mercredi, mai 14, 2008

Revue de presse du mercredi 14 mai 2008

Pour avoir des infos sur la réforme des lycées, mieux vaut lire les journaux que le BO (Bulletin Officiel). Aujourd’hui c’est dans Le Figaro qu’on complète les informations divulguées dans un article du Monde paru samedi où l’on parlait d’un lycée “à la carte”.
Ici, c’est une offensive contre le redoublement, cher et peu efficace. Selon l'OCDE, 38 % des élèves de 15 ans ont redoublé au moins une fois en France, contre 13 % en moyenne dans l'OCDE. En 2006, 14,4 % des élèves de seconde ont redoublé. «L'objectif est de faire baisser ce chiffre, explique-t-on dans l'entourage du ministre. Ce sera une conséquence de la réforme du lycée».
Il est vrai que si on raisonne globalement, la suppression totale du redoublement permettrait d'économiser pas moins d'un milliard d'euros. Soit l'équivalent de 25 000 postes d'enseignants.
Comme le dit Le Figaro, “si l'on supprime le redoublement, il est urgent de travailler dans deux directions : l'orientation et le soutien personnalisé”. Mais je rajouterais aussi la pédagogie, car la réussite de tous les élèves passe aussi par une plus grande individualisation, une évaluation différente et un travail sur les compétences, dans et pendant la classe elle même. Et pas seulement dans un soutien qui serait uniquement “à côté” et après.
C’est ce que dit Nestor Romero dans une tribune sur le site Rue89 (dont on ne partage pas toutes les conclusions) . “La preuve a été faite tout au long de ces années que le "soutien", non seulement n'est d'aucun secours pour les enfants en échec scolaire mais se révèle comme particulièrement contre-productif. Car, reprenant les mêmes leçons, les mêmes exercices avec les mêmes méthodes à quelques variantes didactiques près, en fin de journée (nécessairement puisque les emplois du temps sont sacrés), alors que enseignants et enfants n'en peuvent mais, et que l'on entend les copains s'esclaffer dans la rue, ce soutien ne fait que confirmer et conforter l'élève dans sa situation d'échec.

Dans Le Monde, on lira la tribune de Florian Lecoultre, président de l’Union Nationale Lycéenne qui exposeles raisons de la colère des lycéens . Il affirme : “Les lycéens ne sont pas conservateurs ; au contraire, ils exigent des réformes, mais considèrent qu'elles doivent porter une ambition éducative, répondre à l'objectif d'une école plus juste, permettant l'émancipation des jeunes et l'élévation du niveau de formation de la population. Les moyens doivent ainsi découler des objectifs politiques fixés à l'école, et non constituer un préalable conduisant à revoir les objectifs à la baisse.”. Et il évoque plusieurs pistes de réformes : diversification au sein du collège unique, plus de passerelles au sein du lycée polyvalent, refonte des rythmes scolaires, “nouvelles architecture de l’évaluation et de l’examen du bac

La grève de Jeudi devrait être suivie. On prévoit par exemple 65% de grévistes dans le Primaire. Aucune prévision pour le secondaire n'avait encore été rendue publique, mercredi matin, mais les chiffres devraient être élevés.
Que vaudront-ils ?
Le Monde rappelle que le comptage des grévistes est une bataille récurrente et ancienne. On sait bien que les chiffres « selon le ministère » et « selon les syndicats » peuvent faire le grand écart. Lors de la dernière grève, Xavier Darcos avait promis de donner des chiffres “à l’unité près ” basés sur les retenues sur salaires. Mais le journal rappelle que même ces chiffres là comportent de nombreux biais
De toutes façons la bataille sur les chiffres est aussi une bataille symbolique et politique
C’est La Croix qui l’affirme : Le cannabis se banalise dans l'univers adolescent. Selon l’enquête Espad de 2004 (enquête européenne sur l’usage de drogues et d’alcool par les adolescents), 24,9 % des garçons de 14-15 ans et 16,5 % des filles ont expérimenté le cannabis, c’est-à-dire fumé 1 à 5 joints au cours de leur vie Il faut dire que l’offre ne manque pas : on estime qu’un adolescent se voit proposer un joint deux fois par mois, ce qui fait 20 fois par an. Il aura donc – estimation basse – 140 occasions de fumer pendant les années collège-lycée.
Le shit est devenu un produit de proximité, au même titre que l’alcool. Comme le rappellent les spécialistes interrogés dans ce dossier, l’impact social et scolaire de ces consommations dépend en grande partie de la capacité du jeune à les maîtriser. Sans une réaction adaptée, le jeune risque de passer, sans s’en rendre compte, d’une petite consommation à une consommation plus importante et quotidienne. Car, faut-il le rappeler, le cannabis consommé à forte dose est un psychotrope qui a des effets néfastes sur la santé physique et mentale de celui qui en abuse : amoindrissement de la concentration et de la mémorisation, difficultés scolaires, isolement, perte des repères et de toute motivation en dehors du désir de fumer


