de presse du lundi 18 janvier 2010


une goutte d’eau dans la mer – les limites d’un sondage – Maîtres à penser – un instit’anglais écrit aux profs des écoles -



30% de boursiers dans chaque école : une goutte d’eau dans la mer
Valérie Pécresse vient de confirmer l'objectif du gouvernement d'atteindre 30 % de boursiers dans les grandes écoles françaises, elle recevait aujourd’hui le président de la conférence des Grandes Écoles. qui s’est, semble t-il, rangé à cet avis.
Dans le prolongement de cette information Le Monde.fr examine les politiques de discrimination positive menées dans trois pays : Etats-Unis, Brésil et Inde. Le premier article est consacré aux Etats-Unis. Là où le concept d’ “affirmative action” s’est développé durant les années 60 à la suite de la lutte pour les droits civiques. Celle-ci désigne au départ des dispositions destinées à susciter en amont une augmentation du nombre de candidats noirs à certains postes. Ce n'est que dans les années 1970 que se met en place une politique de recrutement spécifique, avec dans certaines universités, l'instauration de quotas ethniques. En 2003, trois étudiants blancs recalés par la faculté de droit de l'université du Michigan, s'estimant lésés, saisissent la Cour suprême. "Au-delà de l'interdiction des quotas, la Cour précise alors dans son arrêt que la valeur attribuée au facteur racial ne doit pas être quantifiée à l'avance", indique Daniel Sabbagh, spécialiste de l'affirmative action et directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales (CERI-Sciences Po). Depuis le milieu des années 1990, plusieurs Etats ont rejeté la discrimination positive. Au Texas, dans le Mississippi et en Louisiane, le dispositif a été temporairement aboli par des décisions juridiques, avant d'être réintroduit par l'arrêt de la Cour suprême de 2003. Les politiques d'action affirmative ont-elles joué leur rôle ? "A court terme, elles sont efficaces et arrivent à faire entrer plus de Noirs et d'Hispaniques dans les universités", estime Daniel Sabbagh. Mais elles ne peuvent pas tout, l’article rappelle que 25 % des Afro-Américains continuent de vivre sous le seuil de pauvreté, contre 8 % des Blancs, et la ségrégation géographique continue d'être une réalité, Noirs et Blancs n'habitant pas les mêmes quartiers.
Dans une tribune au Monde daté de mardi , neuf personnalités de l'enseignement supérieur estiment que l'ouverture des grandes écoles aux étudiants boursiers relativisent cette mesure et estiment qu’elle est au mieux une "goutte d'eau dans la mer" mais qu'il fallait d'abord s'attaquer à la réforme de l'université. Parmi eux figurent le philosophe Marcel Gauchet, le juriste Guy Carcassonne, le sociologue François Dubet ou le mathématicien Jean-Pierre Demailly. Tous sont membres du groupe des "Refondateurs de l'université" qui, dans un manifeste en mai 2009, avaient appelé à "refonder l'université". "Au lieu de tenter d'améliorer la situation pour les enfants des classes populaires là où ils font aujourd'hui massivement leurs études, on entend faciliter leur accès homéopathique à ce qui est présenté comme les seuls vrais lieux d'excellence: les classes préparatoires et les “grandes écoles”", constatent-ils."L'université n'est même plus pensée comme lieu d'accueil pour les meilleurs étudiants issus des classes populaires", déplorent-ils.

Sondage
Le Café Pédagogique revient sur le sondage dont nous parlions dès vendredi. Dans cette enquête commandée par le ministre à l’institut CSA, on apprend que 76% des Français sont favorables à la réforme du lycée. Si, on rentre dans le détail des mesures, ce sont 93% des Français interrogés qui trouvent que les stages de remise à niveau sont une bonne chose, 88% pour l'accompagnement personnalisé, 84% pour le tronc commun, 77% pour l'enseignement de l'économie généralisé en seconde.
Mais lorsqu’on rentre dans le détail du sondage, on constate qu’un chiffre a échappé à la vigilance des commentateurs (dont moi) et pourtant, il relativise beaucoup les chiffres précédents. A la question “aujourd’hui une réforme du lycée est à l’étude,, en avez vous entendu parler ?”, ils ne sont que 60% des personnes interrogées à répondre positivement. Alors que dans le même temps à l’item “avis sur la réforme” (dernier tableau) on trouve les réponses suivantes : tout a fait favorable à 19%, plutôt favorable à 62%, plutôt opposé à 15%, tout a fait opposé à 11% et NSPP à 4%. Donc il n'y aurait que 4% des gens qui n'ont pas entendu parler de la réforme qui ne se prononcent pas, le reste émet un avis.