Bonne Lecture...
----------------------------------------------
Libération du 14/05/08


Le mode d'emploi de la grève de demain
La journée de mobilisation de demain promet d'être suivie par de nombreux fonctionnaires. Ecoles, poste, transports... Passage en revue des différents secteurs concernés.
Lire la suite de l’article


Santini préfère «les brassards à la japonaise» à la grève à la française
A la veille de la grève des fonctionnaires, André Santini trouve qu'il y a «d'autres moyens de s'exprimer» que de descendre dans la rue. Lesquels? Porter des brassards par exemple...
Lire la suite de l’article


Réfugiés de l’homophobie
Chassés par leur famille, de jeunes gays se retrouvent à la rue. A Montpellier, une structure, unique en France, leur offre un toit et une écoute.
Lire la suite de l’article


Des élus de droite font les nounous pendant la grève
Le maire du 2ème arrondissement de Lyon retourne à l'école jeudi matin. Réélu en mars dernier à la tête de sa mairie, Denis Broliquier a décidé d'assurer lui-même, en compagnie d'autres élus et de certains parents d'élèves, le service minimum d'accueil dans trois écoles en grève de son arrondissement.
Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 14/05/08


Grèves : ce qui vous attend jeudi
L'appel à la journée de mobilisation du 15 mai, initié par les lycéens et les enseignants, a été relayé dans de nombreux secteurs, notamment dans la Fonction publique. Le point sur les perturbations attendues.
Lire la suite de l’article


Le redoublement dans 
le collimateur de Darcos
Repenser l'orientation et développer le soutien personnalisé devrait permettre d'obtenir de meilleurs résultats.
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 14/05/08



Le nombre d'enseignants grévistes, une bataille récurrente entre syndicats et ministère
La participation des enseignants à la journée intersyndicale d'action dans la fonction publique pour la défense de l'emploi et des retraites, jeudi 15 mai, s'annonce massive. Les enseignants protestent contre la suppression de 11 200 postes à la rentrée et la politique éducative du gouvernement. Le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, a fait savoir qu'il attendait en moyenne 63 % de grévistes dans les écoles. Aucune prévision pour le secondaire n'avait encore été rendue publique, mercredi matin, mais les chiffres devraient être élevés.
Que vaudront-ils ? La participation aux grèves dans l'éducation suscite les mêmes controverses que l'affluence aux manifestations. Les estimations du ministère et des syndicats varient parfois du simple au double. La querelle de chiffres est ancienne.
Lire la suite de l’article


Mouvement lycéen, grève des profs, "ponts" : depuis avril, les jours de classe se font rares
Blocus des établissements, grève des enseignants, vacances de Pâques, "ponts" de mai : les deuxième et troisième trimestres 2008 semblent, à nombre de parents, une succession de jours sans cours.
A la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP), classée à droite, Corinne Tapiero, vice-présidente, parle de "catastrophe" en région parisienne, où la mobilisation lycéenne a été la plus forte, tout en reconnaissant que la comptabilisation des journées perdues est malaisée.
Lire la suite de l’article


Primaire : les programmes toujours contestés
Malgré une série d'aménagements annoncés le 29 avril par le ministre de l'éducation, Xavier Darcos, les nouveaux programmes du primaire, dont une première version avait été présentée le 20 février, continuent d'être violemment contestés par la plupart des organisations syndicales du premier degré ainsi que par les mouvements pédagogiques.
Lire la suite de l’article


Lycéens : les raisons de la colère
par Florian Lecoultre président de l'Union nationale lycéenne

i les lycéens descendent dans la rue depuis deux mois c'est bien que leur mouvement touche à des enjeux essentiels pour l'avenir du service public d'éducation. Des mobilisations locales, associant enseignants, parents et élèves ont débuté dès la notification aux établissements des dotations horaires avec lesquelles ils sont censés fonctionner lors de l'année scolaire 2008-2009. Au-delà des 11 200 postes en moins à la rentrée 2008, ce sont les 80 000 suppressions prévues pour les trois années à venir, s'ajoutant aux 25 300 postes supprimés depuis 2003, qui inquiètent la communauté éducative.[…] Les lycéens, en se mobilisant autour de revendications et de propositions claires, ont pris leurs responsabilités et montré l'absurdité des sempiternelles accusations de manipulation portées contre les jeunes qui se mobilisent. Lors de la rencontre avec Xavier Darcos, le 10 mai, ils ont obtenu de premiers reculs de la part du gouvernement. Des thématiques ont été dégagées qui vont dans le bon sens pour la future réforme du lycée, comme la mise en place d'un réel statut lycéen, ou encore d'un service public d'orientation doté d'un vrai contenu. Si ces avancées sont significatives, elles ne sauraient être considérées comme suffisantes et les lycéens attendent désormais du ministre qu'il réaffirme son ambition pour le système éducatif par la mise en place d'une exception dans l'éducation nationale à la logique de suppressions à grande échelle de postes qui prévaut dans la fonction publique.
Lire la suite de l’article


Quand le débat sur l'école tourne au dialogue de sourds, par Jean-Christophe Garde
Les suppressions de postes dans l'éducation nationale illustrent parfaitement la stérilité de la pensée binaire et de la domination de l'émotionnel et du sensationnel sur la réflexion de fond. Pis ! Pour avoir privilégié la rapidité de l'action, la communication et l'absence d'un long et nécessaire dialogue avec les organisations syndicales, l'actuel gouvernement contribue encore un peu plus à l'abaissement de l'action politique, à l'immobilisme et à la crispation dans l'éducation nationale.
Quels sont les termes du "débat" ? Economies d'un côté, au nom d'un nécessaire ajustement budgétaire, d'une baisse du nombre d'élèves et du fameux "Travailler plus pour gagner plus", ce qui se traduit par la conversion d'un certain nombre de postes de professeurs en heures supplémentaires. De l'autre côté, revendication du maintien des moyens, dénonciation d'une rentrée scolaire qui, en l'état, ne pourra se faire correctement (ce que toute la hiérarchie de l'éducation nationale sait), la quantité d'heures supplémentaires à répartir dans certaines disciplines étant telle que certaines heures ne pourront pas trouver preneur.
Lire la suite de l’article


Confusion autour de l'enseignement de l'histoire des arts à l'école
A quelques mois de son entrée officielle dans les écoles, l'histoire des arts fait l'objet d'intenses spéculations. En septembre, cette nouvelle discipline, voulue par le président de la République, fera son apparition dans toutes les classes du primaire. L'année scolaire 2009-2010, les collèges lui ouvriront ses portes. Pourtant des syndicats aux associations disciplinaires et aux différents services du ministère, un épais brouillard semble recouvrir ce vaste chantier.
Depuis six mois, les documents n'ont pas manqué. En décembre 2007, l'inspecteur général Eric Gross a fourni une série de propositions. Le 30 janvier, les ministres de l'éducation et de la culture, Xavier Darcos et Christine Albanel, ont présenté au conseil des ministres leurs conclusions. Depuis lors, les programmes de l'école primaire ont été officiellement dévoilés, ceux du collège ouverts à la concertation. Enfin, le 8 mai, la circulaire d'orientation spécifique a été publiée au Bulletin officiel (BO) de l'éducation nationale. Avec toujours le même sentiment de flou.
Lire la suite de l’article