les nouveaux maîtres à penser
Natacha Polony dans Le Figarow se livre à l’exercice du portrait à propos de deux personnes qu’elle appelle “les nouveaux maîtres à penser”. Richard Descoings est le directeur de Sciences Po Paris et l’inspirateur de la réforme du lycée. Il s’est aussi fortement impliqué dans le débat sur les quotas de boursiers dans les grandes écoles. Jean-Michel Blanquer est l’ancien recteur de l’académie de Créteil, devenu aujourd’hui directeur de la Direction générale de l'enseignement scolaire (Degesco). Il s’est fait connaître en étant l’inspirateur de la “cagnotte” contre l’absentéisme et dernièrement de la “mallette des parents”. Pour la journaliste-polémiste du Figaro, ils représentent l’un et l’autre un certain avenir de l’ Éducation Nationale.

un instit’ anglais écrit aux professeurs des écoles français.
A partir de ce lundi 18 janvier, les élèves de CM2 sont soumis pour la deuxième année consécutive sur les évaluations nationales. Ces évaluations avaient suscité de nombreuses oppositions l'an passé. Sur son blog sur le site Médiapart, Sébastien Rome offre un éclairage intéressant. Il donne la parole au Secrétaire Général du National Association of Head Teachers (NAHT - syndicat anglais des directeurs d'écoles). Mike Brookes, déplore que les évaluations à l'anglaise aient été importées en France. Il dresse aussi un constat très sévère de 15 années d'évaluations.
C’est en anglais mais ça permettra à tous ceux et celles qui vont devoir assurer des cours d’anglais au primaire (pour économiser de trop chers intervenants) de faire des travaux pratiques et de se former à cette belle langue…

Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération.fr du 18/01/10 (certains articles payants)


Les évaluations dans les écoles ? Une «imposture»
Les évaluations des élèves de CM2 qui commencent ce lundi 18 janvier sont selon lui «complètement hors sujet». Après un refus d'obéir cet été, une critique en règle cet hiver: le professeur des écoles de Colomiers, Alain Refalo persiste et signe.
Lire la suite de l’article


---------------------------------------------
Le Figaro du 18/01/10


Descoings-Blanquer : les nouveaux maîtres à penser
L'un dirige Sciences Po, l'autre devient un homme clé de l'Éducation nationale.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde.fr du 18/01/10



Sortir de la crise universitaire
groupe des Refondateurs de l'université (créé autour du Manifeste publié par "Le Monde" du 16 mai 2009).

Le débat qui vient de naître autour d'une éventuelle mise en place de quotas de boursiers dans les "grandes écoles" est un symptôme éclairant de la manière dont est pensé l'enseignement supérieur en France. Après la crise majeure de l'université française, marquée, en 2009, par un mouvement de grèves sans précédent, non des étudiants, mais bien du personnel enseignant-chercheur, nous avions pris l'initiative d'un appel à la Refondation de l'université française (Le Monde le 16 mai 2009).
Lire la suite de l’article


La mixité sociale à la trappe, alors la mixité professionnelle ? par Bernard Gossot
L'obligation faite aux établissements scolaires de favoriser la mixité sociale en diversifiant leurs effectifs a fait l'objet de différentes mesures, assorties d'un assouplissement de la carte scolaire qui aurait dû permettre aux parents de choisir l'établissement de leur enfant. Après deux ans d'application, force est de constater que ces dispositions ont quasiment fait long feu. Si elles ont permis aux élèves les plus performants de fréquenter le collège ou le lycée de leur choix, elles n'ont pas provoqué un phénomène significatif de mélange des populations scolaires. Par ailleurs, l'assouplissement de la carte scolaire a connu ses limites et si 72 % des demandes de dérogations ont abouti en collège, 65 % en lycée, il faut apprécier l'immense déception exprimée par les 28 % et 35 % qui n'ont pas obtenu satisfaction, colère et amertume qui sont à mesurer à l'aune des espoirs créés par les promesses affichées. De nombreuses réclamations sont adressées au médiateur quand ce n'est pas au tribunal administratif, lesquels n'en peuvent mais. Selon différentes études (Inspection générale de l'éducation nationale - 2008, Cour des comptes - 2009), l'assouplissement de la carte scolaire aurait renforcé les clivages entre établissements, donc favorisé le phénomène de "ghettoïsation", c'est-à-dire obtenu l'effet exactement contraire de ce contre quoi il était censé lutter. Les quelques collèges "ambition réussite" qui semblent être devenus plus attractifs viennent à peine atténuer cette tendance forte. L'article de Luc Cédelle dans Le Monde du 16 décembre dernier constitue une excellente synthèse de la situation actuelle sur ce sujet.
Lire la suite de l’article


Les grandes écoles endossent l'objectif de 30 % de boursiers
La ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a reçu, lundi 18 janvier, le président de la Conférence des grandes écoles, Pierre Tapie, et celui de la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs, Paul Jacquet. Benoît Floc'h, du service France du "Monde", détaille les résultats de cette réunion et leur portée.
Lire la suite de l’article