La loi sur l'autonomie des universités engendre des situations de blocage
L'application de la loi du 10 août 2007 sur les libertés et responsabilités des universités (LRU), qui organise leur autonomie, provoque des remous dans un certain nombre d'établissements. La présidente de l'université Blaise-Pascal (Clermont-II) a préféré jeter l'éponge. Nadine Lavignotte et son équipe ont démissionné, vendredi 2 mai, après que sa proposition de nomination de personnalités extérieures a été refusée à deux reprises par son conseil d'administration (CA).
Lire la suite de l’article


Tabac : "Les ados plus vulnérables"
Professeur Gilbert Lagrue, spécialiste en tabacologie
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 14/05/08 (un jour de retard)



Xavier Darcos dégaine le service minimum
A la veille de la journée de mobilisation dans l’éducation nationale du 15 mai, le ministre se dit prêt à passer par la loi pour obliger les enseignants à annoncer qu’ils feront grève 48 heures à l’avance.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------------------
Le Parisien du 14/05/08


Grève: les villes qui assurent le service minimum
Près des deux tiers des enseignants pourraient être en grève jeudi, selon les estimations du Snuipp, principal syndicat du premier degré. D'autre part, 2743 communes sur les 22500 qui comptent des écoles primaires ont déclaré organiser un service minimum.
Lire la suite de l’article


Darcos: «La grève des maires socialistes»
Le ministre de l'Education Xavier Darcos a déclaré mercredi que la journée de grève jeudi serait «non seulement la grève des enseignants mais aussi la grève des maires socialistes», en allusion aux mairies qui ne mettront pas en oeuvre le service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles.
Lire la suite de l’article


Aschieri (FSU) pose 3 conditions pour sortir du mouvement
Le secrétaire général de la FSU Gérard Aschieri a posé mercredi sur I-télé trois conditions au ministre de l'Education Xavier Darcos pour sortir du mouvement de protestation contre les suppressions de postes, à la veille de la grève jeudi dans l'Education et la Fonction publique.
Ala question de savoir comment mettre un terme au mouvement, M. Aschieri a répondu: «D'abord, pour cette rentrée, qu'il y ait les transformations d'heures supplémentaires en emplois».[…] «Deuxièmement qu'il y ait des gestes et qu'on ait des garanties ou des engagements sur la suite» (les prochaines rentrées, ndlr), car ce qui va être dramatique, c'est la suite, a ajouté M. Aschieri.
« Troisièmement, qu'on ouvre de vraies négociations » sur « la revalorisation« du métier enseignant et sur la réforme du lycée », a encore dit le responsable de la première fédération de l'Education.
Lire la suite de l’article


Entre 50% et 70% d'enseignants en grève demain
Le SE-Unsa a estimé mercredi à «près de 70%» des professeurs des écoles et «50%» des enseignants de collèges et lycées la proportion de grévistes attendus jeudi dans le cadre de la journée nationale dans l'Education et la Fonction publique pour les effectifs.
Lire la suite de l’article

De nouvelles solutions pour protéger les enfants du Net
Trois millions de jeunes de 10 à 18 ans se connectent régulièrement sur MSN, une messagerie qui leur permet de dialoguer via l'écran avec des « amis ». Le premier logiciel gratuit de contrôle du système est lancé aujourd'hui.
Lire la suite de l’article


« Je ne veux plus d'ordinateur dans ma chambre »
KALISTRA, 16 ans, a rencontré un homme de 60 ans sur le Net puis a été « enlevée » par lui
Lire la suite de l’article


Comment marche le système lancé aujourd'hui par MSN
LA CÉLÈBRE messagerie « fermée » MSN (rebaptisée récemment Windows Live Messenger) est a priori rassurante pour les parents : les enfants ne peuvent discuter en direct qu'avec une liste d'amis prédéfinis, bien souvent des copains de vacances, du collège ou du foot qu'ils ont déjà rencontrés dans la vraie vie... Sauf qu'ils peuvent très bien, eux-mêmes, en votre absence, élargir cette liste à des contacts inconnus. Avec ce nouveau système gratuit, dès qu'un nouveau correspondant voudra entrer dans la liste de contacts de votre enfant, la demande sera bloquée.
Lire la suite de l’article


D'AUTRES OUTILS EFFICACES
Le contrôle parental gratuit. Proposés par le fournisseur d'accès, ces systèmes permettent d'encadrer la vie informatique des enfants : ils bloquent un chat dès lors qu'un mot licencieux apparaît ou interdisent l'accès à des sites porno, violents ou racistes. Ces dispositifs sont testés par l'association e-Enfance.
Lire la suite de l’article


63% des instituteurs devraient être en grève jeudi
Selon un recensement établi par le Snuipp-FSU, les deux-tiers des professeurs de écoles devraient faire grève le 15 juin, contre les suppressions de postes.
Lire la suite de l’article


Un lycéen camerounais vivant en France depuis l'enfance placé en rétention
Un lycéen camerounais de 18 ans vivant en France depuis sa petite enfance a été placé au centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau (Essonne) le 7 mai et risque d'être expulsé, a-t-on appris lundi de sources concordantes.
Lire la suite de l’article



------------------------------------------------
La Croix du 14/05/08



Des maires UMP boudent aussi le service minimum à l'école
Une nouvelle fois expérimenté à l’occasion de la grève des enseignants, jeudi 15 mai, le service minimum suscite les réticences de certains élus de droite
Lire la suite de l’article


Le cannabis se banalise dans l'univers adolescent
Les chiffres l'attestent : pour les jeunes, le shit est devenu un produit de proximité. Et pourtant, le cannabis est une drogue illicite qui peut devenir dangereuse
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
20 minutes du 14/05/08



Le service minimum a ses objecteurs
Les mères de familles sont séduites par le service minimum à l'école, mais toujours pas les maires. Xavier Darcos compte bien expérimenter pour la deuxième fois son service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles demain, à l'occasion de la grève massive dans l'Education nationale. Mardi, le ministre a annoncé sur RMC qu'il n'exclut plus d'obliger, «par la loi s'il le faut», les profs grévistes à se déclarer quarante-huit heures à l'avance, condition sine qua non pour organiser le fameux service minimum d'accueil.
Lire la suite de l’article


Maxi-flop pour le service minimum
Parents, organisez-vous pour la grève de demain ! Le service minimum, mis en place le 24 janvier dernier dans les écoles toulousaines, n'aura été qu'un feu de paille. Considérant qu'il « remettait en cause le droit de grève », la nouvelle municipalité PS a annulé le dispositif. Même attitude à Colomiers où la mairie ne veut pas jouer « les casseurs de grève ». Côté associations de parents d'élèves, seule la Peep s'insurge : « L'absence de service minimum est déplorable, estime Marie-Line Brugidou, sa présidente départementale. Et ce sont les familles modestes qui trinquent le plus, celles qui n'ont ni parents, ni réseau sur place. »
Lire la suite de l’article


Boire c'est comme conduire, pas avant 18 ans
La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a indiqué hier qu'il fallait « anticiper » le décret rendant obligatoire la mise en place d'éthylotests dans les débits de boissons par d'autres mesures contre l'alcoolisme.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Rue89 du 14/05/08



Pourquoi développer le soutien scolaire est une idée néfaste
Par NESTOR ROMERO

Nous assistons, ce printemps, au développement d'un paradoxe. Voici, en effet, que pour justifier la suppression d'une douzaine de milliers de postes dans l'institution éducative les conservateurs de ce pays, ministre en tête, exhortent les enseignants à "travailler autrement".Paradoxe, en effet, car ce "travailler autrement" a toujours été la préconisation essentielle d'une frange de pédagogues que les conservateurs de toujours n'ont cessé et ne cessent de combattre.
Avant d'examiner le contenu de ce "travailler autrement" ministériel dont nous verrons qu'il se résume à un mensonge et peut-être même à une immoralité, il convient d'être attentif à l'argument avancé pour justifier cette politique restrictive: le "taux d'encadrement" serait fort convenable dans notre pays, il serait même bien meilleur que celui de tous nos voisins européens. […]La preuve a été faite tout au long de ces années que le "soutien", non seulement n'est d'aucun secours pour les enfants en échec scolaire mais se révèle comme particulièrement contre-productif.Car, reprenant les mêmes leçons, les mêmes exercices avec les mêmes méthodes à quelques variantes didactiques près, en fin de journée (nécessairement puisque les emplois du temps sont sacrés), alors que enseignants et enfants n'en peuvent mais, et que l'on entend les copains s'esclaffer dans la rue, ce soutien ne fait que confirmer et conforter l'élève dans sa situation d'échec.
Lire la suite de l’article