L'ascenseur social ne démarre pas au 15e étage !... par Alain Cadix
Le débat sur l'élitisme des grandes écoles est à nouveau ouvert. Depuis fort longtemps, en effet, les catégories sociales les plus modestes et défavorisées sont notoirement sous-représentées dans les grandes écoles, et de façon encore plus marquée dans les prestigieuses. Et cela ne s'est pas arrangé au cours des vingt-cinq dernières années. Un phénomène de même nature et d'une ampleur voisine touche les ex-troisièmes cycles universitaires (DEA et DESS, aujourd'hui master). Dès lors il faut se pencher sur les causes communes, nous y reviendrons.
Lire la suite de l’article


L'expérience de la discrimination positive aux Etats-Unis
Alors que Valérie Pécresse vient de confirmer l'objectif du gouvernement d'atteindre 30 % de boursiers dans les grandes écoles françaises, Le Monde.fr examine les politiques de discrimination positive menées dans trois pays : Etats-Unis, Brésil et Inde. Premier volet aux Etats-Unis.
Lire la suite de l’article


Le principal d'un collège de Seine-et-Marne renversé par deux mineurs
Cela a commencé comme une querelle d'adolescents mais aurait pu se terminer dramatiquement. Alors qu'il s'interposait pour régler un contentieux, vendredi matin, le principal du collège Jean Campin à La Ferté-Gaucher (Seine-et-Marne) a été percuté volontairement par deux jeunes de 16 ans au volant d'une voiture. Selon une source judiciaire, les deux jeunes qui voulaient régler un différend avec une jeune fille scolarisée dans l'établissement ont foncé sur le principal du collège, le percutant légèrement.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 18/01/10 (un jour de retard)



« Oui, la justice des mineurs est efficace »
JEAN-PIERRE ROSENCZVEIG, PRÉSIDENT DU TRIBUNAL POUR ENFANTS DE BOBIGNY, DÉFEND L’ORDONNANCE DE 1945.

Jean-Pierre Rosenczveig est aussi responsable du Bureau international des droits des enfants.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien (certains articles payants) du 18/01/10



Tremblay-en-France : incendie criminel au collège Descartes
Dimanche, vers 17 heures, un incendie a détruit le bureau du conseiller principal d'éducation (CPE) et une salle de classe du collège Descartes de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), après une intrusion par effraction. Le commissariat de Villepinte, chargé de l'enquête, privilégie la piste criminelle.
Lire la suite de l’article


Seine-et-Marne : écroué après avoir foncé sur le responsable d'un collège
Vendredi matin, deux jeunes de 16 ans, ont foncé sur le principal-adjoint du collège Jean Campin à La Ferté-Gaucher (Seine-et-Marne) au volant d'une voiture. Samedi soir, l'automobiliste a été inculpé et écroué à la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) pour «violences», «mise en danger d'autrui», «rébellion» et «usage de stupéfiants», ainsi que pour «conduite sans permis».
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 18/01/10



Des cours de français au collège pour des parents d’élèves étrangers
À Nantes, collèges et écoles accueillent des parents d’élèves étrangers. Une manière innovante de tisser du lien entre ces familles et l’institution scolaire
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Les échos (certains articles payants) du 18/01/10



Rien vu...


------------------------------------------------
20 minutes du 18/01/10



Pécresse met la pression aux directeurs des grandes écoles
Les grandes écoles devront accueillir 30% de boursiers d'ici 3 ans...
Lire la suite de l’article


Un jeune de 16 ans inculpé après avoir percuté un principal de collège
Il a été placé en détention..
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 18/01/10



Cantine et interdits religieux : témoignages sur un casse-tête
Dounia Bouzar réagit aux récits des riverains, nombreux à raconter les dilemmes de la composition des menus dans les écoles.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 18/01/10



Grandes écoles. Objectif : 30% de boursiers en 2013
L'objectif du gouvernement est désormais d'atteindre "une ouverture sociale de 30% de boursiers dans toutes" les grandes écoles, et cela "dans les trois ans qui viennent". C'est ce qu'a annoncé ce lundi lors d'un point presse la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 18/01/10



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 18/01/10


Grandes écoles : 30% de boursiers promis d'ici 3 ans
Pour atteindre cet objectif, Valérie Pécresse annonce la création de 100 nouvelles classes préparatoires et la gratuité des concours.
Lire la suite de l’article


Un jeune écroué pour avoir percuté le principal d'un collège
Venu régler un différend avec une collégienne, un adolescent, sous l'emprise de stupéfiants, a foncé au volant de sa voiture sur le principal, qui était venu s'interposer.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 18/01/10