------------------------------------------------
Ouest-France du 14/05/08



Forte grève en vue dans les écoles, jeudi
Le principal syndicat du primaire annonce 63 % de participation. Le ministre durcit le ton, en espérant l'appui des familles favorables au service minimum.
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Sud-Ouest du 14/05/08



Un service mini-minimum
Dans le cadre de la grève de demain, les communes sont une deuxième fois invitées à mettre en place le dispositif dans les écoles. Réactions dans la région
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
Le Journal du Dimanche du 14/05/08



Rien vu...


----------------------------------------
Le Nouvel Obs Permanent du 14/05/08


Bachelot souhaite interdire la vente d'alcool aux mineurs
La ministre de la Santé a annoncé son intention d'interdire la vente d'alcool aux mineurs dans les supermarchés, dans les épiceries et dans les autres débits de boissons à emporter.
Lire la suite de l’article


Il n'y aura pas de service minimum à Paris le 15 mai
C'est une "entreprise de diversion" répond le maire de Paris Bertrand Delanoë aux maires d'arrondissement UMP de la capitale qui lui ont demandé d'instaurer un service minimum d'accueil dans les écoles le 15 mai, jour de la grève des fonctionnaires.
Lire la suite de l’article

----------------------------------------
L’Express.fr du 14/05/08


Rien vu...


-----------------------------------------------------------
Une sélection dans les dépêches du 14/05/08


Le recours à l'intérim alimente les inquiétudes des fonctionnaires
Le recours à des agences d'intérim, déjà pratiqué dans les hôpitaux publics, pourrait être autorisé dans toute la Fonction publique selon un projet de loi qui alimente le mécontentement des syndicats appelant les 5,2 millions de fonctionnaires à faire grève et manifester jeudi.
Lire la suite de l’article


Le PS apporte son "soutien" à l'action des fonctionnaires et enseignants
Le Bureau national (BN) du PS a apporté mardi son soutien à la journée d'action du 15 mai dans la Fonction publique et l'Education nationale, dénonçant une "offensive sans précédent contre l'Etat et ses agents"
Lire la suite de l’article


La Fonction publique et l'Ecole en grève jeudi pour les effectifs
Enseignants et lycéens sont appelés à manifester et à faire grève jeudi, comme l'ensemble des fonctionnaires, pour dénoncer une "politique de démantèlement" du service public et les dizaines de milliers de suppressions de postes prévues en 2008-2009.
Lire la suite de l’article


63% des professeurs des écoles devraient être en grève jeudi (SNUipp-FSU)
Près des deux-tiers (63%) des professeurs des écoles devraient être en grève jeudi, selon un recensement établi par le Snuipp-FSU, majoritaire dans le primaire, à partir des remontées de 61 départements.
Lire la suite de l’article


Ecoles: les villes qui prévoient ou non un service minimum le 15 mai
Voici une liste indicative des villes qui prévoient d'assurer un service minimum d'accueil (SMA) pour les élèves des écoles le 15 mai, à l'occasion de la grève des enseignants, et de celles qui ne l'organiseront pas, selon les bureaux de l'AFP.
Lire la suite de l’article


Les secteurs touchés par la grève de jeudi
Voici les principaux secteurs touchés par la grève jeudi, notamment dans l'Education et la Fonction publique, contre les réductions d'effectifs programmées et pour la défense du service public.
Lire la suite de l’article


Les Verts soutiennent le mouvement des 15 et 24 mai
Les Verts soutiennent "la mobilisation des élèves, parents et enseignants les jeudi 15 et samedi 24 mai pour défendre une vraie réforme de l'enseignement" et dénoncent la politique actuelle comme "hypocrite et illusoire", ont-ils indiqué dans un communiqué mardi.
Lire la suite de l’article


-----------------------------------------------------------------------

Aucun commentaire:

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.