L'évaluation controversée des élèves de CM2
Vocabulaire, calcul mental... les élèves de CM2 sont évalués à partir de ce lundi dans toute la France. 200 enseignants "désobéisseurs", qui dénoncent une politique du chiffre du ministère, appellent au boycott de ces tests.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Le Café Pédagogique du 18/01/10


Lycée : Chatel s'offre un plébiscite
Selon un sondage réalisé pour le ministre par CSA, 76% des Français sont favorables à la réforme du lycée. "Diriez-vous que vous êtes favorable à cette réforme du lycée ?" Pas de traitrise : cette question est la dernière du sondage et vient après un rappel des mesures envisagée. 76% des Français sont favorables, 20% opposés. Encore ce taux est-il inférieur à l'aval donné pour la plupart des points de cette réforme. Là on se hisse dans les nombres staliniens. 93% des Français trouvent que les stages de remise à niveau sont une bonne chose, 88% pour l'accompagnement personnalisé, 84% pour le tronc commun, 77% pour l'enseignement de l'économie généralisé en seconde. Seule la suppression de l'histoire-géo en terminale S divise les Français : 48% sont favorables contre 46%. On remarque même que socialement le ministre trouve plus d'appui dans les milieux modestes et d'adversaires chez les privilégiés et les personnes ayant fait de longues études.
Lire la suite de l’article


Haïti : L'urgence c'est aussi l'Ecole
La violence des images qui nous parviennent d'Haïti, chargées de cadavres, de blessés, de douleur, de larmes, de personnes assoiffées et affamées nous donnent à penser que la première urgence en Haïti c'est de soigner, nourrir et abriter une population aussi durement frappée. Et c'est vrai. D'ailleurs, à travers Solidarité laïque, la communauté enseignante française a commencé à agir en ce sens. Mais une autre urgence appelle à son tour : l'école.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
Médiapart (accès payant) du 18/01/10


Quand un syndicat anglais déplore l'exportation des évaluations "folles" par Sébastien Rome
A partir du lundi 18 janvier, les élèves de CM2 "plancheront" pour la deuxième année consécutive sur les évaluations nationales. Ces évaluations avaient suscité de nombreuses oppositions l'an passé. Le Secrétaire Général du National Association of Head Teachers (NAHT - syndicat anglais des directeurs d'écoles), Mike Brookes, déplore que les évaluations à l'anglaise aient été importées en France. Il dresse aussi un constat sans appel de 15 années d'évaluations.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------
ÉducPros du 18/01/10


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 18/01/10



Réforme de l'université: pas seulement l'accès aux grandes écoles, selon neuf personnalités
Neuf personnalités de l'enseignement supérieur ont estimé dans une tribune au Monde daté de mardi que l'ouverture des grandes écoles aux étudiants boursiers était au mieux une "goutte d'eau dans la mer" mais qu'il fallait d'abord s'attaquer à la réforme de l'université.
Lire la suite de l’article


Evaluations en CM2: "complètement hors sujet", selon Alain Refalo
Les évaluations en CM2 qui ont commencé lundi sont "complètement hors sujet", a déclaré lundi Alain Refalo, l'un des animateurs du mouvement des enseignants en "désobéissance" aux réformes gouvernementales, professeur des écoles à Colomiers (Haute-Garonne).
Lire la suite de l’article


Apprentissage: le gouvernement lance un site pour des témoignages
Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a lancé un site sur l'apprentissage destiné aux jeunes, aux enseignants et aux professionnels afin de mieux faire connaître ce type de formation et de réfléchir à la façon de le développer, a indiqué samedi son cabinet.
Lire la suite de l’article


Parents d'élèves et lycéens appelés à manifester le 21 janvier
La première fédération des parents d'élèves FCPE et les organisations lycéennes UNL et FIDL ont appelé à participer à la journée de mobilisation du 21 janvier pour la défense de la fonction publique et des services publics, dans un communiqué commun diffusé samedi.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

1 commentaire:

Miss Brodie a dit…

Bonjour,
J'ai lu avec intérêt le courrier de Mike Brookes, of the National Association of Head Teachers. D'origine britannique, professeur dans un lycée français, je connais assez bien le milieu de l'enseignement primaire en Grande Bretagne. Ce qui est frappant n'est pas seulement les dérives des SATs, mais la paperasse générée par le contrôle excessivement centralisé dénoncé par Mike Brookes. Les enseignants britanniques se plaignent d'être ensevelis sous une avalanche de "paperwork". Et pourtant la bureaucracie n'est guère une tradition chez nous.

Par ailleurs, dans l'enseignement des langues au lycée nous sommes actuellement confrontés à un double système d'évaluation, avec le cadre européen des langues. Il s'agit de tests spécifiques au cadre, pour l'instant facultatifs, qui se rajoutent aux épreuves du Baccalauréat.

Pour l'instant je me félicite d'être du bon côté de la Manche. Pourvu que ça dure!

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